Navigation – Plan du site

AccueilNuméros130Communs numériques : une nouvelle...Les communs numériques : une comp...

Communs numériques : une nouvelle forme d’action collective ?

Les communs numériques : une comparaison entre l’Assemblée des Communs de Lille et le SIILAB

Digital commons: a comparison between the Commons Assembly of Lille and the SIILAB
Amélie Lefebvre-Chombart et Pierre Robert

Résumés

Afin d’approfondir la notion de communs numériques, l’article compare deux initiatives inscrites dans cette démarche au sein de la Région Hauts-de-France : l’Assemblée des Communs de Lille et le SIILAB. Le cadre d’analyse s’appuie sur les travaux d’Hess et Ostrom, de Coriat et de Dardot et Laval. Il examine les conditions sociotechniques d’usages et de gestion des communs numériques. L’analyse comparative met en exergue cinq dimensions structurantes d’une démarche de communs numériques (institutionnelle, communautaire, multi-échelle, appropriation, politique) qui formalisent une proposition de grille d’analyse de ces communs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction 

1La Région Hauts-de-France connaît un fort développement d’organisations et de collectifs engagés sur la thématique des communs. Portées par des collectifs sensibles à la question, une partie de ces « initiatives en communs » cherchent à élaborer des communs de connaissance en plaçant le numérique au cœur de leur démarche (Mahieu, 2016, 2017, p. 57 ; Lefebvre-Chombart et Robert, 2021). Le terrain régional apparaît ainsi fécond pour approfondir une réflexion sur le concept de communs numériques. C’est pourquoi nous proposons cet article élaboré à partir d’une étude comparative de deux initiatives qui mobilisent et développent des communs informationnels au moyen d’outils numériques : le SIILAB et l’Assemblée des Communs de Lille (ACL). Un cadrage de la problématique des communs numériques est d’abord proposé à partir des travaux d’Ostrom et Hess (2007), de Coriat (2013 et 2015), ainsi que de Dardot et Laval (2014). Nous soulignons l’importance des règles d’usage et de gestion ainsi que le rôle équivoque des technologies numériques dans la création et le développement de communs, ce qui nous amène à analyser les conditions sociotechniques de réalisation des communs enquêtés. Nous présentons ensuite la démarche d’enquête de notre étude comparative et les principaux résultats qui montrent les dimensions structurantes des communs numériques.

Analyser les conditions sociotechniques de réalisation des communs numériques

L’importance des règles d’usage et de gestion dans les communs

  • 1 Hess et Ostrom s’opposent à Samuelson (1954) qui distingue un mode de gestion et un régime de propr (...)

2Pour Hess et Ostrom (2007), le caractère de « communs » d’une ressource ou d’une activité « informationnelles » ou « cognitives » dépend en dernier ressort des règles collectives d’usage et de gestion. Aucune ressource n’est par essence commune, privée, publique ou club. Les critères d’exclusivité (on peut empêcher quelqu’un de consommer ce bien) et de rivalité (la consommation d’un bien par un individu ne contraint pas l’usage par un autre) dépendent des conditions institutionnelles de production, de diffusion et de consommation de ces biens. Ce sont les règles, les dispositifs légaux, les lois et les cadres réglementaires ou juridiques qui déterminent qu’un bien ou une activité sont des communs. Ainsi, les biens immatériels peuvent être des communs si un groupe d’utilisateurs décide de les partager, de les gérer et de les contrôler collectivement, et qu’il institue des règles en ce sens1.

  • 2 Le contexte actuel est marqué par un mouvement d’appropriation exclusive de ces biens immatériels. (...)

3Ces règles d’usage et de gestion sont censées résoudre les dilemmes de l’action collective auxquels sont confrontés les communs et empêcher la raréfaction des ressources informationnelles. En effet, leur appropriation exclusive peut conduire à une « tragédie des anti-communs » : le risque est celui d’un blocage de l’innovation et de la création de connaissances et, à terme, un dépérissement par l’imposition de barrières commerciales2 (Heller et Eisenberg, 1998 ; Dardot et Laval, 2014).

4Les règles collectives d’usage et de gestion sont donc déterminantes pour affirmer le caractère de communs et pour développer les ressources cognitives en favorisant les pratiques coopératives autour de ces biens. Reprenant Ostrom, B. Coriat (2013, 2015) propose une définition des communs immatériels qui insistent sur ces conditions institutionnelles en articulant trois éléments : un système de ressources (informationnelles) ; une distribution des droits de propriété entre participants qui définit le mode d’accès à la ressource, les règles de son partage et les obligations des « commoners » ; une structure de gouvernance collective qui a pour objet de faire appliquer ces droits, règles et obligations.

Le caractère ambivalent du numérique interroge la communauté et les conditions techniques de réalisation des communs

5Le concept de communs numériques, par rapport aux communs immatériels, soulève la question du rôle joué par les technologies numériques dans ces dynamiques. Or, ce rôle est ambigu. Ces technologies peuvent favoriser la production et la diffusion libre de connaissances dans une logique de communs et soutenir les contributions volontaires de personnes intéressées par le développement de ressources informationnelles (Bollier, 2014 ; Briand, 2015). Elles limitent le coût de diffusion de la connaissance et des idées, garantissant ainsi leur caractère non-rival. Cependant, les technologies numériques ne sont pas toujours garantes d’une gestion commune des biens immatériels. Elles peuvent soutenir l’appropriation des ressources cognitives les transformant en biens privés exclusifs (Hess et Ostrom, 2007 ; p. 10 ; Dardot et Laval, 2014 ; p. 163), par exemple les plateformes des éditeurs privés de travaux scientifiques (Kranich, 2007). Le caractère de communs dépend alors des modalités techniques d’accès et d’utilisation de la ressource, qui peuvent faire l’objet de règles collectives, privatives ou publiques. Le caractère équivoque du rôle des technologies numériques amène à s’interroger sur les conditions sociotechniques par lesquelles ces technologies sont mobilisées. Le concept de communs numériques apparaît ainsi pertinent pour comprendre les processus permettant de développer durablement des communs de la connaissance.

6En raison de la capacité des outils numériques à susciter de nombreuses contributions individuelles dans les pratiques de coopération au sein d’une large coordination en réseau (Bollier, 2014 ; Briand, 2015), le concept de communs numériques interroge également les communautés qui utilisent, mobilisent ou développent ces communs. Les communs informationnels engagent en théorie de vastes collectifs organisés de manière horizontale grâce aux outils numériques (Ostrom et Hess, 2007 ; Dardot et Laval, 2014). Ils rompent en cela avec l’idéal olsonien de petites communautés permettant de dépasser les comportements opportunistes dans les situations de coopération des communs naturels (Olson, 1965 ; Ostrom, 2010 ; Weinstein, 2015, 2017). C’est donc le changement d’échelle permis par le numérique qui pousse à étudier les collectifs impliqués dans la réalisation des biens informationnels, à travers leurs pratiques de mobilisation des outils numériques, leurs frontières et les échelles sur lesquelles se déploient les contributions volontaires, ainsi que les rapports entre les membres.

Une comparaison de communs numériques dans les Hauts-de-France

L’Assemblée des communs de Lille et le SIILAB

7Pour approfondir ces questions, nous comparons deux initiatives autour des communs numériques qui ont émergé dans la Région Hauts-de-France.

8L’Assemblée des communs de Lille (ACL) est un collectif citoyen qui a débuté en 2015 d’une proposition de Michel Bauwens, théoricien de l’économie du pair-à-pair (Bauwens et Susann, 2017). L’ACL se définit comme un réseau de rencontres et d’échanges sur les pratiques collaboratives, dans le but d’accompagner l’émergence de nouveaux communs. Elle mène un travail de développement de connaissances sur les communs en accès ouvert ainsi que d’outils numériques mutualisables à partir de logiciels libres à destination de ceux qui souhaitent impulser des communs (Mahieu, 2017). Au moment de l’enquête, le collectif se rencontre une fois par mois lors d’ateliers contributifs. Ce collectif est accessible à toute personne intéressée par ces thématiques,  l’un de ces principes d’action étant « l’accueil des élans contributifs »3.

  • 4 La DRJSCS, la DIRRECTE, la DREAL, l’URSSAF, l’INSEE, le Mouvement Associatif Hauts-de-France, l’Ins (...)

9Le SIILAB est un « living lab  fondé sur la coopération entre 16 partenaires publics et privés (associations et « têtes de réseaux » de l’ESS ou administrations déconcentrées)4. Ce collectif se veut inclusif, de nouveaux partenaires ont rejoint la démarche. Le SIILAB a démarré en 2016 grâce à l’obtention du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) « Transition numérique » lancé par la Direction interministérielle de la transformation publique (DITP). Il se formalise dans un « Tiers » lieu mutualisé mettant à disposition des outils numériques, dans le but de construire des communs informationnels utiles aux acteurs de l’ESS. L’élaboration de ces communs se réalise au sein de sept axes de recherches et d’actions co-animées par les partenaires et répond d’une volonté d’expérimenter des solutions innovantes pour contribuer aux besoins du territoire (Lefebvre-Chombart et Robert, 2021) : les actions concernent la facilitation des démarches numériques pour les usagers, la lutte contre l’« illectronisme », le crowdsourcing citoyen, l’ouverture des données publiques sur l’ESS ou encore le e-learning ouvert.

Une comparaison heuristique pour interroger la notion de communs numériques

10L’ACL et le SIILAB visent la structuration de communs sous plusieurs angles. D’une part, ces initiatives mènent des projets en commun en impulsant des communautés et en développant des ressources communes afin de favoriser les pratiques collaboratives. La comparaison permet de faire ressortir la manière dont les communs se transposent dans les règles collectives de gestion et d’usage (Dardot et Laval, 2014). Elles se revendiquent d’une logique de communs, leur action collective se formalise dans des pratiques de mutualisation, de coopération et de travail collaboratif (Nicolas-Le Strat, 2016). Ces initiatives reposent sur des pratiques de « mise en commun » qui visent la production et la diffusion de logiciels, de documents, d’outils ou de plateformes collaboratifs. Elles ont une vocation d’incubateurs de projets de communs numériques qui découlent d’échanges et de coopérations au sein des collectifs. Plusieurs expérimentations en ont ainsi émergé grâce aux contributions des membres.

11Les outils numériques sont au centre de la démarche et des modes de faire. Le SIILAB met à disposition du collectif des ressources numériques comme un Loomio pour échanger, le logiciel Klaxoon pour les activités collaboratives, des outils interactifs comme des tablettes et tableaux tactiles, ainsi qu’une imprimante 3D. L’ACL a développé un ensemble de ressources numériques grâce aux logiciels libres : un chat pour dialoguer, des listes mails pour s’informer, un Loomio pour voter ou un kanban pour organiser les tâches. Elle a construit un répertoire et une cartographie des communs régionaux en accès libre grâce à Wikipédia et à la plateforme Communecter.

12En définitive, l’analyse comparative du SIILAB et de l’ACL permet de mettre en évidence les aspects déterminants d’une démarche autour des communs numériques et d’interroger le rôle des outils numériques. Une enquête de terrain de deux ans a été menée au sein de ces initiatives, à travers des observations participantes, des entretiens semi-directifs avec les collectifs et une analyse de la littérature grise et des matériaux numériques accessibles.

L’importance des dimensions institutionnelle, communautaire et multi-échelle dans les communs numériques enquêtés

Le rôle central des règles d’usage et de gestion et le caractère auto-organisé de la gouvernance

13La dimension institutionnelle des communs numériques est le premier aspect sur lequel notre analyse comparative permet d’insister. La plateforme #ESSHDF5 – un portail mettant à disposition des outils pour les porteurs de projets ou personnes intéressées par l’ESS – illustre particulièrement ce point. Les partenaires ont développé collectivement ce projet au sein du SIILAB. Le communiqué de presse et les statuts font référence à une gestion en commun et à un régime de propriété collective. La gouvernance associe sur un pied d’égalité les acteurs publics (financeurs) et privés (gestionnaires et contributeurs de la plateforme). Faire accepter cette gestion horizontale aux acteurs publics, trop souvent positionnés dans une relation verticale de soutien aux acteurs de l’ESS, a nécessité une longue phase d’élaboration des règles collectives avec des discussions parfois conflictuelles et engageant les services juridiques des administrations impliquées. Une charte a été édictée et vise au respect de cette gouvernance partagée par les contributeurs. Cet exemple démontre que les règles, en établissant les usages multiples autorisés et en définissant les modes de décisions collectives, permettent de préserver le caractère non-exclusif et non rival des biens informationnels créés et produits. Dans les initiatives enquêtées, c’est le cas également pour les outils numériques mutualisés.

14La « centralité » de la dimension institutionnelle des communs numériques s’illustre aussi par les longues séquences préalables de construction des règles collectives et de la structure de gouvernance par laquelle sont passées les deux initiatives. Le format de l’ACL a fait l’objet de différentes phases d’essais et d’expérimentations : une proposition de certains contributeurs a été testée lors d’ateliers intitulés « Construire dans l’action des Assemblées des Communs », puis finalement appropriée par le collectif qui l’a actée dans un « Code social » s’apparentant à un recueil de manières de faire plutôt qu’à un cadre juridique ou normatif, et d’ailleurs constamment soumis aux débats. Pour le SIILAB, les règles collectives ont été élaborées par les partenaires dans le cadre d’un processus d’écriture collective de trois mois. Le dossier de réponse au PIA a suivi une démarche similaire présentée comme l’un des facteurs de réussite du projet.

15On retrouve à travers ces initiatives les résultats d’Ostrom (2010) sur l’importance des règles censées définir les usages et résoudre les problèmes de gouvernance auxquels sont confrontés les communs. De même, le processus de construction et d’institutionnalisation de ces règles et l’administration du projet sont auto-organisés.

La coordination en réseau et le capital social comme ressource

16Le second aspect relève de la dimension communautaire des communs numériques. Le travail collectif de création d’arrangements institutionnels implique en effet le développement et le renforcement des liens sociaux entre les contributeurs. Des liens qui s’établissent de manière horizontale, sous forme de réseau. La construction de ces initiatives autour d’une logique de communs aboutit à des modes de fonctionnement structurés autour de rapports de réciprocité. Les règles jouent encore ici un rôle décisif en ce qu’elles contribuent à la formation de tels rapports qui fondent une communauté de projets.

17L’importance de cette dimension s’illustre particulièrement dans la dynamique des initiatives. Plus les projets se pérennisent, moins l’usage partagé des ressources numériques et la production collective de connaissances apparaissent déterminants. Au fur et à mesure, ils deviennent le support du développement d’une autre ressource qui apparaît de plus en plus cruciale au cours du temps : le capital social (Ahn et Ostrom, 2008). La principale ressource produite et développée par ces deux initiatives – mais également protégée, car il faut souligner l’historicité des relations qui préexistent à la dynamique et influencent la création des communautés –, est la constitution d’un réseau de coopération entre acteurs nourris par un intérêt pour la thématique du numérique au service du collectif. Les deux initiatives cherchent à renforcer les liens de la communauté par des pratiques et des dispositifs de gouvernance particuliers qui favorisent l’implication, la contribution et la confiance entre les membres. Il s’agit par exemple de la mise en pratique du principe du « faire avec » ou du travail collaboratif dans la logique « Makers » (Berrebi-Hoffmann et al., 2018) auquel font référence les acteurs, ou encore de la priorité donnée aux temps d’interconnaissance qui demeure la première séquence des réunions de l’ACL. Ces démarches sont nécessaires pour maintenir les projets dans une logique de commun. Au-delà de l’impulsion originelle, les initiatives se retrouvent confrontées à la difficulté de développer, voire de maintenir la contribution de membres pour conserver cette logique initiale.

Le caractère polycentrique et décentralisé des espaces de choix collectifs et d’action

18On retrouve ici les problèmes de pérennisation de l’action collective en commun et de free riding auxquels s’intéresse Ostrom. Chaque projet y est confronté, car les communautés sont ouvertes. Cependant, nous identifions dans chaque initiative l’émergence de plusieurs sous-collectifs informels avec des niveaux d’engagement variables. Il en découle que les projets reposent en dernier ressort sur un nombre de membres restreints, fournissant la majorité des contributions. Dans le cas de l’ACL, il s’agit des militants originels qui partagent une culture de la contribution et sont engagés au sein d’autres collectifs de communs. Cependant, les membres évoquent cette initiative comme un « portail d’entrée » ou une « permanence ouverte », car l’ACL regroupe des membres circonstanciels, à la fois habitués ou nouveaux, qui s’intéressent à la thématique des communs. Il y a donc un collectif mouvant, avec un embryon de personnes bien investies. C’est le cas aussi pour le SIILAB où nous observons plusieurs sous-groupes. Parmi les membres initiaux, la DRJSCS, la DIRECCTE et la DREAL ont porté le projet et en sont les garantes auprès de la DITP. Par ailleurs, certains membres s’impliquent dans les activités collectives, tandis que d’autres ne font qu’assister au comité de pilotage. Enfin, d’autres organisations ont rejoint les projets menés dans les axes, élargissant le cercle des contributeurs.

19Il en découle une particularité des communs numériques enquêtés : l’ancrage territorial de la communauté y est important, mais l’action collective prend place au sein de différents espaces. Ces initiatives coconstruisent le plus possible dans des situations de présentiel au sein des lieux mutualisés avec de petits collectifs qui engagent des formes de proximité géographique et relationnelle, importantes pour développer plus facilement des modes de réciprocité et neutraliser les comportements opportunistes, afin de pérenniser les démarches en commun (Lefebvre-Chombart et Robert, 2021). Cependant, malgré cet ancrage, ces communs numériques disposent d’une base communautaire plus large, avec des collectifs et des pratiques de coopération plus étendues. La constitution de ces communautés en réseau déploie les initiatives sur de multiples échelles, entremêlant différentes configurations socio-territoriales. Les ressources produites sont utilisées par les membres, mais sont également à disposition d’une communauté plus large.

20Observer ces collectifs distincts au sein des communautés, avec des ancrages multipolaires, vient mettre en évidence la troisième dimension centrale des communs numériques qui ressort de notre analyse comparative : leur caractère polycentrique avec des choix collectifs pris à diverses échelles. Les décisions et la mise en activité sont décentralisées sur plusieurs espaces d’actions au sein du réseau des contributeurs. Dans chaque initiative, les membres sont libres d’expérimenter des projets et l’autonomie d’action est valorisée. Au SIILAB, cela se fait au sein des axes de travail entre les membres qui souhaitent s’impliquer ; ce qui vient expliquer l’élargissement considérable du cercle des contributeurs sur certains axes comme l’axe 3 autour de la thématique de l’illectronisme. L’ACL engage un mode de fonctionnement de type « stigmergique » ou « do-ocratique » où chacun peut décider de mener un projet personnel, puisqu’il y a un accord de confiance tacite du collectif à l’égard des initiatives individuelles. Le collectif peut ensuite s’engager dans l’un des projets en cours qui fait alors l’objet d’une reconnaissance par les pairs.

La dimension numérique des initiatives enquêtées

Les outils numériques comme condition de l’action collective en commun

21Cependant, le numérique n’apparaît pas comme un élément secondaire des initiatives enquêtées. Au contraire, il est un moteur de l’action collective et de l’engagement des membres. Ceux à l’origine de l’ACL sont des spécialistes du libre, des militants du mouvement « Makers » ou des « Wikipédiens ». Le SIILAB s’inscrit dans une dynamique d’innovation sociale par le numérique. Les partenaires impliqués sont touchés par ce sujet et cherchent à améliorer les réponses qu’ils peuvent fournir aux usagers du territoire ou aux acteurs de l’ESS, dans un contexte de fracture numérique et de dématérialisation des procédures administratives engagées par l’État. La référence aux outils numériques est aussi très présente dans les collectifs qui les considèrent comme des facilitateurs de commun. Ils les perçoivent comme le support du travail collaboratif (Briand, 2015 ; Mahieu, 2017) et ont la conviction qu’ils accroissent les contributions et offrent la possibilité d’entreprendre en réseau. L’un des principaux artisans du projet SIILAB évoque en entretien les nouvelles manières de faire véhiculées par ces technologies qui permettent de « plateformiser les relations » avec les partenaires et joue un « rôle d’ensemblier, d’amplification des collaborations ».

22L’observation des projets réalisés vient corroborer en partie ces représentations. Pour le SIILAB, l’outil Framapad a permis que l’écriture du dossier de réponse au PIA soit véritablement collective et que chaque partenaire puisse participer à coconstruire les projets sur lesquels le « lab » s’est engagé auprès de la DITP. Les règles d’usage des ressources ont suivi également ce processus. Pour l’ACL, les différents outils comme les wikis, Loomio ou Communecter, permettent de documenter l’ensemble des activités. Ce principe de fonctionnement, l’un des plus importants évoqués, consiste à laisser des traces de chaque contribution afin de favoriser la coordination horizontale.

23On relève ici que les vertus qu’attribuent les collectifs au numérique se vérifient à la condition que les outils mobilisés soient de véritables communs numériques eux-mêmes. Les techniques ayant eu un effet sur la dynamique de commun sont issues du logiciel libre. Pour appuyer cette idée, la comparaison des deux initiatives s’avère intéressante, car l’ACL utilise exclusivement ce type de technologies, alors que le SIILAB s’est vu imposé par la DITP, un logiciel fonctionnant avec une licence propriétaire. La mobilisation de cet outil par les différents partenaires, dont l’achat n’a pas été décidé collectivement, a été difficile et a suscité des tensions dans le collectif. La décision des membres du SIILAB d’en revenir à des outils du libre et d’inclure un partenaire impliqué sur ces technologies dans le second temps du projet montre que les ressources communes facilitent une action collective en communs. Le numérique a donc une incidence positive sur la dynamique de communs dans ces initiatives en fonction des règles qui s’appliquent sur les outils mobilisés. Nous pouvons à nouveau insister, avec Hess et Ostrom (2007) sur l’importance des règles d’usage dans les communs numériques.

Appropriation des communs numériques et dimension politique des communautés

24Examiner le rôle du numérique dans ces initiatives vient donc soulever la question de l’appropriation réelle des outils et des ressources, au-delà des règles formelles régissant leurs usages communs. Cette appropriation peut se révéler plus complexe que ne l’admettent les membres des collectifs qui perçoivent les technologies numériques comme une condition suffisante de la coordination en réseau et de la coopération. Or, l’horizontalité effective des relations est sujette à caution.

25Dans le cadre de l’ACL, la contribution aux diverses activités implique une appropriation préalable des outils du logiciel libre. Derrière les intentions des promoteurs se cachent cependant des réalités hétérogènes en termes de compétences et de mises en pratique de ces outils, qui peuvent entrer en tension avec les principes d’un fonctionnement en commun. Comme l’interroge Mahieu (2017 ; p. 59), « une gouvernance démocratique qui garantisse la libre expression de tous et la décision démocratique peut-elle se réduire à un assemblage d’outils, de plus s’interfaçant quasi automatiquement ? ». Même si les règles d’usage garantissent la non-exclusivité des communs numériques, l’écueil du caractère excluant du numérique subsiste toujours et contrevient aux principes d’une communauté ouverte, fondée sur un fonctionnement de réciprocité et la participation à l’élaboration des règles par la libre interaction et la libre discussion (Weinstein, 2015). La capacité réelle de contribuer aux communs est inégalement distribuée, ce qui peut aboutir à des formes de hiérarchie entre les participants et à une gouvernance réduite à un « pilotage aux mains des spécialistes » (Mahieu, 2017 ; p. 59).

26Les collectifs ont ainsi tendance à ne pas percevoir la réalité de leur fonctionnement collectif en raison des qualités qu’ils confèrent au numérique. Pourtant, les appropriations difficiles remettent au centre du jeu la dimension politique du fonctionnement des communautés, masquée par les représentations que se font les acteurs de ces outils. La coopération ne gomme pas les rapports de pouvoirs, pourtant oblitérés par les membres.

Conclusion : les aspects déterminants des initiatives de communs numériques 

27L’analyse comparative de l’ACL et du SIILAB a permis de mettre en évidence cinq dimensions structurantes d’une démarche autour des communs numériques, qui viennent compléter et préciser le cadre d’analyse des conditions sociotechniques de réalisation des communs numériques initialement proposées.

28La dimension institutionnelle met l’accent sur les règles d’usage et de gestion qui structure le fonctionnement et la dynamique du projet, ainsi que sur le caractère auto-organisé des initiatives avec un engagement des communautés aux choix collectifs et aux instances de décisions. Ce qui implique pour l’étude des communs numériques de s’intéresser aux modalités de gouvernance et aux dispositifs de fonctionnement du projet, ainsi qu’à la manière dont sont produites les règles collectives d’usage et de gestion et leur contribution à la démarche engagée dans chaque projet. Il faut déterminer si elles ont été coconstruites et si les décisions sont prises en concertation entre tous les membres des collectifs. La dimension communautaire insiste sur le ou les collectifs impliqués dans les initiatives et les rapports entre eux. Une communauté organisée en réseau et engagée dans des formes de « travail du commun » par la coopération des membres aux décisions, la mutualisation des ressources et la collaboration dans les tâches (Nicolas-Le Strat, 2016). Les modalités de fonctionnement des projets donnent à voir cela, en ce qu’elles visent des formes d’horizontalité et l’instauration de liens de réciprocité afin de favoriser les pratiques de contribution et in fine le développement d’un capital social. Les liens préexistants, les relations nouées et vécues, ainsi que l’évolution de la structure des collectifs, leur extension, leur renforcement ou leur réduction doivent donc être examinés pour appréhender les communs numériques. La dimension multi-échelle explicite le fait que les communs numériques agissent au sein de plusieurs espaces où se donnent à voir les pratiques de coopérations qui forgent ces communs et où les choix collectifs sont régulièrement décentralisés. Les communs numériques sont ainsi polycentriques et caractérisés par diverses modes d’actions et de décisions autonomes.L’étude des outils numériques à travers les règles de gestion et les pratiques de mobilisation des ressources partagées et/ou coproduites dans les différents collectifs permet d’insister sur une dimension d’appropriation, qui inclut l’idée de propriété commune des outils d’un point de vue formel, mais aussi de leurs usages collectifs réels. En effet, les technologies numériques apparaissent comme le moteur de l’action collective en ce qu’elles suscitent l’engagement des membres qui leur attribuent des vertus quant à la mise en œuvre d’une dynamique de communs (favoriser la coordination horizontale et le travail contributif). Ses représentations doivent être interrogées. D’une part, ces qualités ne sont observées que partiellement. Les pratiques de coopération, de partage ou de mutualisation des ressources demeurent hétérogènes. Cette dimension d’appropriation doit alors être considérée à travers le niveau d’accès et d’usage, le temps d’adaptation aux outils numériques, la capacité réelle de contribution des différents membres et les dispositifs existants qui permettent de réduire les inégalités d’usage. D’autre part, ce sont en dernière instance les règles de partage et de contrôle de ces outils qui conditionnent la réalisation d’un commun numérique. Ce qui vient en définitive mettre en exergue la dimension politique des communs numériques qui insiste sur la réalité du fonctionnement collectif et des rapports de pouvoir au sein des initiatives.

29En définitive, notre étude débouche sur la proposition d’un cadre d’analyse des communs numériques, formalisé autour de ces cinq dimensions et qui permet à la fois de qualifier ces communs et de comprendre pourquoi et comment ils le deviennent. Ce cadre nécessite d’être consolidé ou retravaillé à partir d’un terrain plus conséquent. Toutefois, il corrobore déjà les résultats d’Hess et Ostrom sur l’importance des règles d’usage et de gestion et permet d’insister sur les effets du numérique dans chaque projet, en regardant au plus près des conditions de partage, d’usage et de contrôle des outils mobilisés ou développés dans l’action. Par ailleurs, il conforte la définition de Coriat, qui s’applique de manière pertinente à une conceptualisation des communs numériques à condition de lui ajouter d’autres aspects déterminants. Nos observations insistent notamment sur la communauté qui porte le commun, se construit en partie et se renforce avec lui.

Haut de page

Bibliographie

Ahn, T.K., Ostrom, E. (2008), « Social Capital and Collective Action », in D. Castiglione et al., Handbook on Social Capital, Oxford University Press, Oxford.

Bauwens, M., Sussan, R. (2005). « Le peer to peer : nouvelle formation sociale, nouveau modèle civilisationnel ». La Revue du MAUSS, 26(2), pp. 193-210.

Berrebi-Hoffmann, I., Bureau M.-C. et Lallement M. (2018), Makers enquête sur les laboratoires du changement social, 1er vol., 343 p.

Briand, M. (2015), « Gouvernance contributive, réseaux coopératifs locaux et communs. Éthique publique », Revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale, n° 17.

Bollier, D. (2014), La renaissance des communs. Pour une société de coopération et de partage, Paris, Charles Léopold Mayer.

Chanteau, J.-P., Labrousse, A. (2013), « L’institutionnalisme méthodologique d’Elinor Ostrom : quelques enjeux et controverses », Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, n° 14.

Coriat, B. (2013), « Le retour des communs. Sources et origines d’un programme de recherche », Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, n° 14.

Coriat, B. (2015), Le retour des communs la crise de l’idéologie propriétaire, Paris, Les Liens qui Libèrent, 297 p.

Dardot, P., Laval C. (2014), Commun essai sur la révolution au XXIe siècle, La découverte, 593 p.

Kranich, N. (2007), « Countering Enclosure: Reclaiming the Knowledge Commons », in C. Hess et E. Ostrom, Understanding Knowledge as a Commons, From theory to practice, The MIT Press, Cambridge MA.

Heller M., Eisenberg R.S. (1998), « Can patents deter innovation? The anti commons in biomedical research », Science, vol. 280, p. 698-701.

Hess, Ch., Ostrom, E. (dir.) (2007), Understanding Knowledge as a Commons, From theory to practice, The MIT Press, Cambridge MA.

Lefebvre-Chombart, A., Robert, P. (2021), « Reconfigurer l’économie sociale et solidaire en Hauts-de-France : un living lab en commun au service de lintermédiation territoriale ? », Géographie, Économie et société.

Mahieu, C. (2017), « Assemblées et Chambres des Communs », in. M., Cornu, F., Orsi et J., Rochfeld (dir.), Dictionnaire des biens communs, pp. 5760.

Nicolas-Le Strat, P. (2016), Le travail du commun, 308 p.

Olson, M. (1965), The Logic of Collective Action: Public Goods and the Theory of Groups, Harvard University Press, Cambridge, MA.

Ostrom, E. (2010), Gouvernance des biens communs pour une nouvelle approche des ressources naturelles, Laurent Baechler (dir.), De Boeck supérieur, (Planète en jeu), 301 p.

Samuelson, P. (1954), « The pure theory of Public expenditures », Review of Economics and Statistic.

Weinstein, O. (2013), « Comment comprendre les « communs » : Elinor Ostrom, la propriété et la nouvelle économie institutionnelle », Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, n° 14.

Weinstein, O. (2015), « Comment se construisent les « communs » : questions à partir d’Ostrom », in Le retour des communs la crise de l’idéologie propriétaire, Paris, Les Liens qui libèrent, pp. 69-87.

Weinstein, O. (2017), « Action Collective », in. M., Cornu, F., Orsi et J., Rochfeld (dir.), Dictionnaire des biens communs, pp. 28-33.

Haut de page

Notes

1 Hess et Ostrom s’opposent à Samuelson (1954) qui distingue un mode de gestion et un régime de propriété efficaces et durables des biens en fonction de leurs caractéristiques intrinsèques. Dans ce cadre, la connaissance, les idées ou les données sont assimilées à des biens publics purs, car elles seraient partageables à l’infini et leur usage par un individu n’entraverait pas l’usage que d’autres individus pourraient en retirer. Cependant, ces biens peuvent tout autant faire l’objet d’une appropriation exclusive (bien privé) et peuvent parfois s’enrichir au fur et à mesure des usages (bien club). Ce ne sont donc pas les propriétés intrinsèques d’un bien qui définissent sa condition, mais les règles collectives d’usage et de gestion.

2 Le contexte actuel est marqué par un mouvement d’appropriation exclusive de ces biens immatériels. C’est pour cette raison qu’Ostrom et Hess se sont intéressés à la connaissance et aux idées, et cherchent à les appréhender comme des communs (Dardot et Laval, 2014 ; Coriat, 2015).

3 https://lille.lescommuns.org/ consulté le 24/06/2020.

4 La DRJSCS, la DIRRECTE, la DREAL, l’URSSAF, l’INSEE, le Mouvement Associatif Hauts-de-France, l’Institut Godin, La Sauvegarde du Nord, l’ORVA, l’UDES, la CRESS Hauts-de-France, France Active ou encore la ChairESS Hauts-de-France sont les initiateurs régionaux du projet. Il y a également la BPI, l’ADEME et la Caisse des dépôts.

5 https://www.esshdf.org/ consulté le 24/06/2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Lefebvre-Chombart et Pierre Robert, « Les communs numériques : une comparaison entre l’Assemblée des Communs de Lille et le SIILAB »Terminal [En ligne], 130 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/terminal/7530 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.7530

Haut de page

Auteurs

Amélie Lefebvre-Chombart

CRISS, Université Polytechnique des Hauts-de-France
ChairESS Hauts-de-France

Pierre Robert

CLERSE, Université de Lille
ChairESS Hauts-de-France

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search