Navigation – Plan du site
Poésie et politique

« Poésie et civisme » en Trégor

Emmanuelle Callac
p. 75-90

Résumés

Il s’agit ici de restituer et de comprendre les modalités selon lesquelles, en Trégor (Bretagne Nord), la poésie existe comme pratique et mode d’expression au sein d’une société donnée. Qu’ils soient confirmés ou amateurs, les poètes étudiés ont en commun de s’investir dans la vie politique et culturelle locale. Ressources poétiques et politiques sont ainsi conjointement utilisées à des fins tant individuelles que collectives.

Haut de page

Notes de la rédaction

Remerciements de l’auteur : Je tiens à remercier Anne-Marie Thiesse pour ses conseils.

Texte intégral

  • 1 Le substantif « écrivain ordinaire » ne doit pas être entendu seulement dans un sens privatif, en r (...)

1En Trégor (Bretagne nord), la poésie se présente comme un mode d’expression et d’action qui participe de la vie publique, un mode de transmission et de diffusion d’idées, de sentiments et d’émotions, qui s’articule avec certaines pratiques politiques locales. Mesurer la place et le rôle accordés à l’activité poétique dans cette région, étudier la poésie en tant que phénomène social et pas seulement littéraire, s’interroger sur le sens d’une écriture poétique contemporaine au niveau local furent les buts poursuivis lors du travail de recherche que j’ai mené en Trégor de 1995 à 1998 auprès de personnes écrivant de la poésie. Il s’agissait de poètes amateurs comme de poètes confirmés – publiés ou non – « écrivains ordinaires 1 » ou légitimés, utilisant la langue bretonne ou le français, généralement engagés dans les affaires publiques au niveau municipal, culturel, ou au sein d’un parti politique.

  • 2 Du nom du diocèse de Tréguier, il s’étendait jadis entre la baie de Saint-Brieuc et la baie de Morl (...)
  • 3 Selon ce sondage, 28% de la population des Côtes- d’Armor pratique le breton, contre 22% pour le Fi (...)

2Le Trégor 2 n’a pas été choisi pour justifier d’une quelconque spécificité poético-littéraire comme le laisserait supposer le stéréotype d’un Trégorrois disert, conteur et farceur. La ville de Tréguier, d’environ 3 000 habitants, a été fondée par le moine Tugdual, venu de l’île de Bretagne (l’actuelle Grande-Bretagne) au vie siècle et son imposante cathédrale lui est dédiée. Tréguier fut consacré au xiiie siècle, par Yves Héloury dit saint Yves (1253-1303). Il a vu naître le penseur et écrivain Ernest Renan (1823-1892) dont la maison natale, située dans le centre-ville, a été transformée en musée Renan en 1947. La vie de la cité trégorroise est encore aujourd’hui marquée par ces deux figures emblématiques antagonistes, celle du saint patron des avocats, fêté chaque année lors d’un traditionnel pardon, et celle de Renan l’apostat dont la statue trône sur la place de la cathédrale, le représentant assis, dominé par la déesse Athéna. Sur place, on peut mesurer la prégnance de ce personnage dans les débats politiques et culturels locaux, au travers des animations, colloques et débats organisés autour de ses textes et de son parcours biographique par ses admirateurs, de droite comme de gauche. A 20 kilomètres de là se trouve Lannion, sous-préfecture des Côtes-d’Armor (d’environ 18 500 habitants), qui fut le fer de lance économique de la région dans les années 1960, époque où l’arrondissement de Lannion a connu une croissance économique importante en raison de l’implantation du Centre national d’études des Télécommunications (CNET). Cette décentralisation économique a drainé une importante population de cadres et d’ingénieurs, favorisant la création d’un centre culturel dont la programmation est aujourd’hui d’envergure nationale et dans lequel se tiennent régulièrement des soirées poétiques. Selon une étude de l’INSEE datée de 1994, les Côtes-d’Armor (grâce au Trégor, qui en est la principale zone bretonnante) sont le département breton où la langue bretonne est la plus pratiquée 3. De fait, parmi la quinzaine de poètes rencontrés sur place, la moitié écrivent dans cette langue.

Pratiques poétiques

3Que ce soit dans le cadre des animations littéraires organisées deux fois par semaine durant l’été par l’association la Société des amis du musée Renan dans l’enceinte du musée (elles réunissaient quelques lecteurs avertis de Renan, amateurs d’art et de littérature, écrivant occasionnellement des poèmes), au cours des nombreuses autres rencontres poétiques et littéraires destinées aux touristes étrangers ou bretons de retour au pays pendant les vacances scolaires, ou lors de célébrations amicales, je rencontrai de nombreux poètes locaux. Agés de 32 à 90 ans, ils appartenaient à des catégories sociales et professionnelles des plus variées : agriculteur, menuisier, épicière, comptable, assistante sociale, mère de famille, enseignant, artiste ou encore chercheur. Leur point commun était d’écrire ou d’avoir écrit des poèmes, que ceux-ci restent secrets, qu’ils soient publiés dans des recueils ou encore déclamés lors de réunions amicales. L’hebdomadaire local, Le Trégor, et ses archives, la lecture des revues et des recueils, ainsi que des entretiens avec les habitants du Trégor et des conversations avec les Trégorrois complétèrent ces rencontres, permettant de dégager les modalités selon lesquelles la poésie s’inscrit au croisement d’expériences intimes et collectives et de comprendre comment elle est impliquée dans le domaine public et participe ainsi à la vie politique locale. Au-delà de l’existence sociale de la poésie, ce sont donc les rapports entre pratiques poétiques et pratiques politiques qui nous intéressent ici et que nous allons aborder par le biais de quelques portraits de poètes.

Un poète rebelle…

4Yvon Le Men, domicilié à Lannion, est un poète natif de la région réputé pour avoir fait de sa pratique une véritable profession. Parmi les poètes rencontrés par la suite, celui-ci, ayant déjà beaucoup publié chez des éditeurs bretons, parisiens ou d’ailleurs, fait figure d’exception. Il a fait, très jeune, le pari de vivre de sa poésie, et a construit sa carrière de poète en conjuguant d’abord écriture personnelle et animation d’ateliers d’écriture, notamment auprès de publics scolaires. Ces dernières années, parallèlement à l’écriture, il s’est surtout consacré à faire  connaître la poésie – la sienne comme celle des autres – au travers de récitals, de lectures et de rencontres publiques avec des auteurs. Né au début des années 1950 dans une famille modeste près de Tréguier, il fera sa première prestation poétique en 1972 devant un public de 300 ouvriers en grève, dans une usine du Centre-Bretagne. Ces années-là en Bretagne sont en effet marquées « par un rapprochement ouvriers-paysans et par une série de manifestations pour l’emploi […]. Ceci permet une prise de parole et le lancement d’idées nouvelles qui seront au cœur des mouvements populaires de 1972 » (Monnier 1996 : 708). Cette prestation sera remarquée et lui vaudra la réputation d’un poète rebelle à l’allure rimbaldienne. En 1974, sur les conseils de Per Denez, écrivain et universitaire breton, il publie son premier recueil, Vie, partiellement traduit en breton et explicitement présenté en quatrième de couverture comme une œuvre qui mêle poésie et politique : « Vie, c’est le bilan de tout ce que nous avons subi depuis des décennies d’humiliation ; c’est le trou noir géant creusé par les patrons pour le destin des hommes-travail. C’est cela notre politique, la politique de ceux pour qui la vie est à la fois le présent conquis sur la misère quotidienne et le monde à gagner. Signé : Un camarade parmi les autres. »

5Lorsque je le rencontre, l’auteur précise que depuis cette époque son écriture a beaucoup évolué : « Ça sortait de partout, il y en avait un peu trop parfois et puis maintenant je suis allé peut-être excessivement dans le silence. En vingt ans j’ai travaillé, beaucoup ! » Les longues phrases ont fait place à des formules brèves et à un vocabulaire qu’il qualifie de plus concret, plus descriptif que « tous ces mots en -ismes » très en vogue dans le milieu gauchiste qu’il fréquentait dans les années 1970. Quant à ses engagements, ils se manifestent aujourd’hui par des gestes ponctuels, des poèmes en soutien à certaines causes de proximité, pour un ami qui fait la grève de la faim, ou encore pour des Bretons soupçonnés d’avoir hébergé des militants basques. Il est passé d’une poésie d’action, imprégnée du vocabulaire soixante-huitard où priment les idées de révolte et de justice, avec des sujets à dominante sociale, à une poésie plus épurée, intimiste (l’enfance, les amours, la mort) et contemplative (en collaboration avec des photographes). Entre le jeune homme fougueux des années 1970 et le sage quadragénaire écrivant au début des années 1990 des nouvelles sur son enfance, le style et les thèmes ont évolué. Mais c’est donc en poète engagé dans les événements d’une époque agitée qu’il a débuté sa carrière, dans un contexte fort propice à l’émergence de nouvelles figures. Pour subvenir à ses besoins, il a dû diversifier sa pratique (ateliers d’écriture, animations, lectures), traversant quelques moments difficiles, jusqu’à la fin des années 1980 où il parvint enfin à vivre correctement de son écriture. Il est passé peu à peu d’une situation marginale à celle d’auteur reconnu par les autorités culturelles municipales, départementales et régionales en même temps que se consolidait sa réputation au sein du champ littéraire français.

… et professionnel

  • 4 Ainsi, un article paru dans l’hebdomadaire local Le Trégor de 1996 nous présente-t-il Yvon Le Men e (...)
  • 5 Un article paru dans Le Trégor daté de 1992 signale cet événement en ces termes : « Lui qui a penda (...)

6S’il s’est donné pour tâche de faire connaître la poésie aujourd’hui en Trégor, son ancrage à Lannion ne signifie pas pour autant, selon lui, qu’il est un « poète officiel ». Comme le démontre fort justement Nathalie Heinich, cette revendication d’autonomie qui se présente sous la forme d’une conquête permanente est un élément constitutif de l’identité de l’écrivain (1995). Si l’image de rebelle sur laquelle le poète trégorrois a construit sa carrière n’est plus tout à fait au goût du jour, il n’offre pas pour autant l’image d’un poète subordonné aux instances locales et régionales mais plutôt celle d’un « poète tout-terrain ! » revendiquant son utilité sociale et déplorant le fait que la poésie soit aux mains d’un milieu restreint d’éditeurs et de critiques, parisiens pour la plupart. « La poésie est ailleurs que parmi ces gens qui n’en parlent qu’entre eux », dit-il. Lui qui s’est vu reprocher de vouloir faire de la poésie populaire pense qu’il n’est bon ni de trop l’intellectualiser ni de faire de la poésie facile. Si les animations poétiques (hommages, récitals) et les interventions dans les écoles 4 ou d’autres institutions (mission locale, maison de retraite, hôpital psychiatrique, prison…) ont constitué une part importante de son activité, la création en 1992 d’un lieu d’accueil des poètes coproduit par son association et le centre culturel de Lannion 5 a largement contribué à asseoir sa légitimité littéraire. Cette programmation poétique annuelle consiste à inviter cinq ou six fois par an un poète français ou étranger, parfois en prise avec l’actualité (comme Miroslav Mandic, poète serbe invité en 1992), et donne lieu à un échange ainsi qu’à des lectures autour de l’œuvre et de la vie de l’invité. La salle de spectacle est réduite pour l’occasion à 200 places. Une petite scène est disposée au niveau des premiers fauteuils, des tentures au plafond atténuent la lumière tandis qu’à chaque extrémité un grand rideau délimite l’espace. Pour clore la saison, en mai, il invite le public à venir sur scène lire des poèmes, la règle du jeu étant de dire un texte personnel et celui d’un autre auteur. Lors de la soirée à laquelle j’ai assisté, une vingtaine de personnes se sont succédé sur scène, hommes et femmes de tous âges, lisant des poèmes comiques ou dramatiques et dont la prestation était suivie d’applaudissements. Ces animations poétiques attirent un public qui au fil des années se fidélise : la distance culturelle qui sépare habituellement le grand public de la poésie est, dans le cas présent, atténuée par la proximité sociale et physique avec ce « poète local » qui est né et a toujours vécu dans la région. Chacun des événements qu’il met en place est généralement bien relayé par les médias locaux. Hormis la diffusion de la poésie sur le plan local, cette animation originale lui permet d’entretenir et de développer des relations avec des poètes renommés, de se placer dans divers réseaux littéraires. Cette poésie « appliquée au social » consiste, d’une part, lorsqu’il anime à titre professionnel des ateliers, à proposer un mode d’expression et de prise de parole à un public faiblement doté socialement et culturellement et, d’autre part, à diffuser la poésie écrite en collaborant avec les institutions culturelles locales et régionales. Si l’exercice d’un « art social » lui vaut parfois le discrédit de la part des partisans de « l’art pour l’art » (Bourdieu 1992), Yvon Le Men lui donne sens en enracinant cette pratique dans un attachement au territoire breton et trégorrois. C’est en effet comme figure emblématique du poète breton héritier d’une tradition poétique bretonne qu’il apparaît dans les médias.

Mises en scène d’un Trégor poétique

  • 6 Né à Tréguier en 1909, mort en 1994. Ecrivain prolixe, auteur notamment de Sophie de Tréguier qui o (...)
  • 7 Né à Saint-Servais en 1859, mort en 1926. Collecteur et romancier breton, auteur notamment de La Lé (...)
  • 8 Breton par son père, Yves Elléouët, né en 1932, fut écrivain et peintre. Attiré par le mouvement su (...)
  • 9 « Grand ballonnement de nuages. Les rues. Courant d’air rasant le mur du cimetière. Les latrines à (...)

7Mais, en dehors de ce poète d’exception, d’autres acteurs de la vie culturelle locale, et tout particulièrement à Tréguier, s’investissent dans des actions poétiques ponctuelles et à diffusion plus restreinte mais qui expriment parfois un message politiquement engagé. Malgré sa petite taille, l’architecture et l’histoire de Tréguier en font en été un site touristique aux animations culturelles variées. Certaines d’entre elles, pas forcément les plus fréquentées, mettent à l’honneur des textes d’auteurs trégorrois tels qu’Ernest Renan, Henri Pollès 6 ou encore Anatole Le Braz 7. Comme il est dit plus haut, la Société des amis du musée Ernest-Renan (association créée en 1993) a initié pendant quelques étés consécutifs des lectures-spectacles proposant une visite des lieux sous la conduite de comédiens lisant des textes de Renan et de musiciens, selon un parcours qui débute dans le jardin du musée, traverse les pièces qui le composent et se termine dans le cloître de la cathédrale. L’objectif de cette animation était de faire connaître l’œuvre de Renan de façon ludique. Les organisateurs auraient aimé l’adapter au public scolaire mais, faute de soutien, elle fut supprimée après l’été 1996. C’est probablement aussi la conséquence des controverses qui perdurent à Tréguier autour de Renan, au gré des modes d’appropriation du personnage et de son œuvre par les « renaniens de gauche » et les « renaniens de droite ». Cependant, l’un des organisateurs de ces lectures-spectacles a souhaité en conserver la formule originale et a mis en place l’été suivant (1997) des « Courts-circuits », toujours sous l’égide de la Société des amis du musée Ernest-Renan et avec le soutien du département des Côtes-d’Armor et de la ville de Tréguier. Si ces promenades littéraires et musicales étaient basées sur le même principe déambulatoire, la visite ne se faisait cette fois plus au musée Renan mais démarrait dans la salle de réception de la mairie de Tréguier et se poursuivait jusqu’au cloître, en passant par le jardin du cimetière. Le circuit était agrémenté des textes d’Ernest Renan, Anatole Le Braz, Henri Pollès, ou Yves Elléouët 8 lus par deux comédiennes accompagnées de trois musiciens. En suivant le « Court-circuit », c’est une vision singulière de Tréguier qui était présentée à un public réduit de cinq personnes. D’abord celle d’une cité et d’un peuple idéalisés par l’enfant du pays, Ernest Renan, puis celle d’une ville morne et ennuyeuse selon Henri Pollès. Ensuite, une des comédiennes faisait la lecture d’un texte d’Yves Elléouët décrivant une scène grotesque 9 qui se déroule dans les latrines publiques près desquelles nous nous trouvons, suite à quoi nous pénétrons dans le cloître de la cathédrale pour y écouter un poème sur le thème de l’exil, écrit pour l’occasion par un poète établi dans la région. Enfin, deux chansons traditionnelles (des gwerz) bretonnes viennent mettre un terme à cette visite. Le peu de fréquentation que connaît le « Court-circuit » ne lui permettra pas de durer plus d’un été. Est-ce par manque de publicité ou parce que le public estival néglige ce type d’animation jugée trop intellectuelle ? Comparés aux animations poétiques lannionnaises qui sont, la plupart du temps, relayées par les médias, les circuits trégorrois sont méconnus du grand public. Cela tient peut-être aussi à l’objectif même que se sont fixé les initiateurs : promouvoir et faire vivre les œuvres de certains écrivains trégorrois de leur choix, « désacraliser la parole » en la pratiquant sous forme de lectures de textes parfois volontairement provocateurs qui peuvent paraître réservées à un public averti. A côté de ces animations publiques, il en est de plus intimistes, comme celle qui annonçait la lecture de textes poétiques par Cossic, un Trégorrois d’origine de passage dans le pays. Elle s’est tenue un soir, en bord de mer, autour de ce poète, auteur de plusieurs recueils, qui a fait la lecture de textes de son choix devant un public d’une dizaine de personnes, amis et connaissances, venues ce soir-là écouter un des leurs de retour au pays pour quelques jours.

Lecture-débat en plein air

8Cossic est né en 1943 près de Lannion, il a étudié et enseigné la philosophie en Algérie, au Burundi, au Congo puis dans le sud de la France où il réside aujourd’hui. Il a jadis participé au mouvement situationniste à Nantes et a milité aux Jeunesses communistes de 1958 à 1964. C’est en 1961 que paraît son premier recueil de poésie chez un éditeur parisien, suivi de nombreuses autres publications (édités à Paris, en Bretagne, ou encore dans le centre de la France). Peu de jours avant la soirée en question, il avait discuté au téléphone avec Jean, un ami trégorrois, d’un thème qui lui est cher : celui de l’engagement du poète dans son temps, dans la société… Suite à cette conversation, ce Trégorrois me fit part de leur projet d’organiser bientôt une soirée-lecture autour de ce philosophe et me proposa de rédiger avec lui l’annonce de la soirée pour les journaux locaux, Ouest-France et Le Télégramme de Brest :

« Poésie et civisme
Lecture-débat avec Cossic. La compagnie des Bambous organise une lecture-débat le mardi 13 août à 20 heures à Porz-Scaff en Plougrescant sur le thème “Poésie et civisme”. Le poète et philosophe intitule son intervention “Le chant de la terre et l’éveil des fraternités chorales”. “Faire face, assumer l’histoire est de la responsabilité de tout artiste vigoureux. Mais à quelles conditions l’œuvre d’art et la poésie en particulier peuvent-elles répondre aux nécessités tragiques de la vie collective ?” Il en appelle à un “rude chant de fraternité et d’amour de la terre” avec Hölderlin, Rimbaud, Eluard, Nazim Hikmet, Armand Robin et autres compagnons de la “révolte intégrale”. »

9Le titre choisi, « Poésie et civisme », était destiné à illustrer les idées du philosophe sur la place et le rôle de la poésie et des poètes dans la cité, l’engagement social et politique de l’artiste, la revendication d’un art qui n’est jamais gratuit. C’est donc en référence à la cité plus qu’à la citoyenneté que fut choisi le terme de civisme. Mais la polysémie de cet intitulé peut prêter à confusion. Il peut soit être entendu dans le sens d’un attachement aux institutions, d’une adhésion aux valeurs de l’Etat donc de la République, et soutenir l’idée, très prégnante pendant la IIIe République, que la poésie peut – au même titre que l’histoire – être un vecteur d’adhésion aux valeurs patriotiques. Il peut aussi être compris dans le sens plus revendicatif et progressiste d’une poésie rebelle ou de résistance, telle qu’elle fut mise en œuvre par les poètes surréalistes ou, plus tard, par ceux de la Résistance. C’est probablement dans ce sens que le titre a été choisi, se voulant provocateur, ce à quoi certaines personnes ont réagi, étonnées de l’apparente antinomie de cet intitulé.

  • 10 Poète breton né en 1912 dans une famille de paysans des Côtes-d’Armor ; il suivra des études en khâ (...)

10Comment, lors de cette soirée, le choix des textes lus ainsi que le mode vigoureux sur lequel le philosophe les a déclamés représentent-ils un exemple particulier de ce que peut signifier le rapport entre « poésie et politique » ? Décrivons brièvement son déroulement : A 20 heures, ce 13 août, une dizaine de personnes sont au rendez-vous sur le site annoncé qui surplombe la mer où l’on aperçoit les derniers surfeurs qui quittent la plage. Les personnes présentes se connaissent toutes et connaissent l’intervenant, elles échangent de brèves salutations avant de prendre place, assises par terre ou sur un banc. Le poète récitant reste debout et commence à déclamer d’une voix forte les premiers poèmes, tenant des feuillets dans une main et rythmant sa lecture par de larges gestes et des frappements du pied. Les auditeurs, attentifs, le regardent ou baissent la tête, d’autres encore se tournent vers la mer et le soleil couchant tandis que le protagoniste lit un premier texte d’Armand Robin 10 et poursuit sa lecture avec des poèmes de Rimbaud : un extrait d’Une saison en enfer, Les Mains de Jeanne-Marie et un autre poème évoquant la Commune (Paris se repeuple.). Il fait le lien entre ce texte et la situation politique au Rwanda (d’actualité à l’époque) qui le révolte, dénonçant la responsabilité des Français dans le génocide tutsi, arguant de ses connaissances sur cette région pour y avoir vécu. Ensuite, il dédie un poème du dramaturge turc Nazim Hikmet : « En cette année 1956 aux Turcs qui meurent en prison ainsi qu’aux Kurdes et aux Arméniens. » Puis, sur le même ton révolté, suivent un poème de Paul Eluard, La Victoire de Guernica, et un extrait du livre de Pierre Clastres Le Grand Parler, dédié cette fois aux Indiens guarani. La prestation se poursuit et se termine avec quelques autres textes aux thématiques similaires : dénonciation des injustices et encouragement à l’insurrection. Parmi les personnes présentes, nombreuses sont celles que j’ai déjà rencontrées au cours de l’enquête ou que je rencontrerai par la suite. Y figurent un autre professeur de philosophie bretonnant, un agriculteur et militant breton, conseiller municipal à Lannion et féru de littérature et de poésie ; se trouvent là aussi un chercheur géographe, ancien militant du PSU (et président de la Société des amis du musée Renan) ; un sociologue et poète d’expression bretonne qui, avant la soirée, m’a déjà accordé un entretien sur sa pratique d’écriture en langue maternelle ; un musicien ; quelques comédiens dont l’organisateur de cette lecture en plein air qui est aussi le metteur en scène des « Courts-circuits » littéraires à Tréguier ; un journaliste, son épouse enseignante et leurs enfants ainsi que d’autres que je ne connais pas. Dans l’ensemble le public est essentiellement composé d’intellectuels et d’artistes locaux, ce qui n’est évidemment pas représentatif de la population trégorroise mais plutôt d’une élite culturelle locale, politiquement ancrée à gauche.

À propos de l’engagement des poètes

11Lorsque se termine l’allocution poétique, la nuit est tombée et les participants décident de se retrouver à la terrasse d’un café situé non loin de là afin de poursuivre la discussion qui s’est peu à peu instaurée autour des questions de l’engagement du poète et de la poésie dans l’histoire. Chacun des participants argumente en puisant dans ses références culturelles et sociales, l’un d’eux critiquant le rapport conflictuel entre raison et poésie, un autre suggérant qu’il est préférable d’envisager science et poésie dans leur complémentarité et de dépasser l’a priori de leur incompatibilité, etc. Le débat prend plus ou moins forme autour de la problématique de l’art engagé, mais chacun semble peser ses propos avant de les soumettre à la réflexion commune. En guise de conclusion, le protagoniste de la soirée reprend la parole et lit la préface de son dernier recueil de poèmes non encore publié parce que explique-t-il, les éditeurs l’ont « censuré ». Dans ce texte il propose la mise en œuvre d’une « poésie impulsive » qui serait l’alliée de la philosophie et dont il expose les tenants et les aboutissants. Toutes les idées émises ce soir-là fournissent une matière à réflexion aux participants ; l’un d’eux me dira par la suite qu’il n’a pas été convaincu par cette prestation, jugeant la fougue du poète soixante-huitard « vieillie, d’une autre génération, de type années 1960-1970 ». Quelques jours après avoir quitté le Trégor, le philosophe enverra un texte intitulé Lemme, prémice d’une réflexion plus développée qu’il destine à la publication. Au fil de ces trois pages dactylographiées, sur un ton de Cassandre, l’auteur dénonce les injustices du « xxe siècle finissant marqué par une désolante irrationalité de l’histoire » dont il rend responsable le monde occidental, condamnant à nouveau le « génocide politique au Rwanda ». Son texte se poursuit ainsi : « Face aux dérives criminelles de l’histoire que l’on ne peut que mettre sur le compte d’une déliquescence du politique, responsabilité est à prendre, aussi bien chez les artistes que chez tous les hommes de rude métier. Et la parole poétique authentique affronte l’histoire », loin des « jérémiades » qui « participent dérisoirement du spectacle d’un monde de grande misère éthique ». En conclusion, il fait l’éloge d’une poésie « vouée à la résistance » et c’est bien là une idée que partagent ceux qui, amis ou non, sont venus l’écouter ce soir-là.

12En effet, chacun occupe une place singulière sur la scène locale, mêlant activités culturelles et activités politiques : par le théâtre ou la musique, ils mettent en place des animations visant à faire connaître le patrimoine littéraire du Trégor tout en étant actifs dans la vie municipale de leurs communes (petites ou grandes), que ce soit à titre de conseiller, d’adjoint, de futur ou d’ancien candidat aux élections, ou encore comme membre d’un syndicat. Leur pratique de la poésie tient de la « résistance » ; ils la font vivre et la diffusent dans le prolongement de leurs engagements politiques. L’écho d’une telle réunion demeure très infime à l’échelle locale. Ceux qui ont participé à cette soirée constituent un milieu d’interconnaissance ayant en commun une origine locale, un capital culturel important et des ambitions politico-culturelles fortes (candidatures électorales, responsabilités associatives, syndicales). Ils puisent dans cette proximité et ce capital socioculturel pour mettre en œuvre leurs engagements et c’est en vertu de ce double répertoire culturel et politique et de l’ancrage local qu’ils se présentent comme des « figures locales » (Guionnet 2002). On peut le constater dans les pages du journal Le Trégor ou encore dans les discussions avec certains Trégorrois qui connaissent ces « figures » et évoquent parfois avec une pointe de circonspection les modes de réalisation de ces ambitieux projets littéraires à l’échelle locale.

13Mais quelles sont les relations entre cette poésie et celle mise en œuvre par Yvon Le Men ? D’un côté, à Tré-guier, on a affaire à une programmation ponctuelle, publique mais touchant un nombre très restreint de personnes. D’un autre côté, à Lannion, il s’agit d’une programmation annuelle, bâtie sur une trajectoire personnelle et une carrière construite en tissant et en consolidant des relations auprès des acteurs culturels locaux et régionaux. Il est ainsi parvenu à implanter la poésie localement, à l’instituer comme une pratique culturelle polymorphe, à faire de cette partie de la Bretagne un lieu d’accueil et de passage pour des poètes français ou étrangers. On le constate d’ailleurs dans la rhétorique employée par le poète pour se présenter, qui repose sur un double registre : celui, historique de la figure emblématique du barde breton, inscrit dans une terre et un passé qui invitent à la poésie (depuis le « Bretagne est poésie » de Marie de France jusqu’au « Bretagne est univers » de Saint-Pol Roux) et celui, plus sociologique, du poète « utile » qui revendique son enracinement territorial et son ouverture à la diversité en s’investissant dans le domaine de la poésie en France. Pour ce qui est des relations entre ce poète et les informateurs évoqués ici, il va sans dire qu’ils se connaissent et que leurs trajectoires se sont souvent croisées au cours des années passées. Ils ont tous gravité dans le milieu « culturel-cultureux trégorrois », comme me l’expliquait l’un d’eux, et ont fréquenté les mêmes endroits (cafés, cabarets), notamment dans les années 1970.

14Ainsi, la construction d’un patrimoine breton et trégorrois passe aussi par la valorisation d’auteurs et de textes qui ne sont pas forcément bretonnants (i.e. d’expression bretonne) ni d’ardents défenseurs d’un régionalisme breton (on pense à Renan, Pollès, Elléouët invoqués dans les circuits littéraires à Tréguier).

  • 11 Les auteurs de référence souvent cités sont : Georges Perros, Kenneth White, Victor Segalen, qui to (...)

15Malgré leurs différends, les personnes évoquées ci-dessus partagent cependant le fait d’apprécier en tant que lecteurs une poésie moderne 11 et de s’y essayer en écrivant des poèmes (dont certains sont publiés) en langue française ou en langue bretonne. Le choix d’écrire dans leur langue maternelle participe d’une revendication politique, même discrète, de type régionaliste. L’écriture en langue dite minoritaire constituant, dans un pays centralisateur comme la France, un acte politique. Certains poètes d’expression bretonne articulent ainsi parfois carrière poétique et carrière politique.

Maire, poète et militant breton

  • 12 Stage initié par Loeiz Roparz (né à Pollaouen en 1921), professeur de français, de latin, de grec e (...)
  • 13 Selon Ronan Roudaut, Yann Sohier semble avoir compris que, entre les deux guerres, « les préoccupat (...)
  • 14 « L’UDB a souffert de la perte de crédibilité de la gauche liée à son passage au pouvoir. En 1989 e (...)

16C’est le cas de Fanch Peru qui présente l’originalité d’être à la fois un poète consacré puisqu’il a publié de nombreux recueils en breton, et le maire d’une commune de 300 habitants. Peu avant notre première rencontre, j’avais pu visionner une émission en langue bretonne diffusée sur France 3-Chadenn ar Vro (« chaîne du pays ») dressant le portrait de cette figure originale de maire-écrivain. Né en 1940 en bordure du Léguer (la rivière qui traverse le Trégor), il a été élevé entre l’atelier de sabotier de son père et le café tenu par sa mère, où il entendait à longueur de journée les histoires racontées en breton par les consommateurs. De son père, décédé lorsqu’il avait 19 ans, il a conservé un goût très prononcé pour le travail du bois, les oiseaux et toutes les choses de la nature. Sa mère elle, récemment disparue, avait, dit-il, la parole facile et le verbe imagé : « Elle connaissait plein, plein de mots, de proverbes en breton. Elle ne parlait pratiquement que par images, quand elle parlait en breton. C’était absolument extraordinaire d’ailleurs le fait qu’elle passait toute la journée d’une langue à l’autre ! Jusqu’à sa mort, c’était bilingue breton-français, tout le temps avec les clients ! Commencer une phrase avec un client en breton, terminer en français avec un autre, c’était comme ça tout le temps. Et puis elle jonglait avec les images et les trucs qu’elle racontait à ses clients, des tas de trucs ! » Ses parents ont été selon lui des éléments favorables au développement d’un esprit imaginatif. Il établit une nette distinction entre le breton, qu’il qualifie d’» imagé » et qu’il associe volontiers à la faconde de sa mère, et le français qu’il juge plus « conceptuel ». Aujourd’hui, parmi ses autres sources d’inspiration, il aime citer un de ses frères, employé communal (l’autre est enseignant), qu’il juge aussi bon conteur que leur mère : « Il a toujours une histoire à raconter, partout où il va ! Il n’écrit pas mais il parle, il raconte beaucoup de choses, il a un humour trégorrois extraordinaire ! C’est une fontaine à laquelle je m’alimente souvent. Sans le dire exactement, des fois, c’est lui que je mets en scène. » Quelle que soit la langue qu’il utilise, c’est toujours en breton qu’il pense en premier, et c’est dans cette langue qu’il se sent le plus à l’aise. Il écrit en breton ce qui relève de l’imagination et en français ce qui touche à la réflexion. A chaque style sa langue. L’une, maternelle, exprime les affects et l’autre, scolaire, la réflexion. Comme l’écrit Daniel Fabre (1997 : 17), on retrouve cette dichotomie « dans tous les imaginaires diglossiques » où le « vernaculaire, oral est féminin », et « le français, hégémonique et écrit, masculin ». Cet art de la narration, Fanch s’attache à le cultiver par écrit comme le faisait son mentor Pierre Jakez Hélias. Il a fait ses études à l’école normale de Saint-Brieuc, puis à Rennes jusqu’à l’obtention du CAPES de lettres modernes. A l’âge de 40 ans, il a repris le chemin des études à l’université de Brest afin d’obtenir un DEA d’ethnologie, ainsi qu’une licence de breton pour, dit-il, « se mettre à niveau ». Actuellement à la retraite, il délivre, dans cette même université, des enseignements d’ethnologie issus notamment de ses recherches sur les jeux traditionnels en Trégor, son thème de prédilection sur lequel il a écrit de nombreux articles en breton et en français : « Jeux, jouets et outils enfantins », « Jeux de pardon en Bretagne », jeux de force, jeux d’adresse, etc. Il a aussi publié des articles sur sa commune et sur les écrivains trégorrois du xixe et du début du xxe siècle (Renan, Le Braz). En 1995, lors de notre rencontre, il est en délégation rectorale et enseigne le breton à plein-temps, mais il envisage de travailler à mi-temps à partir de l’année suivante (en cessation progressive d’activité), afin de pouvoir se consacrer à son activité de maire ainsi qu’à l’écriture. Dès son arrivée au collège de Tréguier en 1965 en tant que professeur de français, il propose des cours de langue bretonne qu’il donne d’abord bénévolement aux élèves volontaires, en plus du français. Après 1968 et grâce au soutien de quelques proches motivés, plusieurs heures de breton ont pu être dégagées jusqu’à former un service pratiquement complet entre le collège et le lycée. Son épouse, originaire du Cap-Sizun, est aussi professeur de français et enseigne au lycée d’enseignement professionnel de Tréguier. Lorsqu’elle était lycéenne à Quimper elle suivait des cours de danse et de langue bretonnes et c’est au cours d’un stage de breton qui se tenait au début des années 60 dans les Monts d’Arrée qu’ils se sont rencontrés 12. Plus tard, ils militèrent au sein d’Ar Falz (« la faucille »), mouvement des instituteurs et professeurs laïcs pour l’enseignement du breton, diffusant une revue éponyme créée en 1933 par un instituteur communiste originaire de Haute Bretagne, Yann Sohier (1901-1935). Selon le sociolinguiste Louis-Jean Calvet, sous son influence « la langue bretonne va être présentée comme une langue prolétarienne, et sa disparition progressive comme la preuve de l’oppression du prolétariat breton par le système capitaliste » (1988 : 145) 13. Interprétation que modèrent Fanch et son épouse : « Ar Falz c’était pas communiste, le fondateur Yann Sohier il était communisant, il avait la carte, mais après… Il y avait des communistes dedans mais pas que des communistes. Je pense qu’il y a pas eu tellement de communistes à la tête d’Ar Falz, mais il y en avait dedans. » En 1962, avec d’autres étudiants d’Ar Falz, ils organisent un stage « d’immersion » dans la culture trégorroise auquel participent une quarantaine de jeunes (cours le matin, rencontres avec les agriculteurs l’après-midi dans les fermes, échanges en breton, veillées, fest-noz). En 1965 le jeune couple s’installe à Tréguier et il s’engage immédiatement dans les activités du centre culturel régi par l’amicale laïque locale (cours de breton, de danse, conférences, etc.). Presque dix années plus tard, ils emménagent dans ce bourg de 300 habitants dont Fanch est devenu maire. Ils ont aujourd’hui trois enfants et sont plusieurs fois grands-parents. « Quand on est arrivé ici, se souvient Fanch, il n’y avait qu’une société de chasse, c’est tout. On a fait, pas seuls, mais on a contribué à la création du comité des fêtes, du club des anciens, à l’époque c’était pas mal, il fallait un peu ça pour que toutes les générations se mélangent, et puis l’association sports et loisirs qui était plus culturelle. Ça a été fait en deux ou trois ans. » En 1977, il est élu conseiller municipal, maire en 1983 ; en 1995 il entame son troisième mandat qu’il a achevé en 2001. Depuis le début des années 1960, Fanch est membre de l’UDB (Union Démocratique Bretonne), parti politique né en 1964 qui se réclame « à la fois de la conscience de la vocation nationale de la Bretagne et de l’idéologie socialiste » (Monnier 1996 : 708) 14. Comme il est fréquent dans les petites communes, ce sont les qualités personnelles du maire qui priment sur sa couleur politique. « La popularité de Fanch n’a rien à voir avec l’UDB. C’est sa personne qu’on aime bien ici. Il a une fonction de cohésion. Il a des rapports très sains avec sa population. Il les connaît, il parle comme eux. Même s’il revendique son appartenance à l’UDB ce n’est pas un idéologue, c’est un artiste, un littéraire. C’est un maire humaniste, il lit Montaigne ! Il fait l’unanimité ici », explique un de ses amis conseiller municipal. « Il laissera sa trace dans le pays » me confie un libraire de Lannion qui vend ses recueils. Fanch considère lui aussi qu’il ne s’est pas fait élire au nom de l’UDB : « J’étais UDB [lorsqu’il fut élu maire pour la première fois en 1983], mais dans les petites communes c’est pas politisé du tout. Les gens savent que je suis à l’UDB, mais je ne fais jamais rien vraiment au nom de l’UDB sur le plan communal. »

Militantisme et poésie

  • 15 A Lannion, le carnaval était jadis représenté par une grande marionnette, le Meurlarjez, placée sur (...)

17Son militantisme en faveur de la culture bretonne consiste selon lui avant tout dans l’enseignement du breton, et surtout l’écriture et la publication de récits, articles, poèmes dans cette langue, plutôt que dans un investissement partisan au nom de l’UDB. Elevé en partie par ses parents chez lesquels on parlait breton et en partie chez ses grands-parents habitant un village voisin où le breton était aussi la langue majoritaire, il a appris le français « un peu à la maison, et surtout à l’école ». C’est au catéchisme, auprès d’un prêtre militant breton, qu’il a appris à lire et à écrire sa langue maternelle. Par ailleurs, lorsqu’il étudiait à l’école normale de Saint- Brieuc, il a suivi des cours de breton avec son oncle qui y enseignait et il a ainsi pu approfondir sa connaissance de la littérature écrite en breton : « Beaucoup sont restés au stade oral, mais moi je suis passé au stade écrit assez vite, de cette manière-là, ce qui était assez rare à l’époque finalement. » Son oncle et sa tante faisaient partie de ces Bretons qui dans les années 1950 réagissaient contre le stigmate identitaire. Tous deux connaissaient bien et estimaient le prêtre militant qui enseignait le catéchisme en breton à Fanch, d’autant que « dans ces années-là, 1950-1955, là où c’était difficile à la fin de la guerre, il y avait une certaine complicité entre les gens qui étaient passionnés par ça ». Le sociologue Ronan Le Coadic, qui travaille sur l’identité bretonne, fait remarquer que « la prise de conscience de la bretonnité se présente parfois sous la forme d’une initiation », et en prend pour exemple deux militants bretons réputés qui reconnaissent avoir « bénéficié dans leur jeunesse de l’initiation d’un prêtre nationaliste breton » (1998 : 71). Mais ce rôle d’initiateur pouvait aussi être assumé par des instituteurs laïcs, et l’auteur constate que « certains prêtres et certains instituteurs ont donc joué un rôle d’éveilleur de conscience bretonne » (Le Coadic 1998 : 71-72). Dès l’âge de 12 ans, sur les conseils de cet abbé et de son oncle, Yann participe aux concours d’écriture en breton proposés par la revue Ar Falz. « Par exemple, il fallait chercher le nom des oiseaux, et tout ce que soi-disant ils disaient. Il y avait des petites rédactions comme ça », se souvient-il. Quand il était étudiant, il a écrit une pièce de théâtre en breton jouée à la radio, « une farce », précise-t-il en riant, « qui est à la fois inspirée de Molière et de Pierre-Jakez Hélias ! ». Il écrit chaque mois pour le journal de l’UDB, Pobl Vreizh « Peuple breton » et pour d’autres revues bretonnes, ainsi que dans l’hebdomadaire Le Trégor « des petits textes journalistiques, politiques, des textes plutôt militants » et, à la fin des années 1970, il commence à écrire « plutôt des chroniques et des nouvelles, dont certaines étaient déjà inspirées par mon expérience municipale de conseiller, parce que j’étais élu conseiller en 1977, de conseiller municipal et de militant UDB ». Ces chroniques, récits et nouvelles sont pour la plupart réunis sous forme de recueils qui paraissent régulièrement depuis 1985, chez un éditeur de Morlaix affilié au mouvement laïc d’enseignement du breton qui lui accorde 5 % des ouvrages en nature en guise de droits d’auteur. Il publie également de la poésie sous forme de recueils monolingues ou bilingues. Dans son cas, on peut observer, comme l’écrit Fabre que, « au prix d’une ascension scolaire de ses promoteurs (les professeurs du secondaire, prenant un temps le relais des maîtres d’école) et d’un élargissement de ses références esthétiques, les plus récents mouvements de renaissance culturelle, ceux des années 1970, n’en restent pas moins attachés à la forme poétique comme voie de réappropriation immédiate et d’illustration publique de la langue perdue » (1997 : 42). C’est vraiment dans les années 1980 qu’il a commencé à publier, en constatant « qu’il n’y avait pas assez de textes contemporains assez simples pour mes élèves de cours de breton. Donc j’ai commencé à écrire pour eux […]. Il n’y avait pas assez de textes parlant de choses de maintenant ». Sa motivation initiale fut donc d’écrire dans un breton contemporain (celui qu’il parle et entend parler autour de lui) sur « la vie comme elle se passe maintenant dans le Trégor, la vie et la mort. Les histoires sont inspirées de choses vues et étudiées un peu : les réflexions d’un fossoyeur, le problème du chômage, l’alcoolisme des femmes, le suicide, les manifestations paysannes, l’ouragan de 1987, etc. ». Il aborde aussi bien des problèmes d’actualité tels que la guerre du Golfe (« comment elle est évoquée au comptoir ») que les fêtes traditionnelles locales : le Malarjé ou Meurlarjez c’est-à-dire le mardi-gras 15 fêté à Lannion, les pardons trégorrois, le vendredi des crêpes et « évidemment l’allée de boules ». « Il y a des idées qui passent dans mes textes mais… pas brutalement. Par exemple, quand il y a une discussion dans un bistrot, qu’il y a quatre ou cinq personnages qui parlent, il y en a un qui exprime mes idées, c’est évident, ou deux. Ça passe de manière un peu plus subtile. » Il s’inspire des conversations glanées au fil des jours, ainsi que de ce qu’il observe dans son quotidien d’élu car, au conseil municipal, « On apprend beaucoup de choses, énormément. On voit les situations sociales et les choses, on voit les problèmes qu’ils se posent… ».

  • 16 Référence à la formule utilisée par le Bureau européen pour les langues moins répandues, dont le si (...)

18La distinction qu’il établit entre « faire de la politique » et « participer à », « être auprès de » (« fréquenter, écouter, voir ») est très significative du sens qu’il accorde à sa pratique d’écriture : un engagement complémentaire à celui d’élu, et sa façon de militer pour la langue et la culture bretonnes, en sus de son enseignement en breton. Son projet d’écrivain est motivé par son expérience personnelle de la situation d’une langue et d’une culture « moins répandues 16 » au service desquelles il met ses compétences politiques et littéraires héritées d’une trajectoire militante régionaliste et de gauche.

Faire vivre la langue

  • 17 Jules Gros est né en 1890 à Paris et a vécu jusqu’à l’âge de 103 ans en Trégor à Locquémeau près de (...)
  • 18 « Tu n’aurais pas écrit cela en français ! »
  • 19 Imram (« périple ») : du nom de l’œuvre majeure de son premier lauréat, le prêtre et poète Maodez G (...)

19Sa méthode d’écriture n’est pas sans rappeler celle de l’ethnographe sur le terrain : il emporte toujours dans sa poche un petit carnet et un crayon : « Toujours un crayon en bois, jamais de bic ! […] Il faut noter tout de suite sinon on oublie, tout de suite ! Dès qu’on entend un truc, des tournures de phrase, des plaisanteries, il faut noter ! » En la matière, il dit avoir pour modèle le linguiste trégorrois Jules Gros qui n’a eu de cesse, sa vie durant, de recueillir des expressions bretonnes réunies aujourd’hui dans trois imposants volumes qui font autorité en linguistique bretonne 17. Toutes ces notes constituent la trame de ses récits, sketches (repris en classe avec ses élèves de breton) et poèmes. Il dit écrire « souvent et vite, très vite même quelquefois dans des réunions quand je m’ennuie, je trouve un texte, je dis tiens…, après je le remanie ». Et il ajoute en souriant que le trajet presque quotidien qui le conduit de son domicile à son lieu de travail est pour lui un moment propice à la maturation de textes à venir : « J’ai un quart d’heure de voiture pour aller jusqu’à Tréguier, et là ça remue ! » En plus de ses publications, le maire-écrivain organise ou participe à diverses animations littéraires auprès de publics d’adultes ou d’enfants, il intervient régulièrement dans les écoles primaires monolingues ou bilingues (Diwan, Divyezh), il participe à des ventes-signatures, à des kermesses, etc. Parmi ses lecteurs on trouve aussi bien des jeunes qui étudient le breton à l’école, des natifs qui savent lire le breton et quelques-uns qui n’ont pas appris à lire leur langue maternelle mais qui font cet effort de réappropriation linguistique par une lecture qui s’effectue de préférence à voix haute, ce qui permet de retrouver les sonorités familières. « Ils arrivent à reconnaître, même si le breton a été sarclé, explique Fanch. Ils vont mettre peut-être un mois à lire une nouvelle mais ils la liront ! Il y en a même un qui m’a dit, alors qu’il avait le bouquin dans la poche : “n’ez pije ket skrivet-se e galleg 18 !” » Ses écrits en effet sont très imprégnés de certains traits propres au parler trégorrois, c’est-à-dire des tournures dialectales spécifiques au niveau lexical et morphologique, des références communes qui valent aux Trégorrois leur réputation de farceurs, de plaisantins, de conteurs, construction stéréotypique que Fanch reproduit dans ses écrits et qui distingue le dialecte trégorrois de celui de ses voisins bas-bretons le Léonard et le Cornouaillais. C’est ce travail de témoignage et de valorisation de la langue bretonne qui soutient son projet d’écrivain, son ambition littéraire mais aussi son militantisme culturel et son activité de maire. En 1992, il a reçu le prix Imram pour l’ensemble de son œuvre, délivré par l’association Rencontres poétiques internationales de Bretagne basée à Saint-Malo, fondée en 1982 à l’initiative d’un couple d’artistes malouins et de quelques poètes de Bretagne, et dont le président d’honneur était alors Pierre Jakez Hélias 19. Maire, militant, enseignant, écrivain il cumule toutes ces facettes qui font de lui dans la région « un personnage central, consacré de multiples façons » (Le Bail 1993 : 358).

20Les personnages dont il est question ici ont en commun d’être des figures locales, mêlant activités littéraires et politiques, selon des modalités variables. Au-delà des divergences linguistiques et stylistiques, ils manifestent tous une inscription territoriale forte et participent activement à la production et à la reproduction du patrimoine local par leurs engagements politiques et littéraires. Cette pratique poétique observée en Trégor s’inscrit fortement dans l’histoire locale et participe, en filigrane, des enjeux politiques du moment. A travers l’écriture de poèmes et leur diffusion sur la place publique, ces poètes mènent tout autant une quête personnelle qu’une entreprise sociale d’insertion dans le milieu local. La poésie ici, au-delà d’un mode d’expression de soi, d’une pratique intime, est aussi une pratique sociale et politique, liée aux affaires publiques. L’engagement citoyen, envisagé comme une forme d’intervention et d’action puisant dans des ressources poétiques, se réalise sur un mode intime, personnel, donnant lieu à des actions poétiques qui participent discrètement mais significativement à la vie politique locale.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P., 1992. Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil.

Callac E., 2001. Ethnologie de la poésie : un exemple en Bretagne, Paris, thèse de doctorat, EHESS.

Calvet L.-J., 1988. Linguistique et colonialisme. Petit traité de glottophagie, Paris, Payot

Denez P., 1998. Bretagne. Une langue en quête d’avenir, Bruxelles, Bureau européen pour les langues moins répandues, Langues européennes, n° 7.

Elléouët Y., 1976. Falc’hun, Paris, NRF-Gallimard.

Fabre D. (ss la dir. de), 1993. Ecritures ordinaires, Paris, BPI Centre Georges-Pompidou-POL.

1997. Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme.

Guionnet C., 2002. Les notables français du xixe siècle face au processus démocratique. Vers une réhabilitation prudente de la figure du notable, communication aux Journées d’études « Notables et pouvoirs notabiliaires », CERI-université de Turin (27-28 juin).

Heinich N., 1995. « Façons d’» être » écrivain. L’identité professionnelle en régime de singularité », Revue française de sociologie, n° XXXVI, pp. 499-524.

Le Bail M.-L., 1993. « Ecrire à Rivérac » in Fabre D. (ss la dir. de), Ecritures ordinaires, Paris, BPI Centre Georges-Pompidou-Pol.

Le Coadic R., 1998. L’identité bretonne, Rennes, PUR-Terre de Brume Editions.

Musée des Beaux-Arts de Nantes, bibliothèque municipale de Nantes, 1994. Le rêve d’une ville. Nantes et le surréalisme, Musée des Beaux-Arts de Nantes, Réunion des musées nationaux.

Monnier J.-J., 1996. « L’évolution générale de la Bretagne depuis 1945 », in Cassard J.-C. et J.-J. Monnier (ss la dir. de), Toute l’histoire de Bretagne, des origines à la fin du xxe siècle, Morlaix, Skol Vreizh.

Roudaut R., 1973. « Histoire du mouvement breton », Les temps modernes, nos 324-325-326, Paris, pp. 170-194.

Haut de page

Notes

1 Le substantif « écrivain ordinaire » ne doit pas être entendu seulement dans un sens privatif, en référence à « une écriture sans écrivain, une écriture d’amateur, une écriture du dimanche ». Il évoque aussi « un territoire assez mal exploré », celui des écritures ordinaires « qui ne cesse de produire de l’inédit, de l’extraordinaire » (Fabre 1993). Le qualificatif « ordinaire » désigne ici, d’une part, la diffusion essentiellement locale de leurs écrits, limitée parfois à l’entourage proche, et d’autre part l’absence d’ambition littéraire qui caractérise la plupart d’entre eux et les exclut du champ littéraire.

2 Du nom du diocèse de Tréguier, il s’étendait jadis entre la baie de Saint-Brieuc et la baie de Morlaix, actuelle partie septentrionale bretonnante du département des Côtes-d’Armor.

3 Selon ce sondage, 28% de la population des Côtes- d’Armor pratique le breton, contre 22% pour le Finistère et 15% pour le Morbihan.

4 Ainsi, un article paru dans l’hebdomadaire local Le Trégor de 1996 nous présente-t-il Yvon Le Men entouré d’élèves de classe de quatrième venus de Vendée « pour s’entretenir avec le poète ». « L’homme n’a rien d’un illuminé, sa poésie jaillit de la vie », écrit la journaliste, avant de décrire le déroulement de la journée : il les emmène sur « les lieux de son inspiration, le chemin de halage, et leur explique comment il a appris à observer le martin-pêcheur, l’aigrette et le héron ». Puis les élèves exécutent quelques « exercices de style » et à l’issue de la rencontre ils réalisent « une émission télévisée autour des découvertes qu’ils ont faites sur la poésie et sur la connaissance d’un auteur. »

5 Un article paru dans Le Trégor daté de 1992 signale cet événement en ces termes : « Lui qui a pendant près de vingt ans parcouru seul les scènes, conquis ses publics à force de puiser dans son Trégor natal [...] il va se retrouver dans une autre position et devoir prendre du recul sur son travail comme sur celui des autres. Ça tombe bien dans ma vie, déclare le poète. J’ai plaisir à faire le pont entre ce que je fais et les poètes que j’aime. »

6 Né à Tréguier en 1909, mort en 1994. Ecrivain prolixe, auteur notamment de Sophie de Tréguier qui obtint en 1933 le prix du roman populiste.

7 Né à Saint-Servais en 1859, mort en 1926. Collecteur et romancier breton, auteur notamment de La Légende de la mort chez les Bretons armoricains publiée pour la première fois en 1893.

8 Breton par son père, Yves Elléouët, né en 1932, fut écrivain et peintre. Attiré par le mouvement surréaliste, il fit la connaissance d’André Breton et épousa sa fille Aube en 1956. Il venait régulièrement passer ses vacances au lieu dit la Palud , près de Tréguier, et c’est ainsi qu’il découvrit la région. La Bretagne lui a d’ailleurs inspiré deux romans : Le livre des Rois de Bretagne paru en 1974 et Falc’hun (préfacé par Michel Leiris) paru en 1975, année de son décès.

9 « Grand ballonnement de nuages. Les rues. Courant d’air rasant le mur du cimetière. Les latrines à forte odeur imprégnées dans le ciment y sont adossées. Au-dessus du panneau de tôle qui cache les pisseurs, parfois, la houle d’une paire d’épaules surmontée par une face de porc rougeoyante. Les cheveux gris sur la nuque s’enfoncent dans le cercle de crasse du col de chemise. Je te secoue Popaul, et la dernière goutte dans le calcif. La rue sent le poisson… » (Elléouët 1976 : 100)

10 Poète breton né en 1912 dans une famille de paysans des Côtes-d’Armor ; il suivra des études en khâgne au lycée Lakanal à Sceaux. Polyglotte, il rédigera à partir de 1941 un « Bulletin d’écoute » radiophonique auquel s’abonneront les journaux, divers ministères et organismes ; à la Libération il rejoint la Fédération anarchiste. Auteur de plusieurs recueils (Le Temps qu’il fait, Le Monde d’une voix, Ma Vie sans moi), il meurt en 1961 à Paris, à l’infirmerie spéciale du Dépôt.

11 Les auteurs de référence souvent cités sont : Georges Perros, Kenneth White, Victor Segalen, qui tous trois ont significativement à voir avec la Bretagne mais une Bretagne « défolklorisée », et encensée pour son effet centripète (Georges Perros le Parisien et Kenneth White l’Ecossais ont choisi de s’y installer) autant que centrifuge (Victor Segalen né à Brest est connu pour ses voyages en Orient). Armand Robin comme figure d’un poète breton « maudit » vient d’ailleurs compléter cette liste de poètes que mes interlocuteurs aimaient évoquer ainsi que celle, géographiquement proche, du Morlaisien Tristan Corbière.

12 Stage initié par Loeiz Roparz (né à Pollaouen en 1921), professeur de français, de latin, de grec et de breton au lycée public de Quimper qui a relancé dans les années d’après-guerre la mode des fest-noz.

13 Selon Ronan Roudaut, Yann Sohier semble avoir compris que, entre les deux guerres, « les préoccupations essentielles sont d’ordre social et économique et [que] la jonction entre les aspirations populaires et le mouvement breton (essentiellement intellectuel) reste à faire » (1973 : 179). Il existe depuis 1973 une nouvelle série de la revue Ar Falz.

14 « L’UDB a souffert de la perte de crédibilité de la gauche liée à son passage au pouvoir. En 1989 et en 1995, elle a néanmoins atteint une centaine d’élus municipaux, dont nombre d’adjoints et de conseillers délégués, et quatre maires (dont deux adhérents). Pratiquement toutes les grandes villes bretonnes ont donc eu des conseillers municipaux autonomistes » (Monnier 1996 : 713).

15 A Lannion, le carnaval était jadis représenté par une grande marionnette, le Meurlarjez, placée sur un trône le samedi puis incinérée et noyée le mercredi des Cendres depuis le pont de Sainte-Anne, car elle était accusée d’avoir causé des dizurzhiou c’est-à-dire du désordre dans le pays.

16 Référence à la formule utilisée par le Bureau européen pour les langues moins répandues, dont le siège central est à Dublin, et le Centre d’information à Bruxelles, cf. Denez 1998.

17 Jules Gros est né en 1890 à Paris et a vécu jusqu’à l’âge de 103 ans en Trégor à Locquémeau près de Lannion. En 1911 il commença à collecter auprès de sa grand-mère monolingue des tournures et des phrases originales bretonnes. Puis il parcourut sa région le carnet à la main en voulant « mettre à l’honneur le breton du peuple ». En 1965 parut le premier volume de son œuvre : Le Trésor du breton parlé. Trois autres tomes suivront. Il est reconnu comme un éminent linguiste .

18 « Tu n’aurais pas écrit cela en français ! »

19 Imram (« périple ») : du nom de l’œuvre majeure de son premier lauréat, le prêtre et poète Maodez Glanndour. Ce prix est remis depuis 1984 lors des Rencontres poétiques internationales de Bretagne qui se tiennent en différents lieux de Bretagne à un auteur pour l’ensemble de son œuvre en langue bretonne. Le jury qui a décerné le prix à Yann était composé de : Channig et Charlez Ar Gal, producteurs d’émissions de télévision en breton ; Pierre Jakez Hélias, président du jury ; Ronan Huon, éditeur ; Yann-Ber Piriou, professeur d’univerité, Naïg Rozmor, poète. Trois d’entre eux ont reçu ce prix les années précédentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Callac E., 2003, « "Poésie et civisme" en Trégor », Terrain, n° 41, pp. 75-90.

Référence électronique

Emmanuelle Callac, « « Poésie et civisme » en Trégor », Terrain [En ligne], 41 | septembre 2003, mis en ligne le 10 septembre 2008, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/1645 ; DOI : 10.4000/terrain.1645

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Callac

Genèse et transformation des mondes sociaux, Paris 

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals