Navigation – Plan du site

AccueilNuméros129Bloc-notesL’intelligence artificielle. De q...

Bloc-notes

L’intelligence artificielle. De quoi s’agit-il vraiment ?

Dominique Desbois
Référence(s) :

Sébastien Konieczny et Henri Prade (éditeurs), L’intelligence artificielle. De quoi s’agit-il vraiment ?, Cépaduès éditions, Toulouse, 2020, 100 pages, 12 euros.

Texte intégral

1Voilà soixante-dix ans qu’une provocation lancée par le mathématicien Alan Turing pour pointer les domaines émergents de l’automatisation des capacités cognitives, dans la revue Mind hante certains de nos plus brillants esprits : « Les machines peuvent-elles penser ? ».

2Depuis, dans des champs aussi divers que la vision, le langage, la recherche d’informations, le diagnostic, la planification, la sécurité, les jeux ou l’art, s’est érigée une discipline protéiforme fédérant travaux scientifiques et applications numériques sous une bannière disruptive : l’Intelligence artificielle (IA).

3Les éditeurs de cet ouvrage ont réuni les spécialistes du groupement de recherche du CNRS sur l’IA pour proposer aux non-initiés une introduction démythifiant cette discipline. Car les annonces médiatisées des prouesses technologiques attribuées à cette discipline laissent entendre une unité disciplinaire alors que, depuis ses balbutiements, sous le même vocable s'agrègent des problématiques très diverses et des techniques très différentes.

4Le premier chapitre propose une introduction historique aux ambitions qui ont présidé à la « création » de la discipline. Sans remonter à Leibniz, Bayes ou Boole, cette introduction restitue les principales étapes qui ont marqué le développement de ce champ disciplinaire, dont la dénomination fut imposée par James McCarthy, avocat d’une conception purement logique de la représentation des connaissances qui a connu depuis une véritable extension avec l’introduction des réseaux bayésiens dans les années 1990. Cette introduction nous montre que les capacités technologiques jouent souvent un rôle moteur au cœur de la dynamique de développement de la discipline, l’exemple le plus récent étant les algorithmes d’apprentissage profond qui renouvellent l’intérêt pour les réseaux de neurones formels, héritage d'une autre figure fondatrice de la discipline qu’est Marvin Minsky.

5Au sein de cette hétérogénéité intra-disciplinaire qui caractérise l’IA, présenter les principaux paradigmes sur lesquels se fonde son champ disciplinaire est un préalable fondamental dévolu au second chapitre. En effet, les activités de l’IA s'organisent autour de tâches essentielles (représenter l’information, raisonner et décider, apprendre, résoudre), montrant que les enjeux théoriques et pratiques du champ disciplinaire s’organisent autour de quatre thématiques principales qui, compte-tenu de leurs problématiques, vont développer leurs méthodologies à partir d’un cadre paradigmatique spécifique : la représentation de l’information, le raisonnement et la décision, l’apprentissage automatique et la résolution de problèmes qui permettent de structurer ce champ disciplinaire.

6Le champ disciplinaire de l’IA est également caractérisé par une grande variété d’applications présentées dans le troisième chapitre : la vision et le traitement d’images, le traitement du langage naturel, la recherche d’informations, le diagnostic, la recommandation et la décision, la résolution de problèmes combinatoires, la planification de tâches, la sécurité, les jeux et la créativité. Autant de domaines où les méthodologies évoquées au chapitre précédent vont démontrer l’efficacité de leur cadre paradigmatique particulier pour traiter ces problèmes spécifiques par un processus numérique.

7Une aussi grande variété d’applications ne peut s’établir sans développer des interfaces entre le champ disciplinaire de l’IA et de nombreuses autres disciplines. Le quatrième chapitre resitue l’IA au sein des autres disciplines de l’information et de la communication, mais également en relation avec les mathématiques sur lesquelles elle s’appuie et plus généralement en interfaçage spécifique avec l’ensemble des disciplines qui touchent à l’humain et particulièrement à ses facultés cognitives. Ainsi sont examinées les relations de l’IA avec la robotique, les interactions personne-machine, la bio-informatique, les neurosciences, la psychologie, et les sciences humaines et sociales, en particulier les autres sciences de l’information et de la communication.

8Les questions autour de ce champ disciplinaire en constante évolution sont nombreuses et parfois vives, tant elles peuvent alimenter de façon récurrente certaines polémiques suscitées par l’utilisation de l’IA dans le fonctionnement des sociétés modernes, notamment en termes de responsabilité juridique. Le cinquième chapitre tente de faire le tour de ces questions, que l’on pourrait taxer de naïveté ou de provocation, en examinant leur pertinence : l’algorithme est-il une IA ? Existe-t-il plusieurs sortes d’IA ? L’IA changera-t-elle nos vies ? Les machines deviendront-elles plus « intelligentes » que l’espèce humaine ? L’IA nous impose-t-elle une éthique particulière ?

9Autant de questions qui demandent afin de pouvoir y répondre en toute rigueur d’effectuer un indispensable travail de documentation et souvent de reformulations auquel cet ouvrage participe de façon très didactique à l’intention d’un public généraliste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Desbois, « L’intelligence artificielle. De quoi s’agit-il vraiment ? »Terminal [En ligne], 129 | 2021, mis en ligne le 03 avril 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/terminal/7339 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.7339

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search