Navigation – Plan du site

Figurer et mimer les fantômes au xive siècle

La représentation des revenants dans l’iconographie médiévale [portfolio]
Jean-Claude Schmitt
p. 134-151

Résumé

Le mot « fantôme » (latin fantasma, du grec phantasia) désigne dans l’Occident latin le monde des rêves vains, et pas encore des morts apparaissant aux vivants. Ceux-ci n’en sont pas moins figurés dans l’iconographie du xive siècle, comme enrobés dans un linceul qui couvre même leur visage. Cette image concurrence celle du revenant plus charnel, doué d’un semblant de corps. La nouvelle image du fantôme marque une époque charnière – de la « mort apprivoisée » à la « mort de soi » – de la longue histoire des attitudes à l’égard de la mort et des morts.

Haut de page

Texte intégral

→ Fig. 1. La mort et la jeune fille, Hans Baldung, 1517.

→ Fig. 1. La mort et la jeune fille, Hans Baldung, 1517.

Huile sur bois de tilleul, 30.3 × 14.7 cm, Bâle, Kunstmuseum
Source : Kunstmuseum Basel, Sammlung online. Domaine public.

  • 1 Voir en dernier lieu Rêver de soi. Songes autobiographiques au Moyen Âge, textes réunis, traduits e (...)

1Un fantôme est pour nos contemporains un mort qui apparaît à un vivant, un revenant. L’extension sémantique de ce mot s’est dès le Moyen Âge fortement réduite et infléchie par rapport au sens grec originel de phantasia : une catégorie générale de l’esprit, l’imagination. Pour Macrobe, au tournant du ve siècle, le terme apparenté phantasma désigne un songe dépourvu de signification. Le christianisme a scellé la négativité de ce vocabulaire en le diabolisant. Déjà, dans la Vulgate – traduction de la bible par saint Jérôme –, l’Ecclésiastique ou Siracide (34, 6) défend d’appliquer son cœur aux phantasias associées aux songes vains, aux reflets du miroir, aux ombres trompeuses. Saint Augustin plus encore, dans La Cité de Dieu (xviii, 18), soupçonne que les « images fantastiques » surgissant dans le sommeil sont le produit des machinations du diable. Au xiie siècle, le moine cistercien Alcher de Clairvaux lui fait écho en modifiant la classification des rêves de Macrobe pour opposer aux songes « vrais », d’origine divine, les songes « faux » ou fantasma, qui sont des illusions produites par les excès du corps et plus souvent encore par le diable, cherchant ainsi à tenter l’homme et à le perdre1. À partir de 1160, l’ancien français fantosme, qui pas plus que le latin ne désigne ou ne désigne exclusivement un revenant, conserve ces connotations négatives.

  • 2 Voir Jean-Claude Schmitt, Les revenants. Les vivants et les morts dans la société médiévale, Paris, (...)

2Au Moyen Âge, et principalement à partir du xie siècle, les revenants pullulent2. Ils apparaissent dans des textes de toute nature : chroniques, récits hagiographiques, recueils de « merveilles » et de « miracles », anecdotes exemplaires colportées par les prédicateurs, romans courtois. Sauf exception, ils ne sont pas désignés comme des « fantômes » mais sont appelés des « morts » ou même sont identifiés par le nom qu’ils portaient de leur vivant. Ils se distinguent absolument des « esprits mauvais », des démons « fantastiques » et des illusions du diable (fantasmata). Ce sont des « images de morts », perçues, comme toutes les « visions spirituelles », dans le sommeil ou en état de veille, grâce à la puissance de l’imaginatio, la faculté sensible de l’esprit. Cependant, ces « images » sont pourvues d’un certain degré de corporéité : on peut toucher les revenants (même si la main du témoin s’enfonce dans une quasi-chair plus molle que celle d’un corps vivant), on les entend geindre et parler ; on peut les reconnaître à leur visage ou tout autre « signe » ; on peut s’entretenir avec eux et il n’est pas rare qu’ils laissent une trace matérielle et donc une preuve de leur apparition, par exemple une brûlure sur la peau du témoin ou sur un meuble. Loin d’être des démons venus pour tromper, les revenants ont le plus souvent une fonction positive : ils mettent en garde les vivants contre le péché, les induisent à une conduite vertueuse, leur prédisent l’heure de leur trépas, et en échange leur demandent de prier pour eux afin d’être plus vite libérés des épreuves qu’ils subissent au purgatoire.

  • 3 Ibid., ill. 2 et p. 29-31.

3Le mot « revenant », que j’emploie pour désigner ces morts qui apparaissent, n’est pas médiéval. Mais sa neutralité le rend commode : il exprime le simple fait pour un mort de « revenir » auprès de vivants. Il se prête aussi à la description d’un grand nombre des représentations iconographiques qui accompagnent dans les manuscrits les « histoires de revenants ». Ces images les figurent parfois comme des hommes que rien ne distingue de ceux auxquels ils apparaissent. Mais il existe d’autres images, où la tête du revenant est une tête de mort. Parfois, il sort de son tombeau, comme dans les illustrations du récit biblique de la pythonisse d’En Dor (I Rois 28) : à la demande du roi Saül, inquiet de son destin, la sorcière fait surgir de sa tombe le prophète Samuel, décédé peu de temps auparavant. Dans l’un de ces manuscrits bibliques, la Bible de Gumpert du xie siècle, Samuel, encore vêtu de son linceul, entouré de bandelettes, le visage sombre, ressemble au ressuscité Lazare3. Dans un autre manuscrit, daté du xive siècle, Samuel, dressé dans sa tombe, est enveloppé d’un linceul qui colle à son corps et laisse deviner ses membres par transparence → Fig. 2.

→ Fig. 2. Weltchronik (Ratisbonne), New York, Pierpont Morgan Library, ms. m.769, f. 172 r°, v. 1360 (détail).

→ Fig. 2. Weltchronik (Ratisbonne), New York, Pierpont Morgan Library, ms. m.769, f. 172 r°, v. 1360 (détail).

Le spectre du prophète Samuel, évoqué hors de sa tombe par la pythonisse d’En Dor, apparaît au roi Saül.

© The Morgan Library & Museum. MS M.769. Purchased in 1931.

4Cette image fait écho à d’autres, où l’adhérence du linceul au corps et même une certaine transparence du tissu sont les signes distinctifs des revenants : pour caractériser de telles images et par analogie avec nos images conventionnelles de fantômes dans la photographie, le cinéma, les bandes dessinées, je n’hésite pas à parler à leur propos de « fantômes », bien que ce mot ait eu au Moyen Âge une signification différente.

  • 4 Ibid., p. 239 et ill. 25 : Alphonse le Sage, Cantigas de Santa Maria (Cantiga LXXII), Escorial, ms. (...)
  • 5 Jean-Philippe Postel, L’affaire Arnolfini. Les secrets du tableau de Van Eyck, roman d’investigatio (...)

5Dans l’iconographie médiévale, le type du fantôme est attesté dans la deuxième moitié du xiiie siècle (Cantigas de Santa Maria d’Alphonse le Sage, vers 1267-1272) et se rencontre essentiellement au xive siècle4. Mais le fantôme ne détrône à aucun moment d’autres manières de représenter un revenant. L’un des témoignages iconographiques les plus stupéfiants, étudié il y a peu par Jean-Philippe Postel5, se trouve dans le célèbre portrait du couple Arnolfini par Jan Van Eyck → Fig. 3. Contre les explications habituelles qui identifient un couple de jeunes mariés, l’auteur soutient avec de bons arguments que l’épouse est en fait une jeune morte revenue implorer son mari d’aider à son salut dans l’au-delà par des « suffrages » ou œuvres pies. Les gestes des mains, parmi d’autres indices, montreraient qu’il lui en fait le serment. Mais la défunte semble pleinement vivante, elle n’est pas vêtue d’un linceul à la manière d’un fantôme.

→ Fig. 3. Les Époux Arnolfini, Jan Van Eyck, 1434.

→ Fig. 3. Les Époux Arnolfini, Jan Van Eyck, 1434.

Double portrait de mariage ou évocation de la jeune épouse décédée ?

Source : Londres, National Gallery.

6Pour rendre compte de la diversité des modes de figuration des revenants, on ne peut se satisfaire de collectionner des images isolées. Il faut considérer des séries cohérentes d’images. Faute de place, je n’en choisirai qu’une seule, celle, dans les manuscrits enluminés des Miracles de la Vierge de Gautier de Coinci, moine de Saint-Médard de Soissons (vers 1218-1233), qui accompagne le récit de l’apparition du prieur défunt de Saint-Sauveur de Pavie au sacristain Hubert. Le jour anniversaire de la mort du prieur, le sacristain allume les cierges de l’église avant l’office de matines, quand il entend une voix plaintive qui le pousse, terrifié, à retourner précipitamment dans le dortoir et à se rendormir. Mais la voix le suit jusque dans son lit et se fait reconnaître : elle lui décrit les terribles épreuves subies dans l’au-delà par le prieur, jusqu’à sa libération par la miséricorde de la Vierge Marie, en raison des mérites accumulés de son vivant en priant la Vierge debout et sans relâche. Le sacristain est chargé par le mort de recommander aux moines d’en faire autant. Lui-même, s’étant acquitté de sa mission, passe de vie à trépas.

  • 6 Jean-Claude Schmitt, Les revenants (op. cit.), ill. 9 et p. 175-178 ; Jean Gobi, Dialogue avec un f (...)

7Les images qui accompagnent ce récit dans plusieurs manuscrits entre le xiiie et le xve siècle prêtent un corps à ce revenant, alors que Les Miracles de la Vierge n’évoquent que sa voix. Certes, c’est le propre de l’image de rendre visible ce qui est invisible. Figurer par le vide la voix d’un revenant invisible était pourtant possible : c’est ce qu’a fait, vers 1474, le peintre flamand Simon Marmion pour dépeindre l’épisode raconté en 1324-1325 par le dominicain Jean Gobi au sujet d’un bourgeois d’Alès, Gui de Corvo, qui peu après sa mort est revenu s’entretenir avec sa veuve puis le religieux, mais sans jamais se montrer. Le peintre n’a pas représenté d’apparition corporelle : au milieu du cercle des témoins réunis dans la chambre de la veuve, il a ménagé un vide – le lieu de la voix –, rien d’autre ne se donnant à voir6 → Fig. 4.

→ Fig. 4. La vision de l’âme de Guy de Thurno, attribué à Simon Marmion (Flandre), Los Angeles, The J. Paul Getty Museum, ms. 31, f. 7, 1475 (détail).

→ Fig. 4. La vision de l’âme de Guy de Thurno, attribué à Simon Marmion (Flandre), Los Angeles, The J. Paul Getty Museum, ms. 31, f. 7, 1475 (détail).

L’esprit de Gui de Corvo (nommé ici Guy de Thurno), récemment décédé, reste invisible entre sa veuve, le dominicain Jean Gobi et des témoins, mais fait entendre sa voix.

Source : J. Paul Getty Museum. Domaine public.

8Les peintres des Miracles de la Vierge donnent au contraire un corps à la voix du prieur de Pavie, mais ils diffèrent beaucoup dans les solutions qu’ils proposent. La miniature qui accompagne ce récit dans le manuscrit Paris, BnF, Français 818, fol. 56, daté du xiiie siècle, représente juste un moine devant une porte fermée : il s’agit vraisemblablement du prieur mort s’apprêtant à entrer dans l’église pour se manifester au sacristain → Fig. 5.

→ Fig. 5. Miracles de la Vierge, Gautier de Coinci, BNF, Fr 818, f. 56, xiiie siècle (détail).

→ Fig. 5. Miracles de la Vierge, Gautier de Coinci, BNF, Fr 818, f. 56, xiiie siècle (détail).

Le prieur défunt de Saint-Sauveur de Pavie devant la porte de son église.

Source : Bibliothèque nationale de France.

9Au siècle suivant, le manuscrit Paris, BnF 22928, fol. 105, consacre au récit une miniature quadripartite → Fig. 6. 1) Le sacristain, tête nue, allume les lampes de l’église, tandis qu’un autre moine, le prieur défunt, tête couverte, s’approche de lui par derrière ; son corps est à moitié dissimulé par la bordure de la miniature : celle-ci tient lieu du monde des vivants où le mort fait irruption. 2) Le prieur, tête nue, se penche sur le sacristain, recouché dans son lit, la tête couverte. Entre les deux vignettes, le port de la capuche s’est inversé : il semble que le fait de se découvrir la tête désigne le moine le plus actif, le sacristain allumant les cierges dans le premier épisode, le prieur mort apparaissant au sacristain dans le second. Le revenant est absent des deux autres épisodes, où l’on voit 3) le sacristain, à genoux et tête nue, raconter l’apparition aux autres moines, puis 4) la mort du sacristain, encapuchonné, une fois son devoir accompli.

→ Fig. 6. Miracles de Notre-Dame, Gautier de Coinci, BNF, Fr 22928, f. 105, xive siècle (détail).

→ Fig. 6. Miracles de Notre-Dame, Gautier de Coinci, BNF, Fr 22928, f. 105, xive siècle (détail).

Le défunt prieur de Saint-Sauveur de Pavie apparaît dans le dos du sacristain Hubert puis dans son lit. Le sacristain raconte l’apparition puis meurt.

Source : Bibliothèque nationale de France.

10Dans un manuscrit un peu plus tardif, daté des années 1330-1340 et enluminé par Jean Pucelle, le mort, qui a là encore l’apparence d’un vivant, fait irruption dans un édicule symbolisant l’église → Fig. 7 ; il interpelle le sacristain, qui, saisi d’effroi, se retourne vers lui en délaissant la lampe qu’il est en train d’allumer. Rien ne distingue dans leur apparence et leur habit les deux moines, sinon que le mort exhibe sa jambe nue, sans doute pour donner au sacristain la preuve des tourments « corporels » qu’il a subis dans l’au-delà.

→ Fig. 7. Miracles de la Vierge, Gautier de Coinci, BNF, NAF 24541, f. 60 v°, v. 1330-1340 (détail).

→ Fig. 7. Miracles de la Vierge, Gautier de Coinci, BNF, NAF 24541, f. 60 v°, v. 1330-1340 (détail).

Le défunt prieur de Saint-Sauveur de Pavie, la jambe nue, apparaît au sacristain Hubert.

Source : Bibliothèque nationale de France.

  • 7 À propos de ce manuscrit (Rennes 593), voir Sophie Cassagnes-Brouquet, L’Image du monde, Rennes, Pr (...)

11Dans un manuscrit composite du début du xive siècle, daté de 1303-1304, le récit anonyme de l’apparition du prieur de Pavie a été compilé avec d’autres miracles en l’honneur de la Vierge7. Il fait l’objet d’une miniature encore différente → Fig. 8 : deux arcades trilobées séparées par un clocheton évoquent le monastère ; une lampe à l’huile indique l’heure nocturne de l’apparition et le travail du sacristain ; le sacristain, debout, la tête nue, l’index pointé, fait face au prieur défunt, enveloppé dans un linceul blanc qui adhère à son corps, ses membres et son visage, et laisse deviner le nez et les arcades sourcilières. On peut noter aussi la position différente des protagonistes : la figure du sacristain est comme posée sur la bordure bleue de l’image, tandis que les pieds du fantôme recouvrent celle-ci ; le premier a son lieu dans l’église, le second en transgresse les limites.

→ Fig. 8. [Récits en vers et sans titre en l’honneur de la Vierge] (Nord de la France), Bibliothèque municipale de Rennes, ms. 593, f. 93 v°, 1303-1304 (détail).

→ Fig. 8. [Récits en vers et sans titre en l’honneur de la Vierge] (Nord de la France), Bibliothèque municipale de Rennes, ms. 593, f. 93 v°, 1303-1304 (détail).

Le défunt prieur de Saint-Sauveur de Pavie apparaît comme un fantôme au sacristain Hubert.

Source : bibliothèque municipale de Rennes. Domaine public.

  • 8 Ci nous dit. Recueil d’exemples moraux, publié par Gérard Blangez, Paris, Société des Anciens Texte (...)

12Dans la série des images de l’apparition du prieur de Pavie au sacristain Hubert, cette miniature est la première qui montre un fantôme. Elle date du début du xive siècle, du moment où ce type de représentation commence à s’imposer, alors que se maintient parallèlement un mode de figuration plus traditionnel. Ainsi, la collection de plus de huit cents récits exemplaires en français, intitulée Ci nous dit et entièrement illustrée, contient quatre récits de revenants, avec à chaque fois une image : dans trois cas, le revenant ne se distingue guère des vivants auxquels il apparaît, mais dans le quatrième, pour le récit du roi dévot et généreux envers les pauvres, qui après leur mort le protègent de ses ennemis (un grant tropel de povres gens trepassez en sa compagnie), l’image figure deux longs corps gesticulants de morts-vivants émaciés et nus, dépourvus de linceul8 → Fig. 9.

→ Fig. 9. Ci nous dit, II, chap. 521, Chantilly, musée Condé, ms. 27, f. 66 r°, xive siècle (détail).

→ Fig. 9. Ci nous dit, II, chap. 521, Chantilly, musée Condé, ms. 27, f. 66 r°, xive siècle (détail).

La victoire du roi aumônier, aidé contre ses ennemis par un ange et une troupe de revenants.

Cliché CNRS-IRHT © bibliothèque et archives du Musée Condé.

  • 9 Jean-Claude Schmitt, Les revenants (op. cit.), ill. 20, 21, 22, 23, auxquelles on peut ajouter le m (...)

13On peut aussi citer les miniatures des divers manuscrits du Pèlerinage de vie humaine de Guillaume de Digulleville → Fig. 10 : elles montrent pareillement soit des morts-vivants tout nus, soit des sortes de moines à tête de mort, soit des fantômes comparables à celui du manuscrit de Rennes 593, complètement enveloppés dans un linceul blanc ou brun, les traits du visage se devinant à travers l’étoffe9.

→ Fig. 10. Pèlerinage de vie humaine, Guillaume de Digulleville, BNF, Fr 823, f. 89, xive siècle (détail).

→ Fig. 10. Pèlerinage de vie humaine, Guillaume de Digulleville, BNF, Fr 823, f. 89, xive siècle (détail).

Vision de deux morts servant à table trois vivants au purgatoire.

Source : Bibliothèque nationale de France.

14Mais l’évolution ne s’arrête pas là. Retournons à l’apparition du prieur de Pavie pour prendre en compte un dernier manuscrit de la série, daté cette fois du xve siècle → Fig. 11 : cette miniature en grisaille est occupée dans sa partie gauche par la chambre du sacristain ; celui-ci est couché tout habillé sur son lit, tandis que le revenant fait irruption devant lui, la main tendue, sous l’apparence d’un squelette ou d’un transi plus vif que mort, dont le corps aérien semble sortir du bord de la miniature. Il fait au sacristain le récit de ses aventures outre-tombe, et celles-ci sont représentées dans la partie droite de la miniature : dans un paysage rocheux et escarpé qui figure l’enfer, le mort, entièrement nu, est tiré vers le haut par la Vierge et échappe ainsi à la gueule monstrueuse du diable.

→ Fig. 11. Vie et miracles de Notre Dame, Gautier de Coinci, en prose française, arrangés par Jean Miélot, BNF, Fr 9198, f. 51 v°, xve siècle (détail).

→ Fig. 11. Vie et miracles de Notre Dame, Gautier de Coinci, en prose française, arrangés par Jean Miélot, BNF, Fr 9198, f. 51 v°, xve siècle (détail).

Le défunt prieur de Saint-Sauveur de Pavie apparaît au sacristain Hubert et lui raconte ses aventures dans l’au-delà.

Source : Bibliothèque nationale de France.

  • 10 Jean-Claude Schmitt, Les rythmes au Moyen Âge, Paris, Gallimard, Bibliothèque illustrée des images, (...)

15Cette dernière image est importante en ce qu’elle nous fait découvrir un nouvel horizon de la représentation des revenants : le macabre. Celui-ci décline aux xive-xve siècles toute une gamme de figurations effrayantes de la mort et des morts, dans les peintures publiques, les monuments funéraires et les manuscrits, depuis la « Rencontre des Trois Vifs et des Trois Morts » (dès le début du xive siècle), jusqu’à la « Danse Macabre » (à partir du début du xve siècle)10. S’il s’agit bien toujours de revenants, la figuration s’éloigne du type du fantôme pour mettre l’accent sur le squelette et plus encore sur les lambeaux de chair putréfiée qui s’y accrochent, sur l’horreur grimaçante de la mort plus que sur « l’inquiétante étrangeté » du mort-vivant fantomatique. Prendre en compte de telles images est nécessaire pour comprendre par contraste celle du fantôme qui me retient particulièrement ici : celle-ci me semble répondre à une attitude plus conventionnelle envers la mort, à une relation contractuelle et ritualisée avec les morts, avant tout ceux de la parenté, qui viennent réclamer des « suffrages » et qu’on peut aider en priant pour leur salut, en faisant dire des messes, en faisant l’aumône aux pauvres. Cette économie de la memoria perdure au xve siècle, mais dans une atmosphère rendue sans doute plus dramatique par l’hécatombe de la Peste Noire, de la famine et de la guerre et par leurs conséquences sur les formes collectives et dramatisées de la piété.

  • 11 Id., Les revenants (op. cit.), p. 191-196, et ill. 11, 12, 13, 14. Id., Les rythmes au Moyen Âge, p (...)

16Au début du xive siècle, les premières mentions du charivari et leur mise en image – pour la première fois vers 1326 dans l’interpolation du Roman de Fauvel – attestent également de travestissements ritualisés en revenants, dont des acteurs masqués miment l’irruption parmi les vivants. Certains de ces masques, qui exhibent des corps nus à moitié recouverts d’un linceul, se rapprochent des images qu’on a analysées, mais le caractère collectif de l’apparition et la violence des gesticulations comme du vacarme des tambours et des cymbales contrastent avec les gestes mesurés des fantômes solitaires que nous avons rencontrés11. Ces images attestent en tout cas qu’il est alors possible, non seulement de figurer les revenants et les fantômes, mais de les mimer. Il semble que nous en trouvions la confirmation dans deux images des Statuts du collège de l’Ave Maria, fondé à Paris pour six écoliers par un conseiller du roi, Jean de Hubant, vers 1346-1349 → Fig. 12.

→ Fig. 12. Statuts du collège de l’Ave Maria ou de Jean de Hubant, Archives nationales, ms. AE-II-408 (MM 406), f. 11 r°, 1346-1349 (détail).

→ Fig. 12. Statuts du collège de l’Ave Maria ou de Jean de Hubant, Archives nationales, ms. AE-II-408 (MM 406), f. 11 r°, 1346-1349 (détail).

N° 30 : Un écolier déguisé en fantôme prend à table la place du défunt fondateur du collège.N° 31 : L’écolier pareillement déguisé en fantôme du fondateur du collège introduit les chants de louange des neuf jours qui précèdent Noël.

  • 12 Ibid., p. 343-348 et ill. 54.

17Le manuscrit s’ouvre sur trente-trois images illustrant divers aspects de la vie des écoliers12. Le but principal de la fondation du collège est la memoria du fondateur : les six écoliers doivent prier pour son salut, notamment au jour anniversaire de son décès. Ce jour-là, un repas est prévu sur une grande table où, d’après l’image correspondante (n° 30), siègent les écoliers, flanqués de trois autres personnages : certainement leur maître (muni d’un livre) et peut-être deux boursiers plus jeunes du collège. L’image montre, agenouillé de profil au bout de la table, un écolier amplement voilé comme d’un linceul : ce déguisement représente de toute évidence le fantôme du fondateur du collège, Jean de Hubant, assistant virtuellement au repas donné en sa « mémoire » ; c’est vers lui que se tourne l’un des écoliers, coiffé d’une couronne parce qu’il joue le rôle de la Vierge, adressant au mort un geste bienveillant.

18L’image suivante (n° 31) représente le chant des antiennes en « O », des chants à la louange du Sauveur réservés aux neuf jours précédant la fête de la Nativité. Le groupe des écoliers semble processionner dans la chapelle du collège vers la statue de la Vierge à l’Enfant, patronne du collège de l’Ave Maria, juchée sur l’autel. Ils sont précédés là encore par le fantôme du fondateur, qui, les mains jointes, leur donne l’exemple de la bonne dévotion, celle qui assure le salut dans l’au-delà.

  • 13 Ibid., p. 413 et ill. 57.

19L’image voisine (n° 33, non reproduite) montre les écoliers participant, travestis, à la procession de l’Inviolata, en l’honneur de la Vierge Marie : l’un est déguisé en saint Martin, l’autre en saint Nicolas, un troisième est couronné13. Il semble qu’un des écoliers se soit aussi déguisé en fantôme, pour représenter le fondateur défunt.

20Le xive siècle, sans préjuger des iconographies ultérieures, n’aurait-il pas « inventé le fantôme », ou du moins son image ? Il me semble en effet que les nombreuses images fantomatiques de revenants ont permis à cette époque d’exprimer le caractère ambivalent – imaginaire et pourtant réel, évanescent et corporel, contractuel et anxiogène – des apparitions des morts, dont la re-présentation, la volonté de les rendre de nouveau présents, donc de répliquer visiblement leur apparition, n’a pas seulement inspiré les peintres de miniatures, mais a pu susciter des déguisements liturgiques ou paraliturgiques permettant de donner une réalité rituelle et tangible au contrat d’assistance mutuelle passé entre les vivants et les morts.

  • 14 Philippe Ariès, Essais sur l’histoire de la mort en Occident du Moyen Âge à nos jours, Paris, Le Se (...)

21L’irruption du fantôme dans les images et les travestissements rituels se manifeste à un moment clef de l’histoire occidentale des attitudes à l’égard de la mort et des morts. Dans les termes de Philippe Ariès14, la « mort apprivoisée » du christianisme ancien cède la place à la fin du Moyen Âge à la « mort de soi » : l’instant du trépas, où se joue le sort de l’âme dans l’au-delà, apparaît comme un espace-temps périlleux de communication et même de confusion entre l’outre-tombe et l’ici-bas, facilitant le « fantasme » des morts-vivants vêtus de leur linceul qui s’en reviennent hanter les lieux où ils ont vécu et où demeurent leurs proches. Cette image, mentale aussi bien que matérielle, aura une longue postérité, au moins jusqu’à l’époque de la « mort de toi », de l’art funéraire des nouveaux cimetières périurbains du xixe siècle (tel le Père-Lachaise) et du spiritisme, qui trouva dans la photographie un nouveau moyen d’évoquer les chers disparus.

Haut de page

Notes

1 Voir en dernier lieu Rêver de soi. Songes autobiographiques au Moyen Âge, textes réunis, traduits et présentés par Gisèle Besson et Jean-Claude Schmitt, Toulouse, Anacharsis, 2017.

2 Voir Jean-Claude Schmitt, Les revenants. Les vivants et les morts dans la société médiévale, Paris, Gallimard, Bibliothèque des histoires, 1994 et plus précisément les p. 239-243 (« L’invention du fantôme »).

3 Ibid., ill. 2 et p. 29-31.

4 Ibid., p. 239 et ill. 25 : Alphonse le Sage, Cantigas de Santa Maria (Cantiga LXXII), Escorial, ms. T 1, fol. 80.

5 Jean-Philippe Postel, L’affaire Arnolfini. Les secrets du tableau de Van Eyck, roman d’investigation, préface de Daniel Pennac, Arles, Actes Sud, 2016.

6 Jean-Claude Schmitt, Les revenants (op. cit.), ill. 9 et p. 175-178 ; Jean Gobi, Dialogue avec un fantôme, Paris, les Belles Lettres, 1994.

7 À propos de ce manuscrit (Rennes 593), voir Sophie Cassagnes-Brouquet, L’Image du monde, Rennes, Presses Universitaires de Rennes / Bibliothèque de Rennes métropole, 2003, p. 25. Ce manuscrit composite contient dix-sept œuvres différentes, pour l’essentiel de caractère encyclopédique (tel Gossuin de Metz, L’image du monde) ou dévotionnel (les récits mariaux où se trouve l’image reproduite ici).

8 Ci nous dit. Recueil d’exemples moraux, publié par Gérard Blangez, Paris, Société des Anciens Textes français, 1986, vol. II, p. 82, chap. 521. Cf. les trois autres récits, ibid., vol. I, p. 262, chap. 316 ; vol. II, p. 25, chap. 442 et p. 135, chap. 601 ; et pour les miniatures, respectivement, Chantilly, Musée Condé, Ms 27, fol. 26 et 203v ; Ms 27, fol. 17r et 112r.

9 Jean-Claude Schmitt, Les revenants (op. cit.), ill. 20, 21, 22, 23, auxquelles on peut ajouter le ms. Heidelberg, Universitätsbibliothek, Codex Palatinus 1969, fol. 79v (vers 1375).

10 Jean-Claude Schmitt, Les rythmes au Moyen Âge, Paris, Gallimard, Bibliothèque illustrée des images, 2016, p. 615-627.

11 Id., Les revenants (op. cit.), p. 191-196, et ill. 11, 12, 13, 14. Id., Les rythmes au Moyen Âge, p. 652-653 et ill. 116 et 117.

12 Ibid., p. 343-348 et ill. 54.

13 Ibid., p. 413 et ill. 57.

14 Philippe Ariès, Essais sur l’histoire de la mort en Occident du Moyen Âge à nos jours, Paris, Le Seuil, 1975, p. 15-75.

Haut de page

Table des illustrations

Titre → Fig. 1. La mort et la jeune fille, Hans Baldung, 1517.
Crédits Huile sur bois de tilleul, 30.3 × 14.7 cm, Bâle, Kunstmuseum Source : Kunstmuseum Basel, Sammlung online. Domaine public.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16642/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Titre → Fig. 2. Weltchronik (Ratisbonne), New York, Pierpont Morgan Library, ms. m.769, f. 172 r°, v. 1360 (détail).
Légende Le spectre du prophète Samuel, évoqué hors de sa tombe par la pythonisse d’En Dor, apparaît au roi Saül.
Crédits © The Morgan Library & Museum. MS M.769. Purchased in 1931.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16642/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre → Fig. 3. Les Époux Arnolfini, Jan Van Eyck, 1434.
Légende Double portrait de mariage ou évocation de la jeune épouse décédée ?
Crédits Source : Londres, National Gallery.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16642/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre → Fig. 4. La vision de l’âme de Guy de Thurno, attribué à Simon Marmion (Flandre), Los Angeles, The J. Paul Getty Museum, ms. 31, f. 7, 1475 (détail).
Légende L’esprit de Gui de Corvo (nommé ici Guy de Thurno), récemment décédé, reste invisible entre sa veuve, le dominicain Jean Gobi et des témoins, mais fait entendre sa voix.
Crédits Source : J. Paul Getty Museum. Domaine public.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16642/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre → Fig. 5. Miracles de la Vierge, Gautier de Coinci, BNF, Fr 818, f. 56, xiiie siècle (détail).
Légende Le prieur défunt de Saint-Sauveur de Pavie devant la porte de son église.
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16642/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre → Fig. 6. Miracles de Notre-Dame, Gautier de Coinci, BNF, Fr 22928, f. 105, xive siècle (détail).
Légende Le défunt prieur de Saint-Sauveur de Pavie apparaît dans le dos du sacristain Hubert puis dans son lit. Le sacristain raconte l’apparition puis meurt.
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16642/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre → Fig. 7. Miracles de la Vierge, Gautier de Coinci, BNF, NAF 24541, f. 60 v°, v. 1330-1340 (détail).
Légende Le défunt prieur de Saint-Sauveur de Pavie, la jambe nue, apparaît au sacristain Hubert.
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16642/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre → Fig. 8. [Récits en vers et sans titre en l’honneur de la Vierge] (Nord de la France), Bibliothèque municipale de Rennes, ms. 593, f. 93 v°, 1303-1304 (détail).
Légende Le défunt prieur de Saint-Sauveur de Pavie apparaît comme un fantôme au sacristain Hubert.
Crédits Source : bibliothèque municipale de Rennes. Domaine public.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16642/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre → Fig. 9. Ci nous dit, II, chap. 521, Chantilly, musée Condé, ms. 27, f. 66 r°, xive siècle (détail).
Légende La victoire du roi aumônier, aidé contre ses ennemis par un ange et une troupe de revenants.
Crédits Cliché CNRS-IRHT © bibliothèque et archives du Musée Condé.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16642/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre → Fig. 10. Pèlerinage de vie humaine, Guillaume de Digulleville, BNF, Fr 823, f. 89, xive siècle (détail).
Légende Vision de deux morts servant à table trois vivants au purgatoire.
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16642/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Titre → Fig. 11. Vie et miracles de Notre Dame, Gautier de Coinci, en prose française, arrangés par Jean Miélot, BNF, Fr 9198, f. 51 v°, xve siècle (détail).
Légende Le défunt prieur de Saint-Sauveur de Pavie apparaît au sacristain Hubert et lui raconte ses aventures dans l’au-delà.
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16642/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre → Fig. 12. Statuts du collège de l’Ave Maria ou de Jean de Hubant, Archives nationales, ms. AE-II-408 (MM 406), f. 11 r°, 1346-1349 (détail).
Légende N° 30 : Un écolier déguisé en fantôme prend à table la place du défunt fondateur du collège.N° 31 : L’écolier pareillement déguisé en fantôme du fondateur du collège introduit les chants de louange des neuf jours qui précèdent Noël.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16642/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Schmitt, « Figurer et mimer les fantômes au xive siècle »,Terrain, 69 | 2018, 134-151.

Référence électronique

Jean-Claude Schmitt, « Figurer et mimer les fantômes au xive siècle », Terrain [En ligne], 69 | avril 2018, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/16642 ; DOI : 10.4000/terrain.16642

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Schmitt

Groupe d’anthropologie historique de l’Occident médiéval, EHESS – jcsvialas@gmail.com

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals