Navigation – Plan du site

Miner la vie

Une région allemande d’extraction du charbon [focus]
Stine Krøijer et Mike Kollöffel
Traduction de Christine Langlois
p. 104-115
Cet article est une traduction de :
Undermining life

Résumé

Depuis 2015, Ende Gelände est le slogan d’un mouvement anticharbon en pleine expansion en Allemagne. Celui-ci réunit tous ceux qui protestent contre le développement continu de l’extraction de lignite dans le pays. Ce slogan joue sur le double sens d’« une région touchant à sa fin » et de « la fin d’une pratique dans une région donnée », soulignant à la fois le principal problème de l’exploitation minière et sa possible résolution. Cet article dépeint les paysages dévastés d’une région minière allemande qui apparaissent comme une synecdoque de l’apocalypse. Il traite des expériences des villageois locaux qui ont vu leur cadre de vie disparaître du fait des mines à ciel ouvert et des préparations des militants écologistes radicaux au Jour J et à son scénario postapocalyptique.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis 2015, Ende Gelände est devenu le slogan d’un mouvement anticharbon en pleine expansion en Allemagne. Celui-ci coalise tous ceux qui luttent contre le développement continu de l’extraction de lignite (le « charbon brun ») dans le pays. Cette expression joue sur le double sens d’« un site touchant à sa fin » et de « la fin d’une pratique dans un lieu donné », soulignant à la fois le principal problème posé par l’exploitation minière et sa possible résolution. Nous donnons à voir dans ce focus les paysages dévastés d’une région minière allemande qui, selon nous, constituent une synecdoque de l’apocalypse. Nous y évoquons, d’une part, les expériences des villageois locaux qui ont vu leur cadre de vie disparaître du fait des mines à ciel ouvert, d’autre part, les préparations des militants écologistes radicaux au Jour J et à son scénario postapocalyptique et, enfin, la manière dont cette région est substituée au monde dans sa globalité.

  • 1 Voir Gastón Gordillo, Rubble. The Afterlife of Destruction, Durham & Londres, Duke University Pres (...)
  • 2 Voir Bruno Latour, Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique, Paris, La Décou (...)
  • 3 Lawrence Gross, « The Comic Vision of Anishinaabe Culture and Religion », American Indian Quarterl (...)
  • 4 Eduardo Viveiros de Castro, « Who is Afraid of the Ontological Wolf ? Some Comments on an Ongoing (...)

2Ces dernières années, la description de paysages transformés et détruits par la modernisation et le progrès commence à trouver sa place dans la littérature ethnographique1. Ces écrits entrent en résonance avec des préoccupations beaucoup plus larges sur les vertus de la pensée des Lumières2, et sur la rationalité et le contrôle de la nature à même de conduire à une vie meilleure pour les êtres humains. Des groupes politiques d’obédiences diverses pointent le fait que la lutte pour les ressources naturelles engendre moments de désespoir, angoisses et spéculations sur une catastrophe climatique imminente, voire sur la fin du monde tel que nous le connaissons. De fait, certains mondes n’existent déjà plus : Lawrence Gross estime que les Anishinaabe, ainsi que de nombreux autres groupes amérindiens, souffrent d’un syndrome de stress postapocalyptique, conséquence de la colonisation et de la domination européennes3. Eduardo Viveiros de Castro de son côté envisage l’éventualité de la fin du monde dans lequel nous vivons, et remarque à ce propos que « nous [les habitants d’anciennes colonies] avons beaucoup à apprendre de ceux dont les mondes ont déjà pris fin il y a longtemps4 ».

3Nous faisons ici l’hypothèse que, même en Allemagne, au cœur du système capitaliste industriel, il est possible d’identifier des groupes qui voient leur monde s’éteindre. Il en est ainsi des villageois déplacés de force, aux maisons démolies et à la vie traditionnelle anéantie. Il en va de même pour des militants qui, depuis 2012, occupaient une forêt pour empêcher l’extension de sites d’extraction minière, pour lesquels l’expulsion à venir et la déforestation constituent un événement catastrophique imminent marquant le début d’une nouvelle période. Ces militants ne savent pas vraiment ce que leur réserve le futur mais, pour s’y préparer au mieux, certains d’entre eux regardent du côté des peuples indigènes et s’efforcent d’apprendre d’eux comment mener une nouvelle vie, « sauvage », dans un paysage ravagé.

Creuser jusqu’à la fin du monde

Fig. 1. Excavations, Garzweiler, juillet 2016

Fig. 1. Excavations, Garzweiler, juillet 2016

Photo : Mike Kollöffel

4La région du Rhin où est exploité le lignite s’étend entre les villes de Cologne, Aix-la-Chapelle et Mönchengladbach. Ici, il y a quelque 65 millions d’années, la combinaison de la température et de la pression a formé un dépôt d’environ 50 milliards de tonnes de lignite situé entre 40 et 200 m sous la surface du sol. Si les premiers témoignages écrits autour de celui-ci remontent à 58 av. J.-C., cette ressource n’a été systématiquement exploitée qu’à partir du xviiie siècle, lorsque la rareté du pétrole a conduit à une exploitation plus intensive de ces gisements. Les premières autorisations d’exploitation commerciale furent délivrées en 1812 après la promulgation de la loi minière napoléonienne de 18105. La production industrielle, quant à elle, n’a débuté qu’au tournant du xxe siècle dans la partie occidentale de la région où se trouvent aujourd’hui les mines à ciel ouvert d’Inden et de Hambach.

5Cette région est devenue le moteur économique du début de l’industrialisation de l’Europe du Nord. Situées à proximité des frontières de la France, de la Belgique et des Pays-Bas, ces riches terres minières ont provoqué plus d’une guerre. Mais, après la Seconde Guerre mondiale, le souhait, partagé par ces pays, d’une distribution fluide des matières premières a joué un rôle important dans la mise en place de la Communauté européenne du charbon et de l’acier, précurseure de l’Union européenne. Les zones urbaines du district de la Ruhr subirent un développement économique rapide basé sur l’industrie minière et, aujourd’hui encore, s’y trouvent certaines des plus grandes mines allemandes de lignite à ciel ouvert, principalement détenues et exploitées par la compagnie d’électricité RWE (Rheinisch-Westfälisches Elektrizitätswerk AG). Celle de Garzweiler couvre à elle seule une surface de près de 100 km2 ; elle est la plus vaste des trois mines de la région dont le développement et l’extension sont planifiés jusqu’en 2045.

6La mine de Hambach est la plus grande excavation d’Europe ; son excavatrice à roue – fabriquée spécialement pour une mine à ciel ouvert de cette taille – est le plus grand véhicule au monde. À côté de ce trou réalisé par des êtres humains, ces derniers apparaissent, de manière paradoxale, à la fois tout-puissants et désarmés. L’excavatrice est utilisée pour enlever la couche superficielle du sol afin d’atteindre les strates plus profondes contenant le lignite. Celui-ci est ensuite transféré par rail vers les différentes centrales électriques de la région. La couche de sol retirée est transportée vers plusieurs sites de la région déjà exploités et entassée pour y former des collines artificielles (Höhen). C’est ainsi que les excavations transforment et défigurent fondamentalement le paysage. L’envergure même de cette destruction anéantit tout espoir de pouvoir continuer à vivre comme avant dans la région.

Fig. 2. Excavatrice à roue, Garzweiler, juillet 2016

Fig. 2. Excavatrice à roue, Garzweiler, juillet 2016

Photo : Mike Kollöffel

Disparu

7Le paysage doucement vallonné entourant la mine de Garzweiler est une terre agricole fertile parsemée de petits villages et de bourgs qui s’y sont établis tout au long des sept mille années passées. En 2015, la rue principale du petit village de Borschemich aboutissait à une fosse minière. Cette artère était bordée de maisons noirâtres et vides aux volets clos et aux habitants disparus. Un sac plastique noir recouvrait le tableau des horaires dans la station de bus, pour bien montrer que celui-ci ne fonctionnait plus. Si la plupart des habitants avaient déjà fui Borschemich, quelques maisons étaient toujours occupées par des familles refusant de déménager. Après la résistance, il restait l’endurance ; une opposition têtue à quitter les lieux et le mode de vie qui leur était associé. Les procédures judiciaires avaient été perdues et les appels d’ONG opposées à l’extension de la mine avaient été ignorés par le gouvernement régional. Dans une déclaration de Gelbe Band, l’association des communautés Grubenrand (du bord de la mine) touchées, les habitants expliquaient : « Nous avons perdu notre Heimat (terre natale), [avec ses] sentiers familiers, [ses] camarades de jeu des familles voisines, [ses] premières amours, et les maisons rassurantes de nos parents […]. Ils font disparaître tout cela en creusant sous nos pieds. »

Fig. 3. Maison tombée en ruines, Immerath, avril 2018

Fig. 3. Maison tombée en ruines, Immerath, avril 2018

Comme le rappelle le slogan du mouvement anticharbon, Ende Gelände, ces maisons en ruines sont devenues le symbole de sites touchant à leur fin.

Photo : Mike Kollöffel

Fig. 4. Ruines, Immerath, avril 2018

Fig. 4. Ruines, Immerath, avril 2018

Photo : Mike Kollöffel

8Aujourd’hui, en 2019, Borschemich n’existe plus. Depuis la seconde moitié des années 1950, en Rhénanie, 40 000 personnes ont perdu leur maison et se sont retrouvées face à l’expropriation et à la relocalisation forcées. Le village voisin de Immerath, qui comptait autrefois 1 200 habitants, est désert et réduit à des décombres. La construction du dôme d’Immerath, comme on nommait l’église locale, remonte au xiie siècle, mais il a été démoli en 2018. Mertens, un habitant du village, y est retourné en plusieurs occasions pour observer l’inévitable démolition de la maison où il vivait avec sa famille et ses deux filles. RWE offre des compensations et des « réparations » aux villageois – notamment en édifiant de nouveaux bourgs portant les mêmes noms que les villages démolis. Ainsi, à Immerath Neu (Immerath Nouveau), des habitations de remplacement ont été construites, de même qu’une église à l’architecture plus contemporaine, et les tombes du cimetière de l’ancien village y ont été transportées. Mais, même si on a fourni aux villageois une vie flambant neuve, ceux-ci sont emplis de la nostalgie de leur monde perdu, plus authentique. La démolition de leurs foyers implique l’annihilation de la possibilité d’un mode de vie en accord avec la tradition romantique germanique dans laquelle le village rural (idyllique) et la Heimat incarnaient proximité et esprit communautaire ainsi que sécurité existentielle et stabilité.

Fig. 5. Panneau de signalisation indiquant le village disparu de Borschemich, avril 2018

Fig. 5. Panneau de signalisation indiquant le village disparu de Borschemich, avril 2018

Photo : Mike Kollöffel

9Dans la forêt, à Sophienhöhe, où se déroule un projet de reforestation initié par le RWE sur une colline de déblais haute de 330 m provenant de la mine de Hambach, nous avons rencontré un homme d’une cinquantaine d’années promenant son chien. Il exprimait un sentiment d’impuissance, engendré par le paysage défiguré : « Si quelque chose avait pu être fait, cela aurait dû l’être il y a vingt ans, a-t-il dit en haussant les épaules, maintenant c’est trop tard pour tout. » Cet homme est originaire d’Elsdorf, un bourg coincé entre les mines de Garzweiler et de Hambach. La forêt a été plantée il y a une vingtaine d’années en remplacement de celle, séculaire, de Hambach, forêt primaire de 5 500 ha, considérée par beaucoup comme l’une des dernières d’Europe centrale de grande valeur écologique. Il n’en reste qu’une petite partie et la reforestation de Sophienhöhe n’en compense pas vraiment la perte. Il expliqua que la nouvelle forêt ne semblait pas « réelle ». Cette irréalité n’était pas tant due aux connotations religieuses voulues par RWE, qui a reconstruit le chemin de croix du Christ sur la colline formée par le remblai, qu’au fait que tous les arbres ont le même âge et qu’on dit que sa biodiversité est « artificielle ». Le mode de vie détruit des villageois n’a pas été compensé par les objets, les maisons et les forêts toutes neuves. L’échelle globale du changement local a généré le sentiment que « tout » était fini, « tout » avait été détruit.

Fig. 6. Mine de charbon vue du rebord de la fosse, Garzweiler, juillet 2016

Fig. 6. Mine de charbon vue du rebord de la fosse, Garzweiler, juillet 2016

Photo : Mike Kollöffel

Se préparer au Jour J

10Il y a six ans, un groupe de militants écologistes s’est installé dans ce qui restait de la forêt de Hambach, bien déterminé à stopper l’expansion de la mine en s’opposant à l’avancée des machines abattant les arbres. Face au caractère destructif de l’exploitation minière et à ses probables effets climatiques, le groupe a construit un certain nombre de cabanes sur de grands hêtres et de hauts chênes, des abris soutenus par un camp de base installé sur le terrain d’un fermier local furieux d’avoir perdu sa terre du fait des extractions. Un peu comme les villageois, les militants attendaient le jour où il serait mis fin à leur occupation de la forêt et où celle-ci serait coupée : le Jour J. Pendant cette période, ils n’étaient pas restés inactifs et avaient notamment cherché un mode de vie plus proche de la nature. Le tree sitting est une tactique politique, utilisée depuis une trentaine d’années par des militants prônant l’action directe et organisés de manière internationale dans le réseau Earth First ! (La Terre d’abord !). Les activistes s’installent sur des plateformes construites sur des arbres, à environ 30 m au-dessus du sol. Leur stratégie repose sur la présomption que les entreprises forestières seraient réticentes à couper un arbre sur les hautes branches duquel habite un être humain. En plus d’être considéré comme une forme d’action directe, le tree sitting est un moyen d’attirer l’attention du public sur une campagne en faveur de l’environnement.

Fig. 7. Cabane dans les arbres, caractéristique du tree sitting, forêt de Hambach, octobre 2015

Fig. 7. Cabane dans les arbres, caractéristique du tree sitting, forêt de Hambach, octobre 2015

Certains groupes tentent de lutter pour ne pas voir leur monde s’éteindre, tout en se préparant, résignés, au jour où la forêt sera coupée.

Photo : Mike Kollöffel

  • 6 Monkey Town, le premier site d’occupation et camp de base établi dans une clairière de la forêt de (...)

11Dans le camp d’occupation de la forêt, tout le monde savait pertinemment qu’il était peu probable que leur action ait une issue favorable et que le Jour J pourrait bien arriver prochainement. Cette perspective morose du jour où la police les traînerait en prison, et où la forêt serait coupée, se fondait sur leur connaissance du fait que le lignite représentait le quart de la consommation d’énergie allemande. Et que, malgré la politique apparemment progressiste de transition énergétique, les tentatives de mise en place d’une taxe carbone sur les énergies fossiles avaient été mises en échec en 2015 par les lobbyistes de l’entreprise avec le soutien du syndicat des mineurs. Comme nous l’expliqua un jour Hannah, dans sa cabane perchée où elle vivait depuis le début de l’occupation de la forêt, « beaucoup de ceux qui ont démarré l’occupation de la forêt, quand Monkey Town6 existait, sont partis maintenant. Ils se sont tout simplement épuisés, sont devenus trop déprimés quand les arbres sont tombés, ou que la répression les a atteints […]. Mais j’ai bien l’intention d’être là quand le Jour J arrivera. » L’utilisation du terme Jour J impliquait que ce n’était pas seulement son monde qui pourrait bientôt toucher à sa fin, mais le monde tout entier. Et qu’il devenait impératif de continuer à « mettre en place des alternatives ». Cette vie dans la forêt n’était pas facile du fait de la crainte, parfois paranoïaque, des affrontements réguliers qui se produisaient avec la police ou les forces de sécurité des compagnies minières. Du fait aussi des ravitaillements incertains en eau et en nourriture aussi bien que des difficiles conditions d’organisation des activités quotidiennes telles que la collecte du bois de chauffage, la vaisselle, la cuisine ou l’entretien des toilettes sèches.

Fig. 8. Abris construits au camp Meadow, forêt de Hambach, octobre 2015

Fig. 8. Abris construits au camp Meadow, forêt de Hambach, octobre 2015

Photo : Mike Kollöffel

  • 7 Voir Francis Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme, trad. de l’anglais par Denis-Arma (...)

12Au cours de leur apprentissage de la vie dans la forêt, beaucoup de militants avaient regardé du côté des peuples indigènes, considérés comme des exemples en matière d’endurance contre l’extractivisme, et tenus pour des experts d’un mode de vie qu’ils souhaitaient acquérir et qui leur permettrait de survivre à l’apocalypse. Wrench, un des activistes du camp qui avaient plus particulièrement développé de fortes sensibilités anarcho-primitivistes, exprimait ainsi le désir d’aller passer plusieurs années en Finlande, seul dans la forêt. Pour lui, « la civilisation tire à sa fin et entraînera dans sa chute la plupart des êtres humains. Les rats, nos compagnons, sont probablement les seuls qui survivront, à moins que nous n’apprenions à vivre dans un environnement sauvage. » De manière de plus en plus accentuée, la civilisation capitaliste est considérée dans ce milieu non seulement comme le point final de l’histoire7, mais aussi de la civilisation et de l’humanité elles-mêmes. Ce point de vue apocalyptique ne reposait pas uniquement sur le fait d’avoir la terre creusée sous leurs propres pieds, de voir leur monde détruit, mais aussi sur leur prévision d’un effondrement total du système dû à la pulsion de mort présente au sein du système capitaliste lui-même.

Fig. 9. Camp Meadow, forêt de Hambach, octobre 2015

Fig. 9. Camp Meadow, forêt de Hambach, octobre 2015

Photo : Mike Kollöffel

  • 8 Tord Austdal, World-Making in the Mountains. Post-Apocalyptic Utopianism in Southern Appalachia, t (...)

13La combinaison d’un sabotage écologique pour faire tomber le système et de l’apprentissage de nouvelles aptitudes pour survivre dans un scénario postapocalyptique constitue une tendance en plein développement dans la mouvance écologiste radicale en Allemagne et au-delà, tout particulièrement dans les cercles du mouvement Earth First !. Tord Austdal décrit les communautés anarcho-primitivistes des États-Unis et leurs efforts pour diffuser ce qu’elles nomment des « aptitudes de vie primitive8 ». Dans ce contexte, les posséder signifie être capable de s’immerger, de se connecter à la nature sauvage et d’y vivre, en apprenant par exemple à faire du feu, à fourrager, à tanner du cuir et des fourrures, à affiner de l’acier ainsi qu’à construire des campements durables. Cela implique également de retracer des lignées et des modes de pensée reliant les anarcho-primitivistes aux Amérindiens. Comme Austdal, Wrench interprète l’apprentissage de ces nouveaux savoir-faire comme une manière de préparer un futur postapocalyptique où ils seront indispensables à la survie.

14Dans cette recherche d’un mode de vie plus proche de la nature et d’un renouveau, les militants projettent leurs sentiments anticivilisationnels sur les peuples indigènes, généralement considérés comme plus proches de la nature, vivant de manière plus authentique, avec moins de moyens. Ils les considèrent également comme aussi peu désireux qu’eux-mêmes de brader les ressources naturelles dont dépend leur vie. Pour certains activistes de la forêt de Hambach, tel Wrench, le dénominateur commun entre ces deux groupes était cette détermination à « prendre soin de la terre ». Se référant explicitement au travail d’Eduardo Viveiros de Castro, un militant expliqua : « Nous avons nous aussi droit à une autodétermination ontologique », suggérant par là que les Européens pourraient non seulement avoir beaucoup à apprendre des peuples indigènes, mais que certains écologistes radicaux avaient déjà commencé à s’identifier à eux en vue de la catastrophe imminente.

***

15L’extraction de lignite en Rhénanie est la cause de multiples fins de mondes. La vie et l’histoire des villageois de la région est détruite quand, pour permettre l’expansion de la mine, de petits bourgs sont rasés, leurs habitants expropriés ; de jeunes militants voient la fin de leur projet de résistance (consistant à élaborer un mode de vie alternatif dans la forêt occupée de Hambach). Les populations autochtones des deux Amériques servent déjà de modèles pour les différents projets de vie postapocalypse. Pour les militants, le Jour J est advenu le 6 septembre 2018, quand la police est arrivée en force pour évacuer les cabanes dans les arbres. Deux semaines plus tard, le processus d’expulsion avait déjà eu une conséquence très concrète et malheureuse : la mort d’un militant journaliste tombé d’une échelle de corde pendant un affrontement avec la police dans un arbre, à 20 m du sol. Les récits de ces événements, de la destruction de la forêt, de la région et de ses différentes formes de vie entrent en résonance les uns avec les autres et le Jour J en vient à être une synecdoque pour la destruction ultime du monde dans sa globalité.

16Traduit de l’anglais par Christine Langlois

Haut de page

Notes

1 Voir Gastón Gordillo, Rubble. The Afterlife of Destruction, Durham & Londres, Duke University Press, 2014 ; Erik Harms, « Eviction Time in the New Saigon. Temporalities of Displacement in the Rubble of Development », Cultural Anthropology no 28/2, p. 344-368.

2 Voir Bruno Latour, Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique, Paris, La Découverte, 2015.

3 Lawrence Gross, « The Comic Vision of Anishinaabe Culture and Religion », American Indian Quarterly no 26/3, 2003, p. 436-459.

4 Eduardo Viveiros de Castro, « Who is Afraid of the Ontological Wolf ? Some Comments on an Ongoing Anthropological Debate », Cambridge Journal of Anthropology no 33/1, 2015, p. 6.

5 BUND, Lignite Mining in the Rhineland. Garzweiler II, Düsseldorf, BUND, 2017. https://www.bund-nrw.de/fileadmin/nrw/dokumente/braunkohle/2017_11_02_Lignite_mining_in_the_rhineland_Garzweiler_II_01.pdf

6 Monkey Town, le premier site d’occupation et camp de base établi dans une clairière de la forêt de Hambach, a été démantelé par la police en 2014 et les arbres qui abritaient les premiers tree sitting abattus. Dans la foulée, les activistes ont occupé d’autres arbres et installé un nouveau camp de base sur un terrain à la lisière de la forêt.

7 Voir Francis Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme, trad. de l’anglais par Denis-Armand Canal, Paris, Flammarion, 1993.

8 Tord Austdal, World-Making in the Mountains. Post-Apocalyptic Utopianism in Southern Appalachia, thèse de l’université de Bergen, 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Excavations, Garzweiler, juillet 2016
Crédits Photo : Mike Kollöffel
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Fig. 2. Excavatrice à roue, Garzweiler, juillet 2016
Crédits Photo : Mike Kollöffel
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18173/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Fig. 3. Maison tombée en ruines, Immerath, avril 2018
Légende Comme le rappelle le slogan du mouvement anticharbon, Ende Gelände, ces maisons en ruines sont devenues le symbole de sites touchant à leur fin.
Crédits Photo : Mike Kollöffel
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18173/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Fig. 4. Ruines, Immerath, avril 2018
Crédits Photo : Mike Kollöffel
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18173/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 5. Panneau de signalisation indiquant le village disparu de Borschemich, avril 2018
Crédits Photo : Mike Kollöffel
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18173/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Fig. 6. Mine de charbon vue du rebord de la fosse, Garzweiler, juillet 2016
Crédits Photo : Mike Kollöffel
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18173/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Fig. 7. Cabane dans les arbres, caractéristique du tree sitting, forêt de Hambach, octobre 2015
Légende Certains groupes tentent de lutter pour ne pas voir leur monde s’éteindre, tout en se préparant, résignés, au jour où la forêt sera coupée.
Crédits Photo : Mike Kollöffel
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18173/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 8. Abris construits au camp Meadow, forêt de Hambach, octobre 2015
Crédits Photo : Mike Kollöffel
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18173/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Fig. 9. Camp Meadow, forêt de Hambach, octobre 2015
Crédits Photo : Mike Kollöffel
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18173/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stine Krøijer et Mike Kollöffel, « Miner la vie »,Terrain, 71 | 2019, 104-115.

Référence électronique

Stine Krøijer et Mike Kollöffel, « Miner la vie », Terrain [En ligne], 71 | avril 2019, mis en ligne le 13 mai 2019, consulté le 24 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/terrain/18173 ; DOI : 10.4000/terrain.18173

Haut de page

Auteurs

Stine Krøijer

University of Copenhagen

Mike Kollöffel

Photographe indépendant

Haut de page
  • Logo INSHS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals