Navigation – Plan du site

AccueilNuméros129Explorer les méthodes en ligne po...Axe 1 - Le recours à des méthodes...L’identité numérique de l’ethnogr...

Explorer les méthodes en ligne pour des terrains hors ligne
Axe 1 - Le recours à des méthodes en ligne pour des terrains hors ligne en SHS

L’identité numérique de l’ethnographe.

Analyse réflexive et stratégies d’enquête dans les terrains multiplexes
Jonathan Chibois

Résumés

J’expose dans cet article les enjeux épistémologiques et méthodologiques que posent aux ethnographes les mondes sociaux où les modalités d’articulation entre les sociabilités en ligne et hors ligne ne font pas l’unanimité parmi les acteurs sociaux, au point de générer des controverses. Dans ce type de terrain, caractérisé par une « multiplexité dynamique », les logiques interactionnelles sont contradictoires et mouvantes, ce dont l’ethnographe doit tenir compte pour mener son enquête. En prenant pour exemple mon terrain à l’Assemblée nationale française entre 2007 et 2019, je montre que l’enquêteur gagne à agir de la même manière que ceux qu’il étudie, en adoptant une posture réflexive quant à son « identité numérique » et en usant de celle-ci pour développer des stratégies destinées à contourner les rigidités que certaines règles de sociabilités locales imposent à ses investigations. Plus largement, cet article entend sensibiliser les étudiants et les chercheurs sur la nécessité de prêter une attention soutenue à leurs propres pratiques numériques lorsqu’ils engagent un travail de terrain, que ce dernier porte sur la question numérique ou non, tant il est probable qu’elles influeront sur l’enquête.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En l’espace de dix années, soit le temps de la 13e et de la 14e législature réunies (2007-2017), les régimes de sociabilités interpersonnelles à l’Assemblée nationale française ont été l’objet d’une significative recomposition en raison de l’extension rapide des outils numériques dans les pratiques ordinaires des députés, de leurs collaborateurs, des journalistes ainsi que des personnels de l’administration. En tant qu’ethnographe sur ce terrain à cette période, j’ai été le témoin de cette évolution, j’en ai observé les dynamiques et les tensions, ma démarche visant précisément à décrire les transformations du « quotidien de l’institution » (Abélès, 1995) du fait de l’émergence des technologies numériques de communication (Chibois, 2019b). Cette reconfiguration des sociabilités parlementaires a toutefois donné une tournure inattendue à mon travail de recherche, puisqu’il m’a fallu me montrer et faire mes preuves sur les plateformes numériques pour pouvoir, dans un second temps seulement, avoir accès aux activités quotidiennes du Palais Bourbon. L’enquête a ainsi mis en exergue l’existence dans ce « monde » (Strauss, 1978) d’une distinction nette, quoique mouvante, entre les sociabilités ayant pour cadre des plateformes numériques de communication et ses autres formes.

2L’existence d’une telle frontière dans les représentations du monde parlementaire pose un problème épistémologique et méthodologique. Rappelons, en effet, que la réflexion des sciences humaines et sociales sur les manières d’articuler la vie sociale à ses composantes numériques remonte à la fin des années 1990. À cette période initiale, les sociabilités en ligne et hors ligne n’étaient pas aussi intriquées qu’actuellement, si bien que les recherches faisaient elles-mêmes la part belle au mythe du « virtuel » (Pastinelli, 2011). Puis, face à l’évidence que ne pouvaient pas exister des mondes sociaux absolument étanches lorsqu’ils étaient peuplés par les mêmes individus, les sciences humaines et sociales ont progressivement abandonné l’hypothèse « dualiste » (Jurgenson, 2012) pour entériner une conception « continuiste » de la vie sociale (Cardon et al., 2014). Il est admis depuis que « les relations sociales en ligne sont bien souvent en continuité avec des structures hors ligne préexistantes, et non en rupture » (Neveu, 2019 : 52).

3Or, comme le montre mon expérience à l’Assemblée, le fait que les chercheurs ne prennent plus au sérieux l’hypothèse d’une différence de nature entre les sociabilités en ligne et hors ligne n’empêche pas qu’elle puisse toujours faire sens du « point du vue indigène » (Geertz, 1974), c’est-à-dire au sein des représentations, des discours et des activités des mondes sociaux. Cet état de fait ne pouvant être nié, l’ethnographe engagé sur un terrain multiplexe devrait alors être en mesure de rendre compte de la manière dont cette frontière se concrétise et se justifie au sein des relations sociales qu’il explore (Slater, 2002). Il y a ici un enjeu scientifique fort, celui de faire de cette frontière un fait social à part entière, devant être documentée dans la variabilité de ses manifestations par l’étude des similarités, des connexions et des chevauchements par lesquels ces différents modes de sociabilité s’articulent (Wittel, 2000).

4Comment l’ethnographe doit-il procéder alors ? Il est, en effet, pris ici dans une injonction contradictoire, devant à la fois prendre garde à ne pas faire siennes les conceptions dualistes des sociabilités en ligne et hors ligne et en même temps, se les approprier suffisamment pour adopter les manières de faire et de penser le monde des groupes sociaux qu’il étudie afin d’être en mesure de tisser des liens avec les individus qui y évoluent. Pour résoudre le dilemme, l’analyse réflexive offre des solutions à deux niveaux. Tout d’abord, elle donne à l’ethnographe des ressources pour ajuster ses stratégies et ainsi créer des opportunités nouvelles d’enquête. Ensuite, elle invite le chercheur qui rédige son compte-rendu d’enquête à présenter cette frontière depuis son point de vue situé, c’est-à-dire, en présentant comment son parcours d’enquête a différemment profité des différents modes de sociabilité en vigueur dans le monde étudié.

5Un premier objectif de cet article est ainsi de montrer par l’exemple comment une enquête peut bénéficier de la mise en perspective au long cours par l’ethnographe de ses propres pratiques de communication numériques, c’est-à-dire de son « identité numérique ». Cet article s’inscrit en outre dans une démarche de sensibilisation à l’intention des étudiants et des chercheurs en sciences humaines et sociales au sujet de la manière dont nos agissements − en tant qu’enquêteur ou simplement pour notre usage personnel − sur les plateformes de communication numériques peuvent trouver une influence directe sur la réussite des projets d’enquête, même concernant des recherches qui ne s’intéressent pas spécifiquement à la question numérique. Mes expériences d’enseignement de la pratique de l’enquête de terrain à l’université m’ont appris que chez les étudiants comme chez nombreux de leurs enseignants, cette réalité est non seulement méconnue, mais est aussi souvent ignorée par manque de compréhension des enjeux à l’œuvre.

6Après une courte présentation des travaux antérieurs sur la question des sociabilités numériques, je commencerai par mettre en évidence l’existence de terrains d’enquêtes où l’articulation entre les sociabilités en ligne et hors ligne font l’objet de représentations conflictuelles et mouvantes, ce qui impose au chercheur des stratégies particulières d’enquête. Pour aborder les enjeux concrets que l’ethnographe peut rencontrer sur ces terrains, je prendrai ensuite l’exemple de mon expérience d’enquête entre 2007 et 2019 à l’Assemblée nationale française. Enfin, je présenterai de quelle manière l’analyse réflexive de mes propres pratiques numériques a permis non seulement de trouver des solutions, mais aussi de mettre en lumière le monde parlementaire sous un angle inédit.

Variété des terrains multiplexes

  • 1 Pour un aperçu, voir les états de l’art que proposent : Hine, 2005 ; Marres, 2012 et Millette et al (...)

7Nombreuses sont les propositions méthodologiques qui ont été formulées à ce jour pour mener des recherches en contexte numérique1. Toutes ne sont cependant pas applicables à l’enquête ethnographique (Boukala et al., 2020 ; Pink et al., 2015), dont l’enjeu est de produire de la connaissance scientifique à partir de situations de rencontres provoquées par le chercheur. Cette manière de concevoir l’enquête exige d’une façon ou d’une autre du chercheur qu’il explore des réseaux de relations sociales au sein d’un monde auquel il n’appartient pas et qu’il a préalablement circonscrit (Gupta et al., 1997). Cette expérience d’altérité est communément nommée « terrain », une notion complexe qui désigne autant un espace géographique, une temporalité et une position située dans un univers de relations (Burrell, 2009), dont il faut comprendre qu’elle est le produit à parts égales des configurations sociales particulières que le chercheur étudie et des intentions de recherche de ce dernier.

8Pour traiter des enquêtes ethnographiques où importent les frontières en ligne/hors ligne, il est utile de mobiliser le concept de « multiplexité ». Il est emprunté au champ de l’analyse des réseaux sociaux qui, depuis les travaux de Georg Simmel et Max Gluckman, et bien avant l’apparition d’Internet donc, s’intéressait à la pluralité des modes de relations entre des entités individuelles ou collectives données (Granovetter, 1973 ; Kapferer, 1969). Aujourd’hui, prendre pour sujet d’étude les sociabilités multiplexes ou simplement y insérer son objet d’étude (Mesch et al., 2006 ; Schnegg, 2018), consiste à conduire sa recherche par-delà toute opposition de principe entre les multiples modalités sociotechniques qui organisent la vie sociale (Dagiral et al., 2017). Ceci permet, par extension, de qualifier de « terrain multiplexe » toute enquête ethnographique qui adopte cette démarche, c’est-à-dire celle de tirer indifféremment parti de situations de rencontres effectuées en ligne, partiellement en ligne ou hors ligne.

9À ce jour, la littérature scientifique donne à voir essentiellement deux grands ensembles de terrains multiplexes, à concevoir comme des types idéaux wébériens. Après en avoir présenté les contours, je montrerai l’existence d’un troisième ensemble qui, à ma connaissance, ne fait encore l’objet que de travaux marginaux dans la littérature scientifique. Il rassemble pourtant des terrains où la pratique ethnographique trouve des enjeux inédits, où les enquêteurs sont amenés à interroger leurs propres pratiques numériques.

Les terrains à la multiplexité stable

10Le premier ensemble est constitué des enquêtes concernant des contextes où n’existent pas de représentations sociales tendant à instaurer une frontière entre les sociabilités en ligne et hors ligne, et qui ont comme dénominateur commun un souci de mettre en exergue l’étroite intrication de ces dernières. Il rassemble des travaux qui correspondent à la dynamique la plus récente des recherches sur les sociabilités numériques, dont l’enjeu est globalement de prendre le contre-pied d’une tendance contraire survalorisant les cas d’étude où ces deux types de sociabilités font l’objet de représentations profondément divisées, voire opposées (Dagiral et Martin, 2016). Les enquêtes sur l’usage du téléphone mobile chez les migrants (Diminescu, 2002), sur les mobilisations en ligne (Zaslavsky, 2019), sur la dispersion au travail (Datchary, 2012), sur les réseaux d’hospitalité (Neveu, 2019), sur les jeux vidéos (Boutet, 2012), sur la pratique d’activités créatives telles que le tricot (Zabban, 2016) en sont quelques exemples dans le champ des recherches francophones.

11Dans ce premier ensemble, l’ethnographe ne connaît pas l’injonction contradictoire présentée plus haut. L’hypothèse théorique continuiste trouve un prolongement direct dans les idiosyncrasies étudiées qui y adhèrent pareillement. La présence en ligne ou hors ligne de l’enquêteur n’importe alors que peu sur le contenu du corpus de données constitué, celui-ci possédant la liberté d’aborder son terrain sous l’angle qui lui semble préférable. Ici, la méthodologie de l’enquête de terrain peut être déployée de manière relativement conforme aux canons des disciplines anthropologiques et sociologiques, notamment au travers d’une posture d’observateur participant. Les contextes réunis ici sont par ailleurs aussi propices à la pratique de l’enquête partiellement ou totalement dissimulée dans la mesure où rien n’oblige l’ethnographe à donner corps à sa présence en ligne pour en observer les activités, il peut préférer en effet une démarche « non-intrusive » (Beaulieu, 2004, p. 146 et suiv.) ou une position de « lurker » (Berry, 2012, p. 38).

12À la différence des terrains réunis dans ce premier ensemble, d’autres en revanche connaissent une étanchéité des sociabilités en ligne et hors ligne qui est si marquée qu’elle constitue un pilier de l’ordre social étudié. Ce second ensemble réunit précisément des travaux s’inscrivant dans une tradition de recherche plus ancienne où l’enjeu est justement de mettre en exergue la manière dont l’émergence des technologies numériques s’est accompagnée de recompositions profondes de certains mondes sociaux. Dans ces contextes-ci, il importe que les individus puissent se façonner plusieurs personnalités et connaître ainsi des vies sociales parallèles, où ils ne trouvent pas les mêmes opportunités d’épanouissement personnel. Les travaux sur SecondLife (Boellstorff, 2015), les communautés hackers (Coleman, 2014), sur le phénomène « pro-ana » (Casilli et al., 2016) en constituent quelques exemples.

13Ici, la démarche multiplexe met l’ethnographe en porte-à-faux. Pour aborder dans leur globalité les vies sociales des groupes auxquels il s’intéresse, il n’a souvent pas d’autres choix que de scinder son enquête en deux, en ligne et hors ligne. Il doit donc concrètement se doter d’« avatars » (Casilli, 2010) pour interagir avec les individus dans une dimension de la vie sociale qui lui serait inaccessible autrement. La dualité de l’enquête se résout ensuite par l’analyse, lorsque le chercheur s’emploie à articuler dans son compte-rendu d’enquête les dimensions qu’il a observées séparément. C’est dans le cadre de ce type de contexte que la tendance à la « redistribution des méthodes » d’enquête a émergé (Marres, 2012), donnant à de multiples propositions telles que les approches « multimodales » (Dicks et al., 2006), « multisites » (Hine, 2007), « hybrides » (Cornillet et al., 2020) ou recourant au principe de la « triangulation » (Orgad 2005 ; Roginsky 2020).

Les terrains à la multiplexité dynamique

14Dans ces deux premiers ensembles, les cadres d’enquêtes ont en commun une stabilité de l’articulation entre les sociabilités en ligne et hors ligne. Que celles-ci soient perçues comme étroitement intriquées par les acteurs sociaux ou fassent l’objet d’une frontière stricte, le chercheur a ici affaire à des représentations évidentes qui ne sont pas frontalement mises en doute.

15Il existe pourtant des terrains où, à l’inverse, la possibilité d’une frontière entre les sociabilités en ligne et hors ligne constitue un enjeu fort qui est au centre de controverses, sur lequel les individus élaborent des discours et vis-à-vis duquel ils font preuve de réflexivité. Pour différentes raisons en effet, les intérêts des acteurs sociaux concernant cette frontière y divergent, faisant que les avis sur son tracé ou sa simple existence font l’objet de négociations et de conflits ouverts. Dans ces contextes, nous pouvons dire que les règles qui régissent la multiplexité des sociabilités sont mouvantes, ou dynamiques.

16L’ethnographe engagé sur ce type de terrain éprouve encore différemment l’injonction contradictoire présentée plus haut, en ce qu’il ne peut ni tenir cette frontière pour acquise ni la mettre en doute formellement. Qu’il retienne l’une ou l’autre de ces deux options, il sera perçu comme prenant parti dans un conflit où il n’a pas d’intérêts personnels à défendre. Le risque est alors élevé qu’il perde la possibilité d’accéder à une portion importante des réseaux de sociabilité qui l’intéressent. Il n’a d’autre choix pour mener son enquête que d’explorer au contraire les différents modes de sociabilité en vigueur, de manière indifférente et dans toute leur multiplicité, en tenant pour acquis qu’il n’a aucune idée de comment ceux-ci s’articulent et en se donnant pour objectif d’en décrire les logiques.

17En procédant de la sorte, il ne peut cependant rester en retrait, il lui faut s’investir personnellement dans ces dynamiques de sociabilités, accepter d’expérimenter certains modes d’interaction ou d’adopter temporairement certaines positions d’acteur et d’introduire un certain degré d’incertitude dans sa relation avec ses informateurs. Il doit en d’autres termes consentir à être « pris » (Favret-Saada, 1985) dans les rapports sociaux qu’il étudie car certaines dimensions de la vie sociale ne peuvent être rendues compte autrement. En contrepartie de cette prise de risque, l’ethnographe gagne un point de vue privilégié pour comprendre où se situent les divergences de représentations, quelles règles sont mises en question, quels individus lui sont accessibles ou lui sont interdits selon qu’il recourt à tel ou tel mode d’interaction.

18Un exemple connu de ce type de terrain est celui où Danah Boyd (2014) explore de manière compréhensive les sociabilités numériques des adolescents américains. L’auteure y montre précisément en quoi la manière dont les adolescents se représentent une frontière entre leurs sociabilités en ligne et hors ligne diverge des représentations sur ce plan de leur entourage, et les conflits d’interprétation que cela peut poser sur le plan de l’action. L’anecdote du jeune candidat noir recalé d’une prestigieuse université en raison des propos qu’il tenait sur son profil MySpace (p. 29) en est un exemple. On y voit aussi comment, selon les contextes d’action, cette frontière se déplace au gré des objectifs et des publics auxquels les adolescents s’adressent (p. 31 et suiv.). Cependant, Boyd ne détaille pas explicitement son positionnement vis-à-vis de ces derniers ni la stratégie méthodologique employée pour être leur confidente sans être assimilée aux adultes dont ils se méfient.

19Une recherche qui aborde plus frontalement le sujet est celle de Fred Pailler (2019) dans laquelle il étudie la manière dont les cultures sexuelles et sentimentales se conjuguent aux technologies numériques, notamment avec le développement des plateformes de communication. Si l’idée d’une frontière stricte en ligne/hors ligne ne fait pas sens dans ce contexte, c’est parce que les communautés sexuelles n’attribuent pas la même valeur aux rencontres physiques. L’auteur explique par ailleurs que les plateformes de rencontres sexuelles et sentimentales se distinguent précisément les unes des autres par les régimes de visibilité qu’elles proposent à leurs utilisateurs, et donc par l’articulation qu’elles leur permettent d’opérer entre leur sociabilité en ligne et hors ligne (p. 137 et suiv.). Pour y mener l’enquête, le chercheur doit recourir à une variété d’outils, mais surtout s’engager affectivement en prenant part aux échanges, en se faisant par exemple modérateur de contenus sur ces plateformes (p. 65 et suiv.).

Exemple détaillé d’un terrain à la multiplexité dynamique

20Dans ce dernier exemple, en engageant sa personne dans les réseaux de sociabilité qu’il étudie, l’ethnographe parvient à rendre compte finement de la dynamique et des enjeux des sociabilités multiplexes, en nous montrant que les frontières en ligne/hors ligne telles qu’elles sont perçues varient selon la position des acteurs et les modes d’interaction. Ceci permet à Pailler d’enquêter quasi exclusivement en ligne, sans pour autant adhérer lui-même à l’hypothèse du dualisme numérique (p. 43 et suiv.).

21Pour expliciter davantage ce type de démarche, je vais prendre pour exemple celle qui m’a occupé de 2007 à 2019 à l’Assemblée nationale française. Cette enquête a ceci d’original que je n’avais initialement aucun intérêt pour les sociabilités en ligne, je ne m’y suis impliqué que tardivement en découvrant qu’elles me donnaient un accès privilégié aux sociabilités hors ligne. Seule m’importait l’étude des transformations numériques de l’infrastructure parlementaire, par exemple sur le plan du processus législatif, du système de vote (Chibois, 2019a) et des systèmes de communication internes au Palais (Chibois, 2017). Je n’imaginais pas que les plateformes de communications telles que Twitter pouvaient avoir pris une place si centrale dans les sociabilités parlementaires (Chibois 2014b) qu’il me fallait en être utilisateur moi-même pour mener mon projet de recherche.

22Je vais commencer par présenter le contexte d’enquête particulier dans lequel cette réflexion prend racine, de façon à pointer précisément les défis qui peuvent se poser à l’ethnographe sur un terrain où les règles régissant le caractère multiplexe des sociabilités sont dynamiques. Je détaillerai ensuite avec quelques exemples comment la mise en perspective de mes propres pratiques numériques a été essentielle pour élaborer une stratégie d’enquête adaptée aux spécificités de mon terrain.

L’ethnographe face au huis clos parlementaire

23Rappelons pour commencer que depuis l’installation de la représentation nationale au Palais Bourbon en 1798, après différents incidents liés à la perturbation de la séance par le public durant la période révolutionnaire, il est admis que l’ensemble des travaux menés entre les murs du palais, a fortiori à l’intérieur de l’hémicycle, doivent se dérouler hors de toute influence extérieure (Gardey, 2015, chap. 2). En contrepartie de ce huis clos, la visibilité médiatique des débats a été organisée, d’abord sous la forme d’un compte-rendu exhaustif produit par l’administration parlementaire à partir de 1848 (Coniez, 2010) et mis en ligne sur le site Internet de l’institution à partir de 1997, puis complété d’une retransmission vidéo intégrale des débats en commission et dans l’hémicycle à partir du début des années 2010.

  • 2 Dans les faits, les collaborateurs et le personnel de l’administration sont à mi-chemin entre ces a (...)

24Cette articulation entre le principe du huis clos et le principe de la publicité des débats trouve comme première conséquence l’instauration d’une distinction de principe entre deux types de protagonistes du monde parlementaire (Heurtin, 1994) : ceux qui en seraient les acteurs, à savoir les élus de la République dont le mandat est en cours, et ceux qui en seraient les observateurs, c’est-à-dire le reste de la population nationale2. C’est au nom de ce principe que le cœur fonctionnel du Palais Bourbon a été petit à petit réservé à l’usage exclusif des élus, conduisant à l’éloignement et à l’effacement graduel des autres catégories de protagonistes des affaires parlementaires. La fermeture progressive de l’hémicycle au cours de la Première République relève de cette logique de même que, à la fin du 19e siècle, la construction d’une aile dédiée à l’accueil des journalistes et l’installation du téléphone au Palais a participé à réduire significativement les circulations intempestives du personnel de l’administration (Chibois, 2017). Mais c’est certainement l’instauration d’un système de badge à la fin des années 1980, rendus électroniques à partir des années 1990, puis adossés à des dispositifs automatiques de contrôle d’accès durant la décennie 2000, qui a consacré définitivement ce processus (Chibois, 2019b, chap. 1).

25Dès lors, l’administration parlementaire a pu mettre en pratique une « politique de séparation des flux » d’individus, destinée à gérer finement les circulations d’une myriade de statuts et de régimes de circulation prédéfinis. C’est à ce moment qu’est née l’obligation pour tous les personnels de porter leur badge en permanence, de même que la systématisation des contrôles visuels en différents lieux de passage à l’intérieur du Palais pour en filtrer les accès au cas par cas. Les députés sont restés les seuls à ne pas être soumis à l’obligation du port de badge, illustrant symboliquement le fait qu’ils sont en ce lieu les acteurs pleinement légitimes. En bref, dans le monde parlementaire tout est aujourd’hui organisé de telle sorte que la capacité d’un individu à s’approcher du centre du Palais et de ses lieux de sociabilités dépend directement de la nature de sa contribution directe aux missions dévolues au pouvoir législatif.

  • 3 Voir par exemple le discours véhiculé par le kit pédagogique « L’Assemblée nationale en huit leçons (...)

26Pour l’ethnographe, qui n’est pas élu et qui n’est donc pas acteur du travail parlementaire mais un de ses observateurs, cela signifie concrètement qu’il n’a pas de possibilité de pénétrer au Palais autrement que très ponctuellement, à l’inverse du message d’accueil et d’ouverture affiché par l’institution aimant se présenter comme « la maison des citoyens »3. Il ne peut que demander des rendez-vous aux parlementaires − entreprise ardue s’il en est (Busby, 2011) − assister à des séances dans les tribunes et éventuellement avec un peu de chance participer à une visite guidée. Ses possibilités d’interactions spontanées avec les députés sont ainsi nulles (sauf à le rencontrer hors du cadre du palais) et encore moins avec les collaborateurs et les fonctionnaires. Notons qu’être soi-même collaborateur de député n’offre pas non plus d’avantage sur ce plan, tant les apports de cette catégorie de personnel au travail législatif figurent parmi ceux dont la légitimité est la moins reconnue. En effet d’une part ceux-ci ne peuvent accéder qu’aux bâtiments et couloirs où se situe le bureau du député ou du groupe qui les emploie ainsi qu’à quelques espaces communs et que, d’autre part, le fait d’aller à la rencontre des gens dans le palais est considéré comme un trouble à sa quiétude nécessaire qui est puni d’un raccompagnement immédiat à la sortie.

L’ethnographe et la reconfiguration des sociabilités parlementaires

27Une seconde conséquence importante de cette articulation entre le principe du huis clos et le principe de la publicité des débats est qu’il existe à l’Assemblée nationale une opposition structurelle entre les sociabilités parlementaires ayant vocation à être médiatisées et celles qui ne le sont pas. L’organisation de la publicité parlementaire a eu en effet pour résultat direct de séparer le débat effectif − tel que vécu par les parlementaires − et sa « visibilité médiatique » (Thompson, 2005) − telle que rapportée, policée et idéalisée par l’institution au travers du compte-rendu intégral des débats ou de la retransmission des séances de questions au gouvernement (Morel, 2018 ; Nicolas, 2013).

28Jusqu’à la fin des années 1990, pour maîtriser la visibilité médiatique des débats, il suffisait pour le Bureau de contrôler les accès et les circulations des individus dans le Palais, cela en s’appuyant sur la distinction entre acteurs et observateurs du processus législatif, présentée précédemment. Cette contrainte spatiale garantissait de facto le respect du huis clos. D’une part, parce que nul ne pouvait matériellement rendre compte des débats en séance pendant leur déroulement, les députés eux-mêmes devant se rendre dans leur bureau pour téléphoner, envoyer un fax ou utiliser le minitel. D’autre part, parce que le personnel de l’administration parlementaire, chargée de faire appliquer la politique du Bureau, possédait toute la compétence pour organiser les modalités de rencontre entre les acteurs et observateurs (où, quand et comment) ; par exemple dans le cadre réglementé et surveillé de la salle des Quatre Colonnes.

29Toutefois, au fur et à mesure de l’apparition de la radio, puis de la télévision (Le Torrec, 2005), et plus encore des terminaux mobiles individuels, cette frontière séculaire a été mise sous pression. Une première brèche sérieuse dans le principe du huis clos a d’abord été ouverte par l’usage massif du SMS, canal de communication privilégié entre les députés, leurs collaborateurs et les journalistes. Subitement, la contrainte spatiale ne s’appliquait plus, les échanges entre acteurs et observateurs pouvaient avoir lieu en tout point du palais − et même en séance − sans que l’administration ne puisse s’y opposer. L’irruption des plateformes de communication numérique à la fin des années 2010 a encore accentué le phénomène, offrant à tous des audiences élargies. Pour comprendre ces évolutions, il faut les situer dans le cadre de « luttes pour la visibilité » (Voirol, 2005) où l’enjeu est explicitement − pour les acteurs comme pour les observateurs du travail parlementaire − d’affranchir les sociabilités internes à la vie du Palais Bourbon du carcan institutionnel (Chibois 2014b).

30Entre 2010 et 2013, le monde parlementaire a ainsi été traversé par un conflit de représentations concernant le statut des sociabilités numériques. Pour le Bureau et par extension l’administration, la remise en question de principes de fonctionnement séculaires était impensable. Ils défendaient donc une conception des régimes de visibilité médiatique où l’opposition en ligne/hors ligne devait perpétuer l’opposition publicité/huis clos des débats. À l’inverse pour nombre de députés, de collaborateurs et de journalistes, les sociabilités numériques n’entraient pas en opposition avec les sociabilités en face-à-face, mais elles les complétaient en les densifiant. Pour ces derniers, tracer une frontière entre ces deux univers de sociabilité ne faisait pas sens, chacun trouvant dans l’un et dans l’autre des opportunités pour atteindre ses objectifs professionnels. Cet antagonisme a connu son apothéose et a été ainsi mis en évidence aux yeux de tous, en février 2013 lors de l’examen du projet de loi pour l’extension du mariage aux personnes de même sexe, durant lequel les débats en séance ont été plusieurs fois interrompus en raison de propos tenus sur Twitter (Chibois 2014a). Nombreux ont été les débats à cette occasion concernant la frontière qu’il convenait de tracer entre les sociabilités en ligne et hors ligne.

31Pour l’enquête ethnographique, ce contexte a offert des opportunités initialement insoupçonnées, l’usage croissant des plateformes de communication au sein du monde parlementaire ayant eu pour bénéfice principal de décloisonner les interactions au sein des observateurs (collaborateurs, administrateurs, journalistes et citoyens). Il en a résulté une situation d’enquête déroutante, mais par laquelle ce terrain a précisément acquis son caractère multiplexe. Tandis qu’en dépit de multiples demandes d’accès j’étais tenu à l’écart des lieux physiques du travail législatif, ma présence s’avérait à l’inverse bienvenue au sein des sociabilités numériques. En imitant les autres observateurs, j’ai alors non seulement compris comment jouer de la diversité des modes d’interactions pour rencontrer les députés, les collaborateurs et les personnels de l’administration, mais également pris la mesure des enjeux du conflit de représentation autour de la visibilisation médiatique des activités législatives.

Analyses réflexives et stratégies d’enquête

32Avec cet exemple, on voit que le terrain peut imposer à l’ethnographe qu’il se conforme a minima aux représentations « indigènes » des frontières en ligne/hors ligne, ne serait-ce que pour y ajuster ses pratiques d’investigation. Ceci le rapproche des enquêteurs qui explorent le second ensemble de terrains présentés plus haut, où la frontière est franche au point où l’enquêteur doit scinder son enquête. Un élément important cependant les distingue : dans un monde social comme celui-ci, le dualisme numérique ne constitue pas une norme faisant l’unanimité, mais ses représentations cohabitent avec les représentations continuistes.

33Cette particularité pose des enjeux spécifiques d’enquête puisqu’il ne suffit pas à l’ethnographe de pratiquer deux enquêtes et de repousser leur articulation au temps d’analyse. Il doit à l’inverse incessamment articuler ses sociabilités en ligne et hors ligne de façon, d’une part à préserver « le fil rouge entre profils et individus » (Neveu 2019, p. 55) et d’autre part, à présenter à l’ensemble de ses interlocuteurs une même image du chercheur et de son projet que tous puissent pareillement partager. Sans cet effort, le risque est qu’à son insu, l’enquête finisse par ne concerner qu’un mode de sociabilité particulier et ainsi s’enferme − ou s’« enclique » (Olivier De Sardan 1995) − dans une faction restreinte du monde social considéré. La contrepartie de cet effort est qu’il peut alors véritablement tirer parti du caractère multiplexe de son terrain, en profitant d’opportunités offertes d’un côté pour ouvrir de nouvelles portes de l’autre.

34Ainsi, l’ethnographe gagne à considérer son identité comme étant elle-même multiplexe, ou « mixte » (Georges, 2011, p. 32), c’est-à-dire comme la somme des manières dont il apparaît aux yeux de ses interlocuteurs au sein de la variété des modes de sociabilités en vigueur. De manière générale, il importe que cette identité soit maîtrisée et cela sous ses différentes facettes, tant les modalités de la présence du chercheur influent directement sur les rencontres qu’il fait dans son terrain (Blondet, 2010 ; Daniels, 1983 ; Kleinman et al., 1994 ; Schinz, 2002). Il y a ici un geste réflexif incontournable pour prendre la mesure du type de la relation ethnographique construite durant l’enquête de terrain, permettant de questionner aussi bien « la scène historique où se joue la rencontre entre l’[ethnographe] et ses interlocuteurs » que le « rapport inégal qui se noue entre l’enquêteur et les enquêtés » (Fassin, 2008, p. 9).

L’identité numérique de l’ethnographe, un outil de méthode

35De manière plus spécifique, la maîtrise de la facette numérique de cette identité est décisive dans le cadre des terrains multiplexes, aussi bien sur les terrains où le chercheur prend directement pour objet les sociabilités numériques que sur ceux où il ne s’y intéresse pas directement. Les individus sont en effet toujours soucieux de savoir à quel enquêteur ils ont affaire et interroger les moteurs de recherche des différentes plateformes de communication reste à ce jour le meilleur moyen de le faire. Tout ethnographe devrait ainsi tenir pour acquis qu’engager l’enquête, c’est aussi soi-même faire l’objet de la curiosité d’individus, qui adapteront leur posture et leurs discours à la première idée qu’ils se feront de lui (Stocking, 1984).

36Pour bien saisir les défis que l’identité numérique pose à l’ethnographe, il faut comprendre que celle-ci constitue avant tout un « dispositif de médiation » (Georges 2011, p. 35), au sens où agir sur celle-ci revient moins à façonner sa propre personne qu’à façonner les relations que l’on entretient avec autrui. Ce dispositif de médiation doit par ailleurs être envisagé comme une « collection de traces » (Merzeau, 2009) plutôt que comme une construction sociotechnique unifiée. Ces traces sont tout d’abord les profils ou les avatars, c’est-à-dire des contenus personnalisables où les usagers des plateformes peuvent se présenter. Elles sont aussi ces contenus que nous mettons volontairement en ligne pour échanger, pour exprimer des idées, pour présenter des créations, sous la forme par exemple de billets de blog ou de tweets. Ces traces enfin sont ces informations et ces métriques que nous livrons malgré nous et qui informent les autres usagers de nos goûts, nos centres d’intérêts, nos interlocuteurs privilégiés, etc. (Ertzscheid, 2013, p. 15).

37Ce dispositif de médiation, l’ethnographe gagne pour sa part à l’utiliser comme un outil de méthode pour tenter d’agir sur les interactions sociales qu’il tisse sur terrain et se faciliter l’accès aux informateurs qu’il convoite. Plus encore, il peut faire de cette identité numérique un objet d’expérimentation en la façonnant pour tester à tâtons, les avantages et les inconvénients d’une telle configuration, voire y apporter des modifications ponctuelles pour une étape spécifique de l’enquête. Dans cette idée, il peut également se doter de faux profils supplémentaires, pour multiplier les accès aux sociabilités étudiées (Pailler 2019, p. 50 et suiv.). Plus généralement, en suivant cette voie, l’enquêteur se munit d’un moyen efficace pour évaluer la manière dont sa présence est perçue dans le monde considéré et donc pour travailler celle-ci.

Twitter, espace de sociabilités parlementaires

38Les plateformes numériques de communication possèdent cet intérêt essentiel pour l’ethnographe que chacune offre des fonctionnalités et des possibilités d’interaction identiques à tous ses usagers. L’enquêteur a ainsi toute possibilité d’ouvrir un compte sur celle(s) utilisée(s) de manière privilégiée au sein du monde qu’il étudie pour prendre part aux sociabilités qui s’y déploient, il y a même intérêt. Cette recommandation n’est pas aussi évidente qu’elle pourrait paraître, mes expériences d’enseignement des méthodes d’enquête à l’université m’ayant apprises que nombreux sont les enquêteurs à découvrir par hasard l’existence de sociabilités numériques chez les individus auprès de qui ils enquêtent, des formes de sociabilités qui échappent donc à leur observation

  • 4 Dont les discussions rassemblées sous le mot-dièse #directAN constituait le centre de l’attention.

39Dans le monde parlementaire, c’est sur Twitter que les députés, mais surtout les collaborateurs et les journalistes, ont pris l’habitude de se retrouver. J’ai découvert moi-même fortuitement l’étendue des interactions que cette plateforme accueillait au printemps 2010, quand plusieurs députés ont fait polémique pour y avoir fait le récit en direct de réunions à huis clos. En créant mon propre compte un peu plus tard, il m’est apparu que cet espace de sociabilité4 était surtout le lieu où les observateurs de la vie parlementaire se retrouvaient au quotidien pour échapper aux cadres imposés par l’institution. Sur Twitter en effet, les règles d’accès et de circulation en vigueur au Palais ne s’appliquant pas, il y était facile de partager des informations politiques, législatives ou simplement relatives à la vie parlementaire ordinaire et ce de manière transpartisane.

40J’ai commencé par observer silencieusement les échanges qui s’y déroulaient, par identifier les usagers-clés et par tenter de cerner les affinités et les positionnements partisans des uns et des autres. Puis progressivement, j’ai manifesté mon intérêt pour les discussions et je me suis autorisé à poser des questions, en donnant à voir de moi l’identité d’un étudiant faisant une thèse sur l’Assemblée. J’ai appris ainsi comment créer de temps à autre des situations d’interactions publiques de quelques minutes entre des personnes avec qui il m’aurait autrement été impossible non seulement d’échanger durant les heures de travail mais pas non plus de réunir en un même espace-temps. Par exemple, au lendemain des élections sénatoriales en septembre 2014, j'ai posé à un journaliste parlementaire une question sur l’étrange stratégie d’un député qui démissionnait pour devenir sénateur et avant même sa réponse obtenue, trois collaborateurs se sont invités dans l’échange pour me proposer leur interprétation et en débattre brièvement avant de retourner vaquer à leurs occupations.

41Au fur et à mesure, j’ai aussi appris à imiter les modes d’interactions, notamment les manières de s’adresser aux quelques députés fréquentant assidûment cet espace de sociabilités. Par petites touches, j’ai transformé mon identité numérique pour gommer son caractère estudiantin et faire davantage apparaître celui d’un universitaire spécialiste du Parlement, aussi bien sur mon profil que dans mes manières d’interagir. Je me suis alors enhardi à proposer des rencontres avec toutes les catégories d’individus que je pouvais atteindre par cette voie, afin d’effectuer des entretiens sur leur lieu de travail. Rien ne m’aurait certes empêché de les réaliser en ligne, mais j’entendais profiter de l’occasion pour arpenter à mon gré le Palais Bourbon en profitant des badges ponctuels d’accès. Cette stratégie a porté ses fruits et les sociabilités sur Twitter sont aujourd’hui encore mon principal moyen d’accéder à la vie politique de l’Assemblée, en ligne comme hors ligne.

Le carnet de recherche en ligne, espace de lisibilité scientifique

  • 5 Ayant pour titre principal « LASPIC | Carnet », ce carnet possédait aussi un sous-titre qui évoluai (...)

42Ce terrain a enfin acquis une dimension pleinement multiplexe quand j’ai explicitement adossé mes interactions sur Twitter à mon carnet de recherche en ligne5, hébergé sur Hypotheses.org. J’avais commencé à écrire sur ce support quelques mois plus tôt, après mes premiers pas sur le terrain, ayant perçu à plusieurs reprises chez mes interlocuteurs le besoin de se faire une idée par eux-mêmes du chercheur que je pouvais être, avant d’accepter de me livrer leur témoignage. N’ayant à ce moment aucune publication académique à mon actif, la pratique du « blogging scientifique » (Blanchard, 2009) dans le cadre balisé d’une plateforme institutionnelle avait été la solution. Je l’avais ensuite associé progressivement à mes interactions sur Twitter, en invitant mes contacts du monde parlementaire à prendre connaissance de mes derniers billets parus.

43Ce carnet de recherche a été en lui-même un support important de mon identité numérique d’ethnographe. Il visait d’abord à donner une existence formelle et vivante à mon projet de recherche, par la mise en scène de la problématique autour d'illustrations, de listes de liens, de textes périphériques et de billets. Il me permettait également de faire la démonstration de ma posture d’observateur neutre sur le plan partisan en même temps que critique sur le plan scientifique. Les billets pouvaient ainsi rendre compte d’ouvrages et de réflexions en cours, être l’occasion d’un portrait de député sur un thème particulier, ou être le lieu d’annonce d’une publication académique de ma part. J’évitais cependant les sujets d’actualité politique afin de me distancier des discours journalistiques. Les textes que je produisais ont petit à petit trouvé leur public, aussi bien chez les acteurs que les observateurs de l’Assemblée.

  • 6 Regards Citoyens est une association française qui vise à « proposer un accès simplifié au fonction (...)

44Mon terrain a alors connu un basculement, quand j’ai été invité à participer à un événement par l’association Regards Citoyens6, dont j’avais fait la connaissance par certains de ses membres en ligne. À cette occasion, un journaliste parlementaire avec qui j’échangeais aussi en ligne depuis plusieurs mois m’a présenté à la secrétaire générale de l’Assemblée et de la présidence, la plus haute autorité de l'administration parlementaire, m’offrant l’opportunité de lui présenter mon projet de recherche et mon besoin de mener des observations au sein des services législatifs et administratifs. Plusieurs années plus tard, un collègue m’a rapporté que celle-ci l’avait consulté par la suite pour s’assurer de mon sérieux. Ne me connaissant pas à cette époque, il s’est appuyé sur mon carnet de recherche pour se faire une idée de mes travaux et apporter une réponse positive à mon égard. De cette manière, mes cheminements en ligne et hors ligne au sein des sociabilités parlementaires se sont croisés à de multiples niveaux.

45Durant les mois d’enquête qui ont suivi dans l’administration de l’Assemblée, ce type d’interconnexions entre les différents modes de sociabilité a ensuite été fréquent. C’est ainsi par exemple, qu’une directrice des services de l’administration que je rencontrais pour la première fois avait imprimé et posé sur son bureau mon dernier billet publié afin de le commenter en ma compagnie, et m’avait ensuite présenté comme son auteur à l’ensemble de son personnel. Mes billets, en étant sujets de discussions, ont été eux-mêmes des vecteurs d’interactions sociales, qui ont constitué souvent des occasions pour moi d’approfondir mes connaissances du monde parlementaire. Plus largement, avancer en parallèle sur les versants en ligne et hors ligne des sociabilités parlementaires m’a offert non seulement de saisir avec précision quels étaient les enjeux du huis clos des activités législatives, mais également d’en contourner les contraintes pour créer malgré tout, des opportunités de rencontre.

Conclusion

46Les stratégies d’enquête que j’ai déployées pour ma part à l’Assemblée nationale paraîtront certainement difficiles à généraliser, tant les mondes de la politique institutionnelle possèdent leurs spécificités. Elles témoignent toutefois de l’existence de terrains qui ne sont pas à ce jour fréquemment mentionnés dans la littérature scientifique et avec lesquels, comme j’ai été amené à le faire, il faut pouvoir composer. Leur principale spécificité réside dans le fait que les individus composant le monde social considéré ne partagent pas entre eux les mêmes avis au sujet de la dualité des sociabilités en ligne et hors ligne, ce qui engendre des tensions multiples que l’ethnographe ne peut ignorer.

47À l’aide du concept de multiplexité, je me suis efforcé alors de présenter en quoi ce type de terrain méritait une attention particulière, sur le plan méthodologique comme épistémologique. Ce sont des cadres d’enquête privilégiés pour faire de cette articulation en ligne/hors ligne un fait social à part entière, dont il est nécessaire de documenter les représentations différenciées et qu’il faut analyser comme tel. S’il est aujourd’hui admis que le dualisme numérique des sociabilités est une hypothèse théorique erronée et appartenant au passé, ce dualisme reste toutefois incontournable en tant que représentation idiosyncratique sur certains terrains. Ce dualisme pourrait par conséquent encore être au centre de nombreuses controverses dans les récits d’ethnographes, tant il est directement associé à l’identité de certains groupes sociaux.

Haut de page

Bibliographie

Abélès, M. (1995) ‘Pour une anthropologie des institutions’, L’Homme, 35(135), pp. 65–85. doi : 10.3406/hom.1995.369951.

Beaulieu, A. (2004) ‘Mediating ethnography: objectivity and the making of ethnographies of the internet’, Social Epistemology, 18(2–3), pp. 139–163. doi: 10.1080/0269172042000249264.

Berry, V. (2012) ‘Ethnographie sur Internet  : rendre compte du «  virtuel  »’, Les Sciences de l’éducation - Pour l’Ère nouvelle, 45(4), pp. 35–58. doi : 10.3917/lsdle.454.0035.

Blanchard, A. (2010) ‘Ce que le blog apporte à la recherche’, in OpenEdition Press. Cléo/OpenEdition, pp. 157–166. Available at: http://press.openedition.org/172 (Accessed: 26 March 2012).

Blondet, M. (2010) ‘Le genre de l’anthropologie. Faire du terrain au féminin’, in Fassin, D. and Bensa, A. (eds), Les politiques de l’enquête. Paris: La Découverte.

Boellstorff, T. (2015) Coming of age in Second Life: an anthropologist explores the virtually human. Princeton, New Jersey : Princeton University Press.

Boukala, M. and Cerclet, D. (2020) ‘L’enquête ethnographique face aux enjeux théoriques et méthodologiques du numérique’, Parcours anthropologiques, (15), pp. 1–25. doi : 10.4000/pa.861.

Boutet, M. (2012) ‘Jouer aux jeux vidéo avec style. Pour une ethnographie des sociabilités vidéoludiques’, Réseaux, n° 173-174(3), pp. 207–234.

boyd, d. (2014) It’s Complicated: The Social Lives of Networked Teens. New Haven London: Yale University Press.

Burrell, J. (2009) ‘The Field Site as a Network: A Strategy for Locating Ethnographic Research’, Field Methods, 21(2), pp. 181–199. doi: 10.1177/1525822X08329699.

Busby, A. (2011) ‘ “You’re not going to write about that are you?”: what methodological issues arise when doing ethnography in an elite political setting?’, in. SEI Working Paper, University of Sussex: Sussex European Institute. Available at: https://core.ac.uk/display/23185217 (Accessed: 15 September 2020).

Cardon, D. and Smoreda, Z. (2014) ‘Réseaux et les mutations de la sociabilité’, Réseaux, (184–185), pp. 161–185. doi : 10.3917/res.184.0161.

Casilli, A. A. (2010) Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? Paris : Éditions du Seuil.

Casilli, A. A. and Tubaro, P. (2016) Le phénomène « pro-ana » : troubles alimentaires et réseaux sociaux. Paris : Presses des Mines.

Chibois, J. (2014a) ‘Twitter a­-t­-il bousculé le droit parlementaire  ?’, in Politics & Social Media, Dijon. Available at: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01153633/document (Accessed: 4 March 2019).

Chibois, J. (2014b) ‘Twitter et les relations de séduction entre députés et journalistes. La salle des Quatre Colonnes à l’ère des sociabilités numériques’, Réseaux, 6(188), pp. 201–228. doi : 10.3917/res.188.0201.

Chibois, J. (2017) ‘Les téléphonistes de la Chambre. Infrastructure de communication et division du travail au Palais Bourbon sous la Troisième République’, Revue française de science politique, 67(4), pp. 653–673. doi : 10.3917/rfsp.674.0653.

Chibois, J. (2019a) ‘Le vote électronique à l’Assemblée. Prévenir et contenir la panne en République’, Techniques & Culture, Supplément au n° 72 [en ligne]. Available at : http://journals.openedition.org/tc/13224 (Accessed : 12 December 2019).

Chibois, J. (2019b) «  L’Assemblée du 21e siècle  ». Anthropologie et histoire des infrastructures de communication d’une institution politique d’État. Thèse de doctorat. Paris: EHESS.

Coleman, G. (2014) Hacker, hoaxer, whistleblower, spy: The many faces of Anonymous. Londres : Verso books.

Coniez, H. (2010) ‘L’invention du compte rendu intégral des débats en France (1789-1848)’, Parlement[s], Revue d’histoire politique, n° 14(2), pp. 146–158. doi : 10.3917/parl.014.0146.

Cornillet, T. and Datchary, C. (2020) ‘Pour un usage raisonné de la numérisation de l’enquête ethnographique’, Parcours anthropologiques, (15), pp. 40–57. doi : 10.4000/pa.947.

Dagiral, É. and Martin, O. (eds) (2016) L’ordinaire d’internet. Paris : Armand Colin.

Dagiral, É. and Martin, O. (2017) ‘Liens sociaux numériques. Pour une sociologie plus soucieuse des techniques’, Sociologie, 8(1). Available at : http://journals.openedition.org/sociologie/3149.

Dagiral, É. and Martin, O. (eds) (2016) L’ordinaire d’internet. Armand Colin (Individu et Société). Available at: https://www.cairn.info/l-ordinaire-d-internet--9782200613112.htm (Accessed: 10 September 2020).

Daniels, A. K. (1983) ‘Self-deception and self-discovery in fieldwork’, Qualitative Sociology, 6(3), pp. 195–214. doi: 10.1007/BF00987446.

Datchary, C. (2012) La dispersion au travail. Toulouse: Octares Editions.

Dicks, B., Soyinka, B. and Coffey, A. (2006) ‘Multimodal Ethnography’, Qualitative Research, 6(1), pp. 77–96. doi: 10.1177/1468794106058876.

Diminescu, D. (2002) ‘L’usage du téléphone portable par les migrants en situation précaire’, Hommes et migrations, (1240), pp. 66–79.

Ertzscheid, O. (2013) Qu’est-ce que l’identité numérique  ?  : Enjeux, outils, méthodologies. Marseille : OpenEdition Press (Encyclopédie numérique). Available at : http://books.openedition.org/oep/332 (Accessed : 15 September 2020).

Fassin, D. (2008) ‘Introduction. L’inquiétude ethnographique’, in Fassin, D. and Bensa, A. (eds) Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques. Paris : La Découverte, pp. 7–15.

Favret-Saada, J. (1985) Les mots, la mort, les sorts. Paris : Gallimard.

Gardey, D. (2015) Le linge du Palais-Bourbon  : corps, matérialité et genre du politique à l’ère démocratique. Paris: Éditions Le Bord de l’eau.

Geertz, C. (1974) ‘“From the Native’s Point of View”: On the Nature of Anthropological Understanding’, Bulletin of the American Academy of Arts and Sciences, pp. 26–45. doi: 10.2307/3822971.

Georges, F. (2011) ‘L’identité numérique sous emprise culturelle’, Les Cahiers du numérique, 7(1), pp. 31–48.

Granovetter, M. S. (1973) ‘The strength of weak ties’, American journal of sociology, 78(6), pp. 1360–1380.

Gupta, A. and Ferguson, J. (1997) Anthropological Locations: Boundaries and Grounds of a Field Science. Berkeley: University of California Press.

Heurtin, J.-P. (1994) ‘Architectures morales de l’Assemblée nationale’, Politix, 7(26), pp. 109–140. doi: 10.3406/polix.1994.1845.

Hine, C. (ed.) (2005) Virtual Methods. Issues in Social Research on the Internet. Oxford ; New York: Berg.

Hine, C. (2007) ‘Multi-sited Ethnography as a Middle Range Methodology for Contemporary STS’, Science, Technology, & Human Values, 32(6), pp. 652–671.

Jurgenson, N. (2012) ‘When Atoms Meet Bits: Social Media, the Mobile Web and Augmented Revolution’, Future Internet, 4(1), pp. 83–91. doi: 10.3390/fi4010083.

Kapferer, B. (1969) ‘Social networks in urban situations’, in Mitchell, C. (ed.) Norms and the manipulation of relationships in a work context. Manchester: University of Manchester Press, pp. 181–244.

Kleinman, S. and Copp, M. A. (1993) Emotions and fieldwork. Newbury Park, CA: Sage publications (Qualitative Research Methods, 28).

Le Torrec, V. (2005) ‘Aux frontières de la publicité parlementaire  : les assemblées et leur visibilité médiatisée’, Réseaux, 1(129–130), pp. 181–208. doi : 10.3917/res.129.0181.

Marres, N. (2012) ‘The Redistribution of Methods: on Intervention in Digital Social Research, Broadly Conceived’, The Sociological Review, 60, pp. 139–165. doi: 10.1111/j.1467-954X.2012.02121.x.

Merzeau, L. (2009) ‘Présence numérique  : les médiations de l’identité’, Les Enjeux de l’information et de la communication, Volume 2009(1), pp. 79–91.

Mesch, G. and Talmud, I. (2006) ‘The Quality of Online and Offline Relationships: The Role of Multiplexity and Duration of Social Relationships’, The Information Society, 22(3), pp. 137–148. doi: 10.1080/01972240600677805.

Millette, M. et al. (eds) (2020) Méthodes de recherche en contexte numérique. Une orientation qualitative. Montréal : Presses de l’Université de Montréal.

Morel, B. (2018) ‘Ce que conte le compte rendu : l’institution d’un ordre parlementaire idéalisé’, Droit et Société, (98), p. 254. doi : 10.3917/drs.098.0179.

Neveu, P. (2019) ‘Entre profils et discours : les environnements « en ligne » et « hors ligne » comme source de données complémentaires dans un réseau d’hospitalité’, Recherches qualitatives, (24), pp. 51–27.

Nicolas, V. (2013) ‘Les questions au gouvernement  : quelle(s) mise(s) en scène  ?’, in Le Parlement aux écrans  ! Le Mans : L’Épitoge, pp. 35–45.

Olivier de Sardan, J.-P. (1995) ‘La politique du terrain. Sur la production des données en anthropologie’, Enquête. Anthropologie, Histoire, Sociologie, (1), pp. 71–109. doi: https://doi.org/10.4000/enquete.263.

Orgad, S. (2005) ‘From online to offline and back: moving from online to offline relationships with research informants’, in Hine, C. (ed.) Virtual Methods: Issues in Social Research on the Internet. Oxford, UK : Berg, pp. 51–66.

Pailler, F. (2019) Les affects classifiés  : numérique et médiations sexuelles. Thèse de doctorat. Nantes. Available at : https://www.theses.fr/2019NANT2045 (Accessed : 22 September 2020).

Pastinelli, M. (2011) ‘Pour en finir avec l’ethnographie du virtuel  ! Des enjeux méthodologiques de l’enquête de terrain en ligne’, Anthropologie et Sociétés, 35(1–2), pp. 35–52. doi : https://doi.org/10.7202/1006367ar.

Pink, S. et al. (2015) Digital ethnography : Principles and practice. Sage.

Roginsky, S. (2020) ‘Les terrains de recherche en ligne et hors-ligne  : proposition pour une triangulation des méthodes’, in Millerand, F. et al. (eds) Méthodes de recherche en contexte numérique. Une orientation qualitative. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, pp. 119–136.

Schinz, O. (2002) ‘Pourquoi les ethnologues s’établissent en enfer  ? Maîtrise de soi, maîtrise de son terrain’, ethnographiques.org, (1). Available at : http://www.ethnographiques.org/2002/Schinz (Accessed : 31 March 2013).

Schnegg, M. (2018) ‘Institutional multiplexity: social networks and community-based natural resource management’, Sustainability Science, 13(4), pp. 1017–1030. doi: 10.1007/s11625-018-0549-2.

Slater, D. (2002) ‘Social relationships and identity online and offline’, Handbook of new media: Social shaping and consequences of ICTs, pp. 533–546.

Stocking, G. W. (1984) Observers observed: Essays on ethnographic fieldwork. Univ of Wisconsin Press.

Strauss, A. (1978) ‘A Social World Perspective’, Studies in Symbolic Interaction, 1(1), pp. 119–128.

Thompson, J. B. (2005) ‘The New Visibility’, Theory, Culture & Society, 22(6), pp. 31–51. doi: 10.1177/0263276405059413.

Voirol, O. (2005) ‘Les luttes pour la visibilité. Esquisse d’une problématique’, Réseaux, (129–130), pp. 89–121. doi : 10.3917/res.129.0089.

Wittel, A. (2000) ‘Ethnography on the Move: From Field to Net to Internet’, Forum Qualitative Sozialforschung / Forum: Qualitative Social Research, 1(1). doi: 10.17169/fqs-1.1.1131.

Zabban, V. (2016) ‘Tricoter en public. Internet et le “coming out” de la tricoteuse’, in Dagiral, É. and Martin, O. (eds) L’ordinaire d’Internet. Le Web dans nos pratiques et relations sociales. Paris : Armand Colin, pp. 37–57.

Zaslavsky, F. (2019) Mouvements sociaux et internet en Inde  : stratégies de visibilité médiatique et d’intégration à l’espace public. Le cas du mouvement dalit. Thèse de doctorat. Paris, EHESS. Available at : https://www.theses.fr/2019EHES0017 (Accessed : 29 January 2021).

Haut de page

Notes

1 Pour un aperçu, voir les états de l’art que proposent : Hine, 2005 ; Marres, 2012 et Millette et al., 2020.

2 Dans les faits, les collaborateurs et le personnel de l’administration sont à mi-chemin entre ces acteurs et ces observateurs mais, n’étant pas élus, leur participation ne possède aucune légitimité démocratique. Cette contradiction explique en grande partie les efforts de l’institution pour invisibiliser leur contribution et ce faisant, le phénomène de l’« écriture par délégation » (Treille, 2007).

3 Voir par exemple le discours véhiculé par le kit pédagogique « L’Assemblée nationale en huit leçons » (p. 7) mis à disposition par l’institution aux parlementaires désireux de présenter leurs activités en circonscription : http://www2.assemblee-nationale.fr/decouvrir-l-assemblee/juniors/documentation/kit-pedagogique (consulté le 15 septembre 2020).

4 Dont les discussions rassemblées sous le mot-dièse #directAN constituait le centre de l’attention.

5 Ayant pour titre principal « LASPIC | Carnet », ce carnet possédait aussi un sous-titre qui évoluait au fur et à mesure de mes sujets d’intérêts du moment. Il est disponible à l’adresse : https://laspic.hypotheses.org/.

6 Regards Citoyens est une association française qui vise à « proposer un accès simplifié au fonctionnement de nos institutions démocratiques à partir des informations publiques » (source : https://www.regardscitoyens.org/qui-sommes-nous/, accédé le 28 janvier 2021).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonathan Chibois, « L’identité numérique de l’ethnographe. »Terminal [En ligne], 129 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2021, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/terminal/6883 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.6883

Haut de page

Auteur

Jonathan Chibois

Laboratoire d'anthropologie des institutions et des organisations sociales, Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (UMR 8177), EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, mailo :chibois@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search