Navigation – Plan du site

AccueilNuméros128Bloc-notesAgainst Nature. The Metaphysics o...

Bloc-notes

Against Nature. The Metaphysics of Information Systems

Dominique Desbois
Référence(s) :

Against Nature. The Metaphysics of Information Systems

David Kreps, collection Focus, Routledge, Abington, 2018, 110 p.

Texte intégral

1À la lumière des développements intervenus en matière d’information et de communication, il convient de reconsidérer sérieusement l’hypothèse de la neutralité socio-économique de la technologie : Martin Heidegger critiquait déjà cette thèse en décrivant l’arraisonnement (Gestell) de la nature qui se produit entre le moulin à vent et le barrage hydro-électrique. Ce petit livre revient opportunément sur la « question de la technique » en s’interrogeant sur la véritable nature des systèmes d’information devenus ubiquitaires au sein de la société contemporaine. Le propos de ce court essai philosophique s’adresse aux sociologues mais aussi aux autres spécialistes des sciences sociales qui travaillent sur le secteur de l’information et de la communication et qui s’intéressent à l’environnement et à l’écologie.

2Selon l’auteur, maître de conférences à la Salford Business School au Royaume-Uni, nos systèmes d’information modernes reposent sur un triptyque constitué par l’individualisme, le positivisme et l’économie de marché. Ce triptyque philosophique d’un rationalisme non-distancié agit fondamentalement contre la nature, qu’il s’agisse de celle de la biosphère ou bien de la nature humaine : par l’isolement et l’individuation des comportements, il transforme l’humanité en une collection d’individualités enfermées dans leur bulle numérique, coupée de leur biosphère et de leur société. Cette tendance est d’autant plus préoccupante que de plus en plus nos rapports avec le monde extérieur sont médiatisés par l’intermédiaire de ces systèmes d’information.

3En effet, remarque David Kreps, les systèmes d’information ne sont pas seulement des ensembles de logiciels structurés et reliés mais ils sont la somme catégorisante de l’ensemble des discours qui sont produits sur la nature par une époque dans des conditions historiques données. La technologie est ainsi socialement construite et c’est donc la réalité sociale productrice de cette technologie qu’il convient d’interroger. Pour fonder cette critique, l’auteur en revient aux sources, non pas celles de la seconde guerre mondiale qui voit naître les premières applications de l’informatique, mais plutôt celle de la philosophie rationaliste qui émerge au XVIIe siècle avec le « raisonnement analytique » de Descartes, et que les idéaux des Lumières prolongeront. À cette fin, il convoque alors la philosophie des processus, élaborée principalement par Henri Bergson et Norbert Whitehead, qui éclaire d’un jour nouveau la réalité et la place que nous y occupons. En suivant les linéaments de la recherche sur les systèmes d’information, David Kreps scrute la rigueur académique qui s’épanouit dans les écoles de commerce de Vienne après la première guerre mondiale : les étudiants y sont endoctrinés par un positivisme étroit fondé sur une logique vérificationniste où seul ce qui est strictement vérifiable obtient droit de cité. Illustrant cette tendance, émerge la figure et l’ambition intellectuelle de John von Neumann, théoricien ayant participé au programme de Hilbert pour la refondation des mathématiques sur une base axomatique. Émigrant aux USA pour échapper aux nazis, il contribue au développement de la cybernétique en collaborant avec Norbert Wiener sur la base d’un positivisme rigoureux. S’intéressant plus tard à l’économie, John von Neumann parraine la théorie des choix rationnels s’appliquant à l’économie de marché proposée puis développée par Marschak et Koopman se succédant à la tête de la Fondation Cowles qui deviendra bientôt un des think tank les plus influents en macro-économie.

4Pour contrer ce paradigme de l’individualisme méthodologique étendu à l’analyse des faits sociaux par Gary Becker (1964), l’auteur s’appuie sur la confrontation entre les philosophies qui évacuent le sujet et celles qui tentent de restituer sa subjectivité à l’individu. L’analyse de l’auteur rejoint dans ses prémisses celle d’Alain Touraine (1992) qui voit deux conceptions du sujet s’affronter dans le champ de la modernité : celle qui ne s’empare du sujet que pour le réduire à la raison au prix d’une identification à l’ordre impersonnel de la nature, et celle qui pose comme principe fondamental le respect du contrôle de l’individu sur sa situation et ses actions.

5Au plan microéconomique, prise au pied de la lettre, la théorie de l’agence proposée par Jensen et Meckling (1976) tendrait à démontrer que l’on ne peut pas vraiment faire confiance aux gestionnaires pour faire de la gestion. Selon l’auteur, les pires excès en matière de pratiques de gestion que nous ayons connus récemment trouvent leur origine dans l’application d’un corpus théorique qui s’est consolidé au cours des trente dernières années dans les cursus universitaires des écoles de commerce sous la bannière de l’individualisme méthodologique proposant une conceptualisation de l’agent économique comme processeur d’informations émanant du fonctionnement des marchés avec pour seule rationalité l’optimisation d’un bien-être mesuré à l’aune des seuls critères de consommation occidentaux.

  • 1 Tech for Good, recherche-action sur les systèmes d’information critiques, tournée vers les services (...)

6L’auteur s’appuie sur l’expérience des entreprises engagées dans le mouvement Tech for Good1 pour montrer qu’une éthique des services numériques est possible, en s’inscrivant dans un mouvement plus large de responsabilité communautaire et de compréhension écologique de nos interactions sociales.

7En s’inspirant de l’expérience sensible de notre existence sociale et d’une conception plus inclusive et plus écologique de l’économie, cet ouvrage présente une critique historique du développement du domaine académique des systèmes d’information et offre une perspective analytique sur notre rapport à la nature à partir de laquelle nous pourrions repenser la question de la technique pour surmonter la menace que le changement climatique fait peser sur notre biosphère.

Haut de page

Bibliographie

Gary Stanley Becker (1964). Human Capital, A Theoretical and Empirical Analysis with Special Reference to Education, National Bureau of Economic Research n°80. Columbia University Press, New York, 187 p.

Michael Jensen et William Meckling (1976), "Theory of the Firm: Managerial Behavior, Agency Costs, and Capital Structure", Journal of Financial Economics, Vol. 3, pp 305–360.

Alain Touraine (1992). Critique de la modernité. Paris, Fayard, 464 p.

Haut de page

Notes

1 Tech for Good, recherche-action sur les systèmes d’information critiques, tournée vers les services et l’innovation commerciale s’attache à valoriser les contributions des professionnels de la société de l’information à des projets ayant un impact positif sur la société (http://www.nptechforgood.com/).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Desbois, « Against Nature. The Metaphysics of Information Systems »Terminal [En ligne], 128 | 2020, mis en ligne le 28 octobre 2020, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/terminal/6437 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.6437

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search