Navigation – Plan du site

AccueilNuméros129Explorer les méthodes en ligne po...Axe 1 - Le recours à des méthodes...Les passages circulaires d’une mé...

Explorer les méthodes en ligne pour des terrains hors ligne
Axe 1 - Le recours à des méthodes en ligne pour des terrains hors ligne en SHS

Les passages circulaires d’une méthodologie croisée pour s’approcher d’un terrain de souvenirs.

Les (n)ostalgiques de l’ancienne République démocratique allemande
The circular passages of a cross methodology to approach a research field of memories: the (n)ostalgics of the former German Democratic Republic
Katharina Niemeyer, Olga Siebert et Maria Silina

Résumés

L’ostalgie (Ost = Est en allemand) désigne différentes formes de nostalgie de l’ancienne République démocratique allemande. La recherche dont découle ce récit méthodologique critique vise à combler le manque d’études sur les communautés (n)ostalgiques en ligne en posant la question principale suivante : De quoi les personnes (n)ostalgiques de la RDA se souviennent-elles et comment négocient-elles leurs souvenirs dans les réseaux socio-numériques ? Depuis novembre 2018, nous analysons les publications qui expriment de la (n)ostalgie de l’ancienne RDA – que ce soit sur Facebook ou via l’usage du #ostalgie sur Instagram. Nos observations nous permettent d’identifier des personnes actives dans ces groupes afin de les inviter à des entrevues semi-dirigées dans leur village ou ville. L’objectif est ainsi de comprendre les enchevêtrements (n)ostalgiques « en et hors ligne » et de mieux saisir le lien que les personnes interviewées entretiennent avec leurs souvenirs, les objets du passé et leur articulation dans le monde du numérique. Cette approche nous amène à des passages circulaires entre les traces numériques et celles qui nous sont racontées sous forme de souvenirs. L’observation en ligne se présente comme une porte qui ouvre et ferme un terrain de recherche politiquement sensible.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Nous, les trois auteures de cet article, faisons partie des dernières générations ayant vécu la guerre froide et la séparation entre l’Est et l’Ouest. Originaire de l’Allemagne de l’Ouest, de la Pologne et de la Russie, nous avons des souvenirs d’enfance d’un monde qui a changé en 1989. En nous penchant aujourd’hui sur l’ostalgie (Ost = Est en allemand) qui désigne plus spécifiquement différentes formes de nostalgie de l’est, de l’ex-RDA - de sa politique, de ses produits culturels et industriels – nous ne pouvons pas faire abstraction de notre vécu , ni non plus de notre ignorance de beaucoup d’éléments qui concernent ce passé ; un passé dont les traces demeurent encore présentes aujourd’hui, que ce soit sous forme d’architecture, de monuments, d’exposition dans les musées, d’objets du quotidien, de souvenirs joyeux ou douloureux ou d’images et de mots partagés sur le Web.

  • 1 À titre d’exemple, nous faisons ici référence notamment aux travaux qui ont été réalisés en lien av (...)

2En nous intéressant ici principalement aux publications de personnes dans les réseaux socio-numériques, et plus spécifiquement aux personnes actives dans les groupes destinés à l’ostalgie ou au hashtag #ostalgie, nous entrons dans un monde de données massives car les publications et activités autour de notre sujet sont nombreuses. Un de nos objectifs était dès le départ de ne pas perdre de vue le côté humain de ses données (Ouakrat et Mésangeau, 2016 ; Abidin et de Seta, 2020) et comme le dit aussi bien et de façon très simple Bachimont : « En quoi les activités examinées sont-elles des activités humaines ? » (2015 : 401). Nous considérons les publications partagées et commentées comme des activités et communications faites délibérément pour participer à une communauté de souvenirs. Dans le cadre de notre recherche qui s’intéresse à un sentiment fort et complexe – celui de la nostalgie –, il nous paraît donc important de ne pas séparer les activités en ligne de celles qui se déroulent hors ligne et de suivre une perspective croisée. Comme de nombreuses études et réflexions l’ont déjà démontré, il n’est de toute manière pas toujours possible ou souhaitable (Pastinelli, 2006) de tracer une ligne claire entre le ‘en’ et ‘hors’, que les frontières sont floues et qu’elles s’enchevêtrent1.

3Hormis cette anthropomorphisation des données s’ajoute notre posture de recherche : comme mentionné, nous avons une certaine expérience vécue avec notre sujet et son époque historique. Ce rapport personnel ne fait pas partie de la problématique de recherche en soi, mais s’avère une source riche pour lire ‘entre les lignes’ et de mieux saisir et comprendre certaines publications et réactions durant les entrevues. À cette posture de subjectivité assumée (Uhl, 2005 ; Bourdeloie, 2013) de notre part, s’ajoute également la nécessité d’une prise en compte d’enjeux éthiques (Latzko-Toth et Proulx, 2013) que ce soit face aux données recueillies en ligne ou sur le plan des entrevues.

4Le présent article s’appuie donc sur ces premiers postulats et considérations et propose une contribution théorique et méthodologique portant sur un terrain qui a débuté dans nos vies personnelles ‘hors’ ligne avant l’arrivée du Web 2.0, qui s’est orienté ‘en ligne’ depuis 2018 et qui nous amène finalement vers un terrain ‘hors et en ligne’ depuis 2019. Nous concevons ces moments comme des « spirales d’observation » (Becker, 2020) que nous nommons ici plutôt passages circulaires, permettant de naviguer constamment ‘entre les lignes’, mais aussi entre différentes temporalités et lieux de l’histoire de l’avant et après-guerre froide. Au croisement des études sur la mémoire et la nostalgie, nous allons d’abord présenter la problématique et les concepts théoriques qui sous-tendent notre recherche afin de discuter par la suite ces passages circulaires sur le plan méthodologique et d’esquisser ainsi des résultats préliminaires.

Les études sur la (n)ostalgie, les médias et les réseaux socio-numériques

5Ce qui est à souligner dès le départ est l’orientation multitemporelle de la nostalgie, elle ne regarde pas uniquement le passé, elle est vécue au temps présent et empiète ou imagine souvent l’avenir. C’est ce que nous avons essayé de résumer dans un autre travail comme suit : « Entre souvenir et oubli, idéalisation et créativité, la nostalgie rappelle les temps et lieux qui ne sont plus, qui ne sont plus accessibles ou qui ne l’ont jamais été. Elle peut également désigner le désir de retourner à une époque passée que nous n’avons pas vécue ainsi, le regret d’un passé qui n’a jamais été et qui aurait pu être ou encore un avenir qui jamais ne sera. » (Niemeyer, 2018 : 5). « Inventée » en 1688 par un médecin suisse pour donner un nom au mal du pays et à ses symptômes, la nostalgie (du grecque nostos, retour et algia, douleur) fut pendant longtemps considérée comme une maladie difficile à saisir. Au début du XXe siècle, la notion quitte le discours médical et c’est notamment à partir du milieu du XXe siècle qu’elle innervera de plus en plus la culture populaire (Bolzinger 2007) et aussi la recherche en sciences humaines et sociales (Jankélévitch 1974, Davis 1979, Boym 2001). Souvent décrit comme une construction régressive de la modernité (Jameson 1991), le regard sur la nostalgie a beaucoup changé depuis quelques années et les chercheurs invitent à envisager davantage sa performativité (Keightley et Pickering, 2006 ; Dames, 2010) et son potentiel permettant de surmonter les crises et peurs personnelles, parfois collectives, du présent (Arndt et al. 2006). La nostalgie n’est plus uniquement quelque chose qui relève du sentiment personnel, mais qui devient une activité, une pratique sociale. Depuis quelques années, cette performativité s’est transformée en verbe : « nostalgiser » (Niemeyer, 2014 ; Sedikides et al., 2015). Comme Svetlana Boym (2001) l’a bien démontré, les expériences nostalgiques émergent la plupart du temps sur un plan personnel ou collectif, en temps de crise, de changement et/ou de progrès. Fortement liée aux transformations numériques des sociétés et aux multiples défis démocratiques qui s’imposent (George, 2019), une omniprésence de différentes formes et pratiques de nostalgie se laisse observer depuis quelques années. Sur le plan politique, l’idéalisation souvent nostalgique du passé se fait ressentir parmi les partisans du Brexit, parmi les adeptes du slogan ‘Make America Great Again’ de Donald Trump, mais touche aussi d’autres régions géographiques. Mona Hassan (2016), par exemple, parle du désir des extrémistes religieux de vouloir restaurer le califat perdu, notamment en Irak. Sur le plan technologique, le retour du vieux téléphone mobile de Nokia ou encore la suite de la série télévisée Twin Peaks sont juste deux autres exemples. Ces phénomènes et productions font partie des recherches récentes en médias et communication (Kay et al., 2017 ; Fantin, Fevry et Niemeyer, 2021). Ces travaux montrent clairement que les (nouvelles) technologies, les médias et les réseaux socio-numériques peuvent être déclencheurs du sentiment nostalgique, être des espaces pour la partager ou encore un moyen pour l’adoucir et de toute évidence, la nostalgie est aussi un outil de marketing et invite souvent à sa marchandisation.

6Cependant, il y a pour l’instant très peu d’études qui portent sur les communautés nostalgiques en ligne. On peut noter la présence d’analyses de « communautés de souvenirs » qui partagent un passé sur le Web (p. ex. MacDonald et al., 2015), mais la nostalgie comme problématique y reste marginale. Les seuls articles qui entament ce chantier de façon intensive sur le plan théorique et méthodologique analysent les communautés en ligne avec un accent sur la nostalgie postcoloniale de Hongkong (De Seta & Olivotti, 2017), la nostalgie post-soviétique en Russie (Kalinina & Menke, 2016), en Roumanie (Bardan & Vasilendiuc) ou encore la nostalgie mercantile, aseptisée et contrôlée (Niemeyer et Keightley, 2020).

7Concernant l’ostalgie qui est au centre de notre recherche, on peut constater que les analyses sur les productions médiatiques ostalgiques sont nombreuses, notamment celles qui portent sur le film et la télévision (p.ex. Enns, 2007 ; Ziegengeist, 2011). Naviguant entre l’idéalisation du passé politique, marchandisation et joyeux souvenirs personnels (Berdahl, 1999), l’ostalgie est pourtant aussi exprimée dans les communautés en ligne. Ce regret doux-amer de l’ancienne République démocratique allemande, de sa politique, de ses produits culturels et industriels, trouve son apparition dans les années 1990. L’ostalgie a été largement analysée dans une perspective culturelle, politique et sociale et la plupart du temps dans les travaux portant plus généralement sur l’évolution de l’Allemagne depuis la chute du mur de Berlin (p. ex. Ahbe 2001, Banchelli 2008, Gerstenberger & Evans Braziel 2011 et Kelly 2013). Ces travaux montrent les difficultés liées à la réunification allemande, à la transition d’un système politique à l’autre, mais ils soulignent déjà la montée de l’extrême droite dans les années 1990.

8Aujourd’hui, on compte une quarantaine de groupes sur Facebook2 et de nombreux sites Web avec des forums de discussion où les membres partagent des souvenirs divers de l’avant-Chute du mur comme des mets spécifiques, de la musique ou des photographies d’objets et de lieux qui ont marqué l’époque et/ou leur quotidien. L’usage du #ostalgie est également fréquent sur Instagram (63,259 publications au moment de la rédaction de l’article).3 Cependant, aucune étude ne s’est pour l’instant penchée sur ces activités ostalgiques en ligne. La seule exception concerne l’article de Kalinina et Menke (2019) qui met davantage le focus sur l’administration des groupes Facebook, mais moins sur les publications et usages en tant que tels.

9Notre projet contribue donc à combler le manque d’études sur les communautés nostalgiques en ligne portant plus spécifiquement sur les communautés ostalgiques en ligne tout en essayant de mener une réflexion sur les possibilités qu’offrent (ou non) les méthodes des terrains ‘en ligne’ pour aller à la rencontre des personnes actives dans ces groupes ou utilisant l’hashtag #ostalgie.

Le déroulement méthodologique de la recherche : l’observation en ligne, le corpus et les entrevues

10Premièrement, il faut noter que la recherche au Québec demande une certification éthique pour la recherche avec les êtres humains, ce qui inclut l’observation en ligne4. Ainsi, nous nous engageons à ne pas révéler l’identité des personnes des groupes Facebook ou sur Instagram, même si le contenu est public (i.e. le groupe est ouvert etc.). Pour citer ou montrer certains éléments du contenu partagé, nous effaçons le nom et la photo et tout autre élément du discours qui pourrait identifier une personne. Nous avons obtenu un consentement écrit et signé de la part des personnes interviewées. Ces dernières nous ont donné l’autorisation de divulguer leurs noms et leur photographie ainsi que le contenu de notre entrevue à des fins de la présentation des résultats de recherche. À l’appui des travaux sur les communautés et identités en ligne (Latzko-Toth 2002 ; Cardon et al. 2014 ; Niemeyer et Keightley, 2020) incluant les représentations, reconnaissances et expositions de soi (Georges 2011 ; Pastinelli & Déry 2016), notamment sur Facebook (Granjon et Denouël 2010 ; Bastard et al. 2017), nous avons mis en place un protocole de recherche expérimental qui garde une certaine homogénéité sur le plan du déroulement, mais qui demeure ouvert afin de donner place à une meilleure compréhension et perméabilité ‘entre les lignes’. Nous suivons ainsi les recommandations de Sumiala (2020), afin de permettre la réévaluation constante de notre approche. Ce protocole de recherche a été également enrichi par les publications portant sur les mobilisations politiques (radicales) en ligne (Mabi et Théviot 2014 ; Gimenez et Voirol 2017). Elles nous ont permis d’identifier et de garder l’œil sur l’engagement politique en ligne des ostalgiques de la RDA même si la dimension politique ne figure pas au centre de cet article, le politique traverse et innerve notre terrain de recherche explicitement et implicitement. Nous présentons ici en mode synthétique la constitution du corpus et le déroulement de la recherche ainsi que des entrevues.

11Comme le sentiment nostalgique n’est pas toujours explicitement affiché en tant que tel par celles et ceux qui l’éprouvent, il s’avère difficile de l’analyser tant sur le plan théorique que méthodologique. Autrement dit, il n’est pas possible de partir du principe que la nostalgie soit à l’origine d’un contenu partagé (en ligne ou ailleurs) ou qu’un contenu va de facto la provoquer (Menke 2017). S’intéresser aux personnes qui démontrent clairement leur attachement affectif et (n)ostalgique au passé en adhérant, par exemple, à un groupe Facebook contenant l’affirmation nostalgique en son titre (p.ex. DDR Erinnerungen und Ostalgie / RDA Souvenirs et Ostalgie) nous a permis de réduire le risque d’un a priori sur le sentiment nostalgique. De nombreux groupes sont très actifs sur Facebook, comme DDR Erinnerungen und Ostalgie (RDA Souvenirs et Ostalgie). Une première phase de repérage a servi à classer les groupes et forums existants et d’en donner un panorama d’ensemble5. Considérant les communautés en ligne comme un terrain de recherche (Millerand et al. 2010 ; Pastinelli, 2011 ; Millette et Rocheleau, 2014; Fleischhack, 2019), il a été donc question de se plonger de façon intensive dans certains groupes sur Facebook. Une observation de type ethnographique en ligne a été menée (Jouët et Le Caroff, 2013 ; Varis, 2016) en 2018 et 2019, chaque fois pour une durée de deux semaines autour des commémorations de l’anniversaire de la chute du mur de Berlin (9 novembre 1989). En 2018, nous nous sommes concentrées sur le groupe RDA Souvenirs et Ostalgie, qui est devenu notre principal terrain d’observation pour l’année 2018 en raison de sa popularité auprès des utilisateurs (avec presque 20 000 membres en 2018), et du nombre de publications. Comme c’est souvent le cas sur Facebook, les groupes, qui sont informels et florissants, ont tendance à avoir une vie courte. C’était le cas de RDA Souvenirs et Ostalgie qui a été ‘archivé’ durant une année, ce qui a empêché l’observation prévue en novembre 20196.

12En mai 2019, nous avons contacté les utilisateurs les plus actifs de RDA – RDA Souvenirs et Ostalgie, soit 6 personnes, hommes et femmes, et leur avons demandé un entretien en personne en les contactant via la messagerie Facebook. Ce recrutement fut peu productif. Ainsi, parmi les trois utilisateurs identifiés en 2018 comme étant les plus actifs dans RDA – Souvenirs et Ostalgie, 3 sur 6 n’étaient plus actifs (profil Facebook effacé) juste cinq mois après leur participation active en novembre 2018. Deux autres utilisateurs ont refusé toute option d’interview (et ont rapidement supprimé leur compte ou nous ont bloqués), tandis qu’un seul a répondu positivement. La personne qui a accepté avec enthousiasme de participer est celle qui est lui-même modérateur d’une communauté prolifique DDR-publicité (DDR Reklame) : Marko Petersohn. Il a partagé notre appel dans son réseau, ce qui nous a permis d’avoir une personne supplémentaire sur notre liste des entrevues (Martin Berthot) prévues à l’été 2019. Nous avons également demandé aux réseaux d’amis et de familles en Allemagne de diffuser notre appel à interviews dans leurs cercles proches. Cette double stratégie nous a permis d’organiser quatre entrevues (sur les dix prévues au total jusqu’en 2022). Les autres personnes potentiellement intéressées devraient être interviewées en 2020 en Allemagne, mais n’ont pas voulu s’entretenir en visioconférence. La pandémie nous a donc mis en pause et nous allons probablement recruter d’autres personnes pour la suite du projet.

13Cette série d’entretiens réalisées à l’été 2019 ouvraient les premiers passages circulaires de notre approche exploratoire : nous nous sommes par la suite concentrées sur sept autres groupes Facebook suggérés en partie par les personnes interviewées afin de combler l’impossibilité d’observer notre terrain principal. Parmi ces groupes, on peut nommer Notre RDA – le groupe7 (Unsere DDR - Die Gruppe) et RDA - le bon vieux temps8 (DDR-Die guten, alten Zeiten)9. Certains de ces groupes nous ont été donc référés par les personnes interrogées lors des entretiens semi-structurés, comme c’était le cas de la communauté RDA-publicité (DDR Reklame) active sur les plateformes les plus populaires telles que Facebook, Twitter et Instagram.10 Le Hashtag #ostalgie a été choisi sur Instagram comme étant le plus populaire (63 471 utilisations)11, en comparaison avec un #ostalgia (1 226)12 et un #ostalgisch (50) 13moins utilisés sur Instagram.

  • 14 Nous avons analysé le contenu selon le type de publication (vidéo, texte, image en prédominance) et (...)
  • 15 En novembre 2021 nous allons ajouter deux semaines d’observation et deux semaines d’observation alé (...)

14Afin de pouvoir garder trace des publications, images, vidéos, etc., nous avons pris des captures d’écran et réalisé un copier-coller de commentaires publiés durant la période d’observation. Nous les avons numérotées, classées chronologiquement et catégorisées pour l’analyse de contenu systématique14 permettant de donner une vue d’ensemble des nombreuses publications pendant trois années15. Un journal de terrain (prise de notes lors de la collecte des données) nous a permis de sauvegarder des éléments intéressants qui ne relèvent pas forcément d’emblée des questions de recherche et qui pourraient apporter des découvertes importantes supplémentaires.

Ostalgiser entre les lignes

15Les observations et la distribution des thèmes les plus utilisés faites sur Facebook en 2018 et 2019 dans le groupe RDA – Souvenirs et Ostalgie (Tab. 1) ont été les mêmes sur les plateformes Instagram et Twitter et ont soutenu notre choix initial des catégories pour les prochaines observations à venir en 2021. Les publications mettant en avant principalement les marques ostalgiques pour discuter explicitement de la marque ont été considérées comme une catégorie distincte et séparée, et ont été soigneusement distinguées des publications relevant principalement de la catégorie des objets de la vie quotidienne mentionnés sans référence à une marque. C’est plus particulièrement cette distinction qui nous a permis de nuancer la place des objets (n)ostalgiques dans le quotidien ‘en’ et ‘hors’ ligne, mais aussi en fonction du média social choisi.

Tableau 1 : Contenu de type moyen dans la communauté DDR Erinnerungen und Ostalgie (Souvenirs de la RDA et Ostalgie) sur Facebook.

Le contenu d’information partagée (le nombre total de publications analysé :

404)

Semaine d’observation 1 et 2

11-16 novembre 2018/

5-16 novembre 2019

Objets du quotidien (vaisselle, outils, jeux, etc.)

36.88%

Film/TV

14.60%

Activités sociales (famille, amitié, travail)

12.13 %

Marques (vestimentaire, produit, alimentaire)

10.89 %

Nourriture

8.17 %

Lieux (ville, paysage)

6.44 %

N/A*

4.21 %

Musique

3.71 %

Autre**

2.97 %

*N/A Informations techniques sans rapport direct avec l’ostalgie
**Autre = autres sujets liés à l’ostalgie

16Sur Twitter et Instagram (Tab. 2), l’accent est davantage mis sur certaines marques et notamment la voiture de marque Trabant (Trabi), un véhicule vintage classique de l’EX-RDA, mais aussi l’un des symboles de la marchandisation touristique de cette dernière. La place des marques est moins importante dans le groupe Facebook analysé (Tab. 1).

Tableau 2 : Contenu de type moyen sur Twitter et Instagram sous l’hashtag #ostalgie.

Le contenu d’information partagée (le nombre total de publications analysé : 385)

Semaine d’observation 1 et 2
11-16 novembre 2018/ 5-16 novembre 2019

Marques (vestimentaire, produit, alimentaire)

51.17%

Lieux (ville, paysage)

22.34%

Objets du quotidien

18.96%

Film/TV

4.42%

Nourriture

1.56%

Autre*

1.56%

Activité sociale

0 %

Musique

0 %

*Autre = autres sujets liés à l’ostalgie

17Après la première phase d’observation en ligne en 2018, nous avons réalisé une analyse sémiologique plus poussée d’une sélection de publications (les plus partagées et commentées) et développé un guide d’entretien à l’appui des résultats, afin de préparer les entrevues.

18Malgré la prédominance des objets du quotidien et des contenus médiatiques dans les groupes Facebook analysés, nous avons pu observer que certains commentaires sur les publications portaient en eux une connotation politique (parfois explicite ou implicite) relatifs à une critique du capitalisme et notamment de la surconsommation après la fin de la RDA. Nous n’avons pas souhaité poser des questions explicitement politiques durant les interviews, afin d’éviter de possibles crispations qui auraient pu émerger en lien avec l’ancien régime, mais à la fin des entrevues, on posait la question indirectement en demandant si un aspect social ou politique de la RDA leur manquait.

Passages circulaires (n)ostalgiques identitaires, sociales et anecdotiques entre les lignes

19Les résultats de l’analyse ‘en ligne’ confirment la continuité (nostalgique) d’une identité RDA en ligne (Kalinina et Menke, 2019) et plus spécifiquement la prédominance de deux formes d’ostalgie identifiées par Marina Chauliac (2018) : « l’ostalgie identitaire ou le folklore est-allemand » (p.3). C’est une « nostalgie sans mémoire » (Appadurai, 2005, 67) où l’esthétique de la RDA se voit réappropriée dans le design des objets nouveaux imitant les anciens de la RDA. Elle est notamment vécue de la part de celles et ceux n’ayant pas vécu l’époque de la séparation des deux Allemagnes. L’autre forme d’ostalgie – la « nostalgie sociale » désigne un certain regret ou une volonté du retour à une société socialiste présentée comme plus égalitaire (Chauliac 2018 ; p. 5). Dans le groupe RDA Souvenirs et Ostalgie, ces deux formes existent et nous avons identifié une troisième qui est celle d’une nostalgie identitaire avec mémoire. Nous avons nommé cette forme l’ostalgie anecdotique qui n’euphémisme pas le passé, mais qui articule les souvenirs d’antan avec humour et re-contextualisation historique, mais qui permet également aux générations de se reconnecter. Ce que l’analyse des communautés en ligne ne nous permettait pas d’explorer est la possible expérience simultanée de ces trois formes d’ostalgie parmi les personnes actives et l’observation en ligne n’offre pas non plus l’accès à des récits plus détaillés que les commentaires dans les médias sociaux. C’est pour cette raison qu’en juin et juillet 2019, nous sommes parties en Allemagne pour réaliser les quatre premières entrevues16. Notre point de départ était chaque fois Berlin car nous avons organisé en même temps une école d’été dans la capitale autour de l’ostalgie17.

20Ce que l’on a observé dans les interviews notamment est la coexistence ou parfois l’omniprésence de soit la (n)ostalgie anécdotique, identitaire avec mémoire (transgénérationnelle) soit la (n)ostalgie sociale. En revanche, la (n)ostalgie identitaire sans mémoire ou folklore (Chauliac, 2018) joue un moindre rôle dans les entrevues menées – ce qui s’explique par le fait que les personnes interviewées ont pour la plupart vécu en EX-RDA et donc en ont emporté des souvenirs.

  • 18 DDR-Publicité fut une idée « de discussion dans un bar dans les années 2000 … un de mes amis de l’o (...)

21Uwe Vogt (UV), 55 ans, soldat professionnel avant et après la Chute du mur, recruté via Mark Petersohn et DDR-publicité, était notre premier interviewé et aussi le plus âgé. Son lien avec la RDA est donc une expérience vécue et ne relève pas du folklore, tout comme Martin Berthot (MB) de Iéna, 40 ans, utilisateur actif de la plateforme de médias sociaux qui a été invité via l’annonce de DDR-Publicité sur Twitter, mais aussi Marko Petersohn (MP), 42 ans, administrateur de DDR-Publicité vivant à Cologne18, recruté via Facebook. Tous les trois sont sensibles à l’histoire de la RDA et les communautés en ligne leur permettent de garder le contact avec le passé via les souvenirs partagés sous forme d’images principalement. C’est d’abord une forme de réservoir de souvenirs joyeux et ludiques. Pour UV l’ostalgie en ligne est principalement amusante et une sorte d’archive vivante qui permet de se souvenir de la jeunesse et d’objets qui ne sont plus fabriqués. À l’entrevue, il nous montre ses objets préférés sur son téléphone portable (Fig. 1) et nous dit qu’il en discute en ligne et qu’il publie des photographies privées dans certains groupes quand il trouve le temps.

Figure 1 : Uwe Vogt à Lübben montre la radio qui lui as été offerte quand il était jeune et dont il se souvient mais qui a disparu. Il a retrouvé l’image grâce au groupe DDR-publicité (DDR-Reklame).

Figure 1 : Uwe Vogt à Lübben montre la radio qui lui as été offerte quand il était jeune et dont il se souvient mais qui a disparu. Il a retrouvé l’image grâce au groupe DDR-publicité (DDR-Reklame).

22Chez les plus jeunes comme MB (ancien étudiant en histoire, philosophie et politique), l’intérêt pour le passé relève plutôt de la reconstitution: « J’essaie encore et toujours de comprendre ce pays ». Il a été très actif dans les communautés ostalgiques en ligne, mais aussi sur Twitter comme militant anti-néo-nazi lorsque la fameuse marche de l’AfD qui s’est déroulée à Iéna en 2013-2014 dans le cadre d’une action de masse contre l’immigration, et plus particulièrement contre les réfugiés politiques. Il est intéressant de noter qu’en dépit de sa position politique active, son utilisation des plateformes de médias sociaux a été plutôt performative, ce qui signifie qu’après la fin des manifestations, il a décidé de ne plus parler de politique en ligne. Son étude de l’histoire l’a amené à suivre plusieurs récits d’ostalgie, notamment la DDR-Publicité. Il s’intéresse surtout à l’esthétique des objets et aux changements de perception : comment certains des objets connus du passé, de son enfance, se présentent aujourd’hui, quels sentiments ils évoquent. Les images du passé, principalement les objets figurant dans la publicité, l’aident non seulement à comprendre l’histoire du pays qui a disparu, mais la contemplation même des images lui permet de saisir « une pièce du puzzle de ma propre personnalité », quelque chose que son jeune frère né après 1989 ne peut pas reconstituer de la même façon.

  • 19 Le nom d’émissions de masquotte dans une émission pour enfants de l’EX-RDA.

23Cette expérience de la reconstitution d’une jeunesse vécue ou encore du passé des parents se fait également ressentir chez Victoria Kühn (VK), étudiante en médecine de 29 ans, originaire de Havelberg. VK est née peu après la chute du mur de Berlin. Ses souvenirs du passé communiste sont pour la plupart actualisés et transmis par les membres de sa famille, notamment par son grand-père. Comme l’a révélé VK, l’intérêt marqué du grand-père pour ce sujet était dû en grande partie à la perte de sa femme et celle de sa stabilité économique (il a perdu son emploi après la Chute du mur). Pour son grand-père, ces deux pertes se nouent à l’ostalgie qu’il partage avec VK et la famille et qui a stimulé l’intérêt de VK pour les communautés ostalgiques en ligne. Pour elle, ces dernières sont une source de compréhension, d’apprentissage et surtout un moyen de communication avec son grand-père, renforçant, selon elle, la cohésion familiale. VK fait une distinction claire entre les marques et les marchandises qui sont affichées et promues en lien avec la RDA et les souvenirs personnels liés à certains produits ou productions, principalement issus de la culture médiatique et télévisuelle. Par exemple, Sandmännchen et Pittiplatch19 sont parmi les objets les plus populaires dans les communautés en ligne ostalgiques, mais pour Victoria, ils ont une véritable signification personnelle et individuelle : ce sont des objets bien-aimés de sa propre enfance qu’elle transmet aujourd’hui à ses propres enfants : « Je leur fais écouter ces émissions sur Youtube et je leur ai trouvés les peluches, aussi ». Pour elle, c’est une forme d’ostalgie transgénérationnelle mais elle n’est ni sociale, anecdotique – elle est identitaire avec, cependant, la nuance d’une mémoire partagée avec le grand-père, un fil familial qui se tisse aussi via les recettes trouvées en ligne ou les corbeilles de plage de la mer Baltique (Fig. 2) :

Fig. 2 : Corbeille de plage (Strandkorb), typique de de la mer baltique, mais aussi du Danemark et la mer du Nord auteure : K. Niemeyer

Fig. 2 : Corbeille de plage (Strandkorb), typique de de la mer baltique, mais aussi du Danemark et la mer du Nord auteure : K. Niemeyer

24« C’est une véritable culture du souvenir maintenant, mais les objets ne correspondent plus à la réalité sociale et leur sens a changé, enfin pour beaucoup de gens… cela crée de la nostalgie, aussi… beaucoup de biens de consommation et d’objets étaient rares ». Donc ce n’est pas uniquement l’objet désiré qui manque, ou son contexte, mais surtout sa valeur qui était associée à un statut social qui, lui-même, se nouait autour de la culture du manque. Pour le dire dans d’autres termes, une forme de nostalgie qui s’est perdue depuis la Chute du mur est l’activité de se languir de quelque chose au temps présent (Bach, 2017), une nostalgie qui s’orientait davantage vers le futur.

25En ce sens, les récits de MB, de VK et de MP rejoignent l’idée de l’ostalgie sans mémoire (Chauliac, 2018), mais elle ne relève pas d’une superficialité mercantile ou d’un folklore. C’est la quête de la compréhension du passé familial et d’une reconstitution historique d’une mémoire familiale notamment. VK nous a surtout mis sur la piste des groupes implicitement nostalgiques, à savoir ceux qui partagent les recettes de cuisine de l’EX-RDA en ligne ; une façon de s’approcher de l’imaginaire d’un passé et de revivre le monde culinaire, même si ces produits n’existent plus. VK nous a expliqué que les groupes Facebook portant sur les recettes lui permettent de transporter le passé au présent. Ainsi, nous allons inclure davantage de groupes de ‘recettes’ pour nos observations en ligne de 2021.

26L’observation en ligne (notamment l’analyse des commentaires) a aussi indiqué une présence – en filigrane – d’une ostalgie sociale, donc une prédominance nostalgique pour certains éléments politiques du passé. Hormis pour UV, nous ne pouvons pas faire le constat de cette forme de nostalgie chez les trois autres personnes interviewées. Viktoria Kühn, Martin Berthot et Marko Peterson sont trop jeunes pour la revendiquer, mais les trois se l’imaginent ou la rapportent via les parents, comme MP, par exemple. MP est originaire de Leipzig, il a déménagé à l’Ouest à 9 ans. MP ne se dit pas profondément ostalgique, pour lui cela présente trop de dangers de rendre le passé trop joli en rétrospective. Selon la définition de Chauliac (2018), il critique donc la nostalgie sociale quand elle est trop poussée. En revanche, MP utilise le #ostalgie parce que « cela renvoie à mon enfance et je maintiens ainsi des souvenirs, je contribue un peu à garder trace, mais je ne veux pas que cela se politise trop », puis il admet malgré tout que « sur le plan de l’éducation la RDA fut plus facile, il y avait une garderie par entreprise… ».

27La (n)ostalgie sociale a été davantage présente dans l’entrevue avec UV sans que ce dernier la revendique pour autant comme ‘solution d’avenir’. Il s’est d’abord montré méfiant lors de l’entrevue menée le 2 juillet 2019 à Lübben quand il apprend qu’une des chercheures est née en Allemagne de l’Ouest. Cette réaction est une relique identitaire du passé, ce ne fut pas une surprise en tant que telle, il y a toujours des tensions entre l’Est et l’Ouest, mais nous ne l’avions pas attendu au moment d’une réelle rencontre ; UV ayant déjà accepté l’entrevue. Il fallait donc gagner sa confiance tranquillement ; la collègue d’origine russe semblait le rassurer et après deux cafés, on se sentait plus à l’aise. UV Vogt est surtout actif sur Twitter pour des raisons politiques. Il s’engage dans son village et souhaite contrer la montée de l’extrême droite. Il veut éviter une ‘fausse’ ostalgie comme il dit, celle qui met en avant les choses qui fonctionnaient en RDA sans remettre en cause ce qui ne marchait pas. Autrement dit, il veut éviter que la nostalgie sociale (Chauliac, 2018) régressive prenne de l’ampleur et qu’elle se noue aux pensées de l’extrême droite, mais il souligne que « oui, il faut dire quand même que les loyers étaient moins chers et fixés par l’État, puis en général la cohésion sociale était plus forte, mais je ne veux pas retourner au passé ». UV nous indique surtout que son activité en ligne relative à l’ostalgie est ludique, mais qu’il ne parle pas du système politique en ligne car « trop de trolls se promènent et c’est contreproductif ».

Entre les lignes – L’ostalgie (imaginée) comme source amnésique, mnémonique et historique

28Les entrevues nous ont donc permis de mieux cerner les activités visibles en ligne et d’en apprendre davantage sur les coulisses et motivations des personnes qui sont ‘silencieusement’ en ligne, donc celles qui ne commentent et ne partagent pas souvent les contenus ostalgiques en ligne – ce qui fut le cas de trois personnes sur les quatre interviewées, donc hormis MP qui est administrateur de RDA-Publicité. Toutes les personnes interviewées ont explicitement déclaré qu’elles ne veulent pas que le régime politique revienne, même si certains de ses traits – comme la cohésion sociale – étaient meilleurs. Pour MP et MB qui ont vécu leur enfance en RDA et qui ont connu la Chute du mur en étant jeune, la nostalgie s’oriente davantage vers leur propre enfance et jeunesse, ce qui a été déjà documenté (Bouma, 2019), mais ils ne dépolitisent pas pour autant l’ensemble du passé. Ils savent clairement tirer un trait entre le passé vécu et aujourd’hui, mais dans les entrevues, le passé traumatique ne demeure pas caché et parfois les récits sont contradictoires. MP nous a d’abord parlé de la sécurité sociale dans les soins de santé disponibles pour tous et ses avantages, pour ensuite nous faire part – plus tard dans l’entrevue – du refus de son père de s’associer au parti politique de la RDA et des soucis que cela a pu engendrer pour lui et sa famille sur le plan du bien-être social. Il a, par exemple, rappelé la difficulté d’obtenir une aide médicale qui était réservée aux enfants des membres du Parti. En effet, les personnes choisissent les souvenirs qu’elles veulent garder et en oublient d’autres pour se dé-souvenir et probablement oublier ces moments difficiles du passé (Bouma, 2019). UV, le plus âgé des quatre, n’évoque pas cette ambiguïté, mais nous a fait plutôt part de la difficulté de passer d’un système militaire à l’autre et nous a expliqué que durant deux années après la Chute du mur on essayait de virer tous les membres du parti de l’ex-RDA de l’armée et que les interrogatoires étaient durs.

29Ce qui réunit les quatre personnes interviewées également est de considérer les communautés ostalgiques en ligne comme une source d’histoire et de mémoire compliquée. Elles estiment que le Web et la possibilité de partage en ligne permettent de maintenir des souvenirs et de se reconnecter au passé, aux récits, à leur enfance, jeunesse ou la vie de leurs parents ou grands-parents. Il s’agit donc d’une culture du souvenir (Erinnerungskultur) naviguant entre imagination et reconnexion avec leurs trajectoires de vie familiale. Les personnes interviewées, notamment MB et UV, reconnaissent également les médias sociaux comme une façon d’écrire une partie plus sociale de l’histoire de la RDA avec tous les dangers que cela comporte, à savoir une « déformation des faits historiques permettant aux extrémistes de droite et de gauche de nourrir leur pensées » (UV), mais aussi une façon de rendre plus beau un passé qui ne l’était pas autant. MP nous a également raconté qu’un jeune autrichien de 14 ans voulait lui expliquer en message privé sur Twitter comment la RDA a fonctionné en déformant non seulement l’histoire est-allemande, mais aussi l’histoire allemande tout court. Ce genre de réflexions ou débats n’a pas été observé durant nos semaines d’observation ‘en ligne’ en 2018 et 2019.

30De manière surprenante, la politique a souvent été évoquée comme un sujet tabou pour l’exprimer en ligne et que les personnes interviewées tentent de garder privé – à l’exception de UV qui s’engage ouvertement sur Twitter contre l’extrême droite mais pas dans les communautés ostalgiques. Notre recherche montre donc que les passages circulaires entre l’observation ‘en ligne’ et les entrevues est fertile pour reconstruire de façon nuancée la configuration public-privé des souvenirs et la représentation des identités (n)ostalgiques se manifestent. Le sentiment de division entre l’Est et l’Ouest est d’ailleurs toujours présent, ce qui résulte en une vision d’une nation toujours partagée : on oppose souvent l’Ouest plus économiquement développé, chaleureux envers les étrangers et accueillant, à l’Est xénophobe, résistant au multiculturalisme et engagé à la violence anti-migratoire, l’Est qui souffre, en effet, d’une « mauvaise réputation » et qui doit vivre avec un certain complexe d’infériorité (Göpffarth 2019). Selon Göpffarth (2019), l’impossibilité de « se détacher » du passé a empêché la construction de l’identité allemande « plus positive » qui aurait permis de construire une nation avec plus de confiance en soi. Comme nous l’avons découvert au cours de notre recherche, cette affirmation ne se confirme pas et est beaucoup plus complexe. Derrière les multiples façons de s’attacher au passé se cache aussi une certaine authenticité dans l’expression des sentiments que l’on peut donc découvrir en naviguant entre les lignes et derrière la culture de consommation ostalgique – le musée de la DDR est décrit par MP comme étant ‘hipster’ et superficiel, mais nécessaire. Finalement, cette ostalgie identitaire ‘sans mémoire’ – donc sans souvenir personnel – semble permettre une affirmation d’identité politico-culturelle distincte (Bach, 2017).

Perspectives

31L’ostalgie comme sentiment mais surtout comme ‘slogan’ ou concept abstrait sans attachement émotionnel est une façon de communiquer et de partager une certaine identité à travers des objets. Ainsi, les personnes interviewées sont en constante renégociation entre leur reconstitution et compréhension du passé en et hors ligne et notamment entre les lignes. Autrement dit, la consultation et le suivi des groupes ostalgiques sont pour nos personnes interviewées des habitudes quotidiennes ou ponctuelles. Ils leur permettent de mieux saisir le passé de la famille et aussi d’une partie de l’histoire allemande qui ne se trouve pas dans les livres ; une mémoire sociale ludique attachée aux objets vintage. Il y a ici bien évidemment le risque de ne pas prendre l’histoire pour ce qu’elle est, de l’idéaliser, mais l’ostalgie n’est pas aveugle ; la différenciation entre la (n)ostalgie identitaire avec mémoire et celle qui est sociale s’opère avec lucidité et précaution, que ce soit en ou hors ligne. Ceci dit, nous n’avions pas prévu initialement de nous pencher explicitement sur le lien entre l’ostalgie et les extrêmes politiques, mais le contexte de la pandémie a fait émerger une parole accentuée et nous avons remarqué une tendance accrue de publications mêlant l’envie de reconstruire le mur, cette fois-ci contre les étrangers et (la politique de) Angela Merkel et son gouvernement ; une envie non seulement exprimée par des personnes ayant grandi à l’Est, mais aussi à l’Ouest et posant un grand défi pour la recherche qui est à venir, toujours entre les lignes.

32Ce que les passages circulaires nous ont permis à ce jour est de saisir les façons de (re)construire et d’exprimer un monde ostalgique composé par de nombreuses personnes publiant dans les communautés en ligne. Rendre perméable l’écran, le dépasser est une étape dans ces passages circulaires, moins pour vérifier ou contrôler la véracité des informations et récits partagés, mais pour saisir la place que ces communautés en ligne peuvent jouer dans le quotidien des personnes interrogées et vice-versa. Ces passages circulaires permettent également d’ouvrir des terrains d’observation en ligne inattendus (les groupes de recettes, par exemple), mais montrent aussi l’importance du croisement des méthodologies et approches. L’observation en ligne et les entrevues nous ont amenées à une troisième forme d’ostalgie, celle qui est identitaire avec mémoire et qui ne se veut pas sociale dans le sens d’une volonté de reconstruire le mur, mais qui navigue entre les ostalgies définies par Chauliac (2018) et qui amène à une nostalgie qui dépasse la marchandisation, le folklore et l’idéalisation politique, c’est une (n)ostalgie d’un passé imaginée, une activité de se saisir du passé familial et une volonté de renégocier le passé pour un meilleur avenir.

Haut de page

Bibliographie

Abidin, C. et De Seta, G. (2020). Doing Digital Ethnography : Private Message from the Field. Journal of Digital Social Research (Special issue). Vol. 2, No. 1, 2020, p. 1 – 19.

Ahbe, T. (2001). ’Ostalgie’ Als Eine Laien-Praxis in Ostdeutschland. Ursachen, Psychische Und Politische Dimensionen. In Timmermann, H. (éd.), Die DDR in Deutschland: Ein Rückblick Auf 50 Jahre. Berlin: Duncker & Humblot, p. 790–791.

Airoldi, M. (2018). Ethnography and the digital fields of social media. International Journal of Social Research Methodology, 21:6, 661-673. DOI: https://doi.org/10.1080/13645579.2018.1465622.

Appadurai, A. (2005). Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalization. Paris, Ed. Payot et Rivages, 1996

Arndt, J., Routledge, C., Sedikides, C. et Wildschut, T. (2006). Nostalgia: Content, Triggers, Functions. Journal of Personality and Social Psychology, 91(5), 975–993.

Assmann, A. (1999). Erinnerungsräume – Formen und Wandlungen des kulturellen Gedächtnisses. München : C.H. Beck.

Augé, M. (2001). Les Formes de l’oubli, Paris, Éditions Payot & Rivages.

Bach, J. (2017). What Remains: Everyday Encounters with the Socialist Past in Germany. New York: Columbia University Press.

Bachimont B. (2015), « Le numérique comme milieu : enjeux épistémologiques et phénoménologiques. », Interfaces numériques, 4, 3, 385-402.

Banchelli, E. (2008). Ostalgie. Eine vorläufige Bilanz. In Cambi, F. (éd.), Gedächtnis und Identitat. Die Deutsche Literatur nach der Vereinigung, Würzburg : Koenigshausen & Neumann, p. 57-68.

Bardan, A & Vasilendiuc, N. (2019). Representations of the Communist Period in Romanian Digital Communities: A Quest for Online “Displaced Nostalgia.”. In R. Lizardi (dir.), Subjective Experiences of Interactive Nostalgia, Frankfurt: Peter Lang, pp. 145-166.

Bastard, I., Cardon, D., Charbey, R., Cointet, J. & Prieur, C. (2017). « Facebook, pour quoi faire :Configurations d’activités et structures relationnelles ». Sociologie, vol. 8,(1), 57-82.

Becker, H. (2020). Faire preuve. Des faits aux théories, Paris, La Découverte, coll. « Grands Repères. Guides »,

Berdahl, D. (1999). ‘(N)Ostalgie’ for the present. Memory, longing, and East German things. Ethnos, vol. 64, n° 2, p. 192-211.

Bolzinger, A. (2007). Histoire de la nostalgie, Paris: Editions Campagne Première.

Bonnett, A. (2016). The Geography of Nostalgia: Global and Local Perspectives on Modernity and Loss. London: Routledge.

Bouma A. (2019). German Post-Socialist Memory Culture. Epistemic Nostalgia. Amsterdam University Press (2019). URL: https://www.jstor.org/stable/j.ctvkwnnhk.12.

Bourdeloie H. (2013), « Ce que le numérique fait aux sciences humaines et sociales », tic&société 7, 2. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/1500. DOI : 10.4000/ticetsociete.1500

Boyer, D. (2006). Ostalgate and the Politics of the Future in Eastern Germany. Public Culture 182(2), pp. 361 – 381.

Boym, S. (2001). The Future of Nostalgia. New York: Basic Books.

Breuilly, J & Speirs, R. (éd.) (2005). Germany’s Two Unifications. Basingstoke: Palgrave Macmillan.

Casalegno, F. (2001). « Mémoire collective et existence poétique en réseaux. Éléments pour la compréhension des rapports entre nouvelles technologies, communautés et mémoire ». MEI, n°15, p.153-167.

Cardon, D., Fouetillou, G. & Roth, C. (2014). « Topographie de la renommée en ligne: Un modèle structurel des communautés thématiques du Web français et allemand ». Réseaux, 188,(6), 85-120.

Combes H. (2011), « Observer les mobilisations », Introduction, Politix, 93, pp. 7-27. DOI : 10.3917/pox.093.0007

Chauliac, M. (2018). Utopie – ostalgie – nostalgie : aller-retour en ex-RDA. Conserveries mémorielles (revue transdisciplinaire). #22/2018. http://journals.openedition.org/cm/2982

Cooke, P. (2005). Representing East Germany since Unification: From Colonization to Nostalgia. Oxford,UK ; New York, NY: Berg.

Dames, N. (2010). Nostalgia and its Disciplines: A Reponse. Memory Studies, 3(3), 269–275.

Davis, F. (1979). Yearning for yesterday: a sociology of nostalgia. New York: Free Press.

Dornhof, D. (2001). The inconsequence of doubt: Intellectuals and the discourse on socialist unity. Dans M. Geyer (Ed.), The power of intellectuals in contemporary Germany (pp. 59 – 87). Chicago: UCP.

Dwyer, M. (2015). Back to the Fifties. Nostalgia, Hollywood Film, and Popular Music of the Seventies and Eighties. New York: Oxford University Press.

Elsaesser, T. (2001). Un train peut en cacher un autre – Geschichte, Gedächtnis und Medienöffentlichkeit. Montage/av, 11/1/2001, p.11-25.

Enns, A. (2007). The politics of Ostalgie: post-socialist nostalgia in recent German film. Screen, Volume 48, Issue 4, p. 475–49.

Fantin, E.; Fevry, S.; Niemeyer, K. (2021). Nostalgies contemporaines. Médias, cultures et technologies, Lille : Presses Universitaires du Septentrion.

Fantin, E. et Le Hégarat, T. (éd.) (2016). « L’Âge d’or », Le Temps des médias, 27/2, 5-15.

Fleischhack, J. (2019). Veränderte Bedingungen des Sozialen. Eine metholodogische Betrachtung zur Digitalen Anthropologie/Digitalen Ethnographie. Zeitschrift für Volkskunde, 115. Jahrgang 2019, Heft 2, p. 196 – 215.

George, É. (2019). Numérisation de la société et enjeux sociopolitiques 1: Numérique, communication et culture (Vol. 1). ISTE Group.

Georges, F. (2011). « L’identité numérique sous emprise culturelle: De l’expression de soi à sa standardisation ». Les Cahiers du numérique, vol. 7,(1), 31-48.

Gerstenberger, K. ; Evans Braziel, J. (éd.) (2011), After the Berlin Wall. Germany and beyond. Basingstoke : Palgrave Macmillan.

Gimenez, E. et Voirol, O. (dir.)(2017). « Les agitateurs de la Toile. L’Internet des droites extrêmes ». Réseaux, vol. 202-203, no. 2, 2017, pp. 9-37.

Göpffarth, J. (2020). Activating the socialist past for a nativist future : far-right intellectuals and the prefigurative power of multidirectional nostalgia in Dresden. Social Movement Studies. DOI :  https://doi.org/10.1080/14742837.2020.1722628

Graf, A. (2001). “Media Publics in the GDR: Reunification and the Transformation of the Media”, 1989 – 1991. Dans M. Geyer (Ed), The power of intellectuals in contemporary Germany (pp. 249 – 275). Chicago: UCP.

Granjon, F. (2014). « Engagement, critique et sciences de l’information et la communication », entretien avec H. Bourdeloie, dans H. Bourdeloie et D. Douyère, Méthodes de recherche sur l’information et la communication. Regards croisés, Paris, Mare et Martin, pp. 47-78.

Granjon, F. et Denouël, J. (2010). « Exposition de soi et reconnaissance de singularités subjectives sur les sites de réseaux sociaux ». Sociologie, vol. 1, no. 1, pp. 25-43.

Hajek, A., Lohmeier, C. & Pentzold, C. (éd.) (2015). Memory in a mediated world: remembrance and reconstruction. Basingstoke: Palgrave Macmillan.

Hallet, R.E. & Barber, K. (2014). Ethnographic research in a cyber era. Journal of Contemporary Ethnography, 43(3), 306-330.

Hassan, M. (2016). Longing for the lost caliphate. Princeton: Princeton University Press.

Erll, A.; Nünning, A. et Young, S. (éd.) (2008). Cultural Memory Studies: An International and Interdisciplinary Handbook. Berlin/New York: De Gruyter.

Hoskins, A. (éd.) (2017). Digital Memory Studies. Media pasts in transition. New York : Routledge.

Hübner, L., Pilote, A (2020) « Mobilisations féministes sur Facebook et Twitter », Terminal [En ligne], 127 | 2020, mis en ligne le 20 avril 2020, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/terminal/5764 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.5764.

Huyssen, A. (1995). Twilight Memories: Marking Time in a Culture of Amnesia, New York: Routledge.

Jameson, F. (1991). Postmodernism or the cultural logic of late capitalism. Durham: Duke University Press.

Jankélévitch, V. (1974). L’Irréversible et la Nostalgie. Paris: Flammarion.

Jouët, J., K. Niemeyer et B. Pavard (2017), « Faire des vagues. Les mobilisations féministes en ligne », Réseaux, n° 201, pp. 21-59.

Jouët J., Le Caroff, C. (2013). L’observation ethnographique en ligne. In Barats C. (dir.) Manuel d’analyse du Web en Sciences Humaines et Sociales. Paris: Armand Colin, pp.147-165.

Kalinina, E. (2017). Beyond nostalgia for the Soviet past: Interpreting documentaries on Russian television. European Journal of Cultural Studies, 20/3, pp. 1-22.

Kalinina, E.; Menke, M. (2016). Negotiating the past in hyperconnected memory cultures: Post-Soviet nostalgia and national identity in Russian online communities. International Journal of Media & Cultural Politics, 12/ 1, 59-74.

Kay, J. B., Mahoney, C. et Shaw, C. (2017). The Past in Visual Culture. Essays on Memory, Nostalgia and the Media. Jefferson : Macfarland.

Keeyley-Browne, E. (2010). Cyber-Ethnography: The emerging research approach for 21st century research investigation. In G. Kurubacak (Ed.), Handbook of Research on Transformative Online Education and Liberation: Models for Social Equality (pp. 330-339). Pennsylvania: ICI Global.

Keightley, E. et Pickering, M. (2006). The Modalities of Nostalgia. Current Sociology, 54, 919–941.

Kelly, E. (2013), “Reflective Nostalgia and Diasporic Memory: Composing East Germany after 1989”, in Remembering and Rethinking the GDR, Saunders, A. et Pinfold, D., London: Palgrave Macmillan UK, p. 116- 131.

Knowles, K. (éd.) (2015). Locating Vintage. European Journal for Media Studies. 4/2, p. 73-84.

Latzko-Toth G. et Proulx S. (2013), « Enjeux éthiques de la recherche sur le web » dans Barats, C., dir., Manuel d’analyse du web en sciences sociales, Paris, A. Colin, coll. « U », pp. 32-48.

Latzko-Toth, G. (2002). « Internet comme lieu de socialisation ». Dans F. Jauréguiberry et S. Proulx (éds), Internet, nouvel espace citoyen ?, coll. « Logiques sociales », Paris : L’Harmattan, p. 165-180.

Lizardi, R. (2015). Mediated Nostalgia. Individual Memory and Contemporary Mass Media. London : Lexington Books.

MacDonald, R. L. ; Couldry, N. et Dickens, L. (2015). Digitization and materiality: researching community memory practice today. The Sociological Review, 63 (1). pp. 102-120.

McFalls, L. (1995). Communism’s Collapse, Democracy’s Demise : The Cultural Context and Consequences of the East Germans’ Revolution. New York : NYU Press et Basingstoke : Macmillan.

Mabi, C., Théviot, A. (2014). « S’engager sur Internet. Présentation du dossier ». Politiques de communication, n° 3, pp. 5-24.

Menke, M. ; Schwarzenegger, C. (éd.) (2017). Special Issue: Media, Communication and Nostalgia, medien&zeit, vol. 31, URL : http://medienundzeit.at/wp-content/uploads/2017/02/MZ-2016-4-online-ed.pdf (dernier accès: 15 septembre 2017).

Menke, M. (2017). Seeking Comfort in Past Media: Modeling Media Nostalgia as a Way of Coping With Media Change. International Journal of Communication, 11, 626–646.

Menke, M., & Kalinina, E. (2019). Reclaiming identity: GDR lifeworld memories in digital public spheres. Communicating memory & history, 243-260.

Merzeau, L. ; Weber, T. (éd.), Mémoire et Médias, Avinus, Paris, 2001.

Millerand, F. ; Proulx, S ; Rueff, J. (dir.) (2010). Web social, Mutation de la communication. Québec : Presses de l’université du Québec.

Millette, M., & Rocheleau, S. (2014). « Tactiques de mise en visibilité: Usage de Twitter par des acteurs des minorités franco-canadiennes ». In Actes du Colloque international Communication électronique, Cultures et Identités (CECI) (pp. 487-504).

Natterer, K. (2017). Nostalgie ALS Zukunftsstrategie Fur Unterhaltungsmedien : Empirische Studien Zu Persönlicher und Historischer Nostalgie in Medien. München : Springer.

Niemeyer, K. (éd.) (2014). Media and Nostalgia. Yearning for the past, present and future. Basingstoke : Palgrave Macmillan.

Niemeyer, K and Keightley, E. (2020). The commodification of time and memory: Online communities and the dynamics of commercially produced nostalgia, New Media & Society, 22 (9), pp. 1639-1663.

Nora, P. (dir.) (1997). Les lieux de mémoire 1, La République. Paris : Gallimard.

Ouakrat A. et Mésangeau J. (2016), « Resocialiser les traces d’activités numériques : une proposition qualitative pour les SIC », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 8. URL :http://journals.openedition.org/rfsic/1795. DOI : 10.4000/rfsic.1795

Pastinelli, M. et Déry, C. (2016). Se retrouver entre soi pour se reconnaître : Conceptions du genre et régulation des échanges dans un forum de personnes trans. Anthropologie et Sociétés, volume 40, numéro 1, p. 153–172.

Pastinelli, M. (2011). « Pour en finir avec l’ethnographie du virtuel ! : Des enjeux méthodologiques de l’enquête de terrain en ligne ». Anthropologie et Sociétés, p. 35–52.

Pastinelli, M. (2006). « Construire le lieu dans un non-espace. Ethnographie des modalités de l’être ensemble dans l’espace électronique ». Terminal, technologies de l’information, culture et société, 97/98, p. 21-32.

Ricoeur, P. (2000). La mémoire, l’histoire, l’oubli. Paris : Éditions du Seuil.

Sedikides, C., Wildschut, T., Routledge, C., Arndt, J., Hepper, E., and Zhou, X. (2015). To nostalgize: mixing memory with affect and desire’. Advances in Experimental Social Psychology, 51, pp. 189-273.

de Seta, G. & Olivotti, F. (2016). Postcolonial Posts on Colonial Pasts. Constructing Hong Kong nostalgia on social media. medien & zeit, 31 (4), 83–95.

Sperb, J. (2015). Flickers of Film. Nostalgia in the Time of Digital Cinema. Rutgers University Press.

Sumiala, J. & Tikka, M. (2020). Digital Media Ethnographers on the Move – an Unexpected Proposal. Journal of Digital Social Research (Special issue). Vol. 2, No. 1, 2020, p. 39 – 55.

Varis, P. (2016). Digital Ethnography. In Georgakopoulou, A. & Spilioti, T. (éd.), The Routledge Handbook of Language and Digital Communication. London : Routledge, p. 55-68.

Uhl, M. (2005). Subjectivité et sciences humaines: Essai de métasociologie. Editions Beauchesne.

Volkmer, I. (éd.) (2006). News in Public Memory – an international Study of Media Memories across Generations. New York : Peter Lang.

Ziegengeist, J. (2011). DDR-(N)Ostalgie in deutschen Nachwende-Spielfilmen von 1990 bis 2006. Zwischen Kritik und Kult. Jahrbuch für Kommunikationsgeschichte, vol. 13, p. 11.

Haut de page

Notes

1 À titre d’exemple, nous faisons ici référence notamment aux travaux qui ont été réalisés en lien avec la thématique des mobilisations sociales, les mouvements sociaux, le féminisme et leurs liens fonctionnels et performatifs avec le numérique et notamment les réseaux socio-numériques (Pastinelli 2006 et 2011; Keeyley-Browne, 2010; Combes, 2011; Hallet et Barber, 2014; Jouët, Niemeyer et Pavard, 2017; Millette et Rocheleau, 2014; Airoldi, 2018; Hübner et Pilotes, 2020).

2  Voir https://ostalgie.uqam.ca/groupes-facebook-ostalgie-ex-rda/

3  Voir https://www.instagram.com/explore/tags/ostalgie/.

4  Voir https://ciereh.uqam.ca/.

5  Voir https://ostalgie.uqam.ca/groupes-facebook-ostalgie-ex-rda/.

6 Le groupe a été réouvert en 2020 et s’est marchandisé depuis. Nous tenterons de travailler plus étroitement avec ses administrateurs et ses archives pour obtenir une image holistique de la dynamique du groupe ; même si les groupes ‘vendant’ des produits ne devaient pas faire partie du corpus au départ.

7  Voir https://www.facebook.com/groups/516465002045805.

8  Voir https://www.facebook.com/groups/519391748403038.

9  Voir D’autres groupes et pages FB observés : Ich bin ein echter Ossi und Ostalgie (https://www.facebook.com/groups/11ee11) ; Ostalgie - Nostalgie (https://www.facebook.com/groups/474457029568065) ; DD$$1 $2 $31 https://www.facebook.com/groups/DDROstalgieundRezepte) ; Gegen das Vergessen - DDR-Nostalgie nein danke! (https://www.facebook.com/groups/206196106100461).

10  Voir https://www.facebook.com/DDR.Reklame/;https://www.instagram.com/ddrreklame/, https://twitter.com/DDR_Reklame.

11  Voir https://www.instagram.com/explore/tags/ostalgie.

12  Voir https://www.instagram.com/explore/tags/ostalgia.

13  Voir https://www.instagram.com/explore/tags/ostalgisch.

14 Nous avons analysé le contenu selon le type de publication (vidéo, texte, image en prédominance) et thématique (culture médiatique comme films, TV et musique, vie quotidienne, les marques de la RDA, la nourriture, les paysages et villes).

15 En novembre 2021 nous allons ajouter deux semaines d’observation et deux semaines d’observation aléatoires seront réalisées en 2021 (en fonction de l’évolution de la pandémie).

16 En structurant nos observations sur les plateformes de médias sociaux, nous avons identifié 24 questions structurées autour de plusieurs thèmes : une brève introduction personnelle pour avoir une idée de l’expérience personnelle de la RDA. D’autres questions étaient liées aux expériences d’Internet/de réseaux sociaux pour évaluer le niveau d’activité et d’implication dans les communautés nostalgiques en ligne. Le questionnaire a été structuré autour de différents types de questions : descriptives et plus abstraites et analytiques, axées sur la réflexion et la pensée plus abstraite (comme celle sur la capacité d’Internet à présenter différents points de vue sur l’Allemagne) et des réflexions personnelles sur les perspectives politiques de l’Allemagne unifiée.

17  Voir https://berlinprague2019.uqam.ca.

18 DDR-Publicité fut une idée « de discussion dans un bar dans les années 2000 … un de mes amis de l’ouest pensait qu’il n’y avait pas de publicité en RDA… j’ai ri et je lui ai dit que oui, bien évidemment, il y avait de la publicité en EX-RDA, puis j’ai commencé à collectionner et des gens m’envoyaient des affiches numérisées en privée, etc. (…) ». Le compte DDR-Publicité a été mis en place en 2017 et compte aujourd’hui 7330 personnes qui aiment la page sur Facebook, 4812 abonné.e.s sur Twitter et 11422 sur Instagram et Marko reçoit des offres d’achat pour se faire commercialiser. Il refuse ces dernières car pour lui c’est « juste une façon ludique de reconnecter avec le passé qui devient floue. C’est un passe-temps ».

19 Le nom d’émissions de masquotte dans une émission pour enfants de l’EX-RDA.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Uwe Vogt à Lübben montre la radio qui lui as été offerte quand il était jeune et dont il se souvient mais qui a disparu. Il a retrouvé l’image grâce au groupe DDR-publicité (DDR-Reklame).
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/6949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 2 : Corbeille de plage (Strandkorb), typique de de la mer baltique, mais aussi du Danemark et la mer du Nord auteure : K. Niemeyer
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/6949/img-2.png
Fichier image/png, 406k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Katharina Niemeyer, Olga Siebert et Maria Silina, « Les passages circulaires d’une méthodologie croisée pour s’approcher d’un terrain de souvenirs. »Terminal [En ligne], 129 | 2021, mis en ligne le 30 avril 2021, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/terminal/6949 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.6949

Haut de page

Auteurs

Katharina Niemeyer

professeure, Université du Québec à Montréal, Faculté de communication, École des médias, directrice du CELAT-UQAM (Centre de recherche Cultures-Arts-Sociétés) et membre associée du CRICIS (Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l’information et la société)

Olga Siebert

candidate au doctorat en communication, Université du Québec à Montréal, membre étudiante du CELAT Centre de recherche Cultures-Arts-Sociétés

Maria Silina

professeure associée, Université du Québec à Montréal, département de l'histoire de l'art, membre du CELAT Centre de recherche Cultures-Arts-Sociétés

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search