Navigation – Plan du site

Revue de presse du numéro 50

Texte intégral

1   

La Provence, février 2008

2« Terrain consacre son cinquantième numéro au… diable ! Celui-ci s’est montré remarquablement résistant face aux idées qui, de longue date, dans le sillage des Lumières, critiquaient le fait de croire en son existence. Dans notre monde contemporain, Satan figure toujours dans des contextes multiples. Sa popularité exige toutefois une réponse qui ne se contente pas de reprendre la critique rationaliste selon laquelle il n’existe pas. Mettant Satan en lumière, ce numéro de Terrain présente quelques passionnantes recherches autour de la figure du diable, cet obscur équivalent de Dieu. »

Sciences humaines, mai 2008

3« La revue d’anthropologie Terrain fête ses 25 ans et son 50e numéro, choisissant pour célébrer l’événement de convier un étrange invité : le diable. On pourrait le croire mort depuis longtemps, en notre monde désenchanté. Il n’en est rien, tant le personnage est doué d’ubiquité. Birgit Meyer raconte ainsi comment les pentecôtistes du Gnana communient devant des images, des vidéos, etc., dans lesquelles les forces démoniaques – investies de puissance du seul fait d’être visuellement représentées – sont défaites par le recours à l’Esprit Saint. Et Philippe Gonzales décrit les évangéliques (à Genève !) procédant à une mise en scène du combat contre le démon […] D’autre articles débusquent le diable dans les rumeurs de complots cannibales, constantes de l’Antiquité à nos jours – la dernière vague ayant pris place dans le monde anglo-saxon des années 1990 ! – dans le corps des femmes possédées « ritualisant » leur souffrances auprès d’un exorciste catholique romain ; dans les références musicales des Tsiganes hispaniques pentecôtistes ; dans les discours des Grecs orthodoxes ; dans les rites initiatiques des mineurs andins ; et aussi dans nos consommations : promotions commerciales, bières, magazines, romans, CD musicaux, produits de ramonages… Réservoir de sens universel, ce gaillard-là ne disparaîtra pas de sitôt. »

Sciences et avenir, septembre 2008

4« La revue d’anthropologie Terrain fête ses 25 ans d’existence avec ce très beau numéro sur le diable, où l’on constate que la figure de Satan a visiblement toujours des adeptes. Des pentecôtistes du Ghana communiant devant des images du démon (ce pays semble saisi par une véritable obsession satanique) aux évangéliques suisses, sans oublier les exorcistes italiens, le diable paraît avoir repris du poil de la bête !. »

Le sociographe, janvier 2009

5« Revue d’ethnologie de qualité, outil appréciable à l’usage du chercheur ou du curieux, Terrain a publié son premier numéro sur « les savoirs naturalistes populaires », un sujet traitant de la relation de l’homme à son environnement naturel. Aujourd’hui, pour la cinquantième édition, cette revue fait plus appel à notre imaginaire (le diable est-il toujours parmi nous ?) mais reste dans la droite ligne du champs anthropologique. Bien souvent, c’est aux histoires de sorcières que l’image de Satan nous renvoie, aux temps passés, à la crédulité, aux vieilles croyances. Une façon un peu rapide de traiter la question. Terrain nous montre dans ce numéro que le diable et le mal qu’il incarne viennent rencontrer voire percuter un monde contemporain empreint de rationalité […] La figure du diable est finalement peu étudiée ou plutôt peu médiatisée, peut-être parce qu’elle apparaît comme une dimension mineure de la discipline. Il n’en est rien, c’est pourquoi tout un dossier sur les diableries est en soi remarquable […] »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Revue de presse du numéro 50 », Terrain [En ligne], 50 | mars 2008, mis en ligne le 06 novembre 2013, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/13706

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals