Navigation – Plan du site
Repères

L’invention patronale d’une industrie artisanale

La production d’un ouvrier exemplaire à la faïencerie de Sarreguemines (1848-1913)
Philippe Hamman
p. 113-128

Résumés

Cet article s’intéresse aux politiques patronales mises en œuvre durant la seconde moitié du xixe siècle dans une grande entreprise paternaliste de l’est de la France : la faïencerie de Sarreguemines. Le travail de ses dirigeants est ici abordé sous un angle original, à partir d’un matériau singulier : les assiettes à décors historiés réalisées à la fabrique. Au moment même où la faïencerie se transforme en une entreprise industrielle, ses directeurs engagent un véritable travail d’invention de ce qui serait une « industrie artisanale ». Dans cette perspective, c’est la construction de la figure d’un ouvrier exemplaire, avec pour support la production même de la fabrique, qui nous retient : les patrons jouent sur le contenu des décors des assiettes qui sont réalisées par la main-d’œuvre céramiste pour lui proposer par ce canal des modèles de vie conformes à leurs aspirations.

Haut de page

Texte intégral

1S’il est un domaine d’histoire économique et sociale qui a suscité de nombreuses études, dont les analyses apparaissent aujourd’hui établies 1, c’est bien le paternalisme d’entreprise 2. La seconde moitié du xixe siècle voit la formation de ces grandes industries dans lesquelles certains chefs d’entreprise vont s’écarter de la conception purement libérale du rapport de travail et prétendre dispenser des services qui n’obéissent pas à une stricte logique marchande (Ewald 1986 : 47-140). Historiens et économistes ont largement analysé ces nouvelles stratégies patronales – préserver la paix sociale, fixer l’instabilité ouvrière – qui marquent le temps de l’industrialisation. Elles supposent tout à la fois l’offre de services diversifiés aux employés (soins médicaux, logements, sociétés de prévoyance), mais aussi tout un travail symbolique d’identification (fêtes d’entreprise, proximité affichée entre le patron et ses ouvriers, etc.). La faïencerie de Sarreguemines en constitue un exemple très abouti. On se propose ici de revenir sur ce paternalisme en mobilisant un matériau singulier : la production même de la fabrique au cours d’un large « second xixe siècle », et plus particulièrement les assiettes à décors historiés. C’est sur l’analyse de ce support iconographique et visuel – documents bien connus des médiévistes, mais trop souvent négligés par l’histoire contemporaine et la science politique – que l’article s’appuie : par sa spécificité – les assiettes sont réalisées de leurs mains par les ouvriers céramistes sarregueminois, à l’initiative de leurs patrons –, cette source offre un point de vue complémentaire de la plupart des archives écrites du xixe siècle, d’origine administrative ou dirigeante, permettant d’esquisser une réflexion sur la perception ouvrière des politiques patronales.

Regards sur une entreprise à travers sa production

2Sarreguemines, petite ville de Lorraine frontalière avec l’Allemagne, doit largement son essor et sa notoriété à l’implantation d’une manufacture de faïence en 1790. Après des débuts difficiles au temps de la Révolution française et l’échec du premier régisseur, la manufacture bénéficie d’une certaine prospérité durant les années 1800-1830, sous l’impulsion du directeur François-Paul Utzschneider, célébré pour être le fondateur de l’entreprise « familiale » (Hamman 2000b : 51-78). En 1836, des embarras financiers le contraignent cependant à céder sa place à son gendre, le baron Alexandre de Geiger, héritier d’une famille de dignitaires du premier Empire 3. Celui-ci rompt avec la logique d’autofinancement pour ouvrir massivement le capital de l’entreprise à des fonds extérieurs, provenant notamment des faïenciers voisins Villeroy et Boch (Thomas 1973). Il assure ainsi le véritable « décollage » de la fabrique. Des années 1840 au début du xxe siècle, la petite manufacture faïencière « traditionnelle », caractéristique de la proto-industrialisation en milieu rural (Espagnet 1981 : 171-180), se transforme en une grande entreprise industrielle. Les capacités de production sont démultipliées et l’on entre dans l’ère de la fabrication de masse : alors qu’elle atteignait en 1841 une valeur de 420 000 francs, ce chiffre passe à 6 590 000 francs en 1914 4. La main-d’œuvre connaît également une forte croissance : lors de l’accession d’Alexandre de Geiger à la direction de l’entreprise, celle-ci emploie 300 ouvriers 5 ; ils sont 2 610 en 1876 6, alors que Paul de Geiger a succédé à son père dans une conjoncture pourtant très délicate à gérer : celle de l’annexion allemande de l’Alsace-Lorraine après la « débâcle » de Napoléon III (Roth 1976, 1981, 1984). La faïencerie comprend désormais, et de façon relativement constante jusqu’au premier conflit mondial, de 2 500 à 3 000 ouvriers répartis par services spécialisés et par corps de métiers ; elle fait vivre localement plus de 10 000 personnes 7. Durant cette période d’intenses transformations, Alexandre et Paul de Geiger engagent un véritable travail de retraduction des processus d’industrialisation en jeu, par l’invention de ce qui serait une « industrie artisanale », valorisant tout à la fois les compétences de la main-d’œuvre et les progrès techniques. C’est la construction d’un ouvrier exemplaire qui est menée, en prenant pour appui la production de la fabrique : les patrons jouent sur le contenu des décors des assiettes qui sont façonnées, pour proposer aux ouvriers des modèles de vie professionnels, familiaux, politiques, sociaux, etc.

3Tributaire des progrès techniques en matière de céramique, cette imagerie est née dans les années 1830 : là, une production en nombre et à un prix abordable est devenue possible. Elle va être rapidement exploitée à des fins de propagande politique, au bénéfice de la monarchie de Juillet, et surtout des milieux bonapartistes (La légende… 1995). La faïencerie de Sarreguemines a été un haut lieu de cet entretien de la légende napoléonienne : engagé par ses origines, Alexandre de Geiger prit part à un mouvement plus général – on trouve des thèmes similaires à Creil, Montereau, Choisy, Mettlach… – en le poussant plus loin qu’ailleurs, avec l’aide de son fils Paul, directeur technique de l’entreprise dès 1866 (Hamman 2000a : 265-481). C’est dans ce contexte où la faïence devient un vecteur de valeurs que se comprend l’usage proprement paternaliste qu’Alexandre et Paul de Geiger font des assiettes à décors. A partir de traits et d’éléments représentatifs, ils définissent localement une catégorie spécifique : ce que doit être le « bon ouvrier faïencier ». Cet être idéal respecte un certain nombre de normes de conduite, vis-à-vis du travail (présence, attention, respect des règlements…), vis-à-vis de l’entreprise (fidélité, idée de communauté, hiérarchie…) et de l’emploi (compétence, motivation, engagement personnel…) 8. Le grand nombre de décors réalisés sur les assiettes en faïence peut être appréhendé comme un moyen de diffusion des conceptions directoriales, une politique patronale visant à la conversion, du respect du travail au respect de l’entreprise, de la figure de l’ouvrier à la « moralisation » de la société. C’est un ouvrier dénié, rapporté au temps de l’artisanat, qui est mis en avant, et ce jusqu’à la Première Guerre mondiale ; à ce moment, les contraintes extrêmes liées au régime d’exception mis en place par les autorités allemandes sonnent le glas de toute production à message politique et social.

Du respect du travail au respect de l’entreprise

4Alexandre et Paul de Geiger accordent au dévouement de l’ouvrier à son travail une place première. Le travail est reconnu comme la source de la richesse sociale et le rempart contre tous les maux du peuple 9 : il devient pour les directeurs « la mesure de toute nécessité » (Polanyi 1983 : 148), tout particulièrement celle de l’engagement exigé et de la responsabilisation de la main-d’œuvre locale face à l’industrialisation. Les dirigeants se préoccupent également de la question des rémunérations, afin d’obtenir une entente sur la place du salaire, puis sur son usage raisonné, c’est-à-dire le problème de l’épargne. C’est enfin un idéal de pacification des relations sociales, traduit par l’ « industrie aux champs », qui transparaît des assiettes : elles consacrent largement les traditions rurales, qui sont celles d’une grande partie de la main-d’œuvre de la fabrique, provenant des villages alentour.

La valeur-travail : entre engagement et responsabilisation

5C’est avant tout l’oisiveté qui est dénoncée dans les vignettes des assiettes 10, montrant par exemple le « mauvais » ouvrier face aux reproches de son épouse : « Tu n’travailles pas ? – Et du pain alors ? – J’ai pas faim… » Ainsi, dans les catégories patronales, si le ménage vient à manquer de la nourriture de base, c’est dû à l’oisiveté du chef de famille, c’est-à-dire sa volonté de ne pas travailler ou l’exhibition du « droit à la paresse ». Au contraire, Alexandre de Geiger déclare en 1850, lors de l’une de ces fêtes caractéristiques du paternalisme d’entreprise, donnée ici en l’honneur d’un ouvrier ébaucheur, J.-F. Gerstenmeyer, pour ses cinquante années d’activité à la faïencerie, que « les peuples industrieux sont tranquilles », et seul « le travail fait le charme du repos » 11 : le « mauvais ouvrier » est bien celui qui préférera aussi le cabaret, la boisson, les excès et encore les querelles, les rixes et les émeutes, celui qui s’engagera par la suite dans les premières organisations syndicales allemandes après l’annexion de 1871.

6Pour les directeurs, c’est l’ignorance qui est à l’origine de l’inconduite du « mauvais ouvrier », et la cause première de son immoralité. Elle est d’abord cette ignorance technique et ce peu d’empressement à la tâche qui gênent le cycle de production industrielle. La préoccupation patronale de l’apprentissage du métier, de maître à apprenti, sinon de père en fils, s’explique alors par l’institution d’une transmission des savoir-faire, qui vaut aussi stabilisation de la main-d’œuvre et assurance de ses compétences techniques et artistiques : l’assiette illustrant le proverbe « A force de forger, l’on devient forgeron » montre la bienveillance précisément paternelle de l’ouvrier de métier vis-à-vis de son apprenti 12. A mesure que le mouvement d’industrialisation transforme les modalités du travail à la faïencerie, s’ajoute pour les directeurs une seconde dimension de l’ignorance, celle des devoirs et de leur utilité, c’est-à-dire l’absence d’engagement, de dévouement et de conscience au travail : le décor de l’assiette reproduite ci-contre le rappelle, usant de la métaphore saisissante de la bravoure et du courage du soldat valeureux, qui combat pour sa patrie avec la conviction que devrait avoir l’ouvrier vis-à-vis de l’entreprise : « A l’œuvre, on connaît l’ouvrier », insiste à ce propos la légende. C’est cette ignorance qui pousse les pauvres à être ce qu’ils sont, et non ce qu’ils devraient être. Aussi, les dirigeants de la fabrique mettent en avant une main-d’œuvre responsabilisée : tel est bien le sens de l’assiette reproduite page 127, « Il faut semer pour récolter », qui reprend en 1860 la morale développée par Jean de La Fontaine dans sa célèbre fable « Le laboureur et ses enfants ».

7Dans cette imagerie patronale, les grèves deviennent synonymes d’irresponsabilité. A la fin des années 1860-début 1870, une série d’assiettes humoristiques les raille non sans ironie. Nous reproduisons ci-dessus l’un des thèmes illustrés : « La grève des coiffeurs, c’est un coup de toupet qui va défriser bien des gens ». C’est là un traitement habile, sur le mode de l’humour, de thèmes d’intelligibilité directe pour les ouvriers et la population, par rapport à la vie quotidienne ou à des clichés répandus dans leurs modes de pensée collectifs. La série s’enrichit progressivement de nouveaux décors dans les années 1870-1880, à mesure que se manifestent les premiers mouvements ouvriers d’importance dans les grandes localités industrielles et que leurs représentations menaçantes se diffusent en Lorraine 13. En particulier, les grandes grèves qui secouèrent la Ruhr et la Silésie en 1889 gagnèrent comme une onde de choc la Sarre et la Moselle voisine (Bour 1916). L’Allemagne connaît des conflits plus nombreux que la France : la production de nouvelles vignettes après l’annexion montre l’attention croissante de Paul de Geiger à cette situation inédite localement, et permet de suivre la dynamique des préoccupations patronales 14. L’entente sur les rémunérations et leur usage en constitue un second axe, d’autant plus marqué que les contraintes de l’industrialisation deviennent aiguës.

Rémunérations et épargne : rallier l’esprit de la consommation ouvrière

8« Contentement passe richesse » : le support faïencier épouse ce proverbe, en l’illustrant d’une vignette qui met en valeur le valet de Don Quichotte, invitant ainsi à préférer la « sagesse d’acceptation des sociétés paysannes à nécessité stable » (Verret 1996 : 169), plutôt que de se lancer dans d’interminables et insensées batailles de moulins à vent… Les assiettes constituent une offre de modèles de conduite. Celle reproduite ci-contre illustre une charade qui révèle le proverbe « Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée ». La faïencerie a également produit en 1880 une assiette du même type à partir du proverbe « Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse ». Ici, l’ouvrier idéal se satisfait de peu ; il mène une vie conforme à sa condition et à la sagesse rurale « traditionnelle ». Cela renvoie à une politique salariale des directeurs : la main-d’œuvre fixée sur place pour les besoins de l’industrialisation ne doit pas constituer une charge économique trop lourde pour l’entreprise. A l’inverse, un sentiment d’insatisfaction salariale trop important pourrait menacer la paix sociale 15.

9Un décor illustre le proverbe « L’oiseau dans la main vaut mieux que faisan qui vole » : l’ouvrier peut sortir de son imprévoyance en saisissant l’intérêt qu’il a à penser son avenir et celui de sa famille en dehors de tout excès. De même, les assiettes intitulées « L’épargne » et « Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras » insistent sur l’attitude exemplaire qui consiste à refuser le crédit 16. Le paupérisme, en effet, n’est pas uniquement oisiveté, ignorance et insubordination ; il représente également pour les patrons l’imprévoyance de ce « mauvais ouvrier » qui ne vit que dans le présent et refuse de se soucier du lendemain, consommant tout ce dont il dispose et se limitant à la satisfaction de ses besoins primaires et immédiats. C’est là la preuve qu’il ne suffit pas de convertir l’ouvrier à une idéologie du contentement, comme nécessité faite vertu : les dirigeants de la fabrique s’emploient également à le rallier aux « devoirs » de sécurité et de prévoyance, c’est-à-dire plus largement à tout un ensemble de valeurs qui sont celles de l’ordre en place, au centre desquelles se trouve la politique d’épargne. Elle autorise en effet l’espoir d’une amélioration de la condition présente, si l’on se conforme aux préceptes patronaux en la matière : cela constitue pour les directeurs un moyen d’élargir la définition du besoin en y intégrant l’idée du « besoin d’améliorer » 17. Ainsi, c’est l’esprit de la consommation ouvrière 18qu’Alexandre et Paul de Geiger tentent de modifier au profit des valeurs patronales : le mouvement d’industrialisation de la faïencerie s’accompagne de ce point de vue d’une forte valorisation des traditions rurales.

La valorisation des traditions rurales ou l’ « industrie aux champs »

10Alors que la fabrique devient dans la seconde moitié du xixe siècle une entreprise industrielle, dans le cadre rural sarregueminois Alexandre et Paul de Geiger valorisent au travers des décors des assiettes en faïence aussi bien le progrès et la modernisation que la vie et les coutumes rurales traditionnelles. C’est véritablement un travail d’invention d’une « industrie artisanale » que traduit le choix de vignettes qui montrent un modèle de vie de l’ouvrier exemplaire. Les travaux de la terre et des champs sont représentés par plusieurs décors d’assiettes produites à la faïencerie, sur fond de paysages ruraux 19. Le travail de la terre 20 est toutefois reconnu spécifiquement au travers d’une vignette de la série des « grandes découvertes », qui célèbre « Parmentier, né en 1737, [qui] importe en France la pomme de terre en 1785, meurt en 1815 » 21. Ce choix de la pomme de terre, dont il n’est pas nécessaire de revenir sur l’importance au xixe siècle pour assurer à la population sa nourriture, marque la proximité affichée des directeurs de la faïencerie avec les préoccupations des ouvriers – leur nourriture quotidienne – et, plus largement, du monde rural de l’arrondissement de Sarreguemines : ouvriers-paysans comme agriculteurs cultivent la pomme de terre. Néanmoins, ce n’est là qu’une assiette de la série des « grandes découvertes » : les deux dimensions de la permanence et du changement, de la tradition et du progrès coexistent en effet dans les catégories des dirigeants de la faïencerie (Hamman 1999). Les progrès techniques et la « modernité » dans tous les domaines de la connaissance sont valorisés par ces vignettes éditées entre 1877 et 1881, et consacrées en particulier à Gutenberg, Christophe Colomb, Galilée, Benjamin Franklin ou encore Joseph et Etienne Montgolfier. Ce sont d’abord les découvertes à usage industriel qui ressortent du choix des personnages. Cet intérêt porté par les directeurs aux avancées techniques est d’ailleurs confirmé au même moment dans deux autres séries d’assiettes à décors : « Autour des inventions », consacrée notamment à l’aviation et au télégraphe, et la série des « transports » qui représente les progrès survenus de la « chaise à porteurs » au « cabriolet » (Bolender 1986 : 97-98).

11A l’opposé de cette valorisation des sciences et des techniques, nombre d’assiettes figurent un monde de la ruralité immobile : la vignette reproduite ci-dessus représente le travail de la fenaison 22, montrant des (ouvriers ?-) paysans au labeur. Ces décors peuvent être également une marque spécifique de reconnaissance de la polyactivité industrielle et rurale caractéristique de la population des villages des environs de Sarreguemines qui est employée à la fabrique. La main-d’œuvre de proximité constitue pour l’essentiel le personnel d’exécution de l’entreprise : elle offre l’avantage d’être peu onéreuse, stable et guère mobilisable pour des actions revendicatives. Sous le directorat d’Alexandre de Geiger, il s’agit en particulier d’un grand nombre de journaliers : en 1861, on dispose du chiffre de 408 hommes employés à la journée (et 508 à la tâche) et 112 femmes à la journée (et 56 à la tâche). En 1914, l’essentiel de la main-d’œuvre est toujours originaire de Sarreguemines et des environs proches 23. L’usine peut apparaître pour ces personnes comme un « lieu de passage » (Reybaud 1977), alors que la terre et le travail agricole autonome sont valorisés face à la « condition prolétarienne » de l’ouvrier d’entreprise. Dans les catégories de ces acteurs, le temps reste dominé et scandé par le calendrier rural (Trempé 1971). Il en ressort une triple instabilité de cette main-d’œuvre sans tradition industrielle : instabilité hebdomadaire du fait de la pratique de chômer la « Saint lundi » ou les lendemains de paie ; instabilité saisonnière pour les récoltes de l’été : la fête de l’entreprise, la Saint-Paul, chômée et fêtée autour du 29 juin, consacre d’ailleurs la prégnance de ce calendrier rural, que l’on associe par nécessité, du fait de l’absentéisme chronique, à la fin de l’année comptable ; instabilité d’emploi enfin des journaliers, pour lesquels se louer ici ou là constitue la pratique traditionnelle 24. Autant de travers que dénoncent les directeurs via les assiettes. Leurs décors ne se limitent pas aux travaux agricoles purement locaux : ainsi, le thème des vendanges est représenté dans la même série que la fenaison. Cette reconnaissance des activités rurales dans leur pluralité est plus largement celle des traditions rurales des différents pays de France 25 ; sous le directorat de Paul de Geiger ont ainsi été produites des assiettes polychromes représentant des personnages en costumes régionaux avec des paysages, vues de villes et villages typiques en arrière-plan : la ville de Limoges avec la noce à Ambazac, la ville de Riom avec des paysannes de Saint-Bonnet au marché, le Kochersberg avec un Alsacien et une petite Alsacienne et en arrière-plan le village de Mundolsheim, etc. (Brossard & Jacob 1975 : 42). A chaque fois, ces thèmes allient les caractères « typiques » des régions avec un cadre rural.

12Ainsi, ce sont la vie et les traditions du « monde rural » qui sont saluées par les dirigeants de la faïencerie au moment même où les historiens situent « la fin des terroirs » (Weber 1983 : 17-247), et où, localement, la faïencerie devient une grande entreprise industrielle : la série intitulée « Le bon vieux temps » rappelle ce paradoxe. Cet attachement à la ruralité se retrouve sur de nombreuses vignettes : une assiette représente à l’œuvre le charlatan ambulant des campagnes, d’autres des thèmes comme « La partie de pêche » et « Le rendez-vous des bergères », ou, associant le monde rural et la pratique religieuse catholique forte des habitants de l’arrondissement de Sarreguemines (Bonnet 1972), « Le pèlerinage » et « La Vierge ». De même, une série de douze assiettes représente les divers épisodes du célèbre conte de l’époque « Le voyage de Pitounet », qui valorise la campagne dans le contexte du rapport nouveau entre l’urbain et le rural qui apparaît sous la IIIe République en France et se manifeste notamment par l’exode rural (Weber 1983 : 338-350, 403-422). Sensible aux vertus pacificatrices en matière d’ordre social et productif que présentent les ouvriers ruraux, Paul de Geiger reprend les thèmes de cette leçon de morale, à destination de la main-d’œuvre sédentarisée à Sarreguemines : l’assiette reproduite ci-contre nous montre ainsi un jeune garçon seul « en ville », désappointé par ce qu’il y voit de l’ « aspect général [de la vie] du matin ». Toutefois, tout est bien qui finit bien puisque la 12e assiette représente « Le réveil », avec le commentaire heureux « Ce n’était qu’un rêve », saluant a contrario les modes de vie ruraux. De nombreuses scènes pastorales et bucoliques sont également représentées sur des décors d’assiettes : les petits bergers, les dénicheurs de nids, le curé qui bénit la moisson, ou encore la sortie de la messe (Brossard & Jacob 1975 : 33-34). Cette célébration du « monde rural », de ses activités, de ses traditions et de ses gens, peut apparaître comme une forme de construction mythique et d’expression d’un « âge d’or » (Girardet 1986 : 97-138). En effet, ce n’est pas une mélopée toute nostalgique ou une ode à la ruralité pour elle-même. Ces décors prennent tout leur sens en relation avec le développement industriel de la faïencerie engagé par Alexandre et Paul de Geiger. La ruralité peut figurer un de ces « refuges oubliés » qui participent de l’édification patronale d’une « industrie artisanale », conciliant idéalement le progrès technique, la production de masse, la rationalisation mécanique du travail et la fidélité au « métier », à la patience et à la grandeur du labeur artisanal traditionnel, à un moment où tout se transforme. La production d’un ouvrier exemplaire par les directeurs de la faïencerie prend place dans un travail local de « maintien de l’ordre » social face au défi de l’industrialisation.

De la figure de l’ouvrier exemplaire à celle d’une société d’ordre

13L’ouvrier n’est pas uniquement pris en compte dans sa dimension individuelle et professionnelle, mais également en tant que chef de famille. Plus largement, les décors constituent une politique patronale fondée sur une morale de moyen et non de fin. L’exercice des devoirs sociaux du patron s’inscrit à Sarreguemines dans un rapport spécifique : la compassion des directeurs donnée en exemple vise à la conversion de la main-d’œuvre aux valeurs qu’ils exposent sur les assiettes en faïence.

La famille ou l’ouvrier en son foyer

14Une assiette datée de Paul de Geiger fait l’éloge saisissant de la famille lors du « retour du roulier » en son foyer. La scène est exemplaire. Socialement plus utile et moins dangereux : ainsi apparaît l’homme marié face au célibataire, dans les catégories des directeurs de la faïencerie. En effet, celui-là reproduit la force de travail tout en étant fixé au domicile, et tendanciellement à l’entreprise qui l’emploie, tandis que celui-ci figure un facteur d’instabilité sociale et de désordre pour les mœurs 26. La famille est pensée comme la cellule de base de la société (Weber 1983 : 248-281). Ailleurs, « La grand’mère » est représentée en train de parler aux enfants : le modèle proposé par les directeurs passe par la socialisation et la transmission de valeurs, de savoirs et de traditions entre les générations d’une même famille. La dimension de garantie de l’ordre social qui transparaît de ces vignettes se retrouve également dans les usages patronaux de la bienfaisance et de la charité.

Les usages patronaux des conduites d’honneur

15Si les dirigeants de la faïencerie semblent bien exercer un « devoir de bienfaisance », confié de façon première à leurs épouses et filles, les « dames de l’entreprise 27 », cela ne signifie cependant pas l’existence d’un « droit des pauvres », au sens d’obligation juridique, mais correspond à des libéralités patronales et notabiliaires 28. Libre dès lors au « bienfaiteur » de choisir ses bénéficiaires. De ce point de vue, les assiettes en faïence sont des plus intéressantes. Une série représente les « enfants des rues » dans les diverses activités qu’ils entreprennent pour vivre : « Chiens savants » ou « Chanteuses des rues » (ci-contre) par exemple. Ainsi, la compassion des directeurs s’adresse notamment aux enfants. Une seconde série, approchante, traduit la condescendance directoriale vis-à-vis du petit peuple, et en particulier des enfants confrontés à la misère, en montrant des enfants musiciens publics : le « joueur de musette » ou le « petit joueur de vielle »… C’est également un sentiment de compassion qui transparaît du décor représentant « le petit braconnier », qui s’efforce de contribuer à nourrir sa mère et sa sœur cadette 29. Ainsi, la préoccupation patronale ne semble point s’exercer pareillement vis-à-vis de tous les pauvres. Une distinction est opérée : la sollicitude des directeurs peut se comprendre plus particulièrement dans une analogie du peuple et de l’enfant, selon laquelle « la pauvreté est à la richesse ce que l’enfance est à l’âge mûr 30 ». Certaines assiettes manifestent une proximité avec les difficultés que connaît le peuple : sur l’une d’elles, intitulée « Sauve qui peut » (ci-dessus), on voit une mère et ses deux enfants s’enfuyant à l’arrivée du garde champêtre qui les a surpris en train de voler des branches de bois à la serpette. L’absence de condamnation explicite semble indiquer la compassion.

16Plus largement, de nombreuses vignettes montrent le rôle qui incombe, selon les directeurs, au père de famille : celui-là même qui est représenté au centre du foyer (« Le retour du roulier ») et qui met sa famille en péril s’il ne satisfait pas à son devoir d’entretien, par son travail ; une norme de conduite est rappelée : l’épouse s’inquiète de la paresse de son mari qui les prive de la nourriture primaire qu’est le pain. De même, la vignette ci-contre représente une mère avec ses enfants dans le dénuement, sans époux précisément pour subvenir à leurs besoins. Dès lors, même si le décor peut traduire de la compassion par rapport à un acte peu légal, comme l’indique l’arrivée du garde champêtre, il marque surtout le souci d’Alexandre et Paul de Geiger de responsabiliser l’ouvrier, le père de famille, quant à ses devoirs : c’est donc bien une dimension d’ordre qui est sous-jacente. Dans le même temps, les directeurs se reconnaissent un devoir vis-à-vis des miséreux « respectables », qui est la contrepartie du pouvoir social qu’ils construisent à Sarreguemines. Ce devoir des dirigeants de la faïencerie, que pointe l’assiette à la morale « Qui ne pense qu’à soi n’est pas digne de vivre », se retrouve aussi sous la forme d’une charade : « Soulagez la misère et le bon Dieu vous bénira » ; ce thème rappelle d’ailleurs la prégnance de la dimension religieuse dans le travail exercé par les « dames de l’entreprise ». Mais c’est aussi une préoccupation de paix sociale qui guide la bienfaisance des dirigeants de la fabrique : « Ventre affamé n’a pas d’oreilles », rappelle la céramique à l’aube des années 1870, faisant écho à la peur du désordre qu’a déjà exprimée Alexandre de Geiger lors de la fête en l’honneur de J.-F. Gerstenmeyer : « A une époque où tous les principes ont été méconnus, où l’on a prêché la négation de toutes les croyances, où l’appel à la violence était proclamé la loi suprême du pays, la France a été sauvée de l’anarchie par le courage et la discipline de l’armée, et par le dévouement des classes laborieuses, qui, sauf de douloureuses exceptions, ont protesté par leur amour de l’ordre et de la discipline contre les tentatives et les excès de quelques insensés 31. » On est ici deux années après le « traumatisme » de 1848 (Charle 1991 : 60-72), époque où Alexandre de Geiger a précisément mis en avant le risque de troubles : « Plus de 600 personnes vont se trouver sans ouvrage et sans moyens de nourrir leur famille, du moins en partie, puisque j’espère que les travaux des champs occuperont quelques de ceux qui habitent les villages à 2 et 3 kilomètres de la ville. Mais ceux de Sarreguemines se trouveront dans la plus grande misère 32. » Par la suite, tout un travail de conversion de la main-d’œuvre est mené par les directeurs.

Un travail de conversion : moralisation et socialisation aux valeurs patronales

17Parmi la série d’assiettes consacrée dans les années 1880 aux « grandes découvertes » figure un décor dédié à « Jenner, né en 1749, [qui] découvre la vaccine en 1796, meurt en 1825 ». Ce registre de la vignette est présenté comme éducatif ; il évoque des préoccupations patronales et pas seulement commerciales. C’est là un signe à la fois de l’attention des dirigeants de la fabrique au progrès social et médical, et d’une proximité affichée vis-à-vis des difficultés de l’existence que peut connaître le peuple (ici la maladie), tout en insistant sur l’importance que revêt à leurs yeux, dans ce domaine, le respect d’un certain nombre de valeurs et de normes de conduite. Les directeurs et leurs épouses peuvent apparaître comme des « médiateurs entre les méthodes scientifiques et les réalités sociales dont ils étaient les témoins » (Perrot 1972 : 27). L’espace devient un lieu à construire : l’espace du foyer, d’abord, qui doit être distinct de celui de la petite exploitation, comme c’est le cas à la Cité de la faïencerie érigée à l’initiative de Paul de Geiger à partir de 1866 33. La vignette rappelle les risques sanitaires de la confusion spatiale : on y voit une vache à proximité des enfants…

18Par ailleurs, l’alcoolisme ouvrier est nettement flétri par deux vignettes : « J’attends que ma maison passe » et « L’amour du vin, ne pas confondre avec l’amour divin » (ci-dessus) ; les décors montrent des personnes saoules, dont les attitudes dans cet état sont raillées. Si l’importance de la famille est soulignée, dans sa dimension de régulateur social, c’est pour dénoncer d’autant plus nettement des lieux tels que les cabarets et les débits de boissons. S’agissant en particulier de lutter contre l’alcoolisme, Paul de Geiger décide de l’ouverture d’une auberge propre à la fabrique, face aux cabarets de la ville, dont il se plaint au commissaire de police. Une lettre en date du 4 novembre 1876 est significative de l’entreprise de responsabilisation et de transmission de valeurs à laquelle s’attachent les dirigeants : d’un côté les « familles » et les « ménages rangés » qui vont utiliser la prime annuelle de la faïencerie « pour acheter du combustible, des habits d’hiver, des provisions de bouche » grâce à cette « économie forcée faite dans tout le cours de l’année », de l’autre ceux qui « ne comprennent pas leur véritable intérêt et dépensent en quelques jours dans les cabarets une somme péniblement amassée toute l’année et qui s’élève quelquefois jusqu’à 400 francs par homme » 34. En effet, pour les directeurs de la faïencerie, c’est dans l’espace qui l’entoure que se réunissent les conditions pour l’amélioration morale de l’individu, ou qu’elles font au contraire défaut.

19Plusieurs séries d’assiettes sont également consacrées à la pratique religieuse. Elles témoignent d’abord de la place de la foi catholique au sein de l’arrondissement de Sarreguemines : le protestant Alexandre de Geiger en souffre dans sa quête de mandats électifs sous le second Empire 35. De nombreux décors prennent pour thème la foi, à compter des années 1850, et plus encore sous le directorat de Paul de Geiger, de confession catholique par l’éducation reçue de sa mère. Dès le début des années 1870 est produite une série intitulée « Nouveau Testament », qui poursuit celle concernant l’ « Ancien Testament », datant d’Alexandre de Geiger 36 : cela marque définitivement le passage de la confession protestante à la confession catholique au sein du milieu dirigeant de l’entreprise. Sont ainsi représentées l’ « Adoration des Rois », « La Cène », ou encore la « Naissance de Jésus-Christ ». A la même période, deux séries de décors sont consacrées aux saints qui signent encore la rupture avec le protestantisme, en particulier s’agissant de la Sainte Vierge. Une première série représente « Saint Antoine et ses disciples », « Saint François de Sales secourant les malheureux », ou « Saint Etienne de Hongrie vainqueur des Barbares », etc. Ce choix de thèmes évoque les valeurs morales que les dirigeants de la faïencerie associent à l’ouvrier exemplaire, par cette « scène offerte » qu’est la pratique religieuse 37. La foi et la culture catholique représentent pour Paul de Geiger un vecteur de concorde sociale qui rejoint l’idéologie pacificatrice de la « grande famille » ; l’analogie avec la « Sainte Famille » est directement exploitée : Joseph et Marie, l’artisan charpentier et l’épouse d’ouvrier (« Naissance de Jésus-Christ »). Cette dimension est prolongée par le culte marial, qui caractérise une seconde série consacrée aux saints au début des années 1870 : un décor représente « Sainte Marie » et un second « La foi », que figure l’Immaculée Conception (ci-dessus). Le culte de la Vierge connaît alors un essor important avec le développement de lieux de pèlerinage qui lui sont dédiés. Paul de Geiger fait produire en 1890 une série d’assiettes consacrées à Lourdes, représentant en particulier Notre-Dame de Lourdes, avec au marli l’énoncé des dates importantes du calendrier marial : les objectifs commerciaux et « moralisateurs » font ici bon ménage. Une image est à nouveau consacrée à la Vierge dans la série produite au début du xxe siècle, où l’on trouve aussi le pape Pie X (ci-dessous), qui condamna le mouvement chrétien-social du « Sillon » fondé par Marc Sangnier. Cette assiette est produite au moment même où un syndicat chrétien allemand tente de s’implanter dans l’entreprise en 1906 38. Ces vignettes apparaissent comme une politique patronale parmi d’autres et pas seulement une politique morale : les directeurs essaient de proposer des modèles de vie ouvrière et urbaine qui ressemblent trait pour trait aux représentations des conduites paysannes et rurales. Alexandre de Geiger est explicitement récompensé lors de l’Exposition des produits du département de la Moselle en 1849 par un rappel de la médaille de première classe, « non moins pour la direction industrielle que pour la direction morale imprimée à cet établissement », selon les termes du rapporteur (Terquem 1849 : 461). Ici, la morale est l’autre face de ce social dénié.

Diffusion et perception ouvrière de l’imagerie patronale

20Ce sont les déviances réputées être associées aux concentrations ouvrières que les dirigeants de la fabrique entendent combattre. Sous le directorat d’Alexandre de Geiger, un journalier est condamné le 29 mai 1856 par le tribunal de Sarreguemines à une amende de 10 francs pour avoir « dérobé dans l’entreprise 3 ou 4 kilos de charbon ». Son fils, âgé de 13 ans, est également convaincu de vols d’objets de faïence à plusieurs représentants de la fabrique, ce qui entraîne son placement en maison de correction, et la mère, qui dissimulait les objets en question, effectue un mois de prison. S’agissant du respect des « bonnes mœurs », les archives mentionnent le cas d’une fille mère en 1837, dont le père est faïencier, et l’inscription en 1869 d’une fille d’un ouvrier de la fabrique, âgée de 19 ans, sur le registre des filles publiques 39.

21Les assiettes à décors proposent un ensemble de conduites à imiter ou à rejeter. Elles sont supposées avoir une efficacité d’autant plus forte qu’elles

22trouvent place au sein des foyers 40, ainsi que l’ont largement souligné P.-A. Befort et F. Gastebois dans leur étude du service « Obernai » (Befort & Gastebois 1994). Mieux, les ouvriers de la fabrique réalisent eux-mêmes ces pièces : ils peuvent alors les reconnaître comme leurs. Une faïencière de l’entreprise dans la seconde moitié du xixe siècle nous le fait comprendre à travers son journal intime, où elle consacre de longues pages à expliquer son travail de peintre sur céramique, le plaisir qu’elle y prend et son sentiment d’être pleinement une « artiste » lorsqu’elle présente des améliorations et des nouveaux décors aux directeurs : « Je viens de proposer à la conférence des représentants de la faïencerie plusieurs projets, dont j’ai particulièrement étudié les décors. Je crois que le secret de l’art réside dans une observation de la réalité mille fois répétée. J’espère tellement être retenue… », écrit-elle le 20 mai 1885 41. Ces réunions tripartites patrons-commerciaux-faïenciers permettent d’approcher le paternalisme en action à Sarreguemines, dans sa recherche du meilleur équilibre entre la rationalité économique et le contrôle social, justement conçus de pair 42 : notre ouvrière s’implique totalement dans le produit qu’elle réalise, et qui transporte, gravé en lui, les messages patronaux. Les « anciens » de la faïencerie que nous avons pu interroger sur les souvenirs qu’ils gardent de leur jeunesse au début de ce siècle et de leurs parents, ayant fréquemment eux aussi travaillé à la fabrique, ont confirmé l’utilisation quotidienne de ces assiettes pour les repas de la famille 43 : les décors ne sont pas rejetés comme extérieurs à leurs catégories de pensée et à leurs modes d’existence. Au contraire, mes interlocuteurs ont éprouvé une grande fierté à me montrer les services originaux qu’ils possèdent et se transmettent de génération en génération comme signe palpable de la noblesse de leur métier. L’assiette illustrée n’est pas seulement utilitaire ; elle est également décorative. En série de douze, c’est un tableau miniature qui apparaît, « un livre d’images vivantes, éducatives ou distrayantes, équivalent de la bande dessinée d’aujourd’hui » (Befort & Gastebois 1994). Il s’agit à la fois d’assiettes « communes » et de pièces de valeur.

23La diffusion des vignettes « moralisatrices » auprès de la main-d’œuvre et des classes populaires locales s’explique d’abord par le prix modéré de ces articles. Le matériau utilisé nous fournit une première indication. En effet, les différents produits céramiques peuvent être perçus comme les référents d’une véritable « géographie sociale des tempéraments », comme si l’utilisation – et non plus la fabrication – de tel type de faïence renvoyait à la psychologie de tel groupe ou classe (Barbe 1990 : 95-135). Au sein de la production sarregueminoise, on oppose dans cette perspective les poteries vernissées (ou faïence commune), les faïences fines et la porcelaine. Le choix de la faïence commune pour support à l’application des décors historiés fait de ces assiettes un vecteur populaire de circulation des images et des discours qui s’y trouvent reproduits. Les prix de vente bénéficient également de la sérialisation des productions : dès 1844, le jury de l’Exposition industrielle de Metz salue le fait que « ces divers produits, même ceux d’un ordre supérieur, sont à des prix honnêtes. Le tarif imprimé, que M. de Geiger vous a produit, vous mettra en situation d’en juger et vous donne à l’avance la certitude que ces prix ne sont pas fictifs » 44. Plus encore, le rapport du jury de l’Exposition universelle de Paris en 1867 mentionne que la prospérité de la faïencerie « a toujours progressé, malgré l’abaissement graduel des prix de vente de 25 à 50 % et aussi malgré l’augmentation de prix de la main-d’œuvre, qui, de 1836 à 1867, a été de près de 40 % » (Contamine 1932 : 221). L’exemple le plus significatif de service « populaire » est sans doute l’ « Obernai », créé par Henri Loux en 1902. Presque aussitôt, ce décor qui célèbre la vie traditionnelle des villages alsaciens constitue près de 20 % des ventes de la fabrique. Il en devient l’emblème pour les catalogues commerciaux et placards publicitaires dès 1903. Le prix semble l’élément premier du succès. L’inspecteur des Beaux-Arts M. d’Escamps le souligne : « Dès lors, la renommée de Sarreguemines s’empare du marché. Ses produits, vendus à des prix accessibles à toutes les bourses, obtiennent un succès rapide » (Escamps 1907).

24Les statistiques de répartition géographique des ventes soulignent une concentration constante des achats dans une zone régionale autour de l’usine, à côté de circuits nationaux et internationaux de plus en plus développés 45. Cela est très net pour l’Obernai par exemple : au début du siècle, 90 % de ces décors sont commercialisés dans l’est de la France, pour l’essentiel en Moselle-Est et en proche Alsace, le reliquat étant diffusé à l’aide de commis voyageurs de Paris et Nice 46. Ce constat peut s’expliquer par des conditions politiques générales comme l’annexion de 1871, qui a fait de l’Alsace-Lorraine un marché à part, entre France et Allemagne. Mais là n’est pas tout. Des canaux locaux de diffusion, particulièrement avantageux, méritent une attention spéciale. D’une part, l’économat de la faïencerie créé par Paul de Geiger en 1869 propose à tout public, et pas simplement au personnel, des articles en faïence à prix réduits. D’autre part, des rabais importants et des facilités de paiement (par exception notable avec la politique patronale générale fustigeant les crédits) sont accordés aux faïenciers et à leurs familles ; ceux-ci, au dire des « anciens » que nous avons rencontrés, ont presque tous acquis de la sorte un ou deux services complets, dont l’un est souvent celui à la fabrication duquel ils ont travaillé quotidiennement 47.

25A côté de cela, de nombreux ouvriers interrogés se sont vu léguer de leurs parents des pièces uniques et personnalisées, gravées à leur nom ou portant la marque d’un événement privé. Là encore, c’est le fonctionnement concret des rapports de travail paternalistes que l’on saisit : un arrangement se conclut entre un responsable, qui peut faire procéder à la réalisation d’une pièce mobilisant les compétences successives de plusieurs ouvriers dans les différentes étapes de fabrication, et la personne qui le sollicite en vue de célébrer une circonstance particulière (mariage, fête, etc.). L’accord du chef introduit au sein de l’atelier des rapports de dons et contre-dons entre individus de positions différentes : « On payait la matière et puis on s’arran-geait avec le chef. S’il voulait, vous aviez la plus belle des soupières… », déclare un ancien ouvrier. C’est que la gestion patronale de la main-d’œuvre promeut les relations interpersonnelles, à partir desquelles les transformations industrielles de l’entreprise sont retraduites dans les catégories de l’art et de l’artisanat.

26Les directeurs peuvent espérer « amender » la main-d’œuvre par cette voie spécifique, en complément de l’institution scolaire : cela est manifeste dans le choix de décors comme « Les fables de La Fontaine », qui évoquent le travail d’assimilation de la citoyenneté entrepris par l’école à cette époque (Weber 1983 : 438-488), à l’exemple de la vignette intitulée « Il faut semer pour récolter » (ci-dessus). Il en va d’ailleurs de même de la série des « grandes découvertes », dont les thèmes renvoient aux illustrations classiques des manuels d’histoire, alors que Paul de Geiger organise après 1871 la tenue de cours réservés aux enfants des faïenciers au sein même de l’entreprise 48. Les assiettes donnent à voir et à lire une figure ouvrière qui possède toutes les valeurs paysannes et artisanales, au moment où les processus d’industrialisation de l’entreprise peuvent laisser entrevoir un monde anomique. Les dirigeants de la faïencerie doivent faire face à un cadre de contraintes de plus en plus pesant durant la seconde moitié du xixe siècle, avec les mutations des systèmes de production et la montée en puissance du mouvement ouvrier (Lévy-Leboyer 1979), l’accélération des processus de politisation et, tout spécialement à Sarreguemines, l’effondrement de la valeur des ressources anciennes, à la fois politiques, financières et commerciales, après l’annexion de l’Alsace-Moselle à l’Empire allemand. Pour pouvoir continuer à exister à l’identique, ces patrons ont entrepris le travail de clôture d’un groupe : face aux transformations de l’industrialisation, l’ouvrier semble nécessiter une tutelle permanente, constante et régulière 49, celle d’une communauté exemplaire. Les effets paraissent bien réels : l’échec des différentes tentatives d’implantation syndicale dans l’entreprise et l’absence de mouvement de grève sur toute la période considérée, à une seule exception près, en 1912, aussitôt réglée par une hausse minime de certains salaires, plaident en ce sens 50. C’est d’ailleurs d’une image de directeur-père, homme de proximité et bienfaiteur, que se souviennent unanimement mes interlocuteurs 51. L’un d’eux ne déclare-t-il pas : « M. Paul était très social. C’est pourquoi les œuvres sociales ont été faites sous le règne de M. Paul. […] Les gens avaient une très bonne opinion de M. Paul. C’était un homme qui était vénéré. Pour la politique sociale, pour limiter l’alcoolémie, tout ça. C’était un homme qui avait travaillé… C’était le paternalisme avec un grand P. » On le voit, le terme « paternalisme » n’est pas pris ici dans une acception péjorative – qui est pourtant la sienne depuis que les premiers porte-parole des ouvriers l’ont utilisé au xixe siècle pour dénoncer le patronat (Frey 1995) –, mais pour saluer l’engagement des directeurs en faveur de leur personnel.

Haut de page

Bibliographie

Barbe N., 1990. « Les arts du feu en Franche-Comté », Paris, rapport à la mission du Patrimoine ethnologique du ministère de la Culture.

Befort P.-A. & F. Gastebois, 1994. Henri Loux. Images de l’Alsace heureuse, Strasbourg, La Nuée bleue.

Birck Fr., 1990. « Entre le patronage et l’organisation industrielle : les cristalleries de Baccarat dans le dernier quart du xixe siècle », Genèses, n° 2, décembre, pp. 29-55.

Bolender Ch., 1986. Histoire et histoires. Faïences de Sarreguemines. 1800-1939, Strasbourg, Musée historique de Strasbourg.

Bonnet S., 1972. Sociologie politique et religieuse de la Lorraine, Paris, A. Colin, cahiers de la FNSP, n° 181.

Bour C., 1916. Die Arbeiterorganisation in Deutsch-Lothringen, Diss. Breslau, Breslau.

Brossard Y. & A. Jacob, 1975. Faïences et porcelaines de l’Est : Sarreguemines, Paris, ABC Décor.

Cachin F., 1997 [1984]. « Le paysage du peintre », in Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, tome 1, pp. 957-996.

Castel R., 1995. Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard.

Charle Ch., 1991. Histoire sociale de la France au xixe siècle, Paris, Le Seuil.

Chevalier L., 1984 [1978]. Classes laborieuses et classes dangereuses…, Paris, Hachette.

Cheysson E., 1905. Le devoir social et la formation sociale du patron, Paris.

Contamine H., 1932. « Metz et la Moselle de 1814 à 1870. Etude de la vie et de l’administration d’un département au xixe siècle », thèse d’histoire, université de Nancy.

Debouzy M. (dir.), 1988. « Paternalisme d’hier et d’aujourd’hui », numéro spécial de la revue Le Mouvement social, n° 144.

Decker E. & R. Vilhem, 1998. Marie, faïencière au pays de Sarreguemines, Metz, éditions Serpenoise.

Droz J., 1970. Histoire de l’Allemagne, t. 2 : L’Empire allemand. 1871-1918, Paris, Hatier.

1981. Histoire de l’Allemagne, Paris, Presses universitaires de France.

Escamps M. (d’), 1907. « Note historique sur la manufacture de faïences de Digoin-Sarreguemines », Revue alsacienne illustrée.

Espagnet F., 1981. « La céramique commune fin xviiie-début xixe s. Mutations et routines », Ethnologie française, n° XI (2), pp. 171-180.

Ewald F., 1986. L’Etat providence, Paris, Grasset.

Fabre D., 1997 [1992]. « Proverbes, contes et chansons », in Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, t. 3, pp. 3 555-3 581.

Foucault M., 1975. Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

Frey J.-P., 1995. Le rôle social du patronat. Du paternalisme à l’urbanisme, Paris, L’Harmattan.

Geremek B., 1976. Les marginaux parisiens aux xive et xve siècles, Paris, Flammarion.

1980. Truands et misérables dans l’Europe moderne, Paris, Gallimard/Julliard.

Girardet R., 1986. Mythes et mythologies politiques, Paris, Le Seuil.

Hamman P., 1999. « Une grande famille… Métiers de la céramique et stratégies industrielles à la faïencerie de Sarreguemines (1890-1940) », Politix, n° 45, pp. 57-86.

2000a. « Les transformations de la notabilité : l’industrie faïencière à Sarreguemines », Strasbourg, thèse de doctorat en science politique, IEP de Strasbourg, janvier.

2000b. « La construction d’une histoire officielle d’entreprise : l’“auguste ancêtre” François-Paul Utzschneider », Genèses, n° 40 : « Fabrique des lieux », septembre, pp. 51-78.

2000c. « Regards croisés sur une entreprise paternaliste… Sociologie historique et “archives visuelles” », in Déloye Y. & B. Voutat (dir.), Axes et méthodes de la sociologie historique du politique, Paris, Belin.

2000d. « Quand le souvenir fait lien… Place et absence du discours militant dans les récits de vie des “anciens” d’une entreprise paternaliste », communication au colloque « Discours savants, discours militants. Mélange des genres », IEP de Strasbourg, 22-23 novembre.

La légende napoléonienne dans la production faïencière, 1995. Catalogue de l’exposition au Musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau, 30 mai-2 octobre 1995, Paris, Ed. de la Réunion des musées nationaux.

Lavabre M.-Cl., 1987. « La collection des almanachs édités par le Parti communiste français : un exemple de tradition », Pouvoirs, n° 42, pp. 105-114.

Lévy-Leboyer M. (dir.), 1979. Le patronat de la seconde industrialisation, Paris, Editions ouvrières.

Lown J., 1988. « “Père plutôt que maître…” ; le paternalisme à l’usine dans l’industrie de la soie à Halstead au xixe siècle », Le Mouvement social, n° 144, pp. 51-70.

Millot H.-J. & E. Letz, 1932. Aperçu sur le développement de l’enseignement secondaire français à Sarreguemines, Sarreguemines.

Murard L. & P. Zylberman, 1976. « Le petit travailleur infatigable ou le prolétaire régénéré », Recherches, n° 25, novembre.

Nérée-Quépat, 1887. Dictionnaire biographique du département de la Moselle, Paris.

Noiriel G., 1986. Les ouvriers dans la société française. xixe-xxe siècle, Paris, Le Seuil.

Perrot M., 1972. Enquêtes sur la condition ouvrière en France au xixe siècle, étude bibliographique, Paris, Microéditions Hachette.

1974. Les ouvriers en grève (1871-1890), Paris, Mouton.

1984. Jeunesse de la grève. France : 1871-1890, Paris, Le Seuil.

Polanyi K., 1983. La Grande Transformation. Aux origines économiques et politiques de notre temps, Paris, Gallimard.

Procacci G., 1993. Gouverner la misère. La question sociale en France. 1789-1848, Paris, Le Seuil.

Reybaud L., 1977. Le fer et la houille, Brionne, Gérard Montfort (réédition).

Robert A. (dir.), 1890. Dictionnaire des parlementaires français (1789-1889), Paris.

Roth Fr., 1976. La Lorraine annexée (1870-1918), thèse d’histoire, Nancy, université de Nancy.

1981. Les Lorrains entre la France et l’Allemagne, Metz/Nancy, Ed. Serpenoise/Presses universitaires de Nancy.

1984. La Lorraine dans la guerre de 1870, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

Say J.-B., 1799. « Olbie. Essai sur les moyens d’améliorer les mœurs d’une nation », reproduit in Œuvres diverses, 1848, Paris, Guillaumin.

Terquem M., 1849. Mémoire de l’Académie de Metz. Rapport sur l’exposition des produits de l’industrie et de l’agriculture du département de la Moselle, Metz.

Thomas Th., 1973. « Rôle des Boch dans la céramique des xviiie et xixe siècles », thèse d’histoire de l’art, Liège-Sarrebruck.

Trempé R., 1971. Les mineurs de Carmaux, Paris, Ed. Ouvrières.

Verret M., 1996 [1988]. La culture ouvrière, Paris, L’Harmattan.

Verronnais Fr., 1852. Supplément à la statistique du département de la Moselle, Metz.

Weber E., 1983 [1976]. La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale. 1870-1914, Paris, Fayard.

Woronoff D., 1994. Histoire de l’industrie en France du xvie siècle à nos jours, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1On renvoie en particulier aux synthèses de : Murard & Zylberman (1976) ; Noiriel (1986 : 43-82) ; Debouzy (1988) ; Charle (1991 : 15-137) ; Woronoff (1994 : 302-304) ; Frey (1995).
2Nous nous sommes efforcé de compléter et renouveler ces perspectives, en s’intéressant davantage à la dimension politique de ce travail patronal, qui se déploie sur tous les fronts, dans notre propre thèse de science politique (Hamman 2000a).
3Cf. Archives municipales de Sarreguemines (AMS), section III, F IV-7, K IV-4 et série J. Voir aussi Nérée-Quépat (1887 : 193) et Robert (1890 : 146).
4Archives départementales de la Moselle (ADM), 468W9 (BI 1010) et 14 AL83.
5Nérée-Quépat (1887 : 193).
6Selon le journal Saargemünder Zeitung du 16 septembre 1876.
7AMS, section IV, 3F5-6 ; ADM, 14 AL 83.
8On peut opposer pareille construction du « bon ouvrier » à ces « inutiles au monde » de l’Ancien Régime, dont parle Bronislaw Geremek (1976 : 310 ; 1980 : 349).
9Sur cette fonction du travail dans les catégories de la « modernité libérale », voir Castel (1995 : 171-183) et Procacci (1993 : 233-242).
10Les assiettes auxquelles nous nous référons sont issues du Musée régional de Sarreguemines (MRS), dont je remercie le conservateur et les collaborateurs pour l’aide qu’ils m’ont apportée au cours de mes recherches. Ces vignettes ont été produites des années 1850 jusqu’au début du XXe siècle ; une datation plus précise est mentionnée lorsqu’il y a lieu.
11MRS, section faïencerie, dossier Directeurs.
12Sur l’utilisation de proverbes, devinettes, charades, expressions populaires, etc., à l’appui des décors des assiettes, cf. l’article de Daniel Fabre (1997 : 3 555-3 581), qui insiste sur le fait qu’il s’agit là de « mots pour mémoire ». C’est en effet une pédagogie de conversion des ouvriers à leurs valeurs et conceptions sociales que matérialisent les directeurs de la faïencerie.
13Sur ces évolutions du mouvement ouvrier, cf. notamment Perrot (1984), Droz (1970 et 1981) et Roth (1976 : 395-409).
14Le Musée régional de Sarreguemines conserve les décors suivants : « Les armées européennes se mettent en grève. Tout le monde s’en réjouit », « Heureusement que MM. les Auvergnats ne font pas grève comme les cochets », [les pickpockets] « Une industrie qui devrait bien faire grève », « Heureusement que nos petites dames ne se mettent pas en grève surtout avec les riches étrangers », « Comment ! Vous si élégant, vous portez des sabots ? – Que voulez-vous, mon bottier est en grève », [un braconnier] « Ah ! Jarni ! Je croyais que les gendarmes étaient en grève », [le décor représentant trois concierges dans leur « activité » de commérage] « On donne 10 000 comptant à celui qui trouvera le moyen de faire faire grève à la langue de ces gens-là », [montrant de jeunes enfants] « M. l’économe, nous demandons que les haricots et les lentilles fassent grève à la pension ».
15Sur la faiblesse du niveau des salaires versés à la faïencerie durant toute la période 1850-1913, voir AMS, section III, F I-11,12/F IV-4, et section IV, 3F5-6.
16MRS. Datation : fin des années 1860-années 1870.
17Jean-Baptiste Say insistait déjà sur la nécessité de l’espoir d’une amélioration comme stimulant au travail : cf. Say 1799.
18« De l’argent, bien des usages : thésauriser, épargner, investir, accumuler, dépenser, s’endetter. Le premier usage est paysan ; bourgeois les trois autres ; ouvriers les deux derniers… », énonce Michel Verret (1996 : 40).
19Sur les paysages retenus, il est intéressant de se reporter à Cachin (1997 : 957-996).
20Sur la terre et sa signification en termes de mémoire rurale, cf. Weber (1983 : 172-194).
21MRS. Datation : années 1880.
22MRS. Datation : années 1870.
23AMS., section III, FI-11, et Thomas (1973 : 165).
24MRS., section faïencerie, dossier Personnel.
25Emile Cheysson fait précisément figurer la « conservation des régions » parmi les principes essentiels de l’économie sociale et du patronage (Cheysson 1905 : 20).
26Sur cette figure du célibataire faisant appel à celle, plus ancienne, du vagabond, cf. Castel (1995 : 218-231, 255-256), Procacci (1993 : 37-41), Chevalier (1984). Voir aussi, et il ne s’agit plus de vagabondage, le recrutement des premiers leaders syndicaux ou grévistes chez les célibataires (Perrot 1974, 1984 : 64-97).
27Selon l’expression de Lown (1988 : 51-70). Sur ces activités plus spécialement dévolues aux femmes du milieu dirigeant de la faïencerie, AMS, section III, R III-23/25.
28Sur ce rapport du droit et de la morale dans le régime libéral des obligations, voir Ewald (1986 : 54-70). Dans un sens proche, Robert Castel évoque à ce propos la catégorie qu’il nomme « les obligations morales », situées « en deçà de la sphère du droit » (Castel 1995 : 235).
29MRS. Datation : années 1860-1870.
30Selon l’expression du baron de Gérando dans le Traité de la bienfaisance publique. De même, P. Rossi énonce en 1844 dans son Discours sur la liberté de l’enseignement secondaire : « L’ouvrier est un enfant robuste, mais ignare, qui a d’autant plus besoin de direction et de conseils que sa position est plus difficile. » Dès lors, comme l’écrit Robert Castel, « une politique morale [apparaît] nécessaire, ou, ce qui revient au même, une politique sociale est nécessairement de nature morale, dans la mesure où elle s’adresse à des groupes en situation de minorité » (Castel 1995 : 236).
31MRS, section faïencerie, dossier Directeurs.
32ADM, 1S 514.
33MRS, section faïencerie, dossier Politiques sociales.
34AMS, section IV, série J, dossier 92.
35AMS, section III, série K-élections ; Hamman (2000a : 402-428).
36A. de Geiger s’employa de façon habile à produire des décors pouvant s’appliquer autant au catholicisme qu’au protestantisme : ainsi de l’Ancien Testament…
37Verret (1996 : 205). Sur le rapport entre paternalisme et catholicisme en Lorraine, voir également Bonnet (1972 : 133-134).
38Archives Départementales Bas-Rhin, AL 69-767, Bd. 21.
39AMS, section III, J V-2c/15.
40Une analogie peut être menée sur ce point avec la collection des almanachs édités par le Parti communiste français, analysée par Marie-Claire Lavabre (1987 : 105-113).
41Cf. le journal intime de la faïencière Marie-Victorine Kremer publié par Emile Decker et Raymond Vilhem (Decker & Vilhem 1998).
42Sur ces dimensions corrélées du paternalisme d’entreprise, voir Birck (1990 : 29-55).
43Entretiens avec d’anciens ouvriers et ouvrières, juin-juillet 1994 et septembre-octobre 1997.
44A titre indicatif, une assiette en faïence coûte alors 1,50 franc, avant réductions, et le salaire journalier moyen est alors de 1,20 franc pour un ouvrier de la fabrique (ADM 265 M-1,2).
45François Verronnais peut écrire en 1852 dans la statistique départementale que « tous les beaux produits de la faïencerie de Sarreguemines étaient recherchés de toute la France, des cours de l’Europe et des principales villes de l’Orient et des Deux-Amériques » (Verronnais 1852 : XXV).
46MRS, section faïencerie, dossier Politique commerciale.
47MRS, section faïencerie, dossier Politiques sociales, et entretiens supra.
48AMS, section IV, 11R2, chemise 139. Voir également Millot & Letz (1932 : 23).
49Ce qui n’est pas sans évoquer sous certains aspects l’univers des microdisciplines foucaldiennes (Foucault 1975).
50AMS, section IV, non coté, carton « Travail-Conflits », chemise anc. cot. F2-34.
51Ce qui ne dispense en rien d’une réflexion sur la situation d’entretien et le moment présent vécu par ces retraités (voir Hamman 2000d), lesquels peuvent interagir dans ce constat, qui n’en est pas moins massif.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hamman P., 2001, « L’invention patronale d’une industrie artisanale. La production d’un ouvrier exemplaire à la faïencerie de Sarreguemines (1848-1913) », Terrain, n° 36, pp. 113-128.

Référence électronique

Philippe Hamman, « L’invention patronale d’une industrie artisanale », Terrain [En ligne], 36 | mars 2001, mis en ligne le 08 mars 2007, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/1239 ; DOI : 10.4000/terrain.1239

Haut de page

Auteur

Philippe Hamman

Groupe de sociologie politique européenne, Institut d’études politiques de Strasbourg

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals