Navigation – Plan du site
Religion et Politique

La Vierge, les chrétiens, les musulmans et la nation

Liban, 2004-2007
Emma Aubin-Boltanski
p. 10-29

Résumés

Le 21 août 2004, le village de Béchouate, dans la plaine de la Bekaa, est le théâtre d’une manifestation de la Vierge. À la suite de cet événement, il devient le centre d’un important pèlerinage interreligieux. Deux types d’attachements autour de la Vierge se créent à cette occasion : un attachement vertical et intime entre chaque dévot et Marie, et un attachement horizontal et collectif entre individus de religions différentes. Cet article propose une analyse de la façon dont ces attachements sont mobilisés par des entrepreneurs politiques, des hommes de religion et des intellectuels pour mettre en place une modalité de réconciliation permettant à des groupes aux identités confessionnelles éloignées de vivre ensemble. Fragile et hésitante, cette modalité de réconciliation constitue une alternative à la guerre que beaucoup jugent inévitable.

Haut de page

Texte intégral

1Le 21 août 2004, le village de Béchouate, dans la plaine de la Bekaa, est le théâtre d’une manifestation de la Vierge. L’histoire, qui au départ n’implique que quatre acteurs – un enfant, deux adultes et une figure sainte (Marie) –, devient en quelques jours une affaire nationale et politique. Le village, isolé, se transforme en vaste centre de pèlerinage. Celui-ci attirera, entre août 2004 et janvier 2006, un million de fidèles, chrétiens et musulmans, venus pour l’essentiel du Liban, mais également des pays voisins, Syrie et Jordanie. Médias libanais de tous bords, représentants politiques et autorités religieuses s’accordent sur une même lecture des faits : c’est un message de fraternité et d’union que la Vierge a(urait) délivré aux Libanais.

2Une relation personnelle entre un enfant et une figure sainte constitue le point de départ de la mise en place d’une pratique collective et publique : un pèlerinage interconfessionnel. Ce pèlerinage est l’occasion de faire l’expérience de deux types d’attachements. D’une part un attachement vertical et intime entre chaque dévot et la Vierge, d’autre part un attachement horizontal et collectif entre individus de différentes religions. La Vierge se situe au centre du dispositif. Figure double, humaine d’une part, sainte et / ou divine de l’autre, elle rend possibles ces deux attachements et le basculement de l’un vers l’autre. Cette étude propose une analyse de la façon dont ils sont investis et utilisés par des professionnels de la politique, des hommes de religion et des intellectuels pour établir une modalité de réconciliation permettant à des groupes aux identités confessionnelles différentes de vivre ensemble. Cette modalité de réconciliation, encore fragile et hésitante, s’articule autour de la Vierge et s’appuie sur le modèle du dialogue islamo-chrétien prôné par le pape Jean-Paul II tout au long de son pontificat. Une parmi bien d’autres, elle constitue une autre solution face à la guerre que beaucoup jugent inévitable.

De la petite histoire à l’affaire politique

  • 1 Notamment L’Orient. Le jour daté des 23, 24 et 28 août 2004 ; The Daily Star daté du 30 août 2004, (...)
  • 2 Dans cet article, j’emploierai le terme « apparition » pour désigner l’événement de Béchouate. En c (...)

3Commençons par une reconstitution de l’événement, qui s’appuiera sur des articles de presse publiés dans différents quotidiens libanais1et des entretiens menés auprès des principaux témoins. Dans cette mise en intrigue de type hagiographique, une attention particulière seraportée aux basculements d’un avant vers un après qui verront un touriste se muer en témoin d’une apparition2, un musulman nouer une relation intime avec une figure sainte chrétienne, une visite touristique s’achever par une prière et un objet s’animer sous le regard des dévots.

  • 3 `Ammo : littéralement, « oncle ». Terme d’adresse réservé aux parents ou aux amis proches.

4Nous sommes donc le 21 août 2004. Deux touristes jordaniens musulmans sunnites, un enfant appelé Muhammad et son père, pénètrent dans l’église de Béchouate. Ils sont accompagnés d’un ami de la famille, chrétien maronite. Il s’agit pour eux d’une « première fois » : jamais auparavant ils n’étaient entrés dans un édifice religieux catholique. Ils ne sont pas là pour prier, mais pour visiter une nef de petite dimension construite en 1830. Ils consacrent quelques minutes à l’observation de chacun des objets du décor : un tableau de l’Assomption, copie de l’œuvre de Murillo, un autel encadré par deux statues de la Vierge et une pierre de granit rose posée dans une vasque. Ils maintiennent la distance qui sied aux touristes respectueux : ne touchant rien, ils se contentent de chuchoter quelques questions historiques sur les lieux à l’ami qui leur sert de guide : « D’où vient cette pierre ? », « À quelle date le tableau a-t-il été peint ? ». Il faut presser le pas : une autre visite, à quelques dizaines de kilomètres de là, est prévue au programme de la journée. Cependant, l’enfant, devant une des statues, pose deux questions dissonantes. « ‘Ammo3François, demande-t-il à l’ami de son père, qui est cette femme qui me sourit ? » Dans un second temps, il se reprend et formule une demande d’explication plus rationnelle : « Cette statue est-elle électriquement animée ? » Ces interrogations constituent le point de basculement de la situation. Dans un premier temps, l’ami-guide répond qu’il ne s’agit « que d’une statue en plâtre, qui ne bouge ni ne sourit », mais, s’approchant, il perçoit un mouvement du chapelet passé autour des mains jointes de la représentation. Un fidèle présent dans l’église se joint au petit groupe et s’exclame que lui aussi voit « les yeux de la Vierge s’animer comme pour faire le signe de croix ». Puis, une prière « plus grande que son âge sort des lèvres » du jeune garçon : « Salut à toi, Vierge Marie, Reine du monde, de la paix et de l’amour. Des vieillards, des enfants et des femmes tombent, de par le monde. Instaure la paix, l’amour et la liberté sur la face de la terre, ô Reine du monde. » Quelques instants plus tard, les visiteurs voient une « huile odorante » s’écouler de la statue de la Vierge. Un habitant du village s’empresse de faire sonner les cloches. Le soir même, des fidèles affluent et « constatent le phénomène ». Le lendemain, une foule de dévots se presse dans la chapelle, autour de la statue. Parmi elle, un enfant chiite souffrant d’une tumeur à l’oreille droite est « soudainement guéri ». Peu après, c’est au tour d’un jeune homme, maronite, handicapé depuis de nombreuses années, d’être touché par un « miracle » : il quitte sa chaise roulante et marche dans la chapelle. Une longue série de guérisons suivra.

Le Liban en 2004

5Très vite, une interprétation nationaliste de l’événement est formulée : elle s’articule autour des principaux termes de la prière prononcée par le jeune Muhammad – « paix », « amour », « liberté » – tout en la circonscrivant dans un espace national précis : le Liban.

  • 4 Le confessionnalisme libanais, établi lors du pacte national de 1943, répartit les charges gouverne (...)

6En août 2004, le pays des cèdres arrive à la toute fin d’une période de calme politique relatif entamée en mai 2000 par le retrait israélien du Liban-Sud. Le pays, malgré une grave crise économique, est reconstruit. Censée symboliser la victoire sur les dissensions du passé, Beyrouth, la capitale en grande partie détruite pendant la guerre civile (1975-1990), est dotée d’un centre- ville flambant neuf. Des enclaves s’ouvrent les unes aux autres, avec pour corollaire une redécouverte (ou une découverte pour les plus jeunes) de leur payspar les Libanais (Kassir 2000 : 7). Dans les régions les plus touchées par des massacres et des déplacements de population, des comités de réconciliation sont mis en place (Kanafani-Zahar 2004). Pendant la période estivale, la « Suisse du Proche-Orient » accueille à nouveau de nombreux touristes, pour la plupart originaires des pays du Golfe. Mais la paix civile reste fragile. Le Liban est toujours sous l’occupation d’une armée syrienne forte d’environ trente mille hommes. Le principal ferment de la guerre civile demeure : tout en qualifiant l’abolition du confessionnalisme4d’» objectif national essentiel », l’accord de Taëf (octobre 1989) a renforcé le principe de répartition communautaire du pouvoir. La nouvelle loi constitutionnelle, adoptée en septembre 1990, a substitué à « un système politique à caractère hégémonique (l’hégémonie des chrétiens, et en particulier des maronites) un système d’équilibre communautaire » en distribuant le pouvoir exécutif entre trois présidences (de la République, du Conseil des ministres et du Parlement), respectivement réservées à un maronite, à un sunnite et à un chiite (Picard 1996 : 9). Une formule qui, comme les précédentes, n’a aucunement permis d’instaurer la stabilité de l’État. Bien au contraire, elle se caractérise tout à la fois par l’absence d’une autorité supérieure, par le refus d’une prééminence communautaire, par une incapacité à élaborer un projet consensuel et par un clientélisme accru (Picard 1994). La troïka des présidents, incapable d’assurer une gestion cohérente, est enfermée dans un jeu de compétition stérile et dans d’âpres marchandages, chacun cherchant à placer ses hommes et à récompenser sa clientèle. Cette situation assure une position d’arbitre à la Syrie : « La référence syrienne constitue l’armature de l’État libanais » (Kassir 2000), ouvertement jusqu’en 2005, de manière souterraine depuis.

7Bien que le mot « réconciliation » soit omniprésent dans les discours, les débats politiques prennent souvent des allures de conflit confessionnel (Weber 2005 : 53). La population, constituée de dix-huit communautés religieuses différentes, n’a jamais été aussi ségréguée. Après des déplacements massifs d’individus pendant la guerre – 1,2 million de Libanais durent quitter leur foyer –, des régions autrefois mixtes sont devenues beaucoup plus homogènes. Les interactions sociales transconfessionnelles sont désormais quasi absentes de la vie quotidienne (ibid.). Conséquence de la séparation spatiale et de l’absence de communication, le « confessionnellement Autre » est devenu l’» ennemi anonyme » (ibid. : 55). La grande majorité de la population libanaise est sortie exsangue de la guerre civile. Elle s’agrippe à l’espoir d’une reconstruction du pays et d’une réconciliation nationale, mais « rien n’a été résolu et la guerre reste dans toutes les têtes comme une option toujours possible », résume un sociologue libanais. Ce contexte explique en grande partie le succès de la lecture nationaliste donnée à l’apparition de Béchouate. Les mois passant, après les bouleversements que le Liban connaît tout au long de l’année 2005 – assassinat de l’ancien Premier ministre Rafiq Hariri (14 février 2005), manifestations massives des 8 et 14 mars et évacuation syrienne –, cette lecture acquiert des accents nettement providentiels : « Elle savait, la Vierge savait ! Grâce à elle, les Syriens sont sortis sans faire appel aux armes, pacifiquement. Pourquoi la Vierge a-t-elle bougé ? Pourquoi a-t-elle parlé ? Parce qu’elle savait ce qui allait arriver au Liban ! » proclamait un prélat maronite le 21 août 2005.

Dayr al-Ahmar

8Après avoir brossé le tableau de la situation socio-politique du Liban en 2004, resserrons la focale sur le village où se sont déroulés les faits. Caractérisé par son excentricité et son isolement, il n’était en rien prédisposé à devenir un important centre de pèlerinage. Béchouate, situé sur le versant oriental du mont Liban, domine la plaine de la Bekaa. Administrativement, il est depuis 2003 rattaché au gouvernorat (muhafaza) de Baalbek-Hermel, qui correspond à la partie nord de la Bekaa, une zone-frontière sur laquelle l’État libanais, depuis sa création en 1920, n’a jamais exercé de contrôle véritable. L’incorporation de la Bekaa au territoire libanais est un fait récent : ce n’est qu’en 1920 qu’elle a été adjointe au « Petit-Liban », constitué autour du Mont-Liban en 1860-1861. Auparavant, cet espace était administré par des villes intérieures syriennes, principalement Homs pour ce qui concerne la partie nord (Bennafla 2007a ; 2007b). Marquée par sa très faible densité démographique – elle couvre 40 % de la surface du territoire national, mais seulement 15 % de la population libanaise y vit –, cette plaine apparaît en outre comme une périphérie agricole pauvre, délaissée par le pouvoir économique. Elle constitue néanmoins une région lourde d’enjeux géopolitiques en raison de sa position-charnière avec la Syrie et de la perméabilité de sa frontière. Qualifiée de « ventre mou » du territoire libanais (ibid.), la Bekaa est notamment exposée en première ligne à la stratégie de domination de Damas. Depuis l’évacuation syrienne du Liban en avril 2005, elle est utilisée comme base arrière par le Hezbollah (ibid.). Par ailleurs, bien qu’elle soit habitée par une large majorité chiite, la plaine, à l’image du Liban tout entier, est un puzzle communautaire et confessionnel : elle abrite des populations chrétiennes (maronites, grecques catholiques et arméniennes) et sunnites, des saisonniers syriens et des réfugiés palestiniens.

9Béchouate, dont la population est de deux cent cinquante habitants environ, se situe presque exactement au centre d’un réseau de quatorze villages exclusivement maronites. Cette zone porte le nom de Dayr al-Ahmar, son bourg le plus important, qui est aussi le siège de l’évêché maronite de Baalbek-Dayr al-Ahmar. À la périphérie de ce bastion chrétien d’environ vingt kilomètres carrés, on trouve quelques villages mixtes (maronites et chiites), généralement désertés par leur population chrétienne depuis la guerre civile. En 2004, la région de Dayr al-Ahmar, ses anciennes églises et ses ruines romaines, restaient en dehors des circuits touristiques proposés par le ministère du Tourisme ou par les institutions religieuses maronites. Cela pour deux raisons principales : son isolement géographique, et les tensions très vives qui opposent d’une part l’Église aux familles de la région et d’autre part les familles entre elles.

Une région « assiégée »

  • 5 Métouali : terme péjoratif employé pour désigner les chiites.

10Fondée par l’Ordre libanais maronite (olm), l’agence de voyages Lebanons/Roots est spécialisée dans le tourisme chrétien au Liban. « Béchouate, m’expliquait une de ses employées, présente de nombreux avantages pour le tourisme. Le village est sur la route des Cèdres et de Bcharré [deux hauts lieux touristiques libanais], mais dans la tête des Libanais, c’est loin, très loin. » Béchouate est localisé à une centaine de kilomètres de Beyrouth et à trente kilomètres de Zahlé, deux agglomérations qui regroupent d’importantes populations chrétiennes. L’expression « loin, très loin » n’évoquait pas une trop longue distance, mais l’isolement de la région de Dayr al-Ahmar, située dans une zone majoritairement chiite. Un isolement bien exprimé par ces mots d’une habitante du village : « Ici, où qu’on se tourne, on se retrouve face à des métoualis5. » Pendant les années de guerre, Dayr al-Ahmar a été le théâtre de combats et de meurtres violents, mais a également su nouer des alliances politiques avec ses voisins et se réserver de longs moments d’accalmie. De cette période, les habitants conservent néanmoins le sentiment d’être en permanence assiégés et menacés par la population chiite environnante.

  • 6 « Sayyid » est une marque de respect couramment employée pour désigner les descendants du prophète (...)
  • 7 Milice chrétienne pendant la guerre, les fl constituent depuis les accords de Taëf un parti politiq (...)

11Pour accéder à l’enclave chrétienne de Dayr al-Ahmar, il faut passer par la périphérie de Baalbek, actuel fief du Hezbollah, et traverser des villages chiites. Le parcours est jalonné par une multitude de portraits d’Hassan Nasrallah et de panneaux célébrant les « victoires » du parti de Dieu. Quand on arrive dans la zone chrétienne, la rupture est brutale : les sayyid-s 6chiites et les drapeaux jaunes du Hezbollah cèdent la place aux portraits de Samir Ja‘ja‘, le leader des Forces libanaises (fl), et aux croix rouges en forme de glaives, symboles de ce parti chrétien d’extrême droite7.

12À cette identité politique s’ajoute un marquage chrétien du territoire. L’observateur extérieur est tout d’abord frappé par le nombre et la taille importante des églises. De véritables forteresses qui, depuis les années 1980, sont édifiées dans la plupart des villages de la région. Chaque localité abrite, en outre, une multitude de petites châsses vitrées renfermant des statuettes de saints et des images pieuses. Depuis les années 2000, de monumentales statues de saints accessibles par des escaliers et des ex-voto gigantesques les ont rejointes. Cette dernière décennie a également vu l’apparition de mémoriaux de grande taille, de pietà dédiées à la mémoire de jeunes hommes morts prématurément d’accident ou de maladie.

L’Église maronite

13Paradoxalement, cette région saturée d’édifices religieux a été, jusqu’en 1990 – date de la création du diocèse de Baalbek-Dayr al-Ahmar –, délaissée par l’Église maronite : seule une poignée de prêtres « âgés et ignorants » y officiaient (Akoury 2007). Dans ce vide, un moine de l’olm, le père Boutros, surnommé « al-wâ’iz » (le prédicateur), a constitué en quelque sorte l’unique référence religieuse. « C’était une sorte de janséniste », expliquait une sœur franciscaine qui l’a bien connu : « Pour lui, il suffisait d’aimer Dieu pour être religieux. Il refusait toute autre autorité que celle de Dieu. » Pendant près d’un demi-siècle, prenant ses distances avec son ordre d’origine, il a sillonné les villages de la région avec, dans sa besace, les saints sacrements : « Il célébrait la messe, administrait le sacrement de pénitence, baptisait les enfants et bénissait les mariages dans les maisons » (ibid. : 9). Dans le même temps, « il concentrait sa mission sur la colère de Dieu, le péché, Satan et l’enfer » (ibid.). En pleine guerre civile, en 1981, sans solliciter l’approbation de l’Église, il a fondé l’ordre de la Croix et fait bâtir, avec le soutien financier des familles de la région, un couvent sur une colline de Dayr al-Ahmar. Sa communauté a regroupé jusqu’à trente-deux moines et moniales consacrés par lui. Le premier évêque nommé à la tête du diocèse a laissé l’ordre se développer jusqu’en 1995. Son successeur, en revanche, a interdit cette communauté fondée en dehors de l’Église. Ce faisant, il s’est heurté localement à une violente résistance des familles, qui considèrent le père Boutros comme un saint. Le droit d’administrer les saints sacrements a été retiré à l’ordre de la Croix. Ses membres ont été contraints de quitter l’habit religieux qu’ils avaient eux-mêmes confectionné – une robe de bure marquée d’une longue croix rouge dans le dos –, et ils se sont dispersés dans différents diocèses. Le père Boutros, décédé en 2003, a été enterré à l’intérieur du couvent, où des « sœurs » et un « frère », malgré l’interdiction de l’évêque, résident toujours. Sa disparition a paradoxalement renforcé l’assise populaire de son ordre. Sa tombe est aujourd’hui un centre de pèlerinage régional contre lequel l’Église lutte difficilement. Réputé pour sa foi intransigeante et sa détestation des musulmans, le père Boutros a profondément marqué Dayr al-Ahmar et les villages environnants, mais son ordre est aujourd’hui un sujet « tabou » que personne, laïc ou religieux, ne veut aborder.

La culture du cannabis et du pavot

  • 8 L’Orient. Le Jour, 27 août 2003.

14Les terres agricoles sont à l’origine de violents conflits entre les familles de la région (Makhlouf 2000). Depuis 1976, la plaine de la Bekaa, et tout particulièrement sa partie nord, est un lieu de production intensive de pavot et de cannabis. Pendant la guerre civile, les factions et les milices de tous bords tiraient de la drogue une partie substantielle de leur financement. À partir de 1992, les pressions de la communauté internationale ont amené les militaires syriens qui contrôlaient le trafic à éradiquer les cultures les plus visibles. Mais des parcelles dissimulées en des lieux isolés, sur les hauteurs, notamment dans la région de Dayr al-Ahmar, perdurent toujours (ibid.). En 2003, une importante saisie de stupéfiants et d’armes a été effectuée par l’armée libanaise à Béchouate8. Source de revenus importants à tous les échelons de la production, la drogue est toujours un motif de tension et de violence. Les représentants de l’Église critiquent ouvertement cette activité et militent avec ardeur pour le développement de cultures de substitution (raisin, tabac, arbres fruitiers), mais ils sont malgré eux impliqués dans cette économie : « Les importantes donations aux églises se font toujours au même moment de l’année, après la récolte. Les prêtres le savent, mais ils acceptent quand même les donations », expliquait un observateur. Le père Boutros lui-même bénissait chaque année les récoltes de haschisch et de pavot (Akoury 2007 : 9). Cette implication, que beaucoup estiment « contre nature », montre le peu d’indépendance de l’Église par rapport aux familles dans cette région.

Béchouate

15Béchouate est habité par une seule et même famille, les Kayrouz. Comme de nombreux villages libanais, il reste fermé aux gens de l’extérieur : « Aucun étranger, même maronite, ne pourrait s’installer dans le village. Il pourrait s’installer à Dayr al-Ahmar, mais chez nous, non ! » m’expliquait le maire. Ces paroles ont une signification particulière dans un contexte où, depuis maintenant trois ans, le pèlerinage de Béchouate connaît un développement considérable et représente une manne financière importante qui jusqu’à maintenant n’a profité qu’aux seuls habitants.

  • 9 Église monophysite fondée entre 542 et 578 par Jacques Baradai, évêque d’Édesse. Les jacobites se s (...)

16Les Kayrouz, originaires de Bcharré (mont Liban), se sont installés à Béchouate à la fin du xviiiesiècle, après une alliance avec l’émir chiite de la région, Jahjah Harfouch. À l’époque, des familles jacobites9et chiites vivaient sur ces terres. Les jacobites possédaient une icône byzantine de la Vierge à l’enfant dont les Kayrouz se seraient emparés par la force pour « lui » construire une église en 1790 (Karam 2006). Quelques années plus tard, à la suite d’un massacre, jacobites et chiites furent chassés du village (ibid.).

  • 10 Nous employons le verbe « personnifier », car il est fréquent d’entendre les villageois désigner la (...)
  • 11 Les chrétiens sous domination musulmane ont adopté le système des fondations religieuses islamiques (...)

17L’icône a disparu dans un incendie au début du xxesiècle. Depuis, c’est une autre représentation qui « personnifie10 » Notre-Dame de Béchouate : une statue de la Vierge de Pontmain apportée dans les années 1900, probablement par un missionnaire jésuite. Les Kayrouz considèrent cette représentation singulière de la mère de Jésus, dont il n’existe que très peu d’exemplaires au Proche-Orient, comme « leur » Vierge. La chapelle dans laquelle elle se trouve est un bien waqf 11familial (ahlî ou zurrî). Un comité composé de cinq membres de la famille est en charge de la gestion des dons en nature (terres, récoltes, animaux) ou en espèces, parfois très importants, que « Notre-Dame de Béchouate reçoit ». L’évêque qui le préside n’a qu’un droit de regard et un pouvoir de décision limités concernant ces revenus. Une situation qu’il estime contraire aux règles édictées par l’Église, mais qu’il n’a pu modifier à ce jour.

18Les niveaux de tension sont donc multiples dans la région de Dayr al-Ahmar : à la méfiance à l’égard de l’Autre musulman s’ajoutent les luttes entre familles (au sujet de la terre) et les conflits entre familles et Église (au sujet de l’ordre de la Croix et de la gestion du sanctuaire de Béchouate). Ce dernier niveau de tension découle d’une volonté nouvelle de la hiérarchie religieuse d’imposer son magistère dans la région : « Chaque jour, l’Église lutte pour gagner son indépendance face aux grandes familles », m’expliquait un ecclésiastique. Ce combat est loin d’être gagné.

19Pourtant, quatre ans après l’apparition d’août 2004, un constat s’impose : Béchouate a su se transformer en centre de pèlerinage interconfessionnel « pour tous ». Ce village fermé, bastion des Forces libanaises, jaloux de « sa » Vierge, s’est ouvert pour devenir le cadre de la mise en œuvre – localisée et temporaire (lieu et temps du pèlerinage) – d’une formule de réconciliation politique. Malgré la guerre de juillet 2006, le flux des pèlerins de toutes confessions reste important. À l’entrée du village, le dévot est accueilli par un drapeau libanais et une représentation de Notre-Dame de Béchouate. Comment cette transition a-t-elle pu s’opérer ?

20Comment la Vierge de Béchouate, la Vierge d’une famille, a-t-elle pu dépasser son identité étroite et locale pour devenir « la Vierge de tous les Libanais » ?

La figure de l’Autre dans les apparitions mariales

21Mgr Mounged Hashim fut évêque du diocèse de Baalbek-Dayr al-Ahmar de 1995 à 2005. Fervent défenseur du dialogue islamo-chrétien, il a mis en forme l’interprétation politique de l’apparition de Béchouate, qui a été ensuite reprise par l’ensemble des médias. Il s’est notamment attaché à mettre en avant le jeune « voyant jordanien ». Le 21 août 2005, le diocèse a organisé une cérémonie pour célébrer l’anniversaire de l’événement. Muhammad en était l’invité d’honneur. Dans un long discours, l’évêque insista sur plusieurs points : la rationalité de l’enfant (équilibré et « bon élève à l’école, surtout en mathématiques »), le statut social de sa famille (son père est haut fonctionnaire) et son identité religieuse et nationale (musulman et jordanien). Pour finir, il s’exclama : « Par la voix de Muhammad, nous avons entendu le message de la Vierge. Par lui, la Vierge est entrée dans l’histoire de notre pays ! » Cette reconnaissance entière de la manifestation contrastait non seulement avec la position beaucoup plus hésitante de l’Église maronite, mais aussi avec les réserves que le prélat a pu exprimer dans d’autres circonstances.

  • 12 Formule empruntée au Nouveau Testament (Lc, 2, 34).

22Les maronites constituent l’une des Églises uniates du Proche-Orient. Leurs liens avec l’Église romaine sont attestés depuis l’époque des croisades. L’attitude de leur hiérarchie vis-à-vis des apparitions et des miracles est calquée sur celle de l’autorité vaticane. Face à ces phénomènes, cette dernière a toujours montré une certaine gêne et adopté des positions contradictoires. René Laurentin résume cette attitude en une formule lapidaire : les apparitions de la Vierge, explique-t-il, « restent actuellement pour l’Église catholique un signe de contradiction »12(Laurentin 2007 : 15). Lorsqu’une apparition survient, la hiérarchie religieuse, méfiante, choisit en général de rester en retrait. Si elle s’engage dans une enquête, c’est sous la contrainte des fidèles qui n’auront pas attendu son jugement pour affluer en masse sur les lieux. C’est alors à l’évêque ordinaire du lieu d’établir ou d’exclure la supernaturalité des faits en réunissant une commission d’enquête. Mais généralement, une position médiane est adoptée : les commissions en charge des investigations aboutissent à la conclusion que « le surnaturel n’est pas prouvé » : « une formule dubitative » qui « ne conclut rien » (ibid. : 37). Quand, chose rare, les experts établissent l’authenticité des faits (comme pour Lourdes, Fatima, etc.), le magistère de l’Église n’est en rien engagé : « La reconnaissance d’une apparition n’est jamais un dogme, ni un enseignement d’autorité » (ibid. : 21). En la matière, l’autorité ecclésiastique propose son jugement mais ne l’impose pas : « Aussi, nul chrétien n’est-il obligé, en conscience, de croire à une apparition même officiellement reconnue » (ibid.). « À tous ces titres, conclut Laurentin, les apparitions se situent dans les bas-fonds de l’Église : en importance et en degré de certitude » (ibid.).

23Concernant Béchouate, on retrouve ces contradictions, embarras et engagements en demi-teinte de la hiérarchie. Mgr Mounged Hashim a ainsi fréquemment répété qu’il refusait « de confirmer ou de renier les miracles et les apparitions ». Il n’a pas désigné de commission d’enquête et a rejeté le projet du prêtre de la paroisse de créer un bureau d’enregistrement des guérisons miraculeuses. À un journaliste français, il fit une déclaration révélatrice du refus de l’Église maronite d’adopter une position tranchée : « D’après ce que nous savons, expliqua- t-il, il n’y a pas eu de guérisons miraculeuses au sens où l’Église le comprend. Mais il y a eu d’extraordinaires améliorations de santé et des guérisons intérieures en grand nombre » (Sbalchiero 2005 : 11). Comment comprendre, dans ces conditions, qu’il reconnaisse l’authenticité de l’apparition lorsqu’il est question du petit Muhammad ? Ce basculement s’explique en grande partie par le fait que l’enfant est doublement « Autre » : sunnite et jordanien. Il constitue en quelque sorte la preuve parfaite : il est détaché, désintéressé et objectif. C’est ce que tend à démontrer le discours insistant sur sa nationalité, sa religion et sa rationalité. Cette construction apologétique, destinée à anticiper objections et critiques, suit un schème répandu et ancien. En effet, au Proche-Orient, dans ces affaires complexes que sont les apparitions et les miracles de la Vierge, et qui donnent toujours lieu à un intense travail critique, le « musulman » occupe fréquemment la place structurale de la preuve. Ce fut notamment le cas en Égypte. En 1968, la Vierge est apparue à Zaytoun, un quartier récent de la périphérie du Caire, sur les dômes d’une église copte orthodoxe. Les trois premiers témoins étaient musulmans. L’église est devenue un centre de pèlerinage important, où des foules immenses se sont réunies chaque soir jusqu’en 1970. La hiérarchie copte fut prompte à reconnaître officiellement l’apparition. Le récit des trois musulmans constitua le principal point d’appui de cette reconnaissance. Pourtant, il existait également un témoin copte, un jeune homme de seize ans, mais lui se tut. Dans un ouvrage récent, il explique que c’est un prêtre qui lui demanda de garder le silence : « Toi, ne parle pas ; laisse les musulmans faire, c’est eux qui vont témoigner de l’apparition de la Vierge », lui ordonna-t-il (Brune 2004 : 26).

24À Béchouate même, le recours à la figure du musulman comme « preuve » est un phénomène ancien. Un livre montre que le village est le théâtre d’apparitions de la mère de Jésus depuis la fin du xviiiesiècle (Karam 2006). Dans la liste exhaustive des apparitions et des miracles qu’il fournit, on découvre que les témoins sont presque systématiquement musulmans chiites. Ainsi on apprend l’origine de la pierre de granit rose qui, disposée dans une vasque à droite de l’autel, fait l’objet d’une grande dévotion de la part des dévots musulmans et chrétiens.

25Il s’agirait du reste d’une colonne qui ornait l’ancienne église du village. Un émir chiite s’en serait emparé au début du xixesiècle pour la construction d’un sérail, mais elle serait revenue mystérieusement à son emplacement. Des hommes auraient été envoyés pour l’enlever de nouveau. Cependant, alors qu’ils travaillaient à la dégager, leurs armes et leurs keffiehs auraient subitement pris feu. « L’émir fut effrayé luimême, conclut la notice. Il se rendit sur place pour présenter des excuses à Notre-Dame [de Béchouate]. Pour l’apaiser et éloigner sa colère, il jura devant l’autel que ni lui ni aucun de ses descendants ne passerait devant l’église sans lui faire une offrande » (ibid. : 52).

26Ces récits n’évoquent jamais une quelconque conversion des sujets musulmans au christianisme. Le « musulman », pour constituer un bon témoin, se doit de rester « Autre ». Une conversion lui ferait perdre ses qualités de détachement, de désintéressement et d’objectivité nécessaires. Surtout, elle invaliderait les attributs de la Vierge qui sont mobilisés pour réaliser par son apparition une forme de réconciliation entre groupes destinés à demeurer distincts. Attributs qui font d’elle non seulement une protectrice de l’individu et de la collectivité, mais également une passerelle entre les communautés, une pacificatrice et une « rassembleuse » de la nation, dans toute sa diversité.

La Vierge française

  • 13 Sur le principe d’individuation qui préside à la production des « choses-dieux », voir Bazin (1986)

27Je l’ai souligné, Notre-Dame de Béchouate est « personnifiée » par une représentation singulière, à savoir une statue de la Vierge dite de Pontmain. La mère du Christ serait apparue en 1871, en France, dans un petit village de la Mayenne appelé Pontmain. Cette apparition survint dans un contexte politique particulier. L’armée prussienne envahissait la France et, parvenue aux portes de Laval, s’apprêtait à pénétrer en Bretagne. La Vierge apparut à des enfants avec un message de prière et de repentir. L’événement, qui eut lieu quelques jours seulement avant l’armistice et le départ des Prussiens, fut l’objet d’une lecture politique et nationaliste : la Vierge avait protégé la France retrouve comme à Béchouate les deux attachements, le religieux et le politique, étroitement liés. Cependant, la statue « arrivée » au Liban dans les années 1900 a perdu son « identité française ». Au départ simple objet, copie de la Vierge de Pontmain, elle a été transformée par un processus d’individuation en « chose » singulière13. Elle porte désormais le nom d’une nouvelle localité, et se trouve associée à une famille, les Kayrouz. Chargée d’histoire locale et nationale, elle se voit attachée à deux dates : 1976 (apparition dans les cieux de Dayr al-Ahmar au début de la guerre civile) et 2004 (manifestation devant le jeune Muhammad).

28Cependant, à la suite de l’apparition d’août 2004, Notre-Dame de Béchouate a renoué avec son identité française. Le recteur du sanctuaire de Pontmain, le père Claude Poussier, s’est déplacé au Liban en janvier 2005 pour se recueillir dans la chapelle. Le message délivré par la Vierge en 1871 a été traduit en arabe et inscrit sur une longue banderole fixée à l’entrée du sanctuaire. De ce fait, à son identité strictement locale, jalousement préservée par les villageois, s’ajoute dorénavant une identité « étrangère » qui lui permet de s’insérer dans un réseau plus large : national, voire transnational.

Le médiateur absent

29Dans un article sur les mécanismes de la violence politique au Liban, Raymond Jamous explique « les dérapages extrêmes » qu’a connus ce pays par « l’absence d’une autorité extérieure reconnue, hors jeu en quelque sorte, pour réguler l’affrontement entre les proches, ou entre les factions politiques au niveau du pays » (Jamous 2004 : 156). Établissant une comparaison avec le Rif marocain, il souligne que l’on trouve dans les deux contextes les mêmes rapports entre violence physique et violence verbale. Mais au Maroc, « il y a des médiateurs locaux, hommes de la baraka, négociateurs infatigables, respectés et parfois redoutés, qui savent arrêter la violence au nom de Dieu quand elle risque de tourner au massacre » (ibid.). Au Liban, à l’inverse, tout se passe comme si l’action politique était prééminente, sans le secours, le contrôle ou la légitimation de la religion. « Il n’y a pas de saints qui jouent les médiateurs. Ce sont les acteurs politiques qui doivent trouver par eux-mêmes les chemins de la paix. […] L’autorité religieuse qui transcende les divisions, les factions, qui organise l’État n’existe pas » (ibid.). Cette analyse s’appuie sur les travaux de l’anthropologue Michael Gilsenan (1996), qui a travaillé dans la région du Akkar en 1971. Trente cinq ans plus tard et après plus d’une décennie de guerre civile, la situation est quelque peu différente. Il n’existe toujours pas d’autorité extérieure reconnue pour réguler la violence, mais, depuis l’accord de Taëf, la coexistence et la réconciliation ont été érigées en principes nationaux. Des personnalités politiques et religieuse, ainsi que des universitaires tentent de faire du dialogue islamo-chrétien un nouveau mythe national (Weber 2005 : 89). Un mythe dans lequel la Vierge, figure commune aux deux religions, joue un rôle tout à fait central.

La Vierge de l’islam

30La Vierge fait l’objet d’une dévotion importante chez les musulmans, qu’ils soient sunnites, chiites ou druzes. Dans certains foyers, elle est présente « en image », de façon discrète (des vignettes glissées dans des portefeuilles ou collées dans des cahiers) ou, mais rarement, de façon ostentatoire : comme chez Umm ‘Alî, une enseignante chiite de ‘Ayn Baalbek, qui a accroché dans les différentes pièces de sa maison des représentations de Notre-Dame de Béchouate. Le culte de Marie chez les musulmans n’est pas uniquement une affaire individuelle ou personnelle. Il prend également la forme de pèlerinages collectifs au cours desquels on se déplace en famille, par villages ou par quartiers entiers, souvent guidé ou encouragé par des autorités religieuses, des cheikhs ou des imams. Au Liban, les deux sanctuaires mariaux les plus fréquentés par des dévots musulmans sont ceux de Harissa (nord de Beyrouth) et de Béchouate.

31Qui est la Vierge pour les musulmans ? Soulignons que le Coran et les hadiths accordent un statut exceptionnel à Marie (Maryam en arabe) et à Jésus (‘Isâ). Se situant dans la continuité du judaïsme et du christianisme et prétendant de ce fait intégrer l’ensemble des révélations l’ayant précédé, l’islam réserve également une place importante à chacun des prophètes et des patriarches bibliques. Les récits que livre le Coran, ainsi que les corpus de hadiths et de légendes de prophètes (qisas al-anbiyâ’) sur ces personnages sont souvent très proches de la tradition judéo-chrétienne. Les spécialistes s’accordent pour considérer les Évangiles canoniques et le protoévangile de Jacques comme les sources principales du récit coranique sur Marie et Jésus (Winter 2007).

  • 14 Ces polémiques ressurgissent notamment dans des récits de conversion du christianisme à l’islam (Al (...)

32Dans le Coran, où par ailleurs une sourate entière lui est consacrée (la sourate XIX), Marie est déclarée « choisie de préférence à toutes les femmes de l’univers » (Coran, III, 42). Elle est considérée comme un signe de Dieu destiné aux hommes, annonciateur de la future mission divine de Muhammad (Coran, XXIII, 50). La tradition rappelle qu’elle a été, seule de l’espèce humaine avec son fils, préservée du contact de Satan lors de sa naissance et qu’elle sera la première à entrer au Paradis. De plus, rapportant cette parole du Prophète : « Plus que tout autre, je me réclame de Jésus, fils de Marie, car il n’y a entre nous aucun autre prophète », elle insiste sur la relation étroite qui lie Jésus et Muhammad (Skali 2004 : 56). Marie est triplement consacrée : en tant que siddîqa (véridique), vierge (batûl) et mère du prophète annonciateur de la future mission de Muhammad. En revanche, l’islam refuse d’accoler à Dieu un acte de génération (Coran, CXII, 3) et exclut en conséquence l’idée selon laquelle Jésus est fils de Dieu et Marie mère de Dieu (Coran, III, 47). Le Coran réfute également l’épisode de la crucifixion, un « mensonge » (Coran, IV, 156-157). Selon la tradition musulmane, Jésus fut mis en présence de Dieu sans avoir à souffrir la mort, et il reviendra en ce monde à la fin des temps pour annoncer l’apocalypse et le Jugement dernier. La Vierge et Jésus font donc l’objet à la fois d’un solide consensus et d’un profond désaccord entre le christianisme et l’islam. La controverse, qui concerne la nature divine du Christ et la crucifixion, peut être passée sous silence pour permettre une valorisation de l’accord dont la Vierge est le centre. Parfois, au contraire, elle est relancée pour mieux marquer la différence entre les deux religions14.

La Vierge pacificatrice, la Vierge enrôlée

33Aujourd’hui au Liban, la Vierge est mobilisée pour ses qualités de rassembleuse et de pacificatrice. « La Vierge est pour tout le monde » (adhrâ’ la-l-kull), entend-on fréquemment dire. Figure maternelle, elle est en outre érigée en modèle pour les femmes de toutes les confessions. Mais lorsque des conflits éclatent, la Vierge « pour tous » est parfois enrôlée et peut, de ce fait, servir une faction contre une autre. Pendant la guerre civile, les Forces libanaises s’illustrèrent par une mobilisation intense de la Vierge, aux côtés d’autres saints chrétiens (Élie, Maron, Charbel). Des chapelles vouées à la mère de Jésus ont été édifiées dans les territoires sous leur contrôle, des images la représentant étaient collées sur les crosses des fusils, sur les tableaux de bord de véhicules militaires et sur les affûts des canons (Davie 1992).

  • 15 On retrouve des récits d’apparitions similaires dans d’autres contextes de guerre, comme à Medjugor (...)

34Au même moment, les apparitions se multipliaient. La mère de Jésus se montrait sous les traits d’une femme éplorée : sur des icônes la représentant, elle exsudait de l’huile et versait des larmes de sang. Parfois la Vierge triste laissait place à la Vierge « bouclier ». Notre- Dame de Béchouate elle-même a pendant cette période « protégé » les chrétiens de « sa » région. En janvier 1976, Dayr al-Ahmar a subi un bombardement intense à partir de Baalbek, alors dominée par les combattants palestiniens et la milice chiite Amal. « J’étais présent dans ce village, raconte Mgr Elias Zoghby, archevêque grec melkite de Baalbek, et y ai passé la nuit. Plus de cent cinquante obus, pesant chacun près de quarante kilo ont été systématiquement lancés sur le village, certainement par des experts. […] Pas un citoyen n’a subi la moindre blessure » (Bouflet & Boutry 1997 : 406). Plusieurs témoins racontèrent avoir vu Notre-Dame de Béchouate dressée dans les cieux, les mains noircies par la poudre repoussant les obus qui s’abattaient sur la région (ibid.)15.

35Ainsi enrôlée, elle devient une ennemie potentielle pour le camp opposé. Pendant la guerre civile, des églises furent brûlées et pillées, des statues et des icônes de la Vierge furent « aveuglées » ou détruites par des combattants chiites et druzes. Ces destructions eurent lieu jusque dans l’intimité des foyers. Maryam, une habitante chiite de Nabha (plaine de la Bekaa), raconte : « Un jour, mon mari est revenu des combats à la maison pour détruire ma statue de la Vierge, déchirer les images que j’avais cachées dans mon armoire et arracher des autocollants que j’avais mis dans les cahiers des enfants pour qu’ils réussissent leurs examens. Pendant la guerre, elle [Marie] n’était plus pour tout le monde, mais uniquement pour eux [les maronites]. » Maryam n’a pas attendu la fin de la guerre pour glisser une nouvelle vignette de la Vierge dans son portefeuille. Son attachement personnel et intime à cette figure sainte est demeuré inflexible : « La Vierge est là, je lui parle, elle me rassure. J’étais stérile, grâce à elle j’ai eu trois garçons. Moi, je ne sais pas. C’est Dieu qui sait le mieux. J’ai pris une autre image pour moi, que je garde dans mon sac. » En revanche, elle n’affiche publiquement sa dévotion que depuis peu. En 2004, une voisine chrétienne lui a offert une représentation de Notre-Dame de Béchouate. Elle l’a placée parmi des bibelots, derrière la vitre du vaisselier : « Notre-Dame de Béchouate, tout le monde l’aime au Liban, alors pourquoi ne pas avoir son portrait ici, dans mon salon ? »

Le dialogue islamo-chrétien

36Le 15 août 2005, je fis la connaissance d’Élie, un commerçant maronite venu de Beyrouth avec sa femme, enceinte. Cette dernière, consacrée (nazîra) à la Vierge, était revêtue de l’» habit » de Marie : une longue robe blanche et une cape avec capuche bleu clair. La pratique de porter l’habit d’un saint ou d’une sainte pendant une période plus ou moins longue – généralement une année – est fréquente chez les chrétiens d’Orient. À Élie, je demandais quel était l’objectif de son voyage. Après quelques minutes d’hésitation, il me montra du doigt une famille musulmane installée sur une natte près de l’église et répondit : « J’attends que la Vierge nous montre que nous pouvons vivre ensemble. » Il ne fit aucune allusion au vœu adressé à Marie dont témoignaient les vêtements de sa femme.

37L’expression qu’il employa – « vivre ensemble » (al-‘aysh ma‘an) – constitue, avec le mot « coexistence » (al-ta’âyush), l’un des slogans phares de ce que l’on nomme couramment au Liban « dialogue » (hiwâr). Le « dialogue » désigne les multiples actions menées en faveur d’un rapprochement islamo-chrétien.

  • 16 « Qibla » est généralement employé pour désigner la direction de la Kaaba, vers laquelle les musulm (...)
  • 17 Al-Najwâ est un hebdomadaire d’extrême droite, proche des Forces libanaises.

38C’est en son nom que les pouvoirs publics se sont promptement engagés dans l’organisation du pèlerinage de Béchouate. Le président de la République libanaise, Émile Lahoud, a personnellement, et à grand renfort de communiqués de presse, ordonné la rénovation et l’élargissement de la route menant au village. Le ministre de l’Intérieur, Elias al-Murr, a pris l’initiative de l’ouverture d’un poste de défense civile. Le ministère de l’Équipement a créé une dizaine de fontaines et de toilettes publiques et ordonné la construction d’un immense parking. Les médias se sont fait l’écho de ces différentes entreprises. À chaque fois, l’accent était mis d’une part sur les guérisons miraculeuses, d’autre part sur les retrouvailles entre citoyens musulmans et citoyens chrétiens. L’énumération des miracles « attestés » par des experts ou des certificats médicaux apportait en quelque sorte la preuve d’une présence de la Vierge. Une présence sécurisante ouvrant la possibilité d’un attachement horizontal entre « musulmans et chrétiens », entre « citoyens libanais ». Les expressions « réconciliation nationale », « union » et « retrouvaille » structuraient déclarations officielles et commentaires journalistiques. « Chrétiens et musulmans vouent un grand amour à Notre-Dame de Béchouate […]. Aujourd’hui elle est devenue la qibla16vers laquelle des centaines de milliers de personnes se dirigent tous les jours pour demander son intercession, dans l’espoir d’être vu par elle et qu’elle accorde sa protection à leur patrie, le Liban », annonçait l’hebdomadaire al-Najwâ 17en conclusion d’un long reportage sur le village. Le plus remarquable reste l’engagement d’hommes de religion dans l’affaire, notamment celui de Mgr Mounged Hashim. Fervent défenseur du dialogue islamo-chrétien et détenteur d’une solide connaissance de l’islam, ce dernier est aujourd’hui nonce apostolique dans les pays du Golfe. Arrivé à Dayr al-Ahmar en 1995 après un long séjour à Rome, il s’est très vite attaché à établir de bonnes relations avec les musulmans de la région. Il a fait face à de fortes résistances de la part des familles de Dayr al-Ahmar, mais a su s’imposer sur la scène politique locale comme « homme fort » (qabaday). Son action en faveur d’un rapprochement avec les musulmans s’est trouvée en quelque sorte confortée par l’apparition de la Vierge à Béchouate. Il s’est rapidement mobilisé pour assurer l’encadrement du pèlerinage. Pour seconder Fadi Bassil, le curé de la paroisse, un père diocésain a été désigné recteur, et trois sœurs de l’olmont été dépêchées sur place. L’évêque a en outre mené campagne avec efficacité pour que les symboles des Forces libanaises disparaissent complètement du village.

39Contrairement aux autres localités de la région, plus aucun portrait de Samir Ja‘ja‘ ni aucune croix rouge en forme de glaive n’est visible sur les murs extérieurs des maisons. Seul un symbole politique est autorisé : le drapeau libanais, qui, à l’entrée du village, est déployé au côté d’une immense affiche représentant Notre-Dame de Béchouate. Dans les multiples interviews accordées aux médias et jusque dans les prêches délivrés lors des messes, Mgr Mounged Hashim n’a eu de cesse de souligner la dimension politique et sociale de l’événement. « La Vierge Marie lance une invitation aux chrétiens et aux musulmans à plus d’amour, plus de respect. Elle nous invite à la réconciliation et au pardon », expliquait-il dans une homélie prononcée dans l’église de Béchouate en août 2005.

40Son action, pour être comprise, doit être placée dans le cadre plus large du dialogue interreligieux défendu avec ferveur par le pape Jean-Paul II tout au long de son pontificat. Le pays des cèdres a été la cible privilégiée de la politique du souverain pontife en faveur du rapprochement islamo-chrétien (Weber 2005). Dès 1989, il annonce que « l’Église désire manifester au monde que le Liban est plus qu’un pays : c’est un message de liberté et un exemple de pluralisme pour l’Orient et l’Occident » (ibid. : 95). Dans une exhortation apostolique prononcée lors de sa visite au Liban en 1997, il reprend et développe ce thème. Sa formule du « Liban message » deviendra le slogan phare des formations politiques qui, au lendemain de la guerre, se constituent sous le signe du dialogue : le Comité national pour le dialogue et le Congrès permanent pour le dialogue libanais. Des universités – notamment l’université Saint-Joseph et l’université islamique de la banlieue sud de Beyrouth – organisent régulièrement des tables rondes et des conférences sur ce thème (ibid.). Il existe également une myriade d’instituts et d’associations qui mettent sur pied des « manifestations de dialogue » : citons notamment Darb Mariam (« le Chemin de Marie »), une association liée à l’Institut d’études islamo-chrétien de l’université Saint-Joseph, la Fondation chiite Imam Shams al-Dîn pour le dialogue, ou encore la toute nouvelle venue, Adyân, « fondation libanaise pour les études interreligieuses et la solidarité spirituelle ».

  • 18 Le cheikh Muhammad Mehdi Shams al-Dîn fut le président du Conseil islamique chiite supérieur jusqu’ (...)

41Depuis 2004, ces différentes institutions et associations appellent à la transformation du jour de l’Annonciation en fête nationale. Cette revendication est portée par trois personnalités : le cheikh Muhammad al-Nokkari, chef de cabinet du mufti de la République et directeur général de Dar al-Fatwa, l’instance représentative des sunnites au Liban ; le docteur Ibrahim Shams al-Dîn, fils du cheikh chiite Muhammad Mehdi18et directeur de l’Institut Shams al-Dîn pour le dialogue ; et Nagy Khoury, président de la Fédération des amicales des anciens élèves des écoles catholiques au Liban. Muhammad al-Nokkari explique le choix de l’Annonciation par le fait qu’il s’agit de « l’épisode de la vie de Marie qui fait le plus l’unanimité. Cette histoire est racontée dans les mêmes termes dans le Nouveau Testament et dans le Coran ». Ce projet de fête nationale n’a pas abouti, mais chaque année, depuis 2006, l’Annonciation est conjointement célébrée par des chrétiens et des musulmans dans l’église du collège de Jamhour, non loin de Beyrouth. L’année 2007 a été marquée par deux autres cérémonies islamo-chrétiennes organisées autour de la figure de Marie : l’une a eu lieu à l’université Saint-Joseph et l’autre, dans la salle « de conférence et de retraite spirituelle » de Harissa, le plus grand sanctuaire marial du Liban. Elles se sont ouvertes par deux prières chrétienne et musulmane « séparées », suivies d’une série de discours et de chants religieux pour la paix « entre les communautés » sous le signe de la Vierge « qui unit et sécurise » (Khoury 2007 : 4).

42Ces rencontres de prières sont avant tout organisées par et pour une élite de théologiens, de journalistes et d’universitaires qui, par leur statut et leur capital socioculturel, font autorité. Le public est restreint et majoritairement chrétien. Mais il ne faut pas pour autant minimiser l’impact que la multiplication de ces forums peut avoir sur la société. Chacun d’eux fait l’objet d’une diffusion intégrale ou partielle sur les chaînes de télévision locales. La presse écrite s’en fait systématiquement l’écho. Le « dialogue », dont la Vierge est le principal symbole, est devenu un sujet quotidien dont chacun s’empare et constitue, à ce titre, un cadre de référence commun.

  • 19 Le Cénacle libanais est un cercle culturel fondé en 1946 pour développer une « philosophie politiqu (...)
  • 20 À ce sujet, voir l’article de Marie Balas dans ce numéro.

43L’implication nouvelle et massive des hommes de religion dans ce travail de rapprochement est récente. Avant le déclenchement de la guerre civile, les actions en faveur du dialogue étaient surtout menées par des personnalités laïques et dans des espaces séculiers, le Parlement ou encore le Cénacle libanais19. Les « spécialistes de religion » (prêtres, imams, cheikhs ou encore théologiens) agrippés à la préservation de la « pureté rituelle et intellectuelle » de leurs communautés respectives se montraient généralement hostiles au dialogue, perçu par eux comme une tentative de « compromis, voire même de syncrétisme religieux » (Scheffler 2002). Ce n’est qu’au lendemain des accords de paix, à partir du début des années 1990, que des clercs (chrétiens comme musulmans) s’engagent en grand nombre dans un intense travail de rapprochement interreligieux. Ce changement d’attitude des hommes de religion doit beaucoup à la politique de Jean-Paul II. Ce dernier a su définir un cadre précis pour les « rencontres » interreligieuses, excluant toute forme de mélange ou de fusion. La Rencontre d’Assise qu’il convoqua en 1986 en constitue le modèle20.

Conclusion

44« On prie ensemble sans dire les mêmes mots ni faire les mêmes gestes », m’expliquait une musulmane rencontrée dans la chapelle. On ne pourrait mieux décrire le lien suscité par la Vierge : une rencontre entre dévots musulmans et chrétiens au cours de laquelle la différence religieuse, loin de s’effacer, est au contraire soulignée. À Béchouate, seule la petite chapelle qui abrite la statue de Notre-Dame de Béchouate accueille des fidèles de différentes religions. Ailleurs dans le village (grande église, restaurants, marché d’objets dévotionnels), les fidèles musulmans sont rares. Dans cet espace partagé, fidèles musulmans et chrétiens regardent, touchent, caressent et embrassent les mêmes objets : les statues de la Vierge, le tableau de l’Assomption, l’autel et la pierre de granit rose. Un geste les distingue clairement : le signe de croix, que seuls les chrétiens accomplissent. Les musulmans sont parfois nombreux, mais ils n’organisent jamais de prière collective. Il arrive qu’un dévot demande qu’on lui laisse assez de place pour la prière, qui, dans ce lieu, consiste en deux prosternations en direction de La Mecque et deux autres en direction de la statue.

  • 21 Nous faisons référence ici au paradigme de Turner, qui assimile le rituel du pèlerinage à un phénom (...)

45La Vierge rassemble, mais les pèlerins musulmans et chrétiens, qui se retrouvent autour d’elle ne forment pas pour autant une communauté liminale21telle que définie par Victor et Edith Turner (Turner & Turner 1978). Et ce, précisément, parce que le lien n’est rendu possible que s’il passe par un maintien des spécificités religieuses de chaque groupe. Nul mélange de doctrines et de pratiques religieuses donc, mais en revanche une « stratégie de résistance » faisant appel à l’union dans la division, à l’accord dans le désaccord. Ici, on retrouve l’étymologie du terme « syncrétisme » de la tradition grecque, cette forme de compromis qui permettait aux Crétois, en proie à la division, de faire face à un ennemi commun. Au Liban, l’ennemi commun est une sorte de Janus avec un visage extérieur (les Syriens, les Palestiniens, les Israéliens) et un visage intérieur (les dissensions internes à la société). Face aux démons de la guerre, la Vierge, mobilisée pour ses qualités de pacificatrice et de rassembleuse, pourra-t-elle constituer un rempart efficace ?

Haut de page

Bibliographie

Akoury E., 2007

« La communauté des “frères et des sœurs de la Croix” à la recherche de sa place dans l’église du diocèse de Baalbek-Dayr al-Ahmar », mémoire de dea soutenu à l’université de Kaslik.

Albert-Llorca M., 2002

Les Vierges miraculeuses. Légendes et rituels, Paris, Gallimard, coll. « Le temps des images ».

Al-Jerr ahi M., 1987 « Introduction », in Ibn al-‘Arabî, Muhammad ibn ‘Alî Muhyî al-Dîn, Voyage vers le maître de la puissance. Manuel soufi de méditation, Monaco, Éditions du Rocher, coll. « Gnose ».

Bazin J., 1986

« Retour aux choses-dieux », in Malamoud Ch. & J.-P. Vernant, Corps des dieux, Paris, Gallimard.

Bennafla K., 2007a

« La Bekaa, une zone libanaise stratégique au voisinage de la Syrie », in Picard É. & F. Mermier (dir.), Liban, une guerre de 33 jours, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres ».

Bennafla K., 2007b

« La Bekaa (Liban) : un espace géostratégique », http://mappemonde. mgm.fr/num9/lieux/lieux06101.html [consulté au mois de février 2008].

Bouflet J. & Ph. Boutry, 1997 Un signe dans le ciel. Les apparitions de la Vierge, Paris, Grasset, coll. « Les écritures sacrées ».

Brune Fr., 2004

La Vierge de l’Égypte, Paris, Le Jardin des livres, coll. « Référence ».

Claverie É., 2003

Les Guerres de la Vierge. Une anthropologie des apparitions, Paris, Gallimard, coll. « nrf essais ».

Davie M. F., 1992

« Les marqueurs de territoires idéologiques à Beyrouth (1975-1990) », L’Affiche urbaine, n° 2.

Gilsenan M., 1996

Lords of the Lebanese Marches. Violence and Narrative in an Arab Society, Londres / New York, I. B. Tauris & Co Ltd, coll. « Society and Culture in the Modern Middle East ».

Heyberger B., 1994

Les Chrétiens du Proche-Orient au temps de la Réforme catholique. Syrie, Liban, Palestine, xviie-xviiie siècle, Rome, École française de Rome, coll. « Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome ».

Jamous R., 2004

« Le théâtre des passions politiques », Terrain, n° 43, « Peurs et menaces », pp. 141-156.

Kanafani-Zahar A., 2004

« La réconciliation des druzes et des chrétiens du Mont Liban ou le retour à un code coutumier », Critique internationale, n° 23, pp. 55-75.

Karam I. F., 2006

Târîkh sayyida Bichû’ât mazârihâ wa ‘ajâ’îbihâ (« Histoire du sanctuaire et des miracles de Notre-Dame de Béchouate »), Beyrouth, édité à compte d’auteur.

Kassir S., 2000

« Dix ans après, comment ne pas réconcilier une société divisée ? », Maghreb-Machrek, n° 169, pp. 6-22.

Khoury N., 2007

« Marie et le Liban message », intervention au cours de la rencontre de prières islamo-chrétienne « Ensemble autour de Marie, Notre-Dame », organisée par l’Amicale des anciens élèves du collège Notre-Dame de Jamhour (Liban, 25 mars 2007).

Laurentin R., 2007

« Introduction : Pourquoi ce dictionnaire ? », in Laurentin R. & P. Sbalchiero (dir.), Dictionnaire des apparitions de la Vierge Marie. Inventaire des origines à nos jours : méthodologie, bilan interdisciplinaire, prospective, Paris, Fayard.

Makhlouf H., 2000

Cannabis et pavot au Liban. Choix du développement et cultures de substitution, Paris, L’Harmattan, coll. « Comprendre le Moyen-Orient ».

Nassif Tar Kovacs F., 1998

Les Rumeurs dans la guerre du Liban. Les mots de la violence, Paris, cnrs éditions, coll. « cnrs sociologie ».

Picard É., 1994

« Les habits neufs du communautarisme libanais », Cultures & conflits, n° 15-16, « États et communautarisme », pp. 49-70.

Picard É., 1996

« Les dynamiques politiques des chrétiens au Liban. Changement de statut et crise de leadership », Maghreb-Machrek, n° 153, pp. 3-21.

Puccio D., 2004

« La beauté de la Vierge », in Nahoum- Grappe V. & O. Vincent, Le Goût des belles choses. Ethnologie de la relation esthétique, Paris, ministère de la Culture et de la Communication / Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France », pp. 271-294.

Sbalchiero P., 2005

« Miracles de Notre-Dame de Pontmain au Liban », Chrétiens magazine, n° 177, pp. 10-13.

Scheffler T., 2002

« Neither East nor West : Inter-religious dialogue and local politics in the age of globalization », communication présentée dans le cadre d’un colloque organisé par l’Orient-Institut Beiruth (25 octobre 2002).

Skali F., 2004

Jésus dans la tradition soufie, Paris, Albin Michel, coll. « Spiritualités vivantes ».

Turner V. & E. L. B. Turner, 1978

Image and Pilgrimage in Christian Culture, New York, Columbia University Press.

Weber A.-F., 2005

« “On peut dialoguer sans vivre ensemble et vivre ensemble sans dialoguer.” Relations interreligieuses et construction d’une unité nationale au Liban », thèse de doctorat soutenue à l’École des hautes études en sciences sociales.

Winter T., 2007

« Mary in Islam », in Boss S. J. (dir.), Mary. The Complete Resource, Londres,

Continuum.

Haut de page

Notes

1 Notamment L’Orient. Le jour daté des 23, 24 et 28 août 2004 ; The Daily Star daté du 30 août 2004, et des 7 et 10 octobre 2004 ; Al-Najwâ daté du 6 septembre 2004.

2 Dans cet article, j’emploierai le terme « apparition » pour désigner l’événement de Béchouate. En cela, nous suivons René Laurentin (2007), qui, dans son Dictionnaire des apparitions de la Vierge Marie, fait figurer aussi bien des révélations publiques et privées que des effusions et des animations de statues et d’images. Sur l’équivalence entre apparition et animation de statues ainsi que sur les « apparitions de statues », voir Albert-Llorca (2002 : 50-63) et Puccio (2004 : 274).

3 `Ammo : littéralement, « oncle ». Terme d’adresse réservé aux parents ou aux amis proches.

4 Le confessionnalisme libanais, établi lors du pacte national de 1943, répartit les charges gouvernementales, administratives et militaires sur une base a priori égalitaire entre chrétiens et musulmans. Au sommet de l’État, le président de la République doit être chrétien, le Premier ministre musulman, sunnite, le président du Parlement musulman, chiite. Le pacte, qui favorise les élites maronites et sunnites, a été très tôt contesté, les musulmans étant devenus majoritaires (particulièrement les chiites, première communauté du pays).

5 Métouali : terme péjoratif employé pour désigner les chiites.

6 « Sayyid » est une marque de respect couramment employée pour désigner les descendants du prophète Muhammad, et par extension les hommes de religion chiite.

7 Milice chrétienne pendant la guerre, les fl constituent depuis les accords de Taëf un parti politique. Pendant les onze années d’emprisonnement de leur leader (1994-2005), elles ont été interdites au Liban. Mais depuis l’évacuation du Liban par la Syrie et la libération de Samir Ja`ja`, elles jouent de nouveau un rôle sur la scène politique et sont fortement implantées dans le nord du pays.

8 L’Orient. Le Jour, 27 août 2003.

9 Église monophysite fondée entre 542 et 578 par Jacques Baradai, évêque d’Édesse. Les jacobites se sont violemment opposés aux maronites, qui sont d’ardents chalcédoniens (Heyberger 1994).

10 Nous employons le verbe « personnifier », car il est fréquent d’entendre les villageois désigner la statue par le terme « shakhs ». Un mot polysémique qui en arabe signifie à la fois « personne » et « statue ».

11 Les chrétiens sous domination musulmane ont adopté le système des fondations religieuses islamiques, ou waqf-s. Il existe deux sortes de waqf-s : le waqf khayrî, fondé au bénéfice d’une institution religieuse, et le waqf ahlî, ou zurrî (familial ou privé), fondé au bénéfice d’une lignée de descendants.

12 Formule empruntée au Nouveau Testament (Lc, 2, 34).

13 Sur le principe d’individuation qui préside à la production des « choses-dieux », voir Bazin (1986).

14 Ces polémiques ressurgissent notamment dans des récits de conversion du christianisme à l’islam (Al-Jerrahi 1987 : 19-23).

15 On retrouve des récits d’apparitions similaires dans d’autres contextes de guerre, comme à Medjugorje (Bosnie-Herzégovine), dans les années 1990 (Claverie 2003).

16 « Qibla » est généralement employé pour désigner la direction de la Kaaba, vers laquelle les musulmans se tournent lorsqu’ils accomplissent la prière rituelle.

17 Al-Najwâ est un hebdomadaire d’extrême droite, proche des Forces libanaises.

18 Le cheikh Muhammad Mehdi Shams al-Dîn fut le président du Conseil islamique chiite supérieur jusqu’en 2005 et s’engagea personnellement dans le dialogue islamo-chrétien.

19 Le Cénacle libanais est un cercle culturel fondé en 1946 pour développer une « philosophie politique pour le Liban ». En 1965 et 1966, il a organisé des cycles de conférences sur « le christianisme et l’islam au Liban » et sur « la justice dans le christianisme et dans le Liban » (Weber 2005 : 92).

20 À ce sujet, voir l’article de Marie Balas dans ce numéro.

21 Nous faisons référence ici au paradigme de Turner, qui assimile le rituel du pèlerinage à un phénomène liminal. Les personnes en situation liminale ne possèdent rien, n’ont pas de statut, pas de propriété, pas d’insigne. Pendant le temps du pèlerinage, elles forment une communauté non structurée et indifférenciée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aubin-Boltanski E., 2008, « La vierge, les chrétiens, les musulmans et la nation. Liban, 2004-2007 », Terrain, n° 51, pp.10-29.

Référence électronique

Emma Aubin-Boltanski, « La Vierge, les chrétiens, les musulmans et la nation », Terrain [En ligne], 51 | septembre 2008, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/10943 ; DOI : 10.4000/terrain.10943

Haut de page

Auteur

Emma Aubin-Boltanski

cnrs, Centre d’études interdisciplinaires du fait religieux

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals