Navigation – Plan du site

AccueilNuméros129Explorer les méthodes en ligne po...Axe 1 - Le recours à des méthodes...Retour sur un objet communication...

Explorer les méthodes en ligne pour des terrains hors ligne
Axe 1 - Le recours à des méthodes en ligne pour des terrains hors ligne en SHS

Retour sur un objet communicationnel situé

Irène Despontin Lefèvre

Résumés

À partir d’observations en/hors ligne réalisées sur le collectif féministe #NousToutes et menées dans le cadre de recherches doctorales, la présente étude invite à une réflexion méthodologique au prisme des théories sur les savoirs situés. Plus particulièrement, il s’agit ici de questionner l’importance de l’« exposition située » du chercheur-e dans les processus de production de la recherche, en articulant ses expériences en/hors ligne et son rapport au terrain physique et/ou numérique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le présent article a pour objectif de faire dialoguer les travaux consacrés au numérique et, plus largement, sur des objets communicationnels au prisme des théories du point de vue situé. Afin d’alimenter ces réflexions, cette étude s’appuie sur des recherches doctorales en cours portant sur les stratégies de communication déployées au sein de l’espace de la cause des femmes (Bereni, 2007 ; 2012) et des minorités de genre en France à la fin des années 2010. Ce travail se concentre plus particulièrement, sur le collectif féministe #NousToutes et les dispositifs de mise en visibilité établis en vue de faire émerger sa cause en problème public. En plus de se fonder sur un objet numérique aux frontières poreuses, ces recherches ont l’intérêt de rendre compte du point de vue situé du chercheur-e dans la construction d’un objet de recherche et de ce fait, d’interroger les conditions de production de la connaissance.

2Menées par des chercheuses féministes dans les années 1980, les théories du point de vue – standpoint theories – soulignent les apports entre pouvoir et savoir (Harding, 2004). Il s’agissait alors de questionner les conditions de production de la connaissance, et notamment le caractère androcentrique de celles-ci. Afin de pallier les biais de domination et de sortir d’une prétendue objectivité, l’ensemble de ces propositions épistémologiques invitent à replacer la connaissance au sein de contextes historiques et culturels particuliers.

3L’ensemble de ces apports théoriques peut être articulé aux recherches sur le numérique ou portant sur des objets communicationnels et plus largement être mobilisé comme « outil » méthodologique. Dans ce sens, il importe de questionner la place du chercheur-e sur un objet d’étude aux frontières en/hors ligne poreuses au travers de son exposition en ligne (Denouël, 2011 ; Allard et Vandenberghe, 2003), voire via la notion d’identité numérique (Cardon, 2019 : 176-187). L’intérêt de rendre compte de l’exposition numérique du chercheur-e au prisme des savoirs situés offre, en effet, la possibilité de questionner les conditions de production du savoir. Ce n’est qu’à partir de cette rencontre disciplinaire que des outils situés peuvent émerger, permettant en plus de pallier les biais dans la constitution du savoir, de questionner plus largement la construction des objets communicationnels.

4À partir d’une étude en cours et plus particulièrement de sa dimension empirique, il conviendra ici de comprendre comment les positions (fragmentées) du chercheur-e sur des objets de recherche aux frontières poreuses ont un impact dans la construction de ces objets, et de fait, dans la constitution des connaissances. Cette étude sera articulée autour de quatre axes. La première partie se concentrera sur l’épistémologie du point de vue permettant alors de saisir leur apport à des recherches sur des objets communicationnels. Afin de coordonner ces dimensions, il s’agira dans un second temps de rendre compte des frontières poreuses sur lesquelles les objets communicationnels et chercheur-es s’inscrivent. La troisième partie de cette étude interrogera ce que les positions du chercheur-e sur leurs recherches produisent dans la constitutions de leurs propres objets. À partir de l’ensemble de ces perspectives, il conviendra enfin de questionner plus particulièrement les différentes approches méthodologiques mobilisées sur des objets de recherche en/hors ligne.

Déployer des outils situés

5Afin de saisir la manière dont les recherches sur le numérique peuvent être articulées aux théories du point de vue, il convient dans un premier temps de revenir sur celles - ci.

6Alors que N. Hartsock (1983) dévoile le caractère androcentrique des processus de production de la connaissance, S. Harding (1992), à partir de ces premiers travaux, invite à questionner l’« objectivité » telle que promue scientifiquement. L’auteure, en rappelant le caractère multiple et hétérogène de la connaissance, sort de ce qu’elle nomme une « objectivité faible » : « maximiser » cette dernière ne peut se faire qu’en partant et confrontant les expériences contradictoires des femmes marginalisées. Ces différentes expériences, ou « perspectives » partielles, offrent alors la possibilité selon D. Haraway (1988) de sortir d’une objectivité scientifique qui consiste à « tout voir depuis nulle part ».

7En développant la « matrice de domination ou d’oppression » rappelant l’interconnexion des oppressions liées à la race, à la classe ou au genre, P. Hill Collins met en lumière le caractère non figé des expériences et des points de vue qui en résultent. Pour l’autrice, la production de connaissance est aussi bien construite par les stéréotypes sexistes que les stéréotypes racistes (Hill Collins, 1990). C’est à partir de ses travaux qu’a été, par la suite, développée notamment l’épistémologie du « black standpoint theory  »(Reynolds, 2002). En invitant à penser la relation entre savoir et pouvoir, ces auteures rappellent que la connaissance ne peut être appréhendée en dehors des contextes historiques et culturels particuliers.

8Si ces apports théoriques développés à partir des années 1980 sont principalement utilisés dans les études féministes, de genre ou par les chercheur-es se positionnant aux marges, les démarches réflexives ont déjà fait l’objet de discussion dans différents champs disciplinaires. Au cours des années 1960 par exemple, les Cultural Studies invitaient à décentrer les regards et visions vers les marges participant à faire émerger des objets d’études « dominés » (Cervulle et Quemener, 2015). L’ensemble de ces réflexions peut être rapproché des apports critiques questionnant la place du chercheur-e, son objectivité et sa neutralité sur son objet d’étude (Bensaïd et Corcuff, 1998 ; Bourdieu, 2003).

9Bien que ces perspectives – situées et réflexives – apparaissent nécessaires, il convient d’en souligner les limites. Celles-ci ayant parfois « tendance à n’être poursuivie que par les personnes déjà visiblement minorisées (y compris les femmes) » (Beaubatie, 2017 : 395). Pour E. Beaubatie, « ces populations sont justement celles qui ont déjà l’habitude de s’auto-qualifier, ayant intériorisé le fait qu’elles étaient les autres, celles qui ont une approche plus ‘spécifique’ que scientifique. Le double standard de la réflexivité contribue à les réassigner à une place trop souvent qualifiée de ‘militante’, en même temps qu’il réifie l’illusion de neutralité de ceux (ou celles) qui ne précisent jamais d’où ils (ou elles) parlent. » (Beaubatie, 2017 : 395).

10La prise en compte d’une perspective située par les chercheur-es, c’est-à-dire d’un point de vue particulier sur un objet de recherche, offre entre autre la possibilité de recourir à une démarche réflexive. En amont lors de la définition du sujet ou de la constitution d’hypothèses, ou au cours de l’enquête lors de la collecte de données, le chercheur-e peut en effet rendre compte des points aveugles de son travail de recherche en vue de pallier les différents écueils situés. Dans une plus large mesure, la prise en compte de ces apports rappelle l’importance du dialogue entre savoirs scientifiques dominants et « alternatifs » et de fait, de l’ensemble des regards et voix marginalisé-es.

Les frontières poreuses des objets de recherche numériques

11Pour comprendre comment les théories du point de vue peuvent être saisies comme outils, il convient de revenir sur les espaces au sein desquels les recherches sur le numérique se déploient. Pour ce faire, je propose de revenir ici sur les recherches que je mène dans le cadre de ma thèse en Sciences de l’information et de la communication.

12Alors que mes réflexions portaient initialement sur les mobilisations féministes françaises lors de la journée du 8 mars, mon parcours doctoral a très vite été confronté à un « moment » féministe transnational. La diffusion massive du « hashtag MeToo » et ses matérialisations en et hors ligne à Paris lors de mon premier semestre de doctorat ont participé à reconsidérer mon objet de recherche. Pendant plusieurs mois, en plus des observations initialement prévues dans le cadre de ma thèse, je me suis intéressée à cette production particulière et à ses appropriations militantes et ordinaires (Jacquemart et Albenga, 2015). C’est en partie dans ce cadre que je me suis par exemple rendue au rassemblement « MeToo dans la vraie vie » ou aux « AG MeToo MoiAussi Paris » (Despontin Lefèvre, 2018).

13Dans le même temps, mon attention s’est également portée sur l’organisation en ligne – notamment sur WhatsApp et Facebook –, de « collectifs » dont je ne comprenais pas encore les contours, à l’instar du Groupe F, puis de #NousToutes. Ce n’est qu’après une première observation exploratoire d’actions comme des die in ou des manifestations publiques organisées par le collectif que j’ai finalement orienté mes recherches autour de ce dernier. Le choix de travailler sur #NousToutes s’est donc fait à partir du collectif et avec une connaissance particulière de l’espace en/hors ligne de la cause des femmes (Bereni, 2007 ; 2012) et des minorités de genre.

14Si de nombreux travaux scientifiques se sont intéressés à la seule dimension numérique de leurs objets et que d’autres ont eu tendance à opérer une distinction nette entre espaces en/hors ligne (Schneider et Foot, 2004) voire à hiérarchiser les terrains entre eux (Bourdeloie, 2013 : 22), il m’est très vite apparue que cette distinction n’était pas envisageable dans le cadre de mon étude. Il est impossible de saisir les productions, stratégies et ambitions de mise en visibilité en ligne du collectif, sans rendre compte de sa structure et son maillage organisationnel hors ligne. Inversement, se limiter aux seules dimensions hors ligne de la manifestation déployée par le collectif à l’occasion de la journée de lutte contre les violences sexistes et sexuelles n’a pas d’intérêt, celle-ci étant pensée et organisée en partie dans l’optique de permettre la circulation numérique d’un discours féministe.

15À partir de ces premières observations exploratoires et dans une démarche inductive, j’ai rapidement émis l’hypothèse que les deux dimensions en/hors ligne d’un objet de recherche ne peuvent être appréhendées – et questionnées – séparément l’une de l’autre. Les travaux de F. Pailler rappellent par exemple que cette séparation, en plus de « fétichiser le réel », « marque le numérique comme fondamentalement extérieur » à celui-ci et « dissimule une série de jugements de valeur sur l’appareillage et ses usages, ainsi qu’une compréhension tronquée et tronquante des phénomènes liés au numérique » (2019 : 43). Il s’agit donc ici de rappeler la nécessité d’appréhender conjointement ces différentes perspectives, non en parallèle – sans les croiser –, mais en les articulant les unes aux autres. Cette articulation en/hors ligne s’applique également pour la prise en compte du point de vue du chercheur-e.

16Pour autant, s’il importe d’articuler ces différentes perspectives entre elles, il convient également de souligner la spécificité de la dimension en ligne d’un objet de recherche. En s’intéressant aux scripturalités en ligne, M.A. Paveau rappelle en effet qu’« Internet et le Web en particulier ne constituent pas de simples supports pour une production scripturale […] mais bien des environnements qui configurent structurellement les écritures de manière spécifique » (Paveau, 2014). Dès lors, il apparaît que les discours en ligne doivent être entendus comme nécessairement co-construits par la technique, ainsi que par les dispositifs de communication. Cette spécificité fait écho aux savoirs situés et plus particulièrement à la nécessité de relever le contexte, technique en l’occurrence, de production de recherches.

D’une identité fragmentée à un objet complexe

17Afin de saisir la manière dont les théories du point de vue permettent de maximiser l’objectivité par rapport aux recherches sur le numérique, il importe de revenir sur la place du chercheur-e par rapport à son objet. Plus particulièrement, sera questionnée ici la notion d’identité et ses implications en/hors ligne. 

18S’il est fait référence à la notion d’identité, il ne s’agit pas ici de participer à sa définition (Baudry et Juchs, 2007), mais plutôt de questionner ce qu’elle peut produire sur un terrain et un objet de recherche. Dans ses travaux, L. Merzeau propose de penser l’identité en ligne comme une « présence », celle des individu-es. Pour la chercheuse, cette « entité informationnelle » ne « se laisse saisir qu’à travers les traces qu’elle dépose au gré de ses connexions » (Merzeau, 2009 : 2). En s’appuyant sur les travaux de F. Georges, L. Merzeau rappelle que cette « traçabilité informationnelle ne se réduit ni à l’expression, ni à la projection du sujet » (Merzeau, 2009 : 4), mais peut être appréhendée à partir de trois niveaux : « identités déclarative, agissante et calculée » (Georges, 2009).

19Si aucune de ces « couches identitaires » ne surplombe les autres, seule l’identité déclarative relève d’un choix conscient des individu-es. Cette dernière repose en effet sur l’ensemble des traces déclarées par les individu-es en ligne, comme le choix de s’identifier sur les réseaux sociaux numériques (RSN) sous leur identité civile et/ou sous un avatar. C’est bien « cette superposition de traces comportementales avec des informations déclaratives et des données nominatives [qui] fait de la personne numérique un composite inédit » (Merzeau, 2009 : 5).

20Saisie au travers des traces laissées par une présence en ligne, la linguiste M.A. Paveau ne limite pas l’identité numérique à la seule « forme du sujet de l’énonciation en ligne ». Dans ce cadre, l’identité peut être cette fois comprise comme « l’ensemble des données personnelles que nous déposons ou laissons à notre insu sur le Web, c’est-à-dire ce que nous faisons, disons, partageons, ressentons, aimons, détestons, recherchons, etc. C’est l’ensemble de nos traces numériques, des marques de notre présence en ligne. » (Paveau, 2014).

21Dans une autre perspective, D. Cardon invite à l’appréhender via ce que les autres individu-es perçoivent. Pour le chercheur, dans un « vaste bazar où tout semble faire signe » (Cardon, 2008 : 95), l’identité numérique peut, en effet, être saisie à partir de « la manière dont les individus produisent leur apparence numérique et les méthodes qui permettent aux autres d’y accéder » (2008 : 98). Cette perspective a l’intérêt de penser l’identité numérique, non pas comme figée, mais comme un processus « dynamique », entre subjectivation et simulation de soi (Cardon, 2008 ; 2019).

22En ligne, l’identité peut donc être appréhendée en termes de traces ou dans une approche dynamique. Pour autant, cette dimension non figée n’est pas liée à son caractère « numérique » et peut s’observer hors ligne. Les travaux d’E. Goffman sur la « présentation de soi » (1973) invitent dans une perspective interactionniste à rendre compte d’un jeu où les individu-es proposent des rôles pour soi ou pour autrui selon les espaces où ils évoluent – scènes, coulisses.

23L’articulation de ces propositions s’avère centrale pour comprendre comment les théories du point de vue se révèlent être un outil maximisant l’objectivité dans le cadre de recherche sur le numérique. Lorsque j’étais sur mon terrain hors ligne, j’ai par exemple opéré différentes présentations de moi : Irène – mon prénom civil utilisé notamment dans le cadre professionnel – ; E. – utilisation d’un prénom réputé « masculin » depuis plus de dix ans maintenant – ; doctorante ; activiste ; curieuse ; féministe… La présentation d’une position plutôt qu’une autre se faisait, d’une part, de par ma connaissance du terrain, et d’autre part, malgré moi selon mes différentes sociabilités. Au sein d’un même espace, cette position a également été amenée à évoluer au cours de mes recherches. Sans jamais nier ou occulter totalement une position, je savais que certaines versions de moi me permettaient d’avoir plus facilement accès à mon terrain ou inversement, me fermaient définitivement l’accès à tout ou partie de celui-ci. Le recours à la présentation d’une identité plutôt qu’une autre a donc été au centre d’une négociation spatio-temporelle constante. Soulignons que cette négociation est parfois envisagée par le chercheur-e pour des questions de sécurité d’identité plurielles en/hors ligne pour des questions de sécurité notamment (Barrat et Maddox, 2016 ; Bizeul, 2007 ; Ferguson, 2017).

24Si l’identité peut être plurielle, dynamique et/ou fragmentée en/hors ligne, il apparaît que la subjectivité des individus ne change pas selon la partie exposée. Ce qui est amené à changer, c’est ce que ces identités et positions donnent à voir, ce à quoi elles donnent accès et ce qu’elles produisent contextuellement. Dans le cadre d’une recherche, c’est bien la relation à un objet d’étude et aux acteur-es qui l’habitent et le façonnent qui peut être amenée à évoluer : dévoiler une facette, exposer une partie de soi plutôt qu’une autre ne nous donne pas accès aux mêmes perspectives, et par là même, ne nous conduit pas aux mêmes données sur notre objet.

25Pour illustrer mes propos, il paraît opportun de revenir sur mes recherches, puisque j’ai mobilisé différentes présentations et facettes selon des contextes particuliers. Très concrètement, j’ai rapidement compris quelle autorité mobiliser – doctorante, militante – plutôt qu’une autre, chacune d’entre elles étant reconnue et in/validée selon les espaces féministes rencontrés. Avant que je ne change de sujet de recherche par exemple, le fait que je sois en thèse pouvait poser un problème pour une partie de mes enquêté-es : était alors en jeu la production située d’une histoire et d’un récit féministe au sein et pour l’espace de la cause des femmes et des minorités de genre. Le choix d’utilisation selon les contexte d’un des deux prénoms que j’utilise au quotidien me semble également symptomatique de cette négociation située. Très vite, j’ai en effet été consciente que l’utilisation de mon prénom réputé « masculin » me ferme l’accès à – et m’a fermé – une partie de mon terrain. Se jouent ici, à travers l’utilisation d’un prénom et ce que les personnes y projettent, les points de clivage au sein du féminisme (Fourment, 2017), notamment sur une transidentité réelle ou supposée.

26Comme énoncé précédemment, dimensions et identités en/hors ligne doivent nécessairement être articulées les unes aux autres. Mon identité numérique balance entre une présentation civile et professionnelle, que j’alimente par des traces déclaratives sur le site de mon laboratoire de recherche et sur un RSN dédié, et d’autres réseaux où je ne fais jamais référence à cette autre identité en ligne. Pour autant, je sais qu’il est facilement possible de relier entre ces deux expositions : cette connexion peut être faite d’autant plus facilement que je laisse en et hors ligne une série de traces selon les contextes – et les informations auxquelles je souhaite accéder.

27L’ « organisation » des positions et présentations de soi se réalise donc au travers d’un prisme relationnel : c’est parce que je connais le contexte dans lequel ces traces sont produites que je peux les déclarer et dès lors participer à leur « gestion » (Merzeau, 2009 : 5). Dans le cadre de mes recherches, cette identité agissante s’opère en et hors ligne en vue de produire ou collecter des données.

28L’ensemble de ces propositions peut être éclairé au prisme des théories du point de vue. Si une négociation constante s’opère entre différentes facettes de soi sur des espaces poreux, celle-ci peut être saisie comme un outil permettant de « maximiser l’objectivité ». Pour S. Harding, cette maximisation ne peut s’opérer qu’à partir de sujets multiples, divisés, contradictoires  faisant alors écho aux différentes facettes de soi et comptes en ligne investis par le chercheur-e. Par ailleurs, ces perspectives peuvent également faire écho aux différentes dimensions composant les objets numériques.Si les objets communicationnels peuvent être appréhendés comme des « composites » (Le Marec et Babou, 2003) ou encore des « complexes » (Davallon, 2004), souligner la négociation constante en/hors ligne des chercheur-es sur leurs objets de recherches rappelle que ces derniers participent à les construire.

29Dans une plus large mesure, il convient également de rappeler la spécificité des terrains numériques et plus largement des objets communicationnels sans occulter leur dimension technique (Davallon, 2004 : 36). Les manières dont on se présente à l’objet (dimension discursive du Web), dont on entre en relation avec celui-ci sur la Toile (dimension relationnelle du Web), et ce également en présentiel, participent à construire l’objet de recherche comme un complexe (Davallon, 2004). Si la place de la technique a une incidence dans la construction des problèmes de recherche (Guichard et Poibeau, 2014), la position matériellement et numériquement située du chercheur-e peut également avoir une importance dans l’appréhension du sujet de recherche ainsi que dans la question des hypothèses de départ. Ceci est d’autant plus vrai que le chercheur-e, nous l’avons vu, conjugue une multitude de positions en/hors ligne sur un terrain lui-même poreux.

D’une méthodologie de la techno-sociabilité

30Si les théories du point de vue offrent la possibilité de maximiser l’objectivité au sein des recherches sur le numérique, ces approches peuvent être mobilisées comme outils méthodologiques.

31Nombreuses sont les réflexions autour des méthodes de recherches hors ligne (Arborio et Fournier, 2015 ; Duchesne et Haegel, 2008), qu’elles soient dans une démarche réflexive ou encore à destination de jeunes chercheur-es (Beaud et Weber, 1998 ; Becker, 2002 ; Céfaï, 2003 ; Jones, 2000 ; Van Campenhoudt, Marquet et Quivy, 1995). L’ensemble de ces propositions invite d’ailleurs à prendre en compte la place du chercheur-e sur son terrain de recherche. Ces questionnements intéressent d’autant plus cette étude qu’ils peuvent également être mis en perspective par et sur des espaces en/hors ligne aux frontières poreuses. Depuis l’apparition d’Internet et plus largement de « l’espace électronique », différentes démarches ont été explorées et proposées, participant à « une certaine érosion des frontières disciplinaires et à la construction de cadres théoriques et méthodologiques parfois hybrides et évolutifs qui s’accordent, en ce sens, à la fulgurance des innovations techniques et sociales qui se produisent sur les espaces observés » (Jouët et Le Caroff, 2013).

32Plusieurs perspectives méthodologiques peuvent ici être mentionnées, à l’image de la netnographie (Kozinets, 2010), de la virtual ethnography (Hine, 2000) ou encore de l’ethnographie en ligne participante (Pastinelli, 2011). Là encore, en plus de faire discuter les différentes méthodes d’observation en ligne et leur conceptualisation (Williams, 2007 : 6-9), sont élaborés des manuels (Barats, 2013) ou chapitre d’ouvrage (Thoër et Millerand, 2016). Si une « apparente concurrence » pourrait être relevée entre ces différentes perspectives, il convient surtout ici de retenir que l’ethnographie a importé un « ensemble cohérent de concepts et de méthodes permettant à qui les sollicitait de s’insérer dans des équipes souvent pluridisciplinaires » (Pailler, 2019 : 33).

33L’une des méthodes permettant d’avoir accès au terrain consiste pour cette étude en l’observation (Broqua, 2020 ; Peretz, 2004). Théoriquement, les observations hors ligne – qu’elles soient participantes ou non – peuvent être réalisées par le chercheur-e « à découvert » ou encore « incognito ». Alors qu’une observation à découvert consiste à se déclarer auprès de ses enquêté-es, l’observation masquée implique quant à elle de ne pas révéler sa position de chercheur-e sur son terrain. Bien que les règles d’observation directe restent informelles, il apparaît néanmoins que « l’important est de maintenir sur sa démarche une posture réflexive, attentive aux effets du choix de méthode sur la perception de l’objet » (Chauvin et Jounin, 2012 : 149).

34Si les recherches mentionnées précédemment évoquent essentiellement des travaux portant sur des objets hors ligne, ces perspectives « à dé/couvert » interrogent également les espaces en/hors ligne (Branthonne et Waldispuehl, 2019 ; Ouakrat et Mésangeau, 2016). Pour autant, il apparaît en réalité compliqué de procéder à cette (dé)limitation au travers de ce seul prisme. Ces approches ne renseignent pas la réalité et la porosité des espaces numériques entre sphères publique et privée par exemple (Monnoyer-Smith et Wojcik, 2014). Les travaux de D. Cardon (2008 ; 2010 ; 2019), en rappelant les difficultés d’envisager ces espaces au prisme de perspectives privé/public, illustrent dès lors les difficultés de penser la situation du chercheur-e sur son terrain en termes d’une position dé/couverte. En effet, de par notamment l’obligation d’inscription préalable obligeant une présentation de soi (Pailler, 2019 : 39-40), les dispositifs du Web 2.0 invitent davantage à penser ces espaces au travers des possibilités de mise en visibilité de l’expression de soi (Cardon, 2008 ; 2019).

35Aussi, s’il apparaît opportun de penser les observations en ligne au travers de méthodes hors ligne, celles-ci ne peuvent être transposées directement. S’intéresser à la manière dont le chercheur-e se présente en/hors ligne à son objet de recherche revient là encore à questionner « l’acte de construire » ces mêmes objets et, par là même, à rappeler leur dimension (de) « complexe » (Davallon, 2004). En effet, le point de vue étant techniquement organisé, la réalisation de l’observation se produira à partir de la techno-sociabilité du chercheur-e.

36Bien que chacune de ces méthodes en/hors ligne revêt des implications différentes en termes de collecte de données ou de déontologie – le consentement des enquêté-es notamment – dans le cadre de mes recherches doctorales, ma présentation et ce qu’elle implique a donc évolué temporellement, et ce, aussi bien en ligne qu’hors ligne. Comme évoqué précédemment, lorsque j’ai réalisé les premières observations sur le collectif #NousToutes, je ne travaillais pas encore directement sur le collectif. Dès lors, il m’était impossible de me « déclarer ». Ce n’est que par la suite que j’ai finalement exposé cette facette.

37Par ailleurs, l’évolution des observations « en ligne » s’est retrouvée définitivement reliée à leurs appréhensions hors ligne, ainsi qu’à ma position en « présentiel ». C’est parce que je connaissais l’importance des réseaux et outils numériques pour le collectif que j’ai veillé à leur accorder une place prépondérante. De même, c’est parce que j’ai articulé ces différents espaces que j’ai pu élaborer mes questionnements : ma position de jeune chercheuse vis-à-vis de mon terrain a ainsi été nourrie par la pluralité des espaces investis, et ce d’autant plus que je veillais à ne pas les délimiter en amont. 

38L’évolution de la présentation de soi et de ses implications sur le terrain s’est également déployée en ligne. La volonté du collectif #NousToutes de s’étendre et communiquer très largement sur plusieurs plateformes numériques a compliqué l’observation exploratoire numérique, du moins dans un premier temps. Alors que je pensais qu’il suffisait de s’inscrire à une mailing liste avec mon identité civile pour rejoindre le collectif, j’ai finalement eu la sensation d’être assommée de publications, sensation alimentant paradoxalement la crainte de « passer à côté » de mon objet de recherche.

39Face à cette asphyxie numérique et consciente des enjeux de l’observation en ligne (Barats, 2013), j’ai veillé à développer une première démarche exploratoire. En m’appuyant sur la « lecture flottante » consistant « à se mettre en contact avec les documents d’analyse, à faire connaissance en laissant venir à soi des impressions, des orientations » (Bardin, 2013), j’ai finalement adopté une méthode d’observation numérique similaire. L’une des premières étapes de cette observation flottante a consisté à suivre les comptes numériques du collectif depuis mon profil personnel plutôt que depuis un compte créé spécialement pour la recherche (Théviot, 2013). Concrètement, je me suis mise à « follow » le collectif sur Facebook, Twitter et Instagram. Si cela m’est apparu a priori contraignant – ne pas permettre une déconnexion avec le travail lorsque l’on surfe sur la Toile –, cette approche a eu l’intérêt d’offrir une « immersion » numérique dans et sur mon terrain (Jouët et Le Caroff, 2013 : 155).

40L’intérêt de cette observation flottante s’est finalement avéré double. En plus d’être immergée sur mon terrain, celui-ci a également été replacé au sein d’un espace numérique situé de la cause des femmes et des minorités de genre, le mien. En d’autres termes, alors qu’à partir de mes comptes professionnels les publications Instagram ou Twitter du collectif #NousToutes me paraissaient toutes primordiales, car seules dans mon fil d’actualité, décontextualisé de tout algorithme d’actualité politique et féministe, il m’a été possible de les appréhender à partir de ma propre techno-sociabilité située, en l’occurrence féministe.

41Cette expérience méthodologique illustre que travailler en contexte numérique revient à travailler à partir d’une forme de sociabilité organisée techniquement. Les traces en ligne que nous laissons, qu’elles soient dédiées – création d’un compte spécifique –, ou située – utilisation de nos propres comptes –, participent à produire un espace numérique sur lequel le travail de recherche en ligne fait nécessairement partie du terrain. En d’autres termes, l’entité informationnelle du chercheur-e doit être appréhendée comme partie intégrante de son terrain en ligne.

42Dès lors, cette perspective peut être articulée aux théories du point de vue. Parmi ces dernières, une importance est donnée à la prise en compte du contexte au sein desquelles les recherches sont produites, par le biais de la réflexivité notamment. En ligne, cette prise en compte d’un environnement particulier doit donc être double. D’une part, il s’agit de ne pas détourner les informations de leur contexte de publication et de veiller à les considérer (Bakardjieva et Feenberg, 2000 ; Nissenbaum, 2004). D’autre part, il convient de rendre compte de la techno-sociabilité au sein desquelles ces données sont collectées et de veiller à rendre compte de ce que celle-ci produit sur le terrain.

Conclusion

43La présente étude invitait à faire dialoguer les recherches portant sur le numérique produites notamment en Sciences de l’information et de la communication, au prisme des épistémologies du point de vue. Pour se faire, une réflexion située à partir des composantes méthodologiques d’une recherche en cours sur la communication du collectif féministe #NousToutes a été opérée. En s’appuyant sur un objet numérique aux frontières poreuses et en confrontant celui-ci aux théories du point de vue, ces recherches ont l’intérêt de mettre en lumière trois perspectives.

44En premier lieu, il importe de nécessairement penser les objets communicationnels numériques comme articulés à leurs dimensions hors ligne. En plus de souligner la spécificité technique du Web, ce premier axe rappelle que si l’objet a une dimension plurielle, la position du chercheur sur celui-ci doit aussi être envisagée comme tel. Par ailleurs, cette étude met également en lumière la nécessité de revenir sur les expositions en/hors ligne et situées du chercheur-e. La prise en compte de ces dernières, articulées aux théories du point de vue, offre alors la possibilité de produire des outils permettant de limiter les biais dans la construction d’objet de recherche communicationnel. Enfin, cette étude propose de revenir sur différents outils méthodologiques participant alors à construire un acte de recherche situé.

Haut de page

Bibliographie

Allard L. et Vandenberghe F. « Express yourself ! Les pages perso », Réseaux, 117-1, 2003, p. 191‑219.

Arborio A.-M. et Fournier P., L’observation directe, Paris, Armand Colin, 2015.

Bakardjieva M. et Feenberg A., « Involving the virtual subject », Ethics and Information Technology, 2-4, 2000, p. 233‑240.

Barats C., (éd.), Manuel d’analyse du Web en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin, 2013.

Bardin L., L’analyse de contenu, Paris, Presses Universitaires de France, 2013.

Barrat M. et Maddox A., « Active engagement with stigmatised communities through digital ethnography », Qualitative Research, 16-6, 2016, p. 701‑719.

Baudry R. et Juchs J.-P., « Définir l’identité », Hypotheses, 10-1, 2007, p. 155‑167.

Beaubatie E., Transfuges de sexe. Genre, santé et sexualité dans les parcours d’hommes et de femmes trans’ en France, Thèse de doctorat, EHESS, Paris, 2017.

Beaud S. et Weber F., Guide de l’enquête de terrain : produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte, 2010.

Becker H., Les ficelles du métier, Paris, La Découverte, 2002.

Bensaïd D. et Corcuff P., « Le travail intellectuel au risque de l’engagement », Angone., 18‑19, 1998, p. 17‑27.

Bereni L., La Bataille de la parité. Mobilisations pour la féminisation du pouvoir, Paris, Economica, 2015.

Bereni L., « Penser la transversalité des mobilisations féministes : l’espace de la cause des femmes », in Les féministes de la deuxième vague, Rennes, Presses Universitaires des Rennes, 2012.

Bereni L., De la cause à la loi. Les mobilisations pour la parité en France (1992-2000), Thèse de doctorat en Science politique, Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne, 2007.

Bizeul D., « Des loyautés incompatibles. Aspects moraux d’une immersion au Front national », SociologieS, 2007.

Bourdeloie H., « Ce que le numérique fait aux sciences humaines et sociales.. épistémologie, méthodes et outils en questions », tic&société, 7-2, 2014.

Bourdieu P., « L’objectivation participante », Actes de la recherche en sciences sociales, 5, 2003, p. 43‑58.

Branthonne A. et Waldispuehl E., « La netnographie pour étudier une communauté masculiniste en ligne : contributions méthodologiques d’un e-terrain », Recherche qualitative, hors série, 24, 2019, p. 6‑19.

Broqua C., « Observation ethnographique », in Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, coll.« Références », 2020, vol.2e éd., p. 410‑416.

Cardon D., Culture numérique, Presses de Sciences Po, 2019.

Cardon D., La démocratie Internet, Paris, Seuil, 2010.

Cardon D., « Le design de la visibilité », Reseaux, 6-152, 2008, p. 93‑137.

Cefaï D., L’engagement ethnographique, Ed. de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, 2010.

Cefaï D., L’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 2003.

Cervulle M. et Quemener N., Cultural Studies. Théories et méthodes, Armand Colin, 2015.

Chauvin S. et Jounin N., « 7 – L’observation directe », in Serge Paugam (éd.), L’enquête sociologique, Presses Universitaires de France, 2012, p. 143‑145.

Chibois J. et Pailler F., « Une métaphore digestive de l’exercice réflexif », in Épistémologie du corps savant, 2014.

Clair I., « Faire du terrain en féministe », Actes de la recherche en sciences sociales, 3-213, 2016, p. 66‑83.

Collins P. H., Black feminist thought: Knowledge, consciousness, and the politics of empowerment, New York, Routledge, 1990.

Davallon J., « Objet concret, objet scientifique, objet de recherche », Hermès, La Revue, 1, 2004, p. 30‑37.

Denouël J., « Identité », Communications, n° 88-1, 2011, p. 75‑82.

Despontin Lefèvre I., « Hashtag MeToo, de la trace (presque) ordinaire à la communication d’une marque militante plurielle », in Sami Zlitini et Fabien Liénard (éd.), Réseaux sociaux. Traces numériques, communication électronique. Actes de colloque., Le Havre, 2018, p. 69‑86.

Duchesne S. et Haegel F., L’enquête et ses méthodes: l’entretien collectif, Armand Colin, 2008.

Ferguson R.-H., « Offline “stranger” and online lurker: methods for an ethnography of illicit transactions on the darknet », Qualitative Research, 17-6, 2017, p. 683‑698.

Fourment É., « Au-delà du conflit générationnel : la conciliation des approches matérialistes et queer dans le militantisme féministe de Göttingen », Nouvelles Questions Feministes, Vol. 36-1, 2017, p. 48‑65.

Georges F., « Représentation de soi et identité numérique », Reseaux, n° 154-2, 2009, p. 165‑193.

Goffman E., La mise en scène de la vie quotidienne. Tome 1. La présentation de soi, Paris, Editions de Minuit, 1973.

Guichard É. et Poibeau T., « Épistémologies digitales des sciences humaines et sociales: Préface », Revue Sciences/Lettres, 2, 2014.

Haraway D., « Situated knowledges: the science question in feminism and the privilege of partial perspective », Feminist Studies, 14-3, 1988, p. 575‑59.

Harding S., « Rethinking standpoint epistemology: What is “strong objectivity?” », The Centennial Review, 36-3, 1992, p. 437‑470.

Harding S.., The feminist standpoint theory reader: Intellectual and political controversies, Psychology Press, 2004.

Hartsock N. C., Money, sex, and power: Toward a feminist historical materialism, New York, Longman, 1983.

Hine C., Virtual ethnography, Sage, 2000.

Jones Russel A., Méthodes de recherche en sciences humaines, De Boeck Supérieur, 2000.

Jouët J. et Le Caroff C., « L’observation ethnographique en ligne », in Manuel d’analyse du web en sciences humaines et sociales, 2013, p. 147‑165.

Kozinets R., Netnography: Doing Ethnographic Research Online, Sage publications, 2010.

Le Marec J. et Babou I., De l’étude des usages à une théorie des composites : objets, relations et normes en bibliothèque, 2003.

Merzeau L., « Présence numérique : les médiations de l’identité », Les Enjeux de l’information et de la communication, 1, 2009, p. 79‑91.

Monnoyer-Smith L. et Wojcik S., « La participation politique en ligne, vers un renouvellement des problématiques ? », Participations, 1, 2014, p. 5‑29.

Nissenbaum H., « Privacy as contextual integrity », Wash. L. Rev., 79, 2004.

Ouakrat A. et Mésangeau J., « Resocialiser les traces d’activités numériques : une proposition qualitative pour les SIC », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 8, 2016.

Pailler F., « Les affects classifiés: numérique et médiations sexuelles », Thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication, Université de Nantes, 2019.

Pastinelli M., « Pour en finir avec l’ethnographie du virtuel ! Des enjeux méthodologiques de l’enquête de terrain en ligne », Anthropologie et sociétés, 35-1‑2, 2011, p. 35‑52.

Paveau M.-A., « Ce qui s’écrit dans les univers numériques. Matières technolangagières et formes technodiscursives », Itinéraires. Littérature, textes, cultures, 2014, http://journals.openedition.org/itineraires/2313.

Peretz H., Les méthodes en sociologie. L’observation, Paris, La Découverte, coll.« Repères », 2004.

Reynolds T., « Re-thinking a black feminist standpoint », Ethnic and Racial Studies, 25-4, 2002, p. 591‑606.

Schneider Steven M. et Foot Kirsten A., « The web as an object of study », New media & society, 6-1, 2004, p. 114‑122.

Théviot A., « Devenir “ami” avec 4500 enquêtés. Les enjeux éthiques de l’analyse d’intefaces semi-privées », Tic&Société, 7-2, 2013, p. 177‑204.

Thoër C. et Millerand F., « Chapitre 8. Internet comme terrain d’investigation et de collecte des données qualitatives en santé », in Les recherches qualitatives en santé, Armand Colin, 2016.

Van Campenhoudt L., Marquet J. et Quivy R., Manuel de recherche en sciences sociales, Paris, Dunod, 1995.

Williams M., « Avatar watching: participant observation in graphical online environments », Qualitative Research, 7-1, 2007, p. 5‑24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Despontin Lefèvre, « Retour sur un objet communicationnel situé »Terminal [En ligne], 129 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2021, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/terminal/6918 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.6918

Haut de page

Auteur

Irène Despontin Lefèvre

Doctorante, Université Paris 2 – Panthéon-Assas, CARISM

irene.despontin-lefevre@u-paris2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search