Navigation – Plan du site

Le dévoyé et le damné

Être possédé par les morts dans l’Italie médiévale
Nancy Mandeville Caciola
Traduction de Sylvie Muller
p. 76-95
Cet article est une traduction de :
The wicked and the damned

Résumé

Au Moyen Âge, en Italie, les représentants de l’Église considéraient les esprits venus posséder les vivants comme des démons ou des anges déchus, tandis que le peuple avait plutôt tendance à y voir des revenants. D’après une croyance préchrétienne, les personnes décédées de façon violente et prématurée pouvaient prendre possession du corps d’une personne vivante pour revivre une incarnation. Or, ces éléments de culture n’ont pas traversé le temps par inadvertance : ils ont été retenus parce qu’ils servaient les besoins des communautés qui en avaient l’usage. En l’occurrence, l’idée que les morts puissent posséder les vivants permettait d’opérer plusieurs types de guérison, au bénéfice de la victime, mais aussi du revenant et de la communauté tout entière.

Haut de page

Texte intégral

« On dit encore que les âmes fauchées par une mort prématurée errent çà et là parmi nous jusqu’à ce qu’elles aient complété le temps qu’elles auraient vécu ici-bas, si elles n’étaient pas mortes avant cette époque […]. Mais ce sont les démons qui agissent sous le déguisement de ces âmes défuntes […]. Parfois un esprit mauvais se cache sous l’ombre [persona] du mort […], comme dans les exorcismes quand l’esprit se donne parfois pour un homme de ses parents. »

  • 1 Traduction française d’après la traduction anglaise de l’autrice et la traduction française de E. (...)

Tertullien, Liber de anima ([1841-1866] : 746-748)1.

1Tirée du traité De l’âme de Tertullien – l’un des premiers pères de l’Église, né vers 160, décédé vers 225 –, cette citation illustre bien la volonté des penseurs chrétiens de revoir la diversité des esprits de l’Ancien Monde à l’aune d’une cosmologie simplifiée. Dans cette perspective, tous les esprits d’ici-bas sont en réalité des démons – c’est-à-dire des anges déchus et des principes du mal et du chaos primordial. Sur ce point, d’ailleurs, Tertullien n’est pas un novateur : dans les Évangiles déjà, l’histoire du démoniaque de Gadara qui, possédé par une légion d’esprits, « avait sa demeure dans les sépulcres » témoigne d’une tension entre les ombres des morts et les esprits démoniaques (Marc 5, 3-9).

2Lorsque la première génération d’évangélistes chrétiens porta la bonne nouvelle dans tout le bassin méditerranéen, leur enseignement nouveau et inédit sur la nature du monde des esprits remporta un succès mitigé. Les esprits d’ici-bas ou daimones avaient été considérés jusque-là comme des intelligences ubiquistes quoique invisibles, qui se retrouvaient dans tout le monde visible, qu’il s’agisse d’une rue citadine, d’un cimetière de faubourg ou du plus bucolique des paysages. La catégorie générale comprend une grande diversité d’êtres très différents : les lares et les penates, qui étaient des esprits bienveillants protecteurs du foyer et de la maison ; les esprits de la nature, qui vivaient dans l’air, l’eau, le feu, la terre et les plantes ; les muses et les esprits familiers, dont il existait plusieurs sortes. Certaines « ombres », enfin, sont devenues des daimones elles aussi, en particulier celles de personnes mortes de façon violente ou prématurée : elles rôdent généralement près de leur tombe, mais peuvent aussi hanter une maison ou se mettre à errer. Parfois, si l’occasion se présente, ces esprits des morts prennent possession du corps d’un vivant : ils tentent de s’incarner à nouveau en prenant le contrôle du corps d’imprudents de passage.

3Regroupant toutes ces entités de façon réductrice dans une nouvelle catégorie, les maîtres chrétiens en firent des intelligences démoniaques appartenant à l’armée de Satan. Les daimones devinrent ainsi des démons, des légions d’esprits impurs faisant office d’adversaires originels du Christ et des apôtres. Comme l’a montré notamment Peter Brown, cette taxinomie a été élaborée et utilisée pour magnifier l’héroïsme triomphant, voire apocalyptique, des saints hommes chrétiens (Brown 1971, 1982 ; Saxer 1980 ; Frankfurter 2010 ; Smith 1978). Et de même que les daimones étaient devenus des démons, de même les hantises et les possessions par l’esprit d’un défunt ont fini par être considérées comme le fait d’entités diaboliques se faisant passer pour des morts.

4Tout le monde ne s’accordait cependant pas sur ce point. Zénon, par exemple, un évêque de Vérone du ive siècle, conservait une conception plus ancienne de la possession :

« Il arrive que des esprits humains errants, impurs, de l’un ou l’autre sexe, entrent dans les corps d’êtres humains vivants pour y élire domicile. […] Un esprit de cette sorte confessera son sexe ; il confessera le moment et le lieu de son entrée ; il confessera son nom propre et la manière dont il est mort. […] Ceux qui sont morts par violence nous inquiètent particulièrement. […] Vous dites, “Les démons feignent ces choses.” […] Mais pourquoi adopteraient-ils des noms faux alors que leurs confessions sont vraies à tous les autres égards ? » (Zénon de Vérone [1841-1866] : 373-376)

5Les penseurs patristiques les plus influents, toutefois, rejetaient ces idées. Augustin d’Hippone (354-430), dit aussi saint Augustin, régla la question pour les générations futures d’intellectuels chrétiens. Dans une série d’ouvrages qui allaient faire autorité, il affirma que la nécrologie et la démonologie devaient être tenues séparées, car les esprits des morts appartiennent à un ordre d’êtres complètement distinct de celui des esprits impurs (Caciola 2016 : 38-48). Les démons et les défunts seraient donc sans rapport aucun et la frontière qui les sépare, infranchissable. Les morts, selon Augustin, sont transportés dans un tout autre règne, un au-delà, lieu de châtiment ou de récompense, dont il est impossible de revenir sauf à titre exceptionnel et avec une dispense divine (Schmitt 1994 : 31-36). Quant aux démons, anges déchus, ils sont des puissances et des autorités qui errent à travers le monde (Eph. 6, 12), s’efforçant de tromper la race humaine et de causer sa perte. Les morts ne peuvent se livrer à des activités démoniaques comme la possession puisqu’ils se trouvent ailleurs, dans cet autre monde où ils ont été transportés. C’est ce qui deviendra la position officielle de l’Église sur la question.

6Mais les anciennes croyances sur l’intimité, voire la banalité des relations quotidiennes entre les vivants et les morts dans l’ici-bas n’allaient pas se laisser balayer aussi facilement (Schmitt 1994 ; Caciola 2016 ; Lecouteux 1986). On ressentait alors fortement la présence des défunts, qui, tout en flottant à la périphérie de la société, occupaient dans la culture médiévale le centre d’un système symbolique (Lauwers 1997 ; Babcock 1978). Notamment la possession par les esprits des morts survivra fort bien en Italie dans la culture populaire, des siècles durant, malgré tous les arguments que les prédicateurs et le clergé ne cesseront de lui opposer. Les discussions auxquelles participaient des auteurs patristiques comme Tertullien, Zénon ou Augustin se retrouveront beaucoup plus tard, presque à l’identique, dans des cas de possession rapportés dans des récits de miracles médiévaux.

7En tant qu’historienne, j’ai appris à m’intéresser à ce qui change plutôt qu’à ce qui perdure, mais comprendre le passé implique aussi de prendre en considération la constance culturelle. Les traditions qui se maintiennent dans la longue durée ne sont pas des « survivances » pétrifiées et vides de sens, qui se seraient maintenues par pure inertie. Il s’agit plutôt, comme l’a proposé João de Pina-Cabral, d’éléments invariants délibérément choisis et toujours investis d’une signification par les communautés qui les ont préservés, alors que d’autres habitudes culturelles se perdaient (Pina-Cabral 1992). Mais cette façon plus dynamique d’interroger la stabilité de certains éléments culturels n’implique pas pour autant que leur sens soit resté le même : leur forme s’est maintenue mais le contenu a changé en même temps que le contexte historique. Si « l’invasion des revenants » (Schmitt 1994 : 77-98) qui marque le xie siècle a sans doute revivifié les morts, ces récits de fantômes sont spécifiquement médiévaux par leur fonction et leur signification sociales, même si certains semblent issus d’une tradition beaucoup plus ancienne. Il faut replacer les fantômes du Moyen Âge dans le contexte de la vénération des saintes reliques, du cimetière paroissial, des commémorations liturgiques et des messes pour les défunts, puis de la promotion du purgatoire, pour ne nommer que quelques-uns des changements survenus à l’époque dans le culte des morts (Vauchez 1988 ; Lauwers 1997 ; Le Goff 1981).

8Dans la suite de cet article, j’examine deux textes du bas Moyen Âge, particulièrement riches, qui attestent d’une persistance obstinée des affaires de possession par des revenants : les témoignages recueillis en 1325 pour la canonisation de saint Nicolas de Tolentino (Lett 2008 ; Boureau 2004 : 199-221 ; Katajala-Peltomaa 2009 ; Caciola 2016 : 315-321) et Les miracles de Jean Gualbert datant du xve siècle (Sigal 1992 ; Caciola 2016 : 321-330). Ces deux textes contiennent des descriptions saisissantes de crises de possession, tirées d’entretiens avec des témoins. Essentiellement pluri-vocaux, ils rassemblent des points de vue différents, qui permettent de reconstituer les débats spontanés qui avaient lieu en Italie à la fin du Moyen Âge lorsqu’on cherchait à identifier un esprit. À travers ces textes, on voit les possédés reconnaître dans l’esprit qui les habite l’ombre d’une personne récemment décédée ; on entend leurs voisins évoquer avec excitation la vie et la mort de ces personnes décédées ; on rencontre enfin les ecclésiastiques locaux qui contestent ces identifications, affirmant que ces esprits sont en réalité des démons.

Envahis par des diables et par les esprits des damnés

9Saint Nicolas de Tolentino (1245-1305) est un moine augustinien des Marches d’Ancône. En 1325, l’ordre augustinien ainsi que plusieurs grandes familles locales ont prié le pape Jean XXII d’ouvrir une enquête in partibus, en vue d’établir la sainteté de Nicolas. La même année, entre juillet et septembre, 365 témoins sont entendus et leurs témoignages consignés, traduits en latin (Occhioni 1983 : ix-xii). Ce procès de canonisation n’aboutira toutefois qu’en 1446.

10Parmi les 301 miracles attribués à cet ermite figure la guérison de trois possédées : Philippucia, Salimbena et Zola. Or ces femmes affirment, ainsi que de nombreux témoins, qu’elles sont possédées à la fois par des diables et par des damnés, même si ce sont ces derniers qui captent l’essentiel de l’attention dans les témoignages. Toutes trois seront guéries grâce à un rite d’incubation sur la tombe de saint Nicolas (une coutume ancienne, elle aussi), consistant à veiller toute la nuit devant les reliques du saint.

11C’est en 1322 que sœur Philippucia se met soudain à se comporter étrangement. Extrêmement agitée, elle ne cesse d’invectiver violemment les autres nonnes, de hurler des malédictions et des blasphèmes, de faire d’horribles grimaces. De plus, elle « march[e] sur les mains, les pieds bien en l’air », si bien que, sa robe ne la couvrant plus, elle expose ses parties intimes (Occhioni 1983 : 327). Philippucia finit par témoigner elle-même de son expérience :

« Lorsqu’elle vivait au monastère, déclara-t-elle, […] elle était envahie avec une telle force qu’elle roulait des yeux, se tordait la bouche, dansait en mesure, et disait nombre de choses horribles et mauvaises aux nonnes de ce monastère. Beaucoup de visions lui apparurent ou, du moins, elle eut l’impression qu’elles lui apparaissaient. Jour et nuit, il lui semblait voir une quantité infinie de souris, et les images d’hommes de la pire espèce, et nombre de bêtes. » (Occhioni 1983 : 137)

12Ces « hommes de la pire espèce » qui hantent l’esprit de Philippucia sont les « images » des spectres qui prennent possession d’elle. Mais il ne s’agit pas de n’importe qui, ainsi qu’en témoignent plusieurs autres religieuses, car Philippucia relate ses visions à voix haute et s’écrie souvent, prise de panique semble-t-il, qu’elle est attaquée par le seigneur Johannes, le seigneur Vivibene de Esculo et/ou le seigneur Raynaldo de Burunforte (Occhioni 1983 : 140 et 324).

13Le texte ne nous apprend pas grand-chose sur ces trois hommes, mais ce qu’il en dit est du plus grand intérêt. Ils appartiennent à la noblesse, ce sont des « seigneurs », et ils sont nommément désignés. Nous savons en outre, par les autres sœurs, que tous trois sont morts au moment où Philippucia est possédée et qu’ils ont mené une existence faite de méchanceté et de cruauté. Ainsi, selon une sœur, Philippucia « a déclaré qu’elle était ces hommes morts, le seigneur Johannes, le seigneur Vivibene de Esculo et le seigneur Raynaldo de Burunforte, […] des hommes qui de leur vivant avaient commis des crimes, des meurtres, des vols et de mauvaises actions en très grand nombre » (Occhioni 1983 : 328). Conformément au schéma habituel de la possession, l’identité de ces trois esprits l’emporte sur celle de leur hôte et ce sont eux qui parlent au travers du corps de Philippucia. De plus, l’identification de ces trois nobles à des tyrans renvoie à des tensions sociales locales : la noblesse (des gibelins principalement) était jugée despotique par les familles (surtout des guelfes) qui dominaient le procès (Lett 2008). L’accusation de possession après la mort est utilisée ici comme une arme discursive pour discréditer un ennemi social : ces hommes auraient continué d’exercer leur malice après la mort en prenant possession du corps de Philippucia et en l’utilisant pour blasphémer et se livrer à d’autres actions déshonorantes.

  • 2 Dans les textes examinés ici, tous les revenants ayant pris possession d’un corps sont des hommes.

14Le même schéma se retrouve dans les deux autres cas de possession décrits en relation avec les miracles de Nicolas. Les victimes sont possédées elles aussi par les ombres d’hommes présentés comme de violents criminels2. À l’instar de Philippucia, ce sont les cris de la personne possédée qui renseignent les témoins sur l’identité de l’esprit agresseur. On estima ainsi qu’une femme du nom de Salimbena Vissanuci de Visso, qui hurlait sans cesse les noms de plusieurs hommes décédés, devait être possédée. Tous les témoins s’en sont souvenus par la suite pendant leur audition et ont fourni chacun de leur côté les mêmes noms et des détails similaires. Voici par exemple le témoignage de Gentile Nugarelli, assez représentatif, qui s’attarde sur le caractère et la vie de ces hommes :

« Il dit que Salimbena de Visso fut tentée et envahie par des diables et cinq esprits de damnés, à savoir : Scambio Raynaldo, Vecte Salvo de Podio Vallis, Nicoleta de Paterno et deux autres [personnes] dont elle ne se rappelait pas les noms. Salimbena disait que, de leur vivant, ce furent des hommes de mauvaise renommée, de mauvaise condition et de mauvaise vie. Ce furent des pillards et des hommes dévoyés. Et elle dit qu’on les brûla pour leurs crimes, leurs méfaits et leurs agissements. Et cette Salimbena était si atteinte et si envahie par les fantômes de ces hommes qu’elle criait leurs noms. Souvent aussi, elle disait de très vilains mots. » (Occhioni 1983 : 452)

15Le frère augustinien Francisco de Nursia se souvient lui aussi que Salimbena répétait ces noms pendant son incubation sur la tombe de Nicolas : « pendant la plus grande partie de la nuit, elle criait très fort les noms d’hommes et de démons, car on disait qu’elle avait été envahie et tentée par des diables et des esprits de damnés » (Occhioni 1983 : 455 ; Lett 2008 : 120). Cela n’avait cessé qu’à sa guérison le lendemain matin.

16Outre les fantômes, ces femmes se disent bien possédées par des démons, pourtant les témoins s’intéressent très peu à ces esprits diaboliques, qui semblent dans la plupart des cas n’être mentionnés que pour la forme. En revanche, les morts qui prennent possession des vivants leur inspirent de longues digressions : leur identité est examinée en détail, y compris leurs noms, prénoms et titres nobiliaires, leurs crimes et la façon dont ils sont morts (par le feu dans plusieurs cas). Ces souvenirs traumatiques reviennent de manière obsessionnelle chez la dernière victime de possession, Zola, une femme mariée :

« Il y a longtemps, [Zola] fut constamment tentée et molestée par des esprits mauvais, Lardo et Traverso, originaires du village de Cammoro, qui furent de mauvais hommes et firent beaucoup de mal durant leur vie et qui, en raison des guerres de clans (partialitates), furent brûlés de facto sans jugement ni confession. Ce témoin les voyait souvent sous la forme de chiens, et il lui semblait avoir toujours devant les yeux ces hommes qui avaient été brûlés. Ils lui disaient, “Tu nous verras chaque fois que tu iras dans les rues !” et ils criaient après elle. » (Occhioni, 1983 : 303, traduction française d’après Lett 2008 : 120)

17Zola devait connaître ces hommes qui venaient du même village qu’elle. Lardo et Traverso, que l’on pourrait traduire par « Lardon » et « Tordu », semblent avoir été des surnoms (peut-être de ceux qu’utiliserait encore aujourd’hui une organisation criminelle ou un gang). Ici encore, la référence à leurs « sympathies politiques » suggère que ces hommes appartenaient à la noblesse gibeline que les témoins de ces crises de possession considéraient comme tyrannique (Lett 2008 : 120-121). Tandis que les esprits fauteurs de troubles dans ces cas de possession semblent appartenir à la noblesse locale, dominée par les gibelins, les témoins étaient pour leur part souvent des roturiers fortunés, partisans des guelfes, qui cherchaient peut-être par là à renforcer leur sentiment de vertu et de légitimité.

18Donner le nom de son agresseur était ainsi un comportement attendu lors de la représentation publique d’une crise de possession. Identifier l’esprit, évoquer ses méfaits passés, frémir à l’évocation des circonstances horribles de sa mort violente et prématurée : tous ces actes de remémoration collective et de partage d’un récit permettaient de rétablir l’ordre et de purger la communauté des vivants de souvenirs troublants. Cette remémoration partagée servait de prélude à l’oubli. En même temps, bien sûr, la reconnaissance par le défunt de son identité, de ses crimes et des détails de sa mort, énoncés par l’intermédiaire de la personne possédée, fournissait des éléments probants justifiant la pratique d’un exorcisme. Grâce à cette procédure, la victime pouvait guérir et réintégrer la société.

19Ces crises de possession témoignent d’une charge émotionnelle complexe mais aussi parfois ambivalente. D’une part, tous les témoins sans exception condamnent ces défunts de mauvaise réputation dont la mort suscite chez eux horreur et dégoût, comme si une sorte de traumatisme collectif se manifestait dans ces effractions pourtant intimes. Zola n’est certainement pas la seule à réagir ainsi à ce type d’exécution, hantée par l’image obsessionnelle de ces hommes brûlés vifs qui « se montr[ent] sans cesse devant ses yeux ». D’autre part, les personnes possédées et la communauté à laquelle elles appartiennent craignent et détestent ces hommes dont elles sont pourtant si promptes à raviver le souvenir. Il apparaît que par-delà l’horreur de certaines remémorations ou l’ampleur des antipathies politiques, les témoins semblent vouloir penser ensemble à ces hommes dévoyés. L’enchevêtrement de ces réactions contradictoires pourrait s’expliquer par le fait que l’exorcisme d’une personne décédée n’active pas les mêmes ressorts émotionnels que celui d’un démon. Son exorcisme est une opération éminemment sociale, à la différence de celui d’un esprit surnaturel diabolique. L’esprit d’un mort, aussi mal famé soit-il, a d’abord été une personne vivante – un fils, un amant, un père et bien sûr, dans les cas qui nous occupent, un ennemi ou un oppresseur. Autrement dit, il s’agissait d’un individu identifié qui occupait une certaine place dans la société. Son décès prématuré n’a pas seulement rompu le fil ténu de son existence : il a aussi détruit le réseau de ses liens sociaux. Son retour par l’intermédiaire de la possession d’un autre corps raccommode temporairement ce tissu social déchiré, en dépassant le souvenir obsédant de son existence et de sa mort, tout aussi violentes l’une que l’autre. L’expulsion cathartique peut alors enfin avoir lieu, et dans le meilleur endroit qui soit, c’est-à-dire sur la tombe d’un saint : là où un « bon mort », un bienheureux, pourra affronter et vaincre les « mauvais morts », les âmes damnées. Les ombres de tyrans locaux pourront ainsi être exorcisées tant symboliquement du corps social que littéralement du corps de la possédée.

20Dans tous ces cas de possession, toutefois, les revenants nommément identifiés qui retiennent l’attention générale sont accompagnés de démons, si bien que les corps des possédés sont d’une certaine façon symboliquement alignés sur l’enfer, lieu de résidence des démons comme des damnés. Il faut donc se rendre à l’évidence, le modèle de la possession en vigueur dans cette région n’est pas la survivance d’un ancien système de croyances qui n’aurait ni changé ni évolué : syncrétique et agrégatif, il permet au contraire à de nouveaux éléments de venir se greffer sur un fond plus ancien. Ce modèle intègre l’épistémologie chrétienne universalisante qui a démonisé la possession, tout en maintenant une ancienne tradition ancrée dans la mémoire et les savoirs des communautés locales. Les deux traditions, chrétienne et préchrétienne, ne sont pas en opposition mais se complètent et se renforcent l’une l’autre, se partageant le corps de la personne possédée.

21Cette complémentarité a été entretenue de diverses façons : les sermons et les enseignements sur les démons semblent avoir simplement recouvert les légendes locales sur les âmes sans repos, entre autres, au lieu de les éradiquer. Les images auraient également joué un rôle en représentant à cette époque de la même façon l’âme quittant le corps au moment de la mort et le démon quittant le corps pendant l’exorcisme : tous deux sortent par la bouche. Ces unités structurales, figurant l’une et l’autre un esprit quittant un corps, constituent ce que Jérôme Baschet appelle un « hyperthème », dont l’analyse doit permettre, selon lui, de pousser la lecture iconographique au-delà de ce que les œuvres formulent explicitement (2008 : 274 sq.). Sous cet éclairage, la mise en relation comparative de ces images confirme que ces deux sortes d’esprits, revenants ou démons, agissent sur le corps de la même façon, s’y incarnant, l’animant, puis le quittant par la bouche, quand on les en expulse de force.

Le débat sur les esprits

22Le second texte étudié ici, Les miracles de Jean Gualbert, se réfère explicitement au débat qui opposait le clergé au peuple sur la possession, l’un l’attribuant aux démons et l’autre aux ombres des morts. Ce texte du xve siècle est une compilation des guérisons attribuées à Jean Gualbert, un moine décédé en 1073 et canonisé vingt ans plus tard (Caciola 2016 : 321). Au cours des siècles qui séparent sa canonisation de la compilation de ses miracles, les reliques de Jean Gualbert – en particulier son bras – ont acquis la réputation de guérir les possédés et ont attiré en conséquence un grand nombre de pèlerins. Les crises de possession sont relatées précisément à partir d’entretiens personnels avec les possédés et leur famille. Dans plusieurs cas, l’esprit se présente comme une personne décédée et donne, outre son nom, des détails sur sa vie et les circonstances de sa mort.

23L’auteur de la compilation, Jérôme de Raggiolo, s’oppose violemment à cette idée, affirmant avec insistance qu’il s’agit en fait de démons. Assez exceptionnel en son genre, le texte fait la chronique d’une série d’affrontements publics et spontanés sur la nature de ces esprits, entre d’une part des moines et des ecclésiastiques et de l’autre la population locale. Ici aussi, comme dans le cas de Philippucia, Salimbena et Zola, les possédés donnent souvent le nom des esprits qui les habitent, suscitant l’adhésion immédiate de la foule, chacun apportant qui un récit, qui un souvenir sur les personnes concernées. Toutefois, dans Les miracles de Jean Gualbert, ce processus de narration et de catharsis collective est interrompu : secondé par Raggiolo, un prêtre local cherche à convaincre la foule, qui résiste avec opiniâtreté, du caractère démoniaque des esprits possesseurs. Dans certains cas, le désaccord donne lieu à de longues argumentations qui, reproduites dans le texte, nous donnent à voir comment le peuple et l’élite s’affrontent sur la signification d’événements qui leur sont contemporains.

24On est frappé par la pluri-vocalité de ce texte, sachant que l’objectif de Raggiolo était de faire reconnaître le pouvoir et la parfaite orthodoxie du culte des reliques de Jean Gualbert. Comme l’a noté André Vauchez à propos des procès de canonisation, les documents incluant l’audition de témoins se retrouvent très souvent contraints à introduire des récits qui vont à l’encontre de cet objectif. Ces procès-verbaux « constituent le lieu d’une confrontation – tantôt pacifique, tantôt conflictuelle – entre la culture des couches dominantes – auxquelles appartiennent ceux qui ont ordonné l’enquête et ceux qui l’effectuent – et celle des classes subalternes parmi lesquelles se recrutent bon nombre des témoins » (Vauchez 1988 : 4). De même, bien que Raggiolo ait conçu sa compilation de façon à imposer son interprétation de la possession, il ne manque pas de rendre compte de l’interprétation différente qu’en donne la foule ; ce contre-récit a donc l’avantage de nous renseigner sur les attitudes des couches non intellectuelles de la société.

25Le premier cas faisant apparaître ce genre de débat est celui d’une femme qui vient de Pontenano à 75 km environ au sud-est de Florence ; elle a fait un pèlerinage au sanctuaire de Jean Gualbert et se dit possédée par l’esprit d’un mort originaire de Ligurie. Raggiolo relaie cette interprétation pour la contester aussitôt :

« Une autre femme vint à nous depuis la ville de Pontenano […] et le démon qui l’a envahie affirme (comme nombre d’entre eux sont coutumiers du fait) qu’il était l’ombre d’un certain Ligurien nommé Beltramo. Il faut relever qu’il s’agit d’un mensonge éhonté qui doit être réprimé par l’autorité de notre sainte mère l’Église, afin que l’homme du commun comprenne qu’une telle chose n’est guère possible et soit ainsi instruit dans la vraie religion […]. Ce fait est établi, en premier lieu, par l’autorité du prophète qui a dit : “l’esprit s’en va et ne revient pas” (Ps 77 : 39). Rien ne nous dit où il va : soit il s’envole dans les airs en se purgeant ; soit il réside en un lieu terrestre qui est désert et inculte, ou bien qui n’est pas désert ; ou il va dans un endroit qui nous est inaccessible, que nous appelons le Purgatoire.

Mais nous considérons et déclarons par le présent document qu’il est mauvais [nefas] de croire qu’une âme morte puisse revenir à nouveau dans un corps humain. En outre, il n’a jamais été dit chez aucun peuple que deux âmes de même sorte et même nature puissent occuper le même corps, et y vivre certaines choses ensemble. J’ai pu citer pour preuve d’autres déclarations, tirées parfois des Saints Évangiles, parfois d’autres divines Écritures. Toutefois, de crainte que l’on pense qu’au lieu d’histoire je fais ici un sermon, il suffit de savoir que les diables sont des menteurs notoires en la matière. Bien qu’en vérité, quoi qu’ils demandent d’utile pour les âmes des morts – des offices, des messes grégoriennes ou des aumônes – une fois que c’est demandé alors, si Dieu le veut, nous le faisons » (Raggiolo [1867] : 416).

26D’entrée de jeu, Raggiolo concède, à propos d’un esprit s’étant présenté comme un mort, que « nombre d’entre eux sont coutumiers du fait ». Il poursuit en opposant à cette idée une série d’arguments particulièrement intéressants : il en appelle purement et simplement à l’autorité de l’Église ; il se réclame des Écritures pour affirmer que les morts quittent le lieu de résidence des vivants ; il invoque le fait que les démons sont menteurs, ainsi qu’un argument physiologique selon lequel deux âmes humaines ne pourraient coexister dans un même corps. Pourtant, ses paroles sont contredites par les actes qu’il prescrit : la célébration d’offices ou de messes si l’esprit en fait la demande. L’acceptation de cette requête aura sûrement signifié, pour la population, que le coupable pourrait bien, en effet, être Beltramo le Ligurien décédé.

27Un autre miracle suit un scénario très proche. Ici encore, l’exorcisme d’une femme qui se dit possédée par un mort – un mauvais garçon poignardé au cours d’une dispute entre joueurs – donne lieu à un débat public spontané. Le prêtre chargé de l’exorcisme conteste vivement l’idée que l’esprit qui la possède puisse être le joueur mort, mais sans convaincre la foule :

« Le démon qui l’avait envahie affirmait qu’il était l’âme d’un homme appelé Mazzanto, qu’un vaurien tua avec un poignard pendant une partie de dés. Tous ceux qui en furent témoins s’empressèrent d’affirmer que c’était vrai. Mais le prêtre les contredit, avançant […] les opinions de nombre d’hommes remarquables par leur vertu et leur savoir, par l’intermédiaire desquels il démontra que les âmes des hommes, dès qu’elles quittent le corps, se rendent là où elles ont mérité d’aller. À savoir, elles trouvent soit un endroit délicieux, soit une terre hostile pour se purger ou bien subir les tourments éternels. Quant aux [esprits de possession], ce sont des esprits démoniaques […].

[Mais] le prêtre peinait à les convaincre que c’était la vérité. Les personnes rustiques ont cette particularité que moins elles comprennent ce qu’on leur dit et plus elles s’émerveillent, et elles ne peuvent être détournées d’une idée qui a trouvé leur oreille qu’avec la plus grande difficulté. C’est particulièrement vrai parce qu’elles sont obstinées et à peine capables de raison […]. Enfin, par la vertu du très saint Jean Gualbert, [l’esprit possesseur] proféra ces mots : “Je sévirai ailleurs s’il n’est pas fait des prières et des oraisons pour l’âme de ce Mazzanto.” […] La jeune fille rentra gaiement chez elle retrouver sa famille, ayant aussitôt offert de l’argent afin que, comme promis, des messes grégoriennes soient célébrées dans le monastère pour l’âme de Mazzanto. » (Raggiolo [1867] : 417)

28L’idée que les esprits responsables des crises de possession sont de mauvais morts était trop profondément ancrée pour que les arguments du prêtre suffisent à la réfuter. En outre, le fait que l’esprit qui parle au travers de la jeune fille ait une connaissance précise des circonstances de la mort de Mazzanto semble avoir impressionné la foule : la description qu’il donne de son agression au couteau à la table de jeu fait sensation, et les gens se pressent tout excités pour mieux entendre et corroborer son récit. On y voit la preuve formelle de l’identité de l’esprit. La mémoire collective l’a emporté sur les arguments abstraits du prêtre concernant un au-delà tripartite et les différentes catégories d’esprits surnaturels. Preuve ultime de son identité, enfin : la promesse de célébrer des messes pour l’âme de Mazzanto permet la guérison de la jeune fille.

29La logique qui préside à la possession spectrale suggère ainsi que les ombres des personnes décédées de façon violente ou prématurée connaissent après leur mort une période pendant laquelle elles doivent accepter leur décorporation brutale. Aussi ces ombres qui s’accrochent à la vie et à leur communauté cherchent-elles à habiter un nouveau corps. Dans tous les récits examinés jusqu’ici, l’esprit rendu responsable de la possession est toujours une personne connue et récemment décédée. Ses anciens voisins ont besoin de savoir qui il est et pourquoi il refuse d’accepter sa mort. Ils veulent tout d’abord connaître son nom et les circonstances de son décès, qu’il peut révéler au travers du corps qu’il occupe. Dans un second temps, l’interaction a lieu entre les membres de sa communauté, qui échangent des récits (souvent négatifs) sur son existence et des souvenirs (plus compatissants) de sa fin prématurée. Grâce à cette reconnaissance collective, les liens du défunt sont rétablis avec sa communauté, qui cherche à communier un temps avec lui. Enfin, lorsque des messes ont été demandées pour le mort, la communauté peut, tout en améliorant ses conditions de vie dans l’au-delà, opérer une véritable catharsis – et faciliter, ce faisant, le processus de l’oubli. Comme l’écrit Jean-Claude Schmitt, « le but de la memoria était en réalité d’aider à la séparation des vivants et du mort, d’abréger le séjour de ce dernier dans les peines purgatoires (ou le purgatoire) et, finalement, de permettre aux vivants d’oublier le défunt » (1994 : 17). Le retour de ces ombres, aussi asociales et violentes qu’elles aient pu être de leur vivant, était l’occasion de faire acte de générosité et de réconciliation par-delà la mort.

30Un cas particulièrement éclairant voit le retour de Beltramo le Ligurien, un revenant singulièrement obstiné, semble-t-il. Il a pris cette fois-ci possession d’un homme qui (on finira par l’apprendre) est apparenté à la femme dont il a précédemment habité le corps. Il semble qu’on puisse repérer ici un élément d’imitation, deux personnes de la même famille recourant au même scénario de possession.

31Raggiolo fait de cette rencontre suivie d’un exorcisme un récit exceptionnellement long. L’odieux criminel Beltramo y figure comme une personne qui n’a pu mettre en ordre ses affaires avant son décès prématuré. Dès lors, son exorcisme suppose non seulement le genre de reconnaissance et de remémoration dont nous avons déjà vu nombre d’exemples, mais aussi un ensemble de mesures compliquées visant à régler ses affaires de façon posthume :

« Après que, sous l’apparence [de Beltramo], le démon a longtemps combattu à la fois la croix et les prières, on lui infligea d’affreux tourments. Enfin, s’obstinant dans son imposture, il proféra ces mots : “Je trouverai le repos si les personnes présentes, après avoir enquêté avec diligence et vérifié mes biens, font en sorte de tenir tête à mes enfants. Car si ces derniers obéissent à leur perversité habituelle, ils préféreront faire n’importe quoi plutôt que d’arranger les choses. Si cela arrive, je reviendrai, même si je suis à présent obligé de partir pour un autre lieu, et j’amènerai alors avec moi nombre de mes semblables, et je leur [aux personnes présentes] infligerai des tourments pires encore !” En entendant cela, ces pauvres hommes, craignant pour eux-mêmes, lui dirent : “Indique-nous comment accomplir cette tâche, si tu le peux, et nous nous efforcerons avec diligence d’accéder à ta requête”.

“Je demande que ces choses soient faites”, dit le démon, “et vous devez accomplir ce que je dis à la lettre. Je souhaite disposer de mes biens par testament public, selon la coutume populaire”. On fit venir un scribe, qui se trouvait par chance dans le monastère pour une affaire avec l’abbé. Puis, placé sous serment et conformément à son meilleur jugement pour ce qui est de la vérité, le démon énuméra ses possessions, ses intérêts, ses œuvres, ses engagements, ses créanciers et ses débiteurs ; quelles choses devaient être léguées à ses enfants, quelles autres à l’Église ou à d’autres personnes ; et, pendant ce temps-là, le scribe consignait tout par écrit pour mémoire. Une fois ces choses accomplies avec diligence, le démon se volatilisa en fumée. » (Raggiolo [1867] : 416)

32Aider Beltramo à mettre ses affaires en ordre, malgré la résistance probable de ses enfants, permet de remédier à sa « mauvaise mort » : le testament rédigé en bonne et due forme fait en effet partie du « bien mourir » tel que le définissent les traités de l’époque sur l’ars moriendi (Chartier 1976 ; Michaud 2017). Cette recommandation pesait d’un poids considérable en Italie, qui jouissait d’une grande culture notariale et juridique : ce n’est pas un hasard si on trouve aussi rapidement un notaire pour enregistrer l’inventaire du patrimoine de Beltramo et la façon dont il souhaite en disposer. Ce testament permet de rendre rétroactivement meilleure la mauvaise mort, intestat, de Beltramo.

33La suite du texte nous apprend en outre que Beltramo avait confessé un crime irrésolu alors qu’il possédait le corps de sa première victime :

« Il ne semble pas déplacé de décrire en quelques mots un meurtre qui fut perpétré par le susmentionné Beltramo […]. Il connaissait une certaine personne, architecte de formation, qui pendant l’été avait gagné avec ses associés une somme non négligeable, excitant la cupidité de mauvais hommes originaires de la ville de Pontenano. Ils établirent les rues et les itinéraires qu’il empruntait avec ce projet en tête : ils voulaient le tuer. Un jour, résolus à commettre leur perfidie, les comploteurs l’assassinèrent dans une partie assez éloignée d’un horrible bois sombre non loin de Pontenano. Après lui avoir volé son argent, ils l’enterrèrent (afin d’effacer toute trace de leur acte) et le laissèrent là. C’est ce démon qui raconta toute l’histoire par la volonté divine, alors qu’il était présent, comme vous l’avez entendu, infligeant des tourments à une femme de la même famille. » (Raggiolo [1867] : 417)

34De même que, grâce à son testament posthume, Beltramo rendait sa mort un peu moins mauvaise, il améliore ici rétroactivement celle de l’homme qu’il a lui-même assassiné. Du point de vue de la communauté locale, cet aveu devait constituer l’expression d’un remords et une tentative pour arranger les choses par-delà la tombe : il pouvait aider la famille de la victime à faire son deuil et lui permettre de réaliser une véritable cérémonie funéraire. Enfin, une fois que toutes ses affaires ici bas auront été mises en ordre – que l’on aura commandé les messes pour le repos de son âme, légué ses biens et révélé le lieu d’inhumation de la victime d’un meurtre –, Beltramo pourra quitter ce monde pour l’autre, assuré dans son espoir de trouver un jour le salut. Il n’apparaît plus dans le procès, posséder deux personnes différentes lui ayant apparemment permis d’obtenir ce qu’il lui fallait pour trouver le repos : des messes et la confession d’un meurtre de la première, un testament de la seconde.

Conclusion

35J’ai voulu souligner ici certains points de recoupement entre la culture populaire médiévale et des traditions préchrétiennes. L’idée que les esprits qui possèdent les vivants sont des personnes mortes prématurément, incapables de trouver le repos, remonte sans discontinuer jusqu’à l’Antiquité et elle s’est maintenue au cours des siècles, malgré tous les efforts déployés par les évangélistes et les prédicateurs chrétiens pour substituer les démons aux morts. Pourquoi certaines traditions traversent-elles le temps et d’autres pas ? Comment leurs significations évoluent-elles pour s’intégrer dans un contexte historique nouveau ? Et comment ces significations novatrices remplacent-elles ou, à l’occasion, fusionnent-elles avec les anciennes conceptions ?

36Ainsi, dans ces cas de possession du haut Moyen Âge, les revenants étaient considérés comme des âmes pécheresses dans un cadre moral chrétien. Leur statut post-mortem équivalait souvent à une sorte de purgatoire, et l’allégement de leur peine exigeait la célébration de messes en guise d’aumône spirituelle ou, comme dans le cas de Beltramo, la rédaction d’un testament. L’ancienne forme de possession a ainsi été actualisée, en quelque sorte, dans son expression culturelle et son mode d’interprétation. De plus, la guérison de la personne possédée – par l’intercession d’un saint – suppose l’invocation d’une autre catégorie de défunts, celle de héros qui, grâce à leurs souffrances, ont pu rejoindre les rangs des puissances divines. Un affrontement entre deux catégories diamétralement opposées de morts puissants – les ombres sans repos de malfaiteurs et de criminels d’une part, et de l’autre les pieuses reliques de saints guérisseurs – est mis en scène dans le drame rituel de l’incubation et de l’exorcisme, mais aussi, en fin de compte, dans les textes mêmes qui relaient pour mieux les réfuter les propos de témoins laïcs. De manière significative, les ombres reconnues dans la possession des vivants sont rarement celles des morts ordinaires : il s’agit de morts extraordinaires qui ont mené une existence particulièrement dévoyée et connu une fin affreuse. Violents et querelleurs, ils ont marqué les mémoires et, même après leur mort, ils inspirent encore la terreur : une violence spirituelle vient simplement remplacer la violence physique qu’ils ont exercée de leur vivant. On peut toutefois remédier à leurs attaques en se tournant vers les restes mortels de défunts héroïques, transformés par leurs brillantes prouesses ascétiques en réserves de pouvoir surnaturel, disponibles ici-bas. C’est la proximité d’un saint cadavre qui fournit l’antidote : un conflit invisible se joue ainsi à l’arrière-plan, qui oppose les ombres sans repos des mauvais morts aux esprits célestes des saints. Malgré leur continuité formelle avec une ancienne tradition, la mise en scène de ces récits de possession s’inscrit donc parfaitement dans le cadre religieux médiéval ; c’est ce contexte qui leur donne sens et c’est lui qui, en fin de compte, présida à leur mise par écrit. D’ailleurs, un point fait consensus entre tous les participants, laïcs comme ecclésiastiques : les morts bienfaisants manifestent la force de leur pouvoir en guérissant les possédés. Dans tous les cas, que les esprits reconnus responsables des crises de possession soient des démons, des défunts ou un mélange des deux, les plus puissants de tous les morts, comme le confirme toujours la suite des événements, ce sont les saints.

37En même temps, pourtant, il y a une certaine logique dans l’idée que les crises de possession sont le fait de morts décédés prématurément, logique qui s’est maintenue dans le temps. L’importance accordée à l’identification du défunt suggère que le fait de le nommer et de permettre à la communauté de se remémorer sa vie et sa mort est un élément essentiel du drame de la possession. La personne possédée, sa famille et les témoins reconstituent ensemble l’histoire de ce revenant – la circulation de récits étant bien sûr un acte social fondamental, révélateur des priorités et des intérêts d’une communauté donnée. Au cours de ce processus d’identification, ce sont des savoirs, des souvenirs, des façons de dire qui sont mobilisés et articulés entre eux, faisant de la possession le lieu de différents types de guérisons : on exorcise la victime, on aide l’esprit à régler ses affaires et à reposer en paix, on permet aux témoins de refaire communauté. Par la possession, la personne décédée s’est rendue présente, incarnée et surtout capable de s’exprimer à nouveau. Une fois le rituel accompli et l’esprit expulsé, le mort pourra enfin être convenablement oublié.

38C’est là une vision de l’univers beaucoup plus intime dans sa structure, quoique probablement moins systématique dans ses interprétations, que celle enseignée par le dogme chrétien. C’est une approche plus « humaniste » du monde invisible des esprits, façonné par les souvenirs partagés, les expériences et le sens commun que la communauté mobilise lorsqu’elle se remémore ses morts. Faire du corps humain un réceptacle pour les âmes sans repos permet de mieux appréhender le surnaturel en le ramenant à une échelle plus locale. En fin de compte, l’exorcisme d’un revenant est un rituel persistant, émergent et réparateur (reconstitutive), qui redéfinit la communauté en son centre – le groupe des vivants – et à sa périphérie – celui des morts. Grâce aux crises suscitées par les revenants, les vivants comme les morts trouvent leur place dans la communauté, étant réassignés à de nouveaux groupements sociaux à mesure que ses membres meurent et se renouvellent.

Haut de page

Bibliographie

BABCOCK BARBARA A., 1978.
« “Liberty’s a Whore”: Inversions, marginalia, and a picaresque narrative », in Barbara A. Babcock (dir.), The Reversible World: Symbolic Inversion in Art and Society, Ithaca, Cornell University Press, p. 95-116.

BASCHET JÉROME, 2008.
L’iconographie médiévale, Paris, Gallimard.

BOUREAU ALAIN, 2004.
« Saints et démons dans les procès de canonisation du début du xive siècle », in Gábor Klaniczay (dir.), Procès de canonisation au Moyen Âge, aspects juridiques et religieux, Rome, École française de Rome, p. 199-221.

BROWN PETER, 1971.
« The rise and function of the holy man in Late Antiquity », Journal of Roman Studies vol. 61, p. 80-101.

—, 1982.
The Cult of the Saints: Its Rise and Function in Latin Christianity, University of Chicago Press.

CACIOLA NANCY, 2016.
Afterlives: The Return of the Dead in the Middle Ages, Ithaca, Cornell University Press.

CHARTIER ROGER, 1976.
« Les arts de mourir, 1450-1600 », Annales : Économies, Sociétés, Cultures no 31, p. 51-75.

FRANKFURTER DAVID, 2010.
« Where the spirits dwell: Possession, christianization, and saints’ shrines in Late Antiquity », Harvard Theological Review vol. 103/1, pp. 27-46.

KATAJALA-PELTOMAA SARI, 2009.
Gender, Miracles and Daily Life: The Evidence of Fourteenth-Century Canonization Processes, Turnhout, Brepols Publisher.

LAUWERS MICHEL, 1997.
La mémoire des ancêtres, le souci des morts. Morts, rites et société au Moyen Âge, Paris, Éditions Beauchesne.

LECOUTEUX CLAUDE, 1986.
Fantômes et revenants au Moyen Âge, Paris, Éditions Imago.

LE GOFF JACQUES, 1981.
La naissance du Purgatoire, Paris, Gallimard.

LETT DIDIER, 2008.
Un procès de canonisation au Moyen Âge. Essai d’histoire sociale, Nicolas de Tolentino, 1325, Paris, PUF.

MICHAUD FRANCINE, 2017.
« Wills and testaments », in Joëlle Rollo-Koster (dir.), Death in Medieval Europe: Death Scripted and Death Choreographed, Londres & New York, Routledge, p. 114-129.

OCCHIONI NICOLA (dir.), 1983.
Il processo per la canonizzazione di S. Nicola da Tolentino, edizione critica, Rome, École française de Rome.

PINA-CABRAL JOÃO DE, 1992.
« The gods of the Gentiles are demons: The problem of pagan survivals in European culture », in Kirsten Hastrup (dir.), Other Histories, Londres, Routledge, p. 45-61.

RAGGIOLO JÉRÔME DE, [1867].
Miraculi S. Joannis Gualberti Abbatis, in Société des Bollandistes (dir.), Acta Sanctorum, quotquot toto orbe coluntur, vel a Catholicis Scriptoribus celebrantur, 68 vol., Bruxelles, Société des Bollandistes, vol. 30 (12 juillet), p. 363-433.

SAXER VICTOR, 1980.
Morts, martyrs, reliques en Afrique chrétienne aux premiers siècles. Les témoignages de Tertullien, Cyprien et Augustin à la lumière de l’archéologie africaine, Paris, Éditions Beauchesne.

SCHMITT JEAN-CLAUDE, 1994.
Les revenants. Les vivants et les morts dans la société médiévale, Paris, Gallimard.

SIGAL PIERRE, 1992.
« La possession démoniaque dans la région de Florence au xve siècle d’après les miracles de saint Jean Gualbert », Histoire et Société : Mélanges offerts à Georges Duby, 3 vol., Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, vol. 3, p. 101-112.

SMITH JONATHAN Z., 1978.
« Towards interpreting demonic powers in Hellenistic and Roman Antiquity », Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt vol. 2.16.1, p. 425-439.

TERTULLIEN, [1841-1866].
Liber de anima, in Jacques-Paul Migne (dir.), Patrologia cursus completus, series Latina, 221 vol., Paris, vol. 2, col. 641-752.

VAUCHEZ ANDRÉ, 1988.
La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge : D’après les procès de canonisation et les documents hagiographiques, Rome, École française de Rome.

ZÉNON DE VÉRONE, [1841-1866].
De resurrectione, in Jacques-Paul Migne (dir.), Patrologia cursus completus, series Latina, 221 vol., Paris, vol. 11, col. 253-528.

Haut de page

Notes

1 Traduction française d’après la traduction anglaise de l’autrice et la traduction française de E. A. de Grenoude, De l’âme, LVI-LVII (Note de la traductrice).

2 Dans les textes examinés ici, tous les revenants ayant pris possession d’un corps sont des hommes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nancy Mandeville Caciola, « Le dévoyé et le damné »,Terrain, 69 | 2018, 76-95.

Référence électronique

Nancy Mandeville Caciola, « Le dévoyé et le damné », Terrain [En ligne], 69 | avril 2018, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/16627 ; DOI : 10.4000/terrain.16627

Haut de page

Auteur

Nancy Mandeville Caciola

Université de Californie, San Diego – ncaciola@ucsd.edu

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals