Navigation – Plan du site

AccueilNuméros129Explorer les méthodes en ligne po...Explorer les méthodes en ligne po...

Explorer les méthodes en ligne pour des terrains hors ligne

Explorer les méthodes en ligne pour des terrains hors ligne

Introduction
Anh Ngoc Hoang, Claire Mahéo, Sandra Mellot, Julie Pasquer-Jeanne et Anaïs Theviot

Texte intégral

  • 1  À titre d’exemple, « Mondes numériques : nouvelles perspectives de la recherche », numéro thématiq (...)

1Des omniprésentes réalités numériques constituent nos lieux anthropologiques contemporains, et donc affectent et transforment également nos manières de « faire recherche » et « faire science » : « Il s’agit incontestablement d’un tournant computationnel (Berry, 2011) qui non seulement modifie en profondeur les disciplines et leur épistémologie (Ibid.), mais interroge aussi les conditions de production et de circulation du savoir (Pouyllau, 2012 et Bourdeloie, 2014). De récents travaux ont déjà cherché à examiner la question des mutations opérées par le numérique pour les théories et les méthodes de recherche en sciences humaines et sociales (SHS)1, étant donné que le numérique est « à la fois instrument, méthode, terrain et objet de recherche » (Bourdeloie 2014). Dans ce contexte général d’une « mutation épistémique » ouverte par le numérique (Stiegler, 2014 : 14), comment les SHS se saisissent-elles de ces technologies numériques pour continuer à développer « le regard critique » qui sous-tend leur interdisciplinarité (Granjon, 2014) ? Les chercheurs sont-ils conduits, comme l’invitent Franck Cormerais, Olivier Le Deuff, Amar Lakel et David Pucheu (2016), à « placer les sciences de l’information et de la communication (SIC) dans la lignée d’une culture digitale qui suppose une nouvelle critique, c’est-à-dire un processus de réflexivité distanciatrice situé au cœur des processus digitaux », et donc à construire « un nouvel esprit scientifique : dépasser les oppositions binaires ; abaisser les frontières et ouvrir les portes du monde académique entre disciplines ; mais aussi, à l’extérieur, collaborer avec des acteurs aujourd’hui trop loin des humanités. » ? (Ibid.)

  • 2  La publication récente du rapport « Actualité des méthodes de recherche en sciences sociales sur l (...)
  • 3  Proposée dans les travaux de Richard Rogers (cité par Plantin et Monnoyer-Smith, Ibid.)

2Pour tenter de contribuer à ce travail de réflexions que nous espérons utile à la fécondité de ces sciences anthropo-sociales (Berthelot)2, nous proposons, avec ce numéro thématique, une réflexion sur trois dimensions constitutives de la question des « méthodes » en recherches scientifiques en nous focalisant sur l’articulation entre des méthodes numériques et des méthodes non numériques, plus classiques en SHS. Par « méthodologies numériques », nous entendons à la fois « des méthodes traditionnelles en sciences sociales, tout en les adaptant aux nouvelles propriétés du support » numérique (Plantin et Monnoyer-Smith, 2014) et des méthodes nouvelles, créées spécifiquement pour analyser des objets nativement numériques, désignées par l’expression « Digital Methods »3.

3En effet, « la culture des données se traduit aussi par le développement de nouvelles méthodes pour le·a chercheur·e en SHS. Collectes des données en masse, analyse de réseaux, techniques de visualisation, corpus Web, linked open data, science collaborative... Autant de ressources ou de manières de pratiquer la recherche qui ouvrent à leur tour de nouvelles questions. L’apparition du courant des digital humanities et des digital studies a exprimé en particulier la nécessité de penser le numérique non seulement comme un phénomène technique ou sociétal, mais aussi comme le foyer d’une mutation épistémologique majeure, interpellant toutes les disciplines. » (Dynamiques des recherches en sciences de l’information et de la communication, Bureau de la CPDirSIC, 2018).

4Par conséquent, la proposition de ce numéro de revue commence d’un double constat : d’une part, il est assez aisé d’identifier un ensemble d’efforts réflexifs sur les méthodes « classiques », « pré-Internet », depuis au moins une trentaine d’années (Curapp, 2000 ; Duchesne et Haegel, 2008 ; Garcia et Haegel 2011 ; Combes, 2011). D’autre part, les pratiques méthodologiques qui impliquent les technologies numériques trouvent depuis quelques années un écho important, notamment pour les SIC. Même si de nombreux projets, ateliers (Transnum par exemple) existent, les travaux disponibles en français sur les méthodes numériques restent encore rares, mais sont fondamentaux, c’est le cas du numéro de Réseaux sur les méthodes digitales, coordonné par Dominique Cardon, Jean-Philippe Cointet et Tommaso Venturini, le numéro de Tic&Société (Vol.7 n° 2 - 2013) « Monde numérique : nouvelles perspectives de la recherche » coordonné par Hélène Bourdeloie ou encore le Manuel d’analyse du Web sous la direction de Christine Barats (2013). Ce dernier ouvrage propose notamment des réponses face au besoin de « savoirs et savoir-faire sur les conditions méthodologiques de collecte de “données” ou d’“observables” issus du Web, ainsi que sur le choix d’outils ou de techniques d’investigation applicables au Web. » (Barats, 2016 [2013] : 6).

5Sur la question du cadre d’analyse des usages du Web, l’ouvrage recense différentes méthodes : statistiques, linguistiques, ethnographiques, sémantiques et sémiotiques qui sont autant de fondements essentiels pour ce type de travaux. Ces recherches fondamentales apportent une connaissance sur les tendances de l’« usage explicite » du Web, c’est-à-dire sur les pratiques éditoriales les plus simples (le commentaire, le tweet), ou les plus construites (l’édition d’un blog, la création d’un site). Enfin, de nombreux travaux se concentrent sur l’analyse de traces numériques, autrement dit sur l’analyse de données issues de l’enregistrement des activités des internautes quand ils sont en ligne. Les ouvrages spécialisés en anglais (on peut citer le livre de Richard Rogers, Digital Methods ; dans une moindre mesure le Sage Handbook of Online Research Methods) partagent globalement le même type d’orientation, ce qui constitue probablement un indice des interrogations suscitées par les masses de (nouvelles) données désormais disponibles en ligne et qui sont majeures. Comme le signalait Franck Rébillard (2011), « une telle complémentarité entre quantitatif et qualitatif, appuyée sur la combinaison entre digital methods et méthodes plus traditionnelles, peut ainsi enrichir l’analyse de la diversité de l’information en ligne. Et cette analyse de contenu peut elle-même se doubler d’une approche plus sociologique des modalités de production, diffusion et réception de l’information en ligne, afin d’investiguer les points laissés aveugles par les digital methods […] ».

6Cependant, d’autres aspects, comme les adaptations des méthodes classiques sur Internet (l’entretien par Skype, par exemple) ou l’articulation entre méthodes en ligne et méthodes hors ligne pour approcher le même objet ou encore les pratiques routinières des chercheurs impliquant Internet (par exemple, la prise de contact par e-mail) sont moins traités.

7L’idée de ce numéro est justement de ne pas se cantonner aux travaux portant sur le numérique et de souligner l’intérêt méthodologique du Web sur des terrains variés. Par exemple, le recours à des méthodologies numériques peut être envisagé pour des chercheurs éloignés géographiquement de leur terrain afin de rester en contact avec celui-ci. En réalité, nombre d’entre eux utilisent de manière exploratoire les dispositifs numériques dans le cadre de leurs enquêtes, mais peu s’engagent dans une réflexion approfondie. L’ambition de ce numéro est d’explorer les méthodes en ligne afin d’en dégager les apports et les limites. Il s’agit de réfléchir aux choix méthodologiques opérés en dépassant la vision idéaliste d’une science sans tâtonnements (Dubois, 2005, p. 110).

8Nous considérons dans ce numéro plus spécifiquement l’articulation des méthodes en ligne pour des terrains hors ligne, entendue comme les liaisons numériques construites par le chercheur avec son terrain ou son objet d’étude. De fait, ce numéro questionne donc de façon fondamentale la notion même de « terrain » dans un processus de production de savoirs, de faire science.

9Dans cette perspective, ce terme peut être entendu pour désigner une phase de traitement d’un ensemble d’objets « composites » (Le Marec, 2002). En effet, pour Joëlle Le Marec, le terrain est d’abord « un lieu qui a une pertinence sociale comme lieu de pratiques qui se mettent volontairement en rapport les unes avec les autres » et pouvant donc être « borné par d’autres instances que la recherche ». Cette dimension du terrain est bien à l’œuvre dans les réflexions apportées par les auteurs de ce numéro que ce soit, par exemple, dans le domaine du sport, de la communication politique ou encore de l’ethnographie via l’étude d’une pratique telle que la chasse au phoque par des insulaires de l’archipel des Îles-de-la-Madeleine. Les chercheurs se saisissent du numérique en fonction de la spécificité de leur terrain pour analyser « l’univers, l’expérience, l’histoire et les pratiques de gens dont la vie se joue largement hors ligne » (Pastinelli, 2011). Le numérique peut dès lors constituer une partie du terrain d’analyse (explorer une communauté dans ses pratiques hors et en ligne), un moyen d’atteindre l’objet d’étude (observer ou entrer en contact avec une communauté par sa pratique en ligne), un outil de capture du terrain (collecter et analyser les données sur le terrain par des dispositifs), une interface pour appréhender et interpréter (visualiser les données collectées du terrain). L’idée de ce numéro est justement de ne pas se cantonner aux travaux portant sur le numérique et de souligner l’intérêt méthodologique du Web ou encore d’outils numériques sur des terrains variés.

10Puis, le terrain est également « un lieu reconfiguré par la recherche : il est toujours un espace intersémiotique, mais borné cette fois par les contraintes théoriques et empiriques une fois que celles-ci sont confrontables au terrain comme unité socialement pertinente. Le découpage nécessite d’assumer une part de responsabilité dans la fixation arbitraire de ce qui en fait partie et de ce qui lui est extérieur. » (Le Marec, 2002). Si l’outillage peut se répéter d’une recherche à l’autre, les choix d’une méthode hors ligne pour collecter, observer, analyser ou interpréter sont singuliers au terrain du chercheur, car ils constituent « le milieu » permettant de se relier à l’objet et « la médiation » pour agir, penser cet objet (Bachimont, 2015). Les disciplines représentées dans ce numéro (ethnographie, sciences de l’information et de la communication, sciences du sport, science politique, sociolinguistique...) montrent justement diverses parts de responsabilités et des enjeux différents quant à la combinaison des approches en ligne et hors ligne pour les terrains envisagés.

11Enfin, le terrain est « un espace imaginaire pour la conceptualisation des composites, c’est-à-dire comme re-conceptualisation de la séparation et de l’articulation entre le terrain comme “unité” complexe organisée par l’approche communicationnelle des phénomènes sociaux et l’objet de recherche construit à travers ce terrain. » (Le Marec, 2002 : 56). Cette dernière dimension du terrain vient particulièrement en résonance dans les situations relevées par les auteur.es de ce numéro qui se retrouvent de fait fortement impliqué.es dans les situations de communication propres à leur processus de recherche (par exemple, via l’usage d’un compte personnel sur un réseau social numérique). Cette condition pour faire science implique in fine une réflexivité quant à leur propre identité numérique.

12Cette conception du terrain (non exclusive à celui qui serait en ligne ou numérique d’ailleurs) dépasse donc largement l’utilisation courante du substantif visant à qualifier uniquement le lieu physique où se déroule une enquête. Ce numéro illustre au contraire l’épaisseur et la dynamique des corpus composites pour lesquels il n’y aurait plus un terrain, mais des terrains combinant de façon aléatoire les méthodologies traditionnelles, hybrides, en ligne ou numériques et amenant le chercheur à faire des allers-retours constants entre données empiriques et conceptualisation.

13Ainsi, proposons-nous trois axes de réflexion :

Axe 1 : le recours à des méthodes en ligne pour des terrains hors ligne en SHS et les limites de ces approches

14En quoi et dans quelles conditions l’articulation et l’hybridation des méthodes en ligne et hors ligne pourraient être heuristiques pour s’approcher d’une « réalité » en question ? Par exemple, comment appréhender les spécificités de l’entretien à distance ou encore du questionnaire en ligne ? Dans son article, Irène Despontin-Lefèvre apporte justement une réflexion méthodologique à partir des théories sur les savoirs situés, d’observations en/hors ligne réalisées sur le collectif féministe #NousToutes. À ce titre, le choix sémantique de l’auteure d’associer systématiquement « en/hors ligne » tend justement à rendre compte à la fois de la labilité de tels terrains de recherche, de la porosité des frontières, et de l’importance de mettre à distance l’« exposition située » du chercheur-e dans les processus de production de la recherche.

15Par ailleurs, pour comprendre « de quoi les personnes (n)ostalgiques de la RDA se souviennent et comment négocient-elles leurs souvenirs dans les réseaux socionumériques ? » (à partir du hashtag #ostalgie), Katharina Niemeyer, Olga Siebert, Maria Silina ont dû construire une méthodologie croisée en ligne et hors ligne. Au-delà d’interroger cette hybridité des terrains, les auteures originaires d’Allemagne de l’Ouest, de la Pologne ou encore de la Russie, assument également leur part de subjectivité à « lire entre les lignes » des discours des individus qu’elles rencontrent ou dont elles observent les échanges en ligne.

16Quelles sont les difficultés techniques spécifiques pour des corpus composites (Le Marec, 2002) en et hors ligne ? Comment et pourquoi (pour quoi) réfléchir à des pratiques plus ou moins invisibilisées impliquant le Web, comme la constitution d’un réseau d’enquêté.e.s ou le contact avec un terrain géographiquement éloigné par les réseaux sociaux ? En partant de ses propres terrains d’étude, notamment à l’Assemblée nationale française entre 2007 et 2019, Jonathan Chibois revient justement sur la nécessité d’adopter une posture réflexive quant à son identité numérique, d’autant plus lorsque celle-ci s’inscrit dans des sociabilités mouvantes. En effet, l’anthropologue politique rend compte de la façon dont cette modalité de l’identité permet à la fois de contourner des rigidités de certaines règles de sociabilité établies notamment au cœur d’une institution telle que l’Assemblée nationale et in fine de réfléchir d’un point de vue éthique et épistémologique à la production des savoirs. Son article propose ainsi des clés méthodologiques par exemple, dans la mise en place systématique d’un “compte-rendu du chercheur depuis un point de vue situé”.

17Quels rapprochements sont à opérer entre des usages traditionnels et d’autres spécifiques aux outils et aux services numériques (RSN, témoignages, commentaires, partage de documents) ? Gaëlle Ronsin questionne ainsi le fait que l’originalité de son terrain (la chasse aux phoques dans l’archipel des Îles-de-la-Madeleine) a imposé de fait une partie de la démarche scientifique en ligne. En effet, son objet de recherche ne suppose pas a priori de constituer un terrain en ligne, pourtant, pour construire des relations d’enquête en complément de méthodes hors ligne (ethnographie), l’auteure s’est retrouvée à utiliser Facebook, principal outil de communication entre insulaires.

18D’autres questionnements émergent des exemples apportés par les contributeurs cités ci-dessus : comment archiver, traiter la profusion de données par exemple de fils de discussions en ligne, et faire avec une multiplication des niveaux d’analyse ? Dans quelle mesure peut-on identifier des effets sur la conduite des recherches et/ou les résultats produits ? Toutes ces questions reviennent à interroger non seulement la posture épistémique du chercheur en SHS à l’aune du numérique, mais aussi le statut du terrain, du corpus et du document scientifique et les glissements à l’œuvre.

Axe 2 : Les outils innovants et méthodes interdisciplinaires dans les protocoles de recherche SHS

19Certains chercheurs en SHS mobilisent désormais de nouveaux outils à la fois pour les aider dans la récolte de nouvelles données et/ou pour compléter leurs méthodes d’analyse de terrains hors ligne (dispositifs de collecte et de visualisation de données, système d’eye-tracking, tests en réalité virtuelle, capteurs d’émotions, logiciel de modélisation...). Les auteurs de ce numéro interrogent la place et le rôle de ces innovations dans les protocoles de recherche.

20Dans l’article de Michael Phomsoupha et al., la question de l’évolution des outils dans la collecte et l’analyse de données sur la pratique sportive est centrale. Ils pointent les performances et limites du dispositif technologique qui impactent la qualité et la quantité de données collectées comme dans l’exemple des capteurs contraignant les mouvements du sportif ou ceux moins performants dans certains environnements. Cet article montre à quel point cette question de la faisabilité technique sur le terrain influe sur le protocole en lui-même. Ces contraintes liées à la performance, mais aussi au coût et à l’encombrement parfois de certains dispositifs sont contournées par des applications smartphones plus maniables et couplant des fonctionnalités remplaçant ainsi plusieurs outils. L’accessibilité et la masse des données collectées ont un impact sur la manière de se relier au terrain pour le chercheur, mais aussi pour le professionnel qui oscille entre objectivation de sa pratique par les données et approche sensible liée à son expérience.

21Se pose alors la question de leurs apports et leurs limites pour le travail du chercheur dans des cas pratiques (Cocco C., Dessart G., 2018), notamment dans les protocoles interdisciplinaires associant mathématique, informatique, sciences de l’ingénieur, pour la collecte, le traitement, l’interprétation des données numériques. Lucie Loubère montre l’aspect facilitateur des applications Web pour le chercheur en SHS. L’auteure analyse plus spécifiquement l’API de twitter qui permet d’explorer plus facilement les modes d’organisation et d’interaction d’un mouvement social comme les Gilets jaunes sur la plateforme sans disposer de toute l’expertise en informatique pour extraire ces données. Cependant, l’article montre précisément la nécessité d’intégrer dans la méthodologie du chercheur l’analyse de son outillage numérique parfois très présent et peu transparent. L’échantillonnage par exemple est orienté par le fil d’actualité du chercheur et la limitation du nombre de tweets pouvant être collecté. Les données extraites, les visualisations de l’API sont dépendantes des indicateurs, variables définies au sein de l’application.

22Les auteurs précisent tous la nécessité d’inter-relier l’analyse sur le Web avec le terrain hors ligne des pratiques et mouvements sociaux. En quoi cette explicitation entre des protocoles de recherche numériques et innovants et des théories épistémologiques sous-jacentes (par exemple empirisme, constructivisme, herméneutique, socioconstructivisme, systémique, etc.) pourrait-elle permettre de gagner en réflexivité en ce qui concerne des impensés enfouis dans telle ou telle approche méthodologique ? Ces données numériques apportent-elles une connaissance nouvelle ou confirment-elles « statistiquement ce que l’on sait déjà » et « comment retrouver dans les traitements effectués sur les données l’humanité des faits examinés ? » (Bachimont, 2015).

23Des solutions sont à envisager pour « resocialiser les traces d’activités numériques » (Ouakrat et Mesangeau, 2016). Ce couplage en ligne-hors ligne apparaît comme essentiel à la compréhension d’un groupe social comme celui étudié dans l’article de Julien Mesangeau et Céline Morin, la manosphère, communauté antiféministe. Ils mettent en évidence “le continuum hors ligne-en ligne” de la construction de ce contre-public. L’intérêt de l’étude réside dans une démarche méthodologique qui articule une technique de visualisation de « données numériques » (commentaires de clips YouTube), une analyse du discours et une approche ethnographique. Les auteurs identifient ainsi comment le discours social s’inscrit « dans une économie relationnelle que l’architecture même des réseaux sociaux rend atypique » en définissant le rôle et la place de membres “intermédiaires” dans la construction de cette communauté.

Axe 3 : Les questions éthiques liées à la spécificité des données numériques et à la posture épistémique du chercheur

24Quelles grandes questions éthiques soulèvent la masse des données numériques et leur traitement ? Que faire de la question du consentement dans la récupération de données numériques à l’insu d’enquêtés et quelles conséquences sur la posture du chercheur ? En effet, dans le cas d’une hybridation des méthodes (axe 1), comment croiser les questions du consentement et de la confiance établie entre enquêtés et chercheur ? Guillaume Latzko-Toth et Serge Proulx soulignaient d’ailleurs « l’ambivalence du statut privé ou public » (Latzko-Toth et Proulx, in Barats, 2013 p.41) des écrits recueillis sur le Web. Que faire de la question du « droit à l’oubli » sur Internet, qui semble impliquer la capacité pour tout acteur de retirer ses traces numériques ? Face à cette production exponentielle de métadonnées, comment celles-ci pourraient-elles être mieux ciblées, maîtrisées et analysées, notamment devant les enjeux écologiques actuels (Cirac Claveras et Gossart, 2015) ?

25Ainsi, les auteurs Nicolas Béchet, Nathalie Garric, Gudrun Ledegen et Frédéric Pugnière-Saavedra proposent, dans leur article, un « questionnement réflexif et méthodologique autour d’un corpus sensible recueilli en ligne ». En effet, à partir d’une archive constituée des données discursives issues d’un Webchat dans l’acte « conseil », ils cherchent à construire un corpus qu’ils ont soumis par la suite à une analyse textuelle multicritère. Pour ce faire, ils effectuent le croisement entre l’approche des sciences du langage et celle de l’informatique. Ici, en posant d’emblée dans la problématisation de leur étude des interrogations pertinentes, telles que « comment des données brutes constituées ‘en archive’ deviennent-elles un objet de recherche moyennant un respect de l’anonymat, d’un engagement de non-diffusion, ni du corpus, ni d’une conversation intégrale ? comment le chercheur appréhende-t-il un corpus sensible (Paveau et Péréa 2012) à l’élaboration duquel il n’a pas participé et quel type d’expertises peut-il mener ? comment le chercheur construit-il son objet de recherche pour répondre à une demande applicative de l’association ? », ces auteurs soulèvent « un questionnement éthique » significatif auquel leur travail tente d’apporter des éléments de réponse intéressants.

26Pour sa part, Anaïs Théviot se propose, dans son article intitulé « Confinement et entretien à distance : quels enjeux méthodologiques », de questionner le recours aux entretiens semi-directifs à distance (France/États-Unis), effectués sur des dispositifs tels que sur Zoom, Skype, par téléphone et par chat sur Messenger, dans le contexte singulier du confinement en raison de la pandémie de Covid-19. En effet, au-delà d’un questionnement méthodologique fondamental portant sur l’entretien à distance, Anaïs Théviot propose un regard profondément éthique, mais en oblique, dans l’usage de ce dispositif d’investigation : comment dire la vérité sur son identité de chercheur si cela l’empêche d’entrer en contact avec les enquêtés potentiels ; comment assurer leur anonymat, etc. Une invitation à la réflexivité par le biais d’un récit de recherche singulière, comme l’assume l’auteure, en outre dans un contexte singulier de pandémie, mais aux enjeux épistémologiques et éthiques plus généraux.

27En guise de conclusion à cette introduction et en préambule à la lecture des contributions, nous nous risquons enfin à inscrire la question des méthodes de recherche dans la catégorie des « arts de faire », chers à Michel de Certeau (1990). À la liste des pratiques ordinaires et quotidiennes des consommateurs contemporains telles que parler, lire, circuler, faire le marché ou la cuisine (Certeau, 1990 : 157), pourrait donc s’ajouter celle des pratiques aussi ordinaires des chercheurs « sur le terrain » ou ailleurs : se présenter, enquêter, observer, analyser, etc. Ainsi, ils s’engagent dans un « art de faire » qui cherche à faire face à la tension inévitable entre « ce que font les chercheurs aux méthodes ? » et « que font les méthodes aux chercheurs ? ». Ayant un recours obligé aux « tactiques », à la « ruse », aux « bricolages » pour naviguer entre le en ligne et le hors ligne, entre l’ordre épistémique et l’ordre éthique, les chercheurs ne sont-ils pas aussi ces figures de « braconniers » pratiquant la « tactique », qui, dépourvue d’un lieu propre, et « dépend du temps » est « vigilante à y saisir au vol des possibilités de profit » pour « constamment jouer avec les événements pour en faire des occasions » (Ibid : 156) ? Cette « intelligence du quotidien » des chercheurs leur fournira, comme le donnent à voir les travaux de recherche de ce numéro, une inventivité, mais aussi une vigilance, pour résister à la fois aux illusions de la scientificité par la machine numérique et aux angoisses machinistes du recours au chiffre, aux data, à la formalisation, ce que Michel de Certeau a tenté de montrer dans sa réflexion sur l’épistémologie de l’histoire (Certeau, 1975).

Haut de page

Bibliographie

Bachimont B. (2015), « Le numérique comme milieu : enjeux épistémologiques et phénoménologiques. », Interfaces numériques, 4, 3, 385-402.

Barats C., dir. (2013), Manuel d’analyse du Web en sciences sociales, Paris, A. Colin, coll. « U ».

Bourdeloie H. et Douyère D. dirs, (2014), Méthodes de recherche sur l’information et la communication. Regards croisés, Paris, Mare & Martin, coll. MediaCritic.

Bourdeloie H. (2013), « Ce que le numérique fait aux sciences humaines et sociales », tic&société 7, 2. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/1500

Cardon D., Fouetillou G., Lerondeau C. et Prieur C. (2011), « Esquisse de géographie de la blogosphère politique (2007-2009) », dans Greffet F. (dir.), Continuerlalutte.com, Les partis politiques sur le Web, Paris, Presses de Sciences Po, p. 73-94.

Cirac Claveras G. et Gossart C. (2015), « Enjeux et perspectives des données environnementales massives », Terminal, 117, 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015. URL : http://journals.openedition.org/terminal/1062 ; DOI : 10.4000/terminal.1062

Cocco C., Dessart G., Serbaeva O., Brandt P. Y., Vinck D. et Frédéric D. (2018), « Potentialités et difficultés d’un projet en humanités numériques (DH) : confrontation aux outils et réorientations de recherche », Digital Humanities Quarterly, 12, 1.

Combes H. (2011), « Observer les mobilisations », Introduction, Politix, 93, p. 7-27.

Cormerais F., Le Deuff O., Lakel A. et Pucheu D. (2016), « Les SIC à l’épreuve du digital et des Humanités : des origines, des concepts, des méthodes et des outils », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 8. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/1820.

Curapp coll. (2000), Les méthodes au concret. Démarches, formes de l’expérience et terrains d’investigation en sciences politiques, Paris, Presses universitaires de France.

De Certeau M. (1990), L’Invention du quotidien. Tome 1. Arts de faire, Gallimard.

De Certeau M. (1975), L’Écriture de l’histoire, Gallimard.

Dubois V. (2005), « L’écriture en sociologie : une question de méthode négligée », Transversale, 1, p. 208-217.

Garcia G. et Haegel F. (2011), « Introduction », Revue française de science politique, 61, 3, p. 391-397.

Haegel F. et Duchesne S. (2008), L’enquête et ses méthodes : l’entretien collectif, Paris, A. Colin, coll. « 128 ».

Latzko-Toth G. et Proulx S. (2013), « Enjeux éthiques de la recherche sur le Web » dans Barats, C. (dir.), Manuel d’analyse du Web en sciences sociales, Paris, A. Colin, coll. « U ».p. 32-48.

Le Marec J. (2002), Ce que le terrain fait au concept, Vers une théorie des composites. Mémoire d’habilitation à diriger le recherches, Université de Paris VII - Denis Diderot.

Marcoccia M. (2016), Analyser la communication numérique écrite, Paris, A. Colin, coll. Icom. Série Discours et communication.

Ouakrat A. et Mésangeau J. (2016), « Resocialiser les traces d’activités numériques : une proposition qualitative pour les SIC », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 8. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/1795.

Pastinelli, M. (2011). Pour en finir avec l’ethnographie du virtuel ! Des enjeux méthodologiques de l’enquête de terrain en ligne. Anthropologie et sociétés, 35(1-2), 35-52.

Plantin J.-C. et Monnoyer-Smith L. (2014), « Ouvrir la boîte à outils de la recherche numérique », tic&société 7, 2. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/1527.

Proulx S. et Rueff J. (2018), Actualité des méthodes de recherche en sciences sociales sur les pratiques informationnelles, Québec, Centre d’études sur les médias, Université Laval.

Rébillard F. (2011), L’étude des médias est-elle soluble dans l’informatique et la physique ? À propos du recours aux digital methods dans l’analyse de l’information en ligne, Questions de communication, 20, 353-376.

Stiegler B. (2014), « Pharmacologie de l’épistémè numérique », dans Stiegler B. (dir.), Digital Studies, Organologie des savoirs et technologies de la connaissance, Fyp Editions, p. 13- 26.

Haut de page

Notes

1  À titre d’exemple, « Mondes numériques : nouvelles perspectives de la recherche », numéro thématique de la revue Tic& Société, vol. 7, 2013 ; « Épistémologies digitales des sciences humaines et sociales », n° 2, 2014 de la revue Sciences/Lettres ; « Le tournant numérique... et après ? », n° 4, 2015 revue Socio.

2  La publication récente du rapport « Actualité des méthodes de recherche en sciences sociales sur les pratiques informationnelles » (novembre 2018) par Serge Proulx et Julien Rueff témoigne encore de cet impératif scientifique de réfléchir sur les « défis méthodologiques et épistémologiques » de l’étude « des manières de s’informer » dans « un contexte d’instabilité » lié au numérique.

3  Proposée dans les travaux de Richard Rogers (cité par Plantin et Monnoyer-Smith, Ibid.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anh Ngoc Hoang, Claire Mahéo, Sandra Mellot, Julie Pasquer-Jeanne et Anaïs Theviot, « Explorer les méthodes en ligne pour des terrains hors ligne »Terminal [En ligne], 129 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2021, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/terminal/7374 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.7374

Haut de page

Auteurs

Anh Ngoc Hoang

Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université́ Catholique de l’Ouest-Angers, membre du Centre de recherche Humanités et Sociétés (CHUS- UCO), membre associé du GRIPIC (CELSA-Paris Sorbonne - EA 1498), thomas.hoang@uco.fr

Claire Mahéo

Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université́ Catholique de l’Ouest Bretagne Sud, membre du PREFICS, EA7469 (UBS-Rennes 2), membre associé du Centre de recherche Humanités et Sociétés (CHUS- UCO), cmaheo@uco.fr

Sandra Mellot

Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université́ Catholique de l’Ouest Nantes, membre du Centre de recherche Humanités et Sociétés (CHUS- UCO), smellot@uco.fr

Julie Pasquer-Jeanne

Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université́ Catholique de l’Ouest Bretagne Sud, membre du PREFICS, EA7469 (UBS-Rennes 2), membre associé du Centre de recherche Humanités et Sociétés (CHUS- UCO), jpasquer@uco.fr

Anaïs Theviot

Maître de conférences en Science Politique, membre d'ARENES (UMR 6051 - université Rennes1) et membre associé que Centre de recherche Humanités et Sociétés (CHUS- UCO), anais.theviot@uco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search