Navigation – Plan du site
Catastrophes

Fléaux de Dieu ou catastrophes naturelles ?

Les tremblements de terre en France à l’époque moderne
Grégory Quenet
p. 10-25

Résumés

Les historiens des catastrophes naturelles n’ont pas échappé au succès de la « société du risque », malgré des recherches plutôt centrées, en France, sur le processus de laïcisation de la nature et sur la montée en puissance de l’État moderne. Cet article propose un retour critique sur l’usage des termes « catastrophe » et « risque » par les historiens, à partir du cas des tremblements de terre. Le xviiesiècle montre l’existence, d’une part, d’une gestion routinière et locale des catastrophes par les populations, d’autre part, d’un régime déterritorialisé et théorique. À partir des années 1740, ces échelles, locales et nationales, se connectent, sous l’effet de la circulation accrue de l’information, de la prise de parole des communautés pour réclamer des réductions d’impôts, et de la découverte par les savants du nombre élevé de secousses touchant le royaume. Cette cristallisation, accélérée par le tremblement de terre de Lisbonne, donne naissance à un nouvel objet que nous appelons « risque ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Tranchant (2008 : 9-11).
  • 2 Voir par exemple Ferrières (2002).

1À partir des années 1980, l’expression « société du risque », promue par Ulrich Beck, Anthony Giddens et Patrick Lagadec, est devenue une sorte d’étendard pour les sciences sociales (Boudia & Jas 2007 : 318). Les historiens français n’ont pas échappé à cette influence même si, contrairement à ce qui est souvent écrit, leur intérêt pour les aléas n’a nullement été déclenché par la lecture de ces textes sur la « société du risque »1. Ce constat, à nuancer pour la période contemporaine, vaut pour les spécialistes des sociétés antérieures au milieu du xixe siècle, tels Jacques Berlioz et René Favier, sur lesquels porte cet article. L’historiographie des catastrophes à l’époque moderne s’est structurée autour de deux problèmes historiques différents : d’une part le procès de laïcisation de la nature, permettant de passer des fléaux divins aux phénomènes physiques ; d’autre part, la montée en puissance de l’État moderne, se traduisant par le projet de maîtriser la nature et de se délivrer de ses atteintes (Delumeau & Lequin 1987 ; Cœur 2008). Les nombreux travaux publiés ces dix dernières années ont contribué à rendre ces thèses plus complexes et nuancées, en montrant le rôle des populations locales, la richesse des pratiques de mesure et de protection, les limites des interventions étatiques (Favier 2002 ; Delvaux, Walter & Fantini 2006 ; Historische Sozialforschung 2007). Dans ce contexte, le terme « risque » est intervenu sous une forme faible, pour désigner la prise de conscience d’une menace et la volonté de s’en protéger (Favier 2006). Dans le détail cependant, il est encore souvent utilisé par les historiens comme un synonyme de menace, de danger, et de façon interchangeable à l’intérieur d’un même texte2. Leur préférence va incontestablement aux catastrophes (Walter 2008 ; Pfister 2002 ; Jakubowski-Tiessen 1992 ; Groh, Kempe & Mauelshagen 2003 ; Kempe & Rohr 2003). Cet usage flottant des concepts est sans doute l’une des raisons principales des attentes insatisfaites des autres disciplines à l’égard des historiens (Gilbert 2002).

  • 3 Les termes « catastrophe » et « menace », par exemple, ne sont pas utilisés une seule fois dans Gil (...)

2Ces imprécisions doivent-elles être mises au compte d’un manque de rigueur conceptuelle ou d’un problème historique plus profond, la difficulté à articuler ces différents termes en les inscrivant dans un processus historique de longue durée ? Trois raisons militent en faveur de la seconde raison. Tout d’abord, l’usage des termes discrimine si nettement des chercheurs supposés travailler sur des objets propres que l’on doit s’interroger sur la légitimité de ce cloisonnement entre spécialistes des risques et spécialistes des catastrophes3. Ensuite, les débats sur la société du risque se sont noués autour de la société postindustrielle et de son futur, et, de ce fait, ils portent en creux une lecture du processus historique sur la longue durée, même si celle-ci n’est pas toujours explicitée. Les sociétés du risque cachent généralement des sociétés de la catastrophe, des sociétés du passé, antérieures au xixe siècle, qui auraient été condamnées à subir les malheurs, sans protection ni prévention possibles. Reléguées en amont, les catastrophes servent d’ailleurs aussi à dessiner un possible futur, nourri par les débats sur la crise écologique, devenant les « nouveaux signes avant-coureurs d’un Moyen Âge moderne du danger » (Beck 2001 : 15). Enfin, et comme le remarquait François Ewald à propos d’Ulrich Beck, l’usage de la notion n’est-elle pas abusive aujourd’hui, recouvrant ce qui semble plutôt un univers de menaces, d’incertitude extrême (Latour 2003 : 36) ? Cette situation paraît bien éloignée des éléments de rationalité, de contrôle, de maîtrise, de calcul qui ont constitué le cœur historique du risque. La référence historienne la plus fréquemment mobilisée par les non-historiens reste Jean Delumeau, dont les travaux sur la peur confortent ce cloisonnement entre temps des catastrophes et temps des risques, décrivant une société médiévale sous la menace constante des épidémies, de Dieu, des sorcières, etc. (Delumeau 1978). Le tremblement de terre de Lisbonne, en 1755, apparaît comme l’événement qui met fin à ce paradigme (Fabiani & Theys 1987). Les médiévistes ont depuis révélé une appréhension des risques bien antérieure à la naissance des probabilités et du calcul mathématique (Franklin 2001 ; Piron 2004, 2007 critiquant Guerreau [1997]). Je souhaiterais ici déplacer l’éclairage vers une période de recomposition des dangers et d’incertitude des savoirs, le xviiie siècle, en revenant sur ce que j’ai essayé de démontrer dans mes propres travaux (Quenet 2005b).

Une gestion routinière et locale, la catastrophe au village

3Le projet de notre travail était, en se concentrant sur un aléa particulier et moins fréquent que d’autres, de pouvoir saisir sur deux siècles et pour un pays entier toutes les sources et mentions possibles. Loin de tomber dans l’illusion d’une étude exhaustive, cette histoire totale visait à prendre en compte la plus grande palette d’acteurs, de registres, de discours, de pratiques et de lieux, et de regarder comment ils s’articulaient entre eux. L’ensemble de ces tremblements de terre survenus ou discutés en France aux xviie et xviiie siècles ne devait pas former une totalité homogène mais plutôt un kaléidoscope, constitué de prismes très différents : faits sociaux et phénomènes physiques, échelles locale et nationale, pratiques et théories, gestions et interprétations, communautés victimes et acteurs extérieurs, événement catastrophique et temps long. Ainsi, il n’était plus possible de dérouler une succession de grands paradigmes entre la fin du xvie et le début du xviiie siècle, qui auraient conduit du fatalisme à l’action, des modèles religieux aux explications rationnelles, de l’impuissance des populations à l’intervention de l’État. Les évolutions historiques ne nous semblaient pas s’inscrire à un tel niveau de généralité.

4Face à une telle diversité, nous avons choisi de ne pas utiliser une définition fermée de la notion de risque, qui aurait été anachronique. Cet usage souple et ouvert du terme « risque » est proche de la définition très large donnée par Ulrich Beck : « Risque n’est pas synonyme de catastrophe mais d’anticipation de la catastrophe – c’est ce que j’ai mis en place dans mon traitement initial de l’échafaudage du risque » (Beck 2009 : 67). La variété et l’hétérogénéité des formes d’anticipation permettaient de prendre les risques comme un processus, un assemblage agrégeant peu à peu des éléments qui jusque-là n’étaient pas liés entre eux. Devenu un outil heuristique plutôt qu’un fait, le risque supposait différentes étapes de construction et d’objectivation, à partir du moment où apparaît un certain degré de conscience et de préoccupation, la possibilité de survenue d’un tremblement de terre et d’une catastrophe tellurique. Le degré le moins abouti d’élaboration du risque, mais qui éloigne déjà de la catastrophe subie, est atteint lorsqu’un groupe humain sait qu’un type d’aléa peut survenir en un lieu donné et l’affecter. Ce premier niveau de connaissance ne nécessite pas de certitude ni de prise en compte permanente dans le fonctionnement de la société étudiée, mais il change les perspectives, car la catastrophe est désormais attendue (Roqueplo 1995). Le deuxième niveau fait intervenir un degré supplémentaire, à savoir la définition d’un nouvel objet, de connaissance, de gestion, de représentation. Cette prise de conscience peut déboucher sur une préoccupation sociale quand une société se sent concernée par un type de phénomène naturel, que le danger soit réel ou non, exagéré ou minoré. Menaces et dangers peuvent cohabiter avec la dimension probabiliste du risque. Enfin, la mobilisation des énergies collectives pour se prémunir contre ce type de danger révèle l’intervention d’institutions, de toutes natures, capables de manipuler cet objet et de mettre en œuvre des outils de gestion de celui-ci.

  • 4 Le concept de « culture sismique locale » est opératoire dans certaines régions italiennes (Helly 1 (...)

5Pour un certain nombre d’aléas, le premier niveau de risque est une réalité dans la France de l’Ancien Régime. Le retour régulier des inondations le long des fleuves et des rivières, la menace saisonnière des avalanches en montagne, le danger permanent des incendies dans les villes ont donné lieu depuis le Moyen Âge à des observations et à des mesures de prévention, voire à une législation (Barrué 2002 ; Dion 1961). Le cas des tremblements de terre est cependant différent. Il montre à quel point une typologie des catastrophes et des dangers à l’époque moderne devrait commencer par distinguer soigneusement les différents régimes de temporalité. En effet, si les phénomènes sismiques sont loin d’être négligeables (741 séismes pour les xviie et xviiie siècles), leur période de retour est très irrégulière et longue, 4 à 5 siècles en moyenne (Lambert, Levret-Albaret, Cushing & Durouchoux 1996). À la différence de l’Italie, la plus grande partie du territoire du royaume de France n’offre pas les conditions pour l’inscription de ce danger dans la mémoire collective4.

6Et pourtant, certains événements témoignent de l’émergence de micro-espaces privilégiés où les échanges de savoirs techniques se sont condensés autour des dégâts. En 1616, Louis Du Thoum publie un traité sur les tremblements de terre dont le contenu néo-aristotélicien est sans surprise, sauf pour un chapitre sur les « remèdes naturels » (Du Thoum 1616 : 193-211). Ces pages exposent les enseignements du tremblement de terre de La Bollène-Vésubie en 1564, tels qu’ils lui ont été rapportés dans son enfance par ses parents, alors habitants de ce lieu. Sa mère « fut sauvée soubs la voute d’un degré ou escalier, avec un enfançon qu’elle tenoit en ses bras, quoy que toute la maison eust fondu sur elle, & eust accablé & tué tous ses domestiques » (ibid. : 198). L’efficacité protectrice de la voûte est confirmée par ce que l’on voit « à Naples, o[ù] les maisons qui sont à fleur de terre, sans voûte ni cave, sons subjectes outre mesures à tels mouvemens [séismes], par ainsi les voutes & arcades y sont bonnes, comme les arboutans & glacis qu’on faict és angles d’une muraille » (ibid. : 201). En quelques mots, Du Thoum expose cinq techniques antisismiques avérées : la voûte, l’arcade, la solidité et la profondeur des fondations, les renforts extérieurs (arcs-boutants, contreforts, arc posé sur un autre bâtiment) et le renforcement des angles.

7Il s’interroge ensuite sur les sites et les terrains qui protègent le mieux des tremblements de terre, croisant auteurs antiques et observations locales. Les habitants de l’arrière-pays niçois connaissaient de façon expérimentale la manière dont des terrains meubles et instables amplifient les ondes sismiques et les dégâts, tandis que les roches solides, tels les calcaires, sont plus favorables aux constructions (ibid. : 207 ; Zacek 1996 : 147). Toutes ces remarques pertinentes renvoient à un savoir empirique, qui peut être qualifié de culture locale. En effet, Du Thoum explique clairement que ces connaissances permettent de lutter contre les séismes qui vont se reproduire, car les habitants de la région l’ont fait dans le passé (Du Thoum 1616 : 211). Il s’appuie sur une mémoire orale qui lui a été léguée par ses parents et par les habitants du lieu avec lesquels il a gardé des relations (le texte est rempli de la nostalgie du pays et fait allusion à des séjours postérieurs à l’enfance). Autre argument, la connaissance des propriétés parasismiques des sites s’est transmise : ainsi, les avantages du rocher sur lequel est bâti Lantosque ont été remarqués « encore de ceux qui ont la mémoire fraîche du dernier qui courut toute la conté de Nice, l’an 1610 (À ce qu’on m’a dit) » (ibid. : 207).

8Pourquoi ces pratiques locales ont-elles été si mal prises en compte par l’historiographie ? Ces cultures techniques issues de la mémoire des événements procèdent par des modifications de routine et ne relèvent pas de l’histoire des savoirs scientifiques et des rationalités, qui a eu la faveur des études (Callens 2005). Ces cultures ne sont pas toujours durables, car très sensibles à la récurrence des aléas et aux autres malheurs des temps (les variations climatiques et les difficultés agricoles, les épidémies, les ravages de la guerre…). Le renforcement du bâti est souvent polyfonctionnel. Il relève d’un art du bien construire susceptible de répondre à différents phénomènes naturels et qui obéit à une nécessité plus générale : la préservation et la transmission d’un capital immobilisé en pierres. Le risque de fissures et d’écartement des murs prend une forme particulièrement aiguë lors d’un séisme, mais il peut provenir d’une période de sécheresse, qui entraîne la contraction de certains types de terrains, ou de fortes pluies, qui corrompent les murailles.

9Ces difficultés sont redoublées par les méthodes d’investigation de l’historien. Très peu d’imprimés donnent accès à la catastrophe au village avant le xviiie siècle (et surtout sa deuxième moitié). Les sources narratives, massivement privilégiées par les études, ne reflètent pas la face cachée du risque, contenue dans les documents de la pratique : délibérations, comptabilités, dossiers de procès, archives notariales… La mise en récit de la catastrophe indique une volonté de communication vers l’extérieur de la communauté touchée ou à destination des successeurs. Le tremblement de terre de Manosque en 1708, en Provence, montre que peu de groupes font preuve de telles stratégies. Les nombreuses sources narratives, souvent intitulées « le tremblement de terre de Manosque », sont toutes rédigées par des Manosquins, et en premier lieu par les autorités de la ville. Les villages environnants n’apparaissent pas dans ces narrations identitaires et urbaines, alors que les réparations témoignent de la réalité des dégâts subis (Quenet, Baumont, Scotti & Levret 2004 : 583-597).

10À ce régime local et empirique se superpose un autre régime, déterritorialisé et théorique. Les tremblements de terre sont à la croisée de plusieurs types de discours et de plusieurs objets de la culture savante, mobilisant des références et des traditions variées. Les prodiges sont une figure centrale de la pensée de la Renaissance. Ils regroupent les phénomènes rares et inhabituels qui renvoient à l’idée de variété, centrale dans la conception de la nature. À la fois différents et proches des monstres, ils ont donné lieu, eux aussi, à trois types de discours : médical et scientifique (grâce à une typologie des formes), herméneutique à visée apologétique (pour une interrogation sur la causalité transcendante), rationaliste (par la réduction à l’inaccoutumé) (Céard 1996 : 4-6). Les secousses peuvent être aussi des présages, relevant de l’art de la divination et de l’astrologie. Les astrologues tentent de percer les secrets des signes qui annoncent le destin des hommes, s’interrogeant sur les monstres, le mouvement des planètes, les comètes et tous les événements extraordinaires (Drévillon 1996 : 10-11). Enfin, les manifestations de Dieu sont innombrables, des simples signes aux prophéties, ces discours inspirés à un homme élu (ibid. : 11 ; Demerson & Dompnier 1993 : 7-10).

  • 5 Déclaration de ce qui s’est passé… 1618 ; Bref Récit de l’horrible Tremblement de terre… [1627 ?]. (...)

11Au xviie siècle, ces registres n’ont pas disparu. Ils continuent à informer les perceptions locales, couchées sur les pages des livres de raison, consignées dans les marges des registres paroissiaux (Quenet 2005b : chap. vii). Sous Louis xiii, la monarchie ne se prive pas d’exploiter la valeur de présage des séismes pour discréditer les protestants, après la secousse du 3 juillet 1618 en Béarn, puis dans l’affaire de la Valteline en 16275. Dans ces innombrables textes, le tremblement de terre est mal défini, le mot pouvant désigner aussi bien des séismes, des ouragans ou des glissements de terrain. Cet objet mal constitué est peu territorialisé, car le présage peut surgir en n’importe quel point du royaume, il s’adresse potentiellement à chacun des pécheurs. L’étendue du phénomène importe peu face à la relation verticale qui relie les hommes à Dieu. L’intensité de l’aléa compte moins que la signification de cet événement rare. Les mêmes mots, « un grand tremblement de terre », désignent une secousse faible comme un choc destructeur (ibid.).

12Peu de passages existent entre, d’un côté, l’échelle locale de l’expérience et de la gestion des catastrophes et, de l’autre côté, les discussions sur les tremblements de terre à l’échelle du royaume. Louis Du Thoum est une figure exceptionnelle de passeur et d’hybridation, position qui tient à sa biographie. Un autre cas exemplaire, le tremblement de terre pyrénéen du 21 juin 1660, voit la rencontre brutale entre une des plus violentes secousses de l’histoire française et le jeune Louis xiv, de retour de son mariage à la frontière avec l’Espagne. De mauvaises rumeurs sont attestées à Bordeaux et à Paris, agitant la menace d’un règne marqué par la peste et les impôts (Gebelin 1918 ; Patin 1707 : t. II, 67). Ces mauvais présages sont neutralisés par la déréalisation littéraire du phénomène naturel, converti en signe positif de la puissance royale qui fait trembler la terre (Relation véritable… 1660). La mise en spectacle des secousses par l’opéra et le théâtre transforme l’aléa en catastrophe, au sens étymologique. Les séismes deviennent inoffensifs, le signifiant l’emporte sur la signification, le spectacle sur le prodige. L’article « Trembler » du Dictionaire [sic] universel de Furetière consacre cette trajectoire en unifiant l’origine mythologique et la métaphore politique : « On dit aussi d’une grande puissance & autorité, qu’elle fait tout trembler, qu’elle tient dans la crainte & dans le respect. Le Roy fait trembler toute l’Europe. Racine en parlant d’Alexandre, a dit élégamment : Et la terre en tremblant se taire devant vous » (Furetière 1690 : t. III, art. « Trembler »).

  • 6 Archives communales de Manosque (Ba 151 : délibérations du 26 août 1708 [f°.140]).

13En revanche, les témoins peuvent participer aux deux régimes de la catastrophe en même temps, comme deux niveaux de perception non articulés et non contradictoires. Les lectures religieuses et providentialistes des catastrophes sont jugées à tort exclusives des explications physiques et des mesures de protection. Le 26 août 1708, la première réunion du conseil de ville de Manosque après le désastre aboutit à trois décisions, qui ne se contredisent en rien : le vœu d’une procession annuelle et perpétuelle pour remercier la Vierge, l’envoi de députés à Aix-en-Provence auprès de l’intendant pour obtenir des réductions d’impôts et des délais de paiement, le recrutement de gardes pour patrouiller dans la ville abandonnée et empêcher les pillages6. Les mêmes savants et lettrés qui discutent de l’origine divine de la catastrophe et des prodiges n’ont aucune difficulté à passer de cette cause première de la nature à la cause seconde, celle des mécanismes physiques, située dans un plan séparé. Dans le traité de Louis Du Thoum, le chapitre sur les « remèdes naturels » suit, sans aucune contradiction, celui sur les « remèdes surnaturels » (Du Thoum 1616).

La naissance d’un risque

14Comment se modifie l’Ancien Régime des catastrophes ? La mise en risque permet de passer du premier niveau de la connaissance empirique et de la mémoire de l’expérience aux étages supérieurs, sur la voie de l’objectivation des phénomènes naturels et de l’émergence de nouvelles préoccupations sociales. Au xviiie siècle, deux régimes se rencontrent, celui de la gestion routinière et locale de la catastrophe, et celui du débat théorique à partir de questions largement débattues autour d’événements partagés en dehors de l’aire des dégâts. Loin de supprimer ces deux champs, cette articulation entre l’espace public et l’espace local fait naître des questions et des réseaux inédits.

  • 7 Pour une comparaison internationale, voir Quenet (2005 : chap. ix).

15La mise en branle de ce processus est difficilement imputable à un dessein monarchique. Depuis longtemps, le roi peut intervenir après une catastrophe exceptionnelle, par la vertu de la grâce et de la libéralité royales. Pour les tremblements de terre, la plus ancienne demande de réduction d’impôts est adressée en 1481 par la ville de Clermont au roi Louis XI, après le séisme du 29 juin 1477. En revanche, une telle demande reste exceptionnelle : aucun séisme majeur, c’est-à-dire d’intensité supérieure ou égale à VII sur l’échelle msk, ne semble concerné entre 1600 et le début des années 1680, y compris celui de 1660 dans les Pyrénées. À partir des années 1680, les demandes d’aide semblent plus nombreuses mais toujours sans régularité, et les réponses accordées demeurent très modestes7. L’État n’intervient pas lors des secours d’urgence, ni lors de la reconstruction. Les sollicitations se bornent à demander une réduction d’impôt, c’est-à-dire un allégement temporaire du prélèvement royal permettant à la communauté de reconstituer ses forces. Autre argument en défaveur d’un programme d’action sur la nature la mise en place progressive de : dispositifs d’indemnisation plus réguliers, à partir de la seconde moitié du xviie siècle, se fait province par province et bien souvent à l’initiative des autorités provinciales, en particulier dans les pays d’États (Favier 2002 : 71-104).

16L’intervention systématique de la monarchie est donc bien tardive et peut être datée surtout des années 1770. En revanche, dès le début du xviiie siècle, les victimes de catastrophes s’adressent de plus en plus souvent à l’État. Cette circulation croissante d’information et de discours entre les différents échelons du pouvoir, du village à Versailles, révèle et accélère un mouvement profond : la prise de parole par les communautés. Le séisme de Manosque en 1708 représente un tournant, car, si la ville n’obtient quasiment rien (un délai d’un an pour payer la capitation, et l’exemption du logement de troupes l’année du désastre), elle fait preuve d’un activisme étonnant et précurseur, n’hésitant pas à distribuer dans toute la province ses récits du tremblement de terre, depuis l’évêque de Sisteron jusqu’au gouverneur de Provence (Quenet 2005b : chap. vi).

  • 8 Série de secousses sismiques rapprochées d’importance égale.
  • 9 Courrier de Monaco, n° 14, 16 février 1773 ; Gazette de France, n° 13, 12 février 1773 ; ibid., n° (...)

17Dans la deuxième moitié du xviiie siècle, une telle attitude se généralise. Après l’essaim sismique8qui touche le Tricastin de juin 1772 à janvier 1773, le village de Clansayes bénéficie de trois articles dans la Gazette de France, un dans le Journal de physique, un autre dans le Mercure de France et le Journal encyclopédique, deux dans le Journal historique et politique, sans oublier le Courrier de Monaco9. Les thèmes développés dans ces articles sont condensés dans une « Relation des tremblements de terre principalement ressentis à Clansayes », rédigée à l’initiative de la communauté (Revol 1773). Signée par le subdélégué, le curé et les consuls, elle a été dressée en trois exemplaires, l’un pour l’intendant, le deuxième pour le greffe de la subdélégation et le troisième pour les archives du lieu. Destinée aux générations futures, la relation doit permettre de lutter contre les tremblements de terre grâce à la connaissance du danger. La mise en scène des malheurs des habitants illustre les liens nouveaux entre l’aire de la catastrophe et la scène nationale. Les victimes deviennent le miroir des valeurs des Lumières : sensibilité, sociabilité et bienfaisance. La valorisation de la catastrophe unit les souffrances individuelles et les sentiments universels. Ce statut privilégié fonde du même coup l’identité du lieu, la potentialité identitaire de la catastrophe éclipsant les villages voisins. La territorialisation des catastrophes s’agrège donc à des enjeux de pouvoir.

18Désormais, la communication vers l’extérieur est de plus en plus fréquente. Les sources narratives se multiplient, diminuant de fait la part de la face cachée de la gestion locale des catastrophes. La publication de correspondances et de relations locales par des périodiques nationaux dans l’affaire de Clansayes n’est pas du tout un cas isolé. « Publication » et « communication » sont des mots incomplets, car il s’agit en fait d’un autre type de discours, destiné à ceux qui n’ont pas subi la catastrophe. Avant que la monarchie intervienne régulièrement, les communautés adoptent le langage de l’État dans leurs demandes de secours, contribuant à façonner un nouvel objet. Les faux tremblements de terre de la deuxième moitié du xviiie siècle témoignent de la manière dont certaines localités estiment que leurs chances de réussite sont accrues avec un événement soudain, brusque et imprévisible. En décembre 1775, les autorités de Villefranche-de-Rouergue mettent en avant un séisme au lieu d’un glissement de terrain, mais l’intendant refuse toute imputation tellurique et accuse le mauvais entretien des bâtiments (Quenet 2005b : chap. ix).

19L’intensification du maillage du territoire joue un rôle décisif dans la naissance de ce risque nouveau. Les procès-verbaux manuscrits de l’Académie royale des sciences de Paris témoignent des progrès des réseaux académiques. La principale institution scientifique du royaume a consacré 198 interventions aux séismes entre 1666 et 1789, au cours de 136 séances, contre seulement 18 aux inondations et 3 aux incendies (Académie royale des sciences 1666-1789). Le tournant se situe au milieu des années 1740, car la période antérieure ne réunit que 13,5 % des mentions. Cette montée en puissance coïncide avec un basculement géographique des références, consacrées pour 60 % d’entre elles aux secousses du royaume après cette date, contre moins d’un tiers avant. Plusieurs facteurs interviennent, comme le doublement du nombre de correspondants de l’Académie, l’accélération des transports et de la circulation de l’information, ou encore le projet utilitaire qui anime les académiciens. Les savants découvrent les tremblements de terre du royaume et voient leurs connaissances devenir incertaines. Ces phénomènes sont plus nombreux qu’ils ne l’imaginaient, et originaux par rapport aux zones sismiques connues. À partir de là, les secousses bénéficient d’une attention nouvelle, et les informations se multiplient.

20Les écritures des curés écrivains dans les registres paroissiaux montrent la constitution d’une mémoire locale de la catastrophe : le bon prêtre est attentif aux événements survenus dans sa paroisse et sensible aux nouvelles valeurs d’utilité sociale, aux malheurs du peuple. La presse, notamment la Gazette de France et les Affiches provinciales, témoigne d’un intérêt grandissant pour les tremblements de terre après 1750, informant de mieux en mieux des lecteurs de plus en plus nombreux. Cette évolution fait d’ailleurs naître un nouveau débat sur les récits de catastrophes, conçus comme une sphère dégradée de l’actualité, propice aux superstitions. Cette curiosité intense renouvelle les connaissances et fonde une tradition sismologique inédite, remplaçant celle qui était issue de l’Antiquité et de la Renaissance.

21La circulation accrue de l’information, l’émergence de nouvelles préoccupations, l’ouverture des sociétés, coïncident avec la mise en place de procédures administratives originales, qui accélèrent la laïcisation du regard sur la nature. L’édit de 1695 sur la réparation des églises et presbytères instaure la codification juridique de la catastrophe (« Édit portant règlement… » 1821-1833). Pour la première fois se trouve définie la responsabilité des différentes parties, c’est-à-dire les gros décimateurs, les paroissiens et le curé. Ce dernier est chargé de l’entretien courant tandis que les réparations exceptionnelles incombent aux deux autres. Cette loi se traduit presque immédiatement par de multiples procès suite aux catastrophes naturelles, pour définir la cause exacte des dommages matériels (archives communales de Manosque [Ga 20] ; Archives nationales [H1 1437]). Ces controverses sur la responsabilité se développent sans qu’apparaisse pour autant une théorie générale de la responsabilité. Elles rentrent en résonance avec la multiplication des discours sur les catastrophes et la prise de parole des communautés. L’intervention de la monarchie apparaît moins comme le prolongement des fonctions de l’État que comme l’adaptation à cette configuration juridique et administrative inédite.

22Mises bout à bout, ces évolutions révèlent la constitution d’un nouvel objet. À la fin du xviiie siècle, les tremblements de terre ne désignent plus des glissements de terrain ni des ouragans, mais bien des séismes. Les savants ont joué un rôle déterminant, car, devant ces secousses modérées et limitées dans l’espace, ils ont inventé un nouveau regard. Les observateurs doivent relever l’heure exacte, la durée, l’orientation, les effets sur les hommes et les objets, et éventuellement des indications complémentaires (la température, la pression atmosphérique, les coïncidences diverses). Ce protocole d’observation se diffuse largement parmi les correspondants de la république des lettres, mais aussi au sein des lecteurs des périodiques, du public éclairé. Les livres de raison reflètent ces modifications. En 1728, l’abbé Aubert pouvait écrire dans le Journal de Trévoux :

Nous venons d’apprendre qu’un tremblement de terre s’est fait sentir à Saint Domingue & aux autres Isles de l’Amérique, & quoiqu’on n’en sçache pas encore le détail, il paroit certain que le ravage y a été très considérable.

Il est vrai que nous n’avons rien de semblable à craindre dans notre France. Les tremblemens de terre ne s’y font sentir que pour nous avertir, ce semble, avec plus de promptitude des malheurs & des désastres qu’éprouvent les autres Païs. (« Sur les tremblements de terre… » 1728.)

23Quelques décennies plus tard, le ton est totalement différent, lorsque se produit en Bourgogne, le 6 juillet 1783, une secousse modérée :

L’an mil sept cent quatre vingt trois le six juillet une secousse de tremblement de terre s’est fait sentir pendant l’espace de deux secondes à dix heures précises du matin on disoit la messe de paroisse à St Pierre. L’abbé Monrot débitoit son prône faisoit le tableau du désastre de la Calabre descendit de la chaire cherchant en tremblant a se sauver du péril dont on étoit menacé, à peine les portes suffisoient sous le passage des fidèles qui cherchaient hors de l’église, à peine resta-t-il quelques paroissiens qui à l’invitation de Mr Virely curé assistèrent au restant de la messe plus par crainte je présume que par dévotion. Cela causa un trouble inexprimable et il le fut d’autant pieux qu’on attribua ce mouvement à des brouillards secs et sulphureux, qui durant dix neuf jours sans interruption on couvert la surface de la terre et obscurci l’atmosphere et sans une goutte de rosée, chose extraordinaire. Ces brouillards ont continué encore longtemps on craignoit qu’à l’époque de dix neuf autres jours on auroit un autre tremblement de terre et plus violent. (Archives privées, Société archéologique de Beaune.)

  • 10 Pour une argumentation complète, voir Quenet (2005a).
  • 11 Paris, Académie royale des sciences, manuscrit, registre des procès-verbaux des séances, 31 janvier (...)

24Entre ces deux textes, Lisbonne a été touchée par le fameux tremblement de terre du 1er novembre 1755. Il est difficile de rendre justice en si peu de lignes à un tel événement, et il est préférable de s’en remettre à la bibliographie la plus récente (Braun & Radner 2005 ; Araujo 2005). L’argumentation se bornera ici à souligner quelques points et l’étendue des assemblages, jusque-là sous-estimée par l’historiographie10. Les contemporains ont été autant frappés par le séisme à Lisbonne que par les secousses qui ont agité l’Europe pendant des mois. Les effets du séisme du 1er novembre ont été ressentis de l’Islande au Maroc, des États allemands à Boston11. Devenus plus attentifs aux phénomènes sismiques – ceux-ci sont mis en relation les uns avec les autres et enregistrés de manière plus fine –, les contemporains ont la conviction que les secousses sont plus nombreuses après 1755 : « Jamais les secousses de tremblement de terre ne furent ni si étendues ni si fréquentes, que depuis quelques années », affirme Jean-Baptiste-René Robinet (1761 : 64). Cette amplification alimente l’imaginaire de la destruction des sociétés par les calamités, accentuant la sensibilité des Lumières à l’égard des catastrophes, au moment où le poids réel des malheurs des temps diminue. Cette menace nouvelle fait à son tour du mal physique un scandale, au moment où Voltaire défend cette thèse philosophique et religieuse dans son Poème sur le désastre de Lisbonne.

25Le 1er novembre 1755 réussit à cristalliser des thèmes de discussion dont le sens était déjà fixé, et il mobilise des réseaux déjà constitués. Le débat sur le mal est largement antérieur, il avait regagné en acuité depuis la fin du xviie siècle. Le débat physique sur le rôle des catastrophes naturelles dans la formation de la Terre se déplace vers la difficulté à expliquer la diffusion instantanée d’une secousse sur des milliers de kilomètres. L’espace public des débats sur les tremblements de terre incorpore désormais la diversité locale des expériences, apportant un appui décisif au processus de territorialisation et de publicisation de l’événement. La laïcisation de la catastrophe réside moins dans le rejet des interprétations religieuses, qui reste très relatif, que dans la transformation du drame en événement contingent situé dans un temps et dans un espace précis. Avec Lisbonne, la catastrophe accède à l’histoire, elle n’est plus un signe interchangeable avec d’autres signes de la nature, tirant sa signification d’un au-delà intemporel. Elle s’éloigne de son sens étymologique, théâtral, de dénouement et de recommencement. Elle devient une rupture du cours ordinaire des choses délimitant un avant et un après.

26L’historicisation de la catastrophe se traduit par des liens nouveaux entre passé, présent et futur. Pour la première fois depuis des siècles, le degré de risque accepté par les hommes a changé, l’amplification sociale du risque de tremblement de terre en 1755 ouvre la voie à de nouveaux venus : les volcans, l’intoxication par le plomb… Le retentissement de Lisbonne met en relation, avec une acuité neuve, la scène nationale des débats et l’expérience locale du désastre, accélérant la prise de parole par les populations. Le sentiment de la multiplication des tremblements de terre crée une nouvelle tension entre le sentiment de fragilité et la promesse du triomphe de la nature. La politisation de la catastrophe met fin à la distance prudente qui existait entre les souverains et les catastrophes naturelles, qui sont désormais des situations de crise capables d’ébranler la légitimité du pouvoir politique. La catastrophe devient enfin un enjeu social, confrontant des lectures concurrentes. Le débat sur celle de Lisbonne amène à remplacer la question traditionnelle « quelle est la justice divine ? » par la question de l’économie des relations entre les générations : « Prenons-nous assez d’intérêt au bonheur des siècles futurs pour sacrifier un bien présent à un mal éloigné, et qui perd une partie de sa réalité par l’éloignement dans lequel on se le représente ? » (Montignot 1756 : 151).

Conclusion

27Dans le temps long, menaces, catastrophes et risques ne se déploient pas comme des paradigmes succédant l’un à l’autre. Ils dialoguent au contraire dans un temps court. Une catastrophe subie peut donner naissance à un premier niveau de risque, l’inscription dans la mémoire collective des victimes de la possibilité d’un désastre identique. A contrario, la naissance du risque tremblement de terre dans la deuxième moitié du xviiiesiècle alimente les figures de la catastrophe, cette hantise de ne pas parvenir à se protéger, ce fantasme de la destruction généralisée (Le Brun 1991). Une catastrophe possible, tels les séismes français, n’est pas identifiée comme une menace dans l’espace du royaume avant les années 1740, le risque sismique restant cantonné à son degré local.

28À l’époque moderne, de nombreux aléas naturels sont perçus et vécus comme des catastrophes, c’est-à-dire des événements désastreux, qui rompent le cours ordinaire des choses. Mais la notion de risque est opératoire avant les Lumières, à condition de renoncer au partage temporel entre société de la catastrophe et société du risque, c’est-à-dire à une conception du progrès historique identifié à la prise de contrôle progressive des dangers naturels par les hommes. L’objectivation et la codification des tremblements de terre font glisser de la simple potentialité à la menace et à la probabilité, participant à la recomposition et à la reformulation des dangers et des peurs qui caractérisent les Lumières. Seule une menace non identifiée comme les séismes pouvait soutenir ce processus décisif, l’objectivation des aléas les plus fréquents étant largement engagée avant le xviiiesiècle. Le processus demeure d’ailleurs incomplet, car les politiques de la catastrophe portées par les Lumières restent à l’état de projets et se traduisent peu dans les faits, en tout cas pour les séismes.

29Sur la longue durée, la période moderne conduit bien, d’une part, à la prise en charge étatique des dangers, d’autre part, à la naturalisation et à la laïcisation des catastrophes. Mais, il ne s’agit que de la conséquence du processus souterrain de mise en risque et d’articulation des deux régimes d’appréhension des aléas, le local et le national. Le schéma téléologique qui a longtemps informé l’historiographie des catastrophes naturelles à l’époque moderne doit être rejeté. Le programme de rationalisation et de gestion de la nature n’est que l’aboutissement de la naissance de risques nouveaux et non le moteur du déroulement historique. Lorsque naissent, au xixesiècle, les concepts de risque, de responsabilité, de pollution, les évolutions ont déjà eu lieu sur le terrain et dans les pratiques.

Haut de page

Bibliographie

Académie royale des sciences,

Registre des procès-verbaux des séances (1666-1789), 107 vol.

Araújo ana cristina, 2005

O terramoto de 1755. Lisboa e a Europa, Lisbonne, ctt.

Archives communales de Manosque,

Ba 151 : délibérations (1708).

Archives communales de Manosque,

Ga 20 : procès avec le chapitre de Forcalquier au sujet de la réparation de l’église Saint-Sauveur (1731).

Archives nationales,

H1 1437 : mémoires sur la réparation des églises et presbytères.

Archives privées, Société archéologique

de Beaune : Journal de Clemencet, tailleur de pierre.

Barrué michel, 2002

« Le risque vécu et construit en pays montagnard pyrénéen : le cas des villages des hautes vallées du Lavedan dans les Pyrénées centrales françaises », in René Favier (dir.), Les Pouvoirs publics face aux risques naturels dans l’histoire, op. cit., pp. 175-194.

Beck ulrich, 2001

La Société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier, coll. « Alto ».

Beck ulrich, 2009

World at Risk, Cambridge (uk), Polity Press.

Boudia soraya & nathalie Jas, 2007

« Introduction: risk and “risk society” in historical perspective », History and Technology, vol. 23, n° 4, pp. 317-331.

Braun theodore e. d. & john b. Radner(dir.), 2005

The Lisbon Earthquake of 1755. Representations and Reactions, Oxford, Voltaire Foundation, coll. « Studies on Voltaire and the Eighteenth Century ».

Bref récit de l’horrible tremblement de terre, advenu le 30 juillet, en cette année 1627, en la Pouille, province du royaume de Naples, et des estranges effects d’iceluy. Extraits de plusieurs lettres et advis d’Italie qui tous en conferment l’histoire,

[1627 ?], Grenoble, R. Cocson.

Callens stéphane, 2005

« Grégory Quenet, 2005, Les Tremblements de terre aux dix-septième et dix-huitième siècles. La naissance d’un risque, Seyssel, Champ Vallon, 587 p. », Développement durable et Territoires. Disponible en ligne : http:// developpementdurable.revues.org/index937. html [consulté en novembre 2009].

Céard jean, 1996 [1977]

La Nature et les Prodiges. L’insolite au xvie siècle, Genève, Librairie Droz, coll. « Titre courant ».

Cœur denis, 2008

La Plaine de Grenoble face aux inondations. Genèse d’une politique publique du xviie au xxe siècle, Versailles, Éditions Quae.

Courrier de Monaco, 1773.

Déclaration de ce qui s’est passé sur le restablissement de la religion catholique, apostolique, et romaine, au pays de Béarn. Avec le discours du tremblement de terre, et autres prodiges qui y sont arrivez, 1618,

Paris, Martin.

Delort robert & françois Walter, 2001

Histoire de l’environnement européen, Paris, puf, coll. « Le nœud gordien ».

Delumeau jean, 1978

La Peur en Occident. xive-xviiie siècles, une cité assiégée, Paris, Fayard.

Delumeau jean & yves Lequin(dir.), 1987

Les Malheurs des temps. Histoire des fléaux et des calamités en France, Paris, Larousse.

Delvaux pascal, Walter françois & bernardino Fantini (dir.), 2006

Les Cultures du risque (xvie-xxie siècle), Genève, Presses d’histoire suisse, coll. « Travaux d’histoire suisse ».

Demerson geneviève & bernard Dompnier (dir.), 1993

Les Signes de Dieu aux xvie et xviie siècles, actes du colloque organisé par le Centre de recherches sur la Réforme et la Contre- Réforme (Clermont-Ferrand), Clermont- Ferrand, Association des publications de la faculté des lettres et sciences humaines de Clermont-Ferrand, coll. « Faculté des lettres et sciences humaines de l’université Blaise-Pascal. Nouvelle série ».

Dion roger, 1961

Histoire des levées de la Loire, Paris, Aubenas.

Drévillon hervé, 1996

Lire et écrire l’avenir. L’astrologie dans la France du Grand Siècle, 1610-1715, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Époques ».

Du Thoum louis, 1616

Le Tremble-terre, où sont contenus ses causes, signes, efforts et remèdes, Bordeaux, G. Vernoy.

« Édit portant règlement pour la juridiction ecclésiastique (1695) »,

in Isambert, Decrusy, Jourdan et al., Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420 jusqu’à la révolution de 1789, Paris, Belin- Leprieur / Verdière, 1821-1833, vol. 20, 1er juin 1687 - 1er septembre 1715, pp. 243- 257. Disponible en ligne, http://courde- france.fr/article348.html [consulté en décembre 2009].

Fabiani jean-louis & jacques Theys, 1987 La Société vulnérable. Évaluer et maîtriser les risques, Paris, Presses de l’École normale supérieure.

Favier rené(dir.), 2002

Les Pouvoirs publics face aux risques naturels dans l’histoire, actes du 2e colloque international sur l’histoire des risques naturels, organisé à la msh-Alpes (Grenoble, 22-24 mars 2001), Grenoble, Publications de la msh-Alpes.

Favier rené, 2006

« Sociétés urbaines et culture du risque. Les inondations dans la France d’Ancien Régime », in Pascal Delvaux, François Walter & Bernardino Fantini (dir.), Les Cultures du risque, op. cit., pp. 49-86.

Ferrières madeleine, 2002

Histoire des peurs alimentaires. Du Moyen Âge à l’aube du xxe siècle, Paris, Éditions du Seuil, coll. « L’univers historique ».

Franklin james, 2001

The Science of Conjecture. Evidence and Probability before Pascal, Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

Furetière antoine, 1690

Dictionaire [sic] universel, La Haye/ Rotterdam, Arnout & Reinier Leers.

Gazette de France, 1773.

Gébelin françois (dir.), 1918

« Récit de la Fronde à Bordeaux, par Cayrac », Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde, t. XI.

Gilbert claude, 2002

« Risques, crises et histoire. Quelques attentes à l’égard des historiens », in René Favier (dir.), Les Pouvoirs publics face aux risques naturels dans l’histoire, op. cit., pp. 363-376.

Gilbert claude (dir.), 2003

Risques collectifs et situations de crise. Apports de la recherche en sciences humaines et sociales, Paris, L’Harmattan, coll. « Risques collectifs et situations de crise ».

Groh dieter, Kempe michael & franz Mauelshagen (dir.), 2003

Naturkatastrophen. Beiträge zu ihrer Deutung, Wahrnehmung und Darstellung in Text und Bild von der Antike bis ins 20. Jahrhundert, Tübingen, Gunter Narr Verlag, coll. « Literatur und Anthropologie ».

Guerreau alain, 1997

« L’Europe médiévale : une civilisation sans la notion de risque », Risques, n° 31, « Assurances et sociétés industrielles », pp. 11-18.

Helly bruno, 1988

« Vulnérabilité et protection du patrimoine culturel dans les zones à risque sismique », in Ferruccio Ferrigni (dir.), San Lorenzello. À la recherche des « anomalies » qui protègent le bâti, Ravello, Centre universitaire européen pour les biens culturels.

Helly bruno, 1995

« Local seismic cultures : a european research program for the protection of traditional housing stock », Annali di geofisica, vol. 38, n° 5-6, pp. 791-794.

Historische Sozialforschung, 2007

n° 121, vol. 32, n° 3, numéro spécial, « Historische Katastrophenforschung: Begriffe, Konzepte und Fallbeispiele », dirigé par Gerrit J. Schenk & Jens-Ivo Engels.

Jakubowski-Tiessen manfred, 1992

Sturmflut 1717. Die Bewältigung einer Naturkatastrophe in der Frühen Neuzeit, Munich, R. Oldenbourg Verlag, coll. « Ancien Régime Aufklärung une Revolution ».

Journal de physique, 1773.

Journal encyclopédique ou universel, 1773.

Journal historique et politique, 1773.

Kempe michael & christian Rohr (dir.), 2003

« Coping with the unexpected. Natural disasters and their perception », Environment and History, vol. 9, n° 2, pp. 123-126.

Lambert jérôme, Levret-Albaret agnès, Cushing marc & christophe Durouchoux (dir.), 1996

Mille Ans de séismes en France (catalogue d’épicentres, paramètres et références), Nantes, Ouest éditions.

Latour bruno, 2003

Un monde pluriel mais commun. Entretiens avec François Ewald, La Tour-d’Aigues / Paris, Éditions de l’Aube / Maison de la radio, coll. « Monde en cours. Intervention », série « vo ».

Le Brun annie, 1991

Perspective dépravée. Entre catastrophe réelle et catastrophe imaginaire, Bruxelles, La Lettre volée.

Lebrun françois, 1987

« La protection du monarque (1660‑1800) », in Jean Delumeau & Yves Lequin, Les Malheurs des temps. Histoire des fléaux et des calamités en France, op. cit., pp. 321-366.

Mercure de France, 1773.

Montignot (abbé), 1756 [février]

« Lettre sur à l’auteur du Mercure sur le tremblement de terre arrivé à Lisbonne, le 1er novembre 1755 », Mercure de France, p. 149-163.

Patin guy, 1707 [1683]

Lettres choisies de feu M. Guy Patin, La Haye, H. Van Bulderen.

Pfister christian(dir.), 2002

Le Jour d’après. Surmonter les catastrophes naturelles : le cas de la Suisse entre 1500 et 2000, Berne / Stuttgart / Vienne, Haupt.

Piron sylvain, 2004

« L’apparition du resicum en Méditerranée occidentale, xiie-xiiie siècles », in Emmanuelle Collas-Heddeland, Marianne Coudry, Odile Kammerer, Alain Lemaître & Brice Martin (dir.), Pour une histoire culturelle du risque. Genèse, évolution, actualité du concept dans les sociétés occidentales, Strasbourg, Éditions Histoire et Anthropologie, pp. 59-76

Piron sylvain, 2007

« Le traitement de l’incertitude commerciale dans la scolastique médiévale », Journal électronique de l’histoire des probabilités et de la statistique, vol. 3, n° 1. Disponible en ligne, http://www.jehps.net/Juin2007/ Piron_incertitude.pdf [consulté en novembre 2009].

Quenet grégory, 2005a

« Déconstruire l’événement. Un séisme philosophique ou une catastrophe naturelle ? », in Theodore E. D. Braun & John B. Radner (dir.), The Lisbon Earthquake of 1755. Representations and Reactions, op. cit., pp. 127-144.

Quenet grégory, 2005b

Les Tremblements de terre aux xviie et xviiie siècles. La naissance d’un risque, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Époques ».

Quenet grégory, Baumont david, Scotti oona & agnès Levret, 2004

« The 14 August 1708 Manosque, France earthquake: new constraints on the damage area from in-depth historical studies », Annals of Geophysics, vol. 47, nos 2/3, avril-juin 2004, pp. 583-597. Disponible en ligne, http://www.earth-prints.org/ bitstream/2122/783/1/21Quenet.pdf [consulté en novembre 2009].

Relation véritable du tremblement de terre arrivé à Montauban, Monpesat & dans plusieurs autres provinces du royaume, en cette présente année

1660, Paris, Jean Promé, 1660.

Revol a., 1773

« Relation des tremblements de terre principalement ressentis à Clansayes », archives municipales de Clansayes. Reproduit in André Lacroix, L’Arrondissement de Montélimar. Géographie, histoire, statistique, t. III, Valence, Combier et Nivoche, 1873, pp. 246-254.

Robinet jean-baptiste-rené, 1761

De la nature, Amsterdam, Evert Van Harrevelt.

Roqueplo philippe, 1995

« Débat », in Collectif, Programme risques collectifs et situations de crise (Département des sciences de l’homme et de la société du cnrs), actes de la première séance (15 novembre 1994), Grenoble, Claude Gilbert, p. 36.

« Sur les tremblements de terre par le Père Aubert de la Compagnie de Jésus », Journal de Trévoux, juin 1728,

pp. 1056-1081.

Tranchant mathias, 2008

« La “culture” du risque chez les populations usagères des mers et littoraux du Ponant (xie-xvie siècles) : première approche d’une histoire à construire », Revue d’histoire maritime, n° 9, « Risque, sécurité et sécurisation maritimes depuis le Moyen Âge », pp. 9-35.

Walter françois, 2008

Catastrophes. Une histoire culturelle, xvie-xxie siècle, Paris, Éditions du Seuil, coll. « L’univers historique ».

Zacek milan, 1996

Construire parasismique. Risque sismique, conception parasismique des bâtiments, réglementation, Marseille, Éditions Parenthèses.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Tranchant (2008 : 9-11).

2 Voir par exemple Ferrières (2002).

3 Les termes « catastrophe » et « menace », par exemple, ne sont pas utilisés une seule fois dans Gilbert (2003).

4 Le concept de « culture sismique locale » est opératoire dans certaines régions italiennes (Helly 1988, 1995).

5 Déclaration de ce qui s’est passé… 1618 ; Bref Récit de l’horrible Tremblement de terre… [1627 ?]. Pour plus de détail, voir Quenet (2005b : chap. vii).

6 Archives communales de Manosque (Ba 151 : délibérations du 26 août 1708 [f°.140]).

7 Pour une comparaison internationale, voir Quenet (2005 : chap. ix).

8 Série de secousses sismiques rapprochées d’importance égale.

9 Courrier de Monaco, n° 14, 16 février 1773 ; Gazette de France, n° 13, 12 février 1773 ; ibid., n° 16, 22 février 1773 ; ibid., n° 17, 26 février 1773 ; Journal de physique, mars 1773 ; Journal encyclopédique, 1er avril 1773 ; Journal historique et politique, n° 6, 28 février 1773 ; ibid., n° 7, 10 mars 1773 ; Mercure de France, mars 1773.

10 Pour une argumentation complète, voir Quenet (2005a).

11 Paris, Académie royale des sciences, manuscrit, registre des procès-verbaux des séances, 31 janvier 1756, vol. lxxv, f° 55.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Quenet G., 2010, « Fléaux de Dieu ou catastrophes naturelles ? Les tremblements de terre en France à l’époque moderne », Terrain, n° 54, pp. 10-25.

Référence électronique

Grégory Quenet, « Fléaux de Dieu ou catastrophes naturelles ? », Terrain [En ligne], 54 | mars 2010, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/13917 ; DOI : 10.4000/terrain.13917

Haut de page

Auteur

Grégory Quenet

Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals