Navigation – Plan du site

Artistes, savants, médiums

Art contemporain et communication avec l’invisible [portfolio]
Thomas Golsenne
p. 152-171

Résumé

Dès qu’une nouvelle technologie apparaît, les artistes et les spirites collaborent pour en faire un instrument d’enregistrement ou de communication post-mortem. Si depuis Alberti (1435), l’art a la prétention de faire revivre les morts, ce mouvement s’est accéléré avec le développement des technologies de télécommunication. Ann Guillaume, Susan Hiller, Joachim Koester, SMITH ou Mathieu Schmitt représentent, chacun à sa manière, la tendance dans l’art d’aujourd’hui à explorer les limites de la science et à rendre visibles les fantômes de la modernité.

Haut de page

Texte intégral

1Un certain nombre d’artistes contemporains ont entrepris, depuis plusieurs années, de proposer des histoires alternatives de la modernité. La cible de leur critique est notamment cette idéologie moderne positiviste qui met le progrès des techniques et des sciences au fondement du progrès des mœurs, prenant appui sur une conception étriquée de la rationalité qui méprise ou rejette des formes de vie jugées « inférieures », ou plus largement tout ce que les modernes ne sont pas. À leurs yeux, nous vivons dans un monde où le néo-libéralisme est devenu l’unique choix politique, économique et social possible, où l’art est un investissement, où les inégalités se creusent, où les guerres prospèrent, où la survie même de l’écosystème planétaire est mise en danger, et ce monde est le résultat du triomphe d’une certaine modernité qu’ils déplorent. Dans un esprit uchronique, ils racontent d’autres modernités possibles ou avortées, qui survivent comme des fantômes à travers des documents, des images, des machines, des personnages, des formes de pensée plus ou moins oubliés, et que ces artistes cherchent à invoquer, à rendre de nouveau perceptibles et intelligibles.

2À travers leurs films, leurs installations, leurs objets, leurs performances, ces artistes suspendent les oppositions qui structurent l’épistémè moderne : fiction/réalité, art/science, folie/raison, eux/nous… L’expression artistique devient alors un moyen de percevoir et de penser autrement. La plupart s’intéressent à l’histoire des techniques de manière différente de leurs prédécesseur·e·s : loin d’être béatement fascinés par les « avancées » technologiques comme les futuristes italiens des années 1910-1920 l’étaient par l’avion ou la mitraillette, ou comme de nos jours les artistes adeptes des casques à réalité virtuelle, ils aiment les machines désuètes, les inventions abandonnées ou les formes naissantes des technologies aujourd’hui banales, dont ils explorent des potentialités que les ingénieurs et les entrepreneurs modernes n’ont pas vues ou n’ont pas su exploiter.

  • 1 Mouna Andraos et Mélissa Mongiat, « Fantômes des fantômes », in Clémence Seurat (dir.), Extra fant (...)

3Quand une technique de reproduction apparaît, que cela soit la peinture illusionniste, la photographie ou le cinéma, sa nouveauté et le caractère incompréhensible de son fonctionnement aux yeux des profanes lui confèrent une qualité magique qui trouve un écho dans les formes de pensée non scientifiques. « […] nous confondons parfois complexité et surnaturel », écrivent Mouna Andraos et Melissa Mongiat, avec nos technologies dont nous ne comprenons pas le fonctionnement qui, « souvent incompris – ou incompréhensible, admettons-le – devient la preuve d’une vie en soi et de phénomènes intangibles1. »

4Cette constatation générale, dont la portée historique, psychologique et anthropologique devrait être discutée plus amplement, prend donc, dans l’art contemporain, un relief particulier : les artistes ne cherchent pas tant à jouer sur la « magie » des nouvelles technologies qu’à explorer le passé pour faire apparaître les fantômes de la modernité.

Ann Guillaume

  • 2 Entretien de l’auteur avec l’artiste, 31 mars 2017.

5Depuis toute petite, Ann Guillaume vit avec les morts. Fille d’archéologues, elle a vécu son enfance non loin du cimetière mérovingien que fouillaient ses parents, et les squelettes déterrés étaient entreposés dans une remise au fond du jardin de sa maison2. Son travail artistique tient aujourd’hui moins de la fouille archéologique que de l’enquête ethnographique, mais déterrer les morts et les histoires qui les font survivre dans la mémoire des vivants est l’objet principal de ses recherches artistiques → Fig. 2.

→ Fig. 2. Sans titre, Ann Guillaume, 2015.

→ Fig. 2. Sans titre, Ann Guillaume, 2015.

Des mèches de cheveux sont disposées un peu partout dans l’exposition, comme reliques, uniques traces du passage de l’artiste dans les lieux.

Installation. exposition « Auteurs présumés », commissariat Émilie Roi et Chloé Grondeau, Galerie des Étables, Bordeaux. Photo © G. Adjutor Provost.

6Dans le cadre du Festival de l’inattention à Glassbox dans le 11e arrondissement de Paris, en 2016, l’artiste a parcouru le quartier autour de la galerie en interrogeant les habitants et les commerçants au sujet de leurs fantômes. Une vendeuse de vêtements vintage raconte qu’elle aime que ses vêtements aient été portés par des personnes disparues, mais dont la présence est encore sensible dans l’empreinte qu’elles ont laissée ; chez une herboriste, elle demande une plante qui chasse les fantômes de son appartement ; la vendeuse lui tend immédiatement un pot dans lequel pousse une sauge apparemment très efficace et très demandée dans le quartier, décidément propice. Le lendemain, elle se rend sur la tombe d’Allan Kardec (1804-1869), le spirite bien connu, où des femmes déposent des bégonias en ex-voto, après avoir touché trois fois la pierre tombale. En 2017, dans le cadre de l’exposition Opus mixtum au musée archéologique de Cimiez, à Nice, avec l’aide d’une étudiante de la Villa Arson, Maëva Grapain, elle installe deux caméras espions – ces caméras qui détectent les mouvements la nuit : l’une filme depuis les ruines romaines autour du musée, l’autre depuis un balcon de l’Hôtel Régina, à quelques dizaines de mètres du site antique. Difficile de discerner quoi que ce soit sur les clichés qui en résultent → Fig. 3, mais l’important pour Ann Guillaume est ailleurs : il réside dans les entretiens qu’elle a réalisés avec celles et ceux qui font vivre ces lieux – le directeur et les gardiens du musée, la responsable de l’hôtel et la cliente de la chambre. Les fantômes sont des fabricateurs de récits, et les vivants sont leurs porte-parole.

→ Fig. 3. Victoria, Ann Guillaume et Maëva Grapain, 2017.

→ Fig. 3. Victoria, Ann Guillaume et Maëva Grapain, 2017.

Caméra piège, photographie tirage numérique, 50 × 60 cm. Photo © Ann Guillaume et Maëva Grapain.

Susan Hiller

7Le recours à des technologies contemporaines pour capter la présence des fantômes est moins anecdotique ou farfelu qu’il n’y paraît. Dès qu’une nouvelle technologie apparaît, les artistes et les spirites collaborent pour en faire un instrument d’enregistrement ou de communication post-mortem. L’artiste américaine Susan Hiller (née en 1940), installée en Grande-Bretagne, fait ici figure de pionnière. À la question « Avez-vous déjà vu un fantôme ? », elle répond « non » sans hésiter. Mais si la question se pose, c’est que tout son travail, depuis les années 1970, est invariablement marqué de la dialectique du visible et de l’invisible, du savoir et du non-savoir, de la science et de ce qui lui échappe, du réel et de la fiction, des vivants et des fantômes. Dans plusieurs pièces, elle recueille et présente des témoignages de personnes qui ont vécu une expérience que le bon sens rationnel, que le discours scientifique commun, taxeraient de mensonge, d’hallucination ou d’autosuggestion : voir un OVNI, parfois un extra-terrestre (Witness, 2000), des images sur le poste de télévision après qu’il a été éteint (Belshazzar’s Feast, 1983-84) ; ou encore revenir de la mort.

