Navigation – Plan du site

L’homme qui ne devait pas mourir

Autobiographie d’un homme Orokaiva : Lucian Vevehupa
Lucian Vevehupa et présentation d'André Iteanu

Résumé

En 2011, à l’initiative de l’anthropologue André Iteanu, Lucian Vevehupa, un Orokaiva de la Papouasie Nouvelle-Guinée rurale, a rédigé une « autobiographie » destinée à être publiée. Lucian est un homme d’exception. Il est mort et ressuscité à plusieurs reprises ; il a fondé des églises et des écoles dans des villages reculés de la forêt équatoriale ; il a été prêtre, politicien et danseur traditionnel de talent ; aujourd’hui, il dirige un grand mouvement religieux qu’il appelle un ministère. Pourtant, loin de parler uniquement de lui, son autobiographie explore, dans ses deux premiers tiers, la vie de ses ancêtres et de la société contemporaine. Lucian Vevehupa y développe une vision très cohérente de la vie et du monde, capable d’englober le passé des Orokaiva, le christianisme, le capitalisme, la situation politique de son pays. C’est à ce roc solide qu’il adosse sa propre trajectoire biographique. La préface d’André Iteanu aide le lecteur non papou à pénétrer dans quelques grandes lignes de la vie des femmes et des hommes que décrit Lucian.

Haut de page

Texte intégral

1Avertissement : le PDF téléchargeable ici contient l’ouvrage rédigé en langue orokaiva et traduit en anglais par André Iteanu. Il a été originellement publié en 2013, en édition bilingue, aux UPNG Press (University of Papua New Guinea Press), grâce à John Evans, le directeur de cet éditeur. À la suite de l’incendie de l’entrepôt de ces presses au cours d’une manifestation estudiantine en 2016, le livre est devenu difficilement accessible, voire pas du tout. La revue Terrain a proposé de le mettre en ligne de façon à ce que le travail et les idées de Lucian Vevehupa soient de nouveau disponibles pour les étudiants et ceux qui s’intéressent au Pacifique, à sa christianisation, et à l’anthropologie en général qui est toujours une discipline du vivant et du contemporain. Pour obtenir une copie papier de cet ouvrage, il est possible d’en faire la demande à UPNG Press.

2Cliquez ici pour télécharger le livre.

3J’ai rencontré Lucian Vevehupa en 1980 lors de mon premier séjour chez les Orokaiva, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Je m’étais alors installé à Jajau, un minuscule village de la forêt équatoriale, pour y mener des recherches. Bien qu’originaire de ce village, Lucian n’y vivait plus, car il officiait comme prêtre anglican à la cathédrale de Popondetta, le petit chef-lieu de la province où vivent les Orokaiva.

4Il m’avait fallu un an pour me décider à aller le rencontrer, car il avait une réputation épouvantable auprès des villageois avec qui je vivais. Certes, ils le respectaient pour avoir réussi à pénétrer le monde des Blancs, mais ils n’aimaient pas avoir affaire à lui, car, disaient-ils, il était extrêmement colérique.

5Lorsque je lui rendis enfin visite, je fus immédiatement impressionné par sa personnalité. D’abord, par la puissance de sa volonté. Accidenté de la route, il avait été amputé des deux jambes un peu en dessous du genou. En dépit de ce handicap, il marchait avec des prothèses tout à fait rudimentaires sans jamais se plaindre ni de la chaleur ni du mauvais état des chemins qu’il devait emprunter pour rendre visite à ses paroissiens. Ensuite, malgré son âge peu avancé, il avait une grande autorité naturelle. Il parlait bien, développait des arguments clairs et précis et ne faisait appel à la religion qu’en tout dernier ressort, lorsqu’il avait besoin de s’appuyer sur une autorité indiscutable. Il m’a tout de suite traité chaleureusement et n’a jamais tenté de m’imposer ses vues sur la foi ou sur quoi que ce soit d’autre.

6Lucian a été l’un des premiers enfants de la région à aller à l’école. Plus tard, après de nombreuses péripéties, il a été admis au séminaire de Dogura, dans le nord de la Papouasie, où il a étudié la religion anglicane. Malgré sa vocation, comme tous les hommes exceptionnels, il n’a jamais cessé d’interroger le dogme qu’on lui enseignait et ce faisant, il s’est forgé une culture occidentale solide. Pendant ses années de formation, il a lu en cachette tous les livres de philosophie et de science sur lesquels il a pu mettre la main. Parmi ces ouvrages, celui qui l’a le plus impressionné a été L’Origine des espèces de Darwin dans lequel il a perçu une possible alternative au dogme chrétien.

7Lucian n’en avait pas moins une culture traditionnelle remarquable. Il connaissait les récits et les pratiques de ses ancêtres mieux que quiconque et avait été un danseur de grand talent, avant son accident. Par la suite, il a continué à écrire de la musique et des paroles pour des ballets traditionnels et des hymnes chrétiens.

8Plus tard, il est devenu ministre provincial de l’Écologie et de l’Agriculture. Il a mené de nombreux combats pour préserver les richesses naturelles de la région et limiter la pénétration des entreprises multinationales, en particulier d’exploitation forestière et de production d’huile de palme. Il n’a réussi que très partiellement. Du fait de son mauvais caractère, ses électeurs se sont détournés de lui et il est redevenu simple prêtre dans son village natal.

Fig. 1. Lucian Vevehupa, 2017

Fig. 1. Lucian Vevehupa, 2017

Photo : André Iteanu

9Lucian m’a souvent raconté des épisodes marquants de son existence. À chaque fois, j’ai été fasciné par le fait qu’on puisse vivre tant de choses en une seule vie. Certes, il n’était pas le seul, car tous les Papous du même âge que lui ont été témoins de changements qui les ont bouleversés. Nés à l’ère des guerres cannibales, ils ont d’abord subi une rencontre humiliante avec la puissance coloniale, puis ont été déçus car les promesses de développement qu’on leur avait faites se sont avérées mensongères. Enfin, aujourd’hui, ils doivent combattre de leur mieux des entreprises capitalistes insaisissables qui veulent s’approprier leurs terres et détruire ce qui reste de leur mode de vie. Sur fond de ces chambardements, l’histoire de Lucian comprenait aussi de multiples aventures et réalisations personnelles ; il est mort et a ressuscité par deux fois ; il a fondé de nombreuses paroisses et écoles dans des communautés installées au fin fond de la forêt équatoriale et parlant des langues différentes de la sienne ; il a été prêtre, politicien et enfin chef d’une Église mélanésienne indépendante ayant beaucoup de succès dans la région.

10Plus impressionnant encore, Lucian a toujours développé une vision très cohérente de la vie et du monde, capable d’englober à la fois le passé des Orokaiva, parmi lesquels il a vécu dans son enfance, le christianisme, le capitalisme et la situation politique contemporaine de son pays. Cette perception de la cohérence est un don rare. En Occident, seuls quelques philosophes et savants l’ont atteinte. Mais, chez Lucian, cette qualité me paraissait encore plus extraordinaire, car le pays dans lequel il était né et où il avait vécu était confronté, depuis des décennies, à de multiples ruptures radicales : entre d’anciennes et de nouvelles religions, entre l’économie du don et le capitalisme monétaire, entre l'ancestral système politique fondé sur la générosité et la gouvernance démocratique corrompue, enfin, entre la vie au sein d’une famille soudée et l’individualisme des modes d’être contemporains.

11En 2011, j’ai demandé à Lucian s’il serait d’accord pour écrire une autobiographie destinée à être publiée. Le projet lui a tout de suite plu sans que je sache vraiment pourquoi. Peut-être était-il arrivé à l’âge vénérable où l’on désire faire retour sur sa vie. Ou bien, étant à la tête d’un mouvement religieux important, il pensait que publier un livre conviendrait à son statut. Ou bien encore, ayant lu le livre relatant la vie de son ami George, le premier bishop papou, il s’était dit qu’il en ferait bien tout autant. Ou finalement était-ce simplement pour me faire plaisir ? Néanmoins, comme Lucian était un homme très occupé, je doutais qu’il trouvât le temps pour le faire. Pourtant, lorsque je revins au village un an plus tard et que je me rendis chez lui pour le saluer, il me demanda un peu pompeusement de le suivre dans une maison située à l’écart et qui lui servait de bureau. Là, sans mot dire, il me tendit le manuscrit de ce livre rédigé en langue orokaiva et écrit à la main, en lettres majuscules, je suppose, pour éviter toute équivoque.

Fig. 2. Le manuscrit de Lucian Vevehupa

Fig. 2. Le manuscrit de Lucian Vevehupa

Photo : André Iteanu

Aujourd’hui, nous sommes dans une ère nouvelle et toutes nos manières de faire et de penser sont inédites, mais à l’époque de mon grand-père et de ma grand-mère, la vie était très dure. Autrefois, mes grands-pères et grands-mères ne se conduisaient pas de façon convenable, ils ne mangeaient pas de bonnes nourritures, ne vivaient pas dans de bonnes maisons et ne dormaient pas confortablement. Pourquoi vivaient-ils comme ça ? C’est parce qu’ils avaient toujours peur qu’un guerrier ennemi ne les attaque pour les tuer, les cuire et les manger.

12L’autobiographie de Lucian commence de la sorte et elle s’évertue pendant ses deux premiers tiers à explorer divers aspects de la vie de ses ancêtres. Qu’est-ce qui l’a donc poussé à accorder une part aussi prépondérante à ses aïeuls dans sa propre autobiographie ? S’agit-il de modestie, d’une coutume qui interdit qu’on se mette en avant, ou d’une reconnaissance particulière de la part que les autres jouent dans le déroulement de la vie de chacun ? En France, il nous est naturel de croire que les décisions que nous prenons et les chemins que nous empruntons reflètent notre personnalité. Ailleurs, et en particulier en Mélanésie, on pense au contraire souvent que le destin comme d’ailleurs la maladie et la mort d’un individu manifestent avant tout l’influence des ancêtres, de parents vivants ou bien celle de quelque sorcier bénéfique ou néfaste. Aussi, pour mettre à l’écart nos propres idées et entrer quelque peu dans ce mode de pensée, il me semble utile d’éclairer le lecteur non-papou sur quelques grandes lignes de la vie des femmes et des hommes que décrit Lucian.

13Les Orokaiva vivent en Papouasie-Nouvelle-Guinée, un pays qui se trouve dans l’est de la très grande île située au nord de l’Australie. Là se côtoient une multitude de peuples fort différents les uns des autres puisqu’on y parle plus de 800 langues appartenant, pour la plupart, à des familles non apparentées. La population de la Papouasie-Nouvelle-Guinée est d’environ sept millions et demi de personnes. Indépendant depuis 1975 du protectorat australien, cet état reste relativement démocratique, bien que profondément perturbé par la corruption.

14La Papouasie-Nouvelle-Guinée possède d’importantes richesses naturelles. Cependant, l’économie monétaire de marché n’y concerne véritablement que les habitants de ses deux villes d’importance, Port Moresby et Lae, soit moins de 10 % de la population totale. Le reste des citoyens vit dans des zones rurales souvent couvertes de forêt équatoriale et non reliées par des routes aux centres urbains du pays. Ces Papous ruraux pratiquent tous l’agriculture vivrière et élèvent en liberté des cochons, des casoars ou des poulets selon la région.

Fig. 3. Carte de la Papouasie-Nouvelle-Guinée

Fig. 3. Carte de la Papouasie-Nouvelle-Guinée

Image libre de droits

15Les Orokaiva sont une de ces populations horticultrices. Leur territoire s’étend dans la province Oro, entre le haut volcan Lamington et la côte. Ils sont approximativement soixante mille, cultivant essentiellement le taro, la banane plantain et les patates douces. Depuis une vingtaine d’années, une importante exploitation de palmiers à huile de rapport a envahi une grande partie de leur région. Les producteurs individuels qui en ont planté sur leurs propres terres perçoivent des revenus sporadiques, voire souvent nuls, en fonction du cours de l’huile sur le marché mondial. Quelques familles exploitent le cacaotier, mais il n’y a guère de routes pour transporter cette marchandise en ville et l’y vendre. Les producteurs sont de ce fait obligés de charrier les sacs à dos d’homme ou d’organiser des transports coûteux dont le prix est à peine couvert par celui de leur marchandise.

16Malgré la faiblesse de leurs revenus monétaires, la vie est plutôt douce pour les Orokaiva. La nourriture est généralement très abondante et variée. Chacun peut construire sa maison individuelle où il le souhaite. Tout le monde est propriétaire foncier et peut cultiver des jardins aussi grands qu’il en a l’énergie. La solidarité familiale est très forte, si bien que même celui qui n’est pas très travailleur ou celui qui est malade ne souffre jamais de la faim. À tel point que, à plusieurs reprises lors de mes séjours à Jajau, des gens que je ne connaissais pas et qui habitaient à plusieurs jours de marche, sont venus me voir pour me poser une seule question : « Est-ce vrai que, chez toi, des gens dorment dehors et ne mangent pas à leur faim sans qu’aucun membre de leur famille ne les aide ? »

Fig. 4. Quand l'anthropologue pose une question embarrassante

Fig. 4. Quand l'anthropologue pose une question embarrassante

Photo : André Iteanu

17L’organisation sociale orokaiva se concentre autour de la vie familiale. Le mot s’entend ici comme une famille étendue regroupant plusieurs frères et sœurs ainsi que des beaux-frères et leur descendance. Chaque village comprend quelques-unes de ces familles et se divise sur le terrain en plusieurs hameaux. Ces unités résidentielles ne sont pas stables, mais se font et se défont au fil du temps, les habitants déménageant régulièrement pour aller rejoindre des amis dans un hameau voisin ou pour quitter un lieu rendu dangereux par la sorcellerie ou les conflits violents.

18Chez les Orokaiva, il n’y a pas de chef, de roi ou de conseil des anciens ; bref, aucune forme d’autorité instituée. Certains hommes sont plus influents que les autres. Ils le doivent à leur intelligence et surtout à leur générosité. Le prestige s’acquiert en organisant des fêtes où des rituels sont accomplis, des ballets dansés et où l’on distribue des quantités importantes de nourriture à des invités dont la présence est ainsi honorée. Les moments forts de la vie orokaiva sont donc constitués par les grandes fêtes d’initiation, de mariage et de funérailles. Les guerres à coups de lances et de casse-têtes, entre petites unités sociales, ont aussi constitué des moments mémorables de l’histoire de ce peuple, mais je laisse Lucian vous en parler à sa manière.

Fig. 5. Les bijoux et les sacs qui constituent une partie des prestations échangées à l’occasion des mariages

Fig. 5. Les bijoux et les sacs qui constituent une partie des prestations échangées à l’occasion des mariages

Photo : André Iteanu

19Peu avant la fin du xixe siècle, des colons et des missionnaires se sont installés sur l’île. La pénétration de ces envahisseurs fut très longue et graduelle. Dans la région Asigi de Lucian, c’est seulement dans les années 1950 que les premiers missionnaires ont installé une école pour entamer leur travail d’évangélisation. Lucian fut l’un des premiers élèves de cet établissement. Après leur rencontre initiale avec les prêtres, les Orokaiva, comme tous les habitants de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, se sont rapidement convertis au christianisme. Selon les missionnaires qu’ils avaient rencontrés en premier, certains sont devenus catholiques, d’autres anglicans, d’autres, enfin, protestants. Mais leur adhésion n’a duré que quelques décennies. Depuis une vingtaine d’années, une majorité de Mélanésiens ont déserté les églises qui les avaient originellement convertis pour rejoindre des confessions évangéliques.

20Ces obédiences, dont les spécialistes situent l’origine en Californie au début du xxe siècle, se sont rapidement multipliées en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Elles prêchent une interprétation littérale des écritures et ne dépendent pas d’une hiérarchie centralisée. Aussi, en leur sein, devient officiant quiconque a été visité par le Saint-Esprit. Pour toutes ces raisons, les petites églises évangéliques qui opèrent parmi les Orokaiva sont protéiformes et ont une durée de vie très limitée.

21C’est pour pallier cet effondrement de l’influence exercée par les Églises historiques que monseigneur George, le premier évêque anglican papou, a créé, il y a une vingtaine d’années, un nouveau mouvement religieux dénommé Viens voir de tes propres yeux (Huma kioe, en orokaiva), qui s’est donné pour tâche de regagner à l’anglicanisme les âmes perdues. Lucian l’a rejoint immédiatement dans cette croisade. Lorsque George est mort, quelques années plus tard, il l’a remplacé à la tête de ce mouvement. Aujourd’hui, grâce à son énergie inépuisable, Huma kioe a fédéré une proportion considérable d’Orokaiva de la région. Mais, en dépit de son succès, l’Église anglicane officielle refuse toujours de reconnaître son ministère.

Fig. 6. Lucian Vevehupa 2017

Fig. 6. Lucian Vevehupa 2017

Photo : André Iteanu

22Ces derniers temps, j’avais souvent entendu Lucian se plaindre de ce qu’il n’arrivait pas à former quelqu’un ayant les qualités requises pour prendre sa suite. Ses propres enfants avaient choisi d’autres voies que celle de la religion et, en général, très peu d’Orokaiva optent pour le sacerdoce. Les prêtres anglicans ou les pasteurs protestants qui exercent dans la province Oro sont quasiment tous originaires de régions éloignées et locuteurs d’autres langues. C’est face à cette incapacité à transmettre le fruit de son travail et de sa réflexion que Lucian a écrit ce livre.

23Quelle est la nature de ce texte ? Il y a bien entendu plusieurs réponses à cette question. J’avais demandé à Lucian d’écrire une autobiographie. Mais l’ouvrage qu’il m’a donné ne ressemble qu’imparfaitement à ce genre littéraire puisqu’il comprend une grande partie mythico-historique. Pour les Papous, c’est également un texte hybride puisqu’il est écrit et donc fixe, alors que leurs récits sont uniquement oraux et, par conséquent, en perpétuelle transformation. De plus, il ne ressemble que partiellement à un texte mythico-historique habituel : là où ce type de texte rend compte de faits bruts, Lucian émet sans cesse des jugements éthiques. Il y réitère donc ce qu’il n’a cessé de faire tout au long de sa vie, à savoir combiner deux traditions distinctes pour produire une vision originale et personnelle du monde. Rompu à cet exercice et sachant où il va, il développe son récit avec assurance. Le manuscrit qu’il m’a confié ne comportait aucune rature, comme celui des Liaisons dangereuses de Laclos que j’ai eu la chance de voir un jour à la Bibliothèque nationale.

24Pour le lecteur français, grâce à la nature hybride de son texte, Lucian entrouvre les portes d’un mode de vie et d’être inconnu. Il expose une perception papoue du monde, dans une forme accessible aux étrangers et qui leur permet même, parfois, de s’identifier aux personnages du récit.

25Mais sur le fond, il ne fait aucune concession, car chaque mot, chaque expression, chaque tournure évoque un cosmos, une vie sociale, un contexte familial et une forme de personne humaine proprement orokaiva. J’ai essayé, par-delà la traduction, de rendre cette vision accessible dans son ensemble, même si de nombreux détails se sont perdus au passage.

26Sur le plan formel, si le texte de Lucian nous paraît familier, c’est qu’il emploie un procédé que nous connaissons bien, celui que Montesquieu met en œuvre dans ses Lettres persanes. Dès les premières lignes, il utilise ce qu’il a de plus occidental en lui-même pour se rendre étranger à ses propres ancêtres et les mettre à distance. Tel un Persan, il les dépeint comme des êtres tout à fait primitifs, qui n’ont rien à voir avec lui. Il nous les rend ainsi parfaitement exotiques. Partant de ce passé étrange et lointain, il glisse ensuite au fil de sa plume vers le présent en nous rapprochant progressivement des personnages qu’il décrit. L’identification entre eux et nous culmine lorsqu’il nous fait partager le calvaire de ceux qui mettent volontairement fin à leur vie. L’épouse maltraitée par son mari se tue. L’exotisme est clos. Lucian entame alors le récit de sa propre vie. Ici, nous sommes à la fois proches et éloignés de lui, comme le sont aussi les souvenirs de notre propre enfance, incarnés et impalpables.

27Mais ce livre est aussi une hagiographie. Il raconte la vie d’un homme qui ne souhaitait pas consacrer sa vie au service de Dieu. Pourtant, à chaque fois qu’il tente d’échapper à son destin, pour suivre sa propre volonté, Dieu le force à revenir vers lui. Je ne veux pas vous gâcher le plaisir de découvrir ces péripéties sous la plume de Lucian, aussi je n’en dirai pas plus.

28Qu’a voulu faire cet homme avec son ouvrage ? Dès la première ligne, son objectif est bien défini, même s’il n’apparaît au lecteur qu’à la fin du texte. Ses compatriotes, les Orokaiva, se plaignent sans cesse de ce que Dieu ne répond jamais à leurs prières. Ils le soupçonnent de ne commercer, comme celui de l’Alliance, qu’avec ceux qui ont conclu un pacte avec lui, c’est-à-dire les Blancs. Ou pire encore, ne serait-ce pas ces derniers qui interceptent le fruit des prières orokaiva et le gardent pour eux ? N’est-ce pas pour cela qu’ils sont si insolemment opulents, en bonne santé et arrogants ? Voilà ce qu’on dit dans les villages orokaiva.

29Alors Lucian répond à ces rumeurs. D’abord, il démontre, quoi qu’on en pense, qu’on vit infiniment mieux aujourd’hui qu’au temps des ancêtres. Ensuite, il prouve que dans sa vie à lui, Dieu est toujours intervenu, à chaque moment, chaque jour. Il en conclut : nous, les Orokaiva, sommes aveugles à la manière dont ce Dieu intervient dans notre existence, car il n’existe rien d’équivalent dans nos coutumes. Nous espérons une réponse à nos prières, semblable à celles que donnent nos ancêtres. Mais ce Dieu répond d’une autre façon et, pour peu qu’on ouvre les yeux, il est possible de le voir.

30Lucian est-il un homme pris en étau entre deux cultures ? S’est-il mis au service des Blancs pour répandre leurs croyances et, sans doute, leur domination ? Ou bien est-ce un homme de foi qui se bat pour ses convictions tout en s’évertuant à sauvegarder le legs de ses ancêtres orokaiva ? Ce texte vous permettra d’en juger, je l’espère.

31En tout cas, pour ma part, je dois reconnaître que Lucian a changé ma vie. Quand je suis arrivé au village de Jajau, en 1980, David, celui qui allait, quelques jours plus tard, devenir mon père adoptif, était absent de chez lui. Il s’était rendu au village d’origine de sa femme, morte en couche avec son bébé, quelques années auparavant, afin d’effectuer les dernières cérémonies du cycle funéraire. Une fois sa tâche accomplie, il s’était mis en route pour rentrer chez lui. Il était triste et pensait à ceux qu’il avait perdus. En chemin, il tomba sur Lucian qui lui dit : « Un garçon blanc est arrivé chez toi. Ce n’est pas un garçon comme les autres, ce n’est pas un touriste. C’est ton propre fils qui est revenu. » En rentrant à Jajau, David retrouva un fils et moi j’ai rencontré un père exceptionnel qui m’a guidé dans mes recherches anthropologiques et plus encore, jusqu’à sa mort en 2015.

32On trouvera ci-dessous une bibliographie comprenant quelques ouvrages concernant les Orokaiva et la référence à deux films documentaires qu’en compagnie d’Eytan Kapon, je leur ai consacrés, et où Lucian apparaît largement.

33André Iteanu

34Paris, 2017.

Haut de page

Bibliographie

Livres

BASHKOW IRA, 2006.
The Meaning of White men. Race and Modernity in the Orokaiva Cultural World, Chicago, University of Chicago Press.

—, 1930.
Orokaiva Society, Oxford, Oxford University Press

ITEANU ANDRÉ, 1983.
La Ronde des échanges. De la circulation aux valeurs chez les Orokaiva, Paris & Cambridge & New York, Éditions de la Maison des sciences de l’homme & Cambridge University Press.

ITEANU ANDRÉ & ÉRIC SCHWIMMER, 1996.
Parle et je t’écouterai. Récit et traditions des Orokaiva de Papouasie-Nouvelle-Guinée, Paris, Gallimard.

JOHNSTON ELIN, 2003.
Bishop George. Man of Two Worlds, Melbourne, Currency Communications Australia.

SCHWIMMER ÉRIC, 1973.
Exchange in the Social Structure of the Orokaiva. Traditional and Emergent Ideologies in the Northern District of Papua, London, C. Hurst & Co.

WILLIAMS FRANCIS EDGAR, 1928.
Orokaiva Magic, Oxford, Clarendon Press.

Films documentaires

ITEANU ANDRÉ & EYTAN KAPON, 2002.
Lettre aux morts, Paris, Culture production / CNRS images / ministère de la Culture et de la Communication, 61 minutes.

ITEANU ANDRÉ & EYTAN KAPON, 2009.
Reviens demain, Paris, Comité du film ethnographique, 70 minutes.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16688/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 1. Lucian Vevehupa, 2017
Crédits Photo : André Iteanu
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16688/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 795k
Titre Fig. 2. Le manuscrit de Lucian Vevehupa
Crédits Photo : André Iteanu
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16688/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 3. Carte de la Papouasie-Nouvelle-Guinée
Crédits Image libre de droits
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16688/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Fig. 4. Quand l'anthropologue pose une question embarrassante
Crédits Photo : André Iteanu
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16688/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5. Les bijoux et les sacs qui constituent une partie des prestations échangées à l’occasion des mariages
Crédits Photo : André Iteanu
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16688/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 6. Lucian Vevehupa 2017
Crédits Photo : André Iteanu
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/16688/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 749k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucian Vevehupa et présentation d'André Iteanu, « L’homme qui ne devait pas mourir », Terrain [En ligne], Portraits, mis en ligne le 20 juin 2018, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/16688

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals