Navigation – Plan du site

AccueilNuméros128L’échec de l’application StopCovid

L’échec de l’application StopCovid

Jacques Vétois

Texte intégral

  • 1 https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/stopcovd

1L’épidémie de Covid-19 qui frappe tous les pays du monde depuis le début de l’année 2020, a entraîné la recherche académique et les laboratoires pharmaceutiques dans une course effrénée pour fournir des médicaments antiviraux, avec des succès limités jusqu’à maintenant, et des vaccins en cours de validation. Actuellement, faute de moyens efficaces pour combattre le virus, nous avons principalement recours aux techniques « ancestrales » de lutte contre les épidémies : le confinement, les gestes barrière, les masques et l’isolement des personnes testées positives. Comme ce virus se transmet par contact avec une personne déjà atteinte par la maladie, différents laboratoires d’informatique ont émis l’idée d’installer une application sur les téléphones portables et les smartphones pour « prévenir les personnes qui ont été à proximité d’une personne testée positive, afin que celles-ci puissent être prises en charge le plus tôt possible, le tout sans jamais sacrifier nos libertés individuelles. »1Trente-trois pays se sont lancés dans l’aventure avec des résultats décevants dans l’ensemble car si, pour ses promoteurs, l’efficacité d’un tel système n’est possible que lorsqu’au moins 60 % des utilisateurs téléchargent les applications mises à leur disposition, en réalité, nous sommes loin du compte. D’après le gouvernement français, 2,5 millions de personnes l’ont téléchargée et, selon la rubrique Checknews du quotidien Libération, « 3 728 utilisateurs ont scanné leur code cas Covid [personnes testées positives au virus] » et l’application a permis d’identifier « 252 cas à risque ».

2En Suisse, 18,5 % de la population ont téléchargé l’application SwissCovid. Les services de santé publique suisse demandent systématiquement aux citoyens de fournir la raison du test lorsqu’ils le passent, et ont ajouté l’application SwissCovid comme option pendant la durée de l’étude. En additionnant les données de 8 522 cas confirmés, les chercheurs ont calculé qu’au total 37 personnes auraient pu être incitées à se faire tester grâce à l’application. Les pays fournissent peu de données sur les résultats obtenus et il semble que seuls les pays comme la Corée du Sud, Israël où les individus enregistraient sur leur appareil ou sur un serveur centralisé leurs coordonnées GPS ou GSM, pouvaient détecter par des calculs de distance les contacts avec des personnes testées positivement et déjà répertoriées.

Les problèmes techniques et le respect de la confidentialité des données de santé

3Plusieurs débats ont traversé les équipes développant ces applications. En majorité, elles ont refusé de recourir aux coordonnées GPS ou GSM par refus du traçage des porteurs des téléphones et le respect de leurs données personnelles. Elles ont préféré activer la liaison Bluetooth des smartphones et détecter les contacts entre appareils par cette liaison. Mais le manque de précision de cette méthode pour le calcul de la distance entre deux appareils a été critiqué et a fait l’objet de vérifications expérimentales. Cela reste le point faible de cette méthode.

4Une autre difficulté concerne la compatibilité avec les systèmes d’exploitation des smartphones (Android, iOS développés par Google et Apple). En France, on a choisi de ne pas recourir aux librairies développées par Google et Apple. Même si les sources de StopCovid sont librement accessibles, cette application n’est utilisable que dans l’Hexagone. En effet, elle n’est pas inter-opérationnelle avec les applications mises en œuvre dans les autres pays européens. C’est son inconvénient majeur.

5L’échec (peut-être provisoire ?) de StopCovid est-il dû à des mauvais choix techniques ? Il semble que dans les autres pays où l’installation des applications sur les smartphones étaient laissées à l’appréciation libre des citoyens, les résultats ne se sont pas révélés meilleurs. Seule l’obligation imposée par l’État comme en Corée ou en Chine a été efficace, bien que souvent les statistiques officielles ne soient pas disponibles. Une autre version du logiciel,TousAntiCovid, est diffusée depuis la mi-octobre. Elle repose pour l’instant sur les mêmes bases logicielles que StopCovid mais fournit de plus à l’utilisateur des informations factuelles et sanitaires sur l’épidémie.

Les problèmes sociaux et politiques

6L’urgence de la lutte contre la pandémie a entraîné une réflexion bien au-delà des cercles de spécialistes, sur l’utilisation des applications de contact tracing et le respect des données personnelles, en particulier dans le domaine de la santé. Ce qui est plutôt une bonne chose. Ces applications sont présentées comme peu dangereuses pour la confidentialité des données personnelles, mais on oublie un certain nombre de problèmes :

  • Les personnes les plus fragiles vis-à-vis de l’épidémie sont justement celles qui soit ne possèdent pas de smartphones, soit n’en ont qu’une utilisation limitée.

  • Le stockage centralisé des données, même peu signifiantes comme les connexions Bluetooth, permet l’identification des personnes jugées positives au Covid-19 avec toutes les conséquences que cela peut avoir en termes de contrôle social.

7Enfin, même si actuellement, l’application StopCovid a été peu téléchargée la rendant inefficace en termes de santé publique, l’épidémie est loin d’être terminée. En revanche, de nombreuses personnes acceptent de fournir aux autorités sanitaires la liste de leurs contacts en cas de test positif afin qu’elles soient prévenues. En cas de recrudescence de l’épidémie, cela pourrait les amener à revoir leur choix.

Haut de page

Notes

1 https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/stopcovd

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Vétois, « L’échec de l’application StopCovid »Terminal [En ligne], 128 | 2020, mis en ligne le 25 octobre 2020, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/terminal/6292 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.6292

Haut de page

Auteur

Jacques Vétois

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search