→ Fig. 5. Pochette du disque Breakthrough. An Amazing Experiment in Electronic Communication with the Dead, Konstantin Raudive, 1971.

→ Fig. 5. Pochette du disque Breakthrough. An Amazing Experiment in Electronic Communication with the Dead, Konstantin Raudive, 1971.

Chaque voix enregistrée est précédée d’une présentation qui identifie le ou la propriétaire de la voix et les mots prononcés par le ou la mort·e.

45 tours, Vista Productions. Photo : TG.

→ Fig. 6. Magic Lantern, Susan Hiller, 1987.

→ Fig. 6. Magic Lantern, Susan Hiller, 1987.

Tandis que des ronds de lumière hypnotisent le spectateur, les voix des morts enregistrées par Konstantin Raudive se font entendre.

Diaporama et enregistrement sonore, 20 min. Photo © Susan Hiller.

8Dans Magic Lantern (1987) → Fig. 6, trois projecteurs de diapositives diffusent des cercles colorés qui se fondent ou se superposent, formes abstraites au rythme hypnotique, écran de projection pour images latentes. En même temps, des enceintes diffusent des enregistrements de Breakthrough de Konstantin Raudive, célèbre à l’époque pour avoir enregistré des milliers de bandes de « phénomènes de voix électroniques » par la radio et qui prétendait entendre les voix des morts → Fig. 5. La lanterne magique était aussi, dès son invention, une machine à capter la présence des morts : la première image de lanterne magique n’est-elle pas une danse macabre → Fig. 12 ? Dans Ghosts (2012) → Fig. 4, elle collecte des photographies d’anonymes sur internet qui ressemblent aux photographies spirites du xixe siècle.

→ Fig. 12. Dessins pour lanterne magique, Christiaan Huygens, 1659.

→ Fig. 12. Dessins pour lanterne magique, Christiaan Huygens, 1659.

Christiaan Huygens, auteur de plusieurs traités scientifiques, se serait inspiré d’une danse macabre de Hans Holbein pour ses plaques de lanterne magique.

Source : Leiden University Library, HUG 10 f. 76v.

→ Fig. 4. Ghosts, Susan Hiller, 2012.

→ Fig. 4. Ghosts, Susan Hiller, 2012.

Susan Hiller collecte des photographies auratiques d’anonymes sur internet qui ressemblent aux photographies spirites du xixe siècle.

Photographies, 50.8 × 50.8 cm © Susan Hiller.

Joachim Koester

  • 3 Joachim Koester, « Lazy clairvoyants and future audiences », interview d’Anders Kreuger, Newspaper(...)

9Dans la lignée de Susan Hiller, l’artiste danois Joachim Koester (né en 1962) mène des enquêtes sur la face sombre de la modernité ; d’abord photographe, il arpente les lieux chargés de mémoire et de puissance occulte, comme la villa « Abbaye de Thélème » à Cefalù, où l’occultiste anglais Aleister Crowley (1875-1947) réunissait ses fidèles → Fig. 8 et 9, ou le ranch dans la Vallée de la Mort où la famille Manson trouva refuge après ses massacres (Barker Ranch, 2008). Il appelle lui-même cette démarche « une chasse aux fantômes », dans des espaces où des histoires extraordinaires ont pris place3. Plus récemment, il reconstitue des épisodes peu connus de l’histoire des sciences à travers des performances et des films. Pour Koester, les médias modernes comme la photographie et le cinéma ont pris la place des médiums spirites dans leur capacité à ouvrir les portes de la connaissance.

10Of Spirits and Empty Spaces → Fig. 10 est une vidéo de 2012 (16 mm, 6’50) qui fait référence à John Murray Spear (1804-1887), spirite, inventeur, socialiste et animateur d’un mouvement d’amour libre. En 1861 il fonde The Domain à Kiantone (New York), un lieu pour des réunions spirites où, guidé par l’esprit de Benjamin Franklin ou par celui de Thomas Jefferson, membres d’une soi-disant « Congrégation des esprits », il essaie d’inventer une nouvelle machine à coudre à travers des transes spirites, convaincu que les plans de la machine existent déjà sous forme immatérielle. Les participants des transes devenaient des parties de la machine, chacun agissant selon ses mouvements pour faire fonctionner le mécanisme, la machine elle-même étant dirigée par l’esprit d’un des membres de la Congrégation. Spear fabriqua un prototype et commença la production, mais la vente ne connut pas le succès espéré.

→ Fig. 7. Morning of the Magicians, Joachim Koester, 2005.

→ Fig. 7. Morning of the Magicians, Joachim Koester, 2005.

La « chambre des cauchemars » de l’occultiste Aleister Crowley à Cefalù, que Joachim Koester a visitée en ruine. « The Dead man Ankh-Af-Na-Khonsu » fait allusion à un prêtre égyptien qui vivait au viiie siècle av. J.-C., et auquel Crowley faisait remonter sa religion de Thélème.

C-print 47.5 × 60.3 cm. © Courtesy J. Koester & Galerie Nicolai Wallner, Copenhague.

→ Fig. 8. One + One + One, Joachim Koester, 2006.

→ Fig. 8. One + One + One, Joachim Koester, 2006.

Visite à l’Abbaye de Thélème de Crowley. Le titre est une référence au film de Jean-Luc Godard, One + One, enregistrement de la chanson « Sympathy for the Devil » des Rolling Stones, qui s’inspiraient eux-mêmes de l’occultiste anglais.

Deux projections vidéo avec boucles interactives aléatoires, film 16 mm transféré sur DVD, 6’52’’ et 6’07’’. © Courtesy J. Koester & Galerie Nicolai Wallner, Copenhague.

→ Fig. 9. Of Spirits and Empty Spaces, Joachim Koester, 2012.

→ Fig. 9. Of Spirits and Empty Spaces, Joachim Koester, 2012.

De l’obscurité d’une pellicule sans image émergent quelques formes évoquant les esprits de John Murray Spear et son groupe.

Film 16 mm, 6’50’’. © Courtesy J. Koester & Galerie Nicolai Wallner, Copenhague.

11Le film de Koester se présente comme un sous-titre sur fond noir, parsemé de points blancs qui ne sont que des parasites sur la pellicule. Les sous-titres racontent une réunion du groupe de Spear et leur danse ; les personnes sont décrites par des noms de fonction : « l’exécutant » (implementer), « l’aiguilliste » (needleist), « l’intégraliste » (integralist). Le fond noir, sans image, rappelle ces expériences de paréidolie où l’on voit des formes émerger des boules de cristal, du feu ou de la neige télévisuelle.

SMITH

  • 4 Franz Kafka, Lettres à Milena, trad. A. Vialatte, Paris, Gallimard, 1988, p. 267.
  • 5 Finn Brunton, « Où tu vas, j’y serai toujours », in Clémence Seurat (dir.), Extra fantômes, catalo (...)

12La nature spectrale des images en général et du cinéma en particulier traverse une bonne partie du travail de l’artiste française SMITH → Fig. 1. En 2014, elle réalise un film complexe, Spectrographies → Fig. 11, qui est moins le récit d’une chasse aux fantômes qu’un essai filmé sur la spectralité du cinéma. On y retrouve l’acteur Mathieu Amalric, qui joue le rôle d’un réalisateur venu de nuit au cimetière du Père-Lachaise, sur la tombe de Maurice Merleau-Ponty, et tentant de capter le spectre du philosophe à l’aide d’une caméra thermique afin qu’il termine pour son film son dernier livre inachevé, Le visible et l’invisible. Dans son film, SMITH cite une très belle lettre de Franz Kafka à Milena Jesenska, écrite en avril 1922, dans laquelle l’écrivain épuisé de cette correspondance passionnée imagine une lutte entre les humains et les fantômes. Les premiers cherchent à abolir la distance entre les êtres en inventant des techniques de locomotion des corps (le train, l’automobile, l’avion), tandis que les seconds ont inventé la poste, le télégraphe, le téléphone, la radio4 – SMITH ajoute internet et les capteurs électroniques. L’utilisation de l’électricité pour communiquer, cette onde invisible aux effets merveilleux, charrie son lot de réactions inquiètes et de croyances occultes. Thomas Edison est autant l’inventeur du phonographe que du « spirit phone ». Comme le dit très bien Jacques Derrida dans Ghost Dance, de Ken McMullen (1983), les appareils de télécommunication ont multiplié les fantômes et les spécialistes d’internet affirment aujourd’hui que le réseau informatique est truffé de nos propres fantômes, nos doubles numériques qui hantent le circuit sans que nous nous en rendions toujours compte5.

→ Fig. 1. Traum, SMITH, 2015.

→ Fig. 1. Traum, SMITH, 2015.

Le classique portrait photographique rejoint ici le portrait spirite du xixe siècle grâce à l’usage d’un appareil thermographique.

Thermogramme monté sur aluminium. © Courtesy galerie Les Filles du Calvaire, Paris.

→ Fig. 10. Spectrographies, SMITH, 2015.

→ Fig. 10. Spectrographies, SMITH, 2015.

SMITH a démarré son projet en se faisant implanter une puce électronique sensible à la présence des êtres environnants, visibles ou invisibles.

Film HD, 59’. © Courtesy Le Fresnoy & Spectre Production.

Matthieu Schmitt

13Les techniques de reproduction se sont développées parallèlement aux techniques de communication : la photographie est apparue en même temps que le télégraphe, le cinéma en même temps que le téléphone. Cette association entre télécommunication et hantise remonte donc aux origines de la vie électrique et peut-être même avant. Elle est interrogée par des artistes qui ont en commun d’utiliser les nouvelles technologies dans leur travail pour les détourner de leur usage utilitaire et faire surgir le fantôme dans la machine, en retrouvant parfois des formes héritées du passé.

  • 6 Christophe Kihm, « Médiums = médias », in Marc Alizart et Christophe Kihm (dir.), Fresh Theory II. (...)

14Mathieu Schmitt (né en 1981) travaille généralement à la frontière où la science devient de l’art et plus particulièrement sur les courants scientifiques parallèles, les inventions avortées, les techniques imaginaires présentes dans la culture populaire. Son Oui Ja géant de 2013 → Fig. 12 en est un bon exemple. Composé d’un plateau de bois circulaire monté sur vérins, sa rotation oblique et aléatoire fait tourner une flèche mobile qui s’arrête, périodiquement, sur un chiffre ou une lettre inscrite sur l’épaisseur du plateau. L’arduino (cette puce programmable à partir d’un simple ordinateur personnel, inventée dans un fablab italien et qui est aujourd’hui l’emblème du bricolage informatique) qui sert à la programmation de la machine interprète des signaux captés sur la fréquence de Jürgenson. Friedrich Jürgenson, producteur de cinéma suédois, enregistra en 1959 des chants d’oiseaux, passa la bande à l’envers et crut entendre la voix de sa défunte mère. Définissant ensuite la fréquence où ce phénomène était le plus sensible, en collaborant avec Raudive, il fut l’un de ceux qui développèrent l’Electronic Voice Phenomena, phénomène consistant à capter la voix des morts par les ondes électromagnétiques6. Quant au Oui-ja, cette planche de divination est une machine à communiquer avec les morts dont le principe semble connu depuis l’Antiquité chinoise, mais sa forme moderne s’est répandue aux États-Unis pendant et après la Guerre de Sécession. Devenu une icône de la culture populaire américaine, le Oui-ja figure comme accessoire dans de nombreux films d’horreur pour adolescents hollywoodiens. Énorme jeu de roulette spirite, le Oui-ja de Mathieu Schmitt est à la fois savant et ludique, historique et contemporain dans ses références et son fonctionnement.

→ Fig. 11. Oui Ja, Mathieu Schmitt, 2013.

→ Fig. 11. Oui Ja, Mathieu Schmitt, 2013.

Tenant de la machine et de la sculpture, le Oui-ja de Mathieu Schmitt tourne lentement sur lui-même, selon un algorithme dont les paramètres échappent au spectateur.

200 cm, bois, vérins, électronique. Photo © Mathieu Schmitt.

  • 7 Susan Hiller, Psi Girls, Sheffield, Site Gallery / Spanga, Tenxta Konsthall, 2000.

15On le comprend : ces artistes ne sont pas des « crédules » qui plongeraient complaisamment dans les bas-fonds de la culture populaire et d’internet à la recherche de soi-disant « expériences » paranormales, pas plus qu’ils ne reprennent naïvement l’antienne surréaliste de l’artiste médium et hanté, qui s’opposerait à la froide rationalité scientifique. Leur position est plus complexe et plus contemporaine : elle consiste à mettre en relief le rôle des technologies dans la production des fantômes, même quand l’idéologie dominante a tendance à associer progrès technique et progrès de la raison ; elle vise à interroger ces discours et ces images avec tout le sérieux qu’ils requièrent du seul fait de leur existence dans la société. Ce qui intéresse les artistes chez les fantômes, c’est qu’ils poussent la science positive dans ses retranchements ou permettent d’en mettre au jour le fonctionnement et l’idéologie. Les artistes montrent ainsi que les catégories que nous utilisons tous les jours, vivant/mort, subjectif/objectif, artistique/scientifique, et qui s’imposent à nous par leur prétendue évidence, sont des constructions culturelles et ont donc, peut-être, une stabilité « provisoire7 ». Enfin, ces artistes nous font voir les spectres du passé, assumant le rôle de médiums et de porte-parole de celles et ceux qui ont été enfouis sous les ruines de l’histoire moderne.

Haut de page

Notes

1 Mouna Andraos et Mélissa Mongiat, « Fantômes des fantômes », in Clémence Seurat (dir.), Extra fantômes, catalogue de l’exposition, Paris, La Gaîté lyrique / Liénart, 2016, p. 17-22 (p. 17).

2 Entretien de l’auteur avec l’artiste, 31 mars 2017.

3 Joachim Koester, « Lazy clairvoyants and future audiences », interview d’Anders Kreuger, Newspaper, galerie Jan Mot, Bruxelles, n° 43-44, août 2005, np.

4 Franz Kafka, Lettres à Milena, trad. A. Vialatte, Paris, Gallimard, 1988, p. 267.

5 Finn Brunton, « Où tu vas, j’y serai toujours », in Clémence Seurat (dir.), Extra fantômes, catalogue de l’exposition, Paris, La Gaîté lyrique / Liénart, 2016, p. 94-99.

6 Christophe Kihm, « Médiums = médias », in Marc Alizart et Christophe Kihm (dir.), Fresh Theory II. Black Album, Paris, Léo Scheer, 2006, p. 155-173 (p. 165).

7 Susan Hiller, Psi Girls, Sheffield, Site Gallery / Spanga, Tenxta Konsthall, 2000.

Haut de page

Table des illustrations

Titre → Fig. 2. Sans titre, Ann Guillaume, 2015.
Légende Des mèches de cheveux sont disposées un peu partout dans l’exposition, comme reliques, uniques traces du passage de l’artiste dans les lieux.
Crédits Installation. exposition « Auteurs présumés », commissariat Émilie Roi et Chloé Grondeau, Galerie des Étables, Bordeaux. Photo © G. Adjutor Provost.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16645/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Titre → Fig. 3. Victoria, Ann Guillaume et Maëva Grapain, 2017.
Crédits Caméra piège, photographie tirage numérique, 50 × 60 cm. Photo © Ann Guillaume et Maëva Grapain.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16645/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Titre → Fig. 5. Pochette du disque Breakthrough. An Amazing Experiment in Electronic Communication with the Dead, Konstantin Raudive, 1971.
Légende Chaque voix enregistrée est précédée d’une présentation qui identifie le ou la propriétaire de la voix et les mots prononcés par le ou la mort·e.
Crédits 45 tours, Vista Productions. Photo : TG.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16645/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Titre → Fig. 6. Magic Lantern, Susan Hiller, 1987.
Légende Tandis que des ronds de lumière hypnotisent le spectateur, les voix des morts enregistrées par Konstantin Raudive se font entendre.
Crédits Diaporama et enregistrement sonore, 20 min. Photo © Susan Hiller.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16645/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre → Fig. 12. Dessins pour lanterne magique, Christiaan Huygens, 1659.
Légende Christiaan Huygens, auteur de plusieurs traités scientifiques, se serait inspiré d’une danse macabre de Hans Holbein pour ses plaques de lanterne magique.
Crédits Source : Leiden University Library, HUG 10 f. 76v.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16645/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 750k
Titre → Fig. 4. Ghosts, Susan Hiller, 2012.
Légende Susan Hiller collecte des photographies auratiques d’anonymes sur internet qui ressemblent aux photographies spirites du xixe siècle.
Crédits Photographies, 50.8 × 50.8 cm © Susan Hiller.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16645/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Titre → Fig. 7. Morning of the Magicians, Joachim Koester, 2005.
Légende La « chambre des cauchemars » de l’occultiste Aleister Crowley à Cefalù, que Joachim Koester a visitée en ruine. « The Dead man Ankh-Af-Na-Khonsu » fait allusion à un prêtre égyptien qui vivait au viiie siècle av. J.-C., et auquel Crowley faisait remonter sa religion de Thélème.
Crédits C-print 47.5 × 60.3 cm. © Courtesy J. Koester & Galerie Nicolai Wallner, Copenhague.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16645/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Titre → Fig. 8. One + One + One, Joachim Koester, 2006.
Légende Visite à l’Abbaye de Thélème de Crowley. Le titre est une référence au film de Jean-Luc Godard, One + One, enregistrement de la chanson « Sympathy for the Devil » des Rolling Stones, qui s’inspiraient eux-mêmes de l’occultiste anglais.
Crédits Deux projections vidéo avec boucles interactives aléatoires, film 16 mm transféré sur DVD, 6’52’’ et 6’07’’. © Courtesy J. Koester & Galerie Nicolai Wallner, Copenhague.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16645/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre → Fig. 9. Of Spirits and Empty Spaces, Joachim Koester, 2012.
Légende De l’obscurité d’une pellicule sans image émergent quelques formes évoquant les esprits de John Murray Spear et son groupe.
Crédits Film 16 mm, 6’50’’. © Courtesy J. Koester & Galerie Nicolai Wallner, Copenhague.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16645/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre → Fig. 1. Traum, SMITH, 2015.
Légende Le classique portrait photographique rejoint ici le portrait spirite du xixe siècle grâce à l’usage d’un appareil thermographique.
Crédits Thermogramme monté sur aluminium. © Courtesy galerie Les Filles du Calvaire, Paris.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16645/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 795k
Titre → Fig. 10. Spectrographies, SMITH, 2015.
Légende SMITH a démarré son projet en se faisant implanter une puce électronique sensible à la présence des êtres environnants, visibles ou invisibles.
Crédits Film HD, 59’. © Courtesy Le Fresnoy & Spectre Production.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16645/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre → Fig. 11. Oui Ja, Mathieu Schmitt, 2013.
Légende Tenant de la machine et de la sculpture, le Oui-ja de Mathieu Schmitt tourne lentement sur lui-même, selon un algorithme dont les paramètres échappent au spectateur.
Crédits 200 cm, bois, vérins, électronique. Photo © Mathieu Schmitt.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16645/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Golsenne, « Artistes, savants, médiums »,Terrain, 69 | 2018, 152-171.

Référence électronique

Thomas Golsenne, « Artistes, savants, médiums », Terrain [En ligne], 69 | avril 2018, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/16645 ; DOI : 10.4000/terrain.16645

Haut de page

Auteur

Thomas Golsenne

Université de Lille – thomas.golsenne@yahoo.fr

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals