Navigation – Plan du site

AccueilNuméros129Bloc-notesLes Communs. Des jardins partagés...

Bloc-notes

Les Communs. Des jardins partagés à Wikipédia

Dominique Desbois
Référence(s) :

Jean-Benoît Zimmerman, Les Communs : Des jardins partagés à Wikipédia, Éditions Libre & Solidaire, Paris, 2020, 211 p., 16 euros.

Texte intégral

1L’origine des communs remonte au droit romain qui déjà reconnaissait la libre disposition de res communes vitales comme l’air ou l’eau, mais aussi des droits inaliénables comme l’accès aux rivages, fondement de notre loi sur le littoral. Régie au Moyen-Âge par la coutume, la gestion collective des terres communales recule partout en Europe à partir du XIIe siècle sous la pression des privatisations suscitées par le développement du marché lainier pour se voir bannie de l’Angleterre du XVIIIe siècle par l’Enclosure Act.

  • 1 Two Lectures on the Checks to Population, Oxford Univ. Press, Oxford, England, 1833.

2L’auteur, économiste au CNRS, nous livre dans cet ouvrage son analyse sur un débat contemporain ouvert par la prise de position malthusienne de Garett Hardin dénonçant dans Science en 1968 la « tragédie des communs » dont peuvent être victimes les ressources écologiques, problème déjà identifié par Aristote et mis en scène par William Forster Lloyd, économiste proto-marginaliste, soutenant l’éventualité d’une destruction de la prairie commune par surpâturage dans un essai sur le contrôle démographique publié en 1833 1. Ses thèses furent reprises pour être appliquées à la gestion de la pêche par Scott Gordon, un économiste canadien promoteur du système des quotas de pêche individuels.

3Le premier chapitre nous introduit à l’histoire des Communs, qui est aussi celle des « commoners », titulaires des droits d’accès et d’usage de ces biens. En effet, il ne peut y avoir de communs sans commoners. Le plus souvent, il s’agit de terres communales, vouées à la vaine pâture ou à l’affouage. Cependant, l’ouvrage montre aussi comment la libre circulation des améliorations techniques accumulées lors des débuts de la révolution industrielle contribue à l’établissement de communautés de pratiques, établissant ainsi de véritables communs de la connaissance. Ces communs organisés autour de savoirs, fussent-ils empiriques, trouveront au XXe siècle un renouvellement spécifiquement territorial dans l’alchimie particulière des districts industriels.

  • 2 The Logic of Collective Action: Public Goods and the Theory of Groups, Harvard University Press, Ca (...)
  • 3 Macmillan & Co, 1893.

4Le second chapitre nous instruit sur la façon dont les économistes se sont emparés de cette question fort ancienne de la gestion des biens collectifs pour faire naître notre vision moderne des communs. L’auteur nous présente alors la question des communs comme l’archétype d’un dilemme social opposant les intérêts individuels à l’intérêt collectif, reprenant ainsi le cadre conceptuel élaboré par le sociologue Mancur Olson dans sa Logique de l’action collective2. Ce cadre conceptuel permet en effet de dépasser la confusion entre propriété et usage qui demeure inscrite dans la critique de Hardin. Sur ce point, l’ouvrage rend hommage à Elinor Ostrom pour avoir, sur la base « des faisceaux de droits » proposés par John Commons dans son œuvre The Distribution of Wealth3, renouvelé le cadre institutionnaliste en incorporant la dimension de l’action collective. Ostrom s’appuie sur une conception socialisée de l’individu, qui dépasse celle atomistique de l’agent rationnel et maximisateur de la théorie des jeux, formalisée par le mathématicien Alfred Tucker dans son dilemme du prisonnier.

5Le troisième chapitre explicite les fondements épistémologiques de l’approche contemporaine en reprenant les critères de spécification des communs utilisés par Ostrom : une ressource partagée, un système de propriété propre à sa communauté d’usage, et une structure de gouvernance garantissant sa durabilité. Cependant, l’auteur reprend la typologie d’Ostrom fondée sur les critères d’exclusivité et de rivalité proposés par Samuelson pour souligner qu’il peut y avoir des biens rivaux et non exclusifs qui ne soient pas gérés comme des communs, en particulier dans le domaine des connaissances. Ainsi, l’extension de la logique propriétaire a-t-elle été favorisée par l’innovation financière et l’instauration de mécanismes de marché dans l’économie de la connaissance, mais aussi dans le domaine environnemental. À l’inverse, certaines communautés comme les développeurs de logiciels libres se sont appuyés sur les faisceaux de droit spécifiques identifiés par Charlotte Hess pour développer un système favorisant la réappropriation : c’est le système du copyleft initié par les promoteurs du logiciel libre autour de la Free Software Foundation et des licences Creative Commons développées par un groupe de juristes du MIT réunis autour de Lawrence Lessig.

6Le quatrième chapitre propose de distinguer parmi la grande variété des communs six grands types distincts : naturels, autour des usages du foncier, du cycle de l’eau et de l’exploitation des ressources maritimes ; informationnels, autour de la connaissance avec le développement des bases de données, des communautés Wiki et des cours massivement parallèles (Mooc) permis par les technologies numériques ; culturels, avec les collections muséales et les plates-formes musicales comme Jamendo ; territoriaux, avec les monnaies locales et les zones à défendre ; sociaux, avec les systèmes d’échanges locaux et les collectifs anti-gaspillage ; enfin, plus spécifiquement urbains comme le mouvement Occupy visant à se réapproprier des espaces publics.

7Selon Jean-Benoît Zimmermann, la portée du concept de communs s’étend au-delà de l’économie collaborative pour s’affirmer comme une troisième voie entre l’État et le marché (cinquième chapitre). En effet, comme l’a montré Karl Polyani, l’économie ne saurait être circonscrite aux seules relations marchandes, car dans l’administration des biens, elle implique d’autres relations humaines fondées sur la réciprocité et la redistribution. Ainsi, les questions territoriales peuvent-elles être abordées plus aisément en termes de coordination des acteurs. Un nouveau régime de solidarité fondé sur la contribution partagée peut s’instituer à partir des initiatives citoyennes pour pallier les défaillances de l’État-providence. Enfin, face aux questions globales comme le changement climatique, la logique de communs globaux comme l’atmosphère ou le climat permet de dépasser le court terme des négociations bilatérales et d’imposer une négociation multilatérale sur des échéances à moyen et long termes.

8Dans Capitalisme, socialisme et démocratie, Joseph Schumpeter envisageait en 1942 l’effondrement du capitalisme sous le poids d’une innovation sclérosée par les grands conglomérats industriels concentrant les forces vives de la recherche au sein d’énormes départements de Recherche & Développement devenus routiniers. Depuis, le capitalisme industriel s’est progressivement réorienté vers une « innovation ouverte » renforçant les liens entre l’industrie et le monde scientifique, en témoignent les investissements d’IBM et de Microsoft dans la sphère des logiciels libres. Dans le sixième chapitre, l’auteur analyse les dimensions marchandes, mais aussi économiques et sociales de ce qui pourrait apparaître de prime abord comme un dévoiement des idéaux promus par les tenants du logiciel libre. Cette « récupération » du mouvement Open Source manifeste-t-elle une fois de plus la capacité des communs à faire société, témoignant d’une mutation annonciatrice de la fin prochaine du système capitaliste ? Ou bien, n’est-elle qu’une péripétie démontrant une fois de plus les capacités d’ajustement du capitalisme aux conditions historiques de production ?

9In fine, l’ouvrage conclut sur la nécessaire évolution du droit pour que les communs constituent un moteur du changement dans nos sociétés contemporaines, sans doute par un débat démocratique qui permette de fixer le cadre institutionnel de déploiement des communs pour une république plus solidaire. C’est donc à fonder une véritable économie politique des communs qu’en appelle l’auteur pour remailler le tissu social, afin de contrebalancer les excès d’un capitalisme désormais débridé au plan mondial.

Haut de page

Notes

1 Two Lectures on the Checks to Population, Oxford Univ. Press, Oxford, England, 1833.

2 The Logic of Collective Action: Public Goods and the Theory of Groups, Harvard University Press, Cambridge (Massachusetts), 1971.

3 Macmillan & Co, 1893.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Desbois, « Les Communs. Des jardins partagés à Wikipédia »Terminal [En ligne], 129 | 2021, mis en ligne le 03 avril 2021, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/terminal/7334 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.7334

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search