Navigation – Plan du site

Corps perdu, corps trouvé

Fragments d’une conversation avec un mort au Vietnam [récit]
Paul Sorrentino
p. 114-127

Résumé

Hiver 2011, dans le nord du Vietnam. Une conversation se noue difficilement entre un jeune homme et ses frère et sœurs. Il est mort. C’est une séance de possession, et la fratrie tente d’interroger le disparu sur les circonstances de sa mort et la localisation de son corps. La présence fragile du défunt se tisse dans les infimes détails des paroles et dans les silences qui les séparent. À travers ces errements, ce sont aussi les relations entre les vivants qui se rejouent. Car, la famille découvrant avec stupeur que le petit frère ne veut pas que ses os soient déplacés, c’est un autre corps qui sera révélé, bien vivant lui, et porteur d’un secret.

Haut de page

Texte intégral

Thành : le petit frère

Thuyền : la plus jeune des quatre sœurs

Ngân : une des sœurs

Minh : une des sœurs, veuve

Thảo : la sœur aînée

Quân : le grand frère

La tante

Thiêm : la médium

L’ethnologue

1« Thành est-ce que tu es là ? »

2C’est un jour froid et humide du nouvel an vietnamien 2011. Posé comme un couvercle blanc au-dessus de ce hameau de la province montagneuse de Hòa Bình, le ciel d’hiver inonde la cour d’une lumière à la fois pâle et éblouissante.

3« Thành ? »

4Les yeux fermés, Thuyền, la plus jeune des quatre sœurs, vient de laisser ses épaules basculer en arrière. Assise en tailleur juste devant elle, si près que leurs genoux se chevauchent, Thiêm, la spécialiste rituelle dont la fratrie a sollicité l’assistance, la retient par les poignets.

5« Il arrive. »

6Je ne sais pas si je dois lire de l’inquiétude ou du scepticisme dans les regards des membres de la famille, assis en cercle sur la natte déroulée sur le sol en ciment de la cour. Leurs yeux circulent alternativement entre Thiêm et Thuyền. Les muscles de leurs visages sont comme raidis par l’hésitation. Pourtant, peut-être dans un mélange d’espoir et de politesse, ils appellent leur petit frère.

7« Thành… petit frère… Thành ? »

8Thiêm s’exprime d’une voix de plus en plus sonore et aiguë, en tirant sur les poignets de Thuyền.

9« Oh ! Thành ! Thành ! Voilà ! Tu es revenu ! »

10Thuyền se redresse et écarte les cheveux qui couvraient son visage d’un mouvement rapide de ses deux mains, frottant ainsi ses joues de manière répétée.

11« Ah ! Tu retrouves ta famille, et ça te fait pleurer tout de suite ! Ils t’ont manqué ! »

12Tout le monde salue le « petit frère » Thành en s’adressant fébrilement à Thuyền. La tante et Minh, une des sœurs, lui caressent le dos par-dessus sa veste en cuir synthétique. Thuyền finit par ouvrir les yeux, et on demande à Thành s’il reconnaît les membres de sa famille. Si Thuyền a d’abord souri en désignant de l’index Thảo, la sœur aînée, c’est avec un visage fermé qu’elle balaie du regard le reste du groupe. On demande à Thành de mettre un nom sur chaque visage, mais Thuyền reste muette.

13« Je t’ai manqué ? On t’a manqué ? »

  • 1 Ce rituel, dont le nom signifie littéralement « apposer l’âme », est une innovation récente, appar (...)

14Thành a disparu en 1987, du jour au lendemain, sans laisser de trace. Si cette famille de Hanoï a aujourd’hui parcouru la piste boueuse qui sillonne les collines jusqu’à ce hameau caché entre une mine de basalte et un terrain de manœuvres militaires, c’est pour tenter de savoir une bonne fois pour toutes ce qui est arrivé à l’adolescent. Et, si possible, pour savoir où retrouver ses os, essentiels pour qu’il puisse enfin bénéficier des rites funéraires. Thiêm, spécialiste renommée de la pratique du áp vong1, ne se laisse pas décontenancer par le silence de Thuyền, habituel au début de l’incarnation d’un mort. « Tu les reconnais ? » Pas de réponse. « Tu as vu le monde qu’il y a ? » Pas de réponse. « Est-ce qu’il te manque quelque chose ? » Pas de réponse. « Tu es heureux d’être là ? » Pas de réponse. Mais lorsque Thiêm demande à Thành si sa famille lui manque, Thuyền secoue la tête. Les visages se figent. « Tu es fâché ? » Thuyền hoche la tête. Les yeux de tous les membres de la famille rougissent, les commissures de leurs lèvres se creusent.

15« Dis-nous ce qui ne va pas, qu’on sache ce qu’on doit faire ! »

16Les voix tremblent et se superposent. Thuyền réagit brusquement, pleurant à son tour :

17« Je ne rentre pas ! Je ne veux pas rentrer ! »

18Toutes les mains se tendent vers le centre du cercle, où Thuyền se débat, ne laissant personne la toucher. Thiêm fait alors signe à la famille de se taire et continue de mener la conversation. Elle explique au défunt qu’il doit rentrer chez lui et que l’errance n’est pas une condition enviable. L’index dressé verticalement entre son visage et celui de Thuyền, elle lui rappelle que les vivants et les morts doivent rester à leur place, que les défunts ne doivent pas emporter de ressentiment avec eux, et qu’il est dommage d’être parti si jeune et de ne pas vouloir retrouver sa famille. Mais Thuyền ne répond pas, se contentant de regarder la spécialiste rituelle dans les yeux. La tante saisit le bras de la jeune femme et intervient sur un ton qui frise la réprimande.

19La tante : Mais alors tu es allé où ? Tu es mort comment ? Hein ? Tu es allé où ?

20Thuyền/Thành : Je suis allé m’amuser.

21La tante : Comme ça, d’un coup, tu quittes la maison ?

22Thuyền/Thành [regardant dans la direction opposée en redressant le menton] : J’avais envie de m’amuser.

23La tante : Mais si tu veux aller t’amuser, encore faut-il connaître le chemin du retour !

24Thiêm reprend les mains de Thuyền dans les siennes et interroge le défunt sur cette journée de 1987, en posant des questions simples, auxquelles Thuyền fournit des réponses brèves : « Avec mes amis… Deux garçons et une fille… Au fleuve… » Cet interrogatoire fragmenté permet d’établir un récit qui confirme l’hypothèse que la famille considérait comme étant la plus probable : Thành est parti en mobylette avec trois amis pour jouer sur les berges du fleuve Rouge, comme il le faisait souvent, mais il a chuté et s’est noyé sous le regard impuissant de ses camarades. Ces informations obtenues, Thiêm finit par se retirer pour aider les autres familles installées sur les nattes qui jonchent le sol de la cour à établir la communication avec leurs morts.

25La conversation devient alors plus confuse. Les sœurs, le frère et la tante parlent tous en même temps, interrogeant Thành sur l’emplacement de son squelette, lui demandant s’il a rencontré d’autres parents défunts dans l’au-delà, si les offrandes qui lui ont été consacrées lui sont bien parvenues… Le groupe forme un cercle étroit de visages et d’épaules, au centre duquel se superposent mains et genoux. Au centre, Thuyền parle peu. C’est peut-être pour cette raison que les autres accumulent un flot continu de questions, sans vraiment en attendre les réponses, comme si le fil de la présence du petit frère disparu risquait de se rompre au premier silence.

26Ngân, une des sœurs, semble vouloir prendre les choses en main et se lance dans une longue tirade. « Ça fait déjà plus de vingt ans que tu es parti, si ceux qui restent dans ce bas monde ont fait quoi que ce soit d’incorrect vis-à-vis de toi, alors laisse aller, parle… » Elle tient les mains de Thuyền entre les siennes, les frottant d’une manière presque frénétique. « Si quelqu’un t’a fait quelque chose, dis-le franchement pour que chacun puisse corriger ses erreurs, sans quoi chacun a son idée et tout le monde souffre, dis-nous pour qu’on sache, hein, j’ai de la compassion pour toi, plus de vingt ans déjà… » Thuyền reste cachée derrière ses cheveux qui sont retombés sur son visage. Ngân poursuit : « Récemment on a essayé de te retrouver, on a vu des médiums, pour te ramener auprès des grands-parents ou des parents, hein, Thành ? Petit frère ! On sait qu’on a commis des erreurs, alors maintenant oublie-les, oublie les fautes des gens d’ici-bas qui t’ont fait partir... » Une puissante vague de sanglots traverse le groupe. « Cette grande maison, que tu ne veuilles plus y habiter… Mais pourquoi tu ne veux pas revenir à la maison ? Pourquoi tu ne veux pas rentrer ? »

27Alors que les autres reprennent en chœur la question, Thuyền se met également à pleurer et crie : « Je ne veux pas rentrer ! Ne me forcez pas à rentrer ! Rentrer pour quoi faire ? Je ne rentre pas ! Pourquoi vous me forcez à rentrer ? »

28Thảo, la sœur envers qui le défunt semblait avoir manifesté plus d’affection, parvient à apaiser la situation en proposant à Thành de rentrer chez elle, plutôt que dans la maison familiale, où habitent le grand frère Quân, célibataire, ainsi que Minh, qui est veuve. Tout le monde renifle, la conversation se calme. On parle maintenant des modalités du culte à consacrer au petit frère. La fratrie essaie également d’en savoir plus sur les circonstances de sa mort, cherchant notamment à confirmer que le jour de sa fugue supposée est également la date de son décès. Cette information est capitale pour les cultes aux défunts, au sein desquels l’anniversaire de la mort est l’occasion rituelle la plus significative. Mais l’enquête s’interrompt chaque fois que Thuyền recommence à pleurer bruyamment en réaction à une question ou une remarque d’un membre de la fratrie. La tante réprimande alors le fautif en le regardant avec des yeux de démon. « Excuse-toi ! », lance-t-elle ainsi sourdement – comme si le défunt ne devait pas l’entendre – en faisant claquer sa main sur le dos de Ngân. Celle-ci vient de mentionner l’argent que Thành aurait discrètement « emprunté » dans le portefeuille de son oncle quelques jours avant sa disparition.

29Parmi les modalités du culte, la question des offrandes revient de manière régulière. Les objets votifs notamment, destinés à accroître la richesse matérielle du défunt dans l’au-delà, se trouvent mis en jeu dans des transactions des plus prosaïques avec un adolescent qu’on juge par trop capricieux.

30Thảo : Bon, chaque année, je vais te brûler de l’encens, d’accord ? Oui… tu rentres chez moi, je te brûlerai de l’encens. Qu’est-ce qui te ferait plaisir ? Dis-moi ce qui te ferait plaisir, que je te l’achète…

31Thuyền/Thành [avec un sourire] : Achetez-moi un costume, avec une cravate.

32Thảo : Oui, un costume et une cravate. Des chaussures aussi ! Et un chapeau ? Tu veux un chapeau ?

33Chacun y allant joyeusement de sa petite surenchère, la liste des offrandes s’allonge rapidement : scooter (Honda SH), berline (Mercedes), linge de maison, armoire, lit, vaisselle… Mais les réponses de Thuyền suggèrent que le petit frère a des goûts simples : « Normal, c’est tout. Pas besoin d’acheter une belle moto. Juste des choses normales. » Thảo propose à Thành un scooter Spacy, moins onéreux que le Honda SH. Mais Thành préfère une ancienne Honda Cub, mobylette courante dans les années 1980, et sur laquelle il serait parti avec ses amis le jour de sa disparition.

34Thảo : Une Cub d’avant ? Mais j’ai peur que les gens ne fassent plus ce modèle. Ils ne les font plus ! Maintenant tout le monde roule avec les nouvelles motos… Allez, comprends-nous, et si tu roules avec une nouvelle moto tu pourras rentrer nous voir plus vite !

35Ces objets que l’on brûle pour les défunts, objets de papier imitant vêtements, accessoires, maisons, véhicules et autres marchandises de luxe ou du quotidien ainsi que monnaies factices, sont achetés avec de l’argent bien réel auprès d’artisans ou de commerçants spécialisés.

36Minh : On va t’acheter une servante d’accord ? Une domestique ! On t’achète une servante, pour pas que tu aies besoin de travailler. Comme ça tu n’auras qu’à t’amuser et rentrer pour manger, hein ?

37Ngân : Et alors tu es marié ? Tu t’es marié ? Tu t’es marié !

38La tante : Ah ! Et ta femme, elle te fait à manger ?

39Ngân : Bon alors on va t’acheter une maison à quatre étages. Et puis une voiture. Tu as déjà combien d’enfants ?

40La tante : On vous achète une servante, comme ça après manger vous pouvez sortir !

41Ngân : Thảo, elle est riche ! Elle t’envoie de l’argent, d’accord ? Beaucoup d’argent !

42Thuyền rit, imitée par toute la famille. « Voilà, sois joyeux, tu es revenu alors discute avec nous ! » Saisissant l’opportunité de ce moment plus convivial, la tante évoque à nouveau la mort de Thành, cherchant à identifier le lieu où reposeraient ses ossements : « Maintenant notre seul regret c’est qu’on ne sait pas où tu es mort. Où es-tu ? Essaie de te souvenir précisément… Très précisément, d’accord ? » Mais la réponse de Thuyền va à nouveau faire perdre sa légèreté à la conversation : « J’ai pas besoin de rentrer… » Les rires se changent une fois de plus en larmes et une pluie de questions inquiètes s’abat sur Thuyền.

43Thuyền/Thành [très calmement] : Maintenant, ici, je m’y suis fait. N’allez pas croire que je vais rentrer.

44Thảo [perdant patience à son tour, dans un long sanglot] : Après toutes ces années… c’est seulement maintenant qu’on connaît des gens… des médiums… maintenant on peut te retrouver. Sans ça comment te retrouver ? On ne pouvait qu’aller pleurer au bord du lac ! Aller pleurer au bord du fleuve ! Plus de vingt ans, on est tous fautifs !

45À force d’insistance, Thuyền se fait plus loquace, Thành décrivant alors le lieu où son corps aurait été charrié par les eaux du fleuve. La description est longue et minutieuse. Les mains de Thuyền dessinent au milieu du groupe un paysage invisible de bananiers et de sable blanc à proximité d’un élargissement du lit du fleuve Rouge. Les questions permettent d’identifier le site, un banc de sable immergé pendant les crues, où Thành allait, de son vivant, faire les quatre cents coups. La famille s’y était déjà rendue suivant les indications d’un médium, mais avait fini par renoncer, ne trouvant aucun ossement dans la quinzaine de trous creusés à cet effet. « Il ne reste rien », précise alors Thuyền d’une voix presque indifférente. Les sœurs souhaitent malgré tout retourner sur place et réaliser un cénotaphe (mộ giả, littéralement « fausse tombe ») en ramenant une poignée de sable à disposer dans une urne comme s’il s’agissait des ossements du petit frère. Thuyền poursuit alors la description du lieu où son corps s’est immobilisé sur le sable, avant qu’il ne soit progressivement recouvert d’alluvions et annihilé.

46« Tu vois, là où vous avez creusé en premier ? Là, sur le sable blanc. Oui, comme ça, en te tenant face au fleuve. Tu te tiens là, face au fleuve, et tu fais un pas dans cette direction. Un pas, un pas et demi… et tu es déjà du côté de ma tête. Ma tête était là. D’accord ? Mais… Il ne reste plus rien. Juste du sable blanc. »

47Alors que la conversation porte à nouveau sur les modalités du culte, le choix du positionnement de la photographie du défunt sur l’autel fait surgir la question manifestement sensible des relations intrafamiliales. Thành semblant s’énerver à nouveau, ses sœurs lui demandent de comprendre leurs manquements rituels à son égard et décrivent la confusion dans laquelle sa disparition a plongé la famille. En effet, comment vouer un culte à un adolescent disparu sans laisser de trace et qui, comme l’avait affirmé un voyant consulté plusieurs années auparavant, était peut-être encore vivant ?

48« On nous a dit que tu étais encore en vie, que tu habitais à l’étranger, que tu étais très riche, que tu étais marié, avec deux enfants, et qu’à 32 ans… l’année de tes 32 ans… tu rentrerais. On nous a dit que tu étais très riche, que tu avais réussi. Et après ça, le petit Tân, ton neveu, est allé travailler à Saigon et il a rencontré un monsieur… Il était ouvrier sur le chantier de sa maison et il disait que ce monsieur ressemblait à son oncle, ton grand frère, alors… qui sait ? Ça pouvait être toi ! Mais il me disait “Ce monsieur est très riche, j’ai peur qu’il croie que je veux faire des histoires, je n’ose pas demander”, alors moi, si j’avais eu de l’argent, j’aurais pris un vol pour Saigon, pour voir si c’était toi. Tu comprends ? On se demandait si tu n’étais pas encore en vie. »

49Dans les moments d’accalmie, les sœurs demandent à Thành d’apporter sa protection à différents membres de la famille, en exposant leurs problèmes ou leurs projets. Ngân lui demande par exemple de prêter assistance à son fils Tú qui a des démêlés avec la justice. S’approchant de Thuyền pour lui parler dans l’oreille – d’une voix basse mais timbrée visant à indiquer qu’il s’agit d’une affaire délicate plus qu’à empêcher les autres d’entendre –, elle prie le défunt d’aider son neveu à obtenir une réduction de peine en lui permettant de rencontrer un artisan qui le recruterait en apprentissage. La réponse de Thuyền propose toutefois une solution d’une autre nature, puisque le mort conseille à Ngân de solliciter un policier lié à l’affaire.

50Ngân : Je l’ai déjà fait ! [À voix basse] Je lui ai amené un cadeau, une bonne bouteille, avec même de l’argent. Je m’en suis occupée, pour qu’il y ait moins d’infractions dans son dossier… Ce jour-là j’ai aussi donné de l’argent à un autre, pour obtenir une remise de peine. Il a dit qu’il réglerait son affaire cette année.

51Thuyền/Thành : Celui qui a la peau sombre, là ? C’est un malin, celui-là ! Le premier, le vieux, un peu gros, il est bien, mais celui-là il est trompeur ! Alors il faut le coincer. Il peut aider mais il ne faut pas lui laisser le choix.

52Ngân précise que ce policier a toutefois pour qualité d’avoir un cousin procureur dans la province de Thanh Hóa, ce à quoi Thuyền rétorque d’un ton réprobateur : « Il ne suffit pas de donner l’argent, il faut savoir parler ! »

53La conversation se poursuit ainsi, avec ses moments de rire, ses longueurs et ses ruptures, les instants où une réaction trop vive ou trop froide de Thuyền amène les autres à se confondre en excuses en implorant la compassion de leur petit frère disparu. Malgré ces variations d’intensité des affects, l’échange tourne en rond : des modalités de culte révisées sans cesse aux problèmes sans solution des différents neveux partis à l’aventure d’un bout à l’autre du pays, rien ne semble vraiment se décider. Pourtant, le défunt ne semble pas vouloir quitter le corps de Thuyền, pas plus que les vivants ne souhaitent le congédier, s’efforçant de faire durer la conversation à tout prix. Autour, les autres familles ont, pour la plupart, terminé leur séance. Les nattes couvrant le sol en ciment de la cour sont désormais presque toutes inoccupées. Les gloussements du poulailler se font entendre, ainsi que les éclats de rire et les chocs de bois verni s’élevant du café voisin, où les jeunes des environs se retrouvent pour jouer au billard.

54Puis Quân, le frère, finit par se lever et s’éloigne en direction des toilettes, au fond de la cour. Minh interrompt alors brusquement la conversation en se rapprochant de Thuyền : « Petit frère, je t’en prie, laisse-moi te dire quelque chose, je t’en prie... ». Elle s’assure que Quân est à distance et poursuit : « C’est Quân, il me... il me frappe. Il me frappe très souvent. Il veut me chasser, je n’ai pas de mari, tu sais bien, mais il veut me chasser. Il m’a même étranglée, regarde ! » Minh ouvre le col de son manteau et montre son cou à Thuyền. Après le corps absent de Thành, c’est un autre corps qui surgit maintenant dans la conversation.

55« Il m’a frappée tellement fort qu’il m’a même déboîté la mâchoire, je viens juste de me rétablir [Sa voix se charge de sanglots]. Je n’ai pas de mari... mon fils est en prison... mais lui il veut me chasser, il dit que la maison de nos parents est à lui maintenant. Depuis qu’il est rentré de l’étranger, il veut que je parte. »

56Thuyền se contente d’acquiescer. Les autres sœurs et la tante écoutent Minh dans un silence de plomb.

57« Maintenant que tu es là, je te demande de m’aider, de nous aider, tes sœurs. Maintenant je te dis la vérité, il me frappe, des coups et des coups, il a raconté que c’était un policier qui m’avait frappée, mais c’est lui qui me frappe depuis qu’il est rentré de l’étranger. »

58La tante essaie de retenir Minh de ses mains, comme pour éviter de froisser à nouveau le défunt, mais celle-ci ne compte pas s’interrompre : « Non maintenant je dis tout, que notre petit frère revienne et mette tout ça en ordre… sinon il va finir par me tuer. » Thuyền regarde fixement sa sœur, son visage est calme mais ses yeux se mouillent encore une fois. « Il faut qu’il se marie… », murmure-t-elle.

59Minh : Cette maison, pendant combien d’années on s’en est occupées ? Quand papa et maman étaient malades ? Et là il revient et il veut me chasser ?

60La tante : Il n’est pas marié, c’est comme ça, ne fais pas d’histoires.

61Minh : Je ne fais que dire les choses ! Il essaie de me mettre dehors, mais cette maison c’est celle de nos parents, [à Thuyền] c’est la tienne… »

62Voyant Quân revenir, la tante l’interpelle : « Quân ! Thành te réclame, viens ! » Avant que le silence se fasse, Minh glisse à Thuyền, dans un sanglot contenu : « Je suis si malheureuse, petit frère. » Les sœurs font alors de la place pour que Quân s’installe face à celle qui incarne Thành. « Assieds-toi là, lui dit Thảo, voyons ce que petit frère a à te dire. » Assis en tailleur, les bras croisés devant son ventre, comme lorsqu’on s’adresse respectueusement à un aîné, Quân demande : « Est-ce que tu as de la compassion pour moi ? » Sa voix s’étrangle et, les épaules prises de secousses, il poursuit dans une voix de tête presque enfantine. « On t’a cherché si longtemps... on s’est dit que tu étais encore en vie… dis-moi où tu es... qu’on aille te chercher... »

63Thuyền/Thành [sèchement, sans quitter Quân des yeux] : Je viens de vous dire où j’étais. Il ne reste plus rien à aller chercher.

64Quân : J’ai la vie dure, petit frère ! Je n’ai ni femme ni enfants... tu vas me le reprocher... j’ai la vie dure, petit frère, je ne sais plus comment m’en sortir !

65Thuyền/Thành [respire bruyamment] : …

66Quân [pleure de plus en plus fort] : Dis-moi quelque chose ! S’il y a quelque chose il faut me le dire. Je ne sais plus comment faire.

67Thảo : Dis quelque chose, petit frère. Après toutes ces années nous te retrouvons enfin. Si tu as quelque chose à dire à ton grand frère, dis-le-lui maintenant.

68Ngân s’essaie à une nouvelle demande propitiatoire : « Aide-le à se marier, qu’il ait un foyer, que quelqu’un s’occupe de lui, qu’il soit moins malheureux, moins seul… à chacun son fardeau, si peu de joie pour tant de souffrance. C’est incompréhensible, aide-nous, qu’on soit une famille heureuse… Je t’ai cherché partout avec notre tante… Mais on n’a rien trouvé. Je suis même allée chercher un maître de rituel pour préparer un bol à encens pour ton culte ! On a tout essayé. Chez l’un on nous disait que tu étais en vie, chez l’autre que tu étais mort. On ne savait plus qui croire… »

69Mais Thuyền ne répond plus. Son regard devenu sévère reste fixé sur Quân, se détachant de lui uniquement par instants pour balayer le groupe jusqu’à l’ethnographe. Depuis la révélation par Minh des violences exercées par son frère, je ne sais guère quelle attitude adopter. Je fais mine de ne pas suivre la conversation avec trop d’attention, me tournant autant que faire se peut vers un autre groupe encore présent, assis juste derrière mon épaule. Mon enregistreur, posé en évidence sur la natte, tourne encore mais je n’ose plus prendre de notes. « J’ai la vie dure, petit frère, je vis comme si j’étais déjà mort ! », lâche Quân dans un spasme noyé de larmes. Thuyền ne le regarde plus. Ses yeux sont fixés sur moi, toujours sévères, et ne me quittent plus. Ngân, qui est assise juste à côté de moi, pose doucement sa main sur mon genou : « Je suis désolée, mais il faut que tu nous laisses. »

Haut de page

Notes

1 Ce rituel, dont le nom signifie littéralement « apposer l’âme », est une innovation récente, apparue dans le contexte d’associations scientifiques menant des recherches sur la communication entre les vivants et les morts. Voir Paul Sorrentino, À l’épreuve de la possession. Chronique d’une innovation rituelle dans le Vietnam contemporain, Nanterre, Société d’ethnologie, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Sorrentino, « Corps perdu, corps trouvé »,Terrain, 69 | 2018, 114-127.

Référence électronique

Paul Sorrentino, « Corps perdu, corps trouvé », Terrain [En ligne], 69 | avril 2018, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/16635 ; DOI : 10.4000/terrain.16635

Haut de page

Auteur

Paul Sorrentino

Centre Asie du Sud-Est, EHESS/CNRS – trytoshakeme@hotmail.com

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals