Navigation – Plan du site

De la figure à l’écriture

Tradition iconographique et naissance du hiéroglyphique en Crète minoenne
Silvia Ferrara
Traduction de Rémi Hadad
p. 82-103
Cet article est une traduction de :
From icon to sign

Résumé

Restituer les conditions d’émergence autonome d’un système de transcription du langage, en Crète, au tournant du troisième et du deuxième millénaire avant notre ère, tel est l’enjeu de cet article. L’auteure propose de mettre les plus anciennes traces écrites de l’île en perspective avec la transformation des règles de la figuration sur les sceaux gravés des époques pré- et proto-palatiale, dont les motifs évoluent vers des représentations iconiques, des codifications ordonnées et des expressions symboliques. Bien que l’écriture hiéroglyphique minoenne demeure indéchiffrable, l’analyse des inscriptions permet de distinguer quelques éléments de structure sémantique et d’identifier le moment où s’établit une forme de codage phonétique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article constitue une version traduite et remaniée du texte original de Silvia Ferrara, publié (...)

1La question de la plus ancienne écriture en Europe reste nimbée d’incertitude1. Il y a 4 000 ans, en Crète, un système de transcription se met en place sans que l’on sache quelle langue il codait. Les chances de lever ce mystère sont minces. Environ une douzaine de systèmes d’écriture antiques demeure indéchiffrée dans le monde, dont trois peuvent être connectés au monde égéen. Il s’agit, dans l’ordre d’apparition, du hiéroglyphique crétois, du linéaire A et du chypro-minoen. Cet article se concentre sur le plus ancien d’entre eux.

2Si un véritable déchiffrement des hiéroglyphes crétois (et de la langue qu’ils retranscrivaient) paraît très incertain au vu des sources disponibles, un renouvellement pluridisciplinaire du cadre d’analyse peut aider à mieux comprendre les conditions dans lesquelles émerge ce système et, ainsi, à ébaucher quelques pistes de décryptage. Cet article entend conjuguer les perspectives de l’archéologie, de l’art, de la linguistique et de la cognition pour restituer le paysage qui a vu naître ce phénomène complexe.

  • 2 Un logogramme est un signe ou caractère unique représentant un mot ou un morphème, c’est-à-dire la (...)
  • 3 Voir tableau chronologique.

3Après avoir exposé le contexte archéologique dans lequel les premières inscriptions – ou reconnues comme telles – ont été retrouvées en Crète, il s’agira plus précisément d’analyser l’iconographie et les motifs qui ont pu servir de base à ce système de transcription. Grâce à un examen des caractéristiques des « formules » les plus couramment attestées et répétées au cours de la période dite « proto-palatiale », il apparaîtra possible d’attribuer certaines catégories sémantiques – logogrammes ou déterminatifs2 – aux signes gravés sur les sceaux, pour y reconnaître les premiers codages phonétiques annonçant la naissance d’un système d’écriture pleinement développé au cours du Minoen II, après une phase longue et graduelle de gestation3.

La plus ancienne écriture crétoise ?

Fig. 1.  Carte du site du cimetière de Phourni, Archanès, Crète, 2018

Fig. 1.  Carte du site du cimetière de Phourni, Archanès, Crète, 2018

Croquis : Silvia Ferrara

4La nécropole de Phourni est située au nord de la Crète centrale, non loin du village d’Archanès. Agrégeant des tombes de différents types architecturaux et un large éventail d’assemblages funéraires, il s’agit de l’un des cimetières les plus complexes de l’île. L’occupation atteint son paroxysme au cours du Minoen moyen IA, juste avant que n’apparaissent les célèbres palais de Knossos, Malia ou Archanès. La plus ancienne trace d’écriture connue en Crète date précisément de cette période décisive de transition, lorsqu’elle fut gravée sur une série de sceaux accompagnant les défunts de Phourni.

5La monographie concernant le site mentionne un total de sept sceaux à hiéroglyphes découverts dans la partie fouillée de la nécropole (Sakellarakis & Sapouna-Sakellaraki 1997 : 327). En l’absence de publications détaillées, une étude rigoureuse de leur contexte archéologique et de leur localisation reste malheureusement impossible. Seules quatre de ces inscriptions, dont trois issues du même bâtiment 6, ont donc pu être incluses à l’inventaire établi par Jean-Pierre Olivier et Louis Godart : le Corpus Hieroglyphicarum Inscriptionum Cretae (désigné par l’acronyme CHIC).

  • 4 CHIC #315, #252, #202, #251. Les sceaux présentés dans cet article sont regroupés en deux planches (...)
  • 5 CHIC #134, #137, #179, #201, #205, #203, #292, #313 ; Schoep 2006 : 45.
  • 6 Olivier et Godart différencient cependant ces occurrences tardives de la « formule d’Archanès » à (...)

6Les signes incisés sur ces sceaux4 ne furent toutefois considérés comme de l’écriture qu’à titre particulier. Sous l’appellation sui generis d’« écriture d’Archanès » (Yule 1980), ces inscriptions pré-palatiales sont distinguées tant du hiéroglyphique à proprement parler (malgré la similitude des signes) que du linéaire A, le système d’écriture syllabique, pour partie homomorphique et également indéchiffré, qui finira par s’imposer dans la Crète néo-palatiale. Les quatre objets présentent tous une même formule hiéroglyphique, dite « formule d’Archanès », que l’on retrouve plus tard gravée sur des sceaux5 jusqu’à Samothrace6, et qui continuera même d’apparaître, avec quelques changements déterminants toutefois, sur de la vaisselle votive inscrite en linéaire A de l’époque néo-palatiale (Godart 1999 ; Anastasiadou 2016).

Fig. 2. Gravures du sceau à 14 faces d’Archanès

Fig. 2. Gravures du sceau à 14 faces d’Archanès

Source : CHIC #315

  • 7 Voir le tableau de correspondance en fin d’article.

7Par convention, on qualifie d’inscription toute association d’au moins deux signes successifs dans une séquence à l’orientation cohérente. À Phourni, celles-ci sont gravées sur les différentes faces d’un même sceau. Avec ses 14 pans gravés, l’un d’entre eux constitue un type unique en son genre (faces a à n). La formule d’Archanès – [óh/h¢R]7 – s’y déploie sur deux tampons consécutifs d’une même rangée (i, j), tandis que le caractère hiéroglyphique des figures recouvrant les autres faces est impossible à affirmer avec certitude. L’échantillon est trop faible et répétitif, le répertoire de signes trop réduit, pour qu’il soit possible de reconnaître dans ces manifestations précoces l’expression d’un système déjà complet et autonome. Différents indices pointent toutefois vers un phénomène que l’on pourrait qualifier, équivoquement, d’écriture « iconique ».

8Il est possible que la diffusion de la culture égyptienne de l’écrit ait joué un rôle dans l’émergence d’un mode de représentation visuelle penchant ainsi vers la transcription linguistique. Mais aucune trace d’un modèle exogène ne peut être décelée dans les phases initiales de l’écriture hiéroglyphique crétoise. Si Arthur Evans, le fondateur de l’archéologie minoenne, crut d’abord y voir des « imitations grossières, travesties ou imparfaites des inscriptions égyptiennes » (1894 : 316), il est désormais clair que les similitudes n’étaient que fortuites. La qualification même de « hiéroglyphe » est trompeuse. Elle n’a pour seule fin que d’insister sur le principe iconique commun aux deux systèmes, et sur l’importance de la dimension picturale dans la production formelle des signes.

  • 8 Trois selon Phillips 2008 : 30-42, deux selon Sakellarakis & Sapouna-Sakellaraki 1997 : 357.
  • 9 Cat. no 50 in Phillips 2008 (HM 464). Voir aussi CMS II, 1 : 468, no 395.

9Des scarabées égyptiens ou d’inspiration égyptienne sont néanmoins présents en Crète minoenne, y compris à Phourni8. Aux côtés d’autres types d’artefacts – vaisselle de pierre, sistres, amulettes ou pendentifs –, ils témoignent de la vivacité des liens transméditerranéens avec le Moyen Empire (Pini 2000 ; Weingarten 2005). Que le plus ancien scarabée importé de l’île ait été précisément retrouvé dans le bâtiment funéraire 6, dans la même pièce que le sceau à 14 faces et la plupart des autres inscriptions d’Archanès, n’a sans doute rien de fortuit9. Sous son socle, un motif indéchiffrable pourrait bien représenter des formes imitant l’égyptien. Pour autant que je sache, ce détail n’a pas reçu l’attention qu’il mérite. Mais si les Crétois de cette époque avaient connaissance de l’écriture hiéroglyphique égyptienne, leur niveau réel de compréhension reste donc hypothétique.

  • 10 Bien qu’il ne puisse véritablement compter comme inscription dans le corpus, ce motif pourrait rep (...)
  • 11 Sur ces deux objets, comme sur le sceau cylindrique du bâtiment 6, les sistres sont accompagnés de (...)
  • 12 Selon Phillips, ce sistre correspond à un type à arc supérieur fermé inconnu dans la culture matér (...)

10Dans ce même espace, un sceau en os sculpté en forme de mouche semble quant à lui un peu plus ancien (Minoen ancien III/moyen IA). Bien que cette forme soit courante en Égypte, l’objet est de facture insulaire et le style d’inspiration locale. Les symboles gravés à la base rappellent cette fois-ci fortement le répertoire de l’écriture hiéroglyphique crétoise (en l’occurrence les signes [L], [¨] et un motif bifoliacé)10. Et ils ne sont pas les seuls dans ce cas. Absents du CHIC, puisque ne présentant pas d’inscriptions univoques, les objets retrouvés dans le même horizon chronologique sont répertoriés dans le Corpus der Minoischen und Mykenischen Siegel (abrégé CMS). Aux côtés du sceau en forme de mouche (CMS II, 1, 379), on trouve un sceau cylindrique aux 
caractéristiques peu communes (CMS II, 1, 392). Creux, le cylindre est recouvert de deux opercules en os renforcés par des rivets. Selon les fouilleurs, l’objet était « peut-être conçu pour renfermer des substances magiques » (Sakellarakis & Sapouna-Sakellaraki 1997 : 677). Quelle que soit sa fonction exacte, l’objet se distingue, comme le sceau à 14 faces, par la gravure d’un sistre symbolisé sur la fine surface de l’un des opercules (face d). Ce détail fait écho à d’autres découvertes. 
À Phourni, cet instrument est représenté au moins quatre autres fois, dont deux sur des sceaux à inscriptions hiéroglyphiques (ibid. : 329-330)11. Dans le bâtiment funéraire 9, c’est un véritable sistre en argile qui a été découvert accompagnant l’inhumation d’un enfant dans une grande jarre en forme de pithos12.

11Que signifie dans ce contexte 
l’association de l’objet matériel et de sa représentation ? Cette digression sur la figure du sistre interroge le statut des glyphes qui ne sont pas juxtaposés à d’autres dans une série univoque. Si l’on adopte la définition minimale exprimée plus haut, une seule inscription peut être identifiée avec certitude
sur le sceau à 14 faces. De cette précaution interprétative, Olivier et Godart ont fait une vérité établie en excluant de leur corpus toutes les autres faces du sceau qui, comme celle au sistre, ne sont présumées porter qu’une iconographie dénuée de signification épigraphique (CHIC #315 : 291). Les fouilleurs Sakellarakis et Sapouna-Sakellaraki adoptent une position moins définitive à l’égard de ces symboles isolés. Mais s’ils acceptent
 d’y voir d’éventuels « hiéroglyphes individuels », ils ne considèrent pas pour autant sérieusement la possibilité d’une valeur phonologique ou logographique (1997 : 328).

12Une main et une jambe sont aussi représentées sur le sceau à 14 faces (faces l, n). Or ces éléments, tout comme le sistre, possèdent une équivalence dans le répertoire hiéroglyphique crétois (respectivement, les signes [O], [V], [x] ; CHIC : 17). Il n’y a aucune raison de considérer a priori
qu’ils n’aient pas été employés de la même façon dès le pré-palatial 
d’Archanès. La face m montre quant à elle un homme tenant un panier qui, selon Sakellarakis, se retrouve à l’identique sur la face f. Aussi, il est tentant de voir dans toutes ces figures d’authentiques logogrammes. Il serait alors possible d’identifier les rangées (faces d, e, f ; l, m, n) comme des séries dont une interprétation phonétique, malgré le caractère « isolé » de chacun des glyphes, n’est pas à exclure. Il est moins vraisemblable, toutefois, que ce soit également le cas des quadrupèdes de la dernière rangée (faces a, b, c), ou de la rosette de l’extrémité (face k). Leur similitude imparfaite et le trait décoratif tendraient à contredire une fonction sémiographique (Krzyszkowska 2005 : 71). Mais la frontière entre art et écriture, on le voit, est loin d’être aisée à tracer.

13Le sceau à 14 faces d’Archanès nous plonge donc au cœur de la question qui nous intéresse ici : quand une image devient-elle un signe ? Le problème est plus aigu encore lorsque le glyphe ne participe pas à une inscription au sens strict du terme. En l’absence de contexte ou de l’association avec d’autres signes, il est en effet impossible de savoir s’il représente quelque chose phonétiquement. Et puisque cette réserve s’étend potentiellement à toutes les figures isolées sur les sceaux crétois, elle complique considérablement la question cruciale de savoir quand et où commence la transcription du langage sur l’île. Est-il possible d’établir des critères permettant de séparer l’art de l’écriture, l’iconographie de la transcription ?

  • 13 Godart 1999 ; Karnava 2000 ; Anastasiadou 2016.

14À cet égard, les plus anciennes incursions crétoises connues vers un système d’écriture potentiel sont particulièrement complexes. La formule d’Archanès est composée de cinq « signes » : certains sont très abstraits, comme le dénommé « calmar » [h], d’autres très clairement figuratifs, comme la hache à double tranchant [ó] ou la cruche [R]. Sans rentrer dans les débats terminologiques et épigraphiques sur l’attribution de cette formule au hiéroglyphique stricto sensu ou au linéaire A13, il est toutefois possible d’en conclure que, si des signes figuratifs et abstraits sont ainsi combinés dans une même formule, c’est sans doute que la transcription fonctionne déjà à un niveau où le signe a cessé de n’être que pure représentation pour endosser un rôle de stylisation graphique (sceaux 
o, p, q), et ce quel que soit le langage en question.

Fig. 2bis. Faces de sceaux

Fig. 2bis. Faces de sceaux

Source : CHIC #252 ; #202 ; #251 / CMS II 8,38 ; VI, 131 ; VII, 34 ; X, 380 ; XII, 109 ; VI, 136. © CMS Heidelberg

15Comme nous l’avons remarqué plus haut, les auteurs de ces inscriptions pré-palatiales évoluaient dans un monde où ils étaient sans doute eux-mêmes en contact avec des systèmes d’écriture déjà bien établis. Mais le répertoire utilisé, tout comme le processus cognitif sous-tendant la phonétisation (qu’on abordera plus tard), sont des inventions originales plutôt que des emprunts revisités. La forme des signes continuera de dénoter un haut degré d’iconicité jusqu’au Minoen moyen III, du moins dans l’échantillon fourni par les sceaux, tandis que les notations syntaxiques resteront minimales. Il en ressort que le système hiéroglyphique crétois, pris dans cette totalité englobant l’écriture d’Archanès, semble bien être le résultat d’une gestation indépendante d’influences extérieures directes (Ferrara 2015).

16Si l’on part du principe que l’écriture crétoise est ainsi le produit d’un développement endogène plutôt que d’un emprunt extérieur, il reste donc à se pencher sur le contexte qui rend cette formation possible. Est-il possible d’identifier dans le substrat des caractéristiques à même d’amorcer une telle trajectoire vers l’émergence de l’écrit ?

Les sceaux comme précurseurs de l’écriture

17En Mésopotamie comme en Égypte, les plus anciennes occurrences d’écriture ne reposent pas sur la transcription de la parole. Il en est de même pour la première phase du hiéroglyphique anatolien (Marazzi 1990) ainsi que pour l’écriture pré-Maya (Houston 2004) : leur fonction n’était vraisemblablement pas d’enregistrer une langue en particulier, mais d’avoir un effet « emblématique », un peu à la manière de pictogrammes. Souvent qualifiés de « proto-écritures », ces systèmes ne sont donc pas directement liés au langage parlé. Ce que le signe représente graphiquement est fondamentalement la même chose que ce qu’il signifie sémantiquement.

  • 14 Voir Krzyszkowska 2005 ; Anastasiadou 2011.
  • 15 Voir Decorte 2017.

18Les études consacrées aux hiéroglyphes crétois n’ont abordé que de manière très limitée leur émergence en relation avec les usages pré-
littéraires et plus généraux des symboles ou des images. Comme s’il s’agissait de deux sphères relevant de champs d’analyse bien distincts, une séparation aussi tranchée qu’artificielle y sépare l’écrit de tous les autres types de motifs gravés sur les sceaux. D’un côté, les études les plus approfondies du système hiéroglyphique, comme le CHIC, se sont contentées d’y voir un pur système d’écriture. De l’autre, les travaux portant sur la glyptique ont eu inversement tendance à se limiter aux questions de style et d’iconographie14. Une véritable analyse intégrée des sceaux, de leurs motifs et des hiéroglyphes demeure un vœu pieux de la recherche15.

19Établir une telle relation entre iconographie sigillaire et répertoire de signes est pourtant nécessaire si l’on veut étudier le hiéroglyphique crétois comme un système sémiotique étendu qui – comme le proto-cunéiforme ou le proto-égyptien – aurait moins à voir avec la stricte transcription d’un langage parlé
qu’avec la transmission « pictographique » d’un message. Il s’agit donc de se pencher sur les traditions
 iconographiques pré-littéraires, afin d’évaluer leur rôle potentiel comme toile de fond visuelle dans le développement des facultés d’écriture et de déchiffrement.

  • 16 Voir Baines 2004.

20L’étude des traditions artistiques mésopotamiennes ou égyptiennes a su mettre en relief une imbrication de longue date avec les systèmes
de transcription émergents. Le type d’expression symbolique qui se développe avec l’écriture, ou en même temps qu’elle, apparait comme une modalité particulière de pratiques plus larges de représentation visuelle. Une telle intégration de l’image et du texte est caractéristique du décorum traditionnel égyptien16 : les « étiquettes » de la tombe U-j d’Abydos, par exemple, illustrent parfaitement les racines pictographiques de l’écriture hiéroglyphique à un stade encore non phonétique (Dreyer 2011). De même pour l’imagerie des sceaux mésopotamiens des périodes d’Uruk IV et III (Green 1981) : qu’elle soit très schématique ou caractérisée par un mode plus complexe de figuration, la narration visuelle y reproduit le même type d’ordonnancement caractérisant l’écriture proto-cunéiforme (Pittman 1994). Une même trame cognitive unit les deux modes d’expression comme deux faces d’un système sémiotique plus large. Son principe fondamental réside dans la standardisation de signes invariants, représentés de manière ordonnée afin d’assurer la lisibilité des unités individuelles et de leurs compositions. Compte tenu du peu de dépendance entre ces signes et la langue, un pictogramme peut aussi bien endosser le rôle de déterminatif, de logogramme ou d’idéogramme, que s’articuler à des signes, des images ou des formes non linguistiques de l’agir communicationnel. Un même réservoir iconographique alimente ainsi le développement parallèle de l’écrit et de la figuration.

  • 17 L’ivoire, en l’occurrence des canines d’hippopotame, continue toutefois d’être importé d’Égypte en (...)

21Or une telle imbrication s’observe également dans le contexte crétois. Au cours du Minoen ancien II, les sceaux sont dominés par des motifs décoratifs et géométriques, par des spirales et des cercles associés à des hachures croisées ou d’autres formes abstraites. Ce fonds iconographique présente une grande homogénéité stylistique avec, globalement, une très faible tendance à l’individualisation (Decorte 2017). Mais au cours du Minoen ancien III/moyen IA, la glyptique connaît une transformation majeure caractérisée par une diversification, peut-être due à la volonté des villages de se démarquer dans le contexte de compétition croissante précédant l’apparition des centres palatiaux. Les collections les importantes de cette époque, issues du cimetière d’Archanès et des tombes
A et B de Platanos (Galanakis 2005 : 23), attestent du déclin progressif de l’ivoire au profit de l’os, de la pierre et de la dénommée « matière blanche17 » (Pini 2000). De nouveaux motifs viennent rompre l’uniformité des sceaux de la période précédente : les scènes mêlant motifs floraux, animaux, insectes et quelques humains prédominent désormais. Les ornements schématiques, linéaires ou spiralés, ne continuent d’être privilégiés que sur des sceaux zoomorphes dont la facture complexe en trois dimensions contraste avec la simplicité des motifs à leur base (Galanakis 2005 : 24).

22Ce style introduit aussi de nouvelles modalités d’agencement : torsion dans le sens horaire, étirement et enchevêtrement du motif, lignes de cadre ou de séparation (Wiencke 1981). Un principe syntaxique perce notamment à travers le remplissage ou la duplication de certaines figures (insectes, spirales ou « lions paradant »). Cette tendance à l’organisation ordonnée, symétrique et schématique d’éléments multiples est particulièrement significative du point de vue cognitif en ce qu’elle implique un mouvement préliminaire vers des schèmes narratifs.

23Cette époque témoigne donc à la fois d’une transformation du mode de représentation et d’une forte inflation du répertoire de formes gravées sur les sceaux. Bien que les données demeurent très sommaires pour le Minoen moyen I, elles suggèrent la constitution d’un substrat formel favorable au développement de l’écriture par l’ordonnancement progressif des motifs. Les sceaux commencent en effet à associer différentes figures pour former des unités narratives. Ce type de compositions iconographiques, encore émergentes au Minoen moyen I, s’épanouit à une autre échelle au cours de la période suivante. Celles-ci mettent généralement en scène une figure humaine en action – marchant, pêchant, portant des cruches, tirant à l’arc, foulant le raisin ou façonnant une poterie au tour (Yule 1980 : 119-120).

24Cette tendance à l’ordonnancement se retrouve dans la duplication successive des figures particulières – hommes, bateaux, poissons, 
bucranes, araignées, spirales, ânes, têtes de chèvres, faces de chat, etc. – pour former des séquences emphatiques où elles apparaissent parfois tête-bêche ou dans des directions opposées.

  • 18 Parmi ceux-ci, Olivier et Godart retiennent toutefois les cas les « moins évidemment » décoratifs (...)

25De façon frappante, les figures qui tendent à être les plus dupliquées sont précisément celles qui deviendront, à terme, des éléments constitutifs de l’écriture hiéroglyphique crétoise (à l’exception, peut-être, de la spirale et du poisson). L’attribution de certains de ces éléments, tels que l’homme ou la face de chat, au répertoire hiéroglyphique fait certes débat. Toujours est-il qu’Olivier et Godart en excluent une grande majorité de leur corpus sur la base qu’ils ne peuvent être – au mieux – que des « décorations éventuellement signifiantes18 » (CHIC : 13), y compris ceux qu’Evans avait intégrés à sa classification originelle (1909, fig. 102-103) comme les chats représentés en entier ou seulement de face (voir plus récemment Jasink 2009). Que ces listes soient valides ou non, la correspondance entre figures
dupliquées et signes littéraires n’a certainement rien d’anodin : elle dénote le saut cognitif du pictographique à l’idéographique, de l’iconique au symbolique. La répétition des séquences ne fait que renforcer cette même inclination à la connexion de l’iconique à l’abstrait qui sous-tend le passage du signe écrit à l’objet signifié (Robertson 2004 : 25).

26Lorsqu’une écriture complète émerge au terme de cette trajectoire graduelle au Minoen moyen II, les compositions pictographiques fleurissent et se révèlent dans toute leur complexité. Le répertoire s’enrichit alors au point que « presque toutes les créatures des terres, des mers et du ciel » font leur apparition dans la glyptique (Krzyszkowska 2005 : 89 ; Yule 1980 : pl. 1-18). Les faces des sceaux en pierre se peuplent d’humains représentés en pied, de bucranes, de quadrupèdes, d’oiseaux d’eau, de scorpions et d’araignées. L’écriture minoenne s’intègre parfaitement à cet arrière-plan iconographique.

27Les sceaux en pierre tendre de Malia constituent la principale collection de cette période. Dans une étude systématique de plus de 700 objets, des prismes à trois côtés pour la grande majorité, Maria Anastasiadou (2011) a distingué trois types de motifs : figuratifs ou descriptifs (objets du monde physique), ornementaux (formes abstraites) et hiéroglyphiques. Or, selon elle, les images descriptives ou ornementales présentes sur les différentes faces d’un même objet peuvent être « lues » ensemble (2013). Autrement dit, un ordre logique et une sémantique cohérente structurent l’agencement des différentes images d’un même prisme. Bien que les hiéroglyphes se limitent à un petit pourcentage de ces sceaux, ils tendent statistiquement à tous interagir à un moment donné avec d’autres types de motifs. Il est impossible d’affirmer avec certitude qu’ils participent alors à un même schème narratif ou de postuler que l’inscription ainsi conjuguée prend un sens particulier. Mais il l’est tout autant de réduire ces éléments iconographiques à de simples décorations réalisées pour personnaliser le sceau, en l’affiliant à un individu particulier par exemple, et de considérer ainsi qu’ils n’étaient pas destinés à être « lus » et compris comme une partie du message transcrit. Le caractère « pictographique » des séries autorise en effet une interprétation ambivalente : en l’absence de référents phonétiques, les signes peuvent aussi bien être rattachés au registre de l’écrit qu’à celui de la représentation figurative. Les trois grands types de motifs se recoupent dans les faits : ainsi que le reconnaît Anastasiadou, « le déficit de connaissance quant au contexte culturel et intellectuel complique, voire interdit, l’identification de la nature des formes gravées » (2011 : 163). Tout en gardant à l’esprit cette irrémédiable part d’ombre, est-il possible d’établir une méthode évitant cet écueil ?

28Une manière de se défaire de ce problème consiste à étudier toutes les occurrences de signes isolés, sur les sceaux à face unique comme sur les faces d’un sceau multiple, faisant également partie du répertoire hiéroglyphique. Est-il possible de déterminer si elles constituent d’authentiques inscriptions – bien que réduites à un seul signe contrairement à leur 
définition conventionnelle – destinées à être lues phonétiquement plutôt qu’appréhendées comme une simple image ?

Codage phonétique et classes sémantiques

  • 19 Ainsi que l’a déjà souligné Palaima 1990 : 20-21. Olivier répond à Palaima en affirmant que « tout (...)

29La méthode d’identification du répertoire hiéroglyphique de base sur laquelle se fondent Olivier et Godart part d’une prémisse typologique (CHIC : 12-15). Cette écriture, en effet, n’est pas présente uniquement sur les sceaux, mais aussi et en proportion égale, sur divers objets en argile. Plus d’une centaine d’inscriptions a ainsi été retrouvée sur des nodules, des barres, des médaillons ou, plus rarement, des tablettes (CHIC  #1-122). Ces documents possèdent une dimension archivistique : ils sont exclusivement le véhicule de la trace écrite et non le résultat d’une intention artistique. Ce type de support, affirment par conséquent Olivier et Godart, permettrait d’identifier les signes qui relèveraient d’une véritable écriture destinée à être lue phonétiquement, là où les sceaux gravés mélangeraient écriture et décoration. Les hiéroglyphes représentés dans la glyptique pourraient même ne relever, comme le suggère Olivier, que d’une « écriture ornementale » (1981, 2000). Bien qu’il nuance à l’occasion cet argument, en admettant par exemple que ces traces peuvent être de vraies inscriptions dont la dimension décorative doit toutefois être systématiquement soulignée (1990), c’est pour substantiellement renforcer, dans le même temps, l’idée que les empreintes de sceaux n’existent que comme témoins de l’identification ou de la protection de l’objet ainsi marqué, et non comme médium d’un message écrit particulier. Ce faisant, il échoue cependant à rendre compte des recoupements des mêmes séquences de signes dans les textes archivés et sur les sceaux, ce qu’il avait pourtant lui-même bien remarqué (ibid. : 15), ainsi qu’Evans avant lui (1909 : 260-261). À moins de considérer en retour qu’un décor peut avoir une signification phonétique et que la transcription du langage peut être purement décorative, l’hypothèse d’Olivier selon laquelle l’écriture serait ornementale tout en restant de l’écriture a quelque chose de contradictoire19.

30Cette contradiction n’est pas aisée à lever tant que l’écriture reste indéchiffrée. Certains modèles peuvent toutefois aider à établir des corrélations entre des signes et leur sens potentiel, même lorsqu’il s’agit d’un système non décrypté, et à évaluer ainsi s’il s’agit d’un véritable graphème (plutôt qu’un symbole décoratif ou iconographique). La théorie élaborée par Charles Peirce (1931-1966) permettra ici de rechercher, au sein du corpus glyptique crétois, des fonctions de transcription iconique, de propriété indicielle et de représentations symboliques ou idéographiques. Trois ensembles de données seront ainsi analysés : des glyphes isolés, gravés seuls sur la face de n’importe quel sceau ; des facteurs indiciels permettant de déterminer le sens de lecture ou de distinguer d’éventuelles classes sémantiques ; la classe sémantique potentielle de certains signes, renvoyant à différents niveaux d’abstraction selon qu’ils s’apparentent à des logogrammes ou des déterminatifs.

Icône

31Selon Pierce, une icône est un signe qui, à la manière d’un portrait, représente un objet en vertu d’une « similarité qualitative ou de ressemblance ». La notion de pictogramme rend compte de ce type de relation dans les systèmes d’écriture.

32Puisqu’une inscription est définie par l’agencement d’au moins deux signes consécutifs dans une séquence à l’orientation cohérente, un glyphe utilisé seul se trouve de facto exclu des corpus même s’il correspond à un signe conventionnellement répertorié. Les auteurs du CHIC avaient envisagé de dresser la liste de ces occurrences, mais doutant de la pertinence d’une telle « avalanche de signes », ils ont choisi de ne pas la publier (CHIC : 13, n. 27). Or son utilité relève précisément du nombre élevé d’occurrences répétant une variété limitée de glyphes : bucranes, humains, têtes d’âne, faces de chat et bateaux pour l’époque proto-palatiale. Cet échantillon de signes est assez conventionnel pour les sceaux, seuls certains d’entre eux se rencontrent sur les documents archivés. La question demeure donc de savoir si leur fonction est plutôt figurative ou abstraite. La représentation humaine, par exemple, peut très bien illustrer un contexte et avoir une fonction diagrammatique dans un autre. Comment faire la différence ?

Indice

33Les signes qui établissent une relation de correspondance relationnelle ou causale avec leur objet sont qualifiés d’indices par Pierce. La plupart des
anciens systèmes d’écriture partagent l’usage d’éléments indiciels qui facilitent la lecture en indiquant la logique unissant les différents éléments retranscrits. Ces signes sont définis comme des « icônes diagrammatiques » dans la taxinomie peircienne (Robertson 2004 : 28). Leur fonction à la fois indicielle et déictique se retrouve dans la ponctuation moderne. L’écriture hiéroglyphique crétoise fait quant à elle usage de deux indices qualifiés de stiktogrammes (CHIC : 13, du grec stiksis : ponctuation) : une croix et une barre verticale servent notamment à séparer des mots et, dans le cas de certains documents en argile, des entrées comptables. Dans l’une de ces situations (CHIC #049)
 toutefois, la croix est surimposée à la barre verticale et semble donc redondante. La fonction de cette première semble en fait varier avec la situation d’énonciation.

34Apparaissant souvent à l’extrémité d’une séquence, la croix est réputée indiquer le début d’une inscription et son sens de lecture, afin de « déterminer l’ordre des séries là où il est le moins clair, en particulier sur les sceaux » (Evans 1909 : 251-253). Si l’interprétation de ce stiktogramme comme déictique de l’orientationest concevable pour les séquences les plus grandes, où plusieurs hiéroglyphes se combinent pour constituer un même morphème, une autre explication est nécessaire lorsque la croix accompagne un signe isolé ne nécessitant aucune direction de lecture comme c’est le cas sur de nombreux sceaux à une face (sceaux r à u). Le seul commentaire d’une occurrence de ce type considère que la croix joue alors le rôle d’un « motif de remplissage » (sceau r ; CHIC : 13). Or cette même étude accepte pourtant de l’investir, en certaines occasions, de la fonction de signaler un logogramme (comme lorsqu’elle distingue les signes [s] et [$] sur la barre en argile #53).

35À l’inverse, nous pensons que ces marques n’étaient jamais rajoutées comme élément de décor et qu’elles possédaient toujours une signification sémantique. La croix, en particulier, pourrait être interprétée comme l’indice d’une classe sémantique spécifique, probablement logographique. Cela s’applique aussi aux séquences : ce stiktogramme a en effet d’autant plus tendance à être accolé aux signes d’une inscription que celle-ci est divisée par des motifs intercalaires décoratifs ou des lignes de séparation. Même lorsqu’il est seul sur la face d’un sceau, un signe ainsi distingué a donc probablement pour objectif d’inciter à voir une véritable transcription logographique destinée à être lue, plutôt qu’une figure iconographique à décrypter. Ces glyphes ainsi isolés pourraient représenter des mots monosyllabiques, hypothèse qui ne sera toutefois confirmée que par un déchiffrement définitif.

Symbole

36Pierce appelle symbole tout signe dont la relation avec l’objet signifié repose sur une association générale ou conventionnelle. Cette catégorie est la plus difficile à analyser dans le cadre d’un système d’écriture indéchiffré où les distinctions sémantiques sont difficiles, voire impossibles, à établir. L’agencement des signes sur les sceaux, indépendamment de leur sens, peut toutefois avoir une implication logographique.

37Dans les années 1960, Ernst Grumach (1963-1964 : 375) affirma dans la lignée d’Evans que l’écriture hiéroglyphique crétoise, malgré sa composante syllabique, possédait une forte dimension idéographique. Il proposa de voir dans les signes affixés ou interfixés, le dédoublement des glyphes centraux et les ligatures artistiques, autant d’éléments non phonétiques à même d’appuyer sa conclusion. Il précisera plus tard que de tels ajouts dans une séquence déjà définie s’apparentent
soit à des idéogrammes, soit à des déterminatifs (1968). Quoique cette inférence mériterait d’être soutenue par une analyse statistique prenant en compte d’autres variables, il est fort probable que ce soit en effet le cas de ceux qui apparaissent fréquemment en position « préfixiale », tels que [ó], [f], ou [~].

  • 20 Les transcriptions regroupées dans le corpus mériteraient dans l’ensemble d’être revues. Concernan (...)

38Prenons, par exemple, la hache à double tranchant de type labrys [ó]. Dans les séquences, elle n’apparaît qu’en position initiale : les seules occurrences que CHIC recense en position médiane sont toutes douteuses20. D’autres éléments de contexte renforcent l’hypothèse que ce signe fonctionne de manière différente que ceux qu’il introduit. Les deux exemples des sceaux v et w illustrent deux manières de distinguer le labrys des autres signes dans une même séquence. Sur le premier, la hache est à la fois représentée à 90° et séparée du reste de l’inscription à l’aide d’un ornement intercalaire. On pourrait certes être tenté d’y voir le résultat d’un simple ajustement technique au support, plaçant la dimension la plus importante du glyphe – là où les deux lames se déploient – sur la largeur du prisme afin d’occuper au maximum la surface disponible. Mais cet agencement se retrouve avec une remarquable régularité sur des médaillons et des barres d’argile. Sur le second, la hache reste droite mais est isolée à l’aide de deux barres verticales qui viennent compléter les bordures périphériques pour complètement encadrer le glyphe. Le labrys n’est en fait ni pivoté ni isolé que dans un seul cas : dans la formule d’Archanès, où il participe à une séquence à deux signes [ó][h].

Des formules à déconstruire ?

39Si l’agencement des glyphes peut à lui seul signaler différentes classes sémantiques, il n’en demeure pas moins important de prendre en compte l’ensemble des éléments présents sur la face d’un sceau, que ce soient de véritables signes ou des composants explétifs. La plus sommaire des analyses suffit à constater l’omniprésence d’ornements s’intercalant ou encadrant les séquences. Or, mis à part dans quelques contributions insistant sur l’importance d’une approche holiste (Jasink 2009 ; Decorte 2017), cet aspect a été pour le moins négligé dans les débats sur les hiéroglyphes crétois.

40En l’état, leur répertoire conventionnel ne permet pas une telle approche. Si l’on considère le matériel dans sa totalité, quelques opérations récurrentes se dégagent dans la composition et la disposition relative de l’ensemble des éléments – signes et « décors » – gravés sur les sceaux. Un modèle régulier apparaît alors, combinant la rotation fréquente (à 90 ou 180°) de certains signes, l’usage de petits ornements intercalaires pour en accentuer certains, leur séparation par des bandes, des lignes ou des éléments explétifs – dont quelques signes véritables, généralement qualifiés de « décoratifs » et exclus à ce titre du répertoire. Déjà décrites pour le labrys, ces opérations s’appliquent en fait à une part substantielle du répertoire. Elles pourraient donc fournir des clefs de « lecture » à même d’éclairer notre compréhension des inscriptions, la « logique » de leur composition pour, finalement, distinguer différentes classes sémantiques.

41Contrairement aux syllabogrammes qui composent probablement le cœur des séquences, les glyphes le plus souvent séparés, pivotés ou accentués pourraient alors fonctionner comme des déterminatifs (lorsqu’ils sont placés au début d’une séquence) ou comme des logogrammes (lorsqu’ils sont placés à la fin). En isolant certains signes du reste de l’inscription, les ornements intercalaires tels que les spirales, les points ou les lignes de séparation, assignent quant à eux des propriétés particulières de lecture. Cette ambivalence sémantique révélée par les procédés de distinction ne se limite probablement pas qu’aux logogrammes et aux déterminatifs. Certains des glyphes « décoratifs », d’abord inclus par Evans dans son corpus avant d’être exclus du CHIC, pourraient faire partie du répertoire syllabographique (Jasink 2009). Qu’ils correspondent ou non à de véritables signes, la distribution de ces éléments explétifs semble en effet reproduire des agencements redondants dans différentes inscriptions. Les deux motifs spiralés numérotés 136 et 137 par Evans dans son Scripta Minoa, par exemple, accompagnent souvent deux des formules les plus fréquemment reproduites sur les sceaux, transcrites [i][a] et [i][C].

  • 21 Ce signe est également singularisé sur les documents en argile. Même dans des configurations pourt (...)

42Présent dans chacune de ces séquences, le glyphe i a été décrit par Evans comme une « éventuelle truelle » (1909 : 187) mais rappelle étrangement le profil des sceaux à une face connus sous le nom de Petschaft dans la littérature. Ce signe fait l’objet de l’ensemble des opérations de différenciation décrites plus haut : dans presque toutes les occurrences des deux inscriptions en question, i est formellement séparé du deuxième signe ([a] ou [C]) par une rotation, l’ajout d’un élément explétif ou les deux21. Ce qui était perçu comme une formule élémentaire ne forme en fait que rarement une association indivisible et nécessite peut-être donc d’être déconstruite. Ce mécanisme de découplage est particulièrement marqué dans la séquence [i][C], où il est impossible de reconnaître une configuration de base, réduite à un agencement de deux signes contigus, organisés sur le même axe, partageant la même orientation et privés d’éléments explétifs. Il apparaît par ailleurs que le signe [i] est régulièrement associé, sur des sceaux comme sur des documents en argile, au stiktogramme [X] 
qui, dans ce cas, semble bien signaler la présence d’un logogramme.

43Il en résulte qu’au moins deux des formules hiéroglyphiques les plus courantes du corpus glyptique crétois ne peuvent être « lues » qu’en prenant en compte l’ensemble des opérateurs techniques à l’œuvre dans leur configuration générale. La signification de ces derniers est en effet vraisemblablement autant sémantique qu’esthétique : ils doivent être investis d’une fonction déictique permettant au lecteur de distinguer différents types de signifiés. Mais cela n’est possible qu’à condition d’adopter une nouvelle méthode de « lecture », qui appréhende les séquences – a 
fortiori quand il s’agit de « formules » – par la totalité des signes représentés.

44Une demi-douzaine d’autres « formules » est inscrite sur les sceaux mais absente des archives. Certaines paraissent plus linéaires, plus proches d’une séquence destinée à la lecture. Cela ne signifie pas pour autant 
qu’elles doivent être lues phonétiquement, d’autant qu’elles n’apparaissent pas sur les supports en argile, comme on pourrait s’y attendre. Une fonction logographique paraît bien plus crédible. Cette interprétation, bien sûr, est impossible à démontrer de manière irréfutable. Mais ayant fait état des procédés d’inscription d’une telle propriété sémantique dans les glyphes, rien n’empêche de penser que cela puisse également s’appliquer à une séquence contiguë de signes.

45Cette quête de la logographie et des moyens de l’identifier nous ramène naturellement à la formule d’Archanès. À Phourni, on l’a vu, les cinq signes qui la constituent apparaissent nécessairement répartis sur différentes faces d’un même sceau : les deux premiers signes d’un côté ([ó][h]), le reste ([h][¢][R]) de l’autre. Cette division se retrouve sur beaucoup d’autres supports. Faut-il en conclure que la formule doit être déconstruite en au moins deux séquences différentes ? Elle n’apparaît en tout cas sur aucun document d’argile connu. Une interprétation logographique (plutôt que phonographique) ne doit donc pas être disqualifiée d’avance. La persistance présumée de la formule dans le linéaire A n’écarte en rien cette possibilité. Non seulement les signes ne sont pas tout à fait les mêmes, mais la formule pourrait bien s’y fondre comme un vestige d’une époque passée, transmettant un sens cristallisé dans sa forme, indépendamment des nouveaux codes de la transcription langagière.

L’étincelle de l’invention

46S’il est vrai que la formule gravée sur les faces d’un sceau peut jusqu’à un certain point être déconstruite, il devient alors envisageable d’y identifier des déterminatifs et des logogrammes. Et si l’on peut montrer qu’un certain nombre de signes et de séquences, notamment ceux qui n’apparaissent pas sur les documents en argile, possèdent une fonction logographique, il faut alors considérer que la quantité de lexèmes en jeu est très limitée. Si tout cela est correct, la trajectoire crétoise vers l’écriture ne serait pas très différente de celles mésopotamienne ou égyptienne. Un système d’écriture n’a pas à représenter la gamme sémantique entière du langage parlé, en particulier dans les phases précoces (Damerow 1999). La transcription de formules très formalisées sur des sceaux correspondrait ainsi à une transition cruciale : celle d’une proto-écriture puisant dans un réservoir de glyphes vers une écriture complète dont la coalescence se réalise avec sa transposition standardisée sur des supports en argile.

47Comment expliquer cette chaîne d’évènements comme processus ? Il faut l’appréhender comme un développement graduel fermement enraciné dans une tradition pré-palatiale qui, au tournant du Minoen moyen, se met à générer un fonds iconographique de plus en plus sophistiqué. Ce mouvement se reflète avec plus de netteté encore dans un nouveau canon expressif qui, contrairement aux styles géométriques et abstraits de la fin du Minoen ancien, adopte le principe d’une représentation ordonnée de figures juxtaposées. Ces nouvelles combinaisons paratactiques, répétitives ou symétriques s’organisent de manière hautement suggestive ou narrative (Anastasiadou 2011). Je soutiens ici l’idée que l’étincelle responsable de l’émergence des pratiques d’écriture en Crète est à chercher dans cette matrice dynamique mélangeant cohérence logique et configuration iconique ordonnée, résultat d’une progression graduelle et naturelle vers la codification du langage.

48Dans ce contexte, la formule d’Archanès – si tant est que sa lecture suit une logique iconique, comme on l’a défendu ici – incarne un point de bascule entre proto-écriture et écriture complète. Rien d’étonnant, donc, à ce que l’on tende vers la conclusion que l’écriture crétoise ne devient véritablement phonétique qu’au tournant du Minoen moyen II. Les sceaux du Minoen moyen IB font encore cruellement défaut pour vérifier (ou infirmer) cette hypothèse. Mais tout porte à croire, au-delà du seul développement du système hiéroglyphique, qu’une certaine tradition pictographique dépourvue de syntaxe et d’éléments morphologiquement marqués était présente de longue date sur les faces gravées des sceaux minoens. Une chose paraît sûre : la plus ancienne écriture crétoise recycla l’iconicité de ces représentations et trouva dans ce registre en pleine expansion la dynamique nécessaire à une authentique invention.

Remerciements

49Toute ma reconnaissance va à John Bennet pour ses commentaires sur ce texte et son soutien constant et indéfectible depuis des années. Je remercie également Miguel Valério pour ses nombreuses suggestions et ses remarques très inspirantes.

50Traduit de l’anglais par Rémi Hadad 
(remi.hadad@mae.u-paris10.fr)

Annexe. Tableau de correspondance appels entre crochets/hiéroglyphes crétois

Annexe. Tableau de correspondance appels entre crochets/hiéroglyphes crétois
Haut de page

Bibliographie

ANASTASIADOU MARIA, 2011.
The Middle Minoan Three-Sided Soft Stone Prism. A Study of Style and Iconography, Mayence, Philipp von Zabern, coll. « CMS Beiheft 9 ».

–, 2013.
« Of prisms and pictographs. Searching for patterns in MM II glyptic », Bulletin of the Institute of Classical Studies no 56/1, p. 129-130.

–, 2016.
« Drawing the line. Seals, script and regionalism in Protopalatial Crete », American Journal of Archaeology no 120/2, p. 159-193.

BAINES JOHN, 2004.
« The earliest Egyptian writing. Development, context, purpose », in Stephen D. Houston (dir.), The First Writing. Script Invention as History and Process, Cambridge, Cambridge University Press, p. 150-189.

DAMEROW PETER, 1999.
« The origins of writing as a problem of historical epistemology », Preprint 114 of the Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte, Berlin, disponible en ligne https://cdli.ucla.edu/files/publications/cdlj2006_001.pdf [dernier accès, juillet 2018].

DECORTE ROELAND, 2017.
« Cretan hieroglyphic and the nature of script », in Philippa M. Steele, (dir.) Understanding Relations between Scripts. The Aegean Writing Systems, Oxford, Oxbow Books, p. 33-56.

DREYER GÜNTER, 2011.
« Tomb U-j. A royal burial of Dynasty 0 at Abydos », in Emily Teeter (dir.), Before the Pyramids. The Origins of Egyptian Civilization, Chicago, Oriental Institute of the University of Chicago, p. 127-136.

EVANS ARTHUR, 1894.
« Primitive pictographs and a Prae-Phoenician script from Crete and the Peloponnese », Journal of Hellenic Studies no 14, p. 270-372.

–, 1909.
Scripta Minoa, t. I, Oxford, Clarendon Press.

FERRARA SILVIA, 2015.
« The beginnings of writing on Crete. Theory and context », Annual of the British School at Athens no 210, p. 27-49.

GALANAKIS KONSTANTINOS, 2005.
Minoan Glyptic. Typology, Deposits and Iconography, Oxford, BAR Publishing.

GODART LOUIS, 1999.
« L’écriture d’Archanès. Hiéroglyphique ou linéaire A ? », in Philip P. Betancourt, Vassos Karageorghis, Robert Laffineur & W. D. Niemeier (dir.), Meletemata. Studies in Aegean Archaeology Presented to Malcolm H. Wiener, Liège & Austin, Aegaeum, p. 299-302.

GOETHE JOHANN WOLFGANG VON, 1861.
« Segenspfänder »/« Gages de félicité », in West-östlicher Divan/Divan oriental-occidental, trad. Jacques Porchat, Paris, Hachette.

GREEN MARGARET W., 1981.
« The construction and implementation of the cuneiform writing system », Visible Language no 15, p. 345-372.

GRUMACH ERNST, 1963-1964.
« Studies in the structure of some ancient scripts III. The structure of the Cretan Hieroglyphic script », Bulletin of the John Rylands Library Manchester no 46, p. 346-384.

–, 1968.
« The Minoan libation formula-again », Kadmos no 7, p. 7-26.

HOUSTON STEPHEN D. (dir.), 2004.
The First Writing. Script Invention as History and Process, Cambridge, Cambridge University Press.

JASINK ANNA MARGHERITA, 2009.
Cretan Hieroglyphic Seals. A New Classification of Symbols and Ornamental/Filling Motifs, Pise & Rome, F. Serra.

KARNAVA ARTEMIS, 2000.
The Cretan Hieroglyphic Script of the Second Millennium B.C. Description, Analysis, Function and Decipherment Perspectives, Thèse de doctorat non publiée, Université libre de Bruxelles.

KRZYSZKOWSKA OLGA, 2005.
Aegean Seals. An Introduction, Londres, Institute of Classical Studies.

MARAZZI MASSIMILIANO, 1990.
Il geroglifico anatolico. Problemi di analisi e prospettive di ricerca, Rome, Dipartimento di studi glottoantropologici, La Sapienza.

OLIVIER JEAN-PIERRE, 1981.
« Les sceaux avec des signes hiéroglyphiques. Que lire ? Une question de définition », in Wolf-Dietrich Niemeier (dir.), Studien zur minoischen und helladischen Glyptik, Berlin, Mann, p. 105-115.

–, 1990.
« The relationship between inscriptions on hieroglyphic seals and those written on archival documents », in T. G. Palaima (dir.), Aegean Seals, Sealings and Administration, Liège, Aegaeum, p. 11-24.

–, 2000.
« Les sceaux avec des inscriptions hiéroglyphiques. Comment comprendre ? », in Massimo Perna (dir.), Administrative Documents in the Aegean and their Near Eastern Counterparts, Turin, Paravia scriptorium, p. 141-191.

PALAIMA T. G. (dir.), 1990.
Aegean Seals, Sealings and Administration, Liège, Aegaeum.

PEIRCE CHARLES SANDERS, 1931-1966.
Collected Papers of Charles Sanders Peirce, Cambridge, ReInk Books.

PHILLIPS JACQUELINE, 2008.
Aegyptiaca on the Island of Crete in their Chronological Context. A Critical Review, t. I et II, Vienne, David Brown Book Company.

PINI INGO, 2000.
« Eleven early Cretan scarabs », in A. Karetsou (dir.), Kriti-Egyptos. Politismikoi Desmoi Trion Khilietion Meletes, Athènes, Kapon, p. 107-113.

PITTMAN HOLLY, 1994.
« Towards an understanding of the role of glyptic imagery in the administrative systems of proto-literate greater Mesopotamia », in Piera Ferioli, Enrica Fiandra, Gian Giacomo Fissore & Marcela Frangipane (dir.), Archives before Writing, Rome, Scriptorium, p. 177-203.

ROBERTSON JOHN S., 2004.
« The possibility and actuality of writing », in Stephen D. Houston (dir.), The First Writing. Script Invention as History and Process, Cambridge, Cambridge University Press, p. 16-38.

SAKELLARAKIS JANNIS & EFI SAPOUNA-SAKELLARAKI, 1997.
Archanes. Minoan Crete in New Light, Athènes, Ammos.

SCHOEP ILSE, 2006.
« Looking beyond the First Palaces. Elites and the agency of power in EM III-MM II Crete », American Journal of Archaeology no 110, p. 37-64.

WEINGARTEN JUDITH, 2005.
« How many seals make a heap. Seals and interconnections on Prepalatial Crete », in Robert Laffineur & Emanuele Greco (dir.), Emporia. Aegeans in the Central and Eastern Mediterranean, Liège, Université de Liège, p. 759-766.

WIENCKE MARTHA HEATH, 1981.
« Typology and style of Prepalatial Seals », in Ingo Pini (dir.), Studien zur minoischen und helladischen Glyptik, Berlin, Mann, coll. « CMS Beiheft 1 », p. 251-261.

YULE PAUL, 1980.
Early Cretan Seals. A Study of Chronology, Mayence, Philipp von Zabern.

Haut de page

Notes

1 Cet article constitue une version traduite et remaniée du texte original de Silvia Ferrara, publié en anglais sur notre site conjointement à cette version. Nous avertissons le lecteur sur les différentes qui peuvent exister entre les deux versions. Par ailleurs, les éléments en gras et entre crochets correspondent à des hiéroglyphes que le lecteur est invité à décoder grâce au tableau de correspondance à la fin de cet article.

2 Un logogramme est un signe ou caractère unique représentant un mot ou un morphème, c’est-à-dire la plus petite unité de sens (le mot in-destruct-ible, par exemple, est constitué de trois morphèmes). Un déterminatif est un logogramme qui précise la classe sémantique d’un mot (ou d’un morphème). Le cunéiforme akkadien, par exemple, utilise le signe sumérien pour « bois » avant tout objet fabriqué en bois ou le signe pour « ville » avant le nom de chaque ville.

3 Voir tableau chronologique.

4 CHIC #315, #252, #202, #251. Les sceaux présentés dans cet article sont regroupés en deux planches et les mentions sceau ou face suivies d’une lettre font référence à un objet de ces planches.

5 CHIC #134, #137, #179, #201, #205, #203, #292, #313 ; Schoep 2006 : 45.

6 Olivier et Godart différencient cependant ces occurrences tardives de la « formule d’Archanès » à Samothrace, Knossos et Gouves de l’écriture d’Archanès à proprement parler (voir CHIC : 18, note 59).

7 Voir le tableau de correspondance en fin d’article.

8 Trois selon Phillips 2008 : 30-42, deux selon Sakellarakis & Sapouna-Sakellaraki 1997 : 357.

9 Cat. no 50 in Phillips 2008 (HM 464). Voir aussi CMS II, 1 : 468, no 395.

10 Bien qu’il ne puisse véritablement compter comme inscription dans le corpus, ce motif pourrait reproduire des « pseudo-signes » à un stade prototypal. Je propose ici une correspondance avec les signes connus du répertoire hiéroglyphique crétois, mais cette tentative de lecture n’a aucun fondement positif et reste entièrement spéculative.

11 Sur ces deux objets, comme sur le sceau cylindrique du bâtiment 6, les sistres sont accompagnés de motifs floraux.

12 Selon Phillips, ce sistre correspond à un type à arc supérieur fermé inconnu dans la culture matérielle égyptienne avant le Nouvel Empire. Il est donc improbable que le prototype de cet objet en vienne. Au contraire, il se pourrait que l’influence se soit en l’occurrence produite en « sens inverse ».

13 Godart 1999 ; Karnava 2000 ; Anastasiadou 2016.

14 Voir Krzyszkowska 2005 ; Anastasiadou 2011.

15 Voir Decorte 2017.

16 Voir Baines 2004.

17 L’ivoire, en l’occurrence des canines d’hippopotame, continue toutefois d’être importé d’Égypte en quantité suffisamment importante pour soutenir la forte croissance de la production de sceaux entre le Minoen ancien III et le Minoen moyen IA (Krzyszkowska 2005 : 64). Cette influence égyptienne persiste par la suite chez les Crétois par la fabrication locale de nombreuses imitations. La plaine de Messara était fortement impliquée dans cette production d’objets en « matière blanche », reproduisant l’aspect de l’ivoire par un revêtement en silicate de magnésium (Pini 2000).

18 Parmi ceux-ci, Olivier et Godart retiennent toutefois les cas les « moins évidemment » décoratifs dans leurs transcriptions (CHIC : 14), en notant le hiéroglyphe correspondant entre accolades si celui-ci existe (le bucrane p par exemple), ou en le remplaçant par un point d’exclamation si le signe est absent du répertoire établi (comme la face de chat). Le tableau utilise la même convention de notation : { } et !

19 Ainsi que l’a déjà souligné Palaima 1990 : 20-21. Olivier répond à Palaima en affirmant que « toute distinction entre écriture vraie et décorative est potentiellement trompeuse. Le sumérien et l’égyptien n’en sont pas moins de véritables écritures pour avoir eu des caractéristiques “picturales” ou “décoratives” affirmées » (Olivier 1990 : 22). Il semble ainsi avancer, sans jamais toutefois l’expliciter, que la dimension pictographique des hiéroglyphes crétois n’est qu’une question de forme.

20 Les transcriptions regroupées dans le corpus mériteraient dans l’ensemble d’être revues. Concernant #255, par exemple, l’agencement paraît très arbitraire : le labrys se trouve en effet plutôt sur le bord du sceau, ce qui suggère qu’il pourrait finalement bien être en position initiale. La lecture de cet ensemble de six signes comme une seule et même séquence doit sans doute être remise en cause.

21 Ce signe est également singularisé sur les documents en argile. Même dans des configurations pourtant plus linéaires et schématisées, le scribe s’applique généralement à l’accentuer en chargeant de point ses bords.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1.  Carte du site du cimetière de Phourni, Archanès, Crète, 2018
Crédits Croquis : Silvia Ferrara
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/17259/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Fig. 2. Gravures du sceau à 14 faces d’Archanès
Crédits Source : CHIC #315
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/17259/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Fig. 2bis. Faces de sceaux
Crédits Source : CHIC #252 ; #202 ; #251 / CMS II 8,38 ; VI, 131 ; VII, 34 ; X, 380 ; XII, 109 ; VI, 136. © CMS Heidelberg
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/17259/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/17259/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Annexe. Tableau de correspondance appels entre crochets/hiéroglyphes crétois
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/17259/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvia Ferrara, « De la figure à l’écriture »,Terrain, 70 | 2018, 82-103.

Référence électronique

Silvia Ferrara, « De la figure à l’écriture », Terrain [En ligne], 70 | octobre 2018, mis en ligne le 06 novembre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/17259 ; DOI : 10.4000/terrain.17259

Haut de page

Auteur

Silvia Ferrara

Université de Bologne

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals