Navigation – Plan du site

AccueilNuméros130Communs numériques : une nouvelle...Entre « communautés des contribut...

Communs numériques : une nouvelle forme d’action collective ?

Entre « communautés des contributeurs » et « société des usagers », les communs de masse

Le cas de Wikipédia
Léo Joubert

Résumés

Cet article interroge les effets sociologiques de la massification d’un commun à partir de l’analyse de la version francophone de Wikipédia. Nous utilisons notamment l’enquête « Wikipédia 2015 » réalisée par le GIS Marsouin en mars 2015 auprès des lecteurs et des contributeurs de Wikipédia. Nous développons un modèle d’analyse sociologique fondé sur une distinction entre la « communauté des contributeurs », rassemblant les participants à la production et la régulation de Wikipédia, et la « société des usagers », ensemble d’acteurs hétérogènes plus ou moins proches et favorables au commun wikipédien. Cette structure duale constitue, davantage que la référence à la non-rivalité de la ressource, une piste d’adaptation du modèle ostromien des communs au cas particulier des communs de masse.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Mis en ligne au début des années 2000, Wikipédia est aujourd’hui l’un des sites web les plus consultés du web. Né dans une relative confidentialité, le wiki a rapidement fait l’objet d’un processus de massification. Massification, d’abord, de ses contributeurs qui ont participé en nombre à la rédaction d’un corpus encyclopédique aujourd’hui devenu aussi populaire que contesté (Moatti, 2015 ; Sahut, 2014). Massification, ensuite, de ses usagers suite au développement de l’internet à haut débit en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord. Dans cet article, nous nous intéresserons plus spécifiquement à la version francophone de Wikipédia à l’aune de la question de recherche suivante : quels sont les effets sociologiques de la massification d’un commun ?

2Récompensée du prix de la banque de Suède en l’honneur d’Alfred Nobel en 2009, Elinor Ostrom a ouvert un sillage dans les sciences sociales en proposant un cadre analytique pour l’analyse des « biens communs » (Ostrom, 1990). Ces biens, ni « privés » ni « publics », sont gouvernés par une communauté au sein de laquelle les droits de propriété de la ressource commune (common pool ressource) sont distribués. Institutionnaliste, l’économie d’Ostrom repose sur une distinction entre les règles et la ressource. S’opposant à une posture naturaliste établissant un lien de nécessité entre gouvernance du bien et ses caractéristiques physiques, Ostrom part du principe qu’aucun bien n’est par essence public, privé ou commun. Au contraire, la définition économique d’un bien découle d’un processus social, historique et politique que l’économie a vocation à formaliser. Centrée sur les communs, la démarche ostromienne montre que la gouvernance commune s’avère parfois être le mode de distribution des droits de propriétés, non seulement le plus juste, mais aussi le plus efficace. À la suite de nombreux travaux, compilés et complétés notamment par Cardon et Levrel (2009) en français, il est aujourd’hui clairement établi que la gouvernance wikipédienne suit la logique ostromienne.

3La distinction entre les « communs fonciers », sur lesquels Ostrom (1990) a d’abord construit son cadre d’analyse, et les « communs de la connaissance » - dont les « communs numériques » sont un cas particulier - sur lesquels elle a travaillé ensuite (Hess & Ostrom, 2007) repose habituellement sur une différence entre les propriétés de la ressource commune. Dans le cas « foncier », la ressource est rivale, c’est-à-dire que la consommation d’une unité la raréfie. C’est le cas de l’eau d’un lac, de l’herbe d’un pâturage, du minerai d’une mine, etc. Dans le cas « numérique », la ressource n’est pas rivale et généralement désignée sous le label, sans doute trop générique, d’information. C’est bien le cas de Wikipédia, puisque la lecture d’un article d’encyclopédie ne raréfie pas la ressource.

4Cette distinction ne nous apparait pas suffisante. D’abord, parce qu’elle renoue plus ou moins explicitement avec le naturalisme rejeté par Ostrom. Les communs « numériques » devraient être gouvernés différemment des communs « fonciers », car leurs ressources présentent des caractéristiques physiques différentes. Ce point ne poserait pas nécessairement problème s’il n’oblitérait pas le regard sur ce qui, véritablement, attribue aux communs numériques leurs spécificités. Au contraire, nous défendrons dans cet article l’idée que la gouvernance de Wikipédia a commencé à différer de la gouvernance d’un commun foncier au moment de l’augmentation du nombre de ses usagers, de celui de ses contributions et de la taille de sa ressource.

5Dans un premier temps, nous verrons quand la massification est apparue dans l’histoire wikipédienne, ainsi que deux exemples illustrant les conséquences sociales de la massification. Ces conséquences vont nous amener, dans un second temps, à considérer les caractéristiques sociales de l’usager à côté de celles du contributeur. Nous aboutirons alors à la distinction entre deux formes d’engagement dans le commun de masse : l’engagement « par la familiarité » et « par la contribution ». Nous verrons enfin, dans un troisième temps, comment ces engagements individuels se cristallisent dans des formes collectives respectivement assimilables à une « société des usagers » et à une « communauté des contributeurs ».

Encadré 1. Méthodologie.

Nous nous appuierons principalement sur la base de données issue de l’enquête Wikipédia 2015, menée par le groupement d’intérêt scientifique (GIS) Marsouin. Cette base nous a été mise à disposition dans le cadre de la politique de diffusion ouverte des données, telle qu’adoptée par ce GIS. Cette base est issue de la passation d’un questionnaire, pendant le mois de mars 2015, dont le lien était disponible sur la page d’accueil de la version francophone de Wikipédia.

Il nous a été nécessaire de réaliser deux traitements préalables. Le premier a permis de prendre la mesure du biais de non-réponse introduit par le mode de passation. En effet, si la distribution d’un questionnaire par la page d’accueil de Wikipédia garantit un grand nombre de répondants, aucun contrôle ne peut être réalisé pour que cette passation respecte un plan de sondage clair.

Après vérification, les répondants formant l’échantillon sont plus masculins, plus diplômés et plus jeunes que l’internaute français moyen. Pourtant, sous hypothèse que chaque internaute actif durant le mois de mars 2016 visite au moins une fois la page de Wikipédia, nous aurions pu attendre que l’échantillon et cette population présente une structure comparable. Les différences de composition nous apparaissent, dès lors, comme des défauts de structure que nous avons essayé de corriger au mieux à l’aide d’un redressement détaillé dans l’annexe 1.

Un deuxième traitement, pratiqué sur l’échantillon redressé, visait à imputer les valeurs manquantes dans l’ensemble des variables que nous utiliserons dans cet article. Cette imputation nous a semblé nécessaire, car, si la proportion de valeurs manquantes ne dépassait pas plus de 3 % pour chacune des variables, la plupart des individus présentant une valeur manquante n’en présentaient qu’une seule. Retirer chaque individu présentant une valeur manquante revenait donc à retirer 3 % de l’échantillon multiplié par le nombre de variables. L’imputation, réalisée à l’aide d’un algorithme de forêts aléatoires (random forest) et présentée dans l’annexe 2, permet de contourner ce problème.

La massification d’un commun

6L’expression « commun de masse » sous-entend que le commun en question s’est trouvé, à un moment de son histoire, massifié. Plusieurs indicateurs sont possibles pour rendre compte de la taille de l’ensemble des contributeurs, de celui des usagers ou de la taille de la ressource. La Figure 1 montre l’exemple du nombre de contributions par mois qui se trouve être un indicateur intermédiaire entre ces trois types de massification. En effet, la mobilisation de nombreux contributeurs autour de la production d’une ressource non rivale est quasi mécaniquement la massification de la ressource commune. De plus, tout laisse penser que les contributeurs sont d’abord arrivés à la contribution par un usage, le nombre de contributeurs étant donc positivement corrélé avec le nombre d’usagers.

Figure 1. Évolution du nombre de contributions en fonction du temps

Figure 1. Évolution du nombre de contributions en fonction du temps

Source : Wikimedia Statistics

7L’évolution du nombre de contributions laisse apparaitre une coupure nette au moment de l’année 2007. Auparavant, Wikipédia est certes un commun reposant sur la production d’une ressource non rivale, mais la suite de son histoire montre qu’il est loin d’avoir atteint le plein potentiel de sa massification. Deux périodes gagnent donc à être découpées pour comprendre ce processus. La première, entre la mise en ligne et 2007, est celle de la constitution du commun ; c’est-à-dire de la formulation des principales règles de la mise en place des premiers mécanismes de surveillance. La seconde, après 2007, est celle de la massification du commun – donc, de l’apparition de nouveaux problèmes suscitant la formulation de nouvelles règles.

8Les principales règles formulées avant 2007 sont aujourd’hui connues sous le nombre de « principes fondateurs ». Ils sont au nombre de cinq :

  • Wikipédia est une encyclopédie. Ce principe défini Wikipédia dans la droite ligne de son histoire et de son étymologie (Rey, 2007). Le corpus wikipédien est un cercle (cyclo), avec son centre, sa circonférence et son périmètre délimité par l’ensemble des connaissances dignes d’être transmises (paedia).

  • Wikipédia recherche la neutralité de point de vue. Cette règle exclut les contributions « biaisées » au profit de contributions « neutres », cette neutralité étant atteinte par la citation de sources externes intégrées dans les notices pour appuyer un propos descriptif.

  • Wikipédia est publiée sous licence libre. Ce régime juridique de publication garantit le caractère commun de la ressource en écartant la propriété privée, ainsi que l’usage par les contributeurs de ressources qui ne seraient pas, elles aussi, sous licence libre.

  • Wikipédia est un projet collaboratif qui suit des règles de savoir-vivre. Ce principe oppose la polémique, portant sur les personnes, aux controverses, portant sur les arguments. Il proclame la supériorité des secondes dans les délibérations wikipédiennes.

  • Wikipédia n’a pas d’autres règles fixes. Aucun principe ne peut être ajouté aux quatre précédents, ce qui permet de considérer la proclamation de ces règles comme un véritable acte de constitution. La proclamation d’autres règles découlera nécessairement d’une discussion cadrée par les principes précédents.

9Ces cinq principes vont constituer, au fil du temps, une matrice institutionnelle pour la constitution de Wikipédia. Le dernier est peut-être le plus crucial, car il permettra plus tard aux différents acteurs de contribuer au travail normatif d’élaboration de règles de plus en plus précises (Beschastnikh, Kriplean, & McDonald, 2008 ; Cardon & Levrel, 2009 ; Forte & Bruckman, 2008), car de plus en plus ajustées à un contenu toujours plus divers. Ce faisant, ce système de cinq principes maintient un équilibre dynamique particulièrement robuste entre participation des novices et règlementation des modes de production du corpus (Joubert, 2019).

10À partir de l’année 2007 vont apparaitre des règles nettement plus précises dont il est impossible de donner un inventaire exhaustif ici. Nous nous attarderons cependant sur deux exemples illustrant combien l’augmentation du nombre de contributeurs amène avec elle l’arrivée et la prise en compte de nouveaux problèmes.

11Le premier exemple est celui des critères d’admissibilité de tel ou tel article. Entre 2007 et 2012 va se déployer sur Wikipédia une vaste controverse entre deux ensembles de contributeurs. D’un côté, les « inclusionnistes » sont partisans d’un très fort élargissement du corpus y compris à des notices qui n’auraient clairement pas eu leur place dans une encyclopédie classique. D’un autre côté, les « suppressionnistes » sont, quant à eux, partisans d’une sélection forte des notices dignes d’être présentes dans le corpus. Cette sélection serait exercée sur le modèle de celle prévalant dans les encyclopédies classiques.

12Cette controverse va être particulièrement dure, car elle va se répercuter pendant plusieurs années à chaque fois que la question de la suppression d’une notice va se poser. Évidemment, le nombre de d2bats portant sur la suppression d’une notice est strictement proportionnel au nombre de notices créées, lui-même lié au nombre de contributeurs en activité. Au fil de la massification, les deux camps vont donc évoluer entre durcissements et assouplissements de leurs positions respectives, jusqu’à ce qu’un ensemble de règles stabilise des consensus locaux sur les critères d’admissibilité. Voilà pourquoi il existe aujourd’hui, 8 ans après la mise en sommeil de cette controverse, un corpus de règles très précises portant sur l’admissibilité d’objets aussi divers que les différents vignobles, joueurs de football, universitaires, œuvres d’art ou actrices pornographiques. La différenciation des règles, puisqu’elle est une conséquence de l’adaptation des règles aux contraintes locales de production, est un produit de la massification de Wikipédia.

13Le deuxième exemple illustrant les effets de la massification est celui des règles encadrant les contributions explicitement rémunérées par un prestataire. La massification du commun, synonyme d’une exposition plus forte des pages, va augmenter d’autant l’intérêt porté par une organisation à la rédaction de « sa » notice. Ainsi, de nombreux contributeurs nouveaux et anciens vont réaliser des contributions contre rémunération. Rapidement, ces pratiques vont être fortement contestées par des contributeurs argüant que le principe de la « neutralité de point de vue » peut difficilement être respecté par un contributeur rémunéré par un prestataire pour améliorer son image. Face à cela, ceux que l’on nommera désormais des « contributeurs rémunérés » vont répondre que leurs contributions comme celles des autres sont publiques et peuvent donner lieu à vérification systématique.

14Cette deuxième controverse va déboucher sur la conception, autour de 2007, d’un ensemble de recommandations. La principale est matérialisée par une procédure visant à expliciter sur une page de profil les prestataires rémunérant ou ayant rémunéré le contributeur, et pour quelles contributions. Cette transparence est censée permettre aux détracteurs des contributions rémunérées de surveiller davantage les contributeurs en question, tout en permettant à d’éventuels mis en cause de se défendre publiquement.

  • 1 Nous rejoignons en cela les nombreuses études montrant qu’un grand nombre de consultations sur une (...)

15Mais, surtout, l’évolution règlementaire de Wikipédia répond à un changement majeur du statut du corpus. Rédigé par une petite communauté et utilisé par un nombre résiduel d’usagers, le corpus n’est pas pris avec la même intensité dans les enjeux suscités par une encyclopédie de référence. C’est pourtant ce qu’il va devenir à l’orée de 2007. L’usage de masse qui en découle alors va imposer l’admissibilité des notices et les conflits d’intérêts de différents contributeurs comme des problèmes urgents à résoudre. Autrement dit, 2007 est un moment où les usagers imposent aux contributeurs une logique de responsabilité1. Voilà pourquoi il nous semble nécessaire, pour éclairer l’engagement des acteurs dans le commun, de considérer aussi bien l’usager que le contributeur.

L’usager et le contributeur : deux formes singulières d engagement

16L’enquête Wikipédia 2015 se déroule en mars 2015, c’est-à-dire à un moment où la massification de Wikipédia est pleinement réalisée. Les réponses au questionnaire devraient donc permettre de saisir à la fois les déterminants de l’engagement en tant qu’usager et en tant que contributeur.

Objectiver l’usage et la contribution

17Déterminer si un répondant est un « contributeur » admet plusieurs réponses possibles en fonction du seuil que l’on choisit. Les réponses à la question « avez-vous déjà fait une modification, une contribution, sur Wikipédia ? » (cf. Tableau 1) illustrent cette difficulté méthodologique. Étant conscients de la part d’arbitraire qui réside dans ce choix, nous avons considéré qu’un répondant ayant contribué au moins une fois est un contributeur. À partir des réponses à la question, nous construisons donc une variable dichotomique.

Tableau 1. Tri à plat des réponses à la question « avez-vous déjà fait une modification, une contribution, sur Wikipédia ? » et construction d’une indicatrice indiquant si le répondant est un contributeur ou un usager

Question « Avez-vous déjà fait une modification, une contribution, dans Wikipédia ? »

Jamais

C’est déjà arrivé, une ou deux fois.

Quelques fois, pas régulièrement

Vous contribuez régulièrement

Vous vous considérez comme un gros contributeur

Total

9013
(74,0 %)

1837
(15,0 %)

871
(6,9 %)

321
(3,0 %)

144
(1,1 %)

12 186
(100 %)

Variable recodée

Usager

Contributeur

Total

9013
(74,0 %)

3174
(26,0 %)

12 186
(100 %)

Source : Wikipédia 2015, échantillon pondéré.

18La mesure du niveau d’usage est plus complexe. Très riche sur ce point, l’enquête Wikipédia 2015 permet de distinguer des usagers par objectif (vérifier un point, lire intégralement un article…), par thèmes (histoire, science physique…) tous ventilés par fréquence (de « jamais » à « souvent »). Ces items peuvent être mis à contribution pour construire un indicateur de fréquence d’usage particulièrement robuste, puisqu’il tient compte de dimensions variées.

19Le sujet qui nous occupe se laisse cependant mal appréhender par une logique fréquentiste, car l’intensité de l’usage n’est pas nécessairement associée à une proximité avec le commun. Comme nous l’avons évoqué en introduction en rappelant la démarche d’Ostrom, les règles sont peut-être la composante la plus fondamentale d’un commun. C’est donc par la connaissance de ces règles que nous avons choisi de quantifier l’engagement d’un usager. Nous avons pour cela mobilisé les cinq items présentés dans le Tableau 2.

Tableau 2. Items utilisés pour la construction d'un score de connaissance du fonctionnement wikipédien.

Item

Bonne réponse

 % de bonne réponse (effectif)

Tous les gens qui contribuent sont rémunérés

Faux

77 % (9 405)

N’importe qui peut écrire un article

Vrai

76 % (9243)

N’importe qui peut modifier un article

Vrai

70 % (8 497)

Les articles sont toujours écrits par des experts

Faux

79 % (9 631)

Les articles sont toujours vérifiés par des experts

Faux

31 % (3 744)

Source : Wikipédia 2015, échantillon pondéré.

20Pour chacun des individus, nous avons attribué un point si l’individu donnait la bonne réponse, zéro point sinon. Une modalité «:je ne sais vraiment pas » était proposée pour chacun des items, que nous avons assimilé à une absence de bonne réponse en lui attribuant également la note de zéro. Nous pouvons ensuite calculer un score de connaissance du fonctionnement de Wikipédia en additionnant toutes ces indicatrices. Le Tableau 3 fait état de la distribution de ce score pour l’ensemble des répondants. Il en ressort que les enquêtés ont globalement un niveau de connaissance assez fort de Wikipédia, puisque 75,1 % d’entre eux ont trouvé au moins 3 bonnes réponses sur 5.

Tableau 3. Distribution du score de connaissance du fonctionnement wikipédien.

Score

0

1

2

3

4

5

Total

 % (effectif)

8,8 %
(1068)

5,6 %
(681)

10,5 %
(1282)

17,6 %
(2150)

34,5 %
(4201)

23,0 %
(2803)

100 %
(12 186)

Source : Wikipédia 2015, échantillon pondéré.

21Connaissance du fonctionnement de Wikipédia et position par rapport à Wikipédia sont liées entre elles, et le Tableau 4 montre sans ambigüités que les contributeurs ont une meilleure connaissance du fonctionnement wikipédien que l’ensemble des usagers.

Tableau 4. Croisement du score de connaissance du fonctionnement de Wikipédia avec la position par rapport au commun

Connaissance du fonctionnement de Wikipédia

Total

Mauvaise
(score inf. à 3)

Bonne
(score sup. ou égal à 3)

Position par rapport à Wikipédia

Usager

50,8 % (4575)

49,2 % (4437)

100 % (9012)

Contributeur

19,1 % (607)

80,9 % (2567)

100 % (3174)

Total

42,5 % (5181)

57,5 % (7005)

100 % (12186)

Khi-deux = 960,4 ; degrés de liberté = 1 ; p-valeur < 0,001

Source : Wikipédia 2015, échantillon pondéré.

22Cependant il reste 4437 répondants (36 % de l’ensemble) qui déclarent n’être qu’usagers tout en ayant une bonne connaissance du fonctionnement wikipédien. Du reste, ces 4437 individus ont une connaissance du fonctionnement wikipédien meilleure que les 607 contributeurs (5 % de l’ensemble) dont les réponses témoignent d’une mauvaise connaissance de Wikipédia. Ces résultats laissent penser à deux formes d’engagement dans Wikipédia : l’engagement par la contribution et l’engagement par la familiarité avec le projet.

Les déterminants de l’engagement wikipédien

  • 2 Parmi les variables classiquement utilisées dans les contextes empiriques comme le nôtre, nous avo (...)

23Nous avons retenu quatre variables décrivant le profil sociodémographique des acteurs et cinq variables décrivant la diversité des engagements. Les quatre variables sociodémographiques sont le sexe, l’âge, le niveau de diplôme et la fréquentation d’un autre contributeur. Nous les avons sélectionnées parmi un ensemble plus large disponible dans l’enquête Wikipédia 2015, après avoir mis en évidence qu’elles étaient celles entretenant l’association la plus forte avec les deux variables que nous mesurions2.

24Les cinq variables décrivant les autres engagements de l’acteur peuvent être divisées en deux groupes. Le premier groupe fait référence à des formes d’engagement nécessitant peu d’effort de coordination de la part de l’acteur. Il s’agit du fait d’avoir déjà donné son sang et du fait d’avoir déjà donné plus de 10 euros à une association. Le deuxième groupe, au contraire, rassemble des engagements demandant un travail de coordination parfois important. Il s’agit du fait d’avoir déjà pris des responsabilités dans une association, déjà participé à un blog ou un forum en ligne ou déjà participé à un projet de production de connaissance en ligne.

25L’annexe 3 présente le croisement descriptif de ces variables, le Tableau 5 présente le résultat de deux modèles logistiques, le premier estimant la probabilité d’avoir contribué au moins une fois, le second la probabilité d’avoir une bonne connaissance de Wikipédia.

Tableau 5. Régressions logistiques modélisant la probabilité de contribuer au moins une fois et cette d'avoir une bonne connaissance de Wikipédia.

Variable

Modalité

Probabilité de contribuer au moins une fois

Probabilité d’avoir une bonne connaissance de Wikipédia

Sexe

Homme

Référence

Référence

Femme

0,40 ***

0,65 ***

Niveau de diplôme

Non-bacheliers

0,61 ***

0,59 ***

Bacheliers

Référence

Référence

Entre bac et bac+2

0,84 *

n.s.

Licence

1,28 **

1,40 ***

Master

1,42 ***

1,70 ***

Plus de master

1,46 ***

1,88 ***

Âge

20 ans et moins

Référence

Référence

Entre 21 et 30 ans

0,69 ***

0,74 ***

Entre 31 et 40 ans

0,62 ***

0,60 ***

Entre 41 et 50 ans

0,53 ***

0,46 ***

Entre 51 et 60 ans

0,44 ***

0,37 ***

61 ans et plus

0,41 ***

0,23 ***

Contributeurs dans l’entourage

Non

Référence

Référence

Ne sait pas

1,32 ***

n.s.

Une personne qui a déjà contribué

2,05 ***

1,95 ***

Au moins un contributeur régulier

2,85 ***

1,21 *

Don du sang

Non

Référence

Référence

Oui

2,56 ***

1,50 ***

Don à une association (plus de 10 euros)

Non

Référence

Référence

Oui

2,20 ***

1,47 ***

Prise de responsabilité dans une association

Non

Référence

Référence

Oui

n.s

n.s

Participation à un blog ou un forum

Non

Référence

Référence

Oui

1,10 *

n.s

Participation à des projets de production de connaissance

Non

Référence

Référence

Oui

n.s

n.s

Effectif

12 186

12 186

AUC

0,74

0,68

Pseudo-R2 de McFadden

0,12

0,08

Déviance du modèle

11 978

14 988

p-Valeur du test de la déviance

***

***

Résultat du test de Homer et Lemeshow

n.s.

n.s.

Grille de lecture : les valeurs des cases sont obtenues en passant à l’exponentielle les coefficients des modèles. Nous obtenons ainsi des rapports de cotes (odds-ratio). Un rapport supérieur à 1 signifie que les individus couverts par la modalité considérée ont une probabilité plus forte que ceux couverts par la modalité de référence. Un rapport inférieur signifie que cette probabilité est plus faible. Les symboles ***, **, * et n.s. témoignent respectivement d’une p-valeur inférieure à 0,001, 0,01, 0, 05 et supérieure à 0,05.

Source : Wikipédia 2015, échantillon pondéré.

26Ces deux modèles permettent de conclure que le profil du contributeur et celui de l’usager averti sont très similaires. Les deux sont plutôt des hommes, soit diplômés du supérieur, soit ayant moins de 20 ans, sachant qu’un accroissement de l’âge vers les tranches supérieures dégrade aussi bien les chances d’être un contributeur que celles d’être un usager.

27Les coefficients attribuables aux variables d’engagement montrent que les contributeurs comme les usagers avertis sont des acteurs préférant les modalités les plus individuelles, nécessitant le moins de coordination. Ce résultat peut paraitre surprenant, tant le commun repose sur une architecture règlementaire imposante que nous avons détaillée en évoquant sa massification. En réalité, ces corrélations statistiques montrent que l’engagement wikipédien – par la familiarité comme par la contribution – est d’abord une aventure solitaire. Les autres ne vont être rencontrés qu’ensuite, au moment où la coordination s’avèrera nécessaire, notamment pour résoudre un problème ou se partager le travail (Dang Nguyen, Dejean, & Jullien, 2017 ; Kittur, Suh, Pendleton, & Chi, 2007). Concevant les règles comme une euristique (De Munck, 2003) visant à répondre  » une exigence de coordination pour résoudre un problème, dans une approche inspirée notamment de l’économie des conventions (Favereau, 1994), il est possible de tenir ensemble ces deux résultats de recherche : une régulation collective extrêmement dense servant d’appui à un engagement perçu comme plutôt solitaire.

28Enfin, la fréquentation d’un contributeur mérite notre attention, car contrairement aux autres cette variable différencie l’usager éclairé et le contributeur. Ainsi, un usager aura d’autant plus de chances de contribuer qu’il compte un contributeur dans son entourage, et que ce contributeur contribue fortement. L’évolution des rapports de cote n’est cependant pas la même dans les deux modèles. Notamment, la modalité « au moins un contributeur régulier » est moins forte dans le cas de l’estimation de la probabilité d’être un usager averti. Cette différence doit selon nous s’expliquer par le fait qu’un usager éclairer connaissant un contributeur régulier – et le connaissant au point de le mentionner dans le questionnaire – aura tendance à devenir contributeur lui-même. Autrement dit, si la fréquentation d’un contributeur régulier s’ajoute à un engagement par la familiarité, celui-ci devient un engagement par la contribution.

29Ces deux formes d’engagements, quoique différentes, sont l’apanage d’acteurs sociaux aux profils très similaires. Ce résultat pousse alors à s’interroger sur la manière dont elles se distinguent sociologiquement, si ce n’est par le profil des acteurs. L’hypothèse que nous allons maintenant avancer consiste à corréler cette pluralité à la différenciation entre une forme sociétaire – mobilisant les usagers – et une forme communautaire – mobilisant les contributeurs.

Communauté versus société ?

  • 3 Nous choisissons cette période pour mettre en relation les chiffres présentés ici avec la passatio (...)

30Pour distinguer l’ensemble des usagers et celui des contributeurs, il convient d’abord de remarquer que leur principale différence tient à leurs tailles respectives. Le Tableau 6 donne un ordre d’idée de l’ampleur de la différence de taille entre les ensembles en faisant état des statistiques de contributions et de fréquentation pour le mois de mars 20163. De fait, le nombre de contributeurs peu actifs se compte en dizaines de milliers, le nombre de contributeurs moyennement actifs en milliers, le nombre de contributeurs actifs et très actifs en centaines, alors que le nombre de visiteurs se compte en dizaines de millions.

Tableau 6. Valeur absolue et calcul de proportions de visiteurs et de contributeurs en fonction du niveau d’activité en mars 2016.

Variable

Nombre de contributeurs ayant réalisé entre 1 et 4 contributions

Nombre de contributeurs ayant réalisé entre 5 et 24 contributions

Nombre de contributeurs ayant réalisé entre 25 et 99 contributions

Nombre de contributeurs ayant réalisé 100 contributions ou plus

Nombre de visiteurs sur le site fr.wikipedia.org

Valeur pour le mois de mars 2016

54 238

7 218

1 637

1 110

69 121 483

Proportion (Base 100 pour le nombre de visiteurs)

0,07

0,01

0,002

0,001

100

Source : stats.wikimedia.org.

31Les contributeurs apparaissent donc comme un petit ensemble probablement marqué par une forte densité de connexion interindividuelle, comme le montre le caractère discriminant de la fréquentation d’un contributeur, là où les usagers éclairés forment un ensemble beaucoup plus vaste. Partant de là, il est tentant de qualifier le petit ensemble des contributeurs de « communauté » et le grand ensemble des usagers de « société ». Nous défendons effectivement qu’une telle distinction s’applique, mais à condition de prendre des précautions théoriques en adaptant la définition classique de la forme communautaire, renvoyant à un sentiment d’appartenance intersubjectivement partagé, à un héritage des positions et à des frontières claires (Tönnies, 1887 ; Weber, 1921). Comme exemple canonique de la communauté, Tönnies proposera d’ailleurs d’étudier la famille. Le croisement présenté dans le Tableau 7 appelle à la prudence, en montrant que le sentiment d’appartenance n’est pas le propre de contributeurs connaissant bien le fonctionnement de Wikipédia.

Tableau 7. Croisements de la réaction à l’affirmation « vous faites partie de la communauté Wikipédia » avec l’indicateur de position par rapport à Wikipédia et l’indicateur de connaissance du fonctionnement wikipédien.

« Vous faites partie de la communauté »

Total

Effectif

Pas d’avis

Pas d’accord

50-50

D’accord

Usager ayant une mauvaise connaissance

26,5 %

18,3 %

24,2 %

31 %

100 %

4575

Usagers ayant une bonne connaissance

15 %

24,6 %

29 %

31,3 %

100 %

4438

Contributeurs ayant une mauvaise connaissance

19,2 %

22,1 %

24,5 %

34,1 %

100 %

607

Contributeurs ayant une bonne connaissance

8,9 %

25,5 %

25,8 %

39,8 %

100 %

2567

Total

18,2 %

22,3 %

26,3 %

33,1 %

100 %

12 186

Guide de lecture : les modalités « pas d’accord » et « d’accord » de la variable en colonne sont respectivement issues des regroupements de « pas du tout d’accord » avec « pas d’accord », et de « tout à fait d’accord » avec « d’accord ».
Khi-deux = 438,40 ; degrés de liberté = 9 ; p-valeur < 0,001

Source : Wikipédia 2015, échantillon pondéré.

32Contrairement à ce que l’on aurait pu attendre, les écarts de distribution observés dans ce tableau sont faibles, même si la corrélation est significative. Ainsi, 31 % des usagers ayant une mauvaise connaissance du fonctionnement de Wikipédia se déclarent pourtant d’accord avec l’affirmation « vous faites partie de la communauté Wikipédia ». De plus, certains des contributeurs sont en désaccord avec l’idée qu’ils font partie de la communauté. Ils représentent 19,2 % de ceux qui ont une mauvaise connaissance de Wikipédia et 8,9 % de ceux qui en ont une bonne.

  • 4 Voir, par exemple, Mathieu Cocq (2019) pour une conceptualisation de la notion de « capital commun (...)

33La définition de la communauté des contributeurs comme étant l’ensemble social unissant les contributeurs dans un sentiment d’appartenance pose donc problème, dans la mesure où ce sentiment n’est pas le propre des contributeurs. En outre, il est aussi présent chez des usagers, a fortiori chez les moins aguerris d’entre eux au fonctionnement de Wikipédia et absent chez presque un quart des contributeurs ayant une bonne connaissance des rouages wikipédiens. Ces résultats statistiques contre-intuitifs obligent à réfléchir à une définition de la communauté qui ne soit ni celle, battue en brèche empiriquement, de la sociologie classique, ni celle du sens commun, où l’usage lâche du terme vise parfois à bénéficier des connotations positives du terme sans qu’il ne renvoie à une forme sociale clairement identifiée4.

À quoi pensent les acteurs en parlant de « communauté » ?

34Si les résultats que nous venons de voir appellent à la prudence, il parait tout de même difficile de renoncer fermement à la notion de communauté pour qualifier l’ensemble des contributeurs. Chez Ostrom, la communauté est constituée par un ensemble d’acteurs dont la coactivité est encadrée par des règles consensuelles. Or, comme cela a été montré dans plusieurs études (Beschastnikh et al., 2008 ; Forte & Bruckman, 2008), les contributeurs font sans cesse usage des règles wikipédiennes pour trancher des controverses locales. Il y a donc bien communauté si l’on accepte, comme Christian Laval (2014, pp. 4), de faire découler cette notion d’un consensus autour de règles cadrant l’action collective.

« À l’évidence, ce qu’on entend aujourd’hui par commun ne renvoie ni exclusivement ni principalement à des appartenances communautaires premières, mais à une volonté et à une capacité d’agir ensemble qui ont comme effet la constitution d’une communauté d’action ou de production. On comprend aussi que le statut et le rôle de l’individu y soient radicalement différents. Dans le cas de la communauté traditionnelle, l’individu est supposé assujetti à une place et à une fonction qu’il ne choisit pas, tandis que dans le cas du commun, c’est l’individu qui s’engage dans des rapports de coproduction pour « faire commun » volontairement. »

35Ainsi, le mot de communauté conserve toute sa pertinence dans l’analyse du commun wikipédien, à condition de tirer toutes les conclusions du passage de l’héritage des positions à l’adhésion volontaire. Comme cette adhésion peut être plus ou moins forte, l’individu peut être plus ou moins membre de la communauté. Voil9 pourquoi des contributeurs peuvent en toute bonne foi déclarer ne pas faire partie d’une communauté de wikipédiens, exprimant ainsi, par exemple, un désaccord avec le fonctionnement wikipédien tel qu’ils le comprennent. Comme l’adhésion peut-être plus ou moins informée, l’individu peut se dire membre de la communauté sans précisément connaitre les règles auxquelles cette déclaration lui fait tacitement adhérer. Voilà pourquoi des individus sans connaissances précises des règles peuvent déclarer en être membres.

  • 5 Cette interprétation est voisine de celle proposée par Pentzold (2011) lorsqu’il parle d’ « ethos- (...)
  • 6 Nous avons ici recours à une stratégie analytique similaire à celle utilisée par Mercklé et Octobr (...)

36Mais cette extension du terme ne suffit pas pour coller à nos résultats statistiques. Dans l’extrait du texte de Laval, la communauté reste associée à une « capacité d’agir ensemble »5. Il ne peut donc y avoir de communauté qu’une « communauté des contributeurs ». La forte proportion d’usagers déclarant faire partie de la communauté renvoie selon nous à une polysémie du terme de communauté. Le mot de « communauté » semble, pour les répondants, délimiter une communauté de valeurs auxquelles le répondant semble s’identifier. Déclarer « faire partie de la communauté Wikipédia » est une manière d’affirmer une proximité axiologique avec – ce que l’on pense être – les valeurs du projet wikipédien6.

37Comment, donc, qualifier l’ensemble des usagers qui déclarent malgré tout faire partie d’une communauté ? Nous proposons de comprendre cette réponse comme l’indicateur d’une inclusion dans un autre ensemble, la « société des usagers ». Contrairement aux contributeurs, les usagers n’ont jamais pris part au travail d’écriture. De fait, ils se trouvent donc en dehors de la communauté.

38Pourtant, comme le montre l’effet sur les règles de la diffusion parmi eux du corpus encyclopédique, ces usagers font partie du commun wikipédien. Qu’ils soient là comme une « audience » davantage que comme une force productive change peu de choses. Rendre justice à ce sentiment d’appartenance « hors les murs » demande donc de distinguer, de la communauté des contributeurs, une « société des usagers ».

Quatre jalons pour une analyse de la « société des usagers »

39Analyser la structure de la société des usagers est un projet de recherche qui dépasse le cadre restreint de cet article. Néanmoins, nous pouvons schématiquement esquisser des types d’usagers en fonction de leur connaissance de Wikipédia et de leur adhésion au projet wikipédien.

Tableau 8. Typologie des membres de la société des usagers

Mal informés
(ou feignant de l’être)

Informés

Adhérant au projet wikipédien

Usager dupe

Quasi-contributeurs

N’adhérant pas au projet wikipédien

Contestation de principe

Internautes critiques

40La duperie d’un usage se comprend ici comme un rapport au corpus wikipédien ne tenant aucun compte de la manière dont les énoncés se trouvent produit. Ce même rapport peut être l’apanage d’individus à faible ou fort « capital culturel » (Bourdieu, 1979). Ce peut être l’exemple de l’enseignant, parfaitement au courant de la nécessité de replacer un énoncé dans son contexte de production pour le comprendre convenablement, qui utilise cependant régulièrement Wikipédia comme une source factuelle pour disposer rapidement d’informations qu’il est en capacité de vérifier de lui-même. Ce peut aussi être un étudiant ou un professionnel reproduisant, dans un document de travail, les textes wikipédiens, cette fois-ci sans avoir la capacité ou l’envie de développer un rapport critique aux énoncés qu’il mobilise. La duperie, telle que nous l’entendons, subsume donc des démarches à l’intensité réflexive diverse sur lesquels nous nous garderons de projeter des jugements moraux. En revanche, ces usagers ont en commun un rapport pragmatique à la documentation wikipédienne, prenant ce qu’ils sont venus chercher sans ressentir le besoin ou sans faire l’effort de connaitre son contexte de production.

41Les « quasi-contributeurs » sont les usagers les plus proches de la communauté des contributeurs, parce qu’ils connaissent le fonctionnement de Wikipédia tout en adhérant au projet. Rien ne dit que ces quasi-contributeurs deviendront tôt au tard des contributeurs. Au contraire, les modélisations logistiques réalisées en première partie visaient à souligner la coexistence de deux formes d’engagement, par la familiarité et par la contribution. Les quasi-contributeurs sont les acteurs les plus engagés par la familiarité.

42Les usagers mal informés contestant le projet wikipédien sont dans une position dont la Figure 2 donne un exemple d’expression particulièrement virulente. Il s’agit d’un extrait posté sur Twitter par un contributeur volontaire pour répondre aux courriels adressés à Wikipédia. On y voit le commun critiqué non pas sur la base d’arguments sourcés et articulés, mais en prenant appui sur un jugement cohérent avec une posture plus large. Le message de légende encadrant cette citation, postée par le contributeur en question, illustre les tensions fortes avec la frange de la société des usagers la plus éloignée de la communauté.

Figure 2. Publication sur Twitter, par un contributeur, d'un courriel adressé à Wikipédia.

Figure 2. Publication sur Twitter, par un contributeur, d'un courriel adressé à Wikipédia.

43La dernière figure, celle de l’internaute critique, est bien documentée par le travail d’Alexandre Moatti (2015). Diagnostiquant des « postures d’oppositions à Wikipédia dans le milieu intellectuel français », l’auteur propose de distinguer trois formes d’« antiwikipédisme » apparues principalement après 2007. La forme mondaine est principalement portée par des intellectuels cherchant à administrer la preuve que Wikipédia ne saurait constituer davantage qu’un « brouillon d’encyclopédie » (Assouline, 2007). La forme institutionnelle vit à travers des rubriques tenues dans des revues consacrées dans le milieu littéraire. La forme militante est endossée notamment par des enseignants de lettres. Sur son blog, le professeur de lettres en lycée Loys Bonod fera la démonstration de sa capacité à retrouver dans les copies d’une évaluation certains des « marqueurs » d’un article Wikipédia correspondant7.

44Ces controverses sont effectivement impulsées par des acteurs bien informés du fonctionnement wikipédien. En effet, même si leurs prises de position s’appuient délibérément sur la constatation d’une libre modification en abordant peu ou mal la question de la « surveillance participative » (Cardon & Levrel, 2009), il semble clair – à la lecture des textes publiés – que les protagonistes évoqués ici auraient convenablement répondu à au moins 3 de nos 5 items mesurant la connaissance du fonctionnement wikipédien.

45Quelle est la proportion respective de ces quatre figures argumentatives dans la société des usagers ? À cette question, l’enquête Wikipédia 2015 ne permet pas véritablement de répondre, car le fait de répondre au questionnaire semble associé à une « adhésion globale à la philosophie du projet ». C’est du moins ce que montre le Tableau 9, qui aurait pu permettre, sans ce biais, de documenter ce point.

Tableau 9. Croisement de l'adhésion déclarée à la philosophie globale du projet avec le niveau de connaissance des usagers

« Vous adhérez à la philosophie globale du projet »

Total

Effectif

Pas d’avis

Pas d’accord

50-50

D’accord

Usager ayant une mauvaise connaissance

10,2 %

1,3 %

8,8 %

79,7 %

100 %

4575

Usagers ayant une bonne connaissance

3,3 %

1,1 %

6,7 %

88,9 %

100 %

4438

Total

6,8 %

1,2 %

7,8 %

84,2 %

100 %

8176

Guide de lecture : les modalités « pas d’accord » et « d’accord » de la variable en colonne sont respectivement issues des regroupements de « pas du tout d’accord » avec « pas d’accord », et de « tout à fait d’accord » avec « d’accord ».
Khi-deux = 175,17 ; degrés de liberté = 3 ; p-valeur < 0,001
Champ : répondants ayant déclaré avoir contribué au moins une fois.

Source : Wikipédia 2015, échantillon pondéré.

46Même s’il montre une corrélation positive – plus un usager connait le fonctionnement de Wikipédia, plus il y adhère – les marges de la variable en colonne sont très problématiques pour stabiliser une interprétation. Le chiffre de 84,2 % d’individu « d’accord » avec la « philosophie globale du projet » suggère que cet accord était un préalable à la réponse au questionnaire. Pour mieux étudier la répartition de ces quatre figures, il faudra donc se tourner vers des enquêtes construites spécifiquement pour le mesurer. C’est, en particulier, le mode de passation – une annonce sur la page d’accueil de Wikipédia – qui nous semble ici problématique, car une posture méprisante à l’endroit du projet dispose sans doute à faire le choix de ne pas répondre. Nous pensons spécifiquement au cas de l’auteur du message présenté dans la Figure 1.

Conclusion

47Entre un commun et un commun de masse, le principal changement consiste dans l’irruption de la figure de l’usager au sein même de la dynamique normative. Les communs de petite taille décrits par Ostrom sont gouvernés par une communauté d’acteurs regroupés autour de règles consensuelles. Le commun est alors durable si au moins deux conditions sont réunies. La première est que les membres de la communauté puissent participer au travail d’élaboration des règles. La seconde est que le travail de surveillance puisse s’appuyer sur un mécanisme de sanction légitime, légitimité qui ne peut quant à elle être conquise qu’en préservant à la fois les engagements individuels et les règles collectives.

48Le commun de masse n’échappe pas à ce modèle, et par conséquent notre raisonnement n’est pas différent de celui d’Ostrom sur la place primordiale accordée au couplet règles/surveillance. Cependant, le contexte massif exige d’ajouter un terme nouveau au raisonnement. Si la communauté des contributeurs reste effectivement « maitre chez elle », les problèmes qui lui sont posés découlent d’une très large diffusion du corpus au sein d’une société d’usagers plus ou moins informés du fonctionnement wikipédien.

49Ce modèle dual nous semble avoir le mérite de substituer, pour l’analyse du phénomène social de la massification, un modèle sociologique à un modèle naturaliste. Il affronte ainsi le déterminisme d’une conception strictement statistique de la massification. Cette dernière partirait du principe que puisque les mécanismes de surveillance sont « scalables » il serait possible de faire appliquer les mêmes règles à 10 000 contributeurs qu’à 10. Ce point néglige que le passage de la dizaine à la dizaine de milliers sécrète une transformation sociologique majeure, car les 10 000 sont là pour des raisons différentes de celles qui ont permis de mobiliser, au départ, les 10. En cela, notre modèle d’institution du commun comme interaction entre « communauté des contributeurs » et « société des usagers » appelle à une réflexion plus vaste sur les effets de la massification des communs.

50Cette réflexion pourrait prendre pour objet des communs de masse qui ne sont pas numériques, comme les communs que portent à l’existence des expériences de municipalisation de l’eau. L’eau est bien, comme le corpus wikipédien, une ressource massivement utilisée et l’on peut là aussi distinguer une posture de participant – celui qui organise le réseau – et une posture d’usager – celui qui se contente d’utiliser le système d’eau courante. Y aurait-il, dans ce cas donc, une même confrontation entre une « communauté des faiseurs d’infrastructures » et une « société des usagers » ? Une telle analogie avec nos résultats permettrait d’enquêter opérationnellement sur les « spécificités du numérique ».

51Notre modèle pourra également être poursuivie par une réflexion comparative avec d’autres communs numérique de masse. Les exemples ne manquent pas, et nous nous limiterons ici à une évocation du cas d’OpenStreetMap (OSM). Service de cartographie ayant, comme Wikipédia, attiré une grande masse de contributeurs, ce commun s’est lui aussi diffusé auprès de nombreux usagers grâce à une interface conviviale. La communauté des contributeurs d’OSM est-elle structurée de la même manière que celle de Wikipédia ? L’interaction entre communauté des contributeurs et société des usagers est-elle la même ? Avec cette méthode comparative, notre travail pourrait donc déboucher sur une typologie des communs numériques de masse. Cette typologie pourrait être l’occasion de rapprocher, sur la base de critères sociologiques, des communs apparemment loin si l’on en reste à la description de leur ressource. Ou, au contraire, de faire remarquer que des communs apparemment similaires sont, en réalité, profondément différents.

Haut de page

Bibliographie

Assouline Pierre (2007). « Et ça passe pour une source », in Gourdain Pierre, O’Kelly Françoise, Roman-Amat Béatrice, Soulas Delphine, & von Droste zu Hülshoff Tassilo (dir.), La Révolution Wikipédia  : Les encyclopédies vont-elles mourir  ? Paris, Mille et une Nuits, pp. 1‑26.

Beschastnikh Ivan, Kriplean Travis & McDonald David W. (2008). « Wikipedian Self-Governance in Action: Motivating the Policy Lens. », in Proceedings of the ICWSM conference. New York, Association for Computing Machinery, pp. 27‑35.

Bourdieu Pierre (1979). « Les trois états du capital culturel », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 30 (1), pp. 3‑6.

Cardon Dominique & Levrel Julien (2009). « La vigilance participative. Une interprétation de la gouvernance de Wikipédia », Reseaux, n° 154 (2), pp. 51‑89.

Casilli Antonio (2015). « Le chercheur, le wikipédien et le vandale », in Barbe Lionel, Merzeau Louise, & Schafer Valérie (dir.), Wikipédia, objet scientifique non identifié. Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, pp. 91‑104.

Cocq Mathieu (2019). « L’organisation et l’exploitation du travail des joueurs », Réseaux, n° 213 (1), pp. 111‑137.

Dang Nguyen Godefroy, Dejean Sylvain & Jullien Nicolas (2017). « Do Open Online Projects Create Social Norms? », Journal of Institutional Economics, 14(1), 45-70.

Dardot Pierre & Laval Christian (2014). Commun. Paris, La Découverte.

De Munck Jean (2003). « Les métamorphoses de l’autorité », in Garapon A. & Perdriolle S. (dir.), Quelle autorité  ? Paris, Hachette littératures, pp. 21‑42.

Deming W.E. & Stephan F. (1940). « On a Least Squares Adjustment of a Sampled Frequency Table When the Expected Marginal Totals are Known », The Annals of Mathematical Statistics, 11 (4), pp. 427‑444.

Deville Jean-Claude, Särndal Carl-Erik & Sautory Olivier (1993). « Generalized Raking Procedures in Survey Sampling », Journal of the American Statistical Association, 88 (423), pp. 1013‑1020.

Favereau Olivier (1994). « Règles, organisation et apprentissage collectif : un paradigme non standard pour trois théories hétérodoxes », in Orléan André (dir.), Analyse économique des conventions. Paris, pp. 113–137.

Forte Andrea & Bruckman Amy (2008). « Scaling consensus: Increasing decentralization in Wikipedia governance », in Hawaii International Conference on System Sciences, Proceedings of the 41st Annual. New York, Association for Computing Machinery, pp. 157‑167.

Gros Emmanuel (2015). Les différentes méthodes de calage et le choix des «  bornes  » de calage. Séminaire « Miscellanées sur le calage », Paris.

Hess Charlotte & Ostrom Elinor (2007). Understanding knowledge as a commons. The mit press.

Joubert Léo (2019). « Le parfait wikipédien. Réglementation de l’écriture et engagement des novices dans un commun de la connaissance (2000-2018) », Le Mouvement Social, n° 268 (3), pp. 45‑60.

Kittur Aniket, Suh Bongwon, Pendleton Bryan A. & Chi Ed H. (2007). « He says, she says: conflict and coordination in Wikipedia ». ACM Press, pp. 453.

Mercklé Pierre & Octobre Sylvie (2015). « Les enquêtés mentent-ils  ? Incohérences de réponse et illusion biographique dans une enquête longitudinale sur les loisirs des adolescents », Revue francaise de sociologie, vol. 56 (3), pp. 561‑591.

Moatti Alexandre (2015). « Postures d’oppositions à Wikipédia dans le millieu intellectuel français », in Barbe Lionel, Merzeau Louise, & Schafer Valérie (dir.), Wikipédia, objet scientifique non identifié. Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, pp. 123‑134.

Ostrom Elinor (1990). Governing the commons: The evolution of institutions for collective action. Cambridge, Cambridge university press.

Pentzold C. (2011). « Imagining the Wikipedia community: What do Wikipedia authors mean when they write about their « community »? », New Media & Society, 13 (5), pp. 704‑721.

Priedhorsky Reid, Chen Jilin, Lam Shyong Tony K., Panciera Katherine, Terveen Loren & Riedl John (2007). « Creating, destroying, and restoring value in Wikipedia », Proceedings of the 2007 international ACM conference on Supporting group work, pp. 259–268.

Rey Alain (2007). Miroirs du monde : Une histoire de l’encyclopédisme. Paris, Fayard.

Sahut Gilles (2014). « Les jeunes, leurs enseignants et Wikipédia  : représentations en tension autour d’un objet documentaire singulier », Documentaliste-Sciences de l’Information, vol. 51 (2), pp. 70‑79.

Tönnies Ferdinand (1887). Communauté et société (trad. 2010). Paris, Presses Universitaires de France.

Weber Max (1921). Économie et société (trad. 2003). Paris, Pocket.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Redressement de l’échantillon de Wikipédia 2015

À la fin de la période de passation du questionnaire, 16 879 individus avaient répondu. Cet échantillon brut rassemble des répondants résidant dans plusieurs pays francophones. À la question « dans quel pays résidez-vous ? », une très forte majorité d’individus (76 %) a répondu résider en France. Suivent le Canada (6 %), la Belgique (5 %), la Suisse (3 %) et les autres pays d’Europe (3 %). Les autres espaces francophones, notamment le continent africain, sont pratiquement absents de l’échantillon (moins de 2 % chacun).

Cette distribution nous encourage à ne prendre en compte que les répondants français. Prendre en compte l’ensemble des répondants, tous pays confondus, prétend à une exhaustivité dans la couverture de la population des internautes francophones que l’enquête n’est en réalité pas capable de nous fournir au vu des chiffres mentionnés ci-dessus. À l’inverse, en restreignant le périmètre de la population de référence aux seuls répondants résidant en France, nous nous donnons les moyens de corriger le biais de non-réponse en ne perdant que 24 % des répondants. Une fois cette sélection effectuée, l’échantillon de Wikipédia 2015 est formé de 12 869 répondants issus de la population des internautes francophones résidant en France.

Pour obtenir la structure de la population de référence, nous avons choisi d’avoir recours au baromètre du numérique du CREDOC, dans son édition 2017. La structure est alors obtenue par le tri à plat des variables sexe, âge et niveau de diplôme pour les répondants ayant répondus « oui » à la question « disposez-vous d’une connexion internet à domicile ? ».

Le tableau ci-dessous récapitule le résultat de l’opération de redressement, les tableaux suivants explicitent la marche suivie. L’efficacité est une mesure normalisée, entre 0 et 1, de la variance des poids. Plus la mesure se rapproche de 0, plus la déformation est importante. Il est généralement admis qu’une efficacité inférieure à 0,5 indique un redressement déformant. Le rapport de poids est une mesure normalisée, supérieure ou égale à 1, de l’amplitude des poids. Plus le rapport de poids se rapproche de 1, moins la déformation est importante. Par exemple, un rapport de 6 signifie que les individus ayant les poids les plus forts pèsent 6 fois plus que les individus les plus faiblement pondérés.

Tableau A. Présentation des résultats du redressement.

Variable

Modalité

Proportion dans la population de référence

Proportion dans l’échantillon

Proportion dans l’échantillon redressé

Efficacité du redressement dans la strate

Rapport de poids

Sexe

Homme

48 %

63 %

48 %

0,63

17

Femme

52 %

37 %

52 %

0,59

25

Niveau de diplôme

Individu de 12-17 ans

10 %

13 %

10 %

0,84

3

Bac et moins de bac

58 %

47 %

58 %

0,53

28

Diplôme du supérieur

32 %

40 %

32 %

0,75

5

Âge

20 ans et moins

13 %

34 %

13 %

0,52

8

Entre 21 et 40 ans

31 %

32 %

31 %

0,67

7

Entre 41 et 60 ans

33 %

18 %

33 %

0,79

6

Plus de 60 ans

23 %

16 %

23 %

0,73

6

Source : Wikipédia 2015

Une première étape a consisté à retirer les valeurs manquantes des variables sur lesquelles va peser le redressement. Pour celles-ci, une imputation est trop risquée statistiquement, car elle déstabiliserait le calcul des poids.

Tableau B. Dénombrement des observations manquantes pour chacune des variables comprises dans le redressement

Variable

Sexe

Niveau de diplôme

Âge

Ensemble

Individus restants

Nombre d’individus pour lesquels la variable est manquante

290

124

141

445

12 424

Source : Wikipédia 2015, échantillon non pondéré

Nous avons ensuite utilisé la méthode du « calage sur marges » (Deming & Stephan, 1940). Les poids de redressement trouvé sont solution d’un système d’équation minimisant à la fois le rapport de poids et l’écart entre les marges de référence et les marges de l’échantillon. Formellement, le calage sur marge s’écrit de la manière suivante (Deville, Särndal & Sautory, 1993), on cherche Wi minimisant :

Où U représente la borne supérieure de la distribution des poids et L sa borne inférieure. Les bornes supérieure et inférieure doivent toujours être respectivement strictement supérieures et strictement inférieures à 1.

Figure A. Distribution des poids de redressement

Figure A. Distribution des poids de redressement

Source : Wikipédia 2015

La distribution est log-normale, avec un phénomène d’inflation pour 546 individus ayant un poids supérieur à 3. Compte tenu des contraintes particulièrement fortes pesant sur le redressement, cette distribution nous semble acceptable. En outre, nous avons réussi à limiter le rapport de poids à 28, qui est une limite acceptable y compris pour des enquêtes nationales redress"es par critères sociodémographiques (Gros, 2015).

-

Annexe 2. Imputation des valeurs manquantes

L’imputation est réalisée sur l’ensemble des variables d’intérêt, le tableau suivant décrit la distribution des valeurs manquantes dans notre tableau de données. Nous détaillons ensuite notre méthode d’imputation. Nous verrons enfin quelles valeurs nous n’avons pu imputer.

Tableau C. Proportion de valeurs manquants pour les variables considérées dans notre analyse

Variable

% de valeurs manquantes

Effectif

Fréquentation d’un contributeur

1,3 %

157

Avoir donné son sang au moins une fois

3,3 %

411

Avoir fait un don de plus de 10 euros à une association

3,2 %

392

Avoir participé à un blog ou un forum

2,3 %

282

Avoir participé à un projet de production de connaissance

2,6 %

317

Avoir pris des responsabilités associatives

1,9 %

238

Avoir répondu à l’affirmation « tous les gens qui contribuent sont rémunérés »

1,2 %

151

Avoir répondu à l’affirmation « n’importe qui peut écrire un article »

1,2 %

149

Avoir répondu à l’affirmation « n‘importe qui peut modifier un article »

1,3 %

167

Avoir répondu à l’affirmation « les articles sont toujours écrits par des experts »

1,6 %

195

Avoir répondu à l’affirmation « les articles sont toujours vérifiés par des experts »

1,3 %

158

Appartenance à la communauté

2,1 %

267

Adhésion à la philosophie globale du projet

1,8 %

223

Niveau déclaré de contribution

0,8 %

101

Source : Wikipédia 2015, échantillon non pondéré

Notre stratégie d’imputation s’appuie sur la technique des forêts aléatoires. Cette méthode consiste, dans un premier temps, à concevoir un « arbre » en découpant hiérarchiquement l’échantillon en groupes homogènes selon des variables discriminantes. Par exemple, un premier découpage peut s’effectuer en plaçant d’un côté les hommes et de l’autre les femmes. Ce premier nœud crée deux « branches ». Si, dans un deuxième niveau hiérarchique, nous introduisons le fait d’avoir donné son sang, alors la population est segmentée en 4 « branches » : les hommes qui ont donné leur sang, les hommes qui ne l’ont pas fait, les femmes qui ont donné leur sang et les femmes qui ne l’ont pas fait.

Prenons l’exemple d’un individu dont nous connaissons le sexe et l’âge, mais ignorons s’il a donné son sang. Un arbre comme celui qui est décrit ci-dessus pourrait mettre en évidence que les femmes qui ont donné leur sang ont toutes entre 30 et 40 ans. Dans ce cas, si notre individu est une femme âgée de 30 à 40 ans, nous pouvons imputer la valeur « oui » à la variable issue de la question « avez-vous déjà donné votre sang ? ».

Le problème de ces arbres réside dans le fait que la prédiction n’est pas robuste à l’ordre des prédicteurs. Dans notre exemple, il est possible que nous obtenions un résultat différent si nous découpons d’abord par le fait d’avoir donné son sang et ensuite par le sexe. La méthode des forêts aléatoires vise à régler ce problème en calculant plusieurs arbres et ne retenant que le meilleur. Dans notre cas, nous utilisons une version de l’imputation encore plus robuste en calculant plusieurs forêts aléatoires, c’est-à-dire plusieurs ensembles d’arbres, pour retenir l’option majoritaire dans le cas qualitatif et la moyenne dans le cas quantitatif.

Dans le cas de l’imputation d’une variable qualitative, il peut arriver que le calcul de nos dix forêts aléatoires ne permette pas de dégager une option majoritaire. Par exemple, si 5 forêts imputent à un individu la valeur « oui » et 5 autres la valeur non au fait d’avoir donné son sang. Après application de notre imputation, 1,9 % d’individus – soit 238 – présentant au moins une valeur manquante dans une variable qualitative suite à ce problème. Nous les avons retirés.

-

Annexe 3.

Tableau D. Croisement des variables dépendantes avec l’indicateur de positionnement et l’indicateur de connaissance du fonctionnement wikipédien

Modalité

Positionnement par rapport à Wikipédia

Connaissance du fonctionnement wikipédien

Effectif

Usager

Contributeur

Total

Mauvaise

Bonne

Total

Sexe

Homme

65 %

35 %

100 %

39 %

61 %

100 %

5934

Femme

82 %

18 %

100 %

46 %

54 %

100 %

6252

Diplôme

Non-bacheliers

81 %

19 %

100 %

53 %

47 %

100 %

2945

Bacheliers

75 %

25 %

100 %

45 %

55 %

100 %

1643

Entre bac et Bac+2

76 %

24 %

100 %

42 %

58 %

100 %

3643

Licence

70 %

30 %

100 %

38 %

62 %

100 %

1678

Master

65 %

35 %

100 %

31 %

69 %

100 %

1509

Plus de master

64 %

36 %

100 %

32 %

68 %

100 %

768

Âge

20 ans et moins

73 %

27 %

100 %

37 %

63 %

100 %

1528

Entre 21 et 30 ans

67 %

33 %

100 %

29 %

71 %

100 %

2631

Entre 31 et 40 ans

69 %

31 %

100 %

33 %

67 %

100 %

1198

Entre 41 et 50 ans

72 %

28 %

100 %

41 %

59 %

100 %

1903

Entre 51 et 60 ans

78 %

22 %

100 %

47 %

53 %

100 %

2181

Plus de 60 ans

67 %

33 %

100 %

29 %

71 %

100 %

2631

Fréquentation d’un contributeur

Non

80 %

20 %

100 %

47 %

53 %

100 %

3380

Ne sait pas

76 %

24 %

100 %

45 %

55 %

100 %

6636

Une personne qui a déjà contribué

59 %

41 %

100 %

25 %

75 %

100 %

1572

Au moins un contributeur régulier

52 %

48 %

100 %

34 %

66 %

100 %

598

Don du sang

Non

79 %

21 %

100 %

45 %

55 %

100 %

10387

Oui

46 %

54 %

100 %

26 %

74 %

100 %

1799

Don de 10 euros à une association

Non

85 %

15 %

100 %

52 %

48 %

100 %

5617

Oui

64 %

36 %

100 %

35 %

65 %

100 %

6569

Prise de responsabilité dans une association

Non

74 %

26 %

100 %

40 %

60 %

100 %

3637

Oui

74 %

26 %

100 %

43 %

57 %

100 %

8549

Participation à un blog ou un forum

Non

76 %

24 %

100 %

43 %

57 %

100 %

5692

Oui

72 %

28 %

100 %

43 %

57 %

100 %

6494

Participation à des projets de production de connaissance

Non

74 %

26 %

100 %

41 %

59 %

100 %

6191

Oui

74 %

26 %

100 %

44 %

56 %

100 %

5995

Source : Wikipédia 2015, échantillon pondéré.

-

Haut de page

Notes

1 Nous rejoignons en cela les nombreuses études montrant qu’un grand nombre de consultations sur une notice donnée avait un effet sur les mécanismes wikipédiens de surveillance, voir par exemple (Casilli, 2015; Priedhorsky et al., 2007).

2 Parmi les variables classiquement utilisées dans les contextes empiriques comme le nôtre, nous avons notamment écarté les professions et catégories socioprofessionnelles ainsi que l’activité (actif, étudiants, retraité, en recherche d’emploi).

3 Nous choisissons cette période pour mettre en relation les chiffres présentés ici avec la passation de l’enquête Wikipédia 2015, qui a eu lieu en mars 2015. Les données n’étant disponibles qu’à partir de juillet 2015, nous avons fait le choix de retenir une période équivalente en reportant d’un an. Ce choix est notamment motivé par le fait que la fréquentation de Wikipédia varie fortement en fonction des mois de l’année – connaissant par exemple un pic au moment de la période des examens universitaires (Casilli, 2015).

4 Voir, par exemple, Mathieu Cocq (2019) pour une conceptualisation de la notion de « capital communautaire ». Cette analyse permet dans à l’auteur de mettre en évidence le travail de certains joueurs pour construire une communauté autour de leur pratique et monnayer leur audience. Dès lors, l’appartenance communautaire devient analogue à un bien marchand et le mot de « communauté » n’est employé que pour ses connotations politiques positives.

5 Cette interprétation est voisine de celle proposée par Pentzold (2011) lorsqu’il parle d’ « ethos-action community » pour décrire la communauté wikipédienne. Dans les deux cas, la communauté est un effet de l’action collective volontaire plus que d’un système relationnel fonctionnant par héritage.

6 Nous avons ici recours à une stratégie analytique similaire à celle utilisée par Mercklé et Octobre (2015), lorsque ces derniers montrent comment d’apparentes incohérences de réponse peuvent en réalité dissimuler une polysémie des termes de la question. C’est donc cette polysémie, plus que les réponses elles-mêmes, qui doivent devenir l’objet de l’analyse.

7 Voir cet article.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution du nombre de contributions en fonction du temps
Légende Source : Wikimedia Statistics
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/7488/img-1.png
Fichier image/png, 5,0k
Titre Figure 2. Publication sur Twitter, par un contributeur, d'un courriel adressé à Wikipédia.
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/7488/img-2.png
Fichier image/png, 87k
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/7488/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure A. Distribution des poids de redressement
Crédits Source : Wikipédia 2015
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/7488/img-4.png
Fichier image/png, 3,2k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léo Joubert, « Entre « communautés des contributeurs » et « société des usagers », les communs de masse »Terminal [En ligne], 130 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 11 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/terminal/7488 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.7488

Haut de page

Auteur

Léo Joubert

LEST, Aix-Marseille Université, joubert.leo@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search