Navigation – Plan du site

Du lisible au visible

La nouvelle existence de l’écriture de Frédéric Bruly Bouabré [muséo]
Cédric Vincent
p. 190-195

Résumé

Cet article prend comme point de départ une carte dessinée de Frédéric Bruly Bouabré afin de décrire la présentation de son syllabaire, conçu en 1956 pour transcrire la langue bété, au sein de l’évolution de sa pratique dessinée. Il peut paraître anecdotique de s’intéresser à un seul dessin tant nous avons été habitués à saisir la production de l’artiste ivoirien par le prisme de ses séries. Cette carte offre cependant un support de choix pour suivre la dynamique qui trame la relation entre ces deux pans de son répertoire créatif – la série Alphabet bété (1991) marquant l’étape décisive dans leur rencontre.

Haut de page

Texte intégral

Fig. 1.  Sans titre [Deux oiseaux sur fond vert], Frédéric Bruly Bouabré, 10 octobre 1983

Fig. 1.  Sans titre [Deux oiseaux sur fond vert], Frédéric Bruly Bouabré, 10 octobre 1983

Stylo-feutre sur carton d’emballage de produit capillaire, 13,7 x 9,7 cm, 73.1998.27.48

Source : Musée du quai Branly – Jacques Chirac © Galerie MAGNIN-A, Paris

1Qu’on ne s’y trompe pas, cette carte dessinée de Frédéric Bruly Bouabré (vers 1923-2014) n’a pas été retenue pour le blason de l’aigle à deux têtes qui inspire sa figure centrale, mais pour les quelques signes pictographiques qui en soulignent la base. La notice descriptive du musée du quai Branly nous renseigne à leur sujet comme étant « quelques mots en langue chinoise ». Mais ces signes pourraient plus probablement correspondre à l’apparition du syllabaire que l’artiste ivoirien a conçu à la fin des années 1950 pour transcrire la langue bété. Probablement, car après consultation du répertoire de son écriture, il demeure difficile de les identifier en l’état avec précision. Au moins peut-on convenir d’un air de famille.

  • 1 D’autres versions ont depuis été réalisées dont une série commandée par la styliste et collectionn (...)

2Cette carte datée de 1983 fait partie de celles qui furent envoyées aux organisateurs de l’exposition de Beaubourg Magiciens de la terre (1989). Celle-ci a été la porte d’entrée de Bruly Bouabré dans l’espace calibré de l’art contemporain et à l’origine de sa reconnaissance inattendue à près de 66 ans. Sa vie s’en trouva bouleversée et, par contrecoup, sa pratique du dessin, dans le rythme de production et dans son organisation : il adopta le travail en série. Aussi, était-il prévisible de voir sa première réalisation d’envergure être consacrée à une version dessinée des caractères de son écriture. Alphabet bété (1991)1 présente une reproduction de 448 syllabes sur des petites cartes en carton qui font aujourd’hui sa renommée. La monumentalité de la série une fois exposée est à l’échelle des efforts investis pour instaurer son écriture.

Fig. 2. Un des nombreux « livres » conçus pour l’apprentissage du syllabaire, Frédéric Bruly Bouabré, 2008

Fig. 2. Un des nombreux « livres » conçus pour l’apprentissage du syllabaire, Frédéric Bruly Bouabré, 2008

Photo : Cédric Vincent

  • 2 Théodore Monod, « Un nouvel alphabet ouest-africain : “le bété” », Bulletin de l’IFAN, t. XX, séri (...)
  • 3 Pour les écritures transmises en rêve ou par une révélation divine, voir Isabel Hofmeyr, « Books i (...)

3Son projet scripturaire est sorti de l’anonymat lorsque, un jour d’octobre 1957, Théodore Monod reçut du jeune fonctionnaire originaire de la Côte d’Ivoire un cahier manuscrit de 18 pages intitulé Langue vernaculaire bété. Bouabré lui écrivait pour trouver tout à la fois une validation et un soutien au développement de son projet. Le savant était alors directeur de l’Institut français d’Afrique noire à Dakar. Leur correspondance s’étalera jusqu’à mars 1958 et elle sera le lieu des derniers réglages. C’est ainsi que la transcription des chiffres a été modifiée sur les conseils de Monod. Leurs échanges ont été en partie publiés dans le Bulletin de l’IFAN, organe officiel de l’Institut2. Bouabré n’est pas le premier, ni le dernier, à avoir relevé le défi de l’écriture. Depuis la fin du xixe siècle se sont succédé des scripts conçus pour transcrire des langues vernaculaires (syllabaires vai et bamun, alphabet n’ko pour les mieux documentés). Mais l’artiste reste l’un des rares à avoir retracé les étapes de la naissance d’une écriture, là où les chercheurs avaient l’habitude de recueillir des récits formulés sur le trope du miraculous literacy3.

  • 4 Toutes les citations de Bouabré sont issues de Théodore Monod (1958).
  • 5 Intrigué par le récit de Bouabré, Monod dépêcha un géologue sur place : les pierres de Békora sont (...)

4À la lecture de l’article du Bulletin de l’IFAN, on apprend que la conception de son écriture est liée à la résolution de l’énigme des cailloux qui parsèment le sol d’un village de la région de Daloa, dans le centre-ouest de la Côte d’Ivoire. À Békora se trouvent des pierres « d’une origine mystérieuse […]. Beaucoup ont surtout la forme d’une croix. Elles montrent parfois des dessins animés4 […]. » Ces pierres « présentent toutes formes et toutes les figures géométriques. […] Elles sont de deux aspects, aspect noir et aspect rouge. Elles sont luisantes avec de tout petits points qui étincèlent au soleil et font penser à de l’or5. » Ces « cailloux » ne sont pas des cailloux. Selon lui, il ne pouvait s’agir que d’artéfacts, vestiges d’une écriture disparue. Sa conviction était renforcée par le souvenir d’un jeu d’enfant, consistant à aligner des pierres et à passer le bout de l’index au-dessus d’elles en récitant une comptine le plus vite possible. Et de conclure : « Ainsi on voit qu’on n’est pas loin de la lecture sur les lignes de pierres qu’on pouvait appeler une “écriture en lignes de pierres” ou une “écriture en pierre”. » La conjugaison du jeu d’écriture et des vestiges archéologiques impliquerait l’existence d’un profond passé scripturaire en Afrique, soit non pas l’invention d’une écriture mais sa réinvention.

  • 6 Jean-Loup Amselle, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion, (...)

5De ce point de vue, le récit de Bouabré rejoint celui d’autres entrepreneurs scripturaires dont la création se réfère peu ou prou à l’existence d’une écriture disparue, que les Africains n’ont pas su conserver, qu’elle soit perdue ou dérobée. Car cette « technologie de la parole » était reconnue comme le socle de la puissance des Blancs (Arabes et Européens) dans leur conquête du monde, assis sur l’idéologie selon laquelle l’Afrique, continent de l’oralité, serait inapte à l’écriture. Corrélativement, son absence équivalait à son maintien dans une situation d’aliénation. Selon la perspective avancée par Jean-Loup Amselle, la naissance des écritures doit être replacée dans le cadre d’une relation dissymétrique entre l’Afrique, d’une part, et les mondes arabo-musulman et européen, d’autre part6. Détenir sa propre écriture permettrait de rétablir un équilibre et d’opérer le saut qualitatif permettant de se situer dans le monde inventif des Blancs, l’écriture étant la première technique de laquelle les autres doivent découler.

  • 7 Le récit de Philippe Bordas (L’invention de l’écriture, Paris, Fayard, 2010) est un exemple flagra (...)

6Après la parution de l’article de Monod, Bouabré abandonna l’appellation initiale de « langue vernaculaire bété » pour désigner son système par le titre même de 
l’article, « Un nouvel alphabet ouest-africain : “le bété” ». Son script reste communément appelé « alphabet », mais il s’agit bien d’un syllabaire, et les signes que l’on identifie d’abord comme des pictogrammes renferment un système phonographique basé sur le principe du rébus. S’y révèle un plaisir évident de jouer avec la langue, plaisir dont seuls les locuteurs bété peuvent apprécier le profit ludique. Le recours à des signes icono-graphiques marque aussi un élément de rupture avec le phonocentrisme de l’alphabet latin. Le procédé est d’autant plus commode que la langue bété, appartenant à la famille des langues krou, possède un large corpus de termes monosyllabiques se prêtant bien à cet exercice. La lecture du répertoire des syllabes donne l’impression d’un exercice quasi-oulipien d’épuisement des monosyllabes du bété. L’effet encyclopédique est saisissant. La somme des caractères à assimiler offre une explication à la faillite de son entreprise : Bouabré nous laisse une écriture inachevée dans la mesure où il n’a pas su convaincre les locuteurs bété, comme il a convaincu Monod, de l’intérêt de sa création7. La suite se déroule dans l’espace de l’art.

Fig. 3. Vue de la série Alphabet bété exposée à la Documenta 11, Kassel, 2002

Fig. 3. Vue de la série Alphabet bété exposée à la Documenta 11, Kassel, 2002

© Galerie MAGNIN-A, Paris. Photo : André Magnin

7Au début des années 1990, la série Alphabet bété a régénéré l’appréhension de l’écriture à partir d’une nouvelle représentation fondée sur la visualisation des caractères, point de rencontre du dessin et de l’écrit. Il faut dire que le syllabaire-rébus de Bouabré s’y prêtait bien. Comme il le déclarait lui-même à Monod : « Nous disons que : “tout homme peut bien dessiner, c’est-à-dire écrire tout ce qu’il a sous les yeux ou tout ce qu’il sait lire s’il le veut”. » Ce principe d’équivalence pourrait bien s’appuyer sur le verbe bété kelè qui signifie à la fois écrire et dessiner.

8En somme, les petits signes déceptifs du dessin de 1983 se sont transformés en motif principal, s’agissant de constituer une série permettant d’inclure son projet scripturaire à l’ensemble de sa production dessinée. Les dessins de la période pré-Magiciens se caractérisaient principalement par l’absence de standardisation, ou plus exactement par le fait d’être non structurés par la mise en série. Lorsque Bouabré a commencé à dessiner au début des années 1980 sur des emballages de mèches capillaires récupérés (on en voit la trace sur le dessin de 1983), ses réalisations n’étaient pas destinées à être encadrées et présentées alignées sur une cimaise. Recouvertes d’un plastique transparent protecteur, leur enveloppe invitait plutôt à les manipuler, les retourner, les distribuer. Leur format et leur composition se sont fixés au début des années 1990 – un carton d’environ 
95 x 150 mm, sur lequel figure un motif dessiné et colorié, entouré d’une marge à l’intérieur de laquelle court la légende. Ce procédé d’homogénéisation est la marque de fabrique de l’artiste aujourd’hui ; il a eu pour autre conséquence de « nettoyer » les dessins de la présence de petits signes incongrus comme ceux, échappés du syllabaire, pouvant parasiter la lecture du seul motif central.

  • 8 Néanmoins, une édition de son syllabaire est disponible : La Méthodologie de la nouvelle écriture (...)
  • 9 David Dalby (dir.), L’Afrique et la lettre, Paris, Karthala, 1986, p. 22.

9L’accès à l’écriture est médié dorénavant en priorité par les cartes. Le volume titré
L’Alphabet ouest-africain : le bété, du luxueux coffret paru en 2013 aux éditions Xavier Barral, est assez révélateur de l’imbrication de l’histoire du syllabaire et de son actualisation artistique. Avec un tel titre, on pouvait s’attendre à découvrir un fac-similé d’un de ses répertoires de syllabes ; au lieu de cela, l’ouvrage reproduit sur chaque page une carte de la série dessinée8. L’introduction est composée par un extrait de l’article du Bulletin de l’IFAN. Replacé dans l’histoire de son projet scripturaire Alphabet bété a en outre d’autres incidences. L’une est de créer une mise à distance avec le projet politique et scripturaire proprement dit, en lui donnant une forme achevée. Une autre est de donner tort au linguiste David Dalby qui jugeait son écriture « moins réussie et moins esthétique que beaucoup d’autres écritures d’origine africaine9 ».

Haut de page

Notes

1 D’autres versions ont depuis été réalisées dont une série commandée par la styliste et collectionneuse Agnès b., datée de 2004. On note par ailleurs une amorce de la figuration des caractères dans quelques dessins datant de 1989, alors qu’il avait déjà été retenu pour Magiciens de la terre, mais n’y avait pas encore participé.

2 Théodore Monod, « Un nouvel alphabet ouest-africain : “le bété” », Bulletin de l’IFAN, t. XX, série B, 3-4, 1958, p. 432-440.

3 Pour les écritures transmises en rêve ou par une révélation divine, voir Isabel Hofmeyr, « Books in Heaven. Dreams, texts and conspicuous circulation », Current Writing no 18, 2006, p. 36-49.

4 Toutes les citations de Bouabré sont issues de Théodore Monod (1958).

5 Intrigué par le récit de Bouabré, Monod dépêcha un géologue sur place : les pierres de Békora sont en fait des staurotides (ou staurolithes), appelées également « pierres de croix », car leurs prismes sont très souvent maclés en croix. Ces cristaux d’un brun rougeâtre, à la régularité géométrique parfaite, constituent une curiosité géologique bien connue des collectionneurs de naturalia.

6 Jean-Loup Amselle, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion, 2001. Voir aussi Jean-Pierre Dozon, La cause des prophètes. Politique et religion en Afrique contemporaine, Paris, Éditions du Seuil, 1995.

7 Le récit de Philippe Bordas (L’invention de l’écriture, Paris, Fayard, 2010) est un exemple flagrant de la fascination que peut encore exercer l’aventure scripturaire de Bouabré.

8 Néanmoins, une édition de son syllabaire est disponible : La Méthodologie de la nouvelle écriture africaine « bété » – suivi de – L’Alphabet de l’Ouest africain. Cet ensemble des deux textes de 1984 a été publié en 2001 chez Onestar Press et est disponible en accès libre sur le site de l’éditeur. On notera cependant qu’il y manque toutes les syllabes commençant par [s] dans cette version du répertoire.

9 David Dalby (dir.), L’Afrique et la lettre, Paris, Karthala, 1986, p. 22.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1.  Sans titre [Deux oiseaux sur fond vert], Frédéric Bruly Bouabré, 10 octobre 1983
Légende Stylo-feutre sur carton d’emballage de produit capillaire, 13,7 x 9,7 cm, 73.1998.27.48
Crédits Source : Musée du quai Branly – Jacques Chirac © Galerie MAGNIN-A, Paris
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/17473/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Fig. 2. Un des nombreux « livres » conçus pour l’apprentissage du syllabaire, Frédéric Bruly Bouabré, 2008
Crédits Photo : Cédric Vincent
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/17473/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Fig. 3. Vue de la série Alphabet bété exposée à la Documenta 11, Kassel, 2002
Crédits © Galerie MAGNIN-A, Paris. Photo : André Magnin
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/17473/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Vincent, « Du lisible au visible »,Terrain, 70 | 2018, 190-195.

Référence électronique

Cédric Vincent, « Du lisible au visible », Terrain [En ligne], 70 | octobre 2018, mis en ligne le 06 novembre 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/17473 ; DOI : 10.4000/terrain.17473

Haut de page

Auteur

Cédric Vincent

Anthropologue

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals