Navigation – Plan du site

Le patrimoine mondial est-il à tout le monde ?

Manon Istasse

Résumé

Selon la convention pour la sauvegarde du patrimoine mondial, tout site inscrit à l’UNESCO appartient à « l’humanité ». Mais que signifie cette appartenance dans les faits ? Qui a accès aux sites, et qui en est propriétaire ? À partir d’une ethnographie de la Medina de Fès, cet article décline ces questions selon les échelles et les acteurs impliqués, et révèle les enjeux – et les conflits – inhérents au processus patrimonial.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization – Organisation des Nations unies (...)

1Fès, Maroc. Comme tous les jours, des touristes visitent, seuls ou en groupe, la médina, inscrite au « patrimoine mondial » par l’Unesco1. Lyon, France. Comme tous les jours, des marchands de souvenirs et des restaurateurs ouvrent leur boutique dans cette ville ayant une « valeur universelle exceptionnelle ». Luang Prabang, Laos. Comme tous les jours, des touristes participent ou assistent à la quête matinale des moines dans ce site labellisé par l’Unesco. Sur tous ces sites, le vocable de « patrimoine mondial appartenant à l’humanité » semble faire l’unanimité. La Convention de l’Unesco pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, mentionne d’ailleurs que tout site inscrit appartient à l’humanité. Mais que recouvre concrètement cette appartenance à l’humanité entière ? Elle n’a en effet rien d’évident, et les trois vignettes d’introduction ne témoignent que d’une partie de la vie quotidienne de ces sites, également caractérisée par des conflits allant de la dispute au conflit armé.

2Sur les sites inscrits dans la catégorie « patrimoine culturel matériel », dont il sera uniquement question dans cet article, les anthropologues déclinent l’appartenance à l’humanité en différentes facettes. Les trois principales sont l’accès au site (qui peut s’y rendre ?), la propriété juridique (à qui appartient-il juridiquement ?) ou encore la présence des habitants (qui peut l’occuper ?). L’étude de ces facettes est d’autant plus complexe que diverses échelles (du local à l’international) et de multiples acteurs (touristes, habitants, représentants de l’État, etc.) sont présents sur les diverses scènes patrimoniales analysées par les anthropologues. À partir d’un site du patrimoine mondial inscrit comme patrimoine culturel matériel, celui de la médina de Fès au Maroc, et d’exemples tirés de la littérature, je présenterai dans les lignes qui suivent une approche de ces trois aspects et de leur complexité.

Qu’est-ce que le patrimoine culturel ?

3Le patrimoine intéresse les anthropologues, et d’une manière plus générale les chercheurs en sciences humaines et sociales, depuis la fin des années 1980, avec un intérêt accru depuis 2005. De nombreux articles et livres lui sont consacrés, ainsi que des revues, des colloques et conférences, ou encore des groupes de recherche. Les chercheurs étudient notamment la fabrique du patrimoine, ou patrimonialisation, par des acteurs institutionnels (Heinich 2009) ou par la société dite civile (Rautenberg 2003) ; les relations entre émotions et patrimoine (Fabre 2013) ; les usages du patrimoine (Smith 2006) ; et aussi les appropriations et résistances auxquelles il donne lieu (Collins 2008 ; Bondaz, Isnart & Leblon 2012). La plupart de ces anthropologues s’accordent pour faire du patrimoine une interprétation contemporaine du passé accompagnée de pratiques et de discours, ouverte à l’appropriation, et pouvant constituer une ressource politique et économique pour divers acteurs. Ils soulignent également que le patrimoine renvoie à une conception du temps (relations entre passé, présent et futur), à des experts (professionnels ou non), à une conception de la nature et/ou de la culture comme entités spécifiques, et à des valeurs patrimoniales (authenticité, intégrité, typicité, ancienneté, etc.) et/ou morales (paix, respect, tolérance).

4Historiquement, le patrimoine était, et est toujours, ce qui se transmet au sein de la famille. Étymologiquement, le mot « patrimoine » vient du latin patrimonium, qui signifie « l’héritage du père ». Dès l’Antiquité, ce patrimoine a quitté la sphère familiale, s’apparentant alors à des biens sacrés qui représentent le pouvoir religieux (reliques) et politique (regalia) et se transmettent comme tels. Ce n’est, en France, qu’après 1789 que le patrimoine a été désacralisé, laïcisé comme étant ce qui appartient à la nation, avec l’émergence des monuments historiques. Encore plus récemment, le patrimoine est devenu mondial. Des campagnes internationales de sauvetage de certains sites (Abou Simbel, Venise, Borobudur), dans les années 1960, ont permis de mobiliser une « communauté internationale », considérée par l’institution qui les porte, l’Unesco, comme devant jouer un rôle dans la préservation et la transmission du patrimoine.

5Depuis ce temps, cette institution a acquis une certaine légitimité grâce aux textes normatifs qu’elle produit : Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel (1972) et les Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention ; Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique (2001) ; Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003), etc. Ces textes définissent les catégories dans lesquelles un patrimoine peut s’inscrire (culturel, naturel, immatériel, matériel…), les critères à remplir (au moins un sur les dix proposés), et les notions clés à mobiliser (authenticité, intégrité, diversité culturelle, valeur universelle exceptionnelle) en vue de l’inscription d’un bien au Patrimoine mondial. Ils instaurent également un imaginaire que les États parties, à savoir ceux qui ont signé la Convention du patrimoine mondial, peuvent s’approprier et concrétiser par des politiques nationales ou locales (Berliner & Bortolotto 2013).

La médina

6Mais derrière ces catégories et définitions institutionnelles, que signifie pour un bien d’être un « patrimoine mondial » ? La plupart des anthropologues qui se sont intéressés à cette question soulignent une complexification et une multiplication des échelles, des acteurs, et des usages associés au patrimoine (Owens 2002 ; Smith 2006) à mesure que le bien prend une dimension internationale, comme l’illustre le cas de la médina de Fès. Constituée de 12 000 bâtiments répartis sur 300 hectares, elle fut le premier site marocain à être inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1981, au terme d’un processus entamé en 1974, quand le ministère des Affaires culturelles et religieuses avait demandé la restauration de plusieurs bâtiments dans la médina. Des consultants pour l’Unesco avaient alors suggéré de considérer la médina dans son ensemble, et le premier plan directeur d’urbanisme fut dessiné à la fin des années 1970, financé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). À la suite d’une déclaration du roi Hassan II, une campagne internationale pour la sauvegarde de Fès commença en 1980, avec pour objectif la récolte de 420 millions d’euros pour la préservation de la ville. Elle déboucha sur son inscription au Patrimoine mondial.

7La médina de Fès, comme de nombreux autres sites du patrimoine mondial, a donc connu ce que Daniel Fabre (2009) appelle le processus de classement, déclassement, et surclassement : Fès a été la capitale politique, culturelle et religieuse du Maroc pendant plusieurs siècles, et fut au cœur des politiques et actions de préservation du patrimoine sous le Protectorat français (1912-1957). Les années 1960 ont marqué le début du déclassement : elle est devenue un quartier pauvre de la ville, déserté par ses élites, habité par des migrants ruraux, et dont le bâti ne cessait de se détériorer. L’inscription en 1981, et surtout l’arrivée de résidents étrangers et de touristes au début des années 2000 (grâce notamment à l’ouverture de nombreuses lignes aériennes low cost) ont fait de la médina un lieu culturel à visiter. Ainsi, on ne compte plus les sites Internet et autres formes de présentation et de promotion numériques (albums photo sur Flickr, vidéos sur YouTube) de la ville, ni les articles de presse ou de revues spécialisées marocaines et internationales.

8Les opérations de sauvegarde du patrimoine se sont aussi multipliées. En plus des actions du ministère de la Culture, une institution locale a été créée pour préserver la médina, l’ADER Fès (Agence de développement et de réhabilitation), et plusieurs projets internationaux de conservation ont été mis en œuvre : Projet de réhabilitation de la médina de Fès financé par la Banque mondiale entre 1996 et 2006, Projet artisanat et médina de Fès financé par l’American Millennium Challenge Corporation depuis 2010. À ces initiatives de grande ampleur, s’ajoutent les chantiers ponctuels menés par des mécènes privés (la Fondation Benjelloun-Meziane a rénové la médersa Bouanania) ou des résidents étrangers (environ 300 en 2014). L’Unesco est par contre physiquement absente de la ville depuis la fin des années 1980, ses bureaux les plus proches étant à Rabat.

Photo 1. Place R’cif, juillet 2010

Photo 1. Place R’cif, juillet 2010

Parmi les nombreux projets de rénovation, celui de la place R’cif.

Crédit photographie : Manon Istasse

9Ce surclassement de la médina a donc eu pour conséquence une complexification et une multiplication des acteurs (résidents, mécènes, membres d’institutions, touristes, etc.), situés à différentes échelles (locale, nationale, internationale) et ayant divers usages (visite, mise en tourisme, modernisation, etc.) du patrimoine en médina. Leurs actions y ont d’ailleurs amené de nombreux changements : gentrification de certains quartiers, réfection et restauration de sites fréquentés par les touristes, uniformisation des couleurs des murs et des portes des commerces des rues principales. Ce processus n’est pas propre à la médina de Fès : bon nombre de sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial deviennent de la même manière des « hyper-lieux », « des espaces aux frontières perméables, ouverts aux capitaux étrangers ainsi qu’aux mouvements d’acteurs multiples avec leurs imaginaires propres » (Berliner & Istasse 2013 : 139).

Un bien partagé, des accès réservés

10Cette multiplicité d’acteurs, d’usages et d’échelles rend moins évidente la propriété universelle du site. Un bien appartenant à l’humanité doit tout d’abord être accessible à tout le monde. La médina de Fès l’est a priori : elle est bien desservie par les transports (avion, train, voiture), gratuite (seuls certains bâtiments comme les musées sont d’accès payant), il est possible pour les visiteurs d’y loger et pour les habitants d’y résider, des itinéraires et guides touristiques (humains et non-humains) y sont à disposition, la sécurité y est relativement bonne. Pourtant, à y regarder de plus près, l’accessibilité, qui peut s’entendre de diverses manières, peut s’avérer limitée pour certaines personnes. Par exemple, certains quartiers, considérés comme pauvres et peu sécurisés, sont très mal desservis par les transports, rendant leur accès difficile aux habitants qui pour la plupart ne possèdent pas de véhicules et dépendent des taxis et des transports en commun, et aux visiteurs voulant se rendre dans un des nombreux ateliers de poterie qui y sont installés. D’autres quartiers sont devenus inaccessibles aux résidents marocains à revenus modestes suite à la hausse des prix entraînée par la gentrification. Du côté des visiteurs, les bâtiments religieux encore en activité (mosquées, tombeaux de saints) sont interdits aux non-musulmans. Des paravents et murs sont alors construits devant les entrées pour qu’aucun regard ne puisse y pénétrer. Enfin, des bâtiments culturels et résidentiels sont interdits d’accès : les premiers à cause de leur restauration, et les seconds par leur appartenance à des propriétaires privés.

Photo 2. Note interdisant l’accès aux non-musulmans, novembre 2009

Photo 2. Note interdisant l’accès aux non-musulmans, novembre 2009

Certains lieux sont interdits aux non-musulmans, comme le sanctuaire de Moulay Idriss.

Crédit photographie : Manon Istasse

11D’assez nombreux visiteurs et habitants n’ont ainsi pas accès à une partie de ce qui fait la richesse patrimoniale du site. Ces exclusions ne sont pas propres à la médina de Fès, mais se rencontrent sur de nombreux sites patrimoniaux, où des murs sont construits et des barrières érigées pour empêcher l’accès de certaines populations à des parties du site. Par exemple, les communautés vivant aux alentours de Grand Zimbabwe n’ont plus accès à certains endroits où elles pratiquaient des cérémonies (notamment des rites relatifs aux ancêtres), endroits qui ont été appropriés par les « managers » du site à des fins de fouille et de préservation (Fontein 2006). En Afrique du Sud, la protection du site naturel de Sainte-Lucie entraîne l’éviction de populations noires venues se réinstaller dans la forêt après en avoir été chassées pendant la période d’apartheid (Guyot 2003). Certains anthropologues s’intéressent alors aux revendications territoriales, aux droits de l’homme et aux droits culturels de populations vivant dans ou près de ces sites (Meskell 2010).

Différents niveaux de propriété juridique

  • 2 Un bien public global est défini comme non rival (sa « consommation » par certains n’empêche pas s (...)

12Ces conflits d’usage et la mise en place d’accès restreints montrent que la notion de patrimoine mondial n’implique pas celle de jouissance universelle. À l’échelle de l’humanité, selon la Convention du patrimoine mondial, tout bien inscrit appartient à tout le monde. Cette propriété est symbolique et s’apparente plutôt à une responsabilité : il est du devoir de l’humanité de protéger les biens inscrits sur la liste. Le patrimoine mondial est alors décrit comme un « bien public global2 » (Kaul et al. 1999), au même titre que l’eau, l’environnement ou la paix dans le monde. La Convention du patrimoine mondial spécifie par ailleurs qu’un bien classé appartient à l’État partie dans lequel il est situé. Cette propriété nationale, qui s’apparente plutôt à une souveraineté, implique pour chaque État de protéger, de conserver, de mettre en valeur et de transmettre les biens inscrits sur son territoire, en déployant les outils juridiques (lois et réglementations), les cadres institutionnels (institutions spécifiques) et les ressources (financières, humaines, scientifiques, etc.) nécessaires. Ainsi, de nombreux auteurs soulignent que le patrimoine mondial est avant tout une affaire d’États (Adell et al. 2015).

13Ces deux types de propriété ne modifient en rien les régimes locaux de propriété des biens : les 12 000 bâtiments de la médina de Fès appartiennent à des propriétaires privés (habitants, commerçants) et publics (ministère des Affaires religieuses, ministère de la Culture). Ces régimes locaux sont d’ailleurs au cœur de tensions entre divers occupants : les élites de la ville, qui ont fait sa réputation par le passé, sont accusées d’avoir déserté la ville, et leur retour, suite à une certaine valorisation de la médina, n’est pas toujours bien vu par les migrants ruraux installés dans les maisons en tant que locataires ou squatteurs. Ces résidents marocains voient aussi d’un mauvais œil l’arrivée de résidents étrangers, attirés par un marché immobilier peu cher et un certain exotisme, et qui gentrifient certains quartiers, souvent situés près des portes d’accès. Des rumeurs circulent alors : les étrangers n’auraient pas le droit d’acheter une maison ni d’ouvrir un logement touristique s’ils n’ont pas un associé marocain.

Habitants et experts

14En plus d’accéder et de posséder un site, il y a également plusieurs manières de l’occuper. Bruce Owens (2002), qui a travaillé à Swayambhu au Népal, parle de multivocalité pour décrire la présence de multiples voix qui se font entendre : celles des visiteurs, des moines, des archéologues, des populations locales… qui revendiquent des histoires et des usages différents du site. Cette diversité est cependant simplifiée dans le discours officiel de la patrimonialisation, ou « discours patrimonial légitime » (Smith 2006), qui présente une version unique et non conflictuelle de la description d’un bien, de son histoire et de ses usages. De ce fait, selon cet imaginaire patrimonial, prôné notamment par l’Unesco, la ville de Fès est une capitale culturelle et spirituelle, ayant connu son âge d’or sous la dynastie mérinide (xiiiexve siècle), caractérisée au fil de son histoire par de multiples peuplements (Arabes, Berbères, Juifs, Hispaniques, etc.) ayant apporté leur touche dans la constitution d’une culture (architecturale, artistique, artisanale) unique. La médina est aussi présentée comme une ville du Moyen Âge interdite aux voitures, avec ses rues labyrinthiques où il est aisé de se perdre, et ses traditions séculaires qui ne demandent qu’à être découvertes.

15Ce discours officiel est partagé par de nombreux membres d’institutions chargés du patrimoine ou de la médina, mais aussi par les visiteurs et certains résidents étrangers. D’une part, ce discours ne laisse aucune place aux événements malheureux de la ville tels que l’esclavage ou les massacres de Juifs. D’autre part, il occulte et dénigre les nombreuses histoires, connaissances, émotions et anecdotes qui ponctuent la vie de ce site patrimonial et de ceux qui l’habitent. Ainsi, il est fréquent d’entendre, dans la bouche des membres d’institutions, que les Marocains qui résident en médina ne connaissent pas le patrimoine, le laissent tomber en ruine, voire même le détruisent.

16Or, ces habitants ont généralement quelque chose à dire sur la médina et son patrimoine, qui prend alors la forme d’un mode de vie ayant disparu au cours des vingt dernières années, alors que la patrimonialisation officielle avançait. Ils racontent le bruit de l’eau qui coulait dans les fontaines et les conduites, les portes des maisons ouvertes en permanence du fait de l’absence de voleurs. Certains habitants connaissent très bien l’histoire de leur quartier, les différentes familles qui y ont résidé, ou y résident encore. D’autres peuvent parler des heures de leur maison familiale, des souvenirs qu’ils y ont : une sœur qui marche avec ses chaussures à talon aiguille sur la mosaïque du salon et se fait disputer par le père qui ne veut pas abîmer cette mosaïque. Ces histoires et souvenirs ne sont pas toujours heureux : il y est aussi question de meurtres, de morts violentes ou mystérieuses, de maisons hantées… D’autres encore mentionnent la perte des traditions dans l’artisanat : de plus en plus de biens (plâtre sculpté, céramique, babouches) sont fabriqués de manière industrielle et sont de qualité médiocre, dite « chinoise ». Il est enfin question de la difficulté de vivre actuellement dans des maisons peu confortables (pas de chauffage, escaliers étroits avec de hautes marches), aux ouvertures étroites (impossible de faire entrer un réfrigérateur dans certaines), et d’entretien coûteux en temps comme en argent.

17Ces autres discours laissent entrevoir la présence de plusieurs formes d’expertise du patrimoine. Il y a tout d’abord celle des professionnels du patrimoine, tenants du discours officiel, à savoir les membres ou consultants à l’Unesco, archéologues, employés du ministère de la Culture, architectes, experts étrangers intervenant dans des projets internationaux de préservation du patrimoine… Ces professionnels, qui n’habitent pas la médina, utilisent généralement les catégories, définitions et typologies officielles du patrimoine pour classer ou protéger un bien. Mais il y a également l’expertise, moins reconnue, des habitants marocains évoqués ci-dessus, composée de souvenirs plus ou moins nostalgiques et d’histoires et anecdotes relatives à la vie d’un quartier ou d’une maison. Ou celle de résidents étrangers qui se sont passionnés pour leur maison et son histoire, et peuvent dater une maison par son architecture, parler durant des heures des jardins intérieurs, ou être incollables sur la symbolique des motifs des mosaïques et plâtres sculptés. Un résident américain, vivant de longue date en médina, est ainsi appelé régulièrement par des personnes, le plus souvent anglophones, voulant avoir des informations sur une maison qu’ils désirent acheter et sur les travaux à entreprendre. Ou celle de dirigeants d’entreprises de restauration de maisons en médina, dont ce n’est pas le métier premier mais qui en connaissent parfaitement l’architecture et le type de travaux à mener pour y faire le moins de dégâts possible.

Photo 3. Visite d’un jardin intérieur avec son propriétaire, juillet 2012

Photo 3. Visite d’un jardin intérieur avec son propriétaire, juillet 2012

Crédit photographie : Manon Istasse

18Ces expertises peuvent également entrer en conflit. Dans la médina de Fès, on peut remarquer des tensions entre la préservation (des experts visent à garder le site en bon état), la vie quotidienne (des habitants qui entendent avoir des maisons confortables), les projets de restauration (d’autres experts qui veulent conserver quitte à limiter l’usage du bâtiment ou sa fonctionnalité), le développement touristique (des résidents et des membres d’institutions veulent développer la ville parfois au détriment du patrimoine). Ainsi, lors de la rénovation d’un quartier commerçant de la médina, un conflit relatif aux portes des échoppes opposa les experts chargés de la rénovation (principalement des architectes) et les commerçants. Ces derniers ne voulaient pas des portes en bois prévues par les experts car ces dernières sont lourdes, résistent mal aux infractions, gonflent et bougent avec le temps, ce qui exige un entretien coûteux. Les portes en métal au contraire sont plus solides et légères, en plus d’être moins chères à l’achat et à l’entretien. De leur côté, les architectes, tant marocains que français, s’appuyaient sur des études historiques et architecturales afin de faire respecter le bâti traditionnel, pour les portes comme pour les peintures, les enduits ou la couverture en bois de ces rues piétonnes. Les portes en bois des professionnels l’ayant emporté, les touristes ont pu admirer, selon leurs dires, ces rues harmonieuses, d’aspect propre, au cachet tout orientaliste.

Photo 4. Souk avant travaux, novembre 2009

Photo 4. Souk avant travaux, novembre 2009

Photo 5. Souk renové, octobre 2015

Photo 5. Souk renové, octobre 2015

Rénovation d’un souk de la médina en vue de son harmonisation (couleur, matériaux, etc.).

Crédit photographie : Manon Istasse

Enjeux

19Les ethnographies des sites patrimoniaux permettent, par leur accumulation, d’identifier des enjeux plus globaux. J’en développerai deux en guise de conclusion. Le premier, économique, est relatif au tourisme. La position de l’Unesco sur les liens entre patrimoine et tourisme a changé au cours de ces vingt dernières années (Cousin 2008). Au départ rétive à tout type de tourisme, l’institution promeut actuellement un tourisme « durable » et « responsable » afin d’améliorer la préservation des sites. Le label du patrimoine mondial est alors considéré par les visiteurs comme la garantie d’une bonne expérience touristique dans un lieu « qui en vaut la peine », et par les acteurs locaux comme la garantie de revenus. L’obtention de ce label et l’espoir d’une venue importante de touristes font parfois disparaître le souci pour le patrimoine et sa préservation, voire même pour les habitants et leurs modes de vie, derrière les bénéfices économiques que divers acteurs locaux peuvent tirer du tourisme. Or, bon nombre de chercheurs ont mis en évidence que les liens entre tourisme et patrimoine n’étaient pas évidents (Téoros 2011). D’une part, le label du patrimoine mondial n’entraîne pas forcément la venue en masse de touristes (Gravari-Barbas & Jacquot 2008). D’autre part, les revenus du tourisme ne bénéficient pas à tous : les plus pauvres, généralement exclus du patrimoine, le sont aussi du tourisme, en étant par exemple expropriés des centres historiques (Sims & Winter 2016).

20Le second enjeu est politique. L’Unesco promeut, au travers de textes normatifs, l’idée d’un patrimoine partagé par une communauté internationale afin de favoriser la paix dans le monde et le dialogue entre les cultures. Mais ces textes n’ont aucune force juridique, ce qui laisse la porte ouverte à de multiples usages politiques du patrimoine mondial et de sa « propriété universelle », usages allant jusqu’à sa destruction. L’Unesco n’a d’ailleurs aucun texte juridique à opposer, ni aucune action concrète à proposer en cas de destruction volontaire du patrimoine, comme au Mali ou à Palmyre. Ceux qui détruisent le patrimoine montrent par là leur refus d’en partager la propriété, d’appartenir à la communauté internationale qui en a la charge, et d’entrer dans l’ordre moral dessiné par l’Unesco. Paradoxalement, en voulant protéger des biens appartenant à l’humanité, l’Unesco les expose au désintérêt, au mépris, voire à la destruction de la part des individus et groupes qui ne s’y reconnaissent pas.

21Malgré l’objectif pacifique et diplomatique de l’Unesco, les politiques du patrimoine mondial dessinent des frontières entre ceux qui les partagent et ceux qui ne les partagent pas ou les contestent, entre ceux qui y sont admis et ceux qui en sont exclus. Comme l’affirme John Collins (2008), le patrimoine permet de dessiner des frontières d’inclusion et d’exclusion, dont les acteurs peuvent se saisir pour faire entendre certaines revendications, ou au contraire pour faire taire les revendications des autres. Les exemples ne manquent pas, le dernier en date étant la réaction d’Israël suite à l’inscription de la vieille ville d’Hébron comme appartenant à la Palestine. Ce conflit diplomatique s’inscrit dans un conflit politique et armé plus général entre les deux pays, tout comme la rivalité autour de l’appartenance du site de Preah Vihear, situé à la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge. Si ces conflits soulignent le rôle des sites dans la construction d’identités nationales et dans la compétition globale du marché touristique, ils questionnent également les politiques et pratiques de l’Unesco en cas de non-reconnaissance de la nomination d’un site, et le sens même de l’appartenance d’un site du patrimoine mondial à l’humanité.

Haut de page

Bibliographie

ADELL Nicolas, BENDIX Regina, BORTOLOTTO Chiara & Markus TAUSCHEK (eds.), 2015.
« Between Imagined Communities and Communities of Practice », Göttingen studies in Cultural Property 8. Disponible en ligne : http://univerlag.uni-goettingen.de/handle/3/isbn-978-3-86395-205-1 [dernier accès, avril 2018].

BERLINER David & Chiara BORTOLOTTO, 2013.
« Introduction. Le monde selon l’Unesco », Gradhiva 18, p. 4-21.

BERLINER David & Manon ISTASSE, 2013.
« Les fruits de l’Unesco. Une ethnographie des hyper-lieux du patrimoine mondial », Gradhiva 18, p. 124-145.

BONDAZ Julien, ISNART Cyril & Anaïs LEBLON, 2012.
« Au-delà du consensus patrimonial. Résistances et usages contestataires du patrimoine », Civilisations 61 (1), p. 9-22.

COLLINS John, 2008.
« ‘But what if I should need to defecate in your neighborhood, Madame?’: Empire, Redemption and the ‘Tradition of the Oppressed’ in a Brazilian World Heritage Site », Cultural Anthropology 23 (2), p. 279-328.

COUSIN Saskia, 2008.
« L’Unesco et la doctrine du tourisme culturel. Généalogie d’un bon tourisme », Civilisations 57, p. 41-56.

FABRE Daniel, 2009.
« Introduction. Habiter les monuments », in Daniel Fabre et Anna Iuso (éd.), Les monuments sont habités, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 17-52.

FABRE Daniel (éd.), 2013.
Émotions patrimoniales, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

FONTEIN Joost, 2006.
« Silence, destruction and closure at Great Zimbabwe: local narratives of desecration and alienation », Journal of Southern African Studies 32 (4), p. 771-794.

GRAVARI-BARBAS Maria & SÉbastien JACQUOT, 2008.
« Impacts socio-économiques de l’inscription d’un site sur la Liste du patrimoine mondial : une revue de la littérature », in Rémy Prud’homme (éd.), Les impacts socio-économiques de l’inscription d’un site sur la Liste du patrimoine mondial : trois études, Paris, Unesco, p. 10-71.

GUYOT Sylvain, 2003.
« Les conflits environnementaux à St Lucia (Afrique du Sud), entre protection et exclusion », Annales de géographie 112 (634), p. 608-627.

HEINICH Nathalie, 2009.
La fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

KAUL Inge et al., 1999.
Global Public Goods, Oxford, Oxford University Press.

MESKELL Lynn, 2010.
« Human Rights and Heritage Ethics », Anthropological Quarterly 83 (4), p. 839-860.

OWENS Bruce, 2002.
« Monumentality, Identity and the State: local practice, World Heritage and Heterotopia at Swayambhu, Nepal », Anthropological Quarterly 75 (2), p. 269-316.

RAUTENBERG Michel, 2003.
La rupture patrimoniale, Paris, À la croisée.

SIMS Kearin & Tim WINTER, 2016.
« In the slipstream of development: World Heritage and development-induced displacement in Laos », in Sophia Labadi et William Logan (eds.), Urban Heritage, Development and Sustainability. International frameworks, National and Local Governance, Londres et New York, Routledge, p. 23-36.

SMITH Laurajane, 2006.
Uses of Heritage, Londres et New York, Routledge.

Téoros (revue), 2011.
30 (2), dossier « Tourisme et patrimoine mondial ».

Haut de page

Notes

1 United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization – Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture auprès du grand public.

2 Un bien public global est défini comme non rival (sa « consommation » par certains n’empêche pas sa disponibilité pour d’autres), non exclusif (son accès n’est pas restreint), non périssable (sa « consommation » n’entraîne pas sa disparition tant que des pratiques de maintenance sont assurées), et global (ses coûts et bénéfices sont l’affaire de tous les pays, de toutes les générations, qui n’ont aucun intérêt à se le réserver).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Place R’cif, juillet 2010
Légende Parmi les nombreux projets de rénovation, celui de la place R’cif.
Crédits Crédit photographie : Manon Istasse
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Photo 2. Note interdisant l’accès aux non-musulmans, novembre 2009
Légende Certains lieux sont interdits aux non-musulmans, comme le sanctuaire de Moulay Idriss.
Crédits Crédit photographie : Manon Istasse
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Photo 3. Visite d’un jardin intérieur avec son propriétaire, juillet 2012
Crédits Crédit photographie : Manon Istasse
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16592/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Photo 4. Souk avant travaux, novembre 2009
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16592/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Photo 5. Souk renové, octobre 2015
Légende Rénovation d’un souk de la médina en vue de son harmonisation (couleur, matériaux, etc.).
Crédits Crédit photographie : Manon Istasse
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16592/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manon Istasse, « Le patrimoine mondial est-il à tout le monde ? », Terrain [En ligne], Questions, mis en ligne le 16 avril 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/16592

Haut de page

Auteur

Manon Istasse

Postdoctorante au Centre Max Weber (université Jean Monnet, Saint-Étienne), LabEx IMUCollaboratrice scientifique au LAMC (Université libre de Bruxelles) – maistasse@gmail.com

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals