Navigation – Plan du site

AccueilNuméros130Communs numériques : une nouvelle...Contributions et coordination des...

Communs numériques : une nouvelle forme d’action collective ?

Contributions et coordination des makers face à la crise du Covid-19

Robert Viseur et Amel Charleux

Résumés

 Le mois de mars 2020 fut marqué pour de nombreux pays européens (Italie, France, Belgique…) par la diffusion exponentielle de la maladie du Covid-19. À la suite du manque d’anticipation des gouvernements et aux tensions sur les approvisionnements en matériels, la mobilisation des makers fut particulièrement remarquée, dans leurs efforts pour fournir en masques les personnels soignants, mais aussi dans leur participation à l’émergence de projets open source plus complexes tels que les respirateurs. Cette recherche exploratoire s’intéresse à la nature des productions proposées par l’action collective des makers, ainsi qu’aux différentes structures de coordination leur permettant de maximiser l’utilité de leurs réalisations et d’en améliorer les propriétés.

Haut de page

Texte intégral

Cette recherche a été réalisée avec le soutien du Fonds Européen de développement régional dans le cadre du projet transfrontalier FabricAr3v.

Introduction

1En décembre 2019, démarrait dans la ville de Wuhan (capitale de la province de Hubei, Chine) une épidémie de pneumonie attribuée à un nouveau coronavirus baptisé SARS-CoV-2 (Dong et al., 2020). Cette maladie à coronavirus 2019 (ou Covid-19) conduisit au confinement strict de la ville de Wuhan dès le 23 janvier 2020 et à celui de la plupart des villes importantes de Hubei dès le 24 janvier (Lau et al., 2020). Bien que localement efficaces, ces mesures de confinement n’empêchèrent pas une diffusion de la maladie en Chine continentale et à plusieurs dizaines d’autres pays conduisant le 11 mars 2020 l’OMS à déclarer pandémie l’épidémie de Covid-19. En Europe, la maladie frappa durement l’Italie. Malgré la mise en place progressive du confinement dès le 9 mars, le système de soins de santé y atteignit rapidement ses limites (du fait notamment de la capacité limitée des unités de soins intensifs), tandis que les autres pays européens connaissaient une progression similaire du virus (avec quelques jours ou quelques semaines de décalage) et mettaient à leur tour en œuvre des mesures de confinement (Saglietto et al., 2020).

2En pratique, la réponse des États combina différentes mesures visant à minimiser le nombre de malades et à éviter la saturation des hôpitauxi, ce qui fut popularisé par l’expression « flatten the curve ». Suivant les pays, ces mesures incluent par exemple des règles de distanciation sociale, la mise en quarantaine des malades, les restrictions à la circulation ou aux rassemblements, et le tracing (sous différentes formes) des contacts (Anderson et al., 2020 ; Kretzschmar et al., 2020). Les projets mobilisés dans cette recherche sont localisés principalement dans trois pays : l'Italie, la France et la Belgique. Ces derniers présentent quelques spécificités. Bien que les premiers malades les touchèrent au cours de la même période, c'est-à-dire seconde moitié du mois de janvier et début février 2020, l'Italie connut ensuite une circulation plus rapide du virusii et, principalement dans le nord du pays, une saturation dramatique du système de soins de santé. Cette situation pourrait s'expliquer par le maintien des rencontres de football (en particulier Atalanta-Valencia organisée le 19 février 2020 et mobilisant un tiers de la population de la ville martyre de Bergame), la part importante des plus de 65 ans dans la population (2e population la plus âgée au monde après le Japon), la concentration de l'épidémie sur quelques régions (Lombardie, Émilie-Romagne, Vénétie...), l'absence de stratégie de soin adaptée, la pénurie de matériel et la faiblesse des capacités en soins intensifs au sein d'hôpitaux régionaux, certes performants, mais davantage orientés vers les prestations les plus rentables (Boccia et al., 2020). Le gros de la vague des contaminations frappa la France et la Belgique plus tard, c'est-à-dire mi-mars, avec des mesures comparables impliquant notamment, dès le 17 mars, des confinements nationaux (Desson et al., 2020). La France fut atteinte de manière plus localisée (en particulier en Île-de-France et dans le Grand Est) comparativement à la Belgique. Cette dernière se distingua tristement par son nombre de morts par cent mille habitants sans qu'il soit aisé de départager l'influence sur ces chiffres des méthodes de comptabilisation des morts Covid-19 ou celle d'un système fédéral complexe entraînant des choix politiques fruits d'un compromis entre entités fédérées (Desson et al., 2020). En particulier, les établissements d'hébergement pour personnes âgées, appelés maisons de repos (MR/MRS) en Belgique et Ephad en France, payèrent un lourd tribut, avec plus de 50 % des morts Covid-19. En Belgique, les retours de terrain à la suite du premier déconfinement débouchèrent sur un rapport d'Amnesty (2020) mettant en évidence les négligences, le dénuement matériel du personnel en matière d'équipements de protection individuelle et l'absence de politique massive de tests. En pratique, ces établissements relèvent depuis la sixième réforme de l'Etat des compétences régionales (avec un transfert effectif depuis 2019), ce qui contribue, pour organiser une réponse globale face à la pandémie, à la mobilisation de pas moins de neuf ministres et de multiples comitésiii.

3Notre recherche, si elle s'appuie sur quelques exemples italiens (pionniers compte tenu de l'urgence sanitaire apparue soudainement dans le nord de l'Italie), porte sur la France (plus particulièrement les Hauts-de-France) et la Belgique francophone, c'est-à-dire la zone transfrontalière couverte par le projet Interreg FabricAr3v. En France ou en Belgique, la croissance de la pandémie, courant mars, révéla un manque d’anticipation et de préparation pour faire face à l’afflux de malades dans les hôpitaux. Ces manquements conduisirent notamment à de vives polémiques sur la prise en charge des maisons de repos, l’équipement de protection du personnel soignant, la disponibilité de masques ou encore l’absence de dépistage systématique. En particulier, cette crise du coronavirus a révélé un manque de ressources dans trois domaines : les masques (p. ex. FFP2), les respirateurs et les accessoires (p. ex. accessoires de respirateurs). Dans le cas des masques, le manque de stocks couplé à l'absence de capacités de production locales suffisantes a mis en évidence la dépendance des pays européens à certains pays étrangers et notamment à la Chine. Les difficultés d'obtenir, même tardivement, du matériel répondant aux normes européennes a suscité de nombreuses tensions et débats.

4C’est dans ce contexte troublé que furent sollicitées les capacités d’adaptation des acteurs de terrain et que fut mise en évidence la mobilisation des makers pour la production d’équipements de protection individuelle tels que des visières et des masques, et ce, grâce à, d'une part, des outils de fabrication numérique de type imprimantes 3D et, d'autre part, à l'accès à des communs informationnels (codes sources, plans...) partagés grâce à des plates-formes en ligne. Cette mobilisation s’est également manifestée sur des projets plus complexes tels que les respirateurs (p. exp.  MakAir et M.U.R), sans que la maturité de ces productions ou leur coordination avec des acteurs plus officiels (p. ex. hôpitaux) ne soit toujours très claire ni que l’efficacité de cette réponse spontanée ne soit en définitive évidente. Pour citer un responsable de fablab : « Pour l'instant, j'ai l'impression que c'est le chaos à cause des trop nombreuses initiatives “« pour centraliser” » ou “« pour coordonner” », que ce soient les besoins ou les solutions » (Belgique, 01/04/2020). Face à cette mobilisation massive et semble-t-il très décentralisée et chaotique des makers, nous nous interrogeons, après plusieurs mois de maturation, sur la manière dont ces acteurs se sont, ou non, coordonnés, organisés, structurés. Quelles ont été leurs productions et comment se sont-elles intégrées dans les économies locales ? Notre recherche s’intéresse aux initiatives d’innovation et de production collectives et ouvertes en contexte de crise. Les questions de structuration et de coordination autour des objets de valeurs créés sont essentielles et guideront notre réflexion tout au long de ce travail.

Cadre théorique

Mouvement des makers

5Popularisé par Anderson (2012), le mouvement makers recouvre en pratique la démocratisation massive des outils de production au travers, d’une part, des dispositifs de fabrication numérique (incluant les imprimantes 3D et les découpeuses laser), d’autre part, le développement de l’open source tant pour le logiciel que pour le matériel (open hardware). Pour certains, les perspectives de production à coût marginal ouvertes par ces outils annoncent l’avènement d’un nouveau modèle de production industrielle locale et distribuée (Rifkin, 2012). En pratique, fabrication numérique et open source sont liés par des éléments communs. D’une part, de nombreuses imprimantes 3D (p. ex. Prusa, Makerbot et Ultimaker) dérivent de l’imprimante 3D open source RepRap. D’autre part, les makers pratiquent le prototypage rapide d’objets divers suivant un mode de coopération qui rappelle les communautés open source. Le développement de l’open hardware a fortement bénéficié de la commercialisation de technologies davantage grand public, telles que les cartes de prototypage (p. ex. BeagleBoard et Raspberry Pi), et de l’émergence de communautés actives (p. ex. Arduino). De manière comparable au logiciel, la clarification de la définition de l’open hardware par l’OSHA (Open Source Hardware Association) ainsi que l’émergence de licences et de modèles d’affaires appropriés ont soutenu l’essor des communautés et, surtout, d’activités commerciales basées sur l’open source et l’open hardware (Viseur, 2012 ; Benyayer, 2015).

  • iv Le « bitouillage » est un néologisme créé par Sébastien Blondeel dans ses traductions en français (...)
  • v Cf. également « Éloge du carburateur » (Crawford, 2010).

6Cette collaboration en ligne inspirée de l’open source s’est doublée d’un ancrage local au travers de tiers-lieux dédiés au hacking (« bitouillage »iv) et à la fabrication numérique. Elle bénéficie d’un retour en grâce des métiers manuels et de la réconciliation entre les savoirs et la pratiquev (Bosqué et al., 2014). Elle s’inscrit, côté étasunien, dans la contre-culture de la côte est et une tradition du hacking née de la démocratisation de l’informatique à la suite de la commercialisation de l’ordinateur personnel dans les années quatre-vingt (Lallement, 2015). En résulte un nouveau modèle d’activité alternatif à celui du marché ou des grandes organisations bureaucratiques. Le mouvement Maker s’est accompagné lui aussi de la création de tiers-lieux : techshops, hackerspaces, fablabs... Dédiés à la fabrication numérique, les fablabs sont supposés suivre des spécifications définies par le Center for Bits and Atoms (CBA) du MIT et disposer d'un équipement minimal (Troxler, 2014). Le terme « fablab  a par la suite été utilisé pour désigner des tiers-lieux dédiés à la fabrication numérique et ouverts aux pratiques collaboratives, mais ne respectant pas nécessairement le cahier des charges du MIT. Nous l'utiliserons indistinctement pour les deux acceptions dans ce document. Les fonds d’amorçage des fablabs sont souvent publics, ce qui pose la question de leur stabilité financière (Suire, 2016) : il s’agit notamment de l’appel à projet FabLabs de 2013 en France et des fonds Feder (Fonds européen de développement régional ; programmation 2014-2020) dans le Hainaut belge (p. ex.  fablabs de Tournai, Mons et Charleroi). Souvent, les fablabs dépendent d’entités gouvernementales, d'institutions (publiques ou privées) ou d'universités (Capdevila, 2015).

  • vi Le concept de middleground est développé dans Sarazin et al. (2017, p. 27).

7Les fablabs peuvent être vus comme des lieux « glocaux », car à la fois « encastrés dans des réseaux économiques locaux » et soumis à des pipelines globaux dès lors par exemple qu’ils adhèrent à la charte des fablabs du MIT (Suire, 2016). Sur un plan local, les fablabs s’intègrent au concept de « ville créative » ; ils sont fréquemment voués à jouer le rôle d’un middleground (espace d’intermédiation) entre les makers aux comportements très exploratoires (underground) et les organisations bien établies (upperground) telles que les entreprisesvi (Ferchaud, 2017 ; Suire, 2016). Suire (2016) montre en particulier un lien entre les performances des fablabs (évaluées au regard de la maturité des projets développés) et la taille des entreprises avec lesquelles ils sont en contact, suggérant « une dynamique d’externalités entre le fablab et son écosystème ». Ferchaud (2017) insiste par contre sur le mélange d’interaction hors ligne et en ligne ainsi que sur les difficultés liées au partage de projets existants, mais très faiblement documentés. Les connaissances restent donc essentiellement tacites et dès lors uniquement accessibles par socialisation même si, comme le signalent Dechamp et Pélissier (2019), l’utilisation d’outils de partage, tels que les wikis, est répandue. Cette dynamique peut ou non conduire à des « communs de la connaissance » accessibles aux membres du tiers-lieux ou plus largement selon les règles d’une licence de type open source.

Question des outcomes et coordination des projets collectifs

8Le mouvement Maker est un mouvement décrit comme s’opposant à une certaine domination politique et économique. C’est un mouvement considéré comme contestataire dans ses origines (Acquier et al. 2016). Cette caractéristique nous amène à soulever deux interrogations.

9La première interrogation porte sur les retombées et l’évaluation des initiatives collectives des makers. En effet, ainsi que l’indique Liefooghe (2014), il est très difficile de mesurer les impacts économiques, mais aussi sociétaux des projets menés au sein de structures alternatives telles que les fablabs. Dans le cadre de la crise sanitaire de la Covid-19, il est pourtant important de parvenir à esquisser les effets des actions collectives des makers car elles sont potentiellement critiques pour la santé des personnes. Nous nous interrogeons donc sur les productions des makers en temps de crise et sur l’adoption de leurs productions par la population et les personnes visées. Quelles productions des initiatives collectives des makers et pour quel niveau de confiance ? Dans quelle mesure la dimension contestataire parvient-elle à se plier à des exigences réglementaires de qualité, de fiabilité et de certification ? Le deuxième niveau d’interrogation concernant la nature des productions des makers porte sur la forme que prennent ces productions. La dimension contestataire nous amène à considérer le statut des connaissances créées et produites par les makers. Ces connaissances sont-elles collectives ou privatives (Samuelson, 1954) ? L’accès est-il libre ou restreint ? Nous utilisons ici le prisme des communs informationnels pour analyser les productions des makers. Les communs informationnels tirent leur origine dans les communs fonciers analysés par Ostrom. Ce sont des ressources constituées de biens non-rivaux et (généralement) non-exclusifs (Coriat, 2013). Il s’agit par exemple des connaissances créées dans le cadre des produits logiciels libres et open source ou des connaissances collectivement produites sur des plateformes telles que Wikipédia. Ces communs ont ceci de particulier qu’ils obéissent à une logique non pas de conservation mais d’enrichissement (Coriat, 2013). Cette règle de l’additionnalité va nous permettre d’analyser la manière dont l’action collective a favorisé ou non la création de communs. La seconde interrogation qui émerge des origines des makers porte quant à elle sur les éléments de coordination. Ainsi que nous l’avons suggéré, les initiatives ont potentiellement des impacts sur la santé des personnes. La nature de la crise dans laquelle s’inscrivent ces initiatives amène à considérer des nécessités de standardisation, de sécurité sanitaire et autres réglementations prévues pour protéger les populations. Ces impératifs supposent un travail collaboratif au plus proche des instances représentant l’autorité. Or, Acquier et al. (2016) soulignent que cette coordination parfois indispensable des makers avec les entreprises et/ou autres organisations classiques est contre-nature et peut mener à des tensions et à des scissions. Qu’en est-il dans le cas du mouvement collectif des makers pour lutter contre la pandémie de Covid-19 ? Ici, pour reprendre les termes de Sarazin et al. (2017), il est question d’observer comment l’underground se coordonne avec l’upperground en situation de crise et d’urgence sanitaire. Cette question est d’autant plus importante que le rôle joué par les tiers-lieux tels que les fablabs est mis à mal par l’état de confinement généralisé. En effet, ainsi que le suggèrent Garel et Zacklad (2016), les tiers-lieux font office de middleground facilitant la coordination entre l’underground et l’upperground. L’importance du lieu dans le processus de structuration et de coordination des actions collectives de makers a été largement développée (Azam, 2015). Or, ici, le contexte de l’épidémie met à l’épreuve l’unité de lieu puisque les makers étaient pour la plupart confinés. La question de la possibilité de structuration et de coordination totalement dématérialisée se pose. Comment, en temps de confinement et d’isolement, les makers parviennent-ils à créer des actions collectives et à produire des communs de connaissance ? Les tiers-lieux sont des espaces privilégiés d’émergence et de structuration des actions collectives puisqu’ils sont considérés comme des lieux de travail (Liefooghe, 2018). C’est dans ces lieux physiques que se rencontrent et échangent les makers. C’est dans ces lieux physiques que naissent les idées, les projets et que se concrétise leur réalisation. Si la question de la coordination de l’action collective au sein des tiers-lieux est encore tout à fait ouverte selon Nedjar-Guerre (2018) car « ni le périmètre d’action, ni les modes de gouvernance, ni même le modèle n’est encore stabilisé », cette même question se pose encore plus fortement en l’absence de l’unité de lieu.

Méthodologie

10Nous avons adopté la méthode de l’ethnographie en ligne pour ce travail de nature exploratoire. Nous observons un phénomène émergent, dans un contexte de crise. Cette situation particulière ne permet pas le recul nécessaire pour une étude confirmatoire, mais au contraire, est propice à l’exploration et à la découverte. Nous avons donc choisi d’observer le phénomène étudié dans son environnement initial, sans entrer dans un processus d’entretien avec les acteurs considérés. L’ethnographie en ligne (ou netnographie), est une méthode qualitative qui permet l’analyse des actes communicationnels menés en ligne afin d’observer et de comprendre un phénomène sans perturber son environnement (Bernard 2004). Le milieu observé est ainsi peu ou pas perturbé par l’étude. En outre, c’est une méthode particulièrement adaptée aux situations où les contraintes spatiales et temporelles sont importantes (confinement généralisé dans les pays européens, phénomènes récents) (Bernard, 2004). La netnographie constitue un travail initial qui va nous permettre d’identifier les acteurs, les trajectoires, les contours des projets. Elle permet de poser les bases de compréhension nécessaires pour des études futures plus ciblées.

  • vii Interreg est un programme de coopération territoriale européenne qui a pour but de favoriser les (...)

11D’un point de vue plus opérationnel, notre recherche combine deux démarches d’exploration. Premièrement, après une veille portant sur les initiatives liées à la production à l’aide d’outils de fabrication numérique, et en particulier d’imprimantes 3D, quatre projets emblématiques (valve Charlotte, masque Easybreath détourné, MakAir, 3DCovid) ont fait l’objet d’une première analyse sur la base de sources publiques (site Web du projet, articles de presse, interviews...). Ces dernières ont fait l’objet d’un codage visant en particulier à identifier les acteurs, les mécanismes de coordination et la maturité des projets mis en avant. Deuxièmement, deux plates-formes de coordination ont été observées plus spécifiquement (car actives sur la zone Interregvii couverte par l'étude) : Slack « fablabs x covid-19 » en Belgique francophone et Riot « Hauts-de-France ». Une troisième, « Entraide Maker », a été explorée au travers du témoignage d’un de ses animateurs, Dimitri Ferrière. Les plates-formes de coordination sont des lieux qui permettent aux différents makers d’échanger sur les projets, les besoins, les réalisations… Ils constituent donc notre terrain d’étude. La période d'observation s'étend du 15 mars 2020 au 15 juillet 2020. Nous nous sommes inscrits sur chacune de ces plates-formes afin de pouvoir observer les échanges et mener notre netnographie. Pour des considérations éthiques, nous avons fait le choix de nous présenter et de présenter notre recherche sur les différentes plates-formes étudiées (choix de la position overt resercher). Nous avons suivi les quatre recommandations du travail netnographique afin d’assurer le respect de la vie privée des participants (Kozinets, 2002) :

  • la présentation des chercheurs, de leur rattachement et de leurs intentions,

  • l’assurance sur la confidentialité des données,

  • l’intégration des feedbacks des membres durant l’étude,

  • la demande de permission des membres avant publication des extraits d’échange.

12Les résultats de l’étude etnographique sont présentés dans la section suivante avec une forte dominante descriptive qui permet la compréhension du phénomène vis-à-vis d’une question de recherche donnée (Bernard, 2004). L’abondance des données communicationnelles, qui peuvent au départ sembler désordonnées, force le chercheur à la construction de sens au travers de la description.

Résultats préliminaires

13Nos résultats préliminaires identifient tout d’abord la nature des productions proposées par les makers avant de souligner la manière dont ces derniers se sont organisés et coordonnés pour atteindre leurs objectifs.

Nature des productions

14Les productions associées aux makers portent sur trois types de produits : les masques, les accessoires (notamment pour les respirateurs) et les respirateurs.

La fabrication de masques porte sur les masques en tissus, des masques de protection et des visières ((p. ex. faceshields). Si les premiers relèvent davantage de l'activité de couturi·er·ère·s loc·aux·ales, les deux autres sont réalisés en dehors des circuits institutionnels, soit par des particuliers, soit par des groupements de particuliers, soit par des fablabs, à l’aide d’outils de fabrication numérique (imprimantes 3D ou découpeuses laser pour les mieux équipés).

Concernant les accessoires, la progression de la pandémie a rapidement révélé des ruptures dans les approvisionnements. Un des premiers projets médiatisés concerne les valves Venturi développées en Italie au début de la pandémie. Le fichier d'impression 3D pour une valve de respirateur a alors été recréé par la société Isinnovaix. Après un prototypage à l'aide d'une imprimante 3D économique, la fabrication a été réalisée à partir de frittage de poudres. Pour des raisons de sécurité (précision et stérilisation), le design n'a finalement pas été publié. Dans cette « situation d’urgence et de nécessité absolue », l’entreprise a également détourné le masque Easybreath de Décathlon pour en faire un masque pour respirateur dans le cadre de son projet « Easy Covid-19 »x. La valve a fait l’objet d’un dépôt de brevet en urgence afin d’éviter toute spéculation ou réappropriation commerciale. L’entreprise Isinnova garantit l’ouverture et la gratuité totale de tous les plans et documents nécessaires à la fabrication de cette valve.

« Nous tenons à préciser que le brevet restera libre d’usage, car il est dans notre intention que tous les hôpitaux qui en ont besoin puissent l’utiliser si nécessaire. Nous avons décidé de partager librement le fichier pour la réalisation de la “Charlotte Valve” par impression 3D. »

15Le passage à l'échelle a pu s'appuyer sur le réseau de fablabs italiens avec, cependant, de nombreux détails techniques à régler en fonction des machines utilisées. D'autres projets du même type ont pu être menés avec l'aide des makers, des fablabs, des écoles, des hôpitaux et des entrepreneurs locaux.

Enfin, bien que moins développés et utilisés en pratique, des projets de respirateurs open source complets ont vu le jour, notamment à l'initiative du MIT (E-Vent). Au niveau local, des initiatives existent comme Breath4life, initiée par UCLouvain, avec l'implication du Makilab, fablab Openhub pour la R&D, soutenue par divers acteurs privés (Odoo, Coexpair et une dizaine d’autres organisations). Idem en France avec MakAir, initié par le collectif Makers for Life ou encore M.U.R., initié par quatre designers aux domaines de compétences complémentaires soutenus par des ONG. Ces respirateurs, bien que respectant les standards d’utilisation en milieu médical, ne bénéficient pas des certifications nécessaires pour un usage généralisé. Ils ont pour objectif à court terme le déploiement d’urgence en soutien aux dispositifs déjà existants dans les hôpitaux.

« Ce projet est une initiative humaniste et désintéressée, qui a pour unique vocation de préserver la vie en proposant une réponse au manque de matériel lié à la crise actuelle. Ce matériel est actuellement un prototype EN COURS DE VALIDATION ! À ce stade, n’utilisez rien pour usage médical, et ne démarrez pas de reproduction ! Toute exploitation de ces documents est à la responsabilité de l’utilisateur ! »xi

16Le matériel médical obéit à des normes de qualité strictes. Dans le cadre de la pandémie de Covid-19, face à la pénurie d’équipements de protection, un relâchement de ces normes a été toléré afin de permettre la diffusion de solutions de substitution.

« Les autorités sanitaires ferment les yeux, car elles ne peuvent pas accepter que le personnel infirmier utilise des masques cousus à la main ou des visières imprimées au fond d'un garage. Mais elles n'ont pas d'alternative à proposer. Les hôpitaux, eux, croulent sous les sollicitations de ceux qui veulent aider. Plusieurs fablabs produisent pour l'instant plusieurs milliers de visières par jour (la découpe laser, c'est plus rapide que l'impression 3D), mais ce sont les médecins eux-mêmes qui viennent les chercher, car leurs structures n'ont rien à leur proposer » (responsable de fablab, Belgique, 01/04/2020).

17Ce relâchement permet de répondre à l’urgence pour sauver des vies. Cependant, par la suite, le respect de ces normes a pu être réaffirmé, conduisant à l’arrêt de certaines initiatives spontanées comme celle de Covid3d, dont la plateforme a fermé dès le 23 avril 2020 pour éviter toute poursuite judiciaire à l’encontre des makers.

« Les visières doivent désormais répondre à une norme technique que nous ne sommes pas en mesure de contrôler ». « Nous ne souhaitons pas que les makers bénévoles qui font vivre cette plateforme soient poursuivis pour le non-respect de cette nouvelle réglementation » (covid3d.fr).

18Outre les normes réglementaires, la question des contraintes de qualité dépend aussi du type de production. Pour les accessoires, par exemple, l’hôpital a besoin de pièces de qualité constante. L’APHP a ainsi développé sa propre capacité d’impression 3D.

« Each day, a farm of 63 3D printers manufactured 1000 parts of various medical devices, bypassing a slow supply chain and avoiding disabled equipment » (The COVID19-APHP Group, 2020).

19Dans une interview radiodiffusée (RMC, 02/04/2020), le Docteur Roman Hossein Khonsari, chirurgien maxillofacial utilisant déjà l'impression 3D pour faire des objets sur-mesure et améliorer la précision de ses gestes lors de ses interventions, commente cette infrastructure mise en place à Cochin à une échelle davantage industrielle. Elle permet de produire des dispositifs médicaux comme des petits joints pour les respirateurs, des connexions (en rupture de stock) ou des morceaux de pousse-seringues. Une équipe d'ingénieurs prototype les pièces en rupture de stock et lance la production dans la ferme d'imprimantes 3D. Les protocoles de production sont adaptés en travaillant au contact de spécialistes de la production et en prenant en compte les normes associées. Ce système se révèle complémentaire à l'activité des makers pour la production de dispositifs moins critiques tels que les masques.

20L’ensemble de ces initiatives et de ces productions ont été spontanées, voire bénévoles. Sur les produits les moins complexes, la mobilisation a pu être totalement localisée et individualisée. Pour les systèmes plus complexes tels que les respirateurs, il était nécessaire de mener des tests approfondis qui étaient hors de portée des makers isolés. Ces systèmes complexes nécessitent donc une collaboration étroite avec des spécialistes et des professionnels. Nous proposons dans la prochaine section les résultats liés à cette indispensable collaboration élargie et à la manière dont elle a été mise en place par les makers.

Organisation des makers

Coordination entre acteurs

21L’histoire de la valve Charlotte, puis du masque Easybreath adapté montre l’importance de la coordination entre les experts en fabrication numérique (Isinnova) et les experts en soins/en équipements médicaux (médecins) permettant d’obtenir rapidement, par un processus itératif, une solution répondant dans les faits à une situation de crise.

« Nous avons été contactés récemment par l’ancien médecin chef de l’hôpital Gardone Valtrompia, le docteur Renato Favero, qui est entré en contact avec Isinnova par l’intermédiaire d’un docteur de l’hôpital Chiari, pour lequel nous fabriquons les valves d’urgence à l’aide d’un processus d’impression 3D » (op. cit.).

22Les acteurs impliqués dans ce type de projets peuvent être des makers isolés, des associations dédiées à la fabrication numérique (typiquement des fablabs, mais il peut aussi s’agir d’associations spontanées de professionnels volontaires comme Covid 3D en France), des entreprises, des hôpitaux ou des universités. En pratique, la coordination peut s’organiser autour d’entreprises (p. ex.  Isinnova), d’acteurs institutionnels tels que des hôpitaux (p. ex. 3D Covid) ou des universités (notamment en soutien des fablabs ; par exemple,  financement de la production de masques du FabLab Mons par l’UMONS) ou de fablabs sans que ces trois formes ne soient mutuellement exclusives. Trois types de plates-formes se dégagent : les plates-formes par projet (p. ex.  Breath4Life et MakAir), les plates-formes institutionnelles (p. ex. 3D Covid au départ de l’APHP et poursuivant une logique d’open innovation visant à encourager les inputs innovants et à maximiser la diffusion de designs validés au sein du réseau d’hôpitaux) et les plates-formes locales de coordination pour hackers (fédération de fablabs). Ces plates-formes se déclinent généralement en un site Web de présentation, un outil de communication (p. ex. Discord, Slack ou Riot) et un dépôt en ligne (p. ex. Gitlab ou Github) pour le stockage des fichiers et de leurs évolutions successives (p. ex. designs et, tout particulièrement, les designs validés). L’outil de communication permet d’organiser les échanges relatifs à la validation des designs, à leur amélioration, à la veille sur les innovations, à l'élicitation des besoins du personnel soignant ou encore à l’accès aux matières premières.

Figure 1. Plates-formes de projets des makers

Figure 1. Plates-formes de projets des makers

23Le confinement lié à l’état de crise favorise le travail distanciel et asynchrone. Les outils numériques, au-delà de la fabrication, facilitent la coordination entre les différents intervenants qui s’organisent en groupes de discussions par thématiques. Il est ainsi possible de distinguer plusieurs canaux de discussions dans le Slack du projet « fablabs x covid-19 » auquel nous avons eu accès : « #faceshields », « #masque-textile », « #masque-n95 », « #besoins »… De même, sur le Discord « Entraide Maker - COVID 19 », on peut distinguer des discussions sur les thèmes : « #masques-tissus », « #visière-impression-3d », « #normalisation-visières », etc.…

Processus d’innovation

24L’analyse des projets et des plates-formes fait émerger un processus d’innovation-type composé d’une étape de recherche et développement, d’une étape de production et d’une étape de diffusion. Ce processus n’est cependant pas linéaire, car des boucles itératives de tests-améliorations sont identifiées.

25En matière de recherche et développement, les projets des makers bénéficient d’une souplesse et s’inscrivent dans une contrainte de temps qui les incite à sortir les prototypes rapidement – après une première phase de coordination avec des médecins, chercheurs ou autres professionnels – à les soumettre à l’essai et à la critique de la communauté pour repartir sur d’autres phases d’amélioration. Un système de versioning est mis en place pour les différentes incrémentations.

« Today, after designing different versions following feedbacks from tests made by several resuscitation doctors, our device is ready to be tested. The present version of the ventilator (V0.2) has already been improved following all the contributions made by our partners.We hope that this call for contributions will enable us to find even better equipment and skills to finalize the optimization of the M.U.R. » « we are always improving the design (quality, simplicity, durability and availability) thanks, among other things, to the contributions of our technical partners. » (M.U.R.)

26Les designs simples sont discutés et améliorés au sein de plates-formes collaboratives (p. ex. Riot, Slack et Discord) avant d’être validés par des professionnels de la santé. Ils peuvent aussi directement découler de recommandations d’organismes reconnus comme pour la recette du gel hydroalcoolique (OMS) ou pour le design des masques barrières (Afnor). La valeur sociale des productions dépend en pratique de la capacité des fablabs à prendre en compte ces normes et à intégrer les besoins des bénéficiaires, jouant ainsi pleinement leur rôle de middleground et tirant vers le haut la qualité de leurs productions.

27Les designs plus complexes comme ceux des respirateurs sont élaborés au sein d’équipes pluridisciplinaires rassemblant des makers et des spécialistes issus des sphères médicales ou universitaires avant leur éventuelle validation par les hôpitaux ou par d’autres autorités compétentes.

28En matière de production, les équipements de protection individuelle sont fabriqués à la demande par des makers isolés ou par des structures dédiées à la fabrication numérique (par exemple, fablabs et hackerspaces) disposant de davantage de matériel et de machines plus coûteuses comme les découpeuses laser. Les accessoires pour des équipements plus sensibles tels que les raccords de respirateurs sont produits localement par les hôpitaux eux-mêmes sur la base de matériel professionnel (par exemple, APHP). Enfin, les équipements complexes sont produits par des industriels, de manière à obtenir une qualité constante, en se fondant sur des designs simplifiés et validés. Le travail des makers débouche alors sur la création d’un commun réutilisable par d’autres makers, par les hôpitaux, voire par des industriels.

29En matière de distribution, nous constatons une prise en charge souvent aléatoire, en fonction des ressources disponibles et des capacités de chacun. La distribution n’est donc pas rationalisée.

« C’est en effet un vrai problème pour lequel nous n’avons pas de solution pour l’instant. » (Jean-François Witz, forum « Riot Hauts de France »)

30Les équipements de protection individuelle sont distribués par des associations locales ayant communiqué via les réseaux sociaux, Facebook ou d’autres réseaux. Parfois, le personnel médical dans le besoin se fournit directement auprès des makers dans les fablabs ou les hackerspaces lorsque ces derniers n’ont pas les moyens d’assurer les livraisons. Quant aux équipements produits localement par les hôpitaux, ils sont distribués via les circuits internes.

31Que ce soit sur la R&D, la production ou encore la distribution, les makers en appellent aux différentes par les hopitaux, volontés afin de pouvoir structurer chemin faisant le processus. Adossés à ces appels en ressources matérielles et/ou logistiques, peuvent venir s’ajouter des appels aux ressources financières, indispensables à la réalisation des projets. Des fonds sont créés, le plus souvent par des acteurs institutionnels qui soutiennent les projets. Ces fonds viennent s’ajouter à ceux qui sont en premier lieu mis à disposition par les makers eux-mêmes.

Communs informationnels du Covid-19

  • xii Cette défiance à l'égard des usages commerciaux se retrouve paradoxalement aussi dans le recours (...)

32Au-delà des seules productions matérielles à la valeur sociale indéniablement importante, le processus d’innovation déployé par les makers débouche sur la production de communs informationnels, parfois initialement publiés sur des sites internationalement connus dans l’environnement maker (par exemple, Prusa 3D printed face shields), améliorés au gré des itérations réalisées sur les designs et ensuite repartagés avec d’autres makers par le biais des dépôts en ligne sur GitHub, GitLab ou autres. Ils y sont généralement – mais pas toujours explicitement –, accompagnés d’une licence clarifiant les conditions de leur réutilisation. La licence peut être totalement libre (par exemple,. licence Creative Commons de type CC-BY-SA), mais interdit parfois les usages commerciauxxii tout en préservant la nature partagée des itérations successives (par exemple. CC-BY-NC-SA)… Outre les fichiers et tutoriels associés aux designs, un autre commun informationnel a été observé : la documentation des itérations et des choix successifs lors de l’amélioration d’un design (par exemple, widget Etherpad).

Figure 2. Évaluation des projets de respirateurs open source

Figure 2. Évaluation des projets de respirateurs open source

33La plus grande complexité des dispositifs, tels que les emblématiques respirateurs, nécessite par contre une vérification plus approfondie du caractère réellement open source, ou plus précisément open hardware, des projets ainsi que de leur réelle réutilisabilité. Viseur (2012) montre en effet une ambiguïté dans l’utilisation des termes open source / open hardware s’agissant du matériel même si l’effort de définition porté par l’OSHA a largement contribué à réduire le problème. Le code source est ainsi disponible pour MakAir sur le GitHub du projet sous une licence de domaine public qui autorise toutes les œuvres dérivées tandis qu’il bénéficie en plus d’un score d’ouverture (openness) élevé sur le projet Github « covid19-vent-list » partageant et mettant à jour une grille de comparaison des projets de respirateurs open source s’appuyant sur une méthodologie documentéexiii. Ce critère d’ouverture évalue en particulier la disponibilité de plans mis à jour, la clarté de la licence et l’activité de la communauté. En pratique, de nombreux projets omettent purement et simplement la publication des plans ou n’en divulguent que certains (pour des raisons qu’il conviendrait d’identifier : effet d’annonce, excès d’optimisme, éloignement de la culture maker...). Les approches authentiquement open hardware (p. ex. ex. MakAir ou M.U.R) semblent aussi doublées par une approche d’innovation frugale (mais pas nécessairement open source dans leur fonctionnement même si le qualificatif y est parfois associéxiv) visant à rapidement élaborer des designs simplifiés (suivant une logique collaborative), moins coûteux et rapidement industrialisables.

34Nous voyons donc ici qu’au-delà de la nature apparente de commun informationnel des projets estampillés makers, ou open source, qui associeraient sous différentes formes une licence de type open source et une gouvernance collective, des spécificités parfois importantes peuvent en réalité apparaître en matière d’accès aux connaissances créées. Un commun informationnel nécessiterait ainsi la combinaison d'un accès aux artefacts de projet (plans, codes sources, documentations...), une licence de type open source et une gouvernance ouverte cf. Laffan, (2012) et Viseur et Charleux (2019), pour une discussion des dimensions de la gouvernance dans les projets de logiciels open source). Une analyse plus systématique et approfondie, par exemple à l’aide des faisceaux de droits (Jullien et Roudaut, 2020), permettrait de mieux comprendre les particularités liées aux plates-formes de coordination et aux acteurs qui y sont fédérés ainsi que les espaces laissés à l’informel.

Discussion

35Comme nous l'avons vu, l'effort le plus notoire des makers s'est porté sur la fabrication numérique de visières. Ce type de protection a pu par la suite faire l'objet de débats quant à sa réelle utilité (par exemple, le CDC étasunien ne le recommande pas tandis que la plate-forme Covid-19 gouvernementale française y voit un « moyen supplémentaire de protection face aux virus transmis par les gouttelettes ») compte tenu notamment du risque (discuté) de propagation du virus par les aérosols en plus des gouttelettes et des contacts (Mittal et al, 2020). Reste que plusieurs études ( Chu et al., 2020 ; Perencevich et al, 2020) constatent une efficacité avec cet équipement par la réduction de l'exposition virale et des contaminations. Il protège en outre les yeux et la bouche d'un contact manuel et se lave plus facilement. Surtout, il répond à un vrai besoin d'assistance du personnel soignant : « Mon groupe d'hôpitaux aurait besoin de 3 000 visières. Une idée du prix et des délais ? » (Directeur de développement d'un groupe hospitalier, le 28 avril 2020 sur la plate-forme Slack de « fablabs x covid-19 »). Début avril, le Réseau français des fablabs (ainsi que l’association française « Visière solidaire ») revendiquait ainsi de l'ordre de cent mille visières antiprojectionsxv distribuées aux personnels soignants ainsi que dans les pharmacies. Dans un contexte de pénurie en équipements de protection individuelle, ces travailleurs de première ligne ont pu trouver un soutien auprès de la société par le truchement des makers et des fablabs. La phrase de Wolf et al. (2014) trouve ici un écho particulier : « Sharing is caring ».

« On ne fait pas ça pour la gloire, mais quand même. (...) Mais je suppose qu'à l'avenir, après avoir été honteusement ignorés, on nous mettra des bâtons dans les roues, car la production sera réservée aux industriels au nom de la “ gloire industrielle française”  face à l'épidémie » (commentaire sous pseudonyme posté sur le Discord « Entraide Maker - Covid 19 » le 31 mars 2020)

36Reste que l'effervescence parmi les makers semble être progressivement retombée après le sommet de la crise, à la mi-avril 2020, sans que ce désengagement ne semble interroger les représentants officiels de leur environnement institutionnel. Ce manque de reconnaissance questionne sur l’attention portée par les gouvernements à un mouvement qui a pourtant été essentiel au paroxysme de la crise. Au sein même de la communauté, un débat a pris place sur ce manque de reconnaissance, avec des makers qui considèrent qu’ils n’ont pas agi pour avoir de la reconnaissance et d’autres qui s'estiment victimes d’un manque de valorisation et qui par conséquent se démotivent.

37Le processus d’innovation mis au jour par notre étude fait écho au travail des makers suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima de 2011. Dans ce contexte particulier où les habitants devaient continuer leur vie dans un environnement sujet à la radioactivité, un mouvement composé de makers, d’entrepreneurs, d’entreprises et surtout de citoyens s’est organisé afin de mettre en place des capteurs de radioactivité portatifs et accessibles à tous (Kera, 2015). Contrairement aux compteurs Geiger classiques qui ne permettaient pas une prise de mesure rapide et qui donc privaient les populations d’une mesure actualisée, les boîtiers nommés Safecast ont donné la possibilité de prendre des mesures très précises et rapides, collectées et diffusées en open data. Il devenait alors possible aux habitants de connaître les mesures à la rue près et de demander ainsi des prises en charges adaptées au gouvernement japonais (Jolivet, 2019). Cette réactivité locale et focalisée est caractéristique de l’innovation par les usages (von Hippel, 2006). En effet, ce sont les besoins et les usages particuliers des citoyens qui ont permis le développement et la production de ces boîtiers de mesure. La conception de ces capteurs Geiger « de poche » (Jolivet, 2019) repose sur un processus d’innovation itératif que nous avons pu noter dans notre étude au sujet des visières. L’incrémentation, l’utilisation de composants disponibles ainsi que le retour constant des utilisateurs a été au cœur de cette innovation participative.

38Aujourd’hui, le projet Safecast s’est institutionnalisé et internationalisé. Il a reçu le support de nombreux organismes et institutions à travers le monde, sans oublier celui d’entreprises privées et d’industriels du secteur (Kera et al., 2013). Cette maturité fait écho à l'analyse de Baldwin, Hienerth et Von Hippel (2006) montrant comment un projet porté par un utilisateur peut ensuite passer au stade commercial, soit que l'utilisateur devienne entrepreneur, soit que la taille du marché potentiel intéresse un industriel capable d'obtenir les économies d'échelle nécessaires à une réduction des prix, stimulant alors l'utilisateur-innovateur à explorer de nouveaux usages. Sur le terrain observé, les projets matures présentent actuellement une faible intensité en matière d'innovation. Les projets plus innovants (par exemple les respirateurs) en sont encore à leurs balbutiements, mais impliquent aussi pour leur part des acteurs privés et institutionnels, ouvrant la porte à une pérennisation future. Des projets plus expérimentaux, semblables à NinjaPCR (fork d’OpenPCR), lequel rappelle dans son esprit la réponse makers décrite par Kera (2015) et Jolivet (2019) en situation de crise, n'ont pas été observés.

Figure 3. Interactions entre makers, fablabs, partenaires institutionnels et plates-formes globales

Figure 3. Interactions entre makers, fablabs, partenaires institutionnels et plates-formes globales

39Nous retrouvons en revanche une organisation typique en trois couches combinant underground, middleground et upperground (Sarazin et al., 2017). Le fablab joue ici son rôle de middlegroung (cf. figure 3), intermédiaire entre les partenaires institutionnels (upperground) et les makers (underground). S'ajoutent à cette structure connue les plates-formes globales proposées par les projets makers internationaux (Prusa Research) fournissant des designs de référence, sans cependant que le cercle vertueux des contributions en retour n'ait été à ce stade observé. Notre recherche complète ainsi les résultats de Wolf et al. (2014) en matière d'utilisation de plates-formes numériques (cf. figure 1 pour les plates-formes des projets makers observés) et de coordination des makers à une échelle non plus uniquement locale, mais aussi régionale (par exemple,  fablabs de l'ancien bassin industriel wallon), voire interrégionnale (par exeemple Wallonie et Bruxelles). Nous voyons en particulier se dégager, grâce à cette organisation (cf. figure 3), des mécanismes, appelés par Wolf. et al. (2014), de construction d'une communauté plus globale et de partage de connaissances.

40Pour l’ensemble des initiatives étudiées, le numérique joue un rôle fondamental. Que ce soit sur le plan de la communication et des échanges, ou que ce soit sur le plan de la production, les outils numériques sont au centre de l’action collective. Ils permettent la création de la connaissance commune. Dans ce travail, nous mettons en lumière les conditions du passage de l’action collective à la création de communs numériques. Pelissier (2018) montrait que se posaient deux défis aux fablabs et aux makers dans le passage de l’action collective à la création de communs numériques : le choix du dispositif légal et la mise en place d’une documentation. Dans les initiatives étudiées, nous montrons que la situation de crise sanitaire a d’une part poussé les makers vers une solution de propriété intellectuelle largement ouverte – objectif poursuivi d’innovation sociale – et que, d’autre part, le confinement couplé à l’urgence a favorisé la mise en place de dispositifs communicationnels très efficaces favorisant la création de contenus et de documentation abondants (textes, vidéos, plans, dessins, tests…). La force de l’objectif commun allié à des conditions extrêmes a permis la création de communs numériques riches et disponibles au plus grand nombre.

Conclusion

41Dans cette recherche exploratoire, nous montrons comment une action collective menée par des makers se structure et produit des résultats en situation de crise. Avec un recul de quatre à cinq mois, nous avons observé et analysé les productions issues d’initiatives souvent locales et localisées, et nous avons suivi l’évolution de ces initiatives dans leur développement et leur organisation. Nous avons tout d’abord montré la diversité des productions issues des makers. Allant des masques aux respirateurs en passant par différents accessoires, elles nécessitent des degrés variables d’innovation et de qualité. Dans tous les cas, la valeur sociale de ces productions en situation de crise dépend de la capacité des fablabs à se coordonner avec les bénéficiaires (validation des besoins), avec les autres makers (partage des itérations successives et rapides sur les designs mis en production en s’appuyant sur des feedbacks) et avec les organismes de référence (validation de designs). Pour les fablabs, cette coordination s’effectue notamment par l’intermédiaire d’outils en ligne dédiés à la communication et à la collaboration. L’état de confinement généralisé a favorisé la coordination distancielle au travers de plates-formes de communication telles que Discord, Riot ou encore Slack. À leur côté, nous avons également identifié des plates-formes par projets, gérées ou soutenues par le privé, tandis que certains acteurs institutionnels mettaient en ligne des plates-formes de référence, suivant une logique d’open innovation, permettant en pratique la collecte d’idées nouvelles et la diffusion de designs validés au sein de leur réseau (mais aussi au-delà). L’action collective des makers, afin de produire les effets escomptés, s’est donc accompagnée d’une coordination accrue avec des organisations plus classiques telles que les entreprises et/ou les institutions publiques. Bien que cette coordination soit considérée comme contre nature (Acquier et al., 2016), la situation d’urgence et la nécessité sociale ont permis d’aller au-delà des tensions possibles pour atteindre les objectifs escomptés. Par ailleurs, les projets les plus spectaculaires tels que les respirateurs n’ont pas nécessairement la valeur sociale immédiate la plus importante. En effet, la complexité de ces projets rend leur gestation assez longue, ce qui limite leur capacité à répondre à la situation de crise en cours (au contraire de productions plus simples telles que les visières). Leur succès à moyen et long terme dépend de la capacité des concepteurs à s’intégrer dans un écosystème permettant l’amélioration et la validation du design avant une éventuelle transmission aux entreprises de production capables de garantir une qualité constante et suffisante.

42Cette recherche présente pour principales limitations, d'une part d'être ciblée géographiquement, d'autre part, de s'appuyer sur une démarche d'exploration combinant l'utilisation de documents publics et l'observation de plusieurs plates-formes en ligne (netnographie). En plus d'une meilleure connaissance des mécanismes d'action collective, cette approche a permis l'identification d'acteurs de terrain. Ces derniers vont dès lors pouvoir être contactés, puis interviewés, de manière à alimenter la seconde phase de cette étude permettant d’approfondir, d'une part, les modalités de co-création des communs numériques mobilisés et, d'autre part, la nature de l'inscription des makers dans leur environnement institutionnel.

Haut de page

Bibliographie

Acquier, A., Carbone, V., Massé, D. (2016). L’économie collaborative : fondements théoriques et agenda de recherche. PICO Working paper, Paris (France), 16 p.

Amnesty (2020). Les maison de repos dans l'angle mort - Les droits humains des personnes âgées pendant la pandémie de COVID-19 en Belgique, Amnesty International Belgique.

Anderson, C. (2012). Makers : La nouvelle révolution industrielle. Pearson.

Anderson, R. M., Heesterbeek, H., Klinkenberg, D., et Hollingsworth, T. D. (2020). How will country-based mitigation measures influence the course of the COVID-19 epidemic ? The Lancet, 395(10228), 931-934.

Azam, M., Chauvac, N., et Cloutier, L. (2015). Quand un tiers-lieu devient multiple. Chronique d’une hybridation. Recherches sociologiques et anthropologiques, 46(46-2), 87-104.

Baldwin, C., Hienerth, C., et Von Hippel, E. (2006). How user innovations become commercial products : A theoretical investigation and case study. Research policy, 35(9), 1291-1313.

Benyayer, L. D. (2015). Open Models : Les business models de l'économie ouverte. Without Model.

Bernard, Y. (2004). La netnographie : une nouvelle méthode d'enquête qualitative basée sur les communautés virtuelles de consommation. Décisions marketing, 49-62.

Boccia, S., Ricciardi, W. et PA Ioannidis, J. PA. (2020). What other countries can learn from Italy during the COVID-19 pandemic, JAMA Internal Medicine.

Bosqué, C., Noor, O., et Ricard, L. (2014). FabLabs, etc : Les nouveaux lieux de fabrication numérique. Editions Eyrolles.

Capdevila, I. (2015). Les différentes approches entrepreneuriales dans les espaces ouverts d’innovation. Innovations, 48(3), 87-105.

Chu, D. K., Akl, E. A., Duda, S., Solo, K., Yaacoub, S., Schünemann, H. J., et al. (2020). Physical distancing, face masks, and eye protection to prevent person-to-person transmission of SARS-CoV-2 and COVID-19 : a systematic review and meta-analysis. The Lancet.

Coriat, B. (2013). Des communs « fonciers » aux communs informationnels. Traits communs et différences. Séminaire international « Propriété et communs. Les nouveaux enjeux de l’accès et de l’innovation partagée ». Paris, 25-26 avril 2013.

Crawford Matthew, B. (2010). Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail. La Découverte.

Dechamp, G., et Pélissier, M. (2019). Les communs de connaissance dans les « fablabs » - Mythe ou réalité ? Revue française de gestion, 45(279), 97-112.

Desson, Z., Weller, E., McMeekin, P., et Ammi, M. (2020). An analysis of the policy responses to the COVID-19 pandemic in France, Belgium, and Canada. Health Policy and Technology, vol. 9, pp. 430-446.

Dong, E., Du, H., et Gardner, L. (2020). An interactive web-based dashboard to track COVID-19 in real time. The Lancet infectious diseases, 20(5), 533-534.

Ferchaud, F. (2017). Les communs urbains à l’épreuve du terrain : le cas des lieux de fabrication numérique. Netcom. Réseaux, communication et territoires, (31-1/2), 53-76.

Garel, G., Zacklad, M. (2016). Le potentiel d’innovation des tiers lieux pour les entreprises. Antonioli Manola (dir.), Berrebi-Hoffmann Isabelle (dir.), Bureau Marie-Christine (dir) et al. Poétique(s) du numérique 4 : refaire atelier : entre esthétique et poétique, L’Entretemps.

Jolivet, E. (2019). Mouvement makers et innovation participative après Fukushima : l'émergence d'un nouveau modèle d'innovation au Japon ? Asia Trends, Spring 2019.

Jullien, N., et Roudaut, K. (2020). Commun numérique de connaissance : définition et conditions d’existence. Innovations, I80-XXV.

Kera, D. (2015). Open source hardware (OSHW) for open science in the global south : geek diplomacy ? Open Science, pp. 133-156.

Kera, D., Rod, J., et Peterova, R. (2013). Post-apocalyptic citizenship and humanitarian hardware. Nuclear disaster at Fukushima Daiichi : Social, political and environmental issues, 97.

Kozinets, R. V. (2002). The field behind the screen : Using netnography for marketing research in online communities. Journal of marketing research, 39(1), 61-72.

Kretzschmar, M. E., Rozhnova, G., Bootsma, M. C., van Boven, M., van de Wijgert, J. H., et Bonten, M. J. (2020). Impact of delays on effectiveness of contact tracing strategies for COVID-19 : a modelling study. The Lancet Public Health, 5(8), pp. 452-459.

Laffan, L. (2012). A new way of measuring openness : The open governance index. Technology Innovation Management Review, 2(1).

Lallement, M. (2015). L'Âge du Faire. Hacking, travail, anarchie. Le Seuil.

Lau, H., Khosrawipour, V., Kocbach, P., Mikolajczyk, A., Schubert, J., Bania, J., et Khosrawipour, T. (2020). The positive impact of lockdown in Wuhan on containing the COVID-19 outbreak in China. Journal of travel medicine, 27(3).

Liefooghe, C. (2014). L'économie de la connaissance et de la créativité : une nouvelle donne pour le système productif français. L'Information géographique, vol. 78(4), 48-68.

Liefooghe, C. (2018). Les tiers-lieux à l’ère du numérique : diffusion spatiale d’une utopie socio-économique. Géographie, économie, société, 20(1), 33-61.

Mittal, R., Ni, R., et Seo, J. H. (2020). The flow physics of COVID-19. Journal of fluid Mechanics, pp. 894F2 - 894F2-14.

Nedjar-Guerre, A. (2018), Les fablabs et les usagers : quelle place dans l’intelligence collective ? Territoires intelligents : un modèle si smart ? L’Aube.

Pélissier, M. (2018). Le déploiement des innovations sociales numériques dans les fablabs. Terminal. Technologie de l'information, culture & société, (122).

Perencevich, E. N., Diekema, D. J., et Edmond, M. B. (2020). Moving personal protective equipment into the community : face shields and containment of COVID-19. Jama.

Rifkin, J. (2012). La troisième révolution industrielle : comment le pouvoir latéral va transformer l'énergie, l'économie et le monde. Editions Les liens qui libèrent.

Saglietto, A., D’Ascenzo, F., Zoccai, G. B., et De Ferrari, G. M. (2020). COVID-19 in Europe : the Italian lesson. Lancet, 395(10230), 1110-1111.

Samulelson (1954). The pure Theory of public expenditure, Review of Economics and Statistics, 36, 387-389.

Sarazin, B., Cohendet, P., et Simon, L. (2017). Les communautés d'innovation : de la liberté créatrice à l'innovation organisée. Éditions EMS.

Suire, R. (2016). La performance des lieux de cocréation de connaissances. Réseaux, (2), 81-109.

The COVID19-APHP Group (2020). Assistance Publique–Hôpitaux de Paris' response to the COVID-19 pandemic. The Lancet (London, England).

Troxler, P. (2014). Fab Labs forked : A grassroots insurgency inside the next industrial revolution. Journal of Peer Production, 5.

Viseur, R. (2012). From open source software to open source hardware. In IFIP International Conference on Open Source Systems (pp. 286-291). Springer, Berlin, Heidelberg.

Viseur, R., et Charleux, A. (2019). Changement de gouvernance et communautés open source : le cas du logiciel Claroline. Innovations, (1), pp. 71-104.

von Hippel, F. (2006). Democratizing Innovation, The MIT Press.

Wolf, P., Troxler, P., Kocher, P. Y., Harboe, J., et Gaudenz, U. (2014). Sharing is sparing : open knowledge sharing in Fab Labs. Journal of Peer Production, 5(1), 1-11.

Haut de page

Note de fin

i Voir par exemple la courbe des hospitalisations, des morts cumulés et des hospitalisations en soins intensifs compte tenu de la capacité maximale globale en soin intensif publiée et mise à jour périodiquement en Belgique par le physicien Nicolas Vandewalle (Université de Liège). Un travail similaire est réalisé en France par Elias Orphelin.

ii Selon le « daily number of new reported cases of Covid-19 by country worldwide » (téléchargé le 08/12/2020) du European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC), la Belgique, la France et l'Italie comptaient respectivement 0, 6 et 3 cas en janvier, 1, 51 et 885 en février et 15301, 44493 et 100851 en mars 2020.

iii Cf. https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_coronavirus-en-belgique-cns-comite-de-concertation-gees-celeval-qui-decide-quoi?id=10554937.

iv Le « bitouillage » est un néologisme créé par Sébastien Blondeel dans ses traductions en français des écrits d’Eric Raymond pour désigner le hacking (bitouiller = « touiller » des bits). Cf. http://www.linux-france.org/article/these/noosphere/homesteading-fr_monoblock.html par exemple.

v Cf. également « Éloge du carburateur » (Crawford, 2010).

vi Le concept de middleground est développé dans Sarazin et al. (2017, p. 27).

vii Interreg est un programme de coopération territoriale européenne qui a pour but de favoriser les échanges transfrontaliers entre la France (Hauts-de-France et Grand Est) et la Belgique (Wallonie et Flandre).

viii Cf. https://www.makery.info/2020/06/22/covid-19-la-riposte-des-makers-italiens/.

ix Cf. https://www.businessinsider.fr/us/coronavirus-italian-hospital-3d-printed-breathing-valves-covid-19-patients-2020-3.

x Cf. https://www.isinnova.it/easy-covid-19-fr/.

xi Cf. https://mur-project.org/.

xii Cette défiance à l'égard des usages commerciaux se retrouve paradoxalement aussi dans le recours au brevet par l'entreprise Isinnova dans le but de contrôler les tentatives d'appropriation ou de spéculation de leur design de valve.

xiii Cf. https://github.com/PubInv/covid19-vent-list.

xiv Citons comme exemple le respirateur low cost (moins de 300 euros) développé par le centre hospitalier wallon EpiCURA (source : CP EpiCURA, 08/04/2020) avec la collaboration de 2 universités (UMONS et UCLouvain), un laboratoire de haute école (École Condorcet) et d’une entreprise privée d’ingénierie (Machine Sight).

xv Cf. http://www.fablab.fr/actualites/article/communique-de-presse-du-reseau-francais-des-fablabs-du-08-avril-2020.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Plates-formes de projets des makers
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/7630/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Figure 2. Évaluation des projets de respirateurs open source
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/7630/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 3. Interactions entre makers, fablabs, partenaires institutionnels et plates-formes globales
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/7630/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Viseur et Amel Charleux, « Contributions et coordination des makers face à la crise du Covid-19 »Terminal [En ligne], 130 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/terminal/7630 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.7630

Haut de page

Auteurs

Robert Viseur

Faculté Warocqué d’Économie et de Gestion, Université de Mons

Articles du même auteur

Amel Charleux

MRM, Université de Montpellier

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search