Navigation – Plan du site

AccueilNuméros130Communs numériques : une nouvelle...Communs et capitalisme numérique ...

Communs numériques : une nouvelle forme d’action collective ?

Communs et capitalisme numérique : histoire d’un antagonisme et de quelques affinités électives

Digital commons and digital capitalism : the history of an antagonism and of a few elective affinities
Sébastien Broca

Résumés

Cet article propose une histoire conjointe du capitalisme et des communs numériques. Il part de l’hypothèse selon laquelle il faut envisager les pratiques et les théories des communs numériques relativement à différents stades de développement du capitalisme numérique. À un premier capitalisme numérique fondé sur l’exploitation de rentes de monopoles grâce à la propriété intellectuelle a ainsi répondu l’émergence de communs, comme le logiciel libre et Wikipédia, mettant au premier plan l’accès ouvert aux ressources informationnelles. Un deuxième capitalisme numérique reposant sur le modèle de la plateforme, l’exploitation du travail et des données des internautes, a ensuite tiré profit de ces ressources partagées. Cela a conduit le mouvement des communs à mieux prendre en compte les questions relatives au travail, à la valeur et à la surveillance. L’article décrit ces évolutions en mêlant économie politique et sociologie. Il propose pour finir l’esquisse d’une théorie des transformations du capitalisme numérique, qui accorde une place importante au rôle tenu par la critique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

Les recherches dont est issu cet article ont été réalisées dans le cadre de deux programme de recherche : EnCommuns, dirigé par Benjamin Coriat, financé par l’AFD et le Crédit Coopératif ; TAPAS, dirigé par Corinne Vercher-Chaptal, financé par la DARES et la DREES. Je remercie l’ensemble des participants à ces deux programmes.

Texte intégral

Introduction 

1La définition des communs numériques est loin d’être consensuelle. D’une part, la notion générale de commun donne lieu à des approches diverses, tant du point de vue disciplinaire qu’épistémologique (Cornu, Orsi et Rochfeld, 2017). D’autre part, ces communs d’un type particulier, dont l’émergence est directement liée aux possibilités ouvertes par Internet, se laissent difficilement saisir et circonscrire. Ils peuvent être désignés comme « numériques », « informationnelles », ou « de la connaissance », sans que ces formulations ne se recouvrent nécessairement. Ils sont parfois abordés comme une simple déclinaison de principes généraux d’action collective, parfois comme porteurs de spécificités marquées, liées notamment au caractère non-rival et difficilement excluable de l’information (Coriat, 2011). Ils peuvent être saisis à la lumière de la théorie ostromienne des communs (Ostrom, 1990 ; Ostrom et Hess, 2007), par rapprochement avec la notion de domaine public (Boyle, 2008), ou encore comme le fondement d’un mode de production en devenir (Benkler, 2006 ; Vercellone, 2017). Le projet de cet article n’est pas de trancher in abstracto entre ces différentes approches (il en existe du reste bien d’autres). Il est plutôt d’aborder les communs numériques depuis une perspective différente, en historicisant et en sociologisant la question. Cela revient à penser leurs spécificités relativement à un contexte ou, pour le dire plus précisément, relativement à différents stades de développement du capitalisme numérique (Schiller, 1999 ; Staab, 2019).

2Le capitalisme numérique peut être abordé de manière sectorielle, comme désignant « l’informatique (matériel et logiciel), les télécommunications (réseaux et opérateurs), les médias et les contenus (matériel audio-visuel et éditeurs de contenus) » (Boulier, 2016, p. 172). Cette approche se révèle toutefois insuffisante aujourd’hui, dès lors que les grandes entreprises technologiques, notamment les Gafam (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft), investissent un grand nombre de secteurs (la finance, la santé, l’énergie, les transports...), loin de ce qui semblait jadis constituer leur « cœur de métier ». Aussi, si le capitalisme numérique renvoyait dans les années 1990 et 2000 à un secteur (l’économie numérique), on peut considérer qu’il constitue depuis une dizaine d’années un nouveau stade du capitalisme mondial, en tant que ce dernier est désormais dominé par une poignée d’entreprises technologiques américaines aux capitalisations boursières astronomiques (Durand, 2020). Dans la suite du texte, je désigne comme « premier capitalisme numérique » la réalité des années 1990 et 2000, et comme « deuxième capitalisme numérique » le stade actuel, dont on peut approximativement dater l’émergence avec la crise de 2007-2009.

3Les communs numériques se sont, quant à eux, institués en réaction à des formes de privatisation et/ou de marchandisation touchant les savoirs, les informations et les données (Vecam, 2011 ; Coriat, 2015). Ils ont été mis en avant par différents acteurs sociaux : contributeurs et militants engagés dans divers projets (logiciels libres, Wikipédia, licences Creative Commons, etc.), universitaires forgeant concepts et théories pour donner sens à ces initiatives. L’une des caractéristiques du mouvement de défense des communs numériques et donc son hétérogénéité, ainsi que les nombreuses circulations entre « acteurs de terrain » et « théoriciens ». La pertinence même de ce genre de distinctions est du reste contestée par certains commoners, qui soulignent l’impossibilité de forger une théorie unifiée des communs (cf. Bollier, 2013, p. 172).

  • 1 Dans le détail, je m’appuie sur une sélection de douze entretiens, réalisés entre 2009 et 2011, dan (...)

4Au sein de cette nébuleuse de discours et de pratiques, je me suis intéressé de plus près à deux types d’acteurs : les militants français des communs numériques et les juristes américains ayant théorisé ces communs. J’inclus dans le premier groupe, plus que les simples contributeurs, les personnes ayant un engagement politique en faveur des communs, notamment via des actions de plaidoyer à différents niveaux. Je fonde mes analyses sur un travail de veille et d’observation, réalisé depuis dix ans, concernant les actions de plusieurs associations et collectifs (Vecam, April, Framasoft, La Quadrature du Net, Coopcycle, La Coop des Communs). Je m’appuie également sur des entretiens semi-directifs menés avec certains membres de ces organisations1. Concernant les théories des communs, j’analyse en priorité les écrits de juristes américains de renommée internationale, dont l’importance pour le mouvement des communs a été largement notée (Broca et Coriat, 2015 ; Bellon, 2017). Les différents éléments empiriques sur lesquels se fonde cet article ne sauraient cependant être vus comme parfaitement représentatifs de l’ensemble du mouvement des communs. Le degré auquel il est possible de généraliser mes conclusions demeure donc une question que je laisse ouverte.

5L’hypothèse que je voudrais creuser est qu’il a existé depuis trente ans un jeu d’influences réciproques entre les transformations du capitalisme numérique et celles du mouvement des communs numériques. Mon but est de mieux comprendre ces influences croisées, en abordant conjointement les évolutions du capitalisme et celles des mobilisations en faveur des communs, un peu à la manière de Luc Boltanski et Ève Chiapello (1999). Je voudrais ainsi articuler une économie politique du capitalisme numérique et une sociologie des communs, en considérant les protagonistes des communs comme des acteurs de la critique. Le plan adopté est chronologique. La première partie revient sur les projets de communs numériques et leur conceptualisation, tels qu’ils se sont développés dans les années 1990 et 2000 en réaction à l’extension des droits de propriété intellectuelle. La deuxième partie examine la situation au cours de la décennie suivante, lorsque l’émergence des grandes plateformes oligopolistiques (les Gafam) bouleverse l’économie d’Internet et, plus largement, la dynamique du capitalisme mondial.

Les communs numériques face à l’extension de la propriété intellectuelle

Le premier capitalisme numérique

6À partir du début des années 1980, une grappe de transformations conjointes opère en vingt ans un renforcement notable de la propriété privée sur les créations de l’’esprit. Allongement de la durée des droits d’’auteur et des droits voisins, brevetabilité étendue au vivant et (aux États-Unis) aux programmes informatiques, accords internationaux obligeant les pays du Sud à respecter les brevets sur les médicaments, nouvelles lois pour protéger les prérogatives des détenteurs de droits sur Internet : les changements en matière de propriété intellectuelle sont nombreux et ils vont presque tous dans le sens d’un renforcement des droits existants (Dulong de Rosnay et Le Crosnier, 2013). Ce « second mouvement des enclosures » (Boyle, 2003), favorisé par le lobbying des multinationales du médicament, du logiciel et de la culture, appuie l’essor d’un premier capitalisme numérique, dont le développement est aussi permis par la privatisation néolibérale des réseaux de télécommunication, notamment celle de l’infrastructure technique d’Internet à l’initiative des États-Unis en 1995 (Smyrnaios, 2017, p. 36-37).

7Les modèles d’affaires des entreprises emblématiques de ce premier capitalisme numérique reposent sur la privatisation de l’information. Les industries culturelles, les éditeurs de logiciels, ou encore les éditeurs scientifiques fonctionnent selon une logique assez similaire. Ils produisent et commercialisent des biens à base informationnelle (œuvres numérisées, programmes informatiques, articles scientifiques), protégés par des droits de propriété intellectuelle (DPI), ce qui leur permet de vendre chaque copie à un prix très supérieur à son coût de reproduction (Aigrain, 2005). L’exploitation de rentes de monopoles leur offre ainsi des rendements croissants et des marges opérationnelles confortables, une fois amortis les coûts initiaux de recherche et développement.

8À la suite de Benkler (2006, p. 31), on peut soutenir que ce premier capitalisme numérique ne représente pas une rupture fondamentale. Les changements apportés par la numérisation et le renforcement de la propriété intellectuelle viennent plutôt approfondir une logique économique préexistante : vendre en grande quantité des biens standardisés, à des consommateurs dont le consentement à payer est acquis grâce à la publicité et au marketing. Le premier capitalisme numérique apparaît en ce sens comme une variation sur la logique industrielle standard, adaptée au nouvel environnement technologique, à la montée en puissance des « immatériels » et aux exigences nées de la financiarisation. Les marges confortables octroyées par les monopoles d’exploitation permettent en effet de satisfaire les exigences de rentabilité imposées par les marchés financiers (Durand, 2014). Réciproquement, la profitabilité de ces modèles économiques crédibilise, en les « normalisant », les attentes des marchés.

La naissance d’une coalition des communs

9Le logiciel libre (free software), créé par Richard Stallman en 1983, est le premier mouvement social d’envergure à s’être opposé à cette vague de privatisation des ressources informationnelles (Coleman, 2012). Il ne l’a pas fait par idéologie anticapitaliste (bien que certains partisans du logiciel libre puissent par ailleurs revendiquer un tel positionnement), mais par volonté de défendre la libre circulation de l’information, la collaboration entre développeurs et les droits des utilisateurs (Stallman, 2002). Dans le contexte des années 1990 et 2000, les pratiques du free software étaient pourtant diamétralement opposées aux exigences du capitalisme numérique, quand bien même les principes revendiqués n’étaient pas explicitement anticapitalistes. Rendre techniquement possible, politiquement légitime et juridiquement pérenne le partage de ressources informationnelles comme le code informatique, c’’était attaquer le cœur même de la dynamique d’’accumulation fondée sur la privatisation de l’information. On comprend dès lors que les partisans du logiciel libre aient régulièrement été accusés de « communisme » aux États-Unis, que l’ancien PDG de Microsoft Steve Ballmer ait qualifié Linux de « cancer » (Ballmer, 2001), ou encore qu’’un penseur critique comme André Gorz ait décrit le free software comme une « négation pratique des rapports sociaux capitalistes » (Gorz, 2003, p. 93). La radicalité du logiciel libre résidait finalement moins dans son projet explicite que dans ses pratiques techniques et juridiques, frontalement opposées aux modèles économiques dominants.

  • 2 Entretien réalisé le 27 janvier 2010.

10Le free software a joué un rôle matriciel, en ce sens qu’il a largement inspiré d’autres initiatives dirigées contre les excès de la propriété intellectuelle : l’accès ouvert aux publications scientifiques, l’ « encyclopédie libre » Wikipédia, les licences Creative Commons (Broca, 2013). Une coalition d’acteurs défendant les communs numériques – c’est-à-dire, dans ce contexte, l’accès ouvert à un certain nombre de ressources informationnelles – a ainsi vu le jour. Les liens entre ces différents mouvement sociaux se sont tissés lors de la création du mouvement Access to Knowledge (A2K) en 2004, au Forum Social Mondial de Bélem en 2009 (où fut élaboré le « Manifeste pour la récupération des biens communs ) ou encore, en France, à travers les actions de l’association Vecam, puis du « réseau francophone autour des biens communs » créé en 2012 à l’initiative de Valérie Peugeot. Comme le souligne cette dernière, il s’est alors produit « une sorte de prise de conscience qu’il y avait un dénominateur commun entre le gène d’une plante, la molécule d’un médicament, le code d’un logiciel, qu’à chaque fois au cœur de tout ça c’était de l’information au sens 0 et 1, et que l’enjeu de la propriété sur cette information était un fil rouge du point de vue politique et sociétale qui réunissait toutes ces luttes »2.

  • 3 Entretien réalisé le 22 novembre 2010.

