Navigation – Plan du site
Repères

Entre ratification et inscriptions

La mise en œuvre d’une politique du patrimoine culturel immatériel en France (2006-2010)
Christian Hottin
p. 144-157

Résumés

La Convention de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (pci) est un texte de portée très générale : il appartient à chaque pays de la décliner en fonction de ses besoins et de son organisation préexistante. En France, le pci a été rattaché à la mission en charge du patrimoine ethnologique au sein du ministère de la Culture. Les types d’objets considérés ne sont-ils pas en effet semblables à ceux de l’ethnologie ? La mise en œuvre de la Convention ne s’en trouve pas simplifiée pour autant… Quelque cinq ans après la ratification de la Convention par la France, on propose dans ce texte d’apporter des éclairages sur les principaux aspects de cette politique : les relations avec les « communautés », la place de la recherche ethnologique, le choix et le suivi des candidatures, les jugements portés sur le pci. Une photographie, un peu floue, à l’instant T – 1 de l’application de la Convention…

Haut de page

Texte intégral

1Depuis 2008, date de la parution d’un article dans la revue Monumental et d’un copieux dossier du magazine Culture et Recherche, l’occasion ne s’était pas trouvée d’offrir dans une publication institutionnellement liée au ministère de la Culture une présentation de la situation en France, cinq ans après la ratification par celle-ci de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003. Alors que Culture et Recherche revient sur la place de l’ethnologie au sein du ministère, et que la collection « Cahiers d’ethnologie de la France » annonce un volume traitant du Patrimoine culturel immatériel (pci), Terrain peut être le lieu d’une telle intervention : analyse rétrospective et bilan très provisoires, formulés à partir d’une posture administrative, mais tentant de restituer au moins en partie les réactions de la société civile et du monde académique.

2Contrairement aux Archives, qui se confondent avec l’action de l’État, ou aux Monuments historiques et à l’Archéologie, secteurs dont les conservateurs affirment volontiers l’« essence régalienne », arts populaires, musiques traditionnelles, savoir-faire et fêtes n’ont jusqu’ici fait l’objet que d’une prise en considération fragmentaire et discontinue par l’institution du patrimoine. Au musée d’ethnographie du Trocadéro succéda le musée des Arts et Traditions populaires, avant que la Mission ethnologie ne vienne, au commencement des années 1980, ancrer l’ethnologie dans l’organigramme du ministère de la Culture.

3Ancrage difficile… c’est le moins qu’on puisse dire, à en juger par la situation trente ans plus tard, qu’on l’évalue en fonction des postes budgétaires ou des sommes investies, ou encore qu’on l’apprécie à l’aune des jugements dépréciatifs et condescendants formulés sur l’ethnologie au sein même de l’institution. Mariage difficile… sans aucun doute aussi, une part de la communauté des ethnologues ayant tourné le dos à toute démarche de conservation du patrimoine, désireuse de voir en celui-ci avant tout un objet de recherche, paniquée à l’idée d’être assimilée aux folkloristes d’antan ou d’ailleurs.

4Si le patrimoine ethnologique relève d’une politique française, le pci s’inscrit dans une convention internationale. Il donne une large place au rôle des groupes et des communautés, mais introduit – de par l’histoire de la Convention et sa nature de dispositif intergouvernemental – des obligations nouvelles pour les États. À la recherche comme « condition d’une politique du patrimoine ethnologique » succède, dans le cadre de la Convention, la recherche comme modalité de la sauvegarde du patrimoine – la notion de sauvegarde étant posée comme l’objectif premier de cette politique. Autant de défis, parfois contradictoires, qu’on a tenté de relever au cours de ces années et qu’on souhaite exposer ici.

Variations nationales

  • 1 Voir la loi n° 2006-791 du 5 juillet 2006 autorisant l’approbation de la Convention internationale (...)

5En 2004, alors que la Mission ethnologie est « au plus mal », pour reprendre la formule de l’anthropologue Jean-Louis Tornatore (à paraître), débute en France le processus de ratification de la Convention de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, lancée l’année précédente à la suite du programme de Proclamation des chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité (dont deux éditions ont déjà eu lieu, en 2001 et 2003, en attendant celle de 2005). S’il peut paraître après coup logique, et aisément justifiable par les acteurs, le choix de cette institution fort affaiblie pour porter ce nouveau texte n’allait alors pas de soi. La période 2003-2008, cruciale pour la mise en route du texte, est ponctuée par quelques dates importantes, qu’il faut rappeler. En 2003, le texte est approuvé par l’Unesco ; en 2006, il est ratifié par trente États ; la même année, une première assemblée générale permet d’élire un comité intergouvernemental. La France ayant ratifié la Convention en juin 20061 est élue membre du comité à l’été, mais pour deux ans seulement. Ces deux années sont rythmées par les réunions ordinaires et extraordinaires du comité intergouvernemental. Elles sont essentiellement consacrées à la rédaction des directives opérationnelles, documents juridiques permettant la mise en application concrète des principes du texte de 2003. En juin 2008, les directives sont approuvées lors d’une nouvelle assemblée générale à laquelle participent plus de cent dix nations. Le comité d’Istanbul, à l’automne 2008, ouvre le premier cycle normal de fonctionnement de la Convention.

Une certaine discrétion ministérielle

6La ratification italienne, à l’automne 2007, fut célébrée par au moins deux manifestations d’ampleur significative, révélatrices du contenu tout à la fois politique et scientifique du texte de l’Unesco. Un colloque international organisé à la Bibliothèque nationale de Rome confronta – sans réel dialogue – universitaires, représentants des associations nationales de collectivités territoriales (communes, provinces) et praticiens du patrimoine immatériel. Le lendemain, sur l’avenue des Forums-impériaux, une grande manifestation populaire rassemblait groupes folkloriques et associations actives dans le domaine du pci.

  • 2 Un seul projet aboutit, celui des « Géants et dragons processionnels de Belgique et de France », la (...)
  • 3 Comme le souligne justement Jean-Louis Tornatore (à paraître), la participation de la Mission ethno (...)

7Rien de tel ne se déroule en France entre 2004 et 2006. Une certaine activité a été déployée auparavant pour sélectionner des projets de candidature en vue de la Proclamation des chefs-d’oeuvres2, mais le seul rendez-vous marquant au sujet du pci demeure la journée tenue annuellement à la Maison des cultures du monde dans le cadre du Festival de l’imaginaire3, manifestation sans relation directe avec le processus politique.

8Celui-ci suit son cours, de manière discrète, la diplomatie culturelle française étant beaucoup plus largement impliquée dans le lancement et la mise en œuvre de la Convention de l’Unesco pour la diversité culturelle. Selon un circuit normal, avant de faire l’objet d’un vote d’approbation par les chambres, le texte doit être examiné par le Conseil d’État. Le compte rendu de l’assemblée générale du Conseil, le 13 octobre 2005, met en évidence les réticences de certains magistrats (manque de clarté des exclusions du champ d’application de la Convention, notamment en ce qui concerne les rituels religieux, risques d’octroyer des droits à se faire reconnaître officiellement pour certaines communautés, risques de contentieux avec l’État en cas de non-inscription de certaines pratiques à l’inventaire) devant les choix opérés par le ministère des Affaires étrangères. Mais d’autres membres éminents de l’assemblée rappellent le rôle pilote de la France en matière d’ethnologie, tout particulièrement dans l’élaboration de la Convention, voire le respect dû aux pratiques de nos « frères humains ». Surtout, il est admis en définitive que la Convention ne crée aucun cas particulier de groupe ou de communauté, tous étant traités de la même manière, et que les États restent maîtres du jeu quant à l’application du texte de l’Unesco. L’avis rendu est donc favorable, sans réserve ni déclaration interprétative.

9L’ancrage administratif de la Convention semble lui-même avoir fait débat au sein de l’administration culturelle. En effet, les relations avec l’Unesco relèvent en principe du service des Affaires internationales du ministère, tandis que l’application de la Convention du patrimoine mondial se situe dans l’orbite du Département des affaires internationales de la Direction du patrimoine. Différents paramètres sont à prendre en considération pour expliquer le rattachement de l’immatériel à l’ethnologie, en collaboration avec le service des Affaires internationales de la Direction du patrimoine. La proximité des définitions officielles de l’un et l’autre patrimoine (« ethnologique » et « immatérielle »), de même que la relation opérant entre une discipline scientifique et un domaine d’objets patrimoniaux ont joué, mais elles ne suffisent sans doute pas à rendre compte des motivations ayant conduit à ce choix. L’éparpillement des administrations en charge chacune de fragments d’activité entrant dans le champ de la Convention (Direction de la musique, de la danse, du théâtre et des spectacles, Délégation aux arts plastiques, Délégation à la langue française et aux langues de France, Direction des musées, Direction des archives, services internationaux) contraste fortement avec l’organisation en une seule direction des administrations chargées du patrimoine monumental, la Direction de l’architecture et du patrimoine. Que cette dernière soit identifiée au cœur de l’action patrimoniale dans les politiques publiques et qu’elle ait abrité en son sein le service de l’Ethnologie, maillon faible d’un secteur fort, voilà qui a joué en faveur du rattachement de la Convention de 2003 à cette institution. Reste qu’il n’en aurait peut-être pas été de même si cette convention avait été perçue comme un enjeu stratégique de la diplomatie culturelle française.

Une incontestable activité au sein de l’Unesco

10Alors que l’indécision initiale de l’administration culturelle devant cet objet patrimonial mal identifié qu’est la Convention perturbe sa mise en route au cours des années 2006-2009, il faut souligner, paradoxalement, la visibilité et la vitalité de l’action de la France dans les travaux de l’Unesco pendant ces mêmes années.

  • 4 Voir le site internet de la Maison des cultures du monde : http://www.mcm.asso.fr/site02/accueil.ht (...)

11Ce dynamisme repose principalement sur l’action d’un homme, Chérif Khaznadar, très actif auparavant dans l’élaboration de la Convention, directeur de la Maison des cultures du monde et président du comité Culture de la Commission nationale française pour l’Unesco. Fort d’une expérience de plusieurs décennies dans la mise en valeur du patrimoine vivant4 et d’une connaissance éprouvée des affaires culturelles au niveau international, il dirige la délégation française au long des deux années de participation au comité intergouvernemental. Au cours de ces réunions, la France s’applique, avec quelques autres délégations, à la défense d’une interprétation qui privilégie la « sauvegarde » comme principe cardinal du fonctionnement de la Convention. Cette position conduit à privilégier la liste de sauvegarde par rapport à la liste représentative : en tâchant de conférer dans les directives opérationnelles une certaine prééminence à la première, mais aussi en cherchant à faciliter autant que possible l’accès à la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Minimiser son importance en simplifiant les procédures d’inscription, de manière à rompre toute confusion des éléments inscrits sur cette liste avec des œuvres « exceptionnelles » distinguées sur la Liste du patrimoine mondial, constitue en effet un moyen autre de préserver l’importance de la liste de sauvegarde, porteuse des espoirs les plus considérables de la Convention.

12Très écouté lors des discussions officielles ou informelles des comités successifs, le chef de la délégation française est élu, en juin 2008, président de l’assemblée générale des États parties à la Convention pour les deux années suivantes. Il lui revient donc de diriger les débats de cette deuxième assemblée et de faire approuver les directives opérationnelles.

13Pour l’administration en charge du patrimoine culturel au ministère de la Culture, le contexte d’ensemble de la mise en œuvre de la Convention au cours de ses premières années (2006- 2008) est donc caractérisé à la fois par une relative indécision face aux enjeux du patrimoine immatériel en général et de la Convention en particulier – héritage des hésitations administratives des années précédentes –, et par une dynamique internationale forte, rythmée par les sessions du comité, au sein duquel la délégation française fait preuve d’une activité reconnue et appréciée. Cette situation tranche avec le « savoir-faire » reconnu et estimé par tous de cette même direction en matière de gestion de la Liste du patrimoine mondial : il est vrai que cette expérience s’appuie sur des services qui, on l’a vu, sont anciens, très organisés, riches en moyens et en hommes, et dotés d’une très forte légitimité interne. Elle peut en outre tirer le meilleur parti d’un très fin maillage du territoire et d’une connaissance, sinon exhaustive, du moins très poussée, du patrimoine matériel national, héritage de l’action des services des Monuments historiques et de l’Inventaire général. Rien de tel dans le champ de l’immatériel.

Tentations, tentatives et tâtonnements

14Pour une organisation, tenter de donner une représentation cohérente des actions entreprises dans une période donnée comporte le risque majeur de livrer une reconstruction a posteriori de ce qu’on aurait aimé faire. En s’appliquant ici à cette auto-analyse, il faut reconnaître d’emblée qu’il n’existe pas de parade infaillible à ce danger. À titre de garde-fou, la lecture des textes précédemment écrits pour décrire les actions entreprises au nom de la Convention de 2003, avec ce qu’ils révèlent d’évolutions et de contradictions successives (Hottin 2007, 2008), aidera le lecteur à s’immuniser contre les prétentions téléologiques qui pourraient filtrer dans les pages qui suivent.

15Au demeurant, le pragmatisme a été, et est encore, notre ligne de conduite la plus ferme. La raison la plus claire en est que, tout au long de la période considérée, la Convention, à travers les débats tenus au sein de l’Unesco, a elle-même connu de profondes transformations, non dans son texte mais dans ses modalités d’application. À titre d’exemple, il a été un temps question que la liste représentative soit extrêmement restrictive, puis au contraire qu’elle consiste en un simple enregistrement de pure forme, tandis que revenait périodiquement l’idée d’une inscription temporaire, par rotation. En présence de ces hésitations (que le ministère de la Culture a reçues en tant qu’information, mais auxquelles la délégation française, impliquée dans le jeu diplomatique du comité, a pu ne pas être étrangère), ce n’est pas seulement l’information délivrée par l’administration aux communautés concernées qui changeait, mais aussi, et du tout au tout, la stratégie à bâtir pour implanter la Convention. Ainsi, un organe consultatif de l’État est-il bien nécessaire pour le cas où deux ou trois éléments français, au plus, auraient été inscrits sur cette fameuse liste ? Autre exemple : le formulaire de candidature pour les listes, pierre angulaire du dispositif d’examen, n’a été définitivement validé qu’en juin 2008 – les premiers dossiers étant attendus pour le 31 août de la même année.

16En outre, nombreuses ont été les incertitudes devant les attentes souvent très précises que suscitait la Convention : comment y répondre, n’ayant entre les mains qu’un texte général, abstrait et surtout dépourvu de transposition dans la législation nationale ? Dès lors, grande a été la tentation de rattacher la politique du pci aux dispositifs existants, notamment dans le domaine de la mémoire et des archives orales. Ceci surtout lorsque les questions posées assimilaient par méconnaissance le patrimoine immatériel à la mémoire, l’archivage oral étant alors une réponse efficace et éprouvée à ce désir de mémoire…

17La mise en perspective de deux types d’actions initiées en application de la Convention (la communication et les inventaires) met en évidence une constance dans l’évolution, ainsi que la construction d’une dynamique qui n’a pas encore trouvé son point d’équilibre.

Faire connaître la Convention, accompagner les communautés

  • 5 Ces termes désignent une méthode d’analyse, une démarche procédurale qui peut être appelée « gestio (...)

18En l’occurrence, les mouvements « top-down » et « bottom-up »5se sont conjugés, pour aboutir à une situation complexe qui appelle une clarification. Afin de pallier l’émiettement constaté des services en charge de « fragments » du patrimoine immatériel, le ministère de la Culture a mis en place, dès 2006, un comité rassemblant des membres de toutes les administrations concernées. Son secrétariat est assuré conjointement par la Mission ethnologie et la Mission des affaires européennes. Comptant une douzaine de membres, il se réunit quatre à cinq fois par an. Toutefois, ses missions ont radicalement évolué depuis 2006 : de simple lieu d’échange d’information et de communication sur les actions de l’Unesco, il est devenu de facto l’instance chargée de l’examen et de l’évaluation des dossiers de candidature, sans bénéficier pour autant de l’assise institutionnelle le confortant dans cette mission. Reste que son action a permis de mieux identifier le patrimoine culturel immatériel parmi les domaines d’action du ministère.

19Dans le même temps, il a fallu faire face aux demandes de plus en plus nombreuses, pressantes et variées de groupes professionnels, d’associations, de collectivités, voire de simples particuliers se sentant concernés par la Convention et s’estimant d’autant plus légitimés dans leur démarche qu’ils voyaient consacrée leur importance d’acteurs dès l’article 2 du texte. Totalement libre et déstructurée à l’origine, cette demande d’information se traduit quelque dix-huit mois plus tard par une série d’actions (programmes de sauvegarde, campagnes d’inventaires, projets de candidature) tandis qu’émergent quelques acteurs (les centres de musiques et danses traditionnelles) ou régions (tels la Bretagne ou le Limousin, mais selon des modalités d’action tout à fait dissemblables) particulièrement impliqués.

20Les centres de musiques et danses traditionnelles, qui regroupent les associations actives dans différentes régions pour la sauvegarde des formes musicales traditionnelles, organisent en novembre 2007 à Nantes un congrès consacré au pci. C’est le premier exemple d’une manifestation nationale créée par des groupes de personnes en charge d’un type particulier de pci. Cette première rencontre semble toutefois principalement dédiée à des échanges d’informations. En décembre 2008 à Rennes, capitale de la Bretagne, se tient une importante réunion, rassemblant près de trois cents personnes (praticiens, représentants d’associations, élus locaux, universitaires et représentant de l’État). Contrairement à la rencontre de Nantes, ce congrès rassemble des représentants de tous les domaines du pci. Il est surtout à remarquer qu’il a des prolongements concrets : un collectif rassemblant une dizaine d’associations se met bientôt au travail. Il rédige un « Appel pour la reconnaissance du pcien Bretagne », qui sera largement diffusé afin d’obtenir la signature des élus locaux. De nombreuses réunions d’information ont lieu sur tout le territoire régional. Un groupe de travail est mis en place, avec pour objectif de préparer plusieurs candidatures sur les listes : danses traditionnelles (liste représentative), chants traditionnels (liste de sauvegarde) et jeux et sports bretons (liste représentative). En 2011, le collectif est toujours actif : les premiers dossiers ont été déposés, les suivants sont en cours de préparation, et le soutien des élus locaux pour la prise en compte du pcidans la politique culturelle régionale se confirme. En 2009, une rencontre similaire se tient en Auvergne, suivie d’une autre en 2010 en Languedoc. Les représentants de l’État et des régions sont conviés à toutes ces manifestations, mais les associations restent les principales organisatrices.

  • 6 Voir l’Inventaire des inventaires du pci : http://www.culture.gouv.fr/culture/dp/ethno_spci/invent_ (...)

21Par comparaison, le domaine des métiers d’art et de l’artisanat d’art, plus fragmenté, n’a réagi qu’en ordre assez dispersé, même si la Société d’encouragement des métiers d’art (Sema) a engagé avec le ministère une remarquable campagne d’inventaires6. Il est vrai que la France dispose déjà d’un système de « trésors humains vivants » (les « maîtres d’art ») qui permet, grâce au soutien de l’État, de former des artisans, sous la conduite d’un maître, aux savoir-faire les plus rares et les plus difficiles à maîtriser.

22De même, quelques régions voient naître, à partir d’engagements personnels, des projets répétés de candidature : trois en Limousin de 2008 à 2010 (la tapisserie d’Aubusson, la porcelaine de Limoges, les ostensions limousines) et un projet en Corse dès 2006. Le cas du Limousin se révèle particulièrement intéressant à détailler. Dès 2008, avec le concours des services de l’État, les tapissiers d’Aubusson déposent un dossier en vue de l’inscription du savoir-faire de la tapisserie, spécifique à cette petite ville. L’année suivante, la ville de Limoges, capitale de la région et ville célèbre pour sa porcelaine, se lance à son tour dans la constitution d’un dossier portant spécifiquement sur le métier (technique) de la porcelaine. Le projet bénéficie du soutien de nombreux artisans et industriels locaux, et pourrait aboutir en 2011. Enfin, en 2010, un collectif rassemblant les comités d’organisation de dix-sept processions traditionnelles (les célèbres ostensions limousines) se met en place. Il est très remarquable que ce projet, un des premiers à concerner une pratique religieuse, se fasse avec le concours actif de plusieurs équipes municipales profondément attachées au cadre laïque de leur mandat : signe d’une reconnaissance accordée à la valeur culturelle de ce patrimoine, dépassant son rôle cultuel.

  • 7 Le gwoka, ou gwo ka, est la musique traditionnelle guadeloupéenne.

23Les régions et départements d’outre-mer montrent d’emblée un vif intérêt pour la Convention. En juillet 2007, est organisé à Sainte- Anne (Guadeloupe) un séminaire d’une semaine entièrement consacré à la connaissance du pci. Il se tient en même temps que le principal festival de gwoka7de l’archipel de Guadeloupe, manifestation qui attire chaque année nombre de praticiens du pciappartenant à l’aire caribéenne, aussi bien d’expression francophone, anglophone qu’hispanophone. En 2008, un dossier est déposé pour l’inscription du maloya, musique et chant traditionnel de l’île de La Réunion. À la même époque débute un projet de longue haleine, complexe à mettre sur pied, qui doit parvenir en 2011 au dépôt d’un dossier en vue d’inscrire sur la liste de sauvegarde le maraké des Wayana de Guyane française, rite initiatique dont la transmission semble aujourd’hui en grave péril.

Conformément à l’article 12…

  • 8 Voir les actes du Séminaire international sur les principes et les expériences de réalisation d’inv (...)

24… de la Convention, les États parties constituent et mettent à jour des inventaires de leur pci. La concrétisation de cette obligation – une des rares faites aux États – s’est avérée assez délicate. D’une part – poids du patrimoine matériel oblige –, la France dispose depuis les années 1960 d’un service exclusivement dédié à l’inventaire du patrimoine culturel et artistique national, distinct de la politique de sauvegarde effective (incombant aux Monuments historiques), mais sans tradition de méthode ni compétences véritables dans le domaine du patrimoine immatériel. D’autre part, le fonctionnement passé de la chaîne de production des connaissances en matière de patrimoine ethnologique n’était pas approprié, on l’a vu, à la restitution d’éléments nettement circonscrits, décrits de manière normalisée, et comparables entre eux. Plus généralement, la notion même d’inventaire, évocatrice de folklore et de régression épistémologique, heurte profondément une part de la communauté anthropologique nationale. Eu égard à ces résistances – parfois également présentes au sein même de l’administration –, la tentation a été grande, dans un premier temps, de s’en tenir à un compendium des sources existantes, récapitulatif d’ouvrages imprimés ou des bases de données recensant des « éléments » de patrimoine immatériel (en fait des enregistrements ou des illustrations de pratiques, des artéfacts en somme). De fait, un premier travail accompli par la Mission ethnologie a consisté en l’élaboration d’un « inventaire des inventaires » du pci. Véritable curiosité au regard des principes de la Convention, il rassemble des ouvrages ou des bases de données concernant les domaines visés par le texte de l’Unesco : étant antérieurs à ce dernier, ils mêlent souvent, dans un esprit d’exhaustivité, pratiques existantes, survivances en voie de disparition et formes obsolètes ou disparues. Nous avons reçu maintes remarques et critiques à son propos : pour autant, si ces inventaires ou instruments de recherche mentionnent aussi des pratiques toujours bien vivantes, faut-il dès lors s’interdire d’en faire mention ? Rappelons en outre que dans tout travail d’inventaire – et le monde du patrimoine bénéficie en la matière d’une riche expérience –, l’» état de l’art » est une opération préliminaire indispensable. Ce n’est que dans un deuxième temps, à la suite d’échanges internationaux8, que l’idée d’un inventaire des pratiques vivantes du patrimoine immatériel fut confortée ; notamment à partir de l’exemple québécois de l’Inventaire des ressources ethnologiques du patrimoine immatériel (irepi, initié par Laurier Turgeon à l’Université Laval). Le titre du colloque tenu à l’Institut national du patrimoine en novembre 2007 (« Le patrimoine culturel immatériel : inventer son inventaire ») rend compte des hésitations initiales (inp 2009). À partir de cette date, quinze enquêtes ont été mises en chantier afin de tester la fiche de renseignement élaborée, la configuration des terrains et la méthodologie d’enquête, cette dernière étant mise en œuvre selon diverses modalités d’implication de la communauté (par les membres eux-mêmes via une association représentative, par la médiation de chercheurs). On a souhaité ouvrir largement le champ des possibles : traditions orales en Aquitaine, pratiques des communautés issues de l’immigration italienne, pratiques culturelles et cultuelles à Paris, rites et traditions liés au monde végétal en Normandie, rites et traditions liés au monde minéral en Bretagne…

« Entre le marteau et l’enclume »

25Instance de l’Organisation des Nations unies, l’Unesco regroupe des États qui s’entendent sur les termes de textes (des conventions) pour conduire des politiques sur le plan national dans le cadre d’échanges multilatéraux. Ainsi, c’est bien aux États parties qu’il revient de mettre en œuvre la Convention de 2003, et eux seuls sont les interlocuteurs directs de l’Unesco. Cependant, en l’espèce, la Convention accorde une place centrale aux communautés sans définir ces dernières de manière précise, et enjoint aux États de travailler sur tous les fronts (inventaires, recherche, programmes de sauvegarde, dossiers de candidature) avec ces dernières, qui, considérées comme détentrices des éléments du pci, en sont instituées premiers et meilleurs experts. Comment donc concilier le texte et l’esprit de la Convention de 2003 avec les règles de fonctionnement de la diplomatie internationale, dans un contexte national marqué par une tradition jacobine et par une méfiance exacerbée envers les phénomènes communautaristes ? On a choisi de revenir ici sur cet aspect très visible de la mise en œuvre de la Convention que sont les inscriptions sur les listes représentatives et de sauvegarde.

Quelles « communautés » à la française ?

  • 9 En 2006, il nous a été demandé, par exemple, de l’utiliser « entre guillemets, en tant que citation (...)
  • 10 La notion de patrimoine ethnologique, selon les termes du décret n° 80-277 du 15 avril 1980, embras (...)

26Accorder tous les droits aux juifs en tant qu’individus, sans leur en donner aucun en tant que nation : quelque deux siècles plus tard, le principe napoléonien continue de guider, implicitement et explicitement, l’action des services de l’État vis-à-vis des communautés. Dans les discussions portant sur l’application de la Convention, l’usage même du terme « communauté » pose problème aux fonctionnaires9. Qu’il ait déjà été utilisé dans le cadre de la définition du patrimoine ethnologique10 ou que les débats du Conseil d’État aient levé toute ambiguïté sur l’emploi de ce terme n’y change rien. Il n’est formellement d’autre communauté en France que la communauté nationale, mais ces réticences s’expliquent également par la crainte de glisser de la reconnaissance de « communautés » aux dangers du « communautarisme », ferment de division, voire de sécession pour le corps uni de la nation.

27En ce contexte de non-reconnaissance, voire d’invisibilité des « communautés » célébrées par l’Unesco, comment mettre en œuvre un texte qui leur accorde tant de place ? Plutôt que d’élaborer a priori une définition qui eut été forcément restrictive, dénuée d’empirisme et fatalement dépourvue de légitimité juridique, l’appréhension s’est accomplie de manière pragmatique, en fonction des contacts noués en vue des projets, en pondérant la consistance du fait communautaire supposé par la pertinence du projet au regard des autres critères fixés par l’Unesco. Cette recherche de cohérence par rapport aux principes de la Convention a pu conduire à rejeter certains projets, en particulier lorsqu’il était évident que les « éléments » envisagés pour inscription ne jouaient aucun rôle dans l’identité actuelle de la communauté.

  • 11 Pour la liste représentative, l’évaluation est accomplie par six experts membres du comité intergou (...)

28Les premiers projets de candidature, conduits pour le cycle 2008- 2009 des inscriptions, ont été évalués par l’Unesco entre le printemps et l’automne 2009 11. En l’absence de procédure de classement au niveau national, c’est à l’organisation internationale, en régime d’hétéronomie, qu’il revient d’évaluer la pertinence de ces communautés françaises. Les premiers dossiers ont porté sur des pratiques impliquant des groupes de personnes relativement restreints, unis par la connaissance d’un savoir-faire ou par le partage d’un savoir commun, sans que ce lien implique nécessairement l’existence d’une communauté de vie, sociale ou géographique plus étendue. Le savoir-faire du trait de charpente, l’art de la tapisserie d’Aubusson et le maloya ont ainsi été distingués.

  • 12 Voir : http://www.unesco.org/culture/ich/ index.php?RL=00251 [consulté en avril 2011]. Voir aussi l (...)

29À titre d’exemple, l’art du trait de charpente12 a été inscrit sur la liste représentative, avec pour communauté associée l’ensemble des charpentiers œuvrant dans le domaine de la charpente traditionnelle. Le partage du savoir-faire donne corps à une communauté qui est en fait essentiellement un regroupement professionnel sans unité géographique ni statutaire. Au sein de cette « communauté », certains des charpentiers appartiennent au compagnonnage (Adell-Gombert 2008), organisation sociale qui structure fortement l’identité de ses membres en tant que parties d’un groupe humain. De manière significative, c’est un centre de formation professionnelle qui a été institué comme organisme support de la candidature. La candidature internationale de 2010 sur la chasse au faucon relève de la même logique : l’identification d’une communauté de chasseurs dispersés en de nombreux pays, sans autre lien que la pratique elle-même.

  • 13 http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?usl=00315 [consulté en avril 2011].
  • 14 http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?rl=00250 [consulté en avril 2011].

30D’autres projets, récents ou en cours, ont conduit à identifier des communautés constituées selon des cercles concentriques : les praticiens forment le premier cercle de la communauté en tant qu’ils incorporent l’élément et en assurent directement la transmission (par exemple les chantres du cantu in paghjella corse de tradition sacrée ou profane13, les lissiers d’Aubusson14 ou encore les huit dernières dentellières d’Alençon) ; les représentants des collectivités territoriales forment le deuxième cercle ; après quoi viennent les populations de ces territoires, dans la mesure où elles manifestent leur adhésion au projet de candidature, reconnaissant ainsi la part prise par l’élément dans la construction de leur identité collective.

Des épreuves initiales à la construction des procédures

31Les très courts délais accordés aux États parties lors du premier cycle de candidatures n’ont certes pas permis de mettre en place des procédures réglées de sélection des projets, de suivi des dossiers et d’évaluation des candidatures au niveau national : il a fallu, dans l’urgence, trier parmi les candidatures spontanées celles qui paraissaient compatibles avec les termes de la Convention et celles qui semblaient irrecevables, en susciter directement certaines, toujours en fonction des définitions proposées par l’Unesco (le texte) et des échanges formels ou non, tenus lors des différents comités (l’esprit de la Convention). Là encore, le compromis, ou plus exactement la coexistence, entre les principes « top-down » et « bottom-up » caractérise la démarche. En exemples, retenons que la candidature du maloya découle d’une suggestion faite au sein du comité de suivi de la Convention, tandis que celle du trait de charpente a été lancée par la Mission ethnologie et le conseiller ethnologie de Haute-Normandie. L’idée de présenter la tapisserie d’Aubusson n’est pas née dans la communauté des lissiers, mais au sein de l’administration de l’État (la préfecture de la Creuse, département où se trouve Aubusson). On peut noter que telle candidature suscitée par l’État – celle de la course camarguaise (Saumade 1994) – a pu pâtir de cette précipitation, alors que telle autre, élaborée dans un rapport de travail complexe avec l’État central – celle du cantu in paghjella corse –, a été évaluée positivement dans le cadre de la liste de sauvegarde. Cette approche mixte de construction de la dynamique des projets leur apporte une certaine diversité (géographique, sociale, ou en fonction des domaines du pci), mais, toujours en l’absence d’instance nationale de classement, l’organisation internationale reste seule juge. Elle rend surtout témoignage de la difficulté de l’État, trente ans après la création de la Mission ethnologie, à identifier clairement les éléments de son patrimoine ethnologique selon les cadres qui régissent l’ensemble de l’institution patrimoniale.

  • 15 La configuration de ce groupe de travail est très variable. Pour la candidature de la dentelle d’Al (...)

32Le deuxième cycle de candidatures est en revanche marqué par un souci de rationalisation et d’institution de procédures. Cela constitue de la part de l’administration en charge de l’application de la Convention un choix conscient, même si ces procédures doivent demeurer souples et adaptables aux différents contextes. Pour l’essentiel, il s’agit de fixer un délai minimum à l’élaboration des dossiers (douze mois environ), d’établir une relation directe entre les porteurs du projet et l’administration du ministère, de définir un groupe de travail associant praticiens, représentants des collectivités et de l’État en vue de la constitution du dossier15, et de fixer plusieurs rendez-vous d’évaluation sur l’avancement du projet avant son examen par le comité ministériel qui décide de la transmission à l’Unesco via la représentation permanente de la France. D’après cet embryon de procédure ont été instruits les dossiers de la dentelle au point d’Alençon ou du compagnonnage.

Complexités gastronomiques

33S’il est une candidature qui a fait (et fait) beaucoup parler d’elle, c’est bien celle de la « gastronomie française ». La nature même de la matière proposée, objet de passions et de discussions dans la population, topos de représentation de la France pour les écrivains étrangers, prédisposait cette candidature à une certaine visibilité médiatique. Son annonce par le président de la République, amplement relayée et commentée, en a fait un sujet de discussion durable. Quelques points méritent à son propos d’être rappelés ou précisés.

34Cette candidature n’est pas issue du cercle fermé des « grands chefs » de la cuisine française, pas plus qu’elle n’est à l’origine une initiative politique de la présidence : l’idée en a été portée dans un premier temps par un institut universitaire, l’Institut européen d’histoire et des cultures de l’alimentation, fondation placée auprès de l’Institut de France et hébergée par l’université François- Rabelais de Tours. Au sein du groupe de pilotage du projet, les universitaires ont toujours été présents, menés par un éminent géographe, Jean-Robert Pitte, ancien président de l’université Paris-Sorbonne, et c’est une historienne, maître de conférences à l’université Lyon-II, qui a été la principale rédactrice des aspects scientifiques du dossier. Quant au comité scientifique de suivi de la candidature, il a rassemblé nombre de personnalités des sciences humaines et sociales. Cette conjonction des intérêts académiques et politiques, assez fréquente en France, notamment dans le domaine de la recherche historique, science politique entre toutes, est sans doute la principale marque distinctive du projet, et l’une des raisons de sa difficile appropriation par cette institution culturelle et scientifique non académique qu’est l’administration du patrimoine.

35Outre cette précision sur l’origine et l’orientation du dossier, sa concrétisation a posé de multiples difficultés. Cette « aventure » aura marqué et marque encore la mise en œuvre de la Convention en France, en faisant connaître le texte, ses principes et son dispositif d’action bien au-delà des cercles restreints du patrimoine et de l’anthropologie (cinq ou six ministères ont participé à la réflexion qui a conduit à l’élaboration d’un cahier détaillé de mesures de sauvegarde), en obligeant tous les partenaires à une réflexion approfondie sur ce que signifient des termes en apparence simples, tels que « identification de l’élément » ou « contribution à la visibilité », et en posant de manière directe la question des modalités pratiques d’expression de l’» engagement de l’État » ou des « communautés ».

36En elle-même, la candidature pose autant de questions à la Convention que la Convention lui en pose : une nation de soixante-cinq millions d’individus, légalement définie comme une « communauté nationale », dotée d’une construction politique et culturelle millénaire et habitée par un sentiment national que les historiens tels que Bernard Guenée ou Colette Beaune font remonter au bas Moyen Âge, peut-elle se manifester en tant que communauté au sens donné par la Convention, en une relation circulaire avec un élément qui se situe en outre – difficulté supplémentaire – dans une sphère du patrimoine immatériel peu explorée par la majorité des projets ? En effet, on n’est plus ici dans le domaine de la performance, ni dans celui de la technique, mais dans l’épaisseur historique et sociale des représentations incorporées, décelables par une multitude de signes presque impalpables, et qu’il est périlleux de synthétiser en un dossier d’une vingtaine de pages. Mettre en relation la France et sa gastronomie se conçoit dans l’évidence d’une publicité d’agence de voyage ou dans le long développement d’une recherche historique sur les mentalités… Le démontrer dans le cadre restreint et formel (formaliste ?) d’un dossier de l’Unesco sous sa forme actuelle (vingt pages environ !) revient à faire entrer la mer dans une bouteille. Enfin, plus que d’autres, cette candidature pose la question du partage entre critères explicites et implicites de sélection du patrimoine immatériel.

À suivre…

37Depuis 2006, l’équipe de la Mission ethnologie a eu maintes occasions de présenter le texte de la Convention et les dispositifs qu’elle implique, face à des interlocuteurs d’appartenances professionnelles variées : ethnologues, historiens, juristes, administrateurs, musiciens, chanteurs, danseurs, artisans, élus, membres d’organisations non gouvernementales, etc. Des réactions de toutes sortes ont pu être observées, à l’exclusion de l’indifférence.

38Le temps où le « patrimoine immatériel » était spontanément compris pour autre chose que ce qu’il est semble derrière nous : en 2006 ou 2007, il était encore fréquent de le voir identifié au patrimoine numérique ou numérisé, autrement dit au patrimoine dématérialisé. Au cours de ces mêmes années, un rapport public sur les actifs immatériels de l’État entretint un moment, au sein même de l’administration, une confusion entre le patrimoine culturel immatériel (pci) et le patrimoine immatériel culturel (pic) tel que la valorisation de la « marque » Louvre. L’ambiguïté a été levée. Les contacts noués auprès des groupements professionnels, des associations ou des collectivités en vue des projets de candidature constituent un assez bon indicateur : si les propositions faites ne sont pas toutes réalisables, presque toutes du moins sont désormais pertinentes au regard des textes officiels fixant le cadre d’action de la Convention. Tous les acteurs concernés y voient un moyen de sauvegarder un patrimoine qui mérite autant qu’un autre d’être préservé, et pour lequel jusqu’à présent n’existent pas en France de dispositions législatives ou tout simplement réglementaires. Nombreux sont, parmi les praticiens, ceux qui se réjouissent d’y trouver une forme de reconnaissance et de légitimation, au risque parfois de souhaiter devancer les États dans la mise en œuvre des dispositifs – ce qui revient à négliger que, quel que soit le rôle éminent dévolu aux communautés, groupes ou individus, la Convention fonctionne dans le cadre de relations internationales entre États regroupés dans une entité faisant partie de l’Organisation des Nations unies. Enfin, certaines initiatives récentes – telle celle de l’association bretonne Dastum – témoignent d’un souci de faire entrer le patrimoine immatériel dans les politiques culturelles au-delà des effets de visibilité découlant des inscriptions.

La place des scientifiques

39Quatre ans après la mise en place des premiers dispositifs liés à la Convention, il semble que les différentes communautés (professionnelles, associatives, municipales ou régionales) concernées s’approprient rapidement le texte selon l’esprit de ses créateurs. Qu’en est-il de la place faite aux scientifiques ? Les ethnologues sont sans doute les premiers concernés, mais il ne sont pas les seuls : conservateurs de musées (dentelle d’Alençon) ou d’archives (ostensions limousines), historiens et géographes prennent également part à la préparation de certains projets ou à la réalisation des inventaires. Pour les uns comme pour les autres, le pci peut constituer aujourd’hui un champ de recherches appliquées.

40S’agissant des ethnologues, et en dépit des réticences de certains, on ne peut que souligner l’apport extrêmement positif de leur participation aux travaux du pci en France. Certains dossiers – le trait de charpente, la dentelle d’Alençon – leur sont redevables d’un apport essentiel, tant en termes de méthode et de suivi que de contenu. Ils font montre de leur capacité à accompagner la communauté dans sa réflexion sur la contribution à la visibilité et sur l’élaboration des mesures de sauvegarde.

41En outre, ils sont seuls parmi les scientifiques (le temps des historiens n’étant pas encore venu) a être en mesure d’œuvrer pour la Convention tout en envisageant celle-ci comme un objet d’étude. En témoigne le travail de Chiara Bortolotto, anthropologue italienne associée au Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (Lahic) qui, tout en menant une recherche pluriannuelle portant sur l’Unesco et la Convention, a pris part à deux reprises aux campagnes d’inventaire.

42Un exemple intéressant à ce titre est celui du compagnonnage, dossier présenté par la France en vue du comité de 2010. Nicolas Adell-Gombert, ethnologue et historien de formation, est l’auteur d’une thèse sur le compagnonnage. Il a assumé les fonctions de médiateur entre le ministère et les différentes communautés de compagnons présentes sur le sol français (dix mille personnes au total). Lui seul disposait des connaissances et de la compétence pour faire lors de l’écriture du projet de candidature la synthèse des positions de différents groupements : lui seul en outre bénéficiait de leur confiance, du fait de sa position de neutralité et d’équidistance par rapport aux différentes organisations. Cet apport pratique à la réalisation des objectifs de la Convention va de pair avec l’exercice normal d’une activité scientifique critique, largement développée à l’occasion d’un colloque tenu à Toulouse en mai 2010 et intitulé « Transmettre ? Quel(s) patrimoine(s) immatériel(s) ».

  • 16 Il semblerait que plusieurs universités réfléchissent à des projets de masters professionnels orien (...)

43L’Université n’étant pas – ou plus – confinée dans un superbe isolement, il sera important d’observer, à l’avenir, la réponse qu’elle apportera à une demande croissante de professionnalisation des acteurs du patrimoine culturel immatériel16. Il y a là un terrain non à étudier mais à occuper pour les ethnologues, dont on a pu, à juste titre, regretter l’insuffisante insertion professionnelle, y compris dans le secteur culturel, et notamment dans la conservation du patrimoine (Rautenberg 2009).

Questions administratives

44C’est du côté de l’administration du patrimoine que la situation est la moins claire, non encore exempte d’indécisions, même si le temps de l’indifférence semble révolu. La récente réforme des administrations de l’État (rgpp) en a donné une bonne illustration, en incluant le service de l’ethnologie dans le Département « du pilotage de la recherche et de la politique scientifique », mais en confiant explicitement à ce dernier l’ethnologie, le patrimoine immatériel et la mise en œuvre de la Convention. Au sein d’un département voué à la recherche, soit l’ancien mode de fonctionnement de la politique patrimoniale en ethnologie, se trouve confortée une mission qui s’en écarte ostensiblement : la politique du pci a précisément été établie pour rompre avec les postures du passé, distanciées et strictement observatrices (on songe ici aux programmes précédents de l’Unesco, fondés sur la seule recherche, et dont les effets sont restés limités). La hiérarchie des politiques et des objets patrimoniaux, légitimée par leur ancienneté respective et indexée sur l’assise budgétaire des unes et la valeur pécuniaire des autres, demeure.

45En résumé, pour l’administration, la Convention serait encore perçue comme un texte venu d’ailleurs – ce qui est vrai – et fait pour d’autres – ce qui l’est moins. Après avoir tant donné aux politiques patrimoniales internationales, le pays de Mérimée, de Viollet-le-Duc, de Boucher de Perthes et d’André Chastel peinerait à s’enrichir d’une conception du patrimoine portée à l’origine par un pays – le Japon – dont André Chastel et Jean-Pierre Babelon, en un article célèbre, avaient souligné la radicale originalité culturelle en matière de patrimoine. Tout aussi étonnante est la différence de traitement faite aux deux Conventions, celle de 2003 et celle de 2005, dans la mesure où les politiques du patrimoine immatériel permettent de favoriser le dialogue interculturel et la diversité culturelle.

  • 17 Voir : http://www.culture.gouv.fr/mpe/ [consulté en avril 2011].
  • 18 Voir : http://terrain.revues.org/index1145.html?format=presentation [consulté en avril 2011].
  • 19 Voir par exemple : http://www.dastum.net/ [consulté en avril 2011].
  • 20 Voir : http://www.maitresdart.com/ [consulté en avril 2011].
  • 21 Voir : http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?pg=00061&lg=fr [consulté en avril 2011].

46Ces débats ont pourtant de quoi dérouter : en effet, l’État français a mis en place ou soutenu, depuis plus de trente ans, un certain nombre de dispositifs ou d’actions culturels ou patrimoniaux qui dessinent les segments – encore disjoints, fragmentés, mais de grande qualité – d’une véritable chaîne patrimoniale pour l’immatériel. Recherche fondamentale et appliquée, diffusion et valorisation17, publications18 issues du patrimoine ethnologique, documentation et transmission au sein des centres de musiques et danses traditionnelles19 (dont plusieurs sont reconnus en tant que pôles associés de la Bibliothèque nationale de France), transmission encore, et dans un cadre très strictement défini, avec les maîtres d’art20, souvent comparés aux « Trésors humains vivants » japonais21, ou les ateliers conservatoires de dentelle, sans oublier le dense réseau des écomusées et des musées de société, dont les récentes transformations laissent espérer qu’ils seront dans l’avenir les lieux concrets et de proximité de médiation du patrimoine immatériel. En ce domaine, celui de la sauvegarde et de la transmission, qui est au cœur de la Convention, tout ou presque reste à bâtir, seule l’esquisse existe pour l’heure.

Tout patrimoine est d’abord immatériel

47N’existant que par l’accommodation du regard qui l’institue tel, tout patrimoine possède son aura immatérielle. Les politiques du  PCI redoublent l’immatérialité du geste par celle de l’objet considéré. Toute politique patrimoniale qui ne s’occuperait que du matériel s’exposerait définitivement à lâcher la proie pour l’ombre.

Haut de page

Bibliographie

Adell-Gombert nicolas, 2008

Des hommes de devoir. Les compagnons du Tour de France (xviiie-xxe siècle), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / ministère de la Culture et de la Communication, coll. « Ethnologie de la France ».

Belly marlène (dir.), 2009

Des racines au rhizome. Actes des assises nationales des musiques et danses traditionnelles [Orvault et Bouguenais, 16-18 novembre 2007], Paris, Modal.

Culture et Recherche, 2008

n° 116-117, « Le patrimoine culturel immatériel ». Disponible en ligne, http://www. culture.gouv.fr/culture/editions/r-cr.htm [consulté en avril 2011].

Hottin christian, 2008

« Anti-monumental ? Actualité du patrimoine culturel immatériel », Monumental, n° 1, pp. 70-73.

Hottin christian(avec la coll. desylvie Grenet), 2007

« The Ethnology Department of the French Ministry of Culture and the inventories of Intangible Cultural Heritage in France », communication au séminaire « Principles and experiences of drawing up ich inventories in Europe » organisé par l’Unesco (Tallinn, 13-15 mai 2007). Disponible en ligne, http://www.unesco.org/culture/ich/doc/src/00204-en.pdf [consulté en avril 2011].

INP, 2009

« Le patrimoine culturel immatériel en Europe : inventer son inventaire », actes du colloque organisé par la Direction de l’architecture et du patrimoine et l’Institut national du patrimoine (Paris, 30 novembre 2007), http://mediatheque-numerique.inp.fr/index.php/actes_de_colloque [consulté en avril 2011].

Rautenberg michel, 2009

« Mais pourquoi n’avance-t-on donc pas ? Le surplace de la “professionnalisation” chez les ethnologues », in Georges Ravis-Giordani (dir.), Ethnologie(s). Nouveaux contextes, nouveaux objets, nouvelles approches, Paris, Éditions du cths , coll. « Le regard de l’ethnologue », pp. 83-99.

Saumade frédéric, 1994

Des sauvages en Occident. Les cultures tauromachiques en Camargue et en Andalousie, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / ministère de la Culture et de la Communication, coll. « Ethnologie de la France ».

Tornatore jean-louis, à paraître

« Du patrimoine ethnologique au patrimoine culturel immatériel : suivre la voie politique de l’immatérialité culturelle », in Sylvie Grenet & Chiara Bortollotto (dir.), Le Patrimoine culturel immatériel, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme /ministère de la Culture et de la Communication, coll. « Cahiers d’ethnologie de la France ».

Haut de page

Notes

1 Voir la loi n° 2006-791 du 5 juillet 2006 autorisant l’approbation de la Convention internationale pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

2 Un seul projet aboutit, celui des « Géants et dragons processionnels de Belgique et de France », largement porté par la Maison des géants d’Ath (http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?rl=00153 [consulté en avril 2011]).

3 Comme le souligne justement Jean-Louis Tornatore (à paraître), la participation de la Mission ethnologie lors de la première Journée du PCI, en 2004, est marginale.

4 Voir le site internet de la Maison des cultures du monde : http://www.mcm.asso.fr/site02/accueil.htm [consulté en avril 2011].

5 Ces termes désignent une méthode d’analyse, une démarche procédurale qui peut être appelée « gestion consultative » ou « approche descendante (analyse) / ascendante (synthèse) ». (Note de l’éditeur.)

6 Voir l’Inventaire des inventaires du pci : http://www.culture.gouv.fr/culture/dp/ethno_spci/invent_invent.htm [consulté en avril 2011].

7 Le gwoka, ou gwo ka, est la musique traditionnelle guadeloupéenne.

8 Voir les actes du Séminaire international sur les principes et les expériences de réalisation d’inventaires du pci en Europe (Tallinn, 14-15 mai 2007) : http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?pg=00015&categ=2007 [consulté en avril 2011].

9 En 2006, il nous a été demandé, par exemple, de l’utiliser « entre guillemets, en tant que citation de la Convention ». Quatre ans plus tard, le terme embarrassait encore un élu de la nation, pourtant impliqué lui-même, au titre d’élu local, dans un projet de candidature…

10 La notion de patrimoine ethnologique, selon les termes du décret n° 80-277 du 15 avril 1980, embrasse « la totalité des modes spécifiques d’existence matérielle et immatérielle des groupes et communautés vivant en France ».

11 Pour la liste représentative, l’évaluation est accomplie par six experts membres du comité intergouvernemental, dont les avis sont ensuite soumis à l’ensemble des vingt-quatre délégations le composant. Le cycle dure un an. Pour un détail des modalités, voir : http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?pg=00184 [consulté en avril 2011].

12 Voir : http://www.unesco.org/culture/ich/ index.php?RL=00251 [consulté en avril 2011]. Voir aussi le site internet « Charpentiers d’Europe » réalisé par François Calame, conseiller pour l’ethnologie, dans le cadre des publications ethnologiques du ministère de la Culture : http://www.charpentiers.culture.fr/ [consulté en avril 2011].

13 http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?usl=00315 [consulté en avril 2011].

14 http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?rl=00250 [consulté en avril 2011].

15 La configuration de ce groupe de travail est très variable. Pour la candidature de la dentelle d’Alençon, il associe la chef de l’atelier des dentellières, les représentants du Mobilier national (service de l’État auquel est rattaché l’atelier), ceux de la Ville d’Alençon (mairie et musée des Beaux-Arts et de la Dentelle) et ceux de l’État (ministère de la Culture : drac et administration centrale).

16 Il semblerait que plusieurs universités réfléchissent à des projets de masters professionnels orientés vers le pci.

17 Voir : http://www.culture.gouv.fr/mpe/ [consulté en avril 2011].

18 Voir : http://terrain.revues.org/index1145.html?format=presentation [consulté en avril 2011].

19 Voir par exemple : http://www.dastum.net/ [consulté en avril 2011].

20 Voir : http://www.maitresdart.com/ [consulté en avril 2011].

21 Voir : http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?pg=00061&lg=fr [consulté en avril 2011].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hottin C., 2011, « Entre ratification et inscriptions. La mise en œuvre d’une politique du patrimoine culturel immatériel en France (2006-2010) », Terrain, n° 57, pp. 144-157.

Référence électronique

Christian Hottin, « Entre ratification et inscriptions », Terrain [En ligne], 57 | septembre 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 18 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/14390 ; DOI : 10.4000/terrain.14390

Haut de page

Auteur

Christian Hottin

Ministère de la Culture et de la Communication, Direction générale des patrimoines, Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals