Navigation – Plan du site
Repères

Une rumeur à la Guadeloupe

De certaines pratiques supposées des Haïtiens
Christiane Bougerol
p. 130-139

Résumés

Une rumeur circule à la Guadeloupe : les Haïtiens arrosent avec de l’urine les produits maraîchers qu’ils vendent. Les clients guadeloupéens sont nombreux à se détourner de leurs étals. Cette rumeur accroît la confusion quant au choix des végétaux consommables alors que le pays traverse une crise sanitaire et alimentaire due à la contamination par le chlordécone. La virulence anti-haïtienne est forte et largement partagée. Toutefois, la familiarité des Haïtiens avec le vaudou les fait craindre, ce culte les rendrait forts en sorcellerie ; aussi la plupart des Guadeloupéens évitent-ils les conflits personnels avec un Haïtien. L’auteur, en s’appuyant sur les travaux en anthropologie à propos de la parole ainsi que sur ceux des sociologues qui ont étudié la rumeur, montre que relayer une rumeur est l’acte de parole le plus économique pour stigmatiser les membres d’une communauté qu’on peut, par ailleurs, redouter.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Il s’agit d’un insecticide organochloré employé jusqu’en 1993 aux Antilles pour lutter contre le (...)
  • 2 Je remercie Jean-Louis Siran et Bertrand Masquelier pour leurs remarques sur une précédente version (...)

1C’est lors d’une enquête sur les changements des pratiques alimentaires suite à la contamination de certaines terres agricoles de Guadeloupe par le chlordécone1, et par conséquent de certaines denrées vivrières, que j’ai eu l’occasion de saisir une rumeur2. Je la découvris lorsqu’une femme me dit : « Mon mari ne veut pas de laitues du marché arrosées avec du pipi. » Remarquant mon air surpris, elle poursuivit : « Les vendeuses haïtiennes ne sont pas propres du tout. Elles arrosent avec de l’eau sale où il peut y avoir du pipi. » Cette explication éclairait la remarque d’une jeune femme rencontrée peu avant, qui qualifiait les pratiques des maraîchers et des vendeuses haïtiens de « malpropres ». Comme ce terme succédait à la dénonciation des Haïtiens selon laquelle ils étaient de gros utilisateurs d’engrais, je ne demandais pas de précisions sur le qualificatif. Une fois la pelote trouvée, celle-ci se déroulait au fil des récits répétitifs que livraient mes informateurs. Certains, peu nombreux, s’opposaient énergiquement à la rumeur. Un homme déclarait d’un ton outré : « Faut pas exagérer quand même ! On ne peut pas tout mettre sur le dos des Haïtiens. »

Les Haïtiens dans le regard des Guadeloupéens

  • 3 Depuis plusieurs années, quelques médecins haïtiens travaillent au centre hospitalier universitaire (...)

2De fait, on met beaucoup de choses sur le dos de ces gens venus à la Guadeloupe pour échapper à la misère qui chez eux les écrase. Très majoritairement, ces émigrés sont issus des couches sociales les plus défavorisées de leur pays3. Peu d’entre eux s’expriment correctement en français. Ils préfèrent communiquer en créole avec les Guadeloupéens. Ces personnes accepteraient de travailler pour des prix inférieurs à ceux qui sont dus aux Guadeloupéens en vertu des lois sociales. Ils favoriseraient ainsi le chômage des locaux. Les Haïtiens sont employés comme ouvriers agricoles. D’autres pratiquent divers « jobs » : travaux occasionnels de maçonnerie, entretien des jardins, peinture en bâtiment… Les femmes sont employées de maison, vendeuses sur les marchés ou à la sauvette. Les vendeuses à la sauvette, postées aux coins des rues les plus passantes de Pointe-à-Pitre, proposent quelques serviettes de toilette, des pièces de linge de table ou de lingerie féminine, qu’elles tiennent dans leurs bras. Elles se dispersent en un clin d’œil lorsque des policiers sont annoncés. Néanmoins, en dépit des maigres produits dont elles disposent, elles sont accusées de faire péricliter le petit commerce pointois. De nombreux Guadeloupéens jugent les Haïtiens idiots (« tèbè » ou « couillon », en créole) mais travailleurs et honnêtes. Les Haïtiens sont l’objet d’un profond mépris, qui s’exprime en diverses circonstances de la vie quotidienne. Mi-juin 2008, des musiciens haïtiens avaient rencontré un vif succès lors d’un concert donné à Fort-de-France. Un animateur du site d’information participatif martiniquais Bondamanjak.com fit remarquer que ces musiciens appréciés « sont des Haïtiens comme ces autres Haïtiens qu’on méprise, qu’on exploite en Martinique et en Guadeloupe ». Des internautes martiniquais répondirent que c’est à la Guadeloupe, et non chez eux, que les Haïtiens sont l’objet d’un tel traitement. Notons que, pour des raisons géographiques, la population haïtienne est moins nombreuse en Martinique que dans l’autre île. Deux habitants d’une commune de la côte sous le vent de Guadeloupe m’ont dit que certains de leurs concitoyens avaient dénoncé à la gendarmerie des Haïtiens sans papiers pour qu’ils soient expulsés, ce qui fut exécuté ; rien n’empêche de penser que dans d’autres communes des résidents ont agi de même. Fred Reno (2008), dans un article récent au titre éloquent, « L’immigrant haïtien entre persécutions et xénophobie », traite du rejet que subissent les Haïtiens dans les Antilles françaises.

3L’arriération attribuée aux Haïtiens procède de sentiments ambivalents. Si elle désigne le fait qu’ils sont illettrés, non instruits et non éduqués, elle signale aussi des mœurs qui sont imprégnées d’une familiarité avec le vaudou. Certaines personnes, minoritaires, voient dans celui-ci une survivance regrettable conduisant à adopter des comportements guidés par la superstition. Mais le culte fait peur à la majorité des Guadeloupéens : il aurait des accointances avec la sorcellerie. Parmi ceux qui n’éprouvent pas de crainte a priori à l’égard du vaudou, il en est qui, si le contexte s’y prêtait – par exemple, s’ils venaient à être l’objet d’ennuis après un différend personnel avec un Haïtien –, réviseraient leur jugement pour adopter celui qui est partagé par le plus grand nombre. Il y a quelques années, la télévision avait diffusé un prétendu documentaire sur le vaudou. Celui-ci insistait sur les aspects sanglants et spectaculaires d’une cérémonie. J’enquêtais à cette époque en prison. Le lendemain de l’émission, j’ai recueilli des témoignages de détenus qui affirmaient avoir été « dégoûtés » par ce qu’ils avaient vu. Les scènes en question alimentaient leur xénophobie à l’égard des Haïtiens. Paradoxalement, ce même dégoût les conduit à adopter des conduites de respect (dans le sens que recouvre ce mot dans l’univers de la détention) vis-à-vis d’un détenu haïtien. Un prisonnier de cette communauté n’est pas l’objet des intimidations ou des tentatives d’extorsion dont peut être victime un prisonnier guadeloupéen. Là, dans l’univers clos de la prison, les autres détenus redoutent les savoirs issus du vaudou que l’Haïtien possède et dont ils pourraient faire les frais dans un conflit personnel. Si les Haïtiennes « prennent les maris des Guadeloupéennes », comme il se dit, c’est qu’elles sont averties en « charmes » (magiques). Il est facile de dénigrer, d’insulter même, les Haïtiens en tant que groupe, en colportant une rumeur par exemple ; il est plus aventureux de s’en prendre à un individu précis de cette communauté au cours d’un différend personnel, et très nombreux sont les Guadeloupéens qui s’en abstiennent.

« Des gens disent qu’ils ont vu, moi j’ai pas vu, je sais pas, mais j’ai entendu. »

  • 4 Les traductions sont de l’auteur.

4J’ai donc étudié la rumeur que j’ai évoquée, car plusieurs de mes travaux précédents relèvent de l’ethnographie de la parole. Ils portent sur les façons d’insulter (Bougerol 2003), de menacer (Bougerol 2001, 2003), et sur les divers types de commérage à la Guadeloupe (Bougerol 1997, 2000). Des chercheurs ont comparé la rumeur et le commérage et, selon leurs perspectives, les ont rapprochés ou différenciés, mais tous relèvent l’importance du contexte pour appréhender l’un ou l’autre acte de parole. Ralph Rosnow écrit : « Comme le commérage, son cousin proche, la rumeur se définit aussi par rapport au contexte dans lequel elle apparaît. […] Qu’un message soit ou non appelé une rumeur dépend de qui dit quoi à qui »4(Rosnow 1988 : 14). Jörg R. Bergmann met en parallèle la manière dont la parole circule dans l’une et l’autre configuration. Il privilégie l’étude du contexte de l’interlocution. Dans le cas des rumeurs, « la diffusion de l’information surgit d’une manière non spécifique. […] [les rumeurs] se disséminent dans toutes les directions, personne ne sait qui les a lancées ni d’où elles proviennent ». Le commérage est très différent : « Le commérage possède de la pertinence seulement au sein d’un groupe particulier et circule de manière hautement sélective dans un réseau social précis » (Bergmann 1993 : 70). La formulation de Gary A. Fine est davantage sociologique : « Être capable de cancaner comme d’être l’objet d’un commérage est le signe de l’appartenance au groupe » (Fine 1985 : 225).

5À la Guadeloupe, il n’y a de « vrai cancan » que si on peut reconstituer son parcours, puisque la première question que pose une personne à l’interlocuteur qui lui rapporte des propos médisants sur son compte est : « Qui t’a dit ? » Si l’informateur a dénoncé les propos d’un tiers, c’est qu’il est prêt, après quelques précautions formelles, à livrer le nom du calomniateur. S’il ne donne pas sa source, il risque de se voir accuser d’avoir inventé de toutes pièces la médisance et d’être, lui, le calomniateur (Bougerol 2000). Je dirais ainsi que le commérage possède une traçabilité dont ne dispose pas la rumeur.

6De nombreux auteurs l’ont mentionné : une rumeur peut se révéler indifféremment vraie ou fausse, ce qui la caractérise, c’est qu’elle transmet une information non authentifiée, non vérifiée. Toutefois, n’importe quelle information non avérée ne peut pas devenir une rumeur. Le contexte est déterminant pour qu’une rumeur circule : celle-ci doit être cognitivement acceptable dans un monde social et culturel donné. La rumeur parle davantage du monde dans lequel elle circule que du monde dont elle prétend parler. L’anthropologue Karen A. Kroeger a étudié les rumeurs engendrées par le sida en Indonésie. S’appuyant sur les travaux de sociologues, elle formule sa conception des rumeurs : « Les rumeurs sont bien plus qu’une information seulement fausse ou incomplète ; ce sont des récits socialement construits, réalisés et interprétés. Elles reflètent des croyances et des opinions à propos de la façon dont le monde fonctionne dans un lieu et à un moment particuliers » (Kroeger 2003 : 243).

  • 5 Des jeunes femmes auraient été droguées et enlevées chez certains commerçants juifs de la ville d’O (...)
  • 6 Voir également le chapitre consacré aux paniques alimentaires dans l’ouvrage de Véronique Campion-V (...)

7Ainsi, je pense qu’en métropole une rumeur semblable à celle qui circule à la Guadeloupe ne serait pas plausible. D’autant que, comme je vais le montrer, les calomniés sont accusés d’agir non pas par malveillance mais par ignorance. Cette attitude est bien différente de celle qui est parfois attribuée à des cuisiniers ou à des serveurs de restaurant censés polluer volontairement de leur crachat les plats des clients désobligeants. Souvent, on constate que des rumeurs fonctionnent du fait de leur impact pratique : elles conduisent des personnes à changer de comportement. Michel-Louis Rouquette le note avec pertinence : « Explicitement ou non, la rumeur débouche sur un conseil pratique, une injonction d’action ou de retenue d’action (“ne faites pas, n’allez pas, évitez de consommer, méfiez-vous, vérifiez…”) qui l’apparente aussi à une solution concrète » (Rouquette 2006 : 46). Deux exemples sont célèbres : celui de la rumeur d’Orléans5, étudiée par Edgar Morin (1969), et celui des rats frits servis à la place de poulets dans une chaîne de restauration rapide (Fine 1980). Ce second exemple est typique des rumeurs qui portent sur l’alimentation6.

8Dans un article de 2006, Fine étudie la rumeur d’un point de vue théorique. Il avance que pour passer dans le discours public une rumeur doit posséder deux caractéristiques : la plausibilité et la crédibilité (Fine 2006 : 7-12). Pour qu’une rumeur soit plausible, il faut que le message qu’elle dispense soit acceptable dans un contexte donné (c’est ce que j’ai présenté ci-dessus et que je développerai plus loin). À défaut, l’allégation aurait « toutes les chances d’être cataloguée comme simple humour, farce, taquinerie, supercherie ou toute autre interprétation qui échappe au domaine du vraisemblable » (ibid. : 7). Dans la rumeur concernant les Haïtiens, je montrerai que la plausibilité du propos a beaucoup plus de force de conviction que la crédibilité des locuteurs telle que Gary A. Fine l’entend.

  • 7 C’est Jean-Noël Kapferer qui souligne.

9La crédibilité est celle que l’auditeur prête au locuteur. Elle se fonde sur des critères divers. Fine mentionne qu’une proximité entre celui qui parle et la source de la rumeur est souvent nécessaire. C’est le cas pour les rumeurs touchant les personnes publiques. Il peut s’agir aussi d’une crédibilité de position, qui va avec le rang social, ou de celle qui accompagne un « droit d’accès aux faits ». Les individus qui ont un intérêt personnel à convaincre autrui, qui sont connus pour être de mauvaises langues, ou sont réputés avoir déjà fourni de fausses informations, sont disqualifiés. Dans La Rumeur d’Orléans, Morin relativise l’importance de la source, il en indique d’ailleurs plusieurs possibles. Elles sont si hypothétiques (et si diverses) qu’il ne leur accorde qu’« un intérêt anecdotique ». En revanche, « l’important est la force de propagation de la rumeur, sitôt le premier départ donné » (Morin 1969 : 22). L’auteur montre que l’allégation est présentée comme étant solide, car elle viendrait de personnes présentes au moment où étaient découvertes les jeunes femmes droguées dans les arrière-boutiques des commerçants juifs. La crédibilité des propos viendrait de ce qu’ils sont émis par des personnes qui ont eu un « droit d’accès au fait », pour reprendre les mots de Gary A. Fine. Edgar Morin donne deux exemples où la source serait tantôt policière, tantôt hospitalière : « La femme d’un policier a dit à sa voisine qui est ma copine que… », et « L’infirmière qui est allée de nuit à l’hôpital pour réanimer les femmes droguées a dit à ma tante que… » (ibid. : 22). Jean-Noël Kapferer relativise lui aussi l’importance de la source d’une rumeur. Son intérêt va aux « personnes […] qui, ayant entendu, en reparlent »7(Kapferer 1987 : 35).

10Contrairement à Edgar Morin, Gary A. Fine ne décèle pas dans la rumeur des rats frits de critères propres à fonder la crédibilité du locuteur tels qu’il les proposera dans son article théorique ultérieur. Lors de son enquête, il peut recueillir un long récit détaillé comme une simple assertion : « D’autres versions racontent seulement un fait : à la place d’un morceau de poulet, quelqu’un a eu une souris sautée façon Kentucky [Kentucky Fried Mouse] » (Fine 1980 : 230). De même, nous verrons qu’à la Guadeloupe la crédibilité de la rumeur est faible en comparaison de la plausibilité du contexte dans lequel les personnes la construisent. Mais, comme le remarque Kapferer, on peut considérer qu’une propagation importante de la rumeur, comme c’est le cas de celle que je présente ici, joue en faveur de sa crédibilité : « Tant de monde ne pourrait pas se tromper » (Kapferer 1987 : 123).

« Pipi » et « eau de toilette »

  • 8 L’« eau de toilette » désigne l’eau de la toilette intime faite dans une bassine.

11Selon mes interlocuteurs, c’est surtout les marchandes haïtiennes qui proposent les tomates et les salades. Les hommes de cette communauté se consacrent quant à eux à la culture maraîchère. À partir de mes deux premiers accès fortuits à la rumeur (« Mon mari ne veut pas de laitues du marché arrosées avec du pipi », « J’achète pas aux Haïtiens, c’est une question d’hygiène »), je demandais à mes interlocuteurs de préciser des énoncés ambigus, du type : « Avec eux [les Haïtiens] on ne sait jamais ce qu’ils mettent [sur les denrées]. » Ici, en l’occurrence, mon informateur visait à la fois le mauvais emploi d’engrais et l’utilisation d’urine. J’engageais les personnes à développer leurs pensées lorsqu’elles proféraient des commentaires comme : « Les Haïtiens sont pas propres du tout », ou « Ils sont des malpropres », et encore « Leur agriculture n’est pas hygiénique ». Mes interlocuteurs répondaient que les Haïtiennes arrosent les légumes de leur étal avec du « pipi », de l’« eau de pipi » ou de l’« eau de toilette »8.

12En fait d’arrosage, il s’agit d’asperger les denrées pour qu’elles conservent leur fraîcheur en dépit de la chaleur. Les Haïtiennes ne sont pas les seules marchandes à garder près d’elles à cet effet un récipient contenant de l’eau. Mais pourquoi les récipients (seaux, bassines, bidons, cuvettes…) des Haïtiennes contiendraient- ils de l’urine ? et comment celle-ci se retrouverait là ? C’est dans les réponses, non vérifiées mais préjudiciables à ceux qu’elles concernent, que la rumeur se déploie. Deux causes, qui ne s’excluent pas, expliquent la présence d’urine dans les récipients et valent aux Haïtiens d’être taxés de « malpropres ». Des Guadeloupéens insistent sur des contraintes matérielles pour rendre la rumeur crédible. Les Haïtiennes urinent dans le pot destiné à l’eau, même sur les marchés où il y a des toilettes, car elles ne veulent pas manquer une vente en s’absentant et ne font guère confiance aux autres marchandes pour faire patienter le client. Elles glisseraient alors discrètement le pot sous leur jupe. Peut-être que certaines rinceraient rapidement le récipient avec l’eau d’une bornefontaine quand il y en a une, tandis que d’autres se contenteraient d’y ajouter de l’eau. Une femme dit : « J’ai entendu qu’ils arrosent avec un récipient dans lequel ils font pipi, où ils faisaient leur toilette. Ils lavaient leurs légumes là-dedans, et vice versa. » Certaines personnes affirment que les marchandes haïtiennes aspergent leur étal avec de l’urine pour attirer les clients ; il s’agirait là d’un acte de magie propitiatoire. Qu’ont vu mes informateurs qui leur permet d’affirmer que du « pipi » se trouve dans le récipient qui contient l’eau dont on asperge les végétaux ? Personne ne dit avoir surpris une femme en train d’uriner discrètement dans le récipient disposé à côté de l’étalage. En revanche, mes interlocuteurs affirment que des personnes ont fait ce constat : il s’agit d’amis d’amis, et dans la grande majorité des cas c’est une marchande guadeloupéenne qui aurait surpris sa collègue haïtienne ou aurait été intriguée par certains de ses gestes.

13Des personnes disent avoir senti une odeur d’urine sur les salades, tandis que d’autres s’insurgent à cette idée : « Quand même pas ! » Tout le monde observe que les marchandes, quelle que soit leur origine, rafraîchissent les denrées. Toutefois, l’eau employée par les Haïtiennes semble (souvent) avoir un aspect douteux. Une de mes anciennes informatrices, une femme âgée qui n’a pas sa langue dans sa poche, remarque que l’eau utilisée par une Haïtienne « n’est pas normale ». Elle interpelle la marchande pour lui demander ce qu’elle fera du bouquet de feuilles qu’elle trempe fréquemment dans le récipient pour arroser les denrées de l’étal. Cette Guadeloupéenne pense que l’eau contient du « pipi » ou de l’« eau de toilette » pour faire de la magie, dans l’intention d’attirer les clients. Elle interpelle la marchande pour savoir si elle destine aussi à la vente les végétaux qui ont plusieurs fois trempé dans la mixture !

14Le témoignage d’un couple montre qu’il adhère à la rumeur, même si la crédibilité de ses informateurs est faible au sens où Gary A. Fine l’entend. Je demande à la femme si elle achète aux Haïtiennes. « Non ! Ah non ! », me répond-elle avec fermeté, tout en reconnaissant qu’elle l’a fait « il y a très longtemps ». Son époux lance : « J’aime pas leurs façons de faire », puis, fermé, se tait. Quand j’évoque l’urine, ils acquiescent de la tête, et l’épouse raconte l’histoire maintes fois entendue des légumes arrosés avec du « pipi », qu’elle complète par cette précision : « Des gens disent qu’ils ont vu, moi j’ai pas vu, je sais pas, mais j’ai entendu. » Cette forme d’énoncé est typique d’une rumeur, il contient tous les éléments qui fondent cet acte de parole. Pour ce qui est de la magie, la femme se dit ignorante : « Je sais pas. C’est vrai, je dois dire que je sais pas. » L’allégation sur l’urine illustre le constat de Jean-Noël Kapferer : « Dans la rumeur personne ne parle en son propre nom » (Kapferer 1987 : 247). Plaçons cette remarque dans le contexte présent, celui où un groupe de personnes est l’objet de médisances. Le locuteur qui souligne qu’il ne fait que colporter une croyance la met à distance. Parlant ainsi, il se protège du jugement négatif que pourrait porter sur lui son interlocuteur – l’enquêteur, en la circonstance.

15La majorité des récits concerne les pratiques des marchandes, néanmoins des témoignages visent aussi celles des agriculteurs haïtiens. Ceux-ci sont accusés d’utiliser trop d’engrais (sans qu’il s’agisse du chlordécone, interdit depuis 1993, dont nous montrerons toutefois plus loin qu’il participe au contexte de la rumeur) ou de récolter les végétaux alors qu’ils sont encore imprégnés du produit chimique : agissements qui visent à disposer rapidement de denrées à vendre. Mais ils ne sont pas les seuls à être soupçonnés de se conduire ainsi : des agriculteurs guadeloupéens peu scrupuleux, « pressés de faire de l’argent », agiraient de même. Pour se protéger de la suspicion, des marchandes locales qui proposent des légumes cultivés par leur mari assurent que celui-ci n’abuse pas d’engrais.

  • 9 J’ai récemment traité par ailleurs de l’actualité de la sorcellerie et des pratiques magiques qui s (...)

16La rumeur sur l’utilisation de « pipi » et de l’« eau de toilette » ne concerne que les Haïtiens. Écoutons-en trois échos. Un homme n’achète rien qui vienne de ces cultivateurs : « Ils mettent des produits, ils font la magie aussi, mettent de l’eau de pipi pour arroser, et des trucs pour [que] ça pousse vite. » Un autre assure que les Haïtiens arrosent les légumes encore en terre avec du « pipi » et de l’« eau de toilette ». Je lui demande si ces produits sont des engrais. Il le nie. Je lui demande s’il s’agit de magie. Une mimique d’approbation est accompagnée d’un geste d’acquiescement de l’avant-bras et de la main qui signifie : « Voilà, c’est ça. » Un autre informateur est plus direct dans sa description et dans ses explications. Il interdit à sa femme d’acheter quoi que ce soit aux Haïtiens. D’une voix très ferme, il affirme : « Ceux-là y sont pas propres. Ce sont des gens, quand leurs racines [ignames, patates douces…] ne va pas, ils urinent et ils arrosent avec. […] C’est comme avant en Guadeloupe, les marchandes nettoyaient devant leur porte avec un produit pour attirer les clients. » Un autre confirme : « Le pipi et l’eau de toilette, c’est pour de la magie, pour attirer les clients. » Il regrette que les Haïtiens, des « arriérés », soient encore animés par ces superstitions, alors qu’à son avis – celui d’un enseignant du secondaire à la retraite – les Guadeloupéens, plus évolués, auraient tendance à les perdre. Le produit le plus connu des Guadeloupéens est le méné-vini, ou encore miné-vini, que l’on peut traduire par « faire venir ». Il attire les bonnes choses et l’argent, des femmes pensent qu’il peut faire venir un homme aimé. Des commerçants ont des recettes personnelles, secrètes, censées être plus efficaces que celles d’un concurrent. Les pratiques magiques n’ont pas disparu, un grand nombre de Guadeloupéens y recourent quand les circonstances les y conduisent9.

Pourquoi la rumeur est-elle plausible ?

17Il faut noter qu’aucune histoire rapportant que des personnes auraient été malades après avoir ingéré des végétaux arrosés avec de l’urine ne circule. Cette situation est très différente de celle qui s’est présentée à Gary A. Fine. L’ingestion de rats frits eut en effet, dit-on, de multiples suites funestes. Certaines personnes furent malades, voire moururent, d’autres tombèrent en état de choc, ne parvinrent plus jamais à manger et finirent par s’éteindre (Fine 1980 : 234).

18L’ethnographie des pratiques médicales, esthétiques et magiques montre que l’urine était et continue peut-être à être utilisée à la Guadeloupe. À ma connaissance, rien de semblable ne peut être relevé à propos du rat chez les Nord-Américains. Les témoignages que je présente ici viennent de personnes avec lesquelles je suis liée depuis longtemps et qui n’ignorent rien de l’intérêt que je porte à leurs pratiques. Aussi, en évoquant un sujet jugé délicat pour des oreilles d’étrangers, comme celui de l’utilisation de l’urine, elles ne se sentent pas obligées de m’affirmer que ces pratiques datent d’un temps très ancien ou encore de nier toute connaissance dans ce domaine. Ces informateurs ont entre cinquante et soixante ans, et plusieurs d’entre eux pensent que les pratiques qu’ils rapportent peuvent encore avoir cours. Notons que pour ces usages, sauf dans les cas où je le signalerai, c’est sa propre urine qui est employée.

  • 10 Aux Antilles, les médicaments sont plus chers qu’en métropole du fait du transport et de diverses t (...)

19D’une façon générale, l’urine améliore l’état d’une peau abîmée. On l’utilisait pour masser les talons qui se fissurent et sont trop secs ou la peau du bas des jambes qui se dessèche. Certains s’en servaient pour soigner l’eczéma. Quant aux adolescents boutonneux, ils se passaient de l’urine sur le visage, la laissaient sécher, se rinçaient bien la peau et y passaient du citron. Quand la consommation d’un aliment faisait craindre une mauvaise digestion ou une crise de foie, on buvait son urine à titre préventif – selon mon informateur, ce remède fut très utilisé et l’est peut-être encore. Certes, de nos jours les rayonnages des pharmacies sont chargés de remèdes contre ces petits maux, mais ils sont coûteux10. Si, en jouant, des enfants se piquaient à certaines épines ou feuilles, ou s’ils étaient piqués par une guêpe, c’est un camarade qui urinait sur la piqûre. Celle qui évoque cette méthode rit en me disant : « On se pissait dessus ! »

20Avant de revenir aux témoignages de mes informateurs, voyons deux exemples d’utilisation de l’urine, extraits du fameux livre d’Eugène Revert sur la magie antillaise. Revert écrit lui aussi que l’urine est bénéfique aux écorchures ou aux blessures légères (Revert 1977 : 51). Il a relevé que l’on arrosait d’urine fraîche un enfant tombé en convulsions, la guérison se faisant « presque instantanément » (ibid. : 51). Il rapporte le témoignage suivant sur le pouvoir protecteur de l’urine pour se débarrasser d’un paquet magique (quimbois). Personne n’osait toucher ce paquet, dont l’agencement bizarre ne laissait rien augurer de bon. Une femme avertie en matière de conjurations fut appelée à la rescousse ; avant et après avoir manipulé le paquet, elle demanda de l’urine et s’en lava les mains (ibid. : 86-87). Un de mes informateurs se souvient que son père se rinçait les pieds avec son urine avant d’aller aux champs. Cette pratique visait à le protéger si, par hasard, il marchait dans un « bain magique » (une composition déposée sur un chemin pour nuire à un individu précis, mais dans laquelle personne n’a intérêt à marcher).

21L’usage de l’urine en diverses circonstances est connu des Guadeloupéens, même si nombre d’entre eux le relèguent à un passé caractérisé par le dénuement et l’ignorance. Que cet usage fasse l’objet d’une rumeur est ainsi cognitivement acceptable, quand bien même cette dernière y ajouterait l’ingestion involontaire du « pipi » d’autrui. Notons encore que de très nombreuses personnes connaissent la coutume selon laquelle une femme guadeloupéenne qui voulait s’attacher un homme se débrouillait pour lui faire ingérer du sang de ses règles. Que l’urine se retrouve sur les denrées comestibles par malpropreté ou par intention magique (causes que les informateurs ont du mal à démêler), cela ne change pas grand-chose pour le consommateur : celui-ci juge malpropre l’utilisation d’urine. Le fait que les Haïtiens fassent de la magie n’est pas l’objet d’une condamnation par la plupart des Guadeloupéens, qui s’y livrent à l’occasion. Ce qu’ils redoutent, c’est la force de la magie et de la sorcellerie des Haïtiens.

22Beaucoup de Guadeloupéens semblent ne posséder qu’un vague souvenir de l’utilisation autochtone de l’urine. Qu’il s’agisse de réminiscences qui s’estompent ou d’une réticence à évoquer ces mœurs, les informateurs qui ne sont pas de mes familiers relèguent ces pratiques à un temps très lointain, à une époque où ils « ne savaient pas » et où ils ne disposaient pas des produits modernes à même de se substituer au « pipi ». C’est l’époque qui faisait d’eux des arriérés. Mais que de nos jours les Haïtiens utilisent de l’urine, voilà une pratique qui les rabaisse et permet de les disqualifier. Nicholas DiFonzo et Prashant Bordia ont pointé « les rumeurs [qui] servent à se rehausser soi-même en rabaissant d’autres groupes » (DiFonzo & Bordia 2006 : 28). Fine, quant à lui, relève la part de peur qui guide le jugement : « La cible de nos peurs s’est déplacée sur les étrangers qui, comme les marginaux à la communauté locale (qui est le lieu de référence des règles de moralité et de normes), n’ont pas adopté les prescriptions morales » (Fine 1980 : 231).

23La rumeur parle surtout, comme je l’ai écrit, du groupe dans lequel elle circule. Que l’utilisation de l’urine ne soit qu’un souvenir qui s’estompe, ou qu’elle soit reléguée au rang des coutumes d’un temps révolu, cela ne manque pas d’évoquer ce que la psychanalyse pointe sous le nom de « déni ». On peut mentionner ici les travaux en anthropologie de la maladie menés par Andràs Zempléni. Au croisement des études de Sigmund Freud et d’Octave Mannoni, cet ethnologue s’est employé à appréhender les mécanismes de la projection et de la persécution. Il précise que ces mécanismes ne sont pas propres à la maladie ; ils sont un « des phénomènes courants et normaux de notre vie psychique » (Zempléni 1982 : 9). Dans la projection, la personne nie, expulse hors d’elle des idées et des sentiments gênants qu’elle attribue à un autre. Dans la persécution, ces pensées et ces affects font retour sur l’individu sous la forme d’idées persécutrices. Ce mécanisme peut enrichir la compréhension de la rumeur dont je traite dans ces pages. Certains Guadeloupéens, gênés par des pratiques plus ou moins lointaines et niées, qui représentent pour eux arriération et misère, les projettent sur les membres d’une autre communauté jugés peu éduqués, peu instruits et frappés par le dénuement. Certes, dans le cadre de la rumeur, les pratiques attribuées à l’autre (les Haïtiens) ne sont pas de l’ordre de la persécution pure, mais elles affectent ceux qui les endurent (les Guadeloupéens), car elles sont « malpropres » et « dégoûtantes ». Que les Haïtiens soient qualifiés d’arriérés et de malpropres est en concordance avec la représentation que beaucoup de Guadeloupéens ont du vaudou, perçu comme un culte où se déroulent des cérémonies sanglantes témoignant d’une certaine sauvagerie. Même si les Guadeloupéens croient que c’est dans cette sauvagerie que se fondent la force et l’efficacité des rites haïtiens, cette configuration leur permet d’asseoir leur supériorité dans des domaines modernes comme ceux de l’hygiène et de l’éducation.

24Les Haïtiens inspirent donc à la fois mépris et crainte à la majorité des Guadeloupéens. Parmi mes (rares) informateurs qui s’élevaient contre la rumeur, l’un d’eux – celui-là même qui m’a signalé que dans sa commune des Haïtiens sans papiers furent dénoncés aux gendarmes – expliquait : « C’est pour empêcher la vente des Haïtiens qu’on a beaucoup parlé des malpropretés. C’est pour faire partir les Haïtiens à titre de revanche. Et comme maintenant il n’y a presque plus d’Haïtiens à X [sa commune], les gens pensent qu’ils sont tranquilles. » Ainsi, ces émigrés ne sont pas en règle avec la loi, ils sont malpropres, leur succès dans le maraîchage fait des envieux, et leurs pratiques magiques troublent et inquiètent plus d’une personne. Notons que par ailleurs cette communauté est considérée comme calme et qu’il est rare qu’un de ses membres soit impliqué dans un fait divers. La rumeur atteint les Haïtiens là où ils ont connu la réussite : la culture et le commerce des produits maraîchers. Dorénavant stigmatisés, ces derniers pourraient péricliter. On ne saurait avancer avec certitude que la rumeur vient de marchandes guadeloupéennes jalouses. On peut affirmer en revanche qu’elle s’ancre dans un champ plus vaste de dénigrement social des Haïtiens.

25La virulence anti-haïtienne est forte et largement partagée. La façon dont la rumeur circule et se répand dans de multiples directions sans que sa source soit clairement établie permet à ceux qui la relaient de ne pas engager pleinement leur responsabilité dans la médisance. Ils ne font que colporter des actes, dégoûtants certes, mais eux-mêmes rapportés par autrui et qu’ils n’ont pas vus. Relayer une rumeur, c’est privilégier l’acte de parole le plus économique pour mépriser et stigmatiser un groupe. Surtout lorsque l’on craint d’éventuelles représailles d’un membre de la communauté dénigrée – la vengeance redoutée s’exprimant dans le registre de la sorcellerie, puisque dans ce domaine les Haïtiens ont la réputation d’être bien plus forts et savants que leurs pourfendeurs.

26Cette rumeur est pernicieuse pour les Haïtiens. Mais elle est aussi dommageable pour les Guadeloupéens, dont elle complique davantage l’approvisionnement en végétaux comestibles. La pollution par le chlordécone d’une partie des terres agricoles de la Guadeloupe est un fait avéré. Au fil des années et des études menées par l’inra (Institut national de la recherche agronomique), la liste des végétaux contaminés s’allonge. Dans un premier temps, les racines (ignames, madères, malagas, patates douces) et les autres végétaux dont la partie comestible pousse dans le sol, comme les carottes et le gingembre, furent reconnus comme contaminés par le pesticide. Mais bientôt, d’autres aliments les ont rejoints. C’est le cas des cucurbitacées : concombres, courgettes, pastèques, melons. Le chlordécone est déclaré comme un possible produit cancérigène par l’iarc (International Agency for Research of Cancer), et l’Organisation mondiale de la santé estime qu’aucun résidu de ce produit chimique n’est admissible dans la consommation humaine. Ces informations sur la santé figurent dans une plaquette largement distribuée, réalisée par l’association locale asse (Agriculture, société, santé, environnement). Des études sont en cours pour évaluer le degré de dangerosité de la concentration en chlordécone trouvée dans le sang de certaines personnes à la Guadeloupe. En attendant, les débats et les controverses entre scientifiques, ainsi qu’entre scientifiques et associations écologistes, sont largement rendus publics par les médias.

  • 11 Notons qu’au fil de mon étude (en cours) j’ai rencontré des gens, minoritaires certes, qui, s’estim (...)

27Dans ce climat d’incertitude pour leur santé, les gens, inquiets, tentent d’établir par eux-mêmes la traçabilité des produits qu’ils consomment. Certains ont repris la culture des végétaux dont ils se nourrissent, ou se fient à ce qui est produit par un parent, un voisin. La non-contamination des produits disponibles sur les marchés est jugée plus aléatoire ; des clients s’en remettent à des marchandes connues d’eux, tandis que d’autres estiment qu’il n’est pas possible d’être sûr de la provenance des produits proposés. La confiance va aux commerçants dont on est le plus familier. L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments préconise de ne pas manger plus de deux fois par semaine la production des jardins familiaux en zone contaminée. Les personnes concernées essaient d’adapter leur consommation de végétaux à cette situation complexe et difficile11. Les tomates et les salades ne sont pas rangées dans les denrées contaminées par le chlordécone.

28La rumeur concernant les pratiques « malpropres » des Haïtiens s’ajoute à cela et apporte des difficultés supplémentaires aux consommateurs. C’est ainsi que ceux qui prêtent crédit à la rumeur jugent la conduite supposée des Haïtiens non civique envers la population qui les accueille, et, étant donné le contexte de crise sanitaire et alimentaire que traverse le pays, ils sont portés à la condamner fermement.

Haut de page

Bibliographie

Bergmann jörg r., 1993

Discreet Indiscretions. The Social Organization of Gossip, Hawthorne, Aldine de Gruyter, coll. « Communication and social order ».

Bougerol christiane, 1997

Une ethnographie des conflits aux Antilles. Jalousie, commérages, sorcellerie, Paris, puf , coll. « Ethnologies ».

Bougerol christiane, 2000

« Commérages et adresses indirectes, l’exemple antillais », in Bertrand Masquelier & Jean-Louis Siran (dir.), Pour une anthropologie de l’interlocution. Rhétoriques du quotidien, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », pp. 359-381.

Bougerol christiane, 2001

« Mots de plainte et mots de menace. Lettres au procureur de la République en Guadeloupe », L’Homme, n° 160, pp. 117-136.

Bougerol christiane, 2003

« Essai d’ethnographie de la parole. Insultes, menaces et divination à la Guadeloupe », Gradhiva, n° 34, pp. 7-14.

Bougerol christiane, 2008

« Actualité de la sorcellerie aux Antilles », Cahiers d’études africaines, n° 189-190, pp. 267-281. Disponible en ligne à partir d’avril 2011 : http://etudesafricaines.revues. org/index10612.html [consulté en août 2009].

Campion-Vincent véronique

& jean-bruno Renard, 2002

De source sûre. Nouvelles rumeurs d’aujourd’hui, Paris, Payot, coll. « Petite bibliothèque Payot ».

DiFonzo nicholas & prashant Bordia, 2006

« Rumeurs, ragots et légendes urbaines. Contextes, fonctions et contenus », Diogène, n° 213, « Rumeurs et légendes urbaines », pp. 23-45.

Fine gary a., 1980

« The Kentucky Fried Rat: legends and modern society », Journal of the Folklore Institute, vol. 17, n° 2-3, pp. 222- 243.

Fine gary a., 1985

« Rumors and gossiping », in Teun Adrianus van Dijk (dir.), Handbook of Discourse Analysis, vol. 3, Discourse and Dialogue, Orlando / Londres, Academic Press, pp. 223-237.

Fine gary a., 2006

« Rumeur, confiance et société civile. Mémoire collective et cultures de jugement », Diogène, n° 213, « Rumeurs et légendes urbaines », pp. 3-22.

Kapferer jean-noël, 1987

Rumeurs. Le plus vieux média du monde, Paris, Éditions du Seuil.

Kroeger karen a., 2003

« aids rumors, imaginary enemies, and the body politic in Indonesia », American Ethnologist, vol. 30, n° 2, pp. 243-257.

Morin edgar, 1969

La Rumeur d’Orléans, Paris, Éditions du Seuil, coll. « L’histoire immédiate ».

Multignier luc, Cordier sylvaine, Kadhel

philippe, Huc-Terki farida, Blanchet pascal,

Bataille henri & eustase Janky, 2007

« Pollution par le chlordécone aux Antilles. Quel impact sur la santé de la population ? », Environnement, risques et santé, vol. 6, n° 6, pp. 405-407.

Reno fred, 2008

« L’immigrant haïtien entre persécutions et xénophobie », Hommes et Migrations, n° 1274, « L’espace caribéen. Institutions et migrations depuis le xvie siècle », pp. 132-142.

Revert eugène, 1977 [1951]

Magie antillaise, Paris, Annuaire international des Français d’outre-mer.

Rosnow ralph l., 1988

« Rumor as communication: A contextualist approach », Journal of Communication, vol. 38, n° 1, pp. 12-28.

Rouquette michel-louis, 2006

« Théorie des rumeurs et théorie des problèmes », Diogène, n° 213, « Rumeurs et légendes urbaines », pp. 46-53.

Zempléni andràs, 1982

« Anciens et nouveaux usages sociaux de la maladie en Afrique », Archives de sciences sociales des religions, vol. 54, n° 1, « Guérisons et faits religieux », pp. 5-19. Disponible en ligne : http://www.persee. fr/web/revues/home/prescript/article/ assr_0335-5985_1982_num_54_1_2254 [consulté en août 2009].

Haut de page

Notes

1 « Il s’agit d’un insecticide organochloré employé jusqu’en 1993 aux Antilles pour lutter contre le charançon du bananier » (Multignier et al. 2007).

2 Je remercie Jean-Louis Siran et Bertrand Masquelier pour leurs remarques sur une précédente version de ce texte.

3 Depuis plusieurs années, quelques médecins haïtiens travaillent au centre hospitalier universitaire de Pointe-à-Pitre : ils ne sont pas concernés par la rumeur.

4 Les traductions sont de l’auteur.

5 Des jeunes femmes auraient été droguées et enlevées chez certains commerçants juifs de la ville d’Orléans. Elles étaient destinées à alimenter un circuit de « traite de Blanches ». Les commerçants incriminés tenaient des boutiques de vêtements à la mode.

6 Voir également le chapitre consacré aux paniques alimentaires dans l’ouvrage de Véronique Campion-Vincent & Jean-Bruno Renard (2002 : 23-43).

7 C’est Jean-Noël Kapferer qui souligne.

8 L’« eau de toilette » désigne l’eau de la toilette intime faite dans une bassine.

9 J’ai récemment traité par ailleurs de l’actualité de la sorcellerie et des pratiques magiques qui s’y attachent (Bougerol 2008).

10 Aux Antilles, les médicaments sont plus chers qu’en métropole du fait du transport et de diverses taxes.

11 Notons qu’au fil de mon étude (en cours) j’ai rencontré des gens, minoritaires certes, qui, s’estimant dépassés par la complexité de la situation, adoptent des positions fatalistes. Un homme déclare par exemple : « Je mange de tout et je dis : “S’il y a quelque chose, il y a quelque chose.” » Un autre estime : « S ’il y a du mal, il est déjà fait. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bougerol C., 2010, « Une rumeur à la Guadeloupe. De certaines pratiques supposées des Haïtiens », Terrain, n° 54, pp. 130-139.

Référence électronique

Christiane Bougerol, « Une rumeur à la Guadeloupe », Terrain [En ligne], 54 | mars 2010, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/14003 ; DOI : 10.4000/terrain.14003

Haut de page

Auteur

Christiane Bougerol

cnrs, Centre de recherche médecine, science, santé et société (Cermes), Villejuif

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals