Navigation – Plan du site

Revue de presse du numéro 54

Texte intégral

1   

Le monde diplomatique, mars 2010

2« Ce numéro propose au lecteur une remarquable initiation à la géographie des catastrophes, très utile pour remettre en place quelques idées, en ces temps troublés où (presque) seuls les discours de l’apocalypse ou du déni tiennent le haut du pavé. »

Ethnologiques : autre blog, mars 2010

3« Terrain n°54 se penche sur les catastrophes dans un numéro remarquablement illustré qui tente de définir une anthropologie du risque […] »

Le Monde, 7-8 mars 2010

4« Que disent d’une époque les catastrophes naturelles ? Quels effrois religieux, quel rapport à la nature révèlent-elles ? Pour quels discours politiques ? C’est à ces questions, d’une actualité récurrente – Haïti, Xynthia…-, que la revue Terrain cherche à répondre. Editée par le ministère de la Culture et la Maison des sciences de l’homme de Paris, sous la responsabilité de l’ethnologue Christine Langlois, ce numéro décrypte des événements antérieurs à 2010. Mais les analogies ne manquent pas. En témoigne l’enquête que Sandrine Revet, chercheuse à Sciences Po, a mené au Vénézuela au lendemain de la catastrophe survenu dans l’Etat de Vargas, le 15 décembre 1999. Après un mois de pluies ininterrompues, une coulée de boue et de pierres, déferlant sur la cordillères des Andes, emporte tout sur son passage. Coïncidence, le jour même de cette Tragedia, comme l’appellent aussitôt les Vénézueliens, le président Chavez, depuis un an au pouvoir, invite ses concitoyens à approuver par référendum une nouvelle Constitution. Contrarié par ce projet, qui réduit les subventions de l’Etat à l’Eglise catholique, le clergé prône le non. Traité, lui et les siens, de « diables en soutanes » par le président, l’archevêque de Caracas s’indigne. Avec la Tragedia, il tient sa revanche. En chaire, il accable le blasphémateur : « il y a certains de nos péchés qui attirent la colère de Dieu ». Sandrine Revet analyse très bien les trois constantes des lendemains de catastrophe, « la symbolique religieuse, la pensée naturaliste et la rhétorique du risque ». autrement dit : Dieu nous punit ; la nature se venge ; les hommes se croient tout permis […] Ce numéro de Terrain s’intéresse aussi aux discours que suscitent les tremblements de terre. Maître de conférence à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Grégory Quenet est un spécialiste de l’histoire des catastrophes et des risques à l’époque moderne. Il cite le 1er novembre 1775 comme une date charnière. Le jour où un séisme et un raz-de-marée ont englouti les trois-quarts de la ville de Lisbonne. Jusque-là, les témoins de tels drames attribuaient ces fléaux à Dieu. Après ce drame, les interprétations religieuse cèdent le pas aux explications rationnelles. Le divin s’efface devant l’histoire. la « laïcisation des catastrophes » est en marche. Pas sous toutes les latitudes, suggère ce numéro qui tombe bien. Voir l’exemple au Vénézuela. Dans l’état de sidération où les catastrophe naturelles plongent l’individu moderne, le retour du refoulé n’est jamais à exclure. »

Libération, juin 2010

5« Hors intervention divine ou surnaturelle, les catastrophes mettent face à la nature un homme contraint de s’interroger, soit sur sa capacité à les accepter avec fatalisme, soit sur son pouvoir de les prévenir, les gérer, en réduire la force destructrice. Cette confrontation peut être lue dans le sens d’une histoire, d’une sociologie, d’une anthropologie des risques, d’une politique. Ce numéro de la revue Terrain, à travers les exemples précis de séismes, d’épidémies ou d’horreurs écologiques provoquées par l’homme, tente d’élaborer une " pensée des catastrophes ". Contributions, entre autres, de Nicolas Journet, Sandrine Revet, Nicolas Larchet, Michael Stewart, Frédérick Keck. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Revue de presse du numéro 54 », Terrain [En ligne], 54 | mars 2010, mis en ligne le 01 novembre 2013, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/14026

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals