Navegação – Mapa do site

InícioTerra Brasilis (Nova Série)16Espaços balneários em questãoHumour et coquillages : apparitio...

Espaços balneários em questão

Humour et coquillages : apparition du tourisme balnéaire dans les œuvres naturalistes

Un voyage entre la France et le Brésil
Humor e mulheres: o aparecimento do turismo à beira-mar em obras naturalistas. Uma viagem entre a França e o Brasil
El humor y las mujeres: la aparición del turismo marítimo en las obras naturalistas. Un viaje entre Francia y Brasil
Humor and women: the appearance of seaside tourism in naturalist works. A journey between France and Brazil
Antoine Huerta

Resumos

A cultura de praia dos dois lados do Atlântico, entre a França e o Brasil, tem muitos pontos em comum nos séculos XIX e XX. Obras literárias realistas e naturalistas ostentam a marca disso. Este trabalho propõe, portanto, questionar tanto a forma como a literatura francesa e brasileira pensaram e esboçaram o fato à beira-mar, mas também o lugar dado ao aparecimento de novos modelos literários em uma lógica comparada. O texto também discute a circulação destes modelos, através de exemplos típicos de influência entre a França e o Brasil, focalizando em particular os laços literários entre Zola e os irmãos Azevedo, numa tentativa de revelar tendências na representação da cultura à beira-mar no final do século dezenove. Os exemplos são numerosos e deram origem a muitos estudos gerais, bem como a alguns mais específicos, mas este topos ainda está por explorar, na medida em que tem muitas ramificações. Para compreender estas dinâmicas, uma grande parte da análise será dedicada a um corpus documental franco-brasileiro. Os modelos literários aparecem em torno do fenômeno à beira-mar sob a forma de ironia realista, por exemplo. No Brasil, os banhos de mar interessaram autores naturalistas, que muitas vezes enfatizaram a representação dos corpos femininos. Destas comparações literárias em torno da vida balneária, a adaptação de um conto de Émile Zola de Artur Azevedo será de particular interesse. Os modelos foram criados, independentemente, mas também em um jogo de influências da França para o Brasil. Deste ponto de vista, é sem dúvida necessário reler Zola e seus contemporâneos para compreender melhor as praias cariocas do século XIX.

Topo da página

Texto integral

Introduction : d’une rive à l’autre de l’Atlantique, un air marin sur la littérature

  • 1 Cette caricature ouvre un livre très intéressant sur l’humour à la plage (Delarue, 2013), dont nous (...)

1Le 25 août 1906, une caricature de René Préjelan dans Le Rire présente une scène de plage intitulée « Mirages »1, sur laquelle un vieux beau, vêtu d’élégance, marche sur le sable et regarde des tenues de bains suggérant des corps féminins, qui sèchent au vent, tandis qu’au second plan deux petites filles jouent dans le sable (Figure 1). L’air un peu dépité, il remarque : « Qui sait... quinze ans, peut-être ? » Bien que déjà blanchi sous le harnais, il rêve de séduire des jeunes filles de 15 ans. Peut-être est-ce la force des bains de mer qui le fait espérer pouvoir encore séduire ? Mais c’est un mirage et, en un sens, la plage l’a rendu fou.

Figure 1. « Mirages »

Figure 1. « Mirages »

Prélejean, Le Rire, 25 août 1906, n° 180. Disponível em : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k6246337q/​f1.highres

2Mais il n’est pas le seul. Sur une autre caricature, c’est une grosse dame qui s’inquiète d’attirer le regard des hommes auprès d’une belle jeune femme qui sourit d’un air moqueur (Figure 2).

Figure 2. « La Grosse dame »

Figure 2. « La Grosse dame »

Roubille, Auguste. Le Sourire, 3 octobre 1903, n° 206.

3Ces caricatures véhiculent une forme d’humour qui ne feraient probablement plus rire personne aujourd’hui, voire susciterait l’indignation, mais il faut les lire pour ce qu’elles sont ici : des sources historiques permettant de mettre en relation les liens entre la plage, l’érotisation et l’humour dont les corps féminins sont porteurs sous la plume ou le pinceau de nombreux auteurs. Peut-être faut-il y voir la réaction d’une société pudibonde, confrontée à un phénomène encore relativement nouveau et dont l’hypocrisie se manifesterait alors par cette forme d’humour ? De nombreux autres exemples peuvent se rencontrer, dans la peinture et la littérature notamment, qui lient les bains, l’humour et une certaine forme d’érotisation du corps des femmes, et dont nous présenterons quelques curiosa.

4Dans son conte A chave, écrit en 1879, Machado de Assis, s’adresse dès l’incipit « aux baigneurs [de Rio de Janeiro] qui sont alors sur la plage de Flamengo » soulignant ainsi des liens particuliers entre la plage, les pratiques balnéaires, et la littérature. Cette histoire est celle d’une rencontre entre deux jeunes gens sur la plage de Flamengo. Au tout début du chapitre II, Luís Bastinhos voit entrer Marcelina dans l’eau et s’étonne de la beauté de la jeune fille ; cette dernière qui ne l’a pas encore remarqué, prend le risque de nager dans une mer agitée et manque se noyer, mais Luís parvient à la sauver. C’est à la suite de cet épisode qu’il commence à fréquenter la maison de la jeune fille, avec le consentement du père qui souhaiterait en faire son gendre. Après une certaine résistance de Marcelina, c’est le triomphe de l’amour : le mariage a lieu.

5Si les premiers chapitres se passent à la plage, les suivants reviennent vers un intérieur plus bourgeois, mais le ton est donné quant aux liens entre cette classe aisée, la mer et le phénomène balnéaire naissant.

6La description qu’il donne de Marcelina est la suivante.

Elle est là, à la porte de la cabane, les mains croisées sur la poitrine, comme si elle avait froid ; elle porte les vêtements habituels des baigneurs, vêtements qui ne donnent un surcroît d’élégance qu’à ceux en ayant déjà un certain degré. […] Comment ne pas s’extasier désormais devant ces yeux, humides comme les coquillages de la plage, cette bouche minuscule, tel un baiser perpétuel ? Regardez la sculpture, la belle courbure des hanches, l’allongement de la jambe qui apparaît entre l’ourlet du pantalon de flanelle et la cheville ! Je dis la cheville et non la chaussure car Marcelina ne porte pas de chaussures de bain. Habitude ou vanité ? Il pourrait s’agir d’une coutume ; si c’est de la vanité, elle est explicable car la chaussure cacherait les pieds les plus gracieux de tout Flamengo, une paire de pieds fins, élancés et légers. Sa tête ne porte pas non plus de coiffe ; ses cheveux sont en partie attachés, en partie tressés - le tout de façon négligée, mais d’une négligence volontaire et chaste. Maintenant que la lumière est plus claire, nous pouvons bien voir l’expression du visage, C’est une expression singulière de colombe et de chat, de dorlotement et de méfiance. (Machado des Assis, 2021 [1880], Capítulo primeiro, §5-8)

7Les bains de mer, ici présentés comme une pratique bourgeoise, sont surtout l’occasion de décrire cette femme au travers d’un étonnant blason autour de la bouche et des yeux avec une comparaison entre ces derniers et des coquillages de la plage. Sa grâce et sa beauté sont également mises en avant par sa tenue, dans un extrait mâtiné d’érotisme qui pourrait être discret sans cette lourde insistance sur la cheville. En effet, Lise Manin rappelle, dans son Précis de voyeurisme contemporain, que les « règles de la décence qui imposent de dissimuler la cheville » ont alors cours (Manin, 2015 : §9).

8Emile Zola évoque un thème similaire, dans La joie de vivre (1884), mais s’encombre moins de pudeur que Machado de Assis : il développe l’alliance des coquillages et de la grotte marine en décrivant un bain de Pauline en compagnie de son futur mari Lazare. Pauline nageait,

corsage craqué... [...] toute l'épaule et le sein se trouvaient à découvert […] : filant à petit bruit avec de l'eau jusqu'au menton, enfonçant la blancheur nue de son épaule, vague et laiteuse comme la nacre d'un coquillage. La roche était creusée, vers la pleine mer, d'une sorte de grotte, où jadis ils jouaient aux Robinsons, en face de l'horizon vide.

9Plus elle nageait, plus

la déchirure augmentait : au moindre mouvement pour se retourner, sa gorge aurait jailli à fleur d'eau […]. Lazare la porta comme une enfant sur le sable ; et elle demeurait contre sa poitrine, à demi nue maintenant, tous deux ruisselant d'eau amère. Aussitôt, elle soupira, ouvrit les yeux. Quand elle reconnut le jeune homme, elle éclata en gros sanglots, elle l'étouffa dans une étreinte nerveuse, en lui baisant la face à pleines lèvres, au hasard. C'était comme inconscient, l'élan libre de l'amour, qui sortait de ce danger de mort. (Zola, 1906 [1884] : 93-94)

10S’il ne nous est pas possible de confirmer l’hypothèse d’une éventuelle influence de Machado de Assis sur Zola, il faut retenir que, dans ces deux exemples, le bain agit comme un puissant révélateur : celui du corps des femmes dans un premier temps, puis des relations sociales qui animent les baigneurs.

11Un autre texte brésilien décrit un bain de mer, au centre duquel se trouve le corps d’une femme, tout en illustrant certains liens entre les littératures brésilienne et française. Il s’agit de Banhos de mar, œuvre mineure de l’académicien brésilien Artur Azevedo (1855-1908) qui paraît dans un recueil posthume (Azevedo, 1909) ; le sujet de ce conte en vers est directement lié au phénomène balnéaire, puisqu’il traite dans une très large mesure des bains de mer et de la réception de cette pratique par la bourgeoisie carioca. On sait bien le rôle qu’a pu avoir Artur Azevedo dans la description de ces phénomènes nouveaux dans la société brésilienne (Melo & Knijnik, 2015), mais on connaît un peu moins le rôle d’Émile Zola dans la rédaction de ce texte.

12Ce dernier a, dès les années 1870, une grande influence sur les deux académiciens brésiliens que sont les frères Artur et Aluísio Azevedo. On qualifie même ce dernier de Zola brésilien (Ornstein, 1944 : 391) ; tous deux « présentent certainement des influences et des transmissions de Zola dans leurs œuvres » (Silva, 1999 : 14). Plus généralement au Brésil, son influence est alors « extrême, dominatrice et exclusive. » (Silva, 1999 : 327) C’est sans doute dans leurs travaux que l’influence de Zola trouve sa plus brillante expression. Le naturalisme est, au Brésil au XIXe, à bonne école, et s’inspire alors grandement de ce qui se fait en France sous la plume des Français (Garcia Ferreira Catharina, 2016 ; Mendes & Catharina, 2019). Sous ces écritures en miroir se joue toute une histoire des liens entre les littératures française et brésilienne au centre de laquelle se trouve Émile Zola, mais surtout, une certaine vision du fait balnéaire.

13Comment ce phénomène naissant est-il traité par ces auteurs de part et d’autre de l’Atlantique ? Un imaginaire commun se développe-t-il et, le cas échéant, comment se manifeste-t-il dans la littérature ? Si Zola s’avère un auteur central pour analyser quelques circulations stylistiques, il convient également de dresser un tableau, plus général, de la plage et de ses bienfaits dans le roman de mœurs français du XIXe siècle. Cette période, en effet, a été très riche en œuvres présentant les loisirs balnéaires, alors relativement nouveaux. Les arts et la littérature, nous le savons bien désormais, furent largement imprégnés de ces pratiques (Urbain, 2007 ; Corbin, 2018 [1988]). À la suite des travaux de Jean-Didier Urbain ou d’Alain Corbin, des recherches ont été menées pour reprendre le fil des problèmes liés à ces nouvelles représentations sur ce « topos littéraire au tournant des XIXe et XXe siècles en Europe » (Godeau, 2009).

14L’océan et ses rivages nouveaux. Les auteurs français les peignirent. Leurs œuvres les explorèrent. Si nous savons comment les mouvements profonds ont amené les sociétés sud-américaines à adopter ces pratiques balnéaires par mimétisme prophylactique puis urbanistique (Équipe Balneomar, 2019), la question de la transmission de ces topos se pose quant à la littérature.

15Ce travail propose de questionner à la fois la façon dont les littératures française et brésilienne ont pensé et croqué le fait balnéaire, mais aussi la place accordée à l’apparition de nouveaux modèles urbains dans une logique comparatiste entre les différents modèles littéraires. Le texte discutera en outre de la circulation de ces modèles, à travers des exemples d’influence typiques entre la France et le Brésil, en se focalisant notamment sur les liens littéraires existant entre Zola et les frères Azevedo.

16Il s’agit donc ici d’une esquisse d’essai d’histoire de littérature comparée tentant de mettre au jour des tendances dans la représentation de la culture balnéaire dans le dernier XIXe siècle. Les exemples sont nombreux et ont donné lieu à de nombreuses études générales comme à certaines autres plus spécifiques, mais ce topos reste encore à explorer, en ce qu’il présente de nombreuses ramifications. Afin de saisir ces dynamiques, une assez large place sera accordée à l’analyse d’un corpus documentaire riche, mais peu connu. Si Maupassant et Machado de Assis sont des phares de la littérature universelle, Henry Céard (1851-1924) est aujourd’hui moins connu. Pourtant, le regard qu’ils portèrent sur les phénomènes balnéaires nous permet aujourd’hui de mieux saisir le développement de ces pratiques de part et d’autre de l’Atlantique.

17Les exemples d’Émile Zola et d’Aluísio Azevedo sont bien connus des lecteurs francophones et brésiliens, et la lecture de leurs œuvres permet de dresser un tableau présentant certaines adaptations littéraires au fait balnéaire alors en extension. Et en effet, des scènes similaires peuvent se trouver dans la littérature brésilienne notamment. Pour cela, nous ferons un tour d’horizon d’œuvres présentant les pratiques balnéaires en cours à la fin du XIXe siècle en France avant de nous concentrer sur les représentations brésiliennes de ces nouvelles pratiques. Nous présenterons un corpus élargi afin de donner à lire différentes représentations du système balnéaire alors en développement, mais l’œuvre d’Aluísio Azevedo, grand lecteur d’Émile Zola, qui présente de nombreux aspects de cette balnéarisation dans la ville de Rio de Janeiro retiendra en particulier notre attention. Enfin, pour compléter le tableau de ces adaptations urbaines au phénomène balnéaire, nous analyserons plus en détail la transposition d’une œuvre de Zola en brésilien afin d’analyser la façon dont des modèles se sont mis en place, de manière autonome, mais également dans un jeu d’influences s’exerçant de la France vers le Brésil, sans pour autant tomber dans le travers d’une « lecture qui privilégie la logique de l’influence-importation qui aurait lieu entre un pays à la culture millénaire imposante et un pays jeune, assoiffé d’idées, mais manquant d’esprit critique. » (Mendes & Catharina, 2009 : 109) Malgré tout, il faut sans nul doute relire Zola et ses contemporains pour mieux connaître les plages cariocas du XIXe siècle.

Écriture de la mer au naturel : modèles littéraires et représentation des phénomènes balnéaires au XIXe siècle – topos balnéaire et ironie réaliste

18En 1909 Gaston de Pawlowski croquait, avec l’ironie que ses lecteurs lui connaissaient, les bains de mer alors en vogue. Deux textes en particulier peuvent retenir l’attention en ce qu’ils viennent illustrer un topos littéraire, désormais bien connu, de la promenade à la plage et du tourisme balnéaire : À la mer et L’étrange voyage (Pawlowski, 1909 : 129-134 et 135-143). Dans ce dernier texte en particulier, Pawlowski relate son premier trajet en train, ce « mode étrange de locomotion » vers une station balnéaire en début d’automne, alors que tous les estivants rentrent à Paris. D’emblée le narrateur pose le caractère bizarre de cette expérience, questionnant l’existence même de cette station en dehors des beaux jours : « Existait-elle réellement en dehors de la saison ? Quelle pouvait être au juste sa vie lorsqu’elle se trouvait séparée de tout pays civilisé par le mauvais temps ? » (Pawlowski, 1909 : 136) L’étrangeté de la station balnéaire, en tant que phénomène social relativement nouveau, engage l’auteur à utiliser un ton légèrement moqueur.

  • 2 Nombre de références aux bains de mer nous ont été fournies par le précieux travail de Philippe Ham (...)

19Il est également possible de penser ici aux « nombreuses caricatures de baigneurs de Daumier, publiées entre 1839 et 1850, date à laquelle les trains commencèrent à conduire les Parisiens au bord de la mer » (Lombardo, 2011 : §2). C’est alors une tendance que d’écrire ou de peindre sur ces questions littorales et les représentants du naturalisme et plus généralement du réalisme ayant alors encore cours ne font guère exception à cette règle.2

20Au XIXe siècle, les pratiques balnéaires envahissent la littérature et le monde. Les exemples sont nombreux et il est possible de citer entre autres œuvres marquantes, les Épaves de Guy de Maupassant (1881), nouvelle dans laquelle l’auteur moque les hommes et les femmes demeurant dans la station balnéaire alors que la saison est passée, et dont la vie est faite de mensonge et d’inutilité ; se référant « à ces épaves de la vie, à ces tristes êtres perdus », c’est l’occasion pour lui de croquer ces fameux bains de mer et ces nouvelles pratiques sociales, autour de quelques personnages se voulant des étoiles des lieux de villégiature, eux qui a Paris ne seraient rien (Maupassant, 1881).

21Les ‘moqués’ de L’écornifleur de Jules Renard (1892) n’ont rien à envier aux ‘épaves’ de Maupassant. Au contraire, ils le sont plus longuement et avec force satire. Il s’agit dans ce court roman de suivre le chemin d’Henri, profiteur spécialiste abusant de la crédulité d’une famille de bourgeois naïfs en villégiature au bord de la Manche. Le chapitre XXXVII intitulé La plage marque le ton (Renard, 1892 : 191-195). D’une baigneuse il fait le portrait :

Cependant elle se déshabille par escamotage : on la retrouve en costume de bain. Avec des gestes chasseurs de mouche, elle s’avance à la rencontre de la mer. Elle pousse des cris, et s’exerce à sautiller en l’air, comme un jouet mécanique, à se jeter sur la tête, les épaules, les seins, des pleines mains de sable mouillé et de filandreux varech. La mer a beau faire le chien couchant : dès qu’elle s’approche, la baigneuse s’enfuit, plaintivement gloussante, vers son rocher. (Renard, 1892 : 191)

22La peur et les attitudes mécaniques et animales la rendent quelque peu ridicule. Le vieux prêtre en costume noir ne vaut guère mieux lorsqu’il se baigne :

[R]égulièrement il plie les jambes, les genoux à fleur d’eau et les détend avec force. La lame le voile. On ne distingue plus que la tête enveloppée dans le mouchoir blanc, et, quand une vague le soulève, il ressemble à un christ d’ébène hors de service qui s’en va à la dérive, couché sur un matelas et pris d’une rage de dents. (Renard, 1892 : 195)

  • 3 Aujourd’hui encore, malgré ce que peut en dire le Maitron qui notait avec euphémisme, « un temps ou (...)

23Les références de moquerie sont nombreuses dans la littérature et pourraient être enfilées telles des perles. Que l’on en considère quelques autres pour se faire une idée plus précise. Dans son roman La glu, le naturaliste Jean Richepin, qui est encore bien oublié,3 se moquait ainsi des estivants lorsqu’il évoquait son personnage, « habitué aux laideurs baroques et aux toilettes de carnaval que les bains de mer amenaient chaque année à l’Établissement » (Richepin, 1881 : 66-67). Les bains de mer furent l’occasion pour Ernest L’Épine, dit Quatrelles, de dérouler des saynètes, sur les bains de mer et la plage notamment, dont « le dispositif n’est souvent qu’un prétexte à la reproduction de blagues typiques de l’esprit boulevardier » (Saint-Amand, 2021 : §7). C’est le cas des premières conversations de son parfait causeur, petit manuel rédigé en langue parisienne, « Aux bains de mer » (Quatrelles, 1879 : 15-42) qui prend pour décors les stations balnéaires.

24Il est bien entendu ici possible de penser également à l’un des grands livres d’Henry Céard, Terrains à vendre au bord de la mer, paru en 1906, et dans lequel le phénomène balnéaire est omniprésent.

25Notons que l’une des femmes de ce roman, peu encline à voyager à la station bien que son mari en fut le maire,

se reprocha l'indifférence avec laquelle, dédaignant jusqu'ici l’océan et la Bretagne, elle refusait de suivre son mari à Kerahuel. Là-bas, pendant des mois, elle le laissait sans affection, presque sans souvenir. Il restait livré à toutes les concupiscences provoquées par le désœuvrement, l'ennui, la promiscuité des sexes déshabillés et se baignant ensemble le long des plages. Ne devait-elle pas s'accuser elle-même si une fille prenait adultèrement possession d'un corps et d'un cœur désertés ? (Céard, 1906 : 685)

26Les bains et les plages sont, déjà, assimilé à la démonstration des corps féminins et aux dangers qu’ils représentent pour la bonne tenue des institutions sociales. Pour son époux, il en va de même, la mer n’existe à ses que par et pour une femme : « il trouvait inutile désormais de souhaiter demeurer maire dans une commune où il ne se connaissait plus de raisons pour résider. Pour lui, Kerahuel existait seulement parce que Kerahuel le rapprochait de Mariette [son amante]. De là ses projets d'embellissements du pays, ses efforts afin d'attirer les baigneurs sur une plage qu'il rêvait de rendre mondaine, et sa patience acharnée à susciter des acquéreurs pour les “Terrains à vendre” » (Céard, 1906 : 686). Tout le phénomène balnéaire tourne du corps d’une femme.

  • 4 Voir par exemple dans certaines “Cartas de Europa”, Jornal do Brasil, 24 de agosto de 1896, p. 2.; (...)

27Céard est lu au Brésil, même s’il est difficile d’estimer la pénétration de ses œuvres. Un texte de Benjamin Lima revient sur cette œuvre et présente le caractère « en même temps admirable et horrible » de cette narration en insistant sur le vide de ce roman, où il ne se passe rien (Lima, 1937 : 5). Des références à ses travaux peuvent se lire de temps en temps,4 mais ce n’est pas un auteur sur lequel nous nous appuierons pour le cas qui nous retient ici, préférant revenir au maître Émile Zola, principal auteur naturaliste ayant inspiré les Brésiliens.

28Ainsi, si l’humour est très présent en France, au XIXe siècle, pour moquer ces nouvelles habitudes balnéaires (Delarue, 2013), ce sont d’autres formes de représentations qui apparaissent au Brésil. Mettons en évidence quelques brèves références de cette littérature, afin d’apprécier la manière dont la plage et le phénomène balnéaire y sont abordés.

Quelques traits balnéaires chez Aluísio Azevedo : tableaux d’une ville en mutation et détails naturalistes

29La littérature naturaliste brésilienne du XIXe siècle n’a pas, semble-t-il, accordé une importante très grande au fait balnéaire en tant qu’objet principal. Le phénomène est en revanche abordé par la marge, en ce qu’il constitue, au Brésil comme ailleurs, une opération urbaine de premier ordre (Camargo, 2007 ; Équipe Balneomar, 2019). Les exemples sont nombreux et présentent des rapports au phénomène balnéaire fort variés. Nous exposerons ici quelques exemples tirés de la littérature brésilienne naturaliste afin de montrer en quoi des correspondances se manifestent des deux côtés de l’Atlantique.

  • 5 Ces extraits nous ont été suggérés par la lecture du texte de Victor Andrade de Melo qui les présen (...)

30Dans A conquista, de l’académicien Coelho Neto, la plage est un lieu de plaisir où les cariocas se baignent :5

Des gazouillis ont vibré dans l’air. Les baigneurs qui allaient à la plage, couples, familles complètes, avec des paniers, les yeux encore trempés de sommeil, passaient en criant. […]
Une foule de personnes s’éclaboussait sur le sable humide qui retenait l’empreinte profonde jusqu’à ce que la vague, se levant paresseusement, la défasse. Il y avait des tentes en toile comme des pyramides blanches, mais la plupart de ceux qui plongeaient venaient parés dans les vêtements de flanelle des établissements de bains. Les dames, souriant, se frottant les mains, allaient timidement vers la mer qui envoyait ses vagues sur la plage comme pour les chercher, elles se baissaient, prenaient un peu d’eau dans leurs doigts, comme si elles se bénissaient dans cet immense évier vert et, un peu rafraîchies, se tenant la main, elles se jetaient dedans, quand la vague venait, roulante et pleine, écumeuse, se briser sur la plage dans un doux grondement. (Coelho Neto, 1899 : 130).

31La description qui est ici faite se veut empreinte de beauté, et insiste sur le caractère presque sacré de ce moment qu’est le bain matinal. Il faut noter aussi l’importance accordée à la description des femmes dans cette présentation. C’est un lieu commun sur les bains de mer que l’on retrouve au Brésil. Pour explorer cette thématique, nous proposons de nous pencher plus en détail sur l’œuvre d’Aluísio Azevedo.

32La plage n’y est pas toujours décrite comme un lieu de plaisirs, mais plutôt comme celui d’un commerce effervescent. C’est le cas dans O mulato, où les vendeurs de tous types se retrouvent, notamment pour vendre des esclaves (Azevedo, 1881 : 1). Mais la plage est surtout, déjà, le lieu où le médecin prescrit des bains de mer comme remède, ce qui donne lieu à une présentation positive du phénomène :

Le médecin [lui] a prescrit des bains de mer à Ponta d’Areia. Les trois mois qu’elle y a passés lui ont été très agréables. L’air du littoral, les bains de choc, les longues promenades, lui ont redonné l’appétit et enrichi son sang. Elle est devenue plus forte, elle a même pris du poids. (Azevedo, 1881 : 6)

33Le même auteur, un an plus tard, dans les Mistérios da Tijuca, ou Girândola de Amores, décrit un autre médecin qui recommande « les bains de mer, les promenades à l’air libre et le délassement de l’esprit », ce qui ne satisfait guère la dame qui s’exclame : « Quant à ces bains, non ! Assez de baignades dans la mer ! » (Azevedo, 1882 : 94-95).

34Aluísio Azevedo analyse toujours cette image du rejet des bains dans un ouvrage plus tardif, Casa de Pensão en 1884. C’est alors pour lui de présenter une description de la plage et des bains, « comme les Européens » et, surtout, perçus d’un point de vue médical. Le dialogue suivant donne le ton :

  • 6 En français dans le texte.
  • 7 En anglais dans le texte.

— Pourquoi, Madame,6 n’essayez-vous pas les bains de mer ? demanda le gentleman7 en essuyant vigoureusement son épaisse moustache sur la serviette qu’il avait attachée autour de son cou.
— Oh, allez ! Ils n’ont aucun effet du tout ! Elle en a déjà pris quarante d’affilée. Je pense qu’elle est encore pire.
— C’est étrange, répondit le gentleman en fronçant les sourcils […], car, selon Durand Fardel, aucune maladie nerveuse ne résiste à un bon régime de bains de mer ; mais il conseille aussi l’usage interne de l’eau salée, et prouve que sa minéralisation est beaucoup plus riche en chlorure de sodium que les eaux minérales de source... (Azevedo, 1884 : 37)

35Ce paragraphe est ici intéressant, en ce qu’il montre bien l’intérêt que suscitent pour la bourgeoisie les expressions anglaises et françaises en italique dans le texte, importées avec le phénomène balnéaire et les techniques médicales issus des conseils du médecin français Durand Fardel (1815-1899), qui travailla entre autres sur les eaux minérales (Delmas & Panas, 2006). Si l’on connaît toute l’importance des liens franco-brésiliens en matière de médecine balnéaire au XIXe siècle (Huerta, 2019), c’est ici d’une autre technique dont il question, littéraire cette fois, reprenant en effet, les topoi naturalistes et réalistes français sur la question des bains de mer, comme le montrent de nombreuses autres références balnéaires dans ses travaux.

36Les personnages féminins, chez Aluísio Azevedo, ont souvent une place assignée en lien avec leur sexualité. De même, dans le succès de librairie teinté d’érotisme qu’est O homem (Garcia Camello, 2019), les plages et les bains sont aussi présents. La belle Magdalena vit, « dans une bonne maison près de la plage de Botafogo », où elle doit se rendre régulièrement pour se promener et se baigner afin de soigner ses maux (Azevedo, 1887 : 28). Mais, là encore, ce personnage et les soins dont elle aurait besoin sont fortement sexualisés : que l’on juge cette remarque de son médecin nous expliquant que, pour elle, « ce dont il est question, c’est du coït, il lui faut un homme ! » (Azevedo, 1887 : 18).

  • 8 Roman traduit en français sous le titre Botafogo, il connaît deux traductions, dont la première amp (...)

37Un autre exemple se trouve dans O cortiço,8 sans doute un fleuron de la littérature naturaliste brésilienne et ouvrage considéré comme l’un de ses chefs d’œuvre ; l’académicien y relate la vie d’une cité, de sa construction à son apogée, suivant le développement urbain de la ville de Rio de Janeiro à la fin du XIXe siècle. Le quartier de Botafogo, où ont lieu les intrigues qui composent le roman, est omniprésent dans le texte et nous donne un aperçu de l’œil carioca sur certains modes d’habiter autour de la plage. S’il ne s’agit pas d’un thème central de l’œuvre, sa riche production romanesque nous livre, elle aussi par ailleurs, de nombreux éléments de compréhension du fait balnéaire (Coelho-Florent, 2007).

38Outre le fait que les promenades en bord de mer y sont un fait social typique de la vie carioca, Aluísio Azevedo présente certaines croyances qui traversaient le quartier de Botafogo et s’étonne que pour beaucoup, les bains de mer seraient magiques et permettraient de déclencher la puberté. C’est un point important sur lequel nous reviendrons, car il se retrouve dans nombre de textes. Ainsi, les bains comme fertilisant imprègne alors suffisamment l’imaginaire brésilien, c’est le cas par exemple dans Tentação, de Adolfo Caminha :

D. Branca trouvait étrange qu’ils n’aient toujours pas de fils, du moins pas de fils à donner à la future mère... Et il recommandait les bains de mer à Flamengo : - Pourquoi n’essayez-vous pas les bains de mer à Flamengo ? Evaristo riait en jurant que le mois suivant, ils commenceraient à se baigner là, sur la plage de Botafogo. (Caminha, 1896 : chapitre 2, 17)

39Bains de mer et sexualisation des personnages féminins, autant d’éléments qui se retrouvent dans un court texte d’Artur Azevedo dont on ne peut faire l’économie de l’étude, en ce qu’il représente particulièrement la communauté d’intérêt pour le balnéaire au Brésil comme en France. Voyons cela plus en détails.

Artur Azevedo et Émile Zola, les coquillages et les banhos de mar : brève histoire d’une adaptation littéraire

40Si Artur Azevedo fut un grand auteur dramatique, il eut aussi l’occasion de dire tout le mal qu’il pensait des bains de mer dans quelques textes brefs, où il critiquait notamment les croyances que pouvaient voir les gens dans leurs bienfaits thérapeutiques (Melo & Knijnik, 2015). Il faut garder cela en tête avant de commencer la lecture dont il est ici question.

41Parmi ses nombreux textes, en prose ou en vers, l’un d’entre eux pourrait étonner les lecteurs les plus aguerris d’Émile Zola : il s’agit de Banhos de mar qui reprend, thème pour thème, si ce n’est mot pour mot, un texte parfois considéré comme secondaire du maître du naturalisme français : Les Coquillages de M. Chabre (Zola, 2013 [1884]). Cette nouvelle, publiée en 1884, est très vraisemblablement la source d’inspiration directe du grand dramaturge brésilien et, outre le fait qu’une telle reproduction informe sur les représentations de la plage et des pratiques balnéaires de part et d’autre de l’Atlantique au XIXe siècle, ce sont les mécanismes de passage d’un monde social à un autre, d’un monde littéraire à un autre qui nous sont ici révélés. Cette transposition n’ayant pas été étudiée à notre connaissance, elle représente un cas unique de passage d’une rive littéraire à une autre, et l’étude de ce qui s’apparente à un plagiat doit être poussée quelque peu plus avant. Il faut pour cela présenter un court résumé de cette riche nouvelle où la bourgeoisie à la plage est au centre de l’intrigue. Le personnage principal donnant son titre au texte est un riche marchand qui épouse une jeune et belle femme largement sa cadette, s’en trouve fort heureux, mais « le grand chagrin de M. Chabre était de ne pas avoir d’enfant. »

  • 9 « Ce texte, paru d’abord en septembre 1876 dans Le Messager de l’Europe, sous le titre Bains de mer (...)

42Zola écrit ce texte dans une revue tout d’abord, et ce n’est que par la suite qu’il est publié en recueil.9 M. Chabre, pour régler son problème de paternité contrariée, se met en quête de consulter un médecin qui, en homme de son temps, lui suggère de manger quantité de coquillages. Pour ce faire M. Chabre part en villégiature près de Guérande, « inutile d’aller à Trouville, où il dépenserait un argent fou ! » (Zola, 2013 [1876] : 275) Arrivé à la plage, M. Chabre respecte scrupuleusement les prescriptions de son médecin, tandis que son épouse se lie d’amitié avec un jeune homme rencontré en ville, qu’elle fréquente de plus en plus assidûment lors de longues promenades. Lors d’une d’entre elle, se retrouvant coincés dans une grotte par la marée montante, ils ont l’occasion de passer la soirée seuls. « Une odeur de fécondité montait des vagues vivantes. Alors, Estelle laissa tomber sa tête sur l’épaule d’Hector. Et le vent du soir emporta des soupirs. […] Neuf mois après son retour à Paris, la belle Madame Chabre accoucha d’un garçon. » (Zola, 2013 [1876] : 315). Et Monsieur Chabre se félicita d’avoir mené son régime même s’il n’aurait « jamais pensé que les coquillages eussent une pareille vertu. » (Zola, 2013 [1876] : 315).

43Les coquillages sont quant à eux le symbole de la comédie de mœurs qui nous est contée, marquée par l’adultère et l’humour aux dépends de Monsieur Chabre.

44Ce texte fut indéniablement lu au Brésil. Que l’on juge à partir du texte d’Artur Azevedo qui présente à foison les similarités avec celui d’Émile Zola. On peut le résumer de la manière suivante : Manuel Antônio de Carvalho Santos, un bourgeois renommé ayant fait fortune dans les affaires, se décide, approchant la cinquantaine, à prendre femme. Une jeune femme de dix-huit printemps est l’objet de son amour. Bien que cette dernière ait un fiancé, elle avait aussi un père qui vit très vite l’intérêt d’un bon mariage. Il eut lieu, au grand dam de la jeune fille qui avait promis un amour éternel à son fiancé. Ce mariage provoqua de nombreuses moqueries à Praia Grande : seul un vieux fou pouvait ainsi prendre une si jeune épouse. On en rit beaucoup. Le fiancé quitta son emploi et se fit poète, de dépit. Manuel Antonio, lui, ne se repentit jamais de son mariage, même si un enfant lui manqua vite. Au bous de trois ans, se voyant vieillir, il consulta un médecin fameux sur la place qui lui prescrivit des bains de mers. Le hasard – ou tout autre chose – fit que le fiancé se baignait également régulièrement sur une plage proche, sans que le mari ne s’aperçût de rien. Ils y restèrent plusieurs mois et, heureuse nouvelle, se rendirent compte qu’un enfant était en chemin. Ils furent deux à venir, et le docteur reçut, bien qu’étonné, de chaleureux remerciements. Hélas, le bonheur fut de courte durée pour le mari qui mourut d’apoplexie quelques temps après. La veuve, dans son malheur, eut le bonheur de retrouver son ancien fiancé très rapidement. Les enfants furent très aimés de ce dernier.

45On sait désormais comment la mer a pu intéresser Zola (Got, 1980), et en particulier dans une perspective sexualisée qui ne peut que faire écho au titre de cette nouvelle (Santos, 2009). Pour Artur Azevedo, la mer porte également une charge sexuelle, c’est notamment le cas des bains qui symbolisent pour lui le stupre et la prostitution (Silva, 2014), et sa préoccupation en tant que « journaliste concernait les personnes qui fréquentaient la plage de Boqueirão do Passeio. » (Silva, 2014 : 10) En effet, « le chroniqueur commence par applaudir [le fait de] réprimer les baigneurs mal habillés sur ladite plage [et] le malaise du journaliste résidait également dans le fait que les “honnêtes dames” étaient confondues avec les “malhonnêtes”, et étaient victimes des mauvaises manières des garçons... » (Silva, 2014 : 10). Esequiel Gomes da Silva revient sur l’importance que revêt cette thématique aux yeux d’Azevedo, en un jeu de miroirs où il s’inquiète de l’image que donnerait ce lieu de débauche auprès des Européens qui viendraient visiter la cidade maravilhosa et ne s’émerveilleraient pas pour les bonnes raisons selon lui.

46Il importe, cette brève présentation faite, de se pencher sur les points communs entre les deux textes. Dans les deux cas, le texte représente un genre de comédie de mœurs et utilise le ton humoristique tout en s’intéressant à la sexualité de la femme tenant le rôle principal. Tout d’abord, les quatre protagonistes principaux jouent des rôles similaires : le médecin conseil, la jeune et belle épouse débordant d’ennui, son bourgeois de mari, naïf et prototype de la victime de tromperie, et enfin l’amant, séducteur et père des futurs enfants, à l’insu de tous. Ensuite, les concordances spatiales et de mise en intrigue sont également suffisamment flagrantes pour que l’on s’épargne de trop longues comparaisons. Retenons cependant que le mariage de circonstance, l’apparition inattendue de l’amant en élément perturbateur et le dénouement sont strictement identiques, tout comme l’injonction faite de manger des mollusques. Enfin, c’est bien de provoquer le rire en présentant un mari trompé dont il est ici question, tout en se moquant de certaines pratiques liées aux bains de mer.

47Les pratiques balnéaires, en tant qu’objet de raillerie trouve, dans ce couple d’histoires, un exemple typique. Les personnes les pratiquant pour des raisons inutiles, en particulier la bêtise des bourgeois, sont ici au centre de l’attention. Ces pratiques, somme toute nouvelles, sont donc sources de moqueries de la part de ces naturalistes.

Conclusion : érotisme et brève conchyliographie littéraire autour des bains de mer

  • 10 Ce fut notamment le cas du Brésil, où la plus grande collection de ses œuvres hors de France s’y tr (...)

48L’attrait pour la représentation des bains de mer autour de thèmes humoristiques et érotiques n’a guère épargné les peintres et les dessinateurs qui eurent l’occasion de produire quelques grandes œuvres, au centre desquelles, se trouvaient bien souvent les femmes, les baigneuses (Jablonka, 2012). Les impressionnistes, avant d’autres, se sont souvent emparé de ce thème, la Normandie étant l’un de leurs terrains de jeux privilégiés (Durand-Ruel & Klein, 2016). Eugène Boudin, connu pour ses paysages et ses cieux marins, disait ironiquement qu’on « aime beaucoup [ses] petites dames sur la plage, d’aucuns prétendent qu’il y a là un filon d’or à exploiter »10 (Bergeret-Gourbin et al., 2016) (Figure 3).

Figure 3. Eugène Boudin. Plage à Trouville, 1868, huile sur toile, 38 x 62.8 cm

Figure 3. Eugène Boudin. Plage à Trouville, 1868, huile sur toile, 38 x 62.8 cm

Eugène BOUDIN (1824-1898), La Plage à Trouville, 1865, huile sur toile, 38 x 62.8 cm. Gift of the Estate of Laurence Hutton. © Princeton, University Art Museum.

49Cela fut fait quelques années plus tard, notamment par Paulette Bardy qui reprit ses thèmes et produit des pastiches érotiques d’Eugène Boudin (Delorme & Collin du Bocage, 2010) illustrant, quelques années plus tard, ce double ton érotique et comique dont on peut se faire une idée à partir d’une image du catalogue l’Hôtel des Ventes Drouot (Drouot, 2009) (Figure 4).

Figure 4. Paulette Bardy. Scène de Plage, s/d, vers 1900, Peinture à l'huile sur carton, de forme ovale

Figure 4. Paulette Bardy. Scène de Plage, s/d, vers 1900, Peinture à l'huile sur carton, de forme ovale

Collection particulière

50Ainsi, les artistes du grand XIXe siècle furent obsédés par les plages et les corps qui désormais les courraient et les peignirent souvent d’un œil amusé. Les auteurs de cette littérature que nous avons pu aborder présentent le phénomène en insistant sur les rapports entre l’eau et le corps des femmes, insistant sur de nombreuses images, dont les coquillages.

  • 11 Bien pudiquement le TLFi, nous dit de ce terme 1. « [De forme] Ce qui rappelle la forme arrondie ou (...)
  • 12 Ce terme de conchyliographie, pouvant passer pour un barbarisme, est repris du titre de l’ouvrage d (...)

51Le coquillage est une métaphore classique de différentes parties du corps féminin comme la bouche,11 ou « au sens métaphorique de “sexe de la femme”, d’après l’ouverture linéaire de la coquille, qui rappelle la vulve » (André, 1991 : 12). Il est possible de parler d’une certaine conchyliographie métaphorique lorsque l’on considère les représentations du corps féminin dans les ouvrages littéraires traitant du phénomène balnéaire de part et d’autre de l’Atlantique.12 Le Trésor de la langue française nous rappelle qu’il peut être considéré « dans un sens obscène (coquille “membre viril” [...] et “sexe de la femme”). » Il faut noter ici que, dans sa brève analyse du texte de Zola, Terashima semble passer à côté de de la suggestion obscène de ce titre (Terashima, 2011 : 132). Sans doute est-ce dû à l’origine essentiellement latine de cette tradition, et les occurrences sont légion dans toutes les littératures de langues latines. En effet, de nombreux termes argotiques désignent le sexe féminin par des termes autour des coquillages. C’est le cas en espagnol (almeja, concha, marisco, mejillón), en italien (cozza) ou en roumain, (moluscă, scoică) (Bala, 2011), mais aussi en portugais (mexilhão, ostra). C’est également le cas de l’origine du terme vulve dans toutes les langues latines, désignant par synecdoque les parties de la coquille des mollusques ou de la coque de certains coquillages. En retour, de très nombreux coquillages se nomment Venus.

  • 13 C’est un bain, que nous décrit Zola, dont l’érotisme est assez marqué, qui « emplissait pour la jou (...)

52La modification du titre, Des coquillages aux bains de mers, et de la structure du texte par Azevedo sont peut-être dues à un souhait de dissimuler le caractère trop trivial du texte de Zola qui donne à sa nouvelle un ton volontairement grivois : outre le propos de la comédie, c’est sur l’image même des coquillages qu’insiste l’auteur. En fin connaisseur des pratiques populaires du XIXe, il n’est sans doute pas sans ignorer les acceptions du terme coquillage. Dans certains de ses autres romans, Zola exploite cette image et ces liens entre coquillages et sexualité : c’est le cas dans La curée, où on peut penser bien sûr à la scène du bain, toute empreinte d’érotisme, où Renée se baigne dans une « une baignoire, une vasque de marbre rose, enfoncée dans le plancher, et dont les bords [sont] cannelés comme ceux d'une grande coquille »13 ; ainsi qu’aux « deux amours joufflus qui, dans la cour, laissaient tomber de leur coquille un filet d'eau », que le simple passage suffit à animer, comme toute la statuaire, « jusqu'aux grandes femmes nues soutenant les balcons » (Zola, 1871 : 226).

53De plus, déclarant aimer « d’ailleurs beaucoup Verlaine » en 1896 (Zola, 2018), nous pouvons penser qu’il connaissait son fameux poème Les coquillages (Verlaine, 1902 : p. 93) ou le caractère allusif des coquillages ne fait aucun doute (Mullier, 2015). Connotations et suggestions érotiques, face auxquelles Victor Hugo ne se trompait pas non plus : « Ainsi la pointe des “coquillages” [ou la dernière ligne de vers] éveille-t-elle par son imprécision l’imagination d’un Hugo séduit : “Que de choses délicates et ingénieuses dans ce joli petit livre des Fêtes Galantes ! Les Coquillages ! quel bijou que le dernier vers !” » (Mullier, 2015). Les coquillages et le sexe des femmes forment une alliance et un topos de la littérature française, et il est également possible de penser au poème de Mallarmé, Une négresse par le démon secouée, où « L’enfant croise “le palais” d’une “étrange bouche” qui “avance”, “pâle et rose comme un coquillage marin” », (Poujat, 2020 : 7). Les occurrences seraient trop nombreuses pour les citer toutes, mais on peut aussi penser à La Naissance de Vénus de Sandro Botticelli.

54Portrait de la bourgeoisie à la plage, sexualisation des corps féminins, les métaphores animales (coquillages) et architecturales (palais, grottes, tente), autant d’objets qui se retrouvent dans les littératures naturalistes des deux rives de l’Atlantique et dont nous avons pu faire une étude spécifique dans le cas des concordances entre Machado de Assis (A chave) et Zola (La joie de vivre) et, surtout, du passage de Zola vers Azevedo. L’association des coquillages au corps de la femme, et à la fécondité, est une pratique ancienne faisant partie de la mémoire collective. Ainsi, la grivoiserie de l’analogie couplée au ton du texte, ne laisse aucun doute quant aux objectifs littéraires de Zola ou d’Azevedo lorsqu’ils insistent sur le passage du thérapeutique à l’érotique, et que l’on peut rapprocher d’un « caractère plus ambigu du dénudement plagiste qui interpelle, puisque l’activité de loisir vient peu à peu se superposer à l’argument thérapeutique » (Carol, 2009 : §37). Dans un cas comme dans l’autre, cette transposition de la thérapeutique au loisir se charge de projections érotiques dont les coquillages sont le stigmate littéraire, au Brésil comme en France.

Topo da página

Bibliografia

Azevedo, Aluízio (1881). O Mulato. [En ligne]: http://www.dominiopublico.gov.br/pesquisa/DetalheObraForm.do?select_action=&co_obra=2024.

Azevedo, Aluízio (1882). Memórias de um Condenado, ou A Condessa Vésper. [En ligne] : http://www.dominiopublico.gov.br/pesquisa/DetalheObraForm.do?select_action&co_obra=212.

Azevedo, Aluízio (1884). Casa de Pensão, [UA] Universidade da Amazônia – UNAMA, 208 p. [En ligne]: http://www.dominiopublico.gov.br/download/texto/bv000014.pdf.

Azevedo, Aluízio (1884). Filomena Borges. [En ligne]: http://www.dominiopublico.gov.br/pesquisa/DetalheObraForm.do?select_action=&co_obra=16530.

Azevedo, Aluízio (1887). O homem. [En ligne]: http://www.dominiopublico.gov.br/pesquisa/DetalheObraForm.do?select_action=&co_obra=7408.

Azevedo, Aluízio (1890). O Cortiço. [En ligne]: http://www.dominiopublico.gov.br/pesquisa/DetalheObraForm.do?select_action=&co_obra=1723.

Azevedo, Thales de (1988). A praia: espaço de socialidade, Centro de Estudos Baianos, 40 p. (Publicação da Universidade Federal da Bahia; 134).

Bala, Laurentiu, (2011). « Le corps humain en argot : le sexe, » Research Gate, 10 p. [En ligne] : https://www.researchgate.net/publication/332834075_Le_corps_humain_en_argot_le_sexe.

Bergeret-Gourbin, Anne-Marie et al. (2016). Eugène Boudin, l’atelier de la lumière. Catalogue d’exposition — Le Havre, musée d’art moderne André Malraux, 16 avril 2016 – 26 septembre 2016, Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2016, 240 p.

Boudin, Eugène (1867). La Plage de Trouville, huile sur bois, 31 x 48 cm. Paris, musée d’Orsay, donation du Dr Eduardo Mollard, 1961. © RMN-Grand Palais / Hervé Lewandowski/.

Camargo, Haroldo Leitão (2007). Uma pré-história do turismo no Brasil: recreações aristocráticas e lazeres burgueses (1808-1850). São Paulo: Aleph. 384 p.

Caminha, Adolfo (1896). Tentação, [En ligne]: http://www.dominiopublico.gov.br/pesquisa/DetalheObraForm.do?select_action=&co_obra=2169.

Carol, Anne (2009). « La nudité au XIXe siècle », Rives nord-méditerranéennes, 2008, 30. [En ligne] : http://journals.openedition.org/rives/2303.

Ceard, Henry (1906). Terrains à vendre au bord de la mer. Paris : E. Fasquelle. 775 p.

Coelho-Florent, Adriana (2007). « Une pension auberge en pleine mutation : O cortiço d’Aluísio Azevedo », Cahiers d’études romanes, 17. [En ligne] : http://journals.openedition.org/etudesromanes/812.

Corbin, Alain (2018 [1988]). Le territoire du vide. Paris : Flammarion. 407 p. (Champs. Histoire).

Delarue, Bruno (2013). Humour à la plage : caricatures de presse et d’albums. Yport : Éd. Terre en vue. 64 p.

Delmas, Vincent ; Panas, Photinos (2006). « DURAND-FARDEL Charles Louis Maxime ». CTHS. [En ligne] : https://cths.fr/an/savant.php?id=571.

Delorme & Collin du Bocage (2010). Spirit of Erotica III : Tableaux, Dessins, Sculptures, Ivoires, Bronzes, Curiosités : vente, Paris, 17, rue de Provence, jeudi 16 décembre 2010. Paris : Delorme & Collin du Bocage. 48 p.

Drouot (2009). « Spirit of Erotica / Lot n°200 », La Gazette Drouot. [En ligne] : https://www.gazette-drouot.com/lots/1093185.

Équipe Balneomar (2019). « Bref état de l’art sur la balnéarisation France-Brésil ». Confins, n+39. [En ligne]: http://journals.openedition.org/confins/17910.

Garcia Ferreira Catharina, Pedro Paulo (2016). “Circulation and Permanence of French Naturalist Literature in Brazil”. Excavatio, XXVII. [En ligne] : http://aizen.zolanaturalismassoc.org/excavatio/articles/v27/PedroPauloGARCIAFERREIRACATHARINA.pdf.

Gaskins, Audrey J.; Sundaram, Rajeshwari; Louis, Germaine; Chavarro, Jorge (2018). “Seafood Intake, Sexual Activity, and Time to Pregnancy”, The Journal of clinical endocrinology and metabolism, 103 (7): 2680-2688.

Godeau, Florence (2009). « La promenade au bord de la mer. Variations sur un topos littéraire au tournant des XIXe et XXe siècles en Europe », Carnets, première série, n°1. [En ligne] : http://journals.openedition.org/carnets/2960.

Got, Olivier (1980). La Normandie de Zola : réalité et mythologie. In : Le Paysage normand dans la littérature et dans l’art. Mont-Saint-Aignan : Presses universitaires de Rouen et du Havre. [En ligne] : http://books.openedition.org/purh/8666.

Hamon, Philippe ; Viboud, Alexandrine (2003). Dictionnaire thématique du roman de mœurs, 1850-1914. Paris : Presses Sorbonne nouvelle. 544 p.

Huerta, Antoine (2019). « Entre deux eaux : courants thérapeutiques franco-brésiliens dans le processus de balnéarisation de Rio de Janeiro », Confins, 39. [En ligne] : http://journals.openedition.org/confins/17922.

Jablonka, Ivan (2012). « Les plaisirs de la plage au XIXe siècle ». L’histoire par l’image, 2012. [En ligne] : https://histoire-image.org/fr/etudes/plaisirs-plage-xixe-siecle.

Klein, Jacques-Sylvain (2016), L'impressionnisme se lève en Normandie : 1820-1886. Rennes : Éditions Ouest-France, 187 p.

Leite, José Roberto Teixeira (1961). Boudin no Brasil. Rio de Janeiro, Ministério da Educação e Cultura, Serviço de Documentação (Letras e artes, 11).

Leys, Simon (comp.), Frébourg, Olivier (préf.), Idier, Nicolas (préf.) (2018). La mer dans la littérature française : de François Rabelais à Pierre Loti. Paris : Robert Laffont, XXXVI-1360 p. (Bouquins).

Lima, Benjamin (1937). « O eterno drama de Bataille ». Jornal do Brasil, Sexta-feira, 26 de março de 1937, p. 5.

Lombardo, Davide (2011). « Se baigner ensemble. Les corps au quotidien et les bains publics parisiens avant 1850 selon Daumier », Histoire urbaine, 2011/2, 31: 47-68. [En ligne] : https://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2011-2-page-47.htm.

Loos, Dorothy S. (1955). “The Influence of Emile Zola on the Five Major Naturalistic Novelists of Brazil”. The Modern Language Journal, 39 (1): 3-8.

Lucchini, Julien (2016). « Notice RICHEPIN Jean, Auguste, Ernest, Jules ». Le Maitron, 2016. [En ligne] : https://maitron.fr/spip.php?article187655.

Machado de Assis, (2021 [1880]). “A chave”. Obra Completa, de Machado de Assis, vol. II. Rio de Janeiro: Nova Aguilar. 2943 p.

Magalhaes, Suzana Marly da Costa (2009). Aluísio Azevedo, lecteur d’Émile Zola : Une étude sur les représentations de la ville dans Casa de Pensão et Pot-Bouille, thèse de doctorat, université de la Sorbonne Nouvelle (Paris), Penjon, Jacqueline (dir.). [En ligne] : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01342590/

Manin, Lise (2015). « Regards interdits. Hygiène, pudeurs et nudités féminines au second XIXe siècle ». Sigila, 35: 99-109. [En ligne] : https://doi.org/10.3917/sigila.035.0099.

Maupassant, Guy de (1881). « Épaves ». Le Gaulois, 9 décembre.

Melo, Victor Andrade de; Knijnik, Jorge (2015). “Uma nova e moderna sociedade? O esporte no teatro de Arthur Azevedo”. Revista Brasileira de Ciências do Esporte, 37 (1). [En ligne] : https://doi.org/10.1016/j.rbce.2012.05.001.

Melo, Victor Andrade de (2011). “O Hotel Central e os banhos de mar”. Rio, cidade “sportiva”. [En ligne]: https://cidadesportiva.wordpress.com/2011/08/13/o-hotel-central-e-os-banhos-de-mar/.

Mendes, Leonardo; Catharina, Pedro Paulo (2009). “Naturalismo, aqui e là-bas”. O eixo e a roda, 2009, 18 (1): 109-127.

Mendes, Leonardo; Catharina, Pedro Paulo (2019). « Le naturalisme brésilien au pluriel ». Brésil(s), 2019, 15. [En ligne] : http://journals.openedition.org/bresils/4595.

Mendes, Leonardo; Camello, Cleyciara Garcia (2019). “O homem (1887), de Aluísio Azevedo, como best-seller erótico”. Alea, 21 (3). [En ligne] : https://doi.org/10.1590/1517-106X/20192136580.

Mullier, Sébastien (2015). « Un singe à Cythère : Verlaine et la fête galante ». Études françaises, 51 (3): 53–75.

Ornstein, Jacob (1944). “Notas Preliminares para un Estudo de Aluizio Azevedo”. Revista Iberoamericana, VII (14): 391-399.

Paternostro, Zuzana (2004). Louis Eugene Boudin: Na Coleção Dos Barões De São Joaquim. Museu Nacional De Belas Artes. 72 p. (Coleções Museu Nacional De Belas Artes, vol. 1).

Pawlowski, Gaston de (1909). Polochon. Paris : Bibliothèque-Charpentier. 327 p.

Poujat, Sandra (2020). « De la déchéance de la langue à la déchéance du corps : métaphore, métonymie et syllepse dans l’érotique mallarméenne », La partie et le tout : partitions et (re)compositions des corps au XIXe siècle - Journée d’études des Doctoriales de la SERD, Paris, France. [En ligne] : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03119509.

Quatrelles (1879). Le parfait causeur, petit manuel rédigé en langue parisienne : suivi de six nouvelles. Paris : Hetzel et Cie. 367 p.

Renard, Jules (1892). L’écornifleur, Paris, P. Ollendorff, 313 p.

Ribeiro, Rafael Winter (2019). “Rio de Janeiro e a Avenida Beira Mar: desejo de paisagem e cidade balneário nas primeiras décadas do século XX”. Confins, 39. [En ligne] : http://journals.openedition.org/confins/18065.

Saint-Amand, Denis (2021). « Le voisinage du Dictionnaire des idées reçues ». Revue Flaubert, 19, 2021 | Flaubert, le Dictionnaire et les dictionnaires. [En ligne] : https://flaubert-v1.univ-rouen.fr/revue/article.php?id=324.

Santacroce, Léia « Les premiers bains de mer en France vus par la presse de l’époque ». Géo. [En ligne] : https://www.geo.fr/histoire/les-tout-premiers-bains-de-mer-vus-par-la-presse-francaise-205778.

Santos Ana Clara (2009). « Métaphores liquides chez Zola ou la mer dans tous ses états ». Carnets [En ligne], première série, 1. [En ligne] : http://journals.openedition.org/carnets/3085.

Schossler, Joana Carolina ; Toulier, Bernard (2020). « L’influence du modèle européen sur les stations balnéaires d’Amérique du Sud : l’exemple du Brésil méridional et de l’Uruguay ». Mondes du Tourisme, 17. [En ligne]: http://journals.openedition.org/tourisme/2763.

Silva, Eduardo Cesar Ferreira da (1999). A obra de Émile Zola no Brasil. Dissertação (Mestrado) – Universidade Federal de Santa Catarina, Centro de Comunicação e Expressão, Programa de Pós-Graduação em Literatura, Florianópolis. 414 p.

Silva, Esequiel Gomes da (2014). “Momentaneas e horizontais: as prostitutas nas crônicas de Artur Azevedo”. Recorte, 11 (1), 2014. [En ligne] : http://periodicos.unincor.br/index.php/recorte/article/view/1226.

Terashima, Miyuki (2011). Le Discours de l’intime dans Les Rougon-Macquart. Étude d’une trilogie romanesque : La Joie de vivre, L’Œuvre, Le docteur Pascal. Thèse de doctorat de langue, littérature et civilisation françaises, sous la dir. d’Alain Pagès, Sorbonne Nouvelle – Paris 3. 542 p.

Urbain, Jean-Didier (2007 [1994]). Sur la plage : mœurs et coutumes balnéaires (XIXe-XXe siècles). Paris : Payot & Rivages. 497 p.

Vassallo, Ligia (2000). “Cortiço e a cidade do Rio de Janeiro”. Ipotesi, revista de estudos literários, v. 4 (1): 103-110.

Verlaine, Paul (1902). « Les coquillages ». Fêtes galantes, Vanier [1e éd. 1869].

Zola, Émile (1906). La joie de vivre. Paris : G. Charpentier et E. Fasquelle. 447 p. [1e éd. 1884].

Zola, Émile (1872). La Curée. Lacroix. 360 p. [1e éd. 1871].

Zola, Émile (2013). Nouvelles roses. Paris : Librairie générale française. 428 p. (Le livre de poche. Les Classiques de poche ; 32618).

Zola, Émile; Morgan, Owen; Speirs E., Dorothy (éd.) (2018). Correspondance. [XI], 1858-1902, lettres retrouvées, Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal ; Paris, CNRS Éditions. [En ligne] : https://books.openedition.org/pum/7503?lang=fr.

Topo da página

Notas

1 Cette caricature ouvre un livre très intéressant sur l’humour à la plage (Delarue, 2013), dont nous tirons également la référence de la seconde caricature présentée. Voir aux pp. 2 et 18.

2 Nombre de références aux bains de mer nous ont été fournies par le précieux travail de Philippe Hamon, Alexandrine Viboud, Dictionnaire thématique du roman de mœurs : 1850-1914, Paris : Presses Sorbonne nouvelle, DL 2003, 544 p. Pour un florilège plus général sur La mer dans la littérature française, voir Simon Leys (comp.), Olivier Frébourg (préf.), Nicolas Idier, (préf.), La mer dans la littérature française : de François Rabelais à Pierre Loti, Paris : Robert Laffont, 2018, XXXVI-1360 p. (Bouquins).

3 Aujourd’hui encore, malgré ce que peut en dire le Maitron qui notait avec euphémisme, « un temps oublié, l’œuvre de Jean Richepin fut redécouverte par le grand public dans la seconde moitié du XXe siècle, grâce notamment à Georges Brassens qui, en le mettant en musique, remit en valeur deux des plus beaux textes du poète : “Oiseaux de passage” et “Philistins”. Une rue de Paris fut baptisée en son honneur. » (Lucchini, 2016).

4 Voir par exemple dans certaines “Cartas de Europa”, Jornal do Brasil, 24 de agosto de 1896, p. 2.; “Correio da França”, Gazeta de notícias, RJ, 31 de julho de 1882, p. 1; “Guy de Maupassant”, O Paiz, RJ, 7 de janeiro de 1892, p. 1. Ces quelques exemples, bien que non représentatifs, illustrent faiblement cette pénétration. Une recherche plus approfondie sur cette question serait nécessaire.

5 Ces extraits nous ont été suggérés par la lecture du texte de Victor Andrade de Melo qui les présente (2011).

6 En français dans le texte.

7 En anglais dans le texte.

8 Roman traduit en français sous le titre Botafogo, il connaît deux traductions, dont la première amputée de certaines scènes dont celle du viol de la jeune Pombinha (Paris : Club Bibliophile de France, 1953, 259 p.) ; la seconde fait en ce sens office de référence (Saint-Martin-de-Londres : H&O éditions, 2018, 309 p.).

9 « Ce texte, paru d’abord en septembre 1876 dans Le Messager de l’Europe, sous le titre Bains de mer en France, est repris dans Le Figaro, 4 juillet 1881, sous le titre La Pêche aux crevettes. En 1881, cette nouvelle est recueillie dans Naïs Micoulin, mais se trouve intitulée Les Coquillages de Monsieur Chabre. » (Terashima, 2011 : 132).

10 Ce fut notamment le cas du Brésil, où la plus grande collection de ses œuvres hors de France s’y trouve conservée (Leite, 1961 ; Paternostro, 2004).

11 Bien pudiquement le TLFi, nous dit de ce terme 1. « [De forme] Ce qui rappelle la forme arrondie ou la couleur d’un coquillage. a) [À propos du corps, d’une partie du corps] Une bouche quelquefois entr’ouverte avec la netteté rose et le nacré d’un coquillage (Goncourt, Journal, 1865, p. 135). »

12 Ce terme de conchyliographie, pouvant passer pour un barbarisme, est repris du titre de l’ouvrage d’un savant rochelais cité dans l’ouvrage de Louis-Antoine-Prosper Hérissant sur la Bibliothèque physique de la France, ou Liste de tous les ouvrages, tant imprimés que manuscrits, qui traitent de l’histoire naturelle de ce royaume, Paris, J.-T. Hérissant, 1771. La référence du traité est la suivante : M. de La Faille, Conchyliographie, ou Traité général des Coquillages de mer, de terre & d’eau-douce, du Pays d’Aunis, 400 pages & 40 planches.

13 C’est un bain, que nous décrit Zola, dont l’érotisme est assez marqué, qui « emplissait pour la journée le cabinet d'une moiteur, d'une odeur de chair fraîche et mouillée. Parfois, un flacon débouché, un savon resté hors de sa boîte, mettaient une pointe plus violente dans cette langueur un peu fade. La jeune femme aimait à rester là, jusqu'à midi, presque nue. La tente ronde, elle aussi, était nue. Cette baignoire rose, ces tables et ces cuvettes roses, cette mousseline du plafond et des murs, sous laquelle on croyait voir couler un sang rose, prenaient des rondeurs de chair, des rondeurs d'épaules et de seins ; et, selon l'heure de la journée, on eût dit la peau neigeuse d'une enfant ou la peau chaude d'une femme. C'était une grande nudité. » (Zola, 1871 : 221).

Topo da página

Índice das ilustrações

Título Figure 1. « Mirages »
Créditos Prélejean, Le Rire, 25 août 1906, n° 180. Disponível em : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k6246337q/​f1.highres
URL http://journals.openedition.org/terrabrasilis/docannexe/image/9647/img-1.jpg
Ficheiros image/jpeg, 321k
Título Figure 2. « La Grosse dame »
Créditos Roubille, Auguste. Le Sourire, 3 octobre 1903, n° 206.
URL http://journals.openedition.org/terrabrasilis/docannexe/image/9647/img-2.jpg
Ficheiros image/jpeg, 326k
Título Figure 3. Eugène Boudin. Plage à Trouville, 1868, huile sur toile, 38 x 62.8 cm
Créditos Eugène BOUDIN (1824-1898), La Plage à Trouville, 1865, huile sur toile, 38 x 62.8 cm. Gift of the Estate of Laurence Hutton. © Princeton, University Art Museum.
URL http://journals.openedition.org/terrabrasilis/docannexe/image/9647/img-3.jpg
Ficheiros image/jpeg, 151k
Título Figure 4. Paulette Bardy. Scène de Plage, s/d, vers 1900, Peinture à l'huile sur carton, de forme ovale
Créditos Collection particulière
URL http://journals.openedition.org/terrabrasilis/docannexe/image/9647/img-4.jpg
Ficheiros image/jpeg, 63k
Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Antoine Huerta, «Humour et coquillages : apparition du tourisme balnéaire dans les œuvres naturalistes»Terra Brasilis [Online], 16 | 2021, posto online no dia 31 dezembro 2021, consultado o 21 abril 2024. URL: http://journals.openedition.org/terrabrasilis/9647; DOI: https://doi.org/10.4000/terrabrasilis.9647

Topo da página

Autor

Antoine Huerta

Docteur en histoire contemporaine. Chercheur rattaché au Centre de recherches en histoire internationale et atlantique (CRHIA). Enseignant à l’université de Guyane. E-mail : ahuerta.lr@gmail.com

Topo da página

Direitos de autor

O texto e outros elementos (ilustrações, anexos importados) são "Todos os direitos reservados", à exceção de indicação em contrário.

Topo da página
Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search