Navigation – Plan du site

AccueilNuméros131RepèresDenis Goldberg (1933-2020) : le m...

Repères

Denis Goldberg (1933-2020) : le militant anti-apartheid a aussi lutté contre la fracture numérique.

Dominique Desbois

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

« Nous allions, changeant de pays plus souvent que de souliers,
À travers les guerres de classes, désespérés,
Là où il n’y avait qu’injustice et pas de révolte.
….
Mais vous, quand le temps sera venu / Où l’homme aide l’homme,
Pensez à nous /Avec indulgence. »
À ceux qui viendront après nous, Berthold Bretch, 1939.

  • 1 Fondée en 1996 au Royaume-Uni par Tony Roberts sous le patronage de Denis Goldberg, Computer Aid In (...)
  • 2 Co-fondateur de l’Association des étudiants du Transkei, Govan MBeki est en 1954 membre du comité d (...)
  • 3 Secrétaire général de l’ANC de 1949 à 1954, Walter Sisulu dirige en 1952 la campagne de défiance en (...)

1Voici plus d’un an, Denis Goldberg, fondateur de l’organisation non gouvernementale (ONG) Computer Aid International1, nous quittait. Militant sud-africain de la lutte anti-apartheid, Denis Goldberg fût, à l’issue du procès de Rivonia, condamné à l’emprisonnement à vie aux côtés des principaux dirigeants de l’African National Congress (ANC), dont Nelson Mandela, Govan Mbeki2 et Walter Sisulu3.

  • 4 Tony Roberts est un chercheur britannique ayant contribué à l’établissement des premiers systèmes d (...)
  • 5 Ayant vécu à Hout Bay, au Cap, pendant les deux dernières décennies de sa vie, Goldberg a soutenu d (...)
  • 6 Cette thématique a été abordée à plusieurs reprises par Terminal, notamment dans les numéros 17, 26 (...)

2De Londres où il s’est réfugié après sa libération en 1985, Denis Goldberg reprend le combat au nom de l’ANC jusqu’à l’abolition complète du système d’apartheid. Pour lutter contre la fracture numérique en Afrique et en Amérique latine, il parraine Computer Aid International fondée par Tony Roberts4 en 1996. Depuis lors, cette association de bénévoles a aidé plus de 14,5 millions de personnes à accéder aux nouvelles technologies de l’information en envoyant plus de 260 000 ordinateurs dans une centaine de pays et en accompagnant ces dons de plus d’un milliard d’heures de formation. Revenu en Afrique du Sud en 2002 comme conseiller spécial du ministre des Eaux et Forêts, puis de l’Environnement, Denis Goldberg crée en 2015 la Maison de l’Espoir d’Houth Bay5 dans la banlieue de Cape Town, une fondation éducative dédiée aux arts et à la culture qui reste très active, y compris dans le domaine de la lutte contre la fracture numérique dans les pays en développement6.

3C’est donc au titre de ce combat méconnu contre la fracture numérique que Terminal souhaite rendre hommage à cette personnalité de la lutte anti-apartheid.

L’initiation à la lutte anti-apartheid

4Né en Afrique du Sud à Cape Town, Denis Goldberg grandit dans une famille issue de l’émigration juive lituanienne ayant rejoint le Royaume-Uni au cours de la seconde moitié du XIXe siècle pour fuir les pogroms sporadiques de la « zone de résidence » où le pouvoir impérial russe cantonnait les Juifs. Nés à Londres, ses parents sont des militants communistes qui, après avoir émigré à Cape Town, jouent un rôle actif dans la branche locale du Parti communiste sud-africain. Contrairement à bien d’autres familles blanches de l’époque, Annie et Sam Goldberg pratiquent dans leurs relations sociales une convivialité sans discrimination raciale. Denis intègre l’Université du Cap pour étudier le génie civil et obtient son diplôme d’ingénieur.

  • 7 Pour plus de précisions, voir l’hommage rendu par le Guardian : « Esmé Goldberg, une combattante de (...)

5Par l’intermédiaire de sa femme, Esmée Bodenstein7, membre d’une organisation non discriminatoire – la Modern Youth Society (MYS) –, Denis Goldberg se lie d’amitié avec Andimba Toivo Ya Toivo, futur cofondateur de la South African African People’s Organisation (SWAPO). Bien que les activités du MYS auxquelles ils participent ne soient pas illégales (vente d’un journal – New Age –, distributions de tracts, organisation de cours du soir), elles attirent l’attention de la police sud-africaine qui dès lors ne cessera de les harceler.

La Charte des Libertés

6Soutenue par l’anthropologue et juriste noir Zachariah Matthews – représentant de l’African National Congress (ANC) pour la province du Cap –, l’idée d’une Charte des Libertés (Freedom Charter) se concrétise en 1953 dans toute l’Afrique du Sud par l’organisation de comités ad hoc : Denis Goldberg rejoint le comité du Cap pour organiser l’élection du délégué de la communauté du Loyolo à Simonstown. Repéré par les policiers de la Sécurité intérieure, il est licencié par la Compagnie des chemins de fer sud-africains qui l’employait alors. Malgré l’arrestation des délégués du Cap occidental, la Charte des libertés est adoptée par le Congress of People qui se tient dans le township de Klipton en juin 1955. Fédérant les quatre grandes organisations anti-apartheid de l’époque, ce mouvement des Charterists conduit à la constitution du Congress Alliance, organisation multiraciale unique.

7Ayant rejoint le Parti communiste sud-africain en 1957 – malgré son interdiction depuis 1950 –, Denis Goldberg est arrêté en mars 1960 pour son soutien manifesté aux grévistes au lendemain du massacre de Sharpeville. Pendant quatre mois, il est détenu sans jugement et, par la suite, perd son poste d’ingénieur employé à la construction de la centrale électrique à charbon d’Athlone.

La Lance de la Nation

  • 8 Littéralement «la Lance de la Nation ».
  • 9 Khulile (« Looksmart ») Ngudle fut le premier militant politique à mourir en détention sous le régi (...)

8Lorsqu’est fondée Umkhonto we Sizwe8, la branche armée clandestine du mouvement en décembre 1961 comme alternative aux manifestations pacifiques de plus en plus violemment réprimées, Denis Goldberg en devient le responsable technique, chargé avec Khulile Ngudle9 de l’organisation du premier camp d’entraînement situé à Mamre dans la province du Cap occidental. Il s’agit alors de s’attaquer uniquement à des cibles matérielles comme les pylônes électriques en évitant toute perte humaine. En raison de la surveillance exercée par la police sud-africaine, ce premier camp sera très vite délaissé, mais son organisation fera partie des charges retenues à l’encontre de Denis Goldberg lors du procès de Rivonia (cf. infra). En répression de la vague de sabotages affectant les activités économiques, le gouvernement fait voter les deux leviers juridiques de la répression ultérieure : d’une part, le Sabotage Act de 1962 renverse la charge de la preuve au détriment de l’accusé mis en demeure de prouver son innocence ; d’autre part, la 90-Day Detention Law de 1963 permet à la Sécurité intérieure de détenir une personne pendant 90 jours sans l’inculper ni l’autoriser à consulter un avocat.

L’accusé n° 3 du procès de Rivonia

  • 10 Militant communiste et architecte, Lionel « Rusty » Bernstein a été l’un des principaux organisateu (...)
  • 11 Leader du Syndicat non européen des travailleurs de la blanchisserie, Raymond Mhlaba est devenu mem (...)

9Umkhonto we Sizwe décide alors d’expatrier Denis Goldberg pour compléter sa formation de cadre. Transitant par Johannesburg pour prendre ses instructions auprès de la direction du mouvement, il participe à la radiodiffusion de l’appel à la résistance contre la répression lancé par Walter Sisulu en juin 1963, l’émetteur radio ayant été construit par Lionel Gay, professeur de physique à l’Université du Witwatersrand. Le 11 juillet à la ferme de Liliesleaf à Rivonia dans la banlieue de Johannesburg, Goldberg est arrêté lors d’une réunion clandestine avec plusieurs compagnons, parmi lesquels Lionel Bernstein10, Govan Mbeki, Raymond Mhlaba11 et Walter Sisulu. Goldberg est soumis à une série d’interrogatoires très éprouvants où il est parfois menacé de pendaison, tandis qu’à d’autres moments, il est incité à devenir témoin à charge. Sa femme, Esmée Bodenstein, est également arrêtée et détenue pendant 38 jours au cours desquels on la menace de lui retirer ses enfants. À l’expiration du délai de détention de 90 jours, Goldberg et ses camarades sont inculpés de sabotage : il est « l’accusé n° 3 », après Nelson Mandela et Walter Sisulu. En effet, bien qu’en prison au moment de l’arrestation, Nelson Mandela est co-accusé sur la base de documents trouvés dans la ferme de Liliesleaf.

  • 12 Bram Fischer, Joel Joffe, Arthur Chaskalson et George Bizos.

10Au lendemain de leur inculpation, Goldberg et ses coaccusés rencontrent leurs avocats12, qui ne leur cachent pas l’éventualité probable d’une condamnation à mort par pendaison. Afin de protéger Mandela et les autres dirigeants, Goldberg propose d’endosser la majorité des responsabilités en affirmant avoir outrepassé ses instructions, d’autant que les plans en matière de fabrication d’armes étaient écrits de sa propre main, indice à charge difficilement réfutable. Cette offre est rejetée par ses coaccusés. Un plan d’évasion étant envisagé, Goldberg insiste pour que sa femme et ses enfants s’abritent d’éventuelles représailles, ce qu’ils feront en s’exilant en Grande-Bretagne en décembre 1963. Cependant, Denis Goldberg ne pourra se joindre à cette évasion.

Procès de Rivonia : Nelson Mandela (en haut, à gauche) et sept co-accusés, dont Denis Goldberg (en bas, à droite).

Procès de Rivonia : Nelson Mandela (en haut, à gauche) et sept co-accusés, dont Denis Goldberg (en bas, à droite).

Source: ICT Against Apartheid, Tony Roberts Source : ICT Against Apartheid, Tony Roberts (http://appropriatingtechnology.org).

« La vie ! Et la vie est merveilleuse … »

  • 13 Après avoir été un leader étudiant de la lutte contre la ségrégation raciale dans les universités s (...)

11Après que deux des accusés aient réussi à s’évader, le verdict est rendu le 12 juin 1964 : Lionel Bernstein est acquitté et Bob Hepple13 libéré ; tous les autres coaccusés sont reconnus coupables. Le juge Quartus de Wet refuse d’appliquer la peine de mort en condamnant huit des coaccusés à des peines de prison à vie. Denis Goldberg est le seul homme blanc parmi ces condamnés. Au tribunal, sa mère, n’ayant pas entendu le juge, lui crie « Denis, c’est quoi ? Qu’a dit le juge ? », ce à quoi Goldberg répond : « La vie ! Et la vie est merveilleuse … ». Comme les autres condamnés, Goldberg n’interjette pas appel.

12Incarcéré à la section pour blancs de la prison centrale de Pretoria, Denis Goldberg est séparé de ses camarades envoyés à Robben Island. Les conditions n’en sont pas moins psychologiquement éprouvantes : les prisonniers ont interdiction de parler entre eux et il est placé en isolement de 16 à 18 heures par jour. Les visites sont très rares et sans contact physique : il ne verra pas sa femme pendant quatre ans, ni ses enfants pendant huit ans. Malgré une limitation drastique du courrier (500 mots tous les six mois), beaucoup de lettres de sa femme ne lui seront remises qu’à la veille de sa libération. Cependant, le domicile d’Esmée Bodenstein à East Finchley au nord de Londres accueillera de nombreux réfugiés politiques sud-africains tout au long de son incarcération et bien après.

  • 14 Capitale judiciaire de l’Afrique du Sud depuis 1910.

13Ayant coordonné l’équipe juridique lors du procès de Rivonia, Bram Fischer est condamné à perpétuité en 1966 pour appartenance à une organisation interdite – le parti communiste sud africain –, et pour conspiration en vue de renverser le gouvernement : il est également incarcéré à la prison centrale de Pretoria. Lorsqu’il tombe malade en 1974, Denis Goldberg tient un journal précis de ses soins médicaux. Le cancer de Fisher est diagnostiqué en phase terminale à l’occasion d’une chute : avec l’autorisation des gardiens, Denis Goldberg rejoint la cellule de Fischer durant la nuit pour prendre soin de lui. Cependant, Goldberg sera inculpé pour avoir envoyé sans permission un télégramme d’anniversaire au nom de tous les prisonniers à Fisher, assigné à résidence peu avant son décès à Bloemfontein14.

  • 15 Après avoir obtenu durant sa détention, des diplômes en administration publique, histoire et géogra (...)
  • 16 Kenvyn, D (2014). DENIS GOLDBERG, freedom fighter and humanist. Liliesleaf, in association with Com (...)

14Étudiant le droit depuis sa prison avec huit codétenus15, Denis Goldberg intente en 1977 une action contre le ministre et le commissaire des prisons, arguant que la privation d’informations constituait un supplément de peine à la perte de liberté et un traitement discriminatoire par rapport aux autres détenus. Examinée devant la Cour suprême du Transvaal, la plainte est déboutée. En appel, le tribunal de la Cour suprême admet « avoir de sérieux doutes quant à la sagesse ou au caractère raisonnable de cette décision de justice »16. À l’issue du délibéré, le juge John Wessels visite la prison en compagnie du premier commissaire adjoint, le général Jan Roux, et déclare devant Goldberg qu’il veillera à ce que les prisonniers politiques obtiennent les journaux et magazines de leur choix. En septembre 1980, seize ans après son incarcération, Denis Goldberg est informé qu’il peut commander ses propres journaux d’information.

  • 17 Baruch Hirson est un militant trotskiste co-fondateur de l’African Resistance Movement, fédérant le (...)

15Par l’intermédiaire d’un code confidentiel partagé avec Baruch Hirson17, codétenu pendant neuf ans puis libéré, Denis Goldberg participe à la logistique d’un projet d’évasion initié par Tim Jenkin et Stephen Lee, condamnés à 12 ans pour activités politiques illégales et incarcérés en juin 1978 à Pretoria. Réalisant le coût de la répression qui s’en suivrait pour l’ANC au vu de ses échanges avec Joe Slovo réfugié au Mozambique, il se retire personnellement du projet, mais aide à l’évasion de Jenkin, de Lee et d’Alex Moumbaris en distrayant l’attention du directeur.

Abandonner la lutte armée sans se renier

16Hilary Goldberg, sa fille vivant en Israël, a mis en place un comité pour obtenir sa libération : elle persuade Herut Lapid, responsable d’un kibboutz de réhabilitation des prisonniers juifs du monde entier, de s’impliquer en faisant jouer son réseau politique en Grande-Bretagne. Isolé de l’ANC et de ses camarades emprisonnés à Robben Island, Denis Goldberg ne connaiît pas leur position sur l’opportunité de sa libération. Cependant, un message de l’ANC lui parvient enfin pour l’informer que ses dirigeants, y compris ceux de Robben Island, approuvent les initiatives prises par sa fille et Herut Lapid.

17En 1985, sous la pression des États-Unis, le gouvernement sud-africain propose de libérer les prisonniers politiques s’ils renoncent à la violence. La requête de Goldberg pour voir Mandela et ses codétenus du Cap afin de les consulter, est refusée. La principale condition de cette libération étant de ne pas utiliser la violence à des fins politiques, Denis Goldberg accepte alors de ne plus être un soldat de l’ANC, toutefois sans renier sa participation antérieure ni la nécessité de la lutte armée. Dans une lettre adressée au président Botha, il s’engage « à participer à une politique pacifique normale qui peut être pratiquée librement et de manière significative » : il est libéré le 28 février 1985, après 22 ans d’emprisonnement, pour être embarqué directement dans un vol pour Israël. Dans le contexte politique de l’époque, ce choix est pourtant difficile à assumer car il l’exclut de facto du premier cercle des dirigeants de la lutte anti-apartheid.

Continuer le combat

18Pour retrouver sa femme et ses enfants, Denis Goldberg choisit de s’installer à Londres. Il reprend alors des activités militantes au bureau londonien de l’ANC : à l’occasion du trentième anniversaire du Congress of People en juin 1985, il prononce un discours à Trafalgar Square en tant que porte-parole de l’ANC aux côtés de Neil Kinnock, leader du parti travailliste britannique. En décembre, il effectue une tournée de conférences en Scandinavie pour l’Anti-Apartheid Movement (AAM), quil représente au comité ad hoc des Nations-Unies. Sa principale contribution est de renforcer ce mouvement en Europe comme en Amérique du Nord en accordant des entrevues aux médias et en établissant des relations plus étroites avec le mouvement syndical.

La transition démocratique

  • 18 Organisation sud-africaine de lutte contre les violences sexuelles et de secours aux femmes qui en (...)

19Après les élections du 27 avril 1994, le gouvernement de transition dirigé par Frédérik De Klerck s’efface pour laisser place au premier gouvernement démocratiquement élu au suffrage universel dans l’histoire de l’Afrique du Sud. Après l’investiture de Nelson Mandela comme Président le 10 mai suivant, Goldberg décide de ne pas retourner en Afrique du Sud, souhaitant rester au Royaume-Uni pour continuer à s’occuper de sa famille. Cependant, cela ne l’empêche pas de soutenir les priorités du nouveau programme sud-africain de reconstruction et de développement. Pour améliorer le niveau de vie des Sud-Africains noirs, il fonde à Londres en 1995 Community HEART dont la mission est d’expédier des dons d’équipements de santé et d’éducation afin de réhabiliter les écoles des townships, les hôpitaux et les collèges universitaires « historiquement noirs » d’Afrique du Sud en les équipant de lits d’hôpitaux, de matériel médicalisés, de livres et d’ordinateurs. Community HEART collecte également des fonds pour des organisations luttant contre les violences sexuelles, telles que Rape Crisis Cape Town Trust18.

  • 19 Veuve de Zenzo Nkobi, fils aîné de l’ancien trésorier général de l’ANC, Edelgard Schulreich est une (...)

20En 1996, il parraine la fondation de Computer Aid International, devenant son président honoraire. Entre 1998 et 2000, disposant du soutien politique de l’ANC, les fondements d’une expérience nationale de l’application des TIC au développement social sont instaurés par les initiatives de Denis Goldberg plus de dix ans avant l’apparition du concept d’Information & Communication Technologies for Development (ICT4D). Avec le soutien d’amis allemands, il crée Community HEART eV à Essen, où il croise Edelgard Nkobi19 qui deviendra sa seconde épouse après le décès d’Edmée Bodenstein en 2000. Deux années plus tard, il perd également sa fille, Hilary.

  • 20 Secrétaire du Natal au Congress of Democrats en 1961 et commandant régional de Umkhonto we Sizwe en (...)
  • 21 The Socialist Correspondent, p.24, n° 6, Automne 2009.
  • 22 Distinction sud-africaine créée en 2003 pour honorer la mémoire d’Albert Lutuli, militant ANC non-v (...)
  • 23 Autobiographie re-publiée en 2016 sous le titre suivant :  A Life for Freedom: The Mission to End R (...)

21En 2002, Denis Goldberg retourne en Afrique du Sud pour être nommé conseiller spécial de Ronald Kasrils20, ministre des Eaux et Forêts jusqu’en 2004 dans le gouvernement de Tabo Mbeki, et sera reconduit dans cette fonction auprès de Buyelwa Sonjica, successeur de Kasrils lorsque celui-ci est nommé ministre du Renseignement. Après le décès d’Edelgard Nkobi en 2006, Goldberg continue ses tournées de conférences pour informer sur la transition en Afrique du Sud, notamment en Allemagne où il présente à l’Université Heinrich Heine de Düsseldorf en juin 2009 un texte intitulé « L’Afrique du Sud, la transition vers la démocratie et l’interdiction de la torture »21. La même année, Goldberg reçoit l’Ordre de Lutuli22 pour « sa contribution à la lutte de libération et les services rendus au peuple sud-africain ». En 2010, il publie son autobiographie, intitulée The Mission: A Life for Freedom in South Africa23, et s’implique dans un projet visant à enseigner l’histoire de la lutte anti-apartheid aux élèves du secondaire.

Les dernières batailles

22En dépit de la coopération israélo-sud-africaine ayant permis sa libération, Denis Goldberg a toujours critiqué la politique du gouvernement israélien en Palestine. À plusieurs reprises, Denis Goldberg soutient la cause palestinienne : en 2002, il appelle aux sanctions économiques et à l’embargo culturel et sportif24 ; en 2015, dans un meeting à Johannesburg, il qualifie la situation en Israël comme relevant de l’apartheid critiquant également les politiques discriminatoires de certains états arabes25 ; en 2017, il s’engage aux côtés d’autres militants de l’ANC dans la campagne en faveur des prisonniers palestiniens en grève de la faim pour exiger leur libération26.

  • 27 South Africa: Nelson Mandela's friend Goldberg seeks ANC clearout, BBC, 24/01/2016, https://www.bbc (...)
  • 28 Afrique du Sud : pour Denis Goldberg, proche de Mandela, Jacob Zuma doit changer, RFI, 18/03/2016, (...)

23Comme de nombreux vétérans de la lutte anti-apartheid, Denis Goldberg critique la corruption qui fleurit au sein de l’ANC sous la présidence de Jacob Zuma : maniant une ironie mordante lors de la cérémonie d’ouverture du musée Liliesleaf à Johannesburg en 2008, Goldberg le met en garde contre l’enrichissement des fonctionnaires au détriment de la population qu’ils sont censés servir. Dans une interview à la BBC en 2016, il finit par déclarer que « les membres de l’ANC doivent renouveler leurs leaders, de haut en bas »27. Puis, en avril 2016, sur les ondes de Radio France International, il exprime sa consternation : « Quand je vois dans la presse les informations faisant état de corruption et d’hommes d’affaires qui contrôlent les fonctions de l’Etat, je suis indigné. Aujourd’hui, le président sud-africain a deux options : il peut se retourner et assumer ses fonctions de vrai leader du peuple sud-africain ou alors, il fait l’autre choix, également héroïque, de dire je ne peux pas le faire, et de démissionner. »28

24En février 2018, Denis Goldberg soutient l’élection de Cyril Ramaphosa en tant que nouveau président sud-africain, rappelant ses qualités de négociateur et son rôle historique en tant que fondateur du plus important syndicat de mineurs sud-africains29. Cependant, le militant qu’il demeure refuse de mettre au seul compte de l’ANC les difficultés économiques (vulnérabilité externe, surendettement, et entreprises publiques mal gérées) et sociales (chômage, corruption endémique, et inégalités croissantes) auxquelles l’Afrique du Sud se voit confronté.

La Maison de l’Espoir

25Alors qu’il souffre d’un cancer du poumon, dans une interview donnée en 2018 au magazine University of Cape Town Alumni, Denis Goldberg défend l’éducation à l’art et la culture comme facteur de transition démocratique, soulignant que l’Afrique du Sud demeure une société très divisée. La création d’un centre artistique, culturel et éducatif – baptisé la « Maison de l’Espoir » – à Hout Bay dans la banlieue de Cape Town où il réside, constitue son dernier legs aux enfants de la Nation Arc en Ciel, en particulier ceux du township d’Imizamo Yethu.

Le KMA Jazz Band dirigé par Denis Goldberg à Stellenbosch, province du Cap-Occidental

Le KMA Jazz Band dirigé par Denis Goldberg à Stellenbosch, province du Cap-Occidental

Source : Flickr.

  • 30 Littéralement « Celui qui porte les plumes de l’oiseau rare ».
  • 31 Denis Goldberg: Man of integrity, freedom fighter and true mensch, Ronnie Kasrils, Mail&Guardian, 7 (...)

26En janvier 2019, Denis Goldberg est honoré de l’Isithwalandwe30 la plus haute distinction décernée par l’ANC avant son décès, le 29 avril 2020. Pour Ronnie Kasrils, Denis Goldberg fût un vrai Mensch31, c’est-à-dire dans la culture yiddish, tout simplement un « type bien » !

Haut de page

Bibliographie

Lawrie M. (1993), « Le courrier électronique dans les pays en développement : quelques expériences en Afrique australe », Terminal, n°62, pp. 23-37.

Le Chêne V., Plantard P. (2014), « Les perspectives d’e-Inclusion dans le secteur du handicap mental », Terminal, n°115, DOI: https://doi.org/10.4000/terminal.419.

Mbanza E.C. (2018), « Recompositions domestiques dans les marges africaines connectées », Terminal, n° 122, DOI: https://doi.org/10.4000/terminal.2314.

Muracciole M., Massé D. (2018), « L’inclusion sociale numérique : le cas de trois dispositifs numériques améliorant l’accès aux droits », Terminal, n° 122, DOI: https://doi.org/10.4000/terminal.244.

Haut de page

Notes

1 Fondée en 1996 au Royaume-Uni par Tony Roberts sous le patronage de Denis Goldberg, Computer Aid International est une association internationale luttant contre la fracture numérique dans les pays en développement. Cette ONG a ouvert des bureaux au Royaume-Uni (Londres), au Kenya (Nairobi) et en Afrique du Sud. Cf. https://www.computeraid.org.

2 Co-fondateur de l’Association des étudiants du Transkei, Govan MBeki est en 1954 membre du comité de rédaction du journal New Age. Président de l’ANC pour la province du Cap Oriental en 1956, il rejoint la branche armée, Umkhonto we Sizwe, en 1963.

3 Secrétaire général de l’ANC de 1949 à 1954, Walter Sisulu dirige en 1952 la campagne de défiance envers le gouvernement. Il rentre dans la clandestinité en 1963 lors de l’interdiction de l’ANC.

4 Tony Roberts est un chercheur britannique ayant contribué à l’établissement des premiers systèmes de communication électronique permettant aux militants de l’ANC d’échanger entre eux (Lawrie, 1993). Volontaire international au Nicaragua, il fonde en 1989 Coda International Training, structure réunissant des informaticiens pro-sandinistes au Nicaragua et anti-apartheid en Afrique du Sud désireux d’apporter leur soutien technique aux mouvements sociaux. Il a activement participé en 1990 à l’informatisation des structures syndicales du Congress of South African Trade Unions (COSATU), puis en 1991 au développement d’un programme de formation aux nouvelles technologies de la communication pour les militants des townships. Travaillant actuellement sur l’appropriation technologique à l’Institute of Development Studies (https://www.ids.ac.uk), il a dirigé antérieurement les ONG Coda International (http://www.coda-international.co.uk) et Computer Aid International durant une décennie chacune.

5 Ayant vécu à Hout Bay, au Cap, pendant les deux dernières décennies de sa vie, Goldberg a soutenu de nombreuses activités, notamment muséales, aidant à la recherche sur l'histoire de Hout Bay. En 2015, il crée le Denis Goldberg Legacy Foundation Trust pour soutenir sa vision du développement par la culture artistique : la Denis Goldberg House of Hope concrétise cette vision (https://goldberghouseofhope.co.za/)

6 Cette thématique a été abordée à plusieurs reprises par Terminal, notamment dans les numéros 17, 26, 61, 67, 84, 95-96, 103-104,106-107 (cf. https://www.revue-terminal.org), et plus récemment par Le Chêne et Plantard (2014), Mbanza (2018), Muracciole et Massé (2018).

7 Pour plus de précisions, voir l’hommage rendu par le Guardian : « Esmé Goldberg, une combattante de l'apartheid, avec et sans son mari emprisonné » par Denis Herbstein, https://www.theguardian.com/news/2000/mar/08/guardianobituaries

8 Littéralement «la Lance de la Nation ».

9 Khulile (« Looksmart ») Ngudle fut le premier militant politique à mourir en détention sous le régime de l’apartheid en Afrique du Sud. Commandant d’Umkhonto we Sizwe et responsable du Congrès sud-africain des syndicats pour le Cap occidental, il était membre de l’ANC et du Parti communiste sud-africain.

10 Militant communiste et architecte, Lionel « Rusty » Bernstein a été l’un des principaux organisateurs du Congres of Democrats et l’un des plus influents dirigeants de l’ANC.

11 Leader du Syndicat non européen des travailleurs de la blanchisserie, Raymond Mhlaba est devenu membre de l’ANC en 1944. Ayant conduit la première action de la campagne nationale de défiance en 1952, il est surnommé dès lors « Vulindlela » (en Xhosa, «celui qui ouvre la voie»).

12 Bram Fischer, Joel Joffe, Arthur Chaskalson et George Bizos.

13 Après avoir été un leader étudiant de la lutte contre la ségrégation raciale dans les universités sud-africaines Bob Hepple, professeur de Droit à l’Université du Witwatersrand, a exercé comme avocat au barreau de Johannesburg pour conseiller le Congrès sud-africain des syndicats.

14 Capitale judiciaire de l’Afrique du Sud depuis 1910.

15 Après avoir obtenu durant sa détention, des diplômes en administration publique, histoire et géographie et bibliothéconomie par le biais de l’Université d’Afrique du Sud qui proposait depuis 1946 des cours par correspondance, Goldberg entreprend à cette occasion un cursus en droit.

16 Kenvyn, D (2014). DENIS GOLDBERG, freedom fighter and humanist. Liliesleaf, in association with Community H.E.A.R.T. ISBN 9780620614290.

17 Baruch Hirson est un militant trotskiste co-fondateur de l’African Resistance Movement, fédérant les jeunes de l’ANC. Avant de rejoindre le Congress of Democrats, composante blanche de la Congress Alliance en 1950, précurseur de l’ANC, il a été entre 1944 et 1946 l’organisateur de la Workers’International League aidant au développement des syndicats noirs.

18 Organisation sud-africaine de lutte contre les violences sexuelles et de secours aux femmes qui en sont victimes.

19 Veuve de Zenzo Nkobi, fils aîné de l’ancien trésorier général de l’ANC, Edelgard Schulreich est une journaliste originaire d’Allemagne de l’Est qui a beaucoup œuvré pour faire connaître la lutte anti-apartheid dans l’espace germanophone

20 Secrétaire du Natal au Congress of Democrats en 1961 et commandant régional de Umkhonto we Sizwe en 1963, Ronald (« Ronnie ») Kasrils est un responsable du Parti communiste sud-africain d’origine juive internationalement connu pour ses positions pro-palestiniennes et ses vives critiques de la politique israélienne.

21 The Socialist Correspondent, p.24, n° 6, Automne 2009.

22 Distinction sud-africaine créée en 2003 pour honorer la mémoire d’Albert Lutuli, militant ANC non-violent et prix Nobel de la paix en 1960.

23 Autobiographie re-publiée en 2016 sous le titre suivant :  A Life for Freedom: The Mission to End Racial Injustice in South Africa par University Press of Kentucky.

24 https://www.sahistory.org.za/archive/appendix-5-notes-palestine-and-israel-denis-goldberg

25 https://www.haaretz.com/jewish-freedom-fighter-calls-israel-apartheid-state-1.5380379

26 https://ymlp.com/zZi6l3

27 South Africa: Nelson Mandela's friend Goldberg seeks ANC clearout, BBC, 24/01/2016, https://www.bbc.com/news/world-africa-35394540

28 Afrique du Sud : pour Denis Goldberg, proche de Mandela, Jacob Zuma doit changer, RFI, 18/03/2016, https://www.rfi.fr/fr/afrique/20160318-afrique-sud-goldberg-proche-mandela-jacob-zuma-doit-changer-gupta

29 https://www.bbc.com/afrique/43079201

30 Littéralement « Celui qui porte les plumes de l’oiseau rare ».

31 Denis Goldberg: Man of integrity, freedom fighter and true mensch, Ronnie Kasrils, Mail&Guardian, 7 mai 2020.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Denis Goldberg
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/8107/img-1.png
Fichier image/png, 253k
Titre Procès de Rivonia : Nelson Mandela (en haut, à gauche) et sept co-accusés, dont Denis Goldberg (en bas, à droite).
Légende Source: ICT Against Apartheid, Tony Roberts Source : ICT Against Apartheid, Tony Roberts (http://appropriatingtechnology.org).
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/8107/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/8107/img-3.png
Fichier image/png, 3,7k
Titre Le KMA Jazz Band dirigé par Denis Goldberg à Stellenbosch, province du Cap-Occidental
Légende Source : Flickr.
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/8107/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Desbois, « Denis Goldberg (1933-2020) : le militant anti-apartheid a aussi lutté contre la fracture numérique. »Terminal [En ligne], 131 | 2021, mis en ligne le 10 novembre 2021, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/terminal/8107 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.8107

Haut de page

Auteur

Dominique Desbois

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search