Navigation – Plan du site

Revenants affamés

Les phi prêt dans les arts thaïs [muséo]
Julien Rousseau
p. 172-177

Résumé

L’artiste thaïlandais Anupong Chantorn travaille un thème issu d’une tradition ancienne : les revenants affamés (phi prêt). Décrits dans les textes bouddhiques, les phi prêt peuvent, contrairement aux autres esprits aniconiques de la religion populaire, être représentés. Ils se rencontrent traditionnellement sur les murs peints des temples et sur les manuscrits, pour illustrer la cosmologie bouddhique ou la description des enfers, mais aussi, depuis la seconde moitié du xxe siècle, dans des sculptures géantes qui apparaissent dans les temples.

Haut de page

Texte intégral

→ Fig. 1 Rival, Anupong Chantorn, 2017.

→ Fig. 1 Rival, Anupong Chantorn, 2017.

Acrylique sur toile, 180 × 205 cm, musée du quai Branly – Jacques-Chirac, 70.2017.34.1
© musée du quai Branly – Jacques Chirac. photo : Claude Germain.

1Les créatures infernales imaginées par Anupong Chantorn, artiste thaïlandais né en 1980, s’inspirent des revenants affamés (phi prêt) de la cosmologie bouddhique pour interroger la morale et les dérives marchandes de la religion contemporaine. Rival reprend le thème des moines changés en phi prêt à bec de corbeau qui a fait connaître l’artiste. Cette œuvre récemment entrée dans les collections du musée du quai Branly – Jacques Chirac a été réalisée pour l’exposition « Enfers et fantômes d’Asie ».

2En 2007, l’université Silpakorn de Bangkok suscite une vive controverse en décernant le prix d’artiste national de l’année à Anupong Chantorn pour sa peinture intitulée Bikhu Sandarn Kar (moines à bec de corbeau). La réaction est immédiate : des centaines de contestataires, menés par des membres de la communauté monastique, demandent à l’université de retirer le prix donné à l’artiste ainsi que l’interdiction d’exposer l’œuvre jugée blasphématoire. Anupong Chantorn répond à la critique dans une tribune publiée dans le Bangkok Post du 24 novembre 2007. L’artiste y plaide la liberté d’expression et affirme que ses créatures affamées ne constituent pas une critique du bouddhisme. Son œuvre s’inspire au contraire des textes religieux et se rattache directement à la tradition des peintures classiques des enfers, telles qu’on peut les voir sur les murs des temples ou sur les manuscrits illustrés. Il s’agit d’une représentation de la loi du karma et du principe de rétribution des actes dans l’au-delà. La critique vise une partie de la communauté monastique contemporaine, celle qui profite des croyances des fidèles pour s’enrichir, notamment à travers le commerce très lucratif des amulettes. Rival montre deux moines tombés aux enfers et changés en phi prêt à bec de corbeau à cause de leur rivalité. La violence de la scène renforce l’impureté des personnages. L’un d’eux a dû s’enrichir par le commerce d’objets magiques comme le suggère le talisman phallique (phalat khik) qu’il porte en pendentif. Le bol à aumône renversé sur la tête occupe une place importante dans la composition et représente le mensonge des moines qui prônent l’ascétisme pour s’enrichir. L’œuvre est réalisée sur un assemblage de tissus beiges, identiques à ceux que l’on utilise pour la confection des robes monastiques.

  • 1 Selon l’usage, le nom « Taï » désigne toutes les sociétés de ce groupe linguistique, alors que le (...)
  • 2 Stanley Jeyaraja Tambiah, Buddhism and the Spirit Cults in North-East Thailand, Cambridge Universi (...)
  • 3 Justin Thomas McDaniel, The Lovelorn Ghost and the Magical Monk. Practicing Buddhism in Modern Tha (...)

3La nourriture est un médiateur essentiel entre les hommes et les entités surnaturelles (phi) dans les cultures taïes1. L’expression « nourrir les esprits » (lièng phi) désigne le culte des phi, bien que l’on parle parfois aujourd’hui de « religion des esprits » (sasana phi). Depuis le début des années 1970, l’anthropologie religieuse a étudié les phi, aussi bien du point de vue de leur catégorisation que de leur coexistence avec le bouddhisme2. Ce concept regroupe des entités distinctes : génies des lieux, des éléments naturels, esprits de la foret et fantômes. Généralement les phi attachés à un lieu sont civilisés et se nourrissent des offrandes qu’on leur donne, alors que ceux qui errent dans la forêt sont trop sauvages et voraces pour pouvoir être pacifiés de la sorte. Par exemple, le spectre de la jungle Phi Krasüe dévore les petits animaux, les bébés et toute autre nourriture sanglante et impure. Cette créature à tête volante, représentée avec des crocs et un appareil digestif, incarne explicitement le caractère vorace des phi de la jungle. Toutefois, si les phi entretiennent différents rapports avec les hommes, ils partagent une même ambivalence et s’inscrivent dans une continuité conceptuelle, comme l’indique l’usage de leur nom générique. Un esprit échappé de son lieu de résidence peut en effet devenir dangereux, alors que certains fantômes ont été pacifiés. Nang Nak, la célèbre femme fantôme du quartier de Phrakanong à Bangkok, fut convertie en divinité locale après avoir été exorcisée par le vénérable moine Somdet To3.

  • 4 Matthew R. Sayers, « Claiming modes of mediation in ancient Hindu and Buddhist ancestor worship », (...)

4Les revenants affamés ou phi prêt (du pali petta) correspondent à un type de phi particulier car ils sont d’origine indienne et se rattachent à une tradition écrite, ce qui explique qu’ils soient représentés dans l’art bouddhique. Le Petavatthu, texte pali datable aux alentours du iie siècle avant notre ère, décrit les mauvaises actions qui conduisent les morts au domaine des revenants affamés4. Devenir phi prêt est la dernière et la plus pénible des voies de réincarnation. Cependant, comme toute existence est transitoire dans le bouddhisme, les phi prêt et les autres suppliciés ne séjournent aux enfers que pour une durée déterminée selon la gravité des fautes commises.

  • 5 Charles Archaimbault & Georges Coedès, Les Trois Mondes, Paris, École Française d’Extrême-Orient, (...)

5Les phi sont traditionnellement aniconiques, à l’exception des phi prêt qui proviennent de la cosmologie bouddhique et des textes religieux. En Thaïlande, les revenants affamés apparaissent sur les peintures murales des temples et sur les manuscrits pour enseigner la loi du karma. Ils illustrent le Traiphum (traité de cosmologie des Trois Mondes5), le Nimi Jataka (une des vies antérieures du Buddha) ou l’histoire extra-canonique du moine Phra Malai, qui sont les trois sources écrites décrivant les enfers.

  • 6 Henry Ginsburg, Thai Manuscript Painting, Londres, The British Library, 1989, p. 74.

6La plus ancienne version thaïe de l’histoire de Phra Malai fut compilée par le prince Thammathibet dans la première moitié du xviiie siècle, à partir de textes singhalais en langue pali6. Ce récit devient le sujet le plus fréquent des manuscrits au xixe siècle. À travers la méditation et l’accumulation de mérites, le moine Phra Malai a acquis le pouvoir de voler d’un monde à l’autre, des paradis jusqu’aux enfers. Le texte raconte le périple céleste et souterrain du héros, dans des contrées invisibles aux gens du commun. D’une manière métaphorique, c’est aussi un voyage intérieur à partir de visions obtenues par la méditation. Le moine possède la pleine connaissance de la loi du karma, ce qui lui permet de voir les existences passées et à venir des hommes dans les différents niveaux du monde.

→ Fig. 2 Manuscrit de l’histoire de Phra Malai et des dix vies antérieures du Buddha, vers 1860.

→ Fig. 2 Manuscrit de l’histoire de Phra Malai et des dix vies antérieures du Buddha, vers 1860.

Encre et gouache sur papier, folio 16, 67.5 cm.
© British Library Board, Or. 14559.

7Aux paradis, Phra Malai rencontre Maitreya, le futur Buddha, et Indra, le roi des dieux. Au cours de sa descente sous terre, il voit des défunts expiant leurs fautes sous la torture. Les supplices les plus souvent représentés sur les manuscrits sont celui du chaudron et celui de l’arbre à épines, que les coupables d’adultère doivent gravir en subissant les attaques des gardiens des enfers, de chiens et de corbeaux. D’autres condamnés des enfers sont devenus des phi prêt, dont la difformité effrayante sert à renforcer la portée pédagogique du texte. Certains ont l’apparence de chiens et de buffles, deux animaux qui incarnent la mort et la notion d’impureté qui lui est associée. Le premier rôde autour des charniers et le second est l’animal-véhicule de Yama, le juge des morts. Toutefois, la descente du saint homme aux enfers vient apaiser les souffrances de ses habitants. Les phi prêt font le geste de l’adoration et retrouvent l’espoir. Ils demandent à Phra Malai de dire à leurs proches d’accumuler des mérites sur terre, afin qu’ils ne renaissent pas aux enfers sous la forme de monstres faméliques.

8Le moine Phra Malai est représenté par ailleurs sur des sculptures en bronze dont le socle laisse apercevoir de petits damnés faméliques en rondes-bosses. On peut aussi voir des figurines de théâtre d’ombres de phi prêt mais l’iconographie de ces personnages monstrueux s’est surtout fixée à travers la peinture et ce n’est que très récemment qu’ils sont apparus dans la statuaire.

  • 7 Ce titre ne correspond pas à un grade religieux officiel, ce sont les fidèles qui l’attribuent à u (...)

9En 1958, le Wat Xieng Khouan de Vientane inaugure un nouveau genre de lieu de culte et de distraction consistant en une mise en scène en plein air de grandes sculptures de béton. Le programme iconographique de ce « Buddha Park » baroque, imaginé par le moine Luang Pu Bunlua Sulilat, comprend à la fois des Buddha, des divinités hindoues et une sphère des Trois Mondes visitable. À partir des années 1970, des « jardins des enfers » apparaissent dans les temples de Thaïlande et donnent une ampleur sans précédent aux supplices infernaux. Des phi prêt monumentaux s’y dressent parmi des scènes de tortures en tous genres et d’autres créatures atroces inédites. Ces installations de sculptures exubérantes, proches du cinéma gore, cherchent à attirer le public et les donations. Les jardins des enfers s’éloignent ainsi des textes mais, en dépit de leur marginalité dans l’architecture religieuse de Thaïlande, ils connaissent une forte popularité. Ce succès doit probablement être rapproché du culte des Luang Pho7, des moines vénérés pour leurs pouvoirs magiques qui leur permettent, notamment, de créer des amulettes ou de lire l’avenir. L’horreur de ces enfers traduit la vision de l’au-delà d’un Luang Pho et les sanctions que celui-ci prédit selon la nature des délits. Si ces moines charismatiques suscitent une grande ferveur, ils sont aussi critiqués par une partie importante de l’opinion pour leurs pratiques magiques et commerciales.

→ Fig. 3 Sculptures des enfers, Wat Mèit, Chiang Dao, Province de Chiang Mai, Thaïlande, 2016.

→ Fig. 3 Sculptures des enfers, Wat Mèit, Chiang Dao, Province de Chiang Mai, Thaïlande, 2016.

Stuc peint. photo : Julien Rousseau.

10Des manuscrits illustrés jusqu’à la peinture contemporaine et aux temples, l’art bouddhique continue d’enseigner par l’image. La représentation du monde infernal et de ses résidents cherche à produire une peur salutaire. Elle illustre la morale bouddhique et la loi du karma pour rapprocher les fidèles de la libération. Les supplices des enfers ne sont que la conséquence des mauvaises actions des vivants. L’aspect monstrueux des phi prêt, décrit dans les textes comme le traité des Trois Mondes, stimule en outre l’imagination des artistes et leur sens de la caricature. C’est d’ailleurs ce qui fait tout le charme de ces personnages fantastiques et marginaux de l’art bouddhique.

11Dans le cadre de sa mission de grand département pour les arts d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie, le musée du quai Branly – Jacques Chirac soutient la recherche sur les collections extra-européennes des musées de France. Le partenariat qu’il a noué avec la revue Terrain conduit à publier des articles présentant les œuvres de ces collections.

Haut de page

Notes

1 Selon l’usage, le nom « Taï » désigne toutes les sociétés de ce groupe linguistique, alors que le nom « Thaï » désigne plus particulièrement la population majoritaire de la Thaïlande, c’est-à-dire les Siamois.

2 Stanley Jeyaraja Tambiah, Buddhism and the Spirit Cults in North-East Thailand, Cambridge University Press, 1970.

3 Justin Thomas McDaniel, The Lovelorn Ghost and the Magical Monk. Practicing Buddhism in Modern Thailand, New York, Columbia University Press, 2011.

4 Matthew R. Sayers, « Claiming modes of mediation in ancient Hindu and Buddhist ancestor worship », Journal of Ritual Studies vol. 26, 2012, p. 5-18, p. 12.

5 Charles Archaimbault & Georges Coedès, Les Trois Mondes, Paris, École Française d’Extrême-Orient, 1973.

6 Henry Ginsburg, Thai Manuscript Painting, Londres, The British Library, 1989, p. 74.

7 Ce titre ne correspond pas à un grade religieux officiel, ce sont les fidèles qui l’attribuent à un moine charismatique ayant accompli un miracle ; cf. Anatole Roger Peltier, Introduction à la connaissance des Luang Pho de Thaïlande, Paris, École française d’Extrême-Orient, 1977.

Haut de page

Table des illustrations

Titre → Fig. 1 Rival, Anupong Chantorn, 2017.
Crédits Acrylique sur toile, 180 × 205 cm, musée du quai Branly – Jacques-Chirac, 70.2017.34.1© musée du quai Branly – Jacques Chirac. photo : Claude Germain.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16648/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1003k
Titre → Fig. 2 Manuscrit de l’histoire de Phra Malai et des dix vies antérieures du Buddha, vers 1860.
Crédits Encre et gouache sur papier, folio 16, 67.5 cm. © British Library Board, Or. 14559.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16648/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Titre → Fig. 3 Sculptures des enfers, Wat Mèit, Chiang Dao, Province de Chiang Mai, Thaïlande, 2016.
Crédits Stuc peint. photo : Julien Rousseau.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16648/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 697k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Rousseau, « Revenants affamés »,Terrain, 69 | 2018, 172-177.

Référence électronique

Julien Rousseau, « Revenants affamés », Terrain [En ligne], 69 | avril 2018, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/16648 ; DOI : 10.4000/terrain.16648

Haut de page

Auteur

Julien Rousseau

Conservateur du patrimoine, responsable des collections d’Asie au musée du quai Branly – Jacques Chirac – julien.rousseau@quaibranly.fr

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals