Navigation – Plan du site

AccueilNuméros129Explorer les méthodes en ligne po...Axe 3 - Les questions éthiquesConfinement et entretien à distan...

Explorer les méthodes en ligne pour des terrains hors ligne
Axe 3 - Les questions éthiques

Confinement et entretien à distance : quels enjeux méthodologiques ?

Anaïs Theviot

Résumés

La première période de confinement en France, du 17 mars au 11 mai 2020, a demandé de repenser les méthodes de travail sur le plan pédagogique, mais aussi concernant la recherche, notamment pour des terrains éloignés géographiquement. À partir du 14 mars et sur décision du président américain Donald Trump, les frontières américaines étant fermées pour les voyageurs provenant d’Europe jusqu’à nouvel ordre, il a été nécessaire de reconfigurer les terrains d’enquête à l’étranger et d’adapter les méthodes en présentiel, telles que l’entretien semi-directif. J’ai donc réalisé des entretiens à distance sur Zoom, Skype, par téléphone et par chat sur Messenger. Opter pour des entretiens à distance demande de s’interroger et de repenser les modalités de prises de contact, de passation, d’enregistrement, de conduite de l’entretien, mais aussi le positionnement du chercheur et de l’enquêté. Comment se présenter soi-même, en tant que chercheuse, en ligne ? Quels sont les avantages et limites des outils de communication numérique pour réaliser des entretiens à distance ? Au-delà de l’outil technique, comment appréhender les spécificités de l’entretien à distance ? Comment le contexte de cette période de confinement joue-t-elle sur la conduite des entretiens à distance ? En définitive, un entretien à distance ne peut être appréhendé par l’enquêteur (et par l’enquêté) de la même façon qu’un entretien en face-à-face. Cet article vise à analyser les atouts et limites de cette méthode en ligne et d’interroger les spécificités propres à cette période de confinement pour l’enquête de terrain.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Il me semble ici pertinent de déroger à la tradition académique du style impersonnel (symbolisé par (...)
  • 2 « Les mutations du travail politique au prisme des big data » - ANR JCJC MUTADATA.

1Le 11 mars 2020, Donald Trump, alors président des États-Unis, a annoncé la suspension pour trente jours de tous les voyages depuis l’Europe vers les États-Unis, pour les citoyens non américains, afin d’endiguer l’épidémie due au coronavirus. Quelques jours plus tard, le 16 mars 2020, Emmanuel Macron, président de la République en France, a indiqué pour une durée de quinze jours au moins, un confinement national et obligatoire pour tous les résidents en France. Ces annonces successives ont remis en cause les modalités du travail empirique tel que je1 l’avais envisagé lors du dépôt en 2019 de mon projet de recherche ANR JCJC Mutadata2 portant sur les reconfigurations du métier politique au prisme des big data lors des campagnes présidentielles américaine de 2020 et française de 2022. En effet, j’avais programmé un premier séjour de recherche aux États-Unis en mai-juin 2020 pour débuter des entretiens semi-directifs en présentiel, réaliser des observations sur le terrain hors ligne et approfondir des prises de contact. Ce séjour de recherche a évidemment dû être annulé. Soumis au calendrier électoral, le travail d’enquête ne pouvait pourtant pas attendre le déconfinement et l’ouverture des frontières internationales ; d’autant plus que cette perspective paraissait alors très incertaine en termes de dates.

  • 3 Pascal Galinier et Soazig Le Nevé, « Coronavirus : avec le confinement, l’enseignement supérieur a (...)
  • 4 Caroline Kitchener, « Women academics seem to be submitting fewer papers during coronavirus. ‘Never (...)

2Médiatiquement, les journalistes ont fait rapidement état des changements induits par la première période de confinement en France, du 17 mars au 11 mai 2020, pour les universitaires sur le plan pédagogique3. Un peu plus tard, la publication d’articles réflexifs académiques ont permis d’interroger de manière plus approfondie encore les conséquences de cette imposition des cours en distanciel dans la manière d’enseigner (Denny, 2020). Toutefois, les effets de ce confinement au niveau de la recherche ont été évoqués que plus tardivement. De nombreux chercheurs ont dû laisser de côté leurs terrains empiriques pour s’adapter aux nouvelles modalités d’enseignements, revoir leur pédagogie, leurs supports de cours, etc. La recherche a pu être, dans certains cas, le volet d’ajustement pour trouver du temps afin de faire face aux urgences pédagogiques de la continuité des enseignements à distance. Dans mon cas, ayant programmé un séjour de recherche en mai-juin, j’avais déjà donné beaucoup d’heures de cours au semestre 2 en janvier-février, ce qui me permettait d’envisager de poursuivre ma recherche lors de ce confinement. J’ai dû faire face à d’autres difficultés : mon terrain est éloigné et je ne peux m’y rendre (frontières fermées) et je dois garder ma fille de moins d’un an à notre domicile (les crèches étant fermées durant ce premier confinement et mon compagnon continuant à travailler hors du domicile familial). L’article publié dans le magazine américain féminin en ligne The Lily – filiale du Washington Post – relate bien des disparités de genre dans la conduite de la recherche pendant cette période de confinement : les chercheuses seraient pénalisées en raison des charges domestiques mal réparties, notamment lorsqu’il y a des enfants en bas âge dans le foyer4. Il est, par exemple, indiqué que, dans le domaine de l’astrophysique, la chute du nombre d’articles publiés sur les sites de preprint serait 50 % plus importante chez les femmes que chez les hommes. Les sciences sociales n’échappent pas à cet effet d’une baisse du nombre de propositions d’articles des chercheuses : sur Twitter, Elizabeth Hannon, rédactrice en chef ajointe du British Journal for the Philosophy of Science, a comptabilisé pendant ce confinement un nombre « négligeable » de propositions d’auteures, « du jamais-vu ».

3L’éloignement géographique de mon terrain, couplé à la fermeture des frontières, m’a contraint à reconfigurer ce terrain d’enquête et à adapter des méthodes classiques qui s’appuient sur le présentiel – et non le distanciel –, telles que l’entretien semi-directif et l’observation participante. J’ai donc réalisé des entretiens à distance sur Zoom, Skype, par téléphone et par chat sur Messenger d’avril à juillet 2020 avec des prestataires américains en big data électoral (12), des membres des équipes de campagne de Donald Trump ou Joe Biden (7) ou encore des militants très actifs en ligne (12), soit un total de 31 entretiens à distance pendant cette période (cf. Fig. 1). Le changement de support n’est pas neutre (Callon, Lascoumes et Barthe, 2001) – du présentiel au distanciel, mais aussi les différentes interfaces utilisées (même s’il est à noter une préférence pour Zoom) - et amène à interroger et à repenser les modalités de prises de contact, de passation, d’enregistrement, de conduite de l’entretien, mais aussi le positionnement du chercheur et de l’enquêté. Comment se présenter soi-même, en tant que chercheuse, en ligne ? Quels sont les avantages et limites des outils de communication numérique pour réaliser des entretiens à distance ? Au-delà de l’outil technique, comment appréhender les spécificités de l’entretien à distance ? Comment le contexte de cette période de confinement joue sur la conduite des entretiens à distance ?

Tableau 1. Entretiens effectués à distance d’avril à juillet 2020 : les prestataires en big data électoral américains

Date de l’entretien

Durée

Nom de l’entreprise/

Profil sociologique du militant

Rôle

Candidat soutenu

Support de l’entretien

27/07/2020

Predict Wise

Founder

téléphone

10/07/2020

Hustle

Director of Client & Partnerships

Zoom

8/07/2020

Do Big Things

Vice President of Digital Advertising

téléphone

7/07/2020

MiQ Digital

Zoom

6/07/2020

Trilogy interactive

Director of Media Buying

Zoom

26/06/2020

1h15

Trilogy Interactive

Senior Director of Media Buying

 Zoom

24/06/2020

All Media

Director of data

Lead media strategist on the Elizabeth Warren campaign

téléphone

25/06/2020

47 min

Outvote

Vice President of Sales

22/06/2020

53 min.

(Requested Anonymity)

Director at « Grassroots Analytics »

« Works with all Democrats »

Zoom

19/06/2020

Laguna Strategies

Zoom

18/06/2020

1h

Aisle 518 Strategies

Associate Media Director

Skype

15/06/2020

1h

Clarify

Principal at Clarify

Barack Obama

Skype

Tableau 2. Entretiens effectués à distance d’avril à juillet 2020 : les militants

Date de l’entretien

Durée

Nom de l’entreprise/

Profil sociologique du militant

Rôle

Candidat soutenu

Support de l’entretien

27/04/2020

37 mn

Femme, 40 ans, (Lieu de l’interview pour l’enquêté : Kimberly in St. Louis)

Militante

Elizabeth Warren

téléphone

27/04/2020

1h10

Homme, 20 ans, étudiant ( Lieu de l’interview pour l’enquêté : Italy, University of Catania)

Militant

Elizabeth Warren

Zoom

28/04/2020

57 min

Homme, 36 ans (Lieu de l’interview pour l’enquêté : Illinois)

Militant

Elizabeth Warren

Zoom

29/04/2020

57 min

Homme, 28 ans, (Lieu de l’interview pour l’enquêté Quad Cities, Iowa)

Militant

Elizabeth Warren

Zoom

29/04/2020

58 min

Homme, 48 ans (Lieu de l’interview pour l’enquêté : Californie)

Militant

Bernie Sanders

Zoom

30/04/2020

1h02

Homme, 52 ans ( Lieu de l’interview pour l’enquêté : Vermont)

Elizabeth Warren

téléphone

4/05/2020

57 min

Homme 36 ans (Lieu de l’interview pour l’enquêté : Nicaragua)

Militant

Bernie Sanders

Skype

5/05/2020

1H10

Femme, 48 ans ; Washington

Militante

Pete Buttigieg, puis Joe Biden

Skype

14/05/2020

36 min

Homme, 35 ans (Lieu de l’interview pour l’enquêté : Japon)

Militant

Bernie Sanders

Messenger Chat

20/05/2020

55 min

Femme, 39 ans, avec enfants à domicile lors de l’entretien (Sacramento, California)

Militante

Bernie Sanders

Zoom

18 /05/2020

56 min

Femme, plus de 50 ans (ne veut pas dire son âge exact) ; Dallas, Texas

Militante

Donald Trump

Skype

21/05/2020

52 min

Femme, 66 ans,

Pasadena, Maryland.

Miitante

Joe Biden

téléphone

Tableau 3. Entretiens effectués à distance d’avril à juillet 2020 : les membres des équipes de campagne

Date de l’entretien

Durée

Nom de l’entreprise/

Profil sociologique du militant

Rôle

Candidat soutenu

Support de l’entretien

15/06/2020

57 min

Membre d’une équipe de campagne

Digital organizing director

Booker 2020

téléphone

11/06/2020

55 min

Membre d’une équipe de campagne

Lead product designer

Warren 2020

Skype

9/06/2020

Membre d’une équipe de campagne

Mobile Manager

Tom Steyer

Zoom

25/06/2020

56 min

Membre d’une équipe de campagne

Lead Media Strategist

Warren 2020

Zoom

23/06/2020

49 min.

Membre d’une équipe de campagne

National Data Director

Beto O’Rourke

téléphone

20/06/2020

Membre d’une équipe de campagne

Data and Analytics Director

Amy for America

téléphone

22/06/2020

56 min

Membre d’une équipe de campagne

Digital fundraising director

Gillibrand 2020

Zoom

4Ces réflexions sur le rapport à un terrain distancié, difficile d’accès sur place, méritent d’être partagées car elles ne se limitent pas toutefois à une période de crise sanitaire. Les collègues qui ont des terrains éloignés sans financement ou qui sont confrontés à des situations de guerre, de violence et d’insécurité (Bouju, 2018) rencontrent des obstacles similaires et interrogent la collecte de données empiriques en « terrain miné » (Albera, 2011), « terrain sensible » (Bouillon, Frésia et Tallio, 2005) ou terrain en temps de crise. Ils se posent aussi ces questions de la valeur, de la légitimé et des spécificités d’un travail empirique à distance.

  • 5 « “the field is everywhere”, and there is no division between home and the field because both exist (...)
  • 6 Il s’agit des seuls articles que j’ai trouvé partageant leurs réflexions épistémologiques sur cette (...)

5Dès le début des années 1990, avec la montée en puissance des outils numériques – notamment le mail – et la généralisation internationale d’une bonne connectivité du réseau de téléphone mobile, D. D’Amico-Samuels interroge la signification de la non-présence du chercheur sur ce terrain au moment de l’écriture, lorsque celui-ci doit « quitter le terrain » pour retourner dans le huis-clos de son bureau, devant son écran d’ordinateur. Comme il est désormais possible d’échanger facilement par téléphone, elle considère alors que le terrain est partout : « Il n’y a pas de division entre le domicile et le terrain car les deux existent dans le même contexte holistique de relations de pouvoir mondialisées » (Nous traduisons5 (D’Amico-Samuels, 1991, p. 83). Depuis, plusieurs chercheurs ont testé des dispositifs à distance, non pas pour faire leur terrain, mais pour maintenir le lien avec leurs enquêtés (Watson, 1999). Dans mon cas, il s’agit bien de débuter un nouveau terrain empirique à distance. Je ne dispose pas de contact sur place, excepté avec quelques collègues politistes américains. Il me faut donc tout d’abord atteindre mes enquêtés et les convaincre d’échanger avec moi, en étant enregistrés et filmés. Pour ne pas être totalement perdue dans cette expérimentation méthodologique, je me suis appuyée sur le travail d’anthropologues à l’international (De Bruijn et Van Dijk, 2012), ainsi que sur les témoignages et réflexions de plusieurs psychothérapeutes qui ont grandement interrogé cette pratique dans le cadre d’entretiens cliniques pendant cette période spécifique du premier confinement6. Ils ont notamment eu recours à des outils de visioconsultation pendant le confinement (Blot et al., 2020), mais aussi pour suivre des patients éloignés ou dans des contextes spécifiques de recherche (Haddouk, 2013 et 2016). Bien que ces articles m’ont beaucoup apporté notamment dans la revalorisation de ce dispositif – souvent décrié en sciences sociales par rapport à la conduite d’entretien en présentiel –, les préoccupations des cliniciens se sont avérées souvent éloignées des miennes.

6Par ailleurs, je me suis aussi appuyée sur l’expérience de mes propres tâtonnements méthodologiques de jeune chercheuse lorsque j’étais doctorante, il y a dix ans. Cela m’a permis d’éviter de reproduire certaines erreurs et de perdre du temps dans ce processus d’enquête à distance, notamment pour la prise de contacts avec les enquêtés (1). Une fois le contact obtenu et l’échange amorcé, il s’agit de présenter et de négocier les conditions de cet entretien à distance avec l’enquêté. J’ai alors rencontré de fortes résistances des enquêtés américains à ce dispositif (que je n’avais pas rencontré en France) : il s’agissait en effet de les enregistrer et de les filmer dans le cadre d’un échange à distance par visio. Il est clair que répondre à ce type de demande d’une chercheuse étrangère que vous ne connaissez pas et qui vous sollicite sur Facebook pour un entretien enregistré et filmé peut paraître incongru et freiner de nombreux enquêtés. La solution trouvée a été de discuter et de chatter avec eux en amont pour établir un lien de confiance. La mise en perspective des réactions à l’annonce du dispositif d’entretien à distance, des enquêtés français et américains ou des partisans de Joe Biden et de Donald Trump, permet déjà d’éclairer notre objet de recherche, en soulignant la méfiance exacerbée des partisans de Donald Trump (2). Enfin, j’analyserai les spécificités de la conduite d’un entretien à distance et ses limites, en portant le regard à la fois sur les outils mobilisés et sur les spécificités propres à cette période de confinement (3).

Se nourrir des enquêtes précédentes pour éviter de reproduire des erreurs : modalités de prise de contact avec les enquêtés sur Facebook

7La reconfiguration de ma méthodologie de travail pour cause de non-accessibilité du terrain en présentiel s’est réalisée dans un climat de déception et de dépit. J’ai toutefois pu me servir de cette contrainte imposée pour avancer dans mes réflexions méthodologiques et épistémologiques, entamées il y a dix ans.

Un début d’enquête en distanciel marqué par la déception de l’impossibilité du présentiel

8Cela fait plusieurs années que conduire une enquête empirique aux États-Unis m’attire du fait du discours des enquêtés français qui considèrent la campagne de Barack Obama comme point de départ des « data analytics ». Cette origine américaine est aussi soutenue par le politiste Daniel Kreiss (2012) qui propose une analyse socio-historique de la montée en puissance de l’usage politique des data aux États-Unis à partir de 2004. Daniel Kreiss souligne qu’il faut remonter à 2004 et à la campagne d’Howard Dean pour conquérir la tête du Parti démocrate afin de saisir la construction d’une base de données nationale aux États-Unis. Il a en effet engagé pour cette élection deux chantiers importants : la création d’un fichier électoral national et la mise en place d’une nouvelle plateforme électorale en ligne, Party Builder. Le métier de communicant politique et la figure du campaigner sont aussi présentés comme « d’origine américaine » dans la littérature académique française (Gerstlé, 2004 ; Antonin, Lacroix et Riutort, 2006). Mon enquête sur les prestataires en big data électoral français ne pouvait donc que se voir enrichie par un travail de terrain empirique aux États-Unis. J’aurais pu d’ailleurs le réaliser en amont, lors de la précédente campagne électorale qui a vu Donald Trump l’emporter en 2016. Mais j’étais alors confrontée à un obstacle majeur : le financement de ce terrain aux États-Unis qui comportait une période d’immersion (donc une présence de plusieurs mois sur place). Grâce à l’obtention de l’ANR JCJC Mutadata en 2019, j’ai pu débloquer cette principale barrière budgétaire. J’avais donc, dès l’automne 2019, préparer ce terrain aux États-Unis en prenant contact avec des collègues américains tels que Daniel Kreiss et avec des directeurs d’agence en big data électoral. Ma déception fut grande quand j’ai compris, en début de confinement, que ce terrain empirique en présentiel allait être reporté, voire annulé. L’épidémie n’a pourtant pas arrêté la campagne américaine et je ne voulais pas voir, une nouvelle fois, ce cas d’étude m’échapper.

9Une fois passées les phases de déception et d’adaptation à la poursuite pédagogique en ligne, j’ai cherché à prolonger la préparation du travail empirique, mais cette fois-ci à distance. J’ai ainsi observé en ligne les activités militantes des partisans de Joe Biden et Donald Trump sur les réseaux sociaux – notamment sur Facebook et Twitter – ce qui a été pour moi une sorte d’immersion sur le terrain, une première étape avant la conduite d’entretiens à distance. J’étais en effet assez stressée de devoir communiquer par téléphone dans une langue que je pratique surtout à l’écrit (rédaction et lecture d’articles en anglais), mais très peu à l’oral. Dans le cas d’entretien en présentiel, cela me rassurait de pouvoir me plonger quelques semaines sur le territoire américain pour éprouver mon anglais et me sentir plus à l’aise. C’est aussi un des atouts du présentiel : pouvoir s’imprégner de la culture ambiante, de la langue, des modes de vie, etc. Au final, l’immersion sur les comptes Facebook, l’écoute des discours des candidats par vidéos et les échanges téléphoniques avec les collègues américains ont participé à me redonner confiance, mais les premiers entretiens à distance ont certainement souffert de mon appréhension qui s’est vite dissipée grâce aux échanges réguliers avec les enquêtés.

Une prise de contact facilitée par les réseaux sociaux et notamment Facebook

10Sur le plan méthodologique, j’avais déjà, lors de mon travail doctoral, pu expérimenter, de manière marginale, l’entretien à distance dans le cas de quelques « cybermilitants » qui souhaitaient conserver leur anonymat – via le pseudonyme de leur compte – et avait refusé l’entretien en face à face. Par ailleurs, j’avais utilisé Facebook pour entrer en contact avec les militants et leur diffuser un questionnaire en ligne de manière massive et ciblée (Theviot, 2013). Cette période d’expérimentation effectuée il y a dix ans m’a permis d’éviter certaines phases de tâtonnements et de ne pas reproduire les mêmes erreurs.

  • 7 Il s’agit de l’information la plus facilement accessible. Comparé au téléphone, le mail s’avère moi (...)
  • 8 La conversation par mail est dite « asynchrone » car la réponse n’est pas immédiate, contrairement (...)

11J’ai ainsi directement choisi de contacter les enquêtés par Facebook et non par mail, comme j’avais pu le faire en 2011. Malgré ses atouts7, la sollicitation par courriel lorsque l’on ne connaît pas du tout l’enquêté et que celui-ci n’est pas contacté dans un cadre professionnel, a de fortes chances d’aboutir à un échec, en raison d’une non-réponse. En mode asynchrone8, les internautes ne perçoivent aucune obligation à donner suite à ce type de requête. Il n’est pas nécessaire pour la personne contactée de se confronter au demandeur en exprimant son refus, il suffit simplement de ne pas répondre. A. Markham (1998) propose une image intéressante pour expliquer cette facilité avec laquelle les sollicitations de chercheurs par courriel sont ignorées : il faudrait voir les courriels, non comme des lettres ou des messages vocaux, mais comme des Post-it qui s’accumulent sur le bureau du destinataire, et que ce dernier gère par ordre de priorité.

12« La requête par courriel donne une marge de manœuvre appréciable aux informateurs potentiels, qui n’ont pas à refuser quoi que ce soit à qui que ce soit, puisqu’ils peuvent tout simplement se contenter d’ignorer la demande. » (Pastinelli, 2007, p. 23)

13Facebook permet de mieux capter l’attention de l’interlocuteur, surtout quand il s’agit d’un « cybermilitant » hyper connecté sur ce réseau pour faire la campagne électorale de son candidat favori. Dans le cas de la prise de contact avec les directeurs d’agences en big data électoral, j’avais déjà pu nouer quelques liens pour préparer mon terrain en présentiel, mais cette fois-ci en les contactant via le réseau social professionnel LinkedIn. Ce dernier me semblait plus adapté que Facebook pour un échange avec des professionnels du big data électoral et non des militants. Les premiers entretiens réalisés à distance avec les prestataires en big data électoral ont engagé un effet boule de neige car ils m’ont ensuite orientée et recommandée vers d’autres profils de leur agence, plus techniques ou spécialisés dans le conseil politique. En revanche, j’ai eu plus de difficultés pour établir un lien avec les enquêtés que je ne sollicitais pas dans un cadre professionnel, mais dans celui de leur militantisme.

14Les expérimentations méthodologiques réalisées en 2011 sur Facebook m’ont aussi permis de ne pas perdre de temps et j’ai aussitôt créé deux comptes Facebook différents pour contacter les partisans de Donald Trump et ceux de Joe Biden. En effet, en 2011, quand j’avais contacté les militants du Parti Socialiste (PS) et de l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP), je n’avais alors mis en place qu’un seul et même compte Facebook, ce qui avait posé des difficultés majeures dans ce lien d’ » amitié virtuelle » (Theviot, 2013). En effet, certains enquêtés que j’avais préalablement rencontrés en entretien, puis demandés en « amis » sur Facebook, m’ont expliqué en message privé leurs gênes à devenir amis avec moi, alors que je possédais déjà des amis affiliés à un parti concurrent.

15Mon travail de réseautage sur Facebook en France m’a aussi amené pour cette enquête aux États-Unis à mieux travailler mon profil de chercheuse en ligne afin de le rendre très visible sur les deux comptes Facebook. Mon appartenance académique a été accentuée dans la rubrique « à propos » (en indiquant les liens vers ma page professionnelle et le site de mon université) et via par exemple le choix de la photo mise en ligne (entourée de livres) afin d’orienter l’internaute sur cette facette de mon identité :

16« L’exposition de soi passe par la sélection de facettes personnelles, la mise en lumière de certains traits estimés distinctifs et la valorisation de soi par contraste, en laissant nécessairement dans l’ombre d’autres éléments caractéristiques de sa personne, notamment ceux qui seraient susceptibles de brouiller l’image spécifique de soi que l’on essaie de faire reconnaître » (Granjon et Denouël, 2010, en ligne).

17Pour accentuer cette facette académique de mon profil, j’ai choisi de conserver mon nom et prénom afin que les internautes qui cherchent des informations sur ma personne soient bien orientés vers le site de l’université présentant mon travail académique. J’ai donc choisi une démarche de transparence, en sachant bien qu’avec Internet, la relation enquêteur-enquêté est modifiée. Les enquêtés se renseignent en amont de l’entretien sur l’enquêteur (« je sais sur quoi vous travaillez »), ce qui peut poser des difficultés lorsque l’on souhaite construire son objet de recherche en fonction de l’interlocuteur rencontré.

Négociations des modalités de l’entretien à distance avec l’enquêté 

  • 9 J’avais demandé d’abord en « amis » sur Facebook à des militants qui me connaissaient et avec lesqu (...)

18Le travail d’enquête effectué en France dans le cadre de l’élection présidentielle française en 2012 m’a permis de gagner du temps et d’éviter des phases de tâtonnements et d’attente. Mais avec ce nouveau terrain, j’ai aussi été confrontée à de nouvelles difficultés pour entrer en contact avec les « cybermilitants » américains et notamment ceux qui soutenaient le candidat Donald Trump. Le contact d’amitié virtuel direct s’est avéré difficile. Peu de militants répondaient positivement à mes demandes. Je n’avais en effet pas de « base » militante9 sur laquelle m’appuyer. Pour contourner cet obstacle, j’ai cherché à devenir membre de groupes de soutien à Donald Trump et à Joe Biden. L’idée était d’afficher un intérêt pour cette campagne américaine, tout en considérant que je pourrai ensuite, lors des contacts individuels, recadrer mon positionnement en tant que chercheuse.

Gagner la confiance des enquêtés par le mensonge !

19Pour faire partie d’un groupe de soutien en ligne, il est nécessaire de remplir des questionnaires afin de justifier son attrait pour ce collectif. En premier lieu, il faut montrer patte blanche et assurer de son soutien au candidat porté par le groupe (cf. Fig. 2 : « Do you support President Trump ? »). Chaque groupe dispose aussi d’une charte de bonne conduite et de règles auxquelles il convient d’adhérer pour faire partie du collectif. J’ai donc à plusieurs reprises dû mentir pour avoir accès à ces groupes. La démarche initiale de transparence totale s’est vue modifier par ces barrières à l’entrée imposées par l’administrateur du groupe. Même si cela me mettait mal à l’aise, j’ai pu m’appuyer sur l’expérience de collègues qui ont aussi opté pour un non-dévoilement de leur opinion afin de parvenir à s’immerger dans leur terrain, que ce soit en présentiel (Bizeul, 2007) ou lors de prises de contact en ligne (Sikkens et al., 2017). J’ai donc répondu « Oui » à la question du soutien à Donald Trump, mais aussi que je faisais partie de l’électorat américain (cf. Fig. 3). La connivence avec les enquêtés se travaille souvent par omission lors des entretiens en présentiel. Il est fondamental de créer une relation de confiance entre enquêteur et enquêté (Cefaï, 2010 ; Marchive, 2012). J’ai ainsi souvent pu laisser penser aux enquêtés lors de mes terrains en France que j’allais voter pour leur candidat, même si ce n’était pas toujours le cas ! Dans d’autres cas, en fin d’entretien, je me suis autorisée à « donner mon avis » et à débattre avec eux, ce qui s’est avéré être aussi un outil pour l’enquête. Comme l’indique Annalisa Landaro, il s’agit alors de ne pas considérer ses enquêtés « comme de simples informateurs, comme des ‘objets de recherche’, mais au contraire instaurer avec eux une véritable relation » (Landaro, 2017, p. 38). Avec cet outil en ligne, il est nécessaire de répondre par « oui » ou par « non » et donc de réellement afficher un soutien explicite. Se pose alors l’éternelle question de la neutralité (Legrave, 1996 ; Hughes, 1996), parfois considérée comme nécessaire pour produire le « savoir scientifique », même si ce positionnement semble désormais dépassé. L’objectif en tant que chercheuse est, pour moi, la réflexivité et non une neutralité impossible. Cette nécessité de se positionner politiquement a clairement mis à mal mon parti pris d’afficher explicitement mon identité de chercheuse et de la revendiquer (pourtant très clairement affiché sur mon profil et dans les conversations). Je ne considère pas que le chercheur ne peut pas être engagé politiquement, mais cet affichage partisan nécessaire brouillait mon identité numérique. Cela a conduit à des confusions et quelques internautes ont considéré les échanges comme un début de relation amicale, voire autre (cf. Fig. 4). Une fois le lien établi, la distanciation entre enquêté et enquêteur est ici difficile à maintenir et la proximité semble même encouragée par le dispositif (il est normal de tutoyer ses amis !).

Figure 1. Capture d’écran du questionnaire envoyé pour faire partie du groupe de soutien à D. Trump, intitulé « Trump Discount Club »

Figure 1. Capture d’écran du questionnaire envoyé pour faire partie du groupe de soutien à D. Trump, intitulé « Trump Discount Club »

Figure 2. Capture d’écran du questionnaire envoyé pour faire partie du groupe de soutien à J. Biden, intitulé « Joe Biden 2020 »

Figure 2. Capture d’écran du questionnaire envoyé pour faire partie du groupe de soutien à J. Biden, intitulé « Joe Biden 2020 »

Figure 3. Capture d’écran d’un message reçu par un partisan de J. Biden, le 11 juin 2020, sur Messenger

Figure 3. Capture d’écran d’un message reçu par un partisan de J. Biden, le 11 juin 2020, sur Messenger

20Les difficultés que j’ai rencontrées dans les prises de contact en disent aussi beaucoup sur mon objet de recherche en lui-même. En effet, la méfiance des partisans contactés sur Facebook a été très forte dans ce travail de terrain à distance. Je n’avais pas eu le même sentiment généralisé lors de mes prises de contact sur ce réseau social avec les militants du PS et de l’UMP en 2011. J’ai été systématiquement interrogée sur mon affiliation à un parti politique, mon soutien à tel ou tel candidat, l’objectif de mon enquête, l’anonymat des répondants, les supports de publications, etc. J’ai comptabilisé plus de refus pour ces entretiens à distance des partisans de Donald Trump qui étaient aussi ceux qui posaient le plus de questions. Je compte creuser cette dimension afin de mieux saisir le climat de cette campagne électorale et les spécificités de ces partisans. Déjà, l’analyse des entretiens ouvre plusieurs nouvelles pistes de recherche en lien avec cette difficulté méthodologique de prise de contact, comme celle du harcèlement militant sur les réseaux sociaux. En effet, plusieurs enquêtés m’ont fait part de leur sentiment d’être constamment agressés en ligne par les sympathisants du candidat adverse.

La question de l’anonymat : une demande forte des partisans de Donald Trump

  • 10 Aux États-Unis, le lien entre politique et religion est ténu : « La laïcité à l’américaine n’a jama (...)

21Une fois acceptée dans des groupes de soutien, il est plus aisé d’avoir des contacts individualisés sur Facebook avec les militants. Mais ces derniers semblent méfiants et ont posé beaucoup de questions sur l’objet de mon enquête. Mon rattachement institutionnel à l’Université Catholique de l’Ouest10 a été un atout pour rassurer les répondants et je l’ai rapidement mis en avant – contrairement à mes enquêtes en France. Pour travailler ce lien de confiance entre enquêteur et enquêté, j’ai, au fur et à mesure de mon enquête, préféré débuter l’échange par une discussion par chat (parfois sur plusieurs semaines), avant de suggérer la possibilité d’un entretien à distance. Nous discutions alors de l’enquête, de leur militantisme, du confinement en France, de l’évolution de la situation sanitaire aux États-Unis, etc. Ce processus s’est avéré plus efficace car un lien avait déjà été établi entre mon interlocuteur qui voyait cet entretien comme un prolongement de notre conversation écrite. La proposition d’un entretien à distance doit toutefois se préparer et se « placer » au « bon » moment dans la discussion pour que cela ne paraisse pas hors de propos et que l’enquêté se sente « trahi » par rapport à la relation engagée précédemment.

22Dans la majorité des cas, les enquêtés ont exprimé directement leur souhait de rester anonymes (cf. Fig. 5) et de manière systématique chez les partisans de Donald Trump. La demande d’anonymat est moins fréquente dans notre expérience d’entretien en présentiel avec des militants français : la question de l’anonymat n’avait jamais été posée en France comme une condition à l’entretien en présentiel par l’enquêté et généralement, ils m’avaient indiqué qu’ils assumaient ce qu’ils disaient et leur positionnement politique. Dans le cas de cette enquête en ligne aux États-Unis, les internautes contactés, usant souvent de pseudonymes, ont aussitôt mentionné vouloir conserver cette identité de façade et ne pas communiquer leur « vrai » nom. Le dispositif en ligne incite en effet les usagers à choisir la représentation qu’ils souhaitent afficher d’eux-mêmes.

Figure 4. Capture d’écran d’un message reçu par un partisan de D. Trump sur Messenger

Figure 4. Capture d’écran d’un message reçu par un partisan de D. Trump sur Messenger
  • 11 Cette étude prend pour objet 1 700 profils Facebook d’étudiants de premier cycle universitaire qui (...)

23La question de l’anonymat se pose aussi pour les contenus de comptes de ces nouveaux « amis » militants auxquels j’ai désormais accès via cette démarche de réseautage virtuel et que j’ai pu, pour certains, archiver. S’appuyant sur une enquête similaire menée sur Facebook11, M. Zimmer met en garde les chercheurs sur la conduite éthique à tenir, notamment lorsqu’il s’agit de publier des données extraites de discussion en ligne. Sur ce point, l’auteur observe que plusieurs aspects doivent être débattus :

24« La nature du consentement, le respect de la vie privée, les stratégies pour anonymiser les données avant la sortie publique et l’expertise de comités de rédaction des revues quand ils sont confrontés à des projets de recherche basés sur des données glanées sur les médias sociaux » (Zimmer, 2010, p. 313).

25Plusieurs auteurs considèrent que s’attacher à distinguer ce qui relève de l’espace privé et de l’espace de la recherche est sans issue. Certains proposent d’aller chercher du côté de la perception des internautes afin de leur faire qualifier eux-mêmes ce qui relève du public et du privé dans leurs publications (Sveningsson, 2008). Bien que pertinente, cette solution se révèle irréalisable concrètement et doit donc être écartée. Cela reviendrait pour chaque message archivé à contacter individuellement son auteur pour lui demander d’une part son consentement et d’autre part de spécifier la nature de ses propos. Ce travail est non seulement trop fastidieux compte tenu de la masse de données archivées, mais il est aussi fort probable que l’internaute refuse que le chercheur utilise les données recueillies. Pour mettre en place un protocole méthodologiquement éthique, il serait pertinent de mener des réflexions collectives afin de partager les expériences communes. Dans ce travail, les messages récoltés en ligne ont été rendus anonymes. Pour continuer à travailler sur leur profil sociologique, le nom de la personne n’est pas communiqué, mais ses données sociodémographiques (âge, sexe, CSP, etc.) sont précisées (si elles sont connues) lors d’une citation.

L’enregistrement de la conversation : motif de refus à l’entretien

26Au-delà de la question de l’anonymat, une autre barrière à franchir avant d’obtenir l’accord pour un entretien à distance est celle de l’enregistrement de la conversation (cf. Fig. 6), voire de la vidéo dans le cadre d’un dispositif par visio (cf. Fig. 7). Si les enquêtés ne sont pas réfractaires – la question du consentement était posée lors de nos échanges par chat et de la présentation des modalités de l’entretien –, j’opte systématiquement pour un dispositif offrant un enregistrement vidéo, permettant ainsi de capturer au-delà de la parole, d’autres détails de gestuels -–volontaires et involontaires – qui en disent parfois plus long que les mots eux-mêmes (Lallier, 2011). Dans le cas où la vidéo pose problème, j’essaye toujours d’en savoir plus lors de nos échanges par Messenger, de les interroger sur leur gêne à être filmés ou enregistrés. Certains indiquent avoir peur de « dire des bêtises » quand d’autres pointent le doigt d’une « société de surveillance » qu’ils n’acceptent pas. Ajouter l’image aux mots ne permet pas non plus de « faire comme si » l’entretien était en présentiel. Se sachant filmer, l’enquêté peut mettre en scène l’arrière-plan qui sert de décor à l’entretien à distance (le domicile de l’enquêté en période de confinement) et cherche à travailler sa gestuelle. Le phénomène d’« auto-mise en scène » (De France, 1982) a déjà été souligné dans le champ de l’anthropologie filmique. Dans le cas d’entretien par visio, la caméra est souvent intégrée à l’ordinateur lui-même et il est possible de l’oublier plus rapidement que dans le cadre d’un entretien en présentiel filmé. Toutefois, sur les dispositifs utilisés, il est, pour l’enquêté, possible de se visionner lui-même (comme une sorte de miroir) et donc d’avoir un rappel permanent du cadre de cet entretien filmé. Lors du visionnage, j’ai noté des regards de certains enquêtés qui allaient régulièrement vers un point fixe, cherchant certainement à surveiller leur image via cette vignette-miroir.

Figure 5. Capture d’écran d’un message envoyé par un partisan de J. Biden sur Messenger, le 22 avril 2020

Figure 5. Capture d’écran d’un message envoyé par un partisan de J. Biden sur Messenger, le 22 avril 2020

Figure 6. Capture d’écran d’un message envoyé par un partisan de D. Trump sur Messenger, le 22 avril 2020

Figure 6. Capture d’écran d’un message envoyé par un partisan de D. Trump sur Messenger, le 22 avril 2020

27Enfin, dans la négociation de l’entretien à distance, il ne faut pas oublier les contraintes temporelles des fuseaux horaires lors de terrain éloigné (cf. Fig. 8). Cela a été d’autant plus compliqué dans mon cas que le territoire américain est vaste et que je devais m’assurer du positionnement géographique de chaque enquêté avant de convenir d’un rendez-vous. Mais l’entretien à distance m’a aussi permis de réaliser des entretiens avec des militants expatriés au Nicaragua ou au Japon (cf. Fig. 1) qui soutenaient activement leur favori sur Facebook. Si j’avais été sur le terrain en présentiel, j’aurais certainement privilégié les entretiens en face à face sur le territoire américain. Or, cela m’invite à explorer une autre problématique qui est celle de l’internationalisation du militantisme en campagne électorale, rendue possible notamment par l’activisme en ligne.

Figure 7. Capture d’écran d’un message envoyé par un partisan de D. Trump sur Messenger, le 26 avril 2020.

Figure 7. Capture d’écran d’un message envoyé par un partisan de D. Trump sur Messenger, le 26 avril 2020.

La conduite de l’entretien à distance : spécificités et limites

28Un entretien à distance comporte des spécificités et l’un des objectifs de cet article est justement d’en rendre compte pour partager mon expérience avec d’autres chercheurs qui seraient intéressés pour tester cette méthode alternative. À ces particularités du distanciel, s’ajoutent celles engendrées par la période de confinement qui induit des contextes à domicile particuliers et des relations à l’enquêteur différentes : garde d’enfants qui peut rendre les échanges complexes en raison du manque de concentration, disponibilité accrue des enquêtés en lien avec le télétravail, envie d’échanger avec une Française pour avoir l’impression de voyager et de sortir ainsi d’un univers clos, etc.

Des contextes de confinement variés perturbant l’entretien à distance

29Lors d’un entretien à distance, les deux interlocuteurs ne se trouvent pas dans un même lieu et ne sont donc pas a priori dans les mêmes conditions pour échanger. Cette caractéristique même du distanciel trouble les conditions de l’entretien : sur son lieu de travail, l’enquêté peut par exemple être interrompu par un collègue ou l’arrivée d’une mission urgente, alors que l’enquêteur se trouve entièrement investi dans ce binôme. G. Latzko-Toth souligne dans sa thèse que ses enquêtés réalisaient souvent d’autres tâches en même temps que l’entretien (par chat) et n’étaient pas totalement disponibles pour répondre à ses questions.

  • 12 Terme anglophone qui provient du secteur de l’ingénierie informatique. Dans son sens premier, il s’ (...)
  • 13 Conçu fin août 1988, l’Internet Relay Chat (IRC) est un protocole de communication textuelle sur In (...)

30« Un autre facteur est la tendance des répondants à pratiquer le ‘multitasking’12, en particulier quand ils se servent d’IRC13, qui n’est qu’une fenêtre de plus sur l’écran, souvent masquée par d’autres applications. L’un de mes informateurs, avec qui j’ai eu toutes les peines du monde à synchroniser une rencontre, m’a expliqué qu’il passait le plus clair de son temps libre dans Second Life, et ne prenait plus le temps de regarder ce qui se passait sur IRC (pourtant toujours ouvert), et oubliait de relever son courriel. D’autres étaient au travail, où ils menaient diverses tâches tout en prenant quelques minutes de temps en temps pour lire et répondre à mes questions. » (Latzko-Toth, 2010, p. 136).

31Cette dissymétrie se retrouve parfois aussi dans des échanges en face-à-face lorsque l’enquêté répond à son téléphone au cours de la discussion, ce qui coupe l’entretien en présentiel. Dans le cas de l’entretien à distance, chaque interlocuteur étant dans un lieu différent, les ambiances distinctes de ces espaces peuvent perturber l’enquêteur, tout comme l’enquêté car l’un comme l’autre ne peuvent s’adapter aux conditions proposées pour chacun. J’ai réalisé mes entretiens à distance à mon domicile pendant la période de confinement ; la difficulté était surtout pour moi de trouver un créneau optimal qui puisse correspondre aux siestes de ma fille et au bon fuseau horaire de l’enquêté ! L’objectif de l’enquêteur est de contrôler au maximum les perturbations possibles et d’opter pour un lieu calme et neutre. Il est difficile de jouer sur les conditions de l’entretien du côté de l’enquêté, mais j’ai tout de même précisé à certains internautes lors de nos discussions par chat que l’échange serait plus riche s’ils étaient dans un lieu calme et seul. En effet, j’ai remarqué que lorsqu’un membre de la famille se trouve dans la même pièce lors de l’entretien à distance, l’enquêté est souvent gêné pour formuler des réponses longues et personnelles car il se sent écouté (voire jugé) par un des membres de son entourage. Avec le télétravail et la garde d’enfant à domicile, il était parfois difficile pour mes interlocuteurs de s’isoler, ce qui a pu rendre plus complexe les échanges, en lien avec les conditions de confinement des enquêtés.

Un entretien à distance entrant dans les modalités habituelles de communication en cette période de confinement et faisant oublier l’enregistrement de la conversation

32À distance, le magnétophone disparaît (au sens où il n’est pas visible pour l’enquêté). Celui-ci, bien qu’informé de l’enregistrement, oublie facilement ce paramètre et peut ainsi s’exprimer a priori plus librement. Dans le cas d’un chat, le magnétophone n’est pas utile puisque la relation n’est pas sonore et les conversations écrites sont archivées par l’enquêteur. Toutefois, cela ne veut pas dire que l’enquêté va s’exprimer plus librement que lors d’un entretien en face-à-face. Les entretiens par chat sont souvent beaucoup moins riches car les interviewés, passant par l’écrit, en disent moins qu’à l’oral. Écrire demande plus de temps et d’effort si bien que la pensée des interlocuteurs se veut plus synthétique par chat. Pour le chercheur, ce passage par l’écrit évite la pénible étape de la retranscription des entretiens – » la tâche de transcription est en partie transférée au participant au lieu d’être éliminée » (Kazmer, 2008, p. 265) –, mais c’est au prix de la pertinence des données. L’écrit est intégré consciemment comme une trace laissée (comme le document sonore puisque l’entretien dans sa forme classique est, dans mon étude, quasiment toujours enregistré), l’enquêté a donc tendance à contrôler ses propos lors de leur rédaction.

  • 14 La prise de notes lors d’un entretien en face-à-face n’est pas toujours appropriée, au sens où l’en (...)

33Dans le cas d’un entretien non filmé, l’absence physique de l’enquêteur modifie les paramètres d’un entretien en présentiel. L’hexis influe sur la perception que les enquêtés se font des enquêteurs et sur le positionnement qu’ils adoptent en conséquence. Cette variable est annulée lors d’un entretien à distance sans vidéo et amoindrie avec vidéo (uniquement le visage est visible). Par ailleurs, la non-présence physique offre la possibilité pour l’enquêteur de prendre des notes14, voire de rechercher des documents, des archives pour compléter ses questions. Autrement dit, il n’a pas à surveiller sa tenue par rapport à l’image qu’il renvoie à l’enquêté et peut enrichir son entretien de documents annexes au fil de la conversation.

34En revanche, la non-présence physique de l’enquêté est un frein à la compréhension globale de l’entretien. En effet, le chercheur ne perçoit pas à distance l’attitude et les « mimiques » physiques de l’enquêté qui aident à la bonne compréhension de son propos. « Observer » l’enquêté fait partie du travail de l’enquêteur en entretien (Blanchet et Gotman, 2002). Ce qui se voit entre parfois même en contradiction avec ce qui se dit. L’observation permet alors de percevoir les non-dits et les moments où il est intéressant d’explorer davantage les réponses données. Tout ce qui est autour de la parole vient enrichir l’entretien. J’ai donc systématiquement proposé un entretien filmé aux enquêtés.

  • 15 Dans le cas du chat, le silence est matérialisé par le fait de ne pas écrire, ou par un temps long (...)

35Si la vidéo était un motif de refus, je proposais aux internautes d’échanger par téléphone ou sans l’option vidéo. Je ne peux alors me fier qu’à l’enregistrement sonore. Lors d’entretien en face à face, l’enregistrement est aussi souvent uniquement sonore, mais l’enquêteur peut prendre des notes au cours de l’entretien ou post-entretien sur ses observations visuelles. Lorsque le chercheur ne peut s’appuyer vraiment que sur le son ou même sur l’écrit (dans le cas d’un chat), ce sont les silences, les temps d’attente (dans le cas d’un chat)15, les modulations de la voix, les hésitations, etc., qui donnent à l’enquêteur des indications pour mener son entretien. Selon B. Poland et A. Pederson (1998), le silence peut être autant révélateur que la parole. La difficulté est d’interpréter et d’analyser les silences de l’enquêté durant l’entretien téléphonique. Ces auteurs (si l’on écarte les biais liés à l’incompétence de l’enquêteur à mener un entretien et la mauvaise sélection des enquêtés non aptes à répondre aux questions) soulignent que le silence peut renseigner sur une autocensure de l’interviewé. L’enquêteur doit rester attentif aux silences d’autocensure pour faire mettre en mot le silence entendu. V. Haas (2007) propose ainsi aux enquêteurs d’enregistrer la durée du silence afin de mieux évaluer son importance. Ainsi, l’enquêteur peut revenir a posteriori sur ce moment et confronter cette donnée objective (le temps) à l’impression ressentie au moment de l’entretien. Encore faut-il que la voix (et les silences) soi(en)t bien perceptible(s) par l’enquêteur.

36Cette période de confinement a finalement été une aide pour obtenir des entretiens à distance car les enquêtés étaient plus disponibles en lien avec la flexibilité du télétravail et très connectés. J’ai aussi enregistré assez peu de refus sur l’outil en lui-même de visioconférence car ce dernier était entré dans les modes de communication habituels que ce soit sur le plan professionnel ou personnel.

La technique n’est pas neutre : effets des outils numériques utilisés sur l’échange

  • 16 Ce chiffrement permet en effet que seules les personnes intervenant dans une conversation puissent (...)

37Pour ces entretiens à distance, la technique joue un rôle important. Elle relie deux individus séparés spatialement et leur permet de communiquer à distance. Plusieurs outils ont été utilisés pour ces entretiens à distance : j’orientais d’abord les enquêtés vers Zoom car il y est intégré un dispositif de retranscription automatique pour les audio en anglais, post-enregistrement, ce qui s’avère être un gain de temps considérable par la suite. Certains enquêtés m’ont suggéré d’autres outils avec lesquels ils avaient l’habitude de travailler ou d’échanger avec leurs familles, tels que Skype. J’ai également réalisé quelques entretiens par téléphone quand les enquêtés le souhaitaient. Certains ont préféré cet outil traditionnel qu’est le téléphone par méfiance envers les applications de visioconférence et le cryptage de leurs données privées. Par exemple, Zoom a été accusé de transmettre les données de ses utilisateurs à Facebook à des fins publicitaires ou de ne pas totalement chiffrer les données16. Dans tous les cas, l’outil sélectionné ne doit pas être une barrière à l’accord d’un entretien à distance et c’est bien l’enquêté qui, au final, décide du dispositif.

38Les entretiens se sont généralement bien déroulés d’un point de vue technique. Au cours d’un entretien par Skype, j’ai dû toutefois faire face à plusieurs déconnexions sans pouvoir en déceler les raisons. L’entretien s’est révélé assez décousu. L’enquêté a alors tendance, malgré sa bonne volonté, à écourter ses réponses.

  • 17 C. Mabi souligne d’ailleurs que « les dispositifs s’inscrivent dans un ensemble de valeurs sociales (...)
  • 18 Ces dispositifs proposent des appels téléphoniques en ligne, avec vidéo en option. Mais le fait qu’ (...)

39Aux difficultés techniques, s’ajoute le rôle de l’interface : la plateforme n’est pas neutre17. Des travaux ont analysé la manière dont l’outil technique oriente le type de pratiques, en étudiant notamment les conditions de production des formes d’expression et la configuration des dispositifs (Blondiaux et Cardon, 2006 ; Monnoyer-Smith, 2010). Réaliser un entretien sur Skype, Zoom, Google Talk18 ou par téléphone ne met pas les interlocuteurs dans les mêmes dispositions. La perception que l’enquêté a lui-même de l’outil en fonction de ses habitudes (par exemple, s’il utilise Skype plutôt à titre professionnel ou privé) conditionne les modalités de l’entretien.

Conclusion

40L’entretien à distance a été une réelle opportunité pour ne pas abroger totalement mon enquête sur le militantisme en ligne et les enjeux de l’usage des données lors de l’élection américaine de 2020. À ce jour, je me suis entretenue à distance avec dix-huit militants américains et vingt prestataires en big data électoral (tout profil confondu – directeur d’agence, technicien, conseiller politique, etc.). J’ai le sentiment que les entretiens en ligne sont désormais de plus en plus fluides et je me sens à l’aise avec les différentes interfaces techniques. Dans cette situation d’enquête à distance, il m’est possible de confronter les discours aux pratiques des enquêtés en observant directement leur profil Facebook de militant. Mais cette double entrée empirique discours/ pratique s’avère quand même limitée car je ne peux observer leur activisme hors ligne ou sur des réseaux sociaux sans accès à leurs comptes. La présence sur le terrain me semble nécessaire, au moins à un moment donné, même en décalé par rapport à la réalisation des entretiens, pour dépasser les discours des acteurs et saisir « l’exercice d’activités routinières, réalisées par ses interlocuteurs sur le mode de l’évidence » (Berger, 2004, p. 80) sans qu’ils les mettent en mot. Dès que les frontières seront réouvertes, je me rendrai donc sur le terrain pour rencontrer ces enquêtés avec qui je maintiens toujours un lien sur Facebook et avec lesquels pour certains, nous discutons encore par chat de l’actualité politique américaine. Il va sans dire que le travail d’enquête à distance est aussi très chronophage pour le chercheur car il ne s’arrête jamais.

41En définitive, un entretien à distance ne peut être appréhendé par l’enquêteur (et par l’enquêté) de la même façon qu’un entretien en face-à-face. Le chercheur doit questionner son rapport au dispositif numérique sollicité pour l’entretien à distance et être particulièrement attentif aux silences. L’entretien à distance possède des atouts pour dépasser les barrières spatiales, mais s’avère, à mon sens, moins riche que le format classique.

  • 19 « our hypothesis is that the pandemic, or more precisely the practices it entails, risk exacerbatin (...)

42Il s’agit aussi de se méfier d’une tendance possible de la recherche où l’enquêteur resterait dans son bureau sans se rendre sur le terrain, dans un contexte de sous-traitance croissante de la collecte de données et d’essor des méthodologies de recherche à distance. Même si ces pratiques sont plus courantes dans les universités anglo-saxonnes, la crise sanitaire pourrait avoir des effets sur la manière de faire de la recherche en France, ce que soulignent A. Baczko et G. Dorronsoro (2020, en ligne) : « Notre hypothèse est que la pandémie, ou plus précisément les pratiques qu’elle implique, risque d’exacerber la bureaucratisation néolibérale de la recherche qui a joué un rôle pendant plusieurs décennies dans ce qui est – peut-être – un déclin des sciences sociales. » (Nous traduisons19).

Haut de page

Bibliographie

Albera D. (2001). « Terrains minés », Ethnologie française, 31, pp. 5-13.

Baczko A., Dorronsoro G. (2020). « The Ethical, Epistemological, and Conceptual Need to Resume Fieldwork », Social Science Research Council, 2020. https://items.ssrc.org/covid-19-and-the-social-sciences/social-research-and-insecurity/the-ethical-epistemological-and-conceptual-need-to-resume-fieldwork

Berger L. (2004). Les nouvelles ethnologies. Enjeux et perspectives. Paris : Armand Colin.

Bizeul D. (2007). « Des loyautés incompatibles. Aspects moraux d’une immersion au Front national », SociologieS. http://sociologies.revues.org/226

Blanchet A., Gotman A. (2002). L’enquête et ses méthodes : l’entretien, Paris : Nathan.

Blondiaux L., Cardon D. (2006). « Dispositif Participatifs », Politix, 75, 3-9, pp. 3-9.

Blot S., Poirier M., Viterbo A. et al. (2020). « Maintenir le fil… Permanence des entretiens psychodynamiques en doutant de la valeur ajoutée de l’image », Le Carnet PSY, 236, 6, pp. 33-34.

Bouillon F., Fresia M., Tallio V. (éds) (2005). Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie, Paris : EHESS (« Dossiers africains »).

Bouju J. (2018). « Une ethnographie à distance ? », Civilisations, 64. URL : http://journals.openedition.org.srvext.uco.fr/civilisations/3933 

Callon M., Lascoumes P., Barthe Y. (2001). Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie représentative. Paris : Seuil.

Cefaï D. (dir.) (2010). L’engagement ethnographique, Paris : Éditions de l’EHESS.

Cohen A., Lacroix B., Riutort P. (2006). Les formes de l’activité politique. Éléments d’analyse sociologique (XVIIIe-XXesiècle), Paris : Presses Universitaires de France, « Hors collection ».

D’Amico-Samuels D. (1991). « Undoing fieldwork: Personal, political, theoretical and methodological implications », in Faye V. H. (éd.). Decolonizing anthropology: Moving further toward an anthropology for liberation, Arlington: Association of Black Anthropologist, American Anthropological Association, pp. 68-87.

De Bruijn M., Rijk van Dijk (2012). « Connecting and change in African societies: Examples of “ethnographies of linking” in anthropology », Anthropologica, 54, pp. 45-59.

De France C. (1982). Cinéma et anthropologie. Maison des sciences de l’homme, Paris, 1989.

Denny J.–L. (2020). « Le confinement pédagogique : de la pandémie à l’expérience d’apprentissage des étudiants », Recherches & éducations, HS, 2020. http://journals.openedition.org/rechercheseducations/10252

Froidevaux-Metterie C. (2009). Politique et religion aux États-Unis, Paris : La Découverte.

Gerstlé J. (2007). « Les campagnes présidentielle depuis 1965 ». In Bréchon P. (dir.), Les élections présidentielles en France. Quarante d’histoire, Paris : La Documentation française.

Granjon F., Denouël J. (2010). « Exposition de soi et reconnaissance de singularités subjectives sur les sites de réseaux sociaux », SociologieS, 1, 1.

Haddouk L. (2013). « La place du corps dans les rites numériques. Illustration : la visioconsultation », Les Cahiers du numérique, 9, 3, pp. 83-110.

Haddouk L. (2016). L’entretien clinique à distance. Manuel de visioconsultation, Paris : ERES.

Haas V. (2007). « De l’incommunicable à l’intransmissible : La gestion du silence dans l’entretien de recherche », Recherches qualitatives, 3, pp. 232-242.

Hughes E. (1996). Le regard sociologique : essais choisis (textes rassemblés et présentés par Jean-Michel Chapoulie), Paris : Edition de l’EHESS.

Kazmer M. M. (2008). « Qualitative interviewing in Internet studies: Playing with the media, playing with the method », Information, Communication& Society, 11, 2, pp. 257-278.

Kreiss D. (2012). Taking our Country Back, The Crafting of Networked Politics from Howard Dean to Barack Obama, New York: Oxford University Press.

Lallier C. (2011). « L’observation filmante. Une catégorie de’l’enquête ethnographique », L’Homme, 198-199, pp. 105-130.

Latzko-Toth G. (2010). La co-construction d’un dispositif socio-technique de communication : le cas de l’Internet Relay Chat, Thèse de communication, Montréal, Université du Québec à Montréal.

Legrave J.-B. (1996). « La ‘neutralité’ dans l’entretien de recherche, Retour personnel sur une évidence », Politix, 35, pp. 207-225

Lendaro A. (2017). « Lampedusa, « terrain difficile » ? Enquêter sur la légalité à la frontière de l’Europe », Migrations Société, 167, 1, pp. 29-40.

Markham A. N. (1998). Life Online: Researching Real Experience in Virtual Space, Walnut Creek: Alta Mira Press.

Marchive A. (2012). « Contrôle et autocensure dans l’enquête ethnographique. Pour une éthique minimaliste », Les Sciences de l’Éducation - Pour l’Ère Nouvelle, 45, 4, pp. 77-94.

Marcus E.G. (1994). « After the Critique of Ethnography: Faith, Hope and Charity, but the Greatest of These Charity ». In Borofsky R. (dir.), Assessing Cultural Anthropology, New York: McGraw-Hill, pp. 40-52.

Monnoyer-Smith L. (2010). Communication et délibération : enjeux technologiques et mutations citoyennes, Paris : Hermès.

Pastinelli M. (2007). Des souris, des hommes et des femmes au village global : parole, pratiques identitaires et lien social dans un espace de bavardage électronique, Laval : Presses de l’Université Laval.

Poland B., Pederson A. (1998). “Reading between the lines: Interpreting silences in qualitative research”, Qualitative Inquiry, 4, 2, pp. 293-312.

Rollandin M. (2014). « L’analyse des jeux vidéos multijoueurs en ligne et la nécessité de créativité méthodologique : le cas de l’entretien en auto-confrontation », Sciences de la société, 92, pp. 161-175.

Sikkens, E., van San, M., Sieckelinck, S., Boeije, H., & De Winter, M. (2017). “Participant recruitment through social media: Lessons learned from a qualitative radicalization study using Facebook”, Field Methods, 29, 2, pp. 130-139.

Sveningsson E. M. (2008). “How do various notion of privacy influence decisions and qualitative internet research?”. In Markham A., Baym N. K. (dir.), Internet Inquiry: conversation about method, London: Sage, pp. 69-81.

Theviot A. (2019). Big data électoral. Dis-moi qui tu es, je te dirai pour qui voter. Lormont : Éditions Le Bord de l’Eau.

Theviot A. (2013). « Devenir ‘amis’ avec 4 500 enquêtés. Les enjeux éthiques de l’analyse d’interfaces semi-privées », TIC&Société, 7, 2, http://ticetsociete.revues.org/1608

Watson C.W. (éd.) (1999). Being there: fieldwork in anthropology. Londres: Sterling Pluto Press.

Zimmer M. (2010). « But the data is already public: on the ethics of research in Facebook », Ethics and Information Technology, 12, 4, pp. 313-325.

Haut de page

Notes

1 Il me semble ici pertinent de déroger à la tradition académique du style impersonnel (symbolisé par l’emploi du nous), car il s’agit d’adopter une approche réflexive sur mon propre rapport aux dispositifs en ligne utilisés pour réaliser les entretiens à distance. Il s’agit d’évoquer ici une expérience singulière d’enquête interrogeant mon individualité, mon statut et la représentation que je donne de moi aux autres. Il existe une vaste littérature sur la question de la première personne dans l’écriture académique. Se référer, par exemple, aux travaux réflexifs de George E. Marcus (1994).

2 « Les mutations du travail politique au prisme des big data » - ANR JCJC MUTADATA.

3 Pascal Galinier et Soazig Le Nevé, « Coronavirus : avec le confinement, l’enseignement supérieur a pris le virage des cours à distance », Le Monde, 24 mars 2020.

4 Caroline Kitchener, « Women academics seem to be submitting fewer papers during coronavirus. ‘Never seen anything like it,’ says one editor », The Lily, 24 avril 2020. https://www.thelily.com/women-academics-seem-to-be-submitting-fewer-papers-during-coronavirus-never-seen-anything-like-it-says-one-editor/?

5 « “the field is everywhere”, and there is no division between home and the field because both exist in the same holistic context of globalized power relations ».

6 Il s’agit des seuls articles que j’ai trouvé partageant leurs réflexions épistémologiques sur cette période de confinement et l’entretien à distance lorsque j’ai réalisé mon travail empirique d’avril à juillet 2020. Il faut croire que les revues de ces disciplines n’ont que peu de délais de publication entre l’écriture de l’article et sa mise en ligne sur Cairn !

7 Il s’agit de l’information la plus facilement accessible. Comparé au téléphone, le mail s’avère moins intrusif et permet de présenter plus précisémment (et officiellement) sa recherche via le renvoi vers le lien de ma page professionnelle, voire de la présentation du projet ANR JCJC MUTADATA. Le rattachement institutionnel peut rassurer certains enquêtés et ainsi accroître les chances d’obtention d’un entretien.

8 La conversation par mail est dite « asynchrone » car la réponse n’est pas immédiate, contrairement au chat.

9 J’avais demandé d’abord en « amis » sur Facebook à des militants qui me connaissaient et avec lesquels j’avais pu m’entretenir en présentiel.

10 Aux États-Unis, le lien entre politique et religion est ténu : « La laïcité à l’américaine n’a jamais été incompatible avec l’existence d’une religion civile » (Froidevaux-Metterie, 2009, p.115). Il s’agit bien d’un État constitutionnellement laïc, mais culturellement empreint de religiosité et cela est revendiqué par les candidats, mais aussi par les militants qui affichent, sur leur profil Facebook, leur appartenance religieuse.

11 Cette étude prend pour objet 1 700 profils Facebook d’étudiants de premier cycle universitaire qui sont devenus « amis » avec les assistants de recherche du projet, eux-mêmes encore étudiants.

12 Terme anglophone qui provient du secteur de l’ingénierie informatique. Dans son sens premier, il s’agit d’un type de système d’exploitation capable de traiter en même temps plusieurs programmes informatiques. Dans cette citation, il est employé pour désigner le fait de pratiquer plusieurs activités en même temps et plus spécifiquement d’utiliser plusieurs moyens de communication de manière simultanée.

13 Conçu fin août 1988, l’Internet Relay Chat (IRC) est un protocole de communication textuelle sur Internet qui permet de discuter en ligne, souvent en groupe.

14 La prise de notes lors d’un entretien en face-à-face n’est pas toujours appropriée, au sens où l’enquêté peut alors assimiler le chercheur à un journaliste (et donc s’en méfier).

15 Dans le cas du chat, le silence est matérialisé par le fait de ne pas écrire, ou par un temps long entre la question et la réception du message. Selon les chats, un indicateur d’activité du clavier est présent ou non, ce qui peut donner des informations importantes à l’enquêteur pour bien mener son entretien. Si ce module n’existe pas, l’enquêteur se trouve alors démuni pour interpréter les silences et bien les gérer au sens où il ne sait pas si l’enquêté attend la prochaine question, s’il est en train de composer une réponse (qui peut s’effectuer en plusieurs messages successifs) ou s’il est occupé à autre chose. A. Markham rapporte qu’elle ne supportait pas le silence entre deux messages et avait tendance à interrompre ses interviewés abruptement en posant une autre question, alors qu’ils s’apprêtaient à développer leur réponse. Pour contrer cette tendance fâcheuse pour la conduite de ses entretiens, elle s’est mise à rédiger un « journal de recherche » pendant ces silences (Markham, 1998, p. 76-77).

16 Ce chiffrement permet en effet que seules les personnes intervenant dans une conversation puissent écouter ce qui y est dit.

17 C. Mabi souligne d’ailleurs que « les dispositifs s’inscrivent dans un ensemble de valeurs sociales, culturelles, techniques et politiques et déterminent des enjeux de pouvoir ». Clément Mabi, « Les conceptions de la participation citoyenne inscrites au sein d’un dispositif de concertation. Etude du débat public CNDP ‘Projet de parc éolien en mer des deux côtes’ », Journées doctorales du GIS, 18 octobre 2011. http://www.participation-et-democratie.fr/sites/default/files/atelier_4-3_clement_mabi.pdf

18 Ces dispositifs proposent des appels téléphoniques en ligne, avec vidéo en option. Mais le fait qu’un système de messagerie via gmail soit associé à google talk, que la vidéo ne soit pas présente au même endroit sur l’écran, ni avec la même résolution, que la charte graphique de ces deux dispositifs soit distincte met l’enquêté dans un environnement d’entretien différent.

19 « our hypothesis is that the pandemic, or more precisely the practices it entails, risk exacerbating the neoliberal bureaucratization of research that has played a role for several decades in what is—possibly—a decline of the social sciences ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Capture d’écran du questionnaire envoyé pour faire partie du groupe de soutien à D. Trump, intitulé « Trump Discount Club »
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/7193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Figure 2. Capture d’écran du questionnaire envoyé pour faire partie du groupe de soutien à J. Biden, intitulé « Joe Biden 2020 »
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/7193/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Figure 3. Capture d’écran d’un message reçu par un partisan de J. Biden, le 11 juin 2020, sur Messenger
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/7193/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Figure 4. Capture d’écran d’un message reçu par un partisan de D. Trump sur Messenger
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/7193/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Figure 5. Capture d’écran d’un message envoyé par un partisan de J. Biden sur Messenger, le 22 avril 2020
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/7193/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Figure 6. Capture d’écran d’un message envoyé par un partisan de D. Trump sur Messenger, le 22 avril 2020
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/7193/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Figure 7. Capture d’écran d’un message envoyé par un partisan de D. Trump sur Messenger, le 26 avril 2020.
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/7193/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Theviot, « Confinement et entretien à distance : quels enjeux méthodologiques ? »Terminal [En ligne], 129 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2021, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/terminal/7193 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.7193

Haut de page

Auteur

Anaïs Theviot

MCF Université Catholique de l’Ouest, ARENES, 3 Place André Leroy, 49100 Angers, atheviot@uco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search