11Face à un premier capitalisme numérique fondé sur la privatisation de l’information, s’est ainsi affirmée une coalition des communs, appuyée sur les possibilités techniques ouvertes par Internet et sur les innovations juridiques apportées par de nouvelles licences : General Public License pour les logiciels, Creative Commons pour les œuvres de l’esprit, Open Database Licence pour les bases de données (Clément-Fontaine, 2014). La militante et chercheuse Gaëlle Krikorian parle ainsi d’ « une sorte d’effet miroir », entre les formes d’action collective mises en place par les industries de l’information pour obtenir l’extension de leurs prérogatives, et les alliances nouées par les acteurs des communs pour y répondre3.

De l’accès ouvert à la gouvernance collective

12Cette floraison de projets et cette effervescence militante ont connu plusieurs traductions au sein du champ académique. Elles ont suscité, d’abord au sein des universités américaines, puis plus largement, un grand nombre de travaux sur les communs numériques. Les acteurs militants des communs ont ainsi tissé au cours des années 1990 et 2000 des alliances étroites avec certains professeurs de droit de stature internationale, opposés au renforcement des droits de propriété intellectuelle : Eben Moglen, Pamela Samuelson, Lawrence Lessig, James Boyle, Yochai Benkler, Amy Kapsczynski (Broca et Coriat, 2015). Comme l’a souligné Anne Bellon, ces alliances se sont révélées mutuellement bénéfiques. Les militants des communs y ont trouvé un moyen de légitimer leurs actions, grâce à l’appui d’universitaires disposant d’un important capital symbolique. Ces derniers ont trouvé dans ces alliances l’occasion d’un renouvellement scientifique (une relecture du droit de la propriété intellectuelle), la matière à de nouveaux modes d’intervention dans le débat public, voire l’opportunité de pousser des innovations institutionnelles comme la création de centres de recherche ouverts à des acteurs extra-académiques, à l’instar du Berkman Center for Internet and Society de Harvard (Bellon, 2017).

  • 4 Les traductions suivies d’un astérisque sont les miennes.

13Cette proximité entre praticiens et universitaires a largement influencé le contenu des théories produites durant cette période. Dans un contexte où les communs numériques étaient conçus en opposition au renforcement de la propriété intellectuelle, c’est la question de l’accès ouvert qui a d’abord été retenue comme principal élément de définition. Au début des années 2000, Lawrence Lessig caractérise ainsi les communs comme des ressources pouvant être utilisées par les individus « indépendamment de relations personnelles, d’autorisation ou de droit d’accès octroyé par les autres »*4 (Lessig, 2001, p. 85). Cette définition, qui rapproche les communs de la notion de domaine public, passe complètement sous silence la question de la gouvernance. Elle exclut la possibilité que les communs numériques puissent faire l’objet de droits d’accès, de régulation et de gestion différenciés, autant de possibilités pourtant largement étudiées par l’école de Bloomington (Ostrom, 1990) et mises en application dans de nombreux projets de communs numériques (Ostrom et Hess, 2007 ; Jullien et Roudaut, 2020).

14Les questions de gouvernance et d’organisation collective vont toutefois se frayer un chemin dans la réflexion sur les communs numériques, à mesure que l’analyse de cas emblématiques comme Linux, Debian, puis Wikipédia, soulignera à quel point le succès des communs dépend, dans le monde numérique comme ailleurs, du respect de règles auto-instituées et de formes élaborées d’organisation collective (Cardon et Levrel, 2009 ; Auray, 2012). Dès la fin des années 2000, il devient ainsi évident que les questions de gouvernance ne peuvent pas être ignorées. Dans un ouvrage collectif réunissant universitaires et militants, la juriste Amy Kapczynski écrit par exemple :

« Contrairement au domaine public, les communs tels qu’ils sont conçus par le mouvement Access to Knowledge sont gouvernés, mais contrairement à la propriété privée, ils sont gouvernés collectivement. Ils ne sont pas dégagés de toute forme d’autorisation (ou, nécessairement, de paiement), mais il s’agit d’une autorisation accordée par un collectif et non par un individu.* » (Kapczynski, 2010, p. 32).

La « commons-based peer production »

15Il est impossible d’évoquer les théories des communs numériques proposées au cours des années 2000 sans s’arrêter sur celle qui a sans doute été la plus influente, et peut-être aussi la plus aboutie : celle de Yochai Benkler. Elle est élaborée dans plusieurs articles, puis dans The Wealth of Networks paru aux États-Unis en 2006. Comme Lessig, Boyle ou Kapczynski, Benkler est marqué par les liens tissés avec les militants des communs et impressionné par la réussite de Wikipédia et de certains projets de logiciels libres. Sa réflexion se singularise toutefois par l’attention accordée aux questions économiques et par son caractère résolument interdisciplinaire, associant le droit, l’économie, la sociologie et la philosophie politique.

16L’approche exposée dans The Wealth of Networks n’envisage pas les communs numériques seulement comme des ressources informationnelles, largement accessibles et collectivement gérées. Elle les considère, de façon plus ambitieuse, comme la base d’un nouveau mode de production, que Benkler désigne comme la « production par les pairs fondée sur les communs » (commons-based peer production). Il la définit comme « radicalement décentralisée, collaborative et non-propriétaire ; fondée sur le partage des ressources et des produits parmi des individus éparpillés, connectés de façon flexible, qui coopèrent les uns avec les autres sans s’’appuyer sur les signaux de marché ou les hiérarchies managériales »* (Benkler, 2006, p. 60).

17Ce mode de production tranche selon lui radicalement avec les modèles du premier capitalisme numérique, ce que Benkler appelle l’ « économie industrielle de l’information ». La production par les pairs fondée sur les communs rompt avec la propriété exclusive, puisque les ressources produites sont partagées grâce à des licences comme la GPL ou les Creative Commons. Elle ne repose pas sur des incitations marchandes, dans la mesure où les motivations des producteurs ne sont pas principalement pécuniaires. Elle tranche enfin avec l’’organisation hiérarchique à l’œuvre dans les grandes entreprises, puisqu’elle se déploie au sein d’environnements productifs peu coercitifs où chacun peut identifier de façon autonome, selon ses envies et ses compétences, les tâches qu’’il souhaite accomplir. Benkler loue ce nouveau modèle, selon lui, plus efficace que la production marchande « classique » et, surtout, plus à même de concrétiser les valeurs de liberté et d’autonomie individuelle au cœur du libéralisme politique (Benkler, 2006, p. 472).

18La théorie de Benkler apparaît donc comme une expression paradigmatique, dans le champ académique, de l’antagonisme entre le premier capitalisme numérique et les communs numériques, tels qu’il se présente dans les années 1990 et 2000. Plusieurs questions demeurent toutefois insuffisamment prises en compte dans cette approche. D’une part, le fait de présenter la production par les pairs fondée sur les communs comme « non-propriétaire » occulte le fait que les principales licences permettant l’accès ouvert (GPL, Creative Commons) reposent en fait sur le droit d’auteur et le copyright (Xifaras, 2010). D’autre part, l’insistance sur l’absence de hiérarchies minore les enjeux de pouvoir et les inégalités de statut, qui ne manquent pas de réapparaître dans les grands projets de communs (Lazaro, 2008). La question de la rémunération des producteurs est enfin remarquablement absente de la démonstration de Benkler, qui insiste sur les motivations intrinsèques (altruistes, généreuses ou passionnées) des individus. La production par les pairs fondée sur les communs se présente ainsi, dans cette théorie, comme un « mode de production » qui ne permet pas la reproduction des conditions d’’existence de ses producteurs. Ces derniers doivent toujours aller chercher leurs moyens de subsistance hors de la sphère des communs, dans l’économie marchande ou le secteur public.

Les communs numériques face aux grandes plateformes

Le deuxième capitalisme numérique

19La crise économique de 2007-2009 accélère l’cmergence de nouvelles plateformes d’intermédiation (Uber, Airbnb) et l’installation au centre du capitalisme mondial d’une poignée d’acteurs oligopolistiques (les Gafam), qui bénéficient de politiques monétaires accommodantes, du chômage engendré par la crise et du discrédit que celle-ci a fait subir au capitalisme financier (Atal, 2020). Quelques entreprises, toutes issues de la côte Ouest des États-Unis, conquièrent ainsi, en quelques années seulement, une place prédominante dans la dynamique d’accumulation du capitalisme mondial (Durand, 2020). Elles installent un deuxième capitalisme numérique, dont les caractéristiques tranchent assez nettement avec celles de son prédécesseur.

20Les acteurs dominants de cette nouvelle phase ne se contentent pas de commercialiser des biens à base informationnelle, protégés par des droits de propriété intellectuelle. Ils développent de nouveaux modèles économiques fondés sur la récolte et l’exploitation des données, l’organisation de marchés de biens et de services, ou encore la vente aux entreprises de services numériques comme le cloud (Zuboff, 2019 ; Jordan, 2020). Ces stratégies de profit s’appuient sur le modèle sociotechnique de la plateforme. Ce dispositif permet aux entreprises numériques d’organiser et de contrôler les flux d’informations entre différents acteurs (utilisateurs et annonceurs, créateurs de contenu et audience, offreurs et demandeurs de services), tout en externalisant de nombreux coûts liés au travail et aux actifs productifs, et en capturant une grande partie de la valeur économique produite (Benavent, 2016 ; Srnicek, 2018).

21La propriété intellectuelle demeure importante pour ces entreprises. Elle leur permet de protéger certains actifs clés, les aide à contrôler des chaînes de valeur globales (Durand, 2018) et d’échapper à l’impôt, en utilisant marques et brevets, domiciliés dans des paradis fiscaux, pour déplacer leurs profits dans des pays à la fiscalité avantageuse (Zucman, 2017). Elle revêt toutefois une importance moins cruciale qu’auparavant. D’une part, un certain nombre de ressources devenues essentielles (algorithmes, technologies de machine learning, données) sont difficiles à protéger par les formes classiques de propriété intellectuelle (Kapczynski, 2020). D’autre part, les entreprises technologiques s’aperçoivent qu’il peut être avantageux de ne pas réclamer de droits exclusifs sur certaines ressources informationnelles, afin d’extraire de la valeur autrement (Varian, 2005). Elles n’hésitent donc plus à défendre l’’ouverture et la libre diffusion, lorsque cela leur permet de réduire leurs coûts et d’’augmenter leur base d’’utilisateurs.

22Les transformations de Microsoft en sont un bon exemple. Alors que la firme de Redmond a longtemps prospéré en vendant des logiciels protégés par des droits de propriété intellectuelle, elle se vante aujourd’’hui de défendre l’open source, après avoir en partie ouvert son porte-feuille de brevets et racheté la plateforme GitHub, bien connue des développeurs de logiciels libres. Quant à Google, elle n’’a réclamé aucun brevet jusqu’en 2003, préférant placer son algorithme Page Rank sous le sceau du secret commercial afin de ne rien en révéler (Pasquale, 2015). Elle est par ailleurs entrée sur le marché des smartphones grâce à un logiciel open source, le système d’’exploitation Android étant fondé sur Linux. C’est que Google n’’a pas investi ce secteur pour concurrencer Apple sur la vente de terminaux (ce qui aurait constitué une logique industrielle classique), mais pour s’’ouvrir de nouveaux accès à des quantités astronomiques de données, en cohérence avec son modèle économique fondé sur la publicité ciblée (Zuboff, 2019, p. 133-134). De façon générale, les droits de propriété intellectuelle standard ont donc eu une importance relativement modeste dans l’émergence du deuxième capitalisme numérique, en ne jouant « qu’un rôle secondaire dans le processus de propriétarisation effective des données »* (Cohen, 2019, p. 45).

L’intégration des communs par le capitalisme numérique

23Les communs numériques ont, en revanche, largement aidé à la mise en place de ce nouveau capitalisme. Ils ont tout d’abord fourni certaines infrastructures essentielles au déploiement des grandes plateformes. Les logiciels libres sont ainsi devenus « les routes et les ponts » du capitalisme numérique (Eghbal, 2016), une infrastructure numérique partagée et à bas coût sur la base de laquelle développer des offres techniques et commerciales différenciées. Toutes les grandes entreprises de la Silicon Valley utilisent aujourd’hui des logiciels libres. Google a adopté Debian comme système d’exploitation en interne ; Amazon se sert de la base de données Redis et de bien d’autres projets open source (Elasticsearch, MySQL, Docker, Hadoop, Spark...) pour propulser ses services de cloud (Moody, 2018) ; Facebook fait tourner ses serveurs grâce à des logiciels libres. Le code de tous ces programmes est disponible sur de grandes plateformes d’hébergement et de gestion de projets, comme GitHub, propriété de Microsoft depuis 2018. Les grandes entreprises technologiques participent de plus à la gouvernance de plusieurs logiciels libres, par le biais de fondations comme la Linux Foundation. La plupart de ces entreprises affectent aussi des salariés à leur développement, à l’image de la politique initiée par IBM dès 1999 (Broca, 2013). Le noyau Linux – intégré dans le fonctionnement des box Internet, liseuses, smartphones, routeurs et serveurs – est ainsi écrit à environ 80 % par des employés de sociétés technologiques (Linux Kernel Patch Statistics, 2020).

24Si les logiciels libres représentent l’exemple le plus manifeste de l’intégration des communs par le capitalisme numérique (Birkinbine, 2020), il est loin d’être isolé. Le projet de cartographie ouverte et collaborative Open Street Maps est ainsi devenu crucial pour Apple, Amazon ou Facebook. Il leur permet de casser leur dépendance à Google Maps et de développer de nouveaux services, autour de la réalité augmentée notamment (Morrison, 2020). Le cas de Wikipédia est également instructif. Google et Amazon ont effectué ces dernières années des dons de quelques millions de dollars à la Wikimedia Foundation (Dickey, 2019). Présentés comme philanthropiques, ces versements sont en fait loin de compenser les bénéfices économiques que ces entreprises tirent de l’encyclopédie. Ainsi, le service fourni par le moteur de recherche de Google est grandement amélioré par l’affichage fréquent d’un encadré issu de Wikipédia sur la page des résultats. L’enceinte connectée d’Amazon répond, quant à elle, de façon d’autant plus « intelligente » aux questions de ses usagers, qu’elle peut s’appuyer sur la base de données Wikidata (Heater, 2018).

25Les communs numériques apparus dans les années 1990 et 2000 sont donc devenus, en partie du moins, des « communs du capital » (Calimaq, 2018). Ils ont été intégrés aux logiques de production et de captation de valeur mises en œuvre par les plateformes. Ils ont en fait largement permis l’essor de celles-ci, en améliorant la qualité de leurs services, en réduisant les coûts associés et en permettant à ces entreprises de communiquer sur des thématiques connotées positivement comme lrouverture, la collaboration et le partage (Lund et Zukerfeld, 2020). Réciproquement, le financement et la production des communs en sont venus à dépendre, bien qu’à des degrés divers, de l’investissement monétaire et humain consenti par ces acteurs économiques dominants. Cela ne signifie pas que le travail bénévole en faveur de ces communs a disparu. Il a cependant changé de nature. D’une part, il cohabite de plus en plus souvent avec du travail salarié classique (O’Neil et al., 2020). D’autre part, la signification de l’engagement bénévole se trouve parfois altérée, dès lors que ce dernier n’apparaît plus uniquement comme une contribution en faveur d’une cause, mais comme un input gratuit au profit de grandes entreprises. Le travail bénévole se mue alors en travail gratuit (Simonet, 2018), et « ce qui était initialement conçu comme un régime émancipateur de production collaborative d’un commun en accès ouvert [se transforme] en un régime d’hyper-exploitation dont le capital se nourrit gratuitement »* (Harvey, 2018, p. 96).

De quelques affinités électives

26Il serait simpliste de croire que ces transformations se sont opérées à l’insu des acteurs des communs numériques, ou contre leur gré. Au contraire, l’intégration des communs au capitalisme numérique a été activement promue par certains. On peut en voir le point de départ dans la décision prise en 1998 par une fraction de la communauté du logiciel libre, et notamment par des figures importantes comme Linus Torvalds, Eric Raymond et Guido Van Rossum, de privilégier le terme open source, afin d’éliminer la connotation anti-business attachée au terme original de free software (en anglais, « free » veut dire à la fois libre et gratuit). Par la suite, l’utilisation de programmes open source par les entreprises technologiques a souvent été interprétée par les défenseurs du logiciel libre comme une « victoire » (O’Neil et al., 2020), en tant qu’elle matérialisait la supériorité du code libre sur le code propriétaire. L’hybridation entre les communs et le marché a également été promue dans d’autres secteurs comme la culture, et elle a souvent reçu la bénédiction de grands théoriciens des communs numériques comme L. Lessig (2008) et Y. Benkler (2011).

27De manière sans doute plus fondamentale, l’intégration des communs numériques par le capitalisme s’explique par la focalisation de nombreux acteurs militants sur l’ouverture des ressources informationnelles (un héritage de la lutte menée contre l’extension de la propriété intellectuelle), au détriment d’autres questions comme la juste rémunération du travail ou la distribution équitable des profits. Richard Stallman a, par exemple, toujours considéré l’’enjeu de la répartition de la valeur dans l’’économie du logiciel libre comme une « distraction par rapport à ce qui compte vraiment : que ces programmes puissent être utilisés par tous dans la liberté et la communauté » (Stallman, 2018). Autrement dit, il faut selon lui considérer les logiciels libres comme des biens informationnels sur lesquels les utilisateurs ont certains droits, et non comme un travail collectif pour lequel les producteurs doivent être rémunérés. À cela s’ajoutent chez certains (mais pas chez Stallman) des arguments sur la potentielle corruption par l’argent des motivations intrinsèques des commoners, en vertu d’une forme de « crowding-out effect » (Benkler, 2011).

28La primauté de l’exigence d’accès universel aux ressources informationnelles s’exprime aussi dans les termes juridiques des licences libres (et de certaines licences Creative Commons), qui ont pour principe cardinal de ne pas discriminer entre les usagers et les usages (Jean, 2011). Ainsi, Google a les mêmes droits sur un logiciel libre qu’un utilisateur individuel, et l’usage commercial est permis au même titre que les usages non-marchands. Du point de vue juridique, rien n’a donc empêché les acteurs du capitalisme numérique de se comporter en free riders et de profiter des communs sans avoir à financer leur production, sinon de manière philanthropique.

29Les affinités électives entre communs et capitalisme numériques se disent en un dernier sens. Les militants des communs ont été les alliés objectifs des grandes plateformes dans un certain nombre de batailles juridiques les opposant aux industries culturelles et aux opérateurs de télécommunication, acteurs majeurs du premier capitalisme numérique. Depuis la loi Hadopi votée en France en 2009 jusqu’à la directive européenne sur le droit d’auteur en 2019, en passant par les propositions américaines SOPA et PIPA (Stop Internet Piracy Act et Protect IP Act) en 2012, les grandes organisations de défense des communs numériques (Mozilla Foundation, Wikimedia Foundation, Electronic Frontier Foundation ; April et La Quadrature du Net en France) se sont souvent retrouvées aux côtés des grandes plateformes pour demander le retrait de ces réformes du copyright. Quel que soit le bien-fondé de ces engagements, elles ont ainsi objectivement servi de force d’appoint aux plateformes dans leurs batailles de lobbying et d’image contre les industries culturelles. Un constat très similaire peut être dressé en ce qui concerne les controverses autour de la neutralité du Net. Là encore, certains acteurs des communs ont été les alliés objectifs des oligopoles de la Silicon Valley, cette fois-ci contre les opérateurs de télécommunication.

30Historiciser l’approche des communs numériques permet donc de dépasser le constat à mon avis trop simple, selon lequel « la nature ouverte des technologies de l’information et les principes de neutralité de l’Internet sont les produits d’une construction sociale des communs en conflit permanent avec la logique de l’État ainsi qu’avec la logique propriétaire et extractive du capitalisme de plateforme »* (Brancaccio et Vercellone, 2019). Au contraire, les ressources informationnelles partagées que sont les logiciels libres ou Wikipédia ont facilité, tant matériellement que symboliquement, le développement des grandes plateformes. Les militants des communs numériques ont quant à eux souvent accompagné, consciemment ou non, ces déplacements de pouvoir entre acteurs du premier et du deuxième capitalismes numériques.

Le cheminement théorique et politique des acteurs des communs

31Les constats développés plus haut sont aujourd’hui partagés par certains acteurs des communs. Les juristes américains, qui ont joué un rôle si important dans les luttes contre l’extension de la propriété intellectuelle, se sont livrés récemment à des formes assez remarquables d’auto-critique. Yochai Benkler a par exemple écrit que « le genre d’optimisme qui caractérisait les écrits de Barlow, ainsi qu’au moins une partie des miens, est beaucoup plus difficile à soutenir aujourd’hui que nous avons vu l’issue de la première génération de luttes portant sur les communs »* (Benkler, 2019). Amy Kapczynski dresse un constat encore plus sévère. Elle relève que les juristes, dont elle fait partie, qui se sont opposés au renforcement de la propriété intellectuelle et ont célébré la production par les pairs ont, malgré eux, « aidé à consolider, ou du moins n’ont pas adéquatement contesté, ces nouvelles et vastes formes de pouvoir privé »* que sont les plateformes (Kapczynski, 2020). Elle ajoute que l’idée selon laquelle « gagner des batailles politiques sur le logiciel libre ou le matériel open source serait plus à même de permettre aux gens de vivre des vies indépendantes que gagner des batailles politiques autour du droit du travail » s’est avérée « douloureusement et évidemment fausse »* (Kapczynski, 2020).

32On perçoit un cheminement intellectuel assez analogue chez plusieurs acteurs de la réflexion francophone sur les communs. Plusieurs théoriciens (Bauwens et Kostakis, 2015 ; Vercellone, 2017 ; Alix et al., 2018) se sont ainsi demandés comment il serait possible de faire des communs un mode de production autonome. Il faut entendre par là un mode de production où les producteurs (en l’espèce les commoners) pourraient être assurés de leurs conditions matérielles de subsistance, sans avoir à aller chercher des revenus hors de la sphère des communs, dans l’économie marchande traditionnelle ou dans le salariat classique. Pour le dire autrement, la question de la reproduction de la force de travail social – c’est-à-dire les conditions permettant la subsistance continuée des commoners – s’est frayé un chemin dans la réflexion sur les communs.

33Ces évolutions sont également perceptibles chez les militants des communs en France. Ainsi, l’association d’éducation populaire au numérique Framasoft, historiquement consacrée à la défense du logiciel libre, a fait évoluer son projet et son discours au cours des années 2010. Elle s’est fait connaître d’un assez large public en 2014 avec la campagne « Degooglisons Internet », organisée autour de services Web alternatifs, respectueux des données et des libertés de leurs utilisateurs. L’ « ennemi principal » n’est alors plus Microsoft, cible historique du logiciel libre, mais bien le deuxième capitalisme numérique, incarné symboliquement par Google. Framasoft a ensuite continué à élargir son horizon au-delà de la question du logiciel libre, que ses membres présentent désormais « comme un moyen et non comme une fin ». L’association a ainsi étoffé sa critique de la surveillance et de l’hégémonie des Gafam, en y ajoutant des accents résolument anticapitalistes. Lors d’une intervention publique, en octobre 2019, le directeur de Framasoft, Pierre-Yves Gosset, affirme qu’« on ne s’en sortira pas tant qu’on n’aura pas fait tomber le capitalisme et le patriarcat », avant de préciser ensuite sur Twitter : « C’est une réflexion (individuelle et collective) qui nous traverse depuis un moment. Donc autant nommer les problèmes »5. Ce type de discours est assez nouveau parmi les défenseurs des communs numériques, traditionnellement peu enclins à user d’une rhétorique anticapitaliste, souvent associée à des univers militants de culture marxiste qui ne sont historiquement pas les leurs. La phrase citée témoigne également de la montée des préoccupations féministes, au sein d’un monde du logiciel libre où les hommes sont largement sur-représentés et où les comportements misogynes ne sont pas rares (Dunbar-Hester, 2019).

  • 6 Coopcycle, « CoopCycle : une licence pour valoriser le travail des communs », 26 octobre 2018, http (...)

34Le projet Coopcycle, une fédération de coopératives de livreurs à vélo, constitue un autre exemple révélateur de la transformation du mouvement des communs. Dans la foulée du « coopérativisme de plateforme » (Scholz, 2016), Coopcycle se veut une réponse à l’ « uberisation » de la livraison urbaine par Deliveroo ou Uber Eats. Le projet repose, à l’origine, sur la création d’un commun numérique : une application de « dispatch », permettant d’organiser les liens entre livreurs, clients et restaurateurs. L’objectif poursuivi à travers ce commun n’est toutefois pas de rendre accessible à tous une nouvelle ressource logicielle. Il est d’améliorer les conditions de travail et de rémunération des livreurs à vélo, organisés en coopératives. Les membres de Coopcycle ont donc choisi de placer leur logiciel sous une licence créée par leurs soins, qui en réserve l’utilisation commerciale aux seules entreprises coopératives. Comme ils le précisent, l’objectif est ainsi « d’encourager la contribution au commun que constitue le logiciel tout en le préservant d’un usage qui serait en contradiction avec [l’]objectif de protection sociale des livreurs.euse.s, mais aussi de gouvernance réellement démocratique, permise par l’organisation de la communauté en coopératives »6. L’impératif d’accès ouvert et universel aux ressources informationnelles a ainsi cédé la place à un projet politique dans lequel les questions du travail et de la rémunération sont centrales.

Conclusion

35Une manière de lire l’histoire des communs numériques au cours des dix années écoulées consiste à y voir l’irruption de nouveaux enjeux (la qualification du travail, le partage de la valeur, la lutte contre la surveillance, le rejet des inégalités de genre, voire la protection de l’environnement), au sein d’un mouvement d’abord construit autour du libre accès à l’information et à la connaissance. Cette histoire ne peut être comprise, c’est du moins la thèse que j’ai voulu défendre, qu’en lien avec les transformations du capitalisme numérique. C’est parce que les défenseurs des communs numériques se sont opposés avec un certain succès au premier capitalisme numérique fondé sur la propriété intellectuelle, que les grandes plateformes du deuxième capitalisme numérique ont pu se développer. C’est ensuite parce que ces acteurs économiques ont acquis en quelques années une position dominante, que les défenseurs des communs numériques ont fait évoluer leur discours et leurs pratiques.

36Cette interprétation de l’histoire récente, dont j’ai bien conscience qu’elle n’est pas la seule possible, pousse à mon sens à réévaluer le rôle tenu par la critique dans les transformations du capitalisme numérique. En effet, ce facteur demeure sous-estimé dans de nombreuses analyses, qui mettent l’accent sur des déterminants techniques ou étroitement économiques. Or, comme le montre l’exemple des communs numériques, la critique produit des effets importants, tant sur les pratiques des entreprises que sur la manière dont elles sont régulées. Les discours critiques jouent en outre un rôle de légitimation essentiel, lorsqu’ils sont incorporés par les acteurs capitalistes. Enfin, dans la lutte concurrentielle que se livrent les firmes pour gagner des marchés et augmenter leurs profits, la critique sert parfois de « force d’appoint ». Plusieurs formes de militantisme développées dans le sillage des communs numériques ont ainsi favorisé le déplacement du pouvoir économique qui s’est opéré depuis trente ans en faveur des Gafam. En avoir conscience permet, je pense, de mieux cerner les questions qui se posent aujourd’hui. En ce sens, le travail esquissé dans cet article n’est qu’un prélude au développement ultérieur du mouvement des communs et à son adaptation aux déplacements du capitalisme.

Haut de page

Bibliographie

Aigrain, P. (2005) Cause commune. Paris : Fayard.

Alix, N., Bancel, J. L., Coriat, B. et Sultan, F. (2018), Vers une République des biens communs ?, Paris, Les Liens qui Libèrent.

Atal, M. R. (2020) « The Janus Faces of Silicon Valley », Review of International Political Economy, ahead of print.

Auray, N. (2012) « Online communities and governance mechanisms », in Brousseau, E., Marzouki, M. & Méadel, C., eds., Governance, Regulation and Powers on the Internet. Cambridge : Cambridge University Press, pp. 211-231.

Ballmer, S. (2001), interview, The Chicago-Sun Times, 1er juin.

Bauwens, M. et Kostakis, V. (2015), « Towards a New Reconfiguration Among the State, Civil Society and the Market », Journal of Peer Production, n° 7. URL : http://peerproduction.net/editsuite/issues/issue-7-policies-for-the-commons/peer-reviewed-papers/towards-a-new-reconfiguration-among-the-state-civil-society-and-the-market/

Bellon, A. (2017) « Le hacker et le professeur. Mise en débat de la propriété intellectuelle sur Internet aux États-Unis », Raisons politiques, 67(3), pp. 165-183.

Benavent, C (2016) Plateformes. Sites collaboratifs, marketplaces, réseaux sociaux… Comment ils influencent nos choix. Paris : FYP Éditions.

Benkler, Y. (2006) The Wealth of Networks : How Social Production Transforms Markets and Freedom. New Haven : Yale University Press.

Benkler, Y. (2011) The Penguin and the Leviathan : How Cooperation Triumphs over Self-Interest. New York : Crown Business.

Benkler, Y. (2019) « A Political Economy of Utopia », Duke Law & Technology Review, 18(78), pp. 78-84.

Birkinbine, B. J. (2020) Incorporating the Digital Commons. Corporate Involvement in Free and Open Source Software. Londres : University of Westminster Press.

Bollier, D. (2014) La renaissance des communs. Paris : Éditions Charles Léopold Mayer.

Boltanski, L. et Chiapello, È. (2011) Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard.

Boullier, D. (2016) Sociologie du numérique. Paris : Armand Colin.

Boyle, J. (2003) « The second enclosure movement and the construction of the public domain », Law and contemporary problems, 66(1/2), pp. 33-74.

Boyle J. (2008) The Public Domain. Enclosing the Commons of the Mind. New Haven : Yale University Press.

Brancaccio F. et Vercellone C. (2019), « Birth, Death, and Resurrection of the Issue of the Common : A Historical and Theoretical Perspective », The South Atlantic Quarterly, 118(4), pp. 699-709.

Broca S. (2013) Utopie du logiciel libre. Du bricolage technologique à la réinvention sociale. Neuvy-en-Champagne : Le passager clandestin.

Broca, S. et Coriat, B. (2015) « Le logiciel libre et les communs : deux formes de résistance et d’alternative à la propriété exclusive », Revue internationale de droit économique, 29(3), pp. 265-284.

Calimaq (2018) « Les Communs numériques sont-il condamnés à devenir des ‘Communs du capital’ ? », 24 juin 2018. URL : https://scinfolex.com/2018/06/24/les-communs-numeriques-sont-il-condamnes-a-devenir-des-communs-du-capital/.

Cardon, D. et Levrel, J. (2009) « La vigilance participative. une interprétation de la gouvernance de Wikipédia », Réseaux, 2(154), pp. 51-89.

Clément-Fontaine, M. (2014) L’œuvre libre. Paris : Larcier.

Cohen, J. (2019) Between Truth and Power. The Legal Constructions of Informational Capitalism. Oxford : Oxford University Press.

Coleman, E. G. (2012) Coding Freedom : the Ethics and Aesthetics of Hacking. Princeton : Princeton University Press.

Coriat, B. (2011) « From natural-resources commons to knowledge commons. Common traits and differences », WP 2011-4. URL : www.mshparisnord.fr/ANR-PROPICE/documents.html

Coriat, B. (2015) Le retour des communs : & la crise de l’idéologie propriétaire. Uzès : Les Liens qui libèrent.

Cornu, M., Orsi, F. et Rochfeld, J. (2017) Dictionnaire des biens communs. Paris : P.U.F.

Dickey, M. R. (2019) « Google.org donates $ 2 million to Wikipedia’s parent org », TechCrunch, 22 janvier 2019.

Dulong de Rosnay, M. et Le Crosnier, H. (2013) Propriété intellectuelle. Géopolitique et Mondialisation. Paris : CNRS Éditions.

Dunbar-Hester, C. (2019) Hacking Diversity : The Politics of Inclusion in Open Technology Cultures, Princeton : Princeton University Press.

Durand, C. (2014) Le capital fictif. Comment la finance s’approprie notre avenir. Paris : Les Prairies Ordinaires.

Durand, C. (2018) « L’envers de l’économie numérique : un capitalisme intellectuel monopoliste », note de recherche IFRIS, n° 7, février 2018.

Durand, C. (2020) Techno-féodalisme. Critique de l’économie numérique. Paris : La Découverte.

Eghbal, N. (2017) Sur quoi reposent nos infrastructures numériques ?, OpenEdition Press, Framabook, URL : http://books.openedition.org/oep/1797.

Gorz, A. (2003) L’Immatériel. Connaissance, valeur et capital. Paris : Galilée.

Harvey, D. (2018) Marx, Capital, and the Madness of Economic Reason. Oxford : Oxford University Press.

Heater, B. (2018) « Amazon donates $ 1M to Wikimedia », TechCrunch, 25 septembre 2018.

Hess, C. et Ostrom, E. (2007), ed., Understanding Knowledge as a Commons. From Theory to Practice. Cambridge (MA) : The MIT Press.

Jean, B. (2011) Option Libre. Du bon usage des licences libres. Framabook

Jordan, T. (2020) The Digital Economy. Cambridge : Polity Press.

Jullien, N. et Roudaut, K. (2020) « Commun numérique de connaissance : définition et conditions d’existence », Innovations, vol. prépublication, no. 0.

Kapczynski, A. (2010) « Access to Knowledge : A Conceptual Genealogy », in Kapczynski A. & Krikorian G., Access to Knowledge in the Age of Intellectual Property. New York : Zone Books, pp. 17-57.

Kapczynski, A. (2020) « The Law of Informational Capitalism », The Yale Law Journal, 129(5), pp. 1460-1515.

Lazaro, C. (2008) La liberté logicielle. Une ethnographie des pratiques d’échange et de coopération au sein de la communauté Debian. Louvain-la-Neuve : Academia-Bruylant.

Lessig, L. (2001) The Future of Ideas : The Fate of the Commons in a Connected World. New York : Random House Editor.

Lessig, L. (2008) Remix. Making art and commerce thrive in the hybrid economy. Londres : Bloomsbury.

Linux Kernel Patch Statistics (2020), URL : http://www.remword.com/kps_result/

Lund, A., et Zukerfeld, M. (2020) Corporate capitalism’s use of openness. Basingstoke : Palgrave Macmillan.

Moody, G. (2018) « Time for Net Giants to Pay Fairly for the Open Source on Which They Depend », Linux Journal, 5 novembre 2018. URL : https://www.linuxjournal.com/content/time-net-giants-pay-fairly-open-source-which-they-depend.

Morrison, J. (2020) « OpenStreetMap is Having a Moment. The Billion Dollar Dataset Next Door », Medium, 18 novembre 2020. URL : https://joemorrison.medium.com/openstreetmap-is-having-a-moment-dcc7eef1bb01

O’Neil, M., Muselli, L., Raissi, M., et Zacchiroli, S. (2020) « “Open source has won and lost the war” : Justifying commercial-communal hybridisation in a FOSS project », New Media & Society

Ostrom, E. (1990) Governing the Commons : The Evolution of Institutions for Collective Action. Cambridge : Cambridge University Press.

Pasquale, F. (2015) The Black Box Society. Cambridge (MA) : Harvard University Press.

Schiller, D. (1999) Digital Capitalism. Cambridge (MA) : The MIT Press.

Scholz, T. (2016) Platform Cooperativism. Challenging the Corporate Sharing Economy. New York : Rosa Luxemburg Stitftung.

Simonet, M. (2018) Travail gratuit : la nouvelle exploitation ?. Paris : Textuel.

Smyrnaios, N. (2017) Les GAFAM contre l’Internet. Paris : INA Éditions.

Srnicek, N. (2018) Capitalisme de plateforme. L’hégémonie de l’économie numérique. Montréal : Lux Éditeur.

Staab, P. (2019) Digitaler Kapitalismus - Markt und Herrschaft in der Ökonomie der Unknappheit. Berlin : Suhrkamp.

Stallman, R. M. (2002) Free Software, Free Society : Selected Essays of Richard M. Stallman. Boston : GNU Press.

Stallman, R. M. (2018) entretien avec Rob Lucas de la New Left Review, message posté sur la liste Nettime le 6 novembre 2018.

Varian, H. (2005) « Copying and copyright », Journal of Economic Perspectives, 19(2), pp. 121–138.

VECAM (dir.) (2011) Libres savoirs : les biens communs de la connaissance. Caen : C&F éditions.

Vercellone, C. (2017) « The Common as a Mode of Production. Towards a critique of the political economy of common goods ». URL : http://generation-online.org/c/fc_rent14.htm

Xifaras, M. (2010) « Le copyleft et la théorie de la propriété », Multitudes, n° 41, pp. 50-64.

Zuboff, S. (2019) The Age of Surveillance Capitalism. The Fight for a Human Future at the New Frontier of Power. New York : Public Affairs.

Zucman, G. (2017) La richesse cachée des nations, deuxième édition. Paris : Seuil.

Haut de page

Notes

1 Dans le détail, je m’appuie sur une sélection de douze entretiens, réalisés entre 2009 et 2011, dans le cadre de ma thèse en sociologie sur l’influence du mouvement du logiciel libre. J’ai également tiré partie d’un corpus de vingt entretiens avec des membres de Framasoft et de Coopcycle, réalisés en 2019 et 2020 dans le cadre du projet de recherche TAPAS. Je remercie chaleureusement Corinne Vercher-Chaptal, Cynthia Srnec, Laura Aufrère, Philippe Eynaud et Lionel Maurel, avec qui j’ai travaillé sur l’étude de Framasoft. Je précise que les entretiens effectués dans le cadre de TAPAS ne sont pas cités dans cet article, dans la mesure où le projet est toujours en cours au moment où j’écris.

2 Entretien réalisé le 27 janvier 2010.

3 Entretien réalisé le 22 novembre 2010.

4 Les traductions suivies d’un astérisque sont les miennes.

5 Pierre-Yves Gosset, Twitter, 18 octobre 2019, https://twitter.com/_OaOas/status/1185145646824734720.

6 Coopcycle, « CoopCycle : une licence pour valoriser le travail des communs », 26 octobre 2018, https://blogs.mediapart.fr/coopcycle/blog/261018/coopcycle-une-licence-pour-valoriser-le-travail-des-communs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Broca, « Communs et capitalisme numérique : histoire d’un antagonisme et de quelques affinités électives »Terminal [En ligne], 130 | 2021, mis en ligne le 28 mai 2021, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/terminal/7595 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.7595

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search