Navigation – Plan du site

Former une communauté par la fin

Préférences eschatologiques romanes [portfolio]
Élise Haddad
p. 158-181

Résumé

De nombreuses images médiévales représentent la fin du monde terrestre. Le Jugement dernier en est la forme la plus connue aujourd’hui, surtout en sculpture monumentale. C’est lui qui, à partir du xiiie siècle, orne presque chaque façade des cathédrales gothiques conservées jusqu’à nos jours. Dans ce texte, nous remontons à des époques antérieures, pour décrire la variété des représentations eschatologiques qui se développent jusqu’au xiie siècle. À la fin des temps vient l’Apocalypse – mais laquelle ? Révélation de la conformité du monde avec l’ordre divin ou explication de son irréductible déchéance, discours politique, spirituel – ou plus souvent les deux à la fois –, mais aussi témoignage privilégié d’une cosmologie : l’Apocalypse donne lieu à des mises en images dont sont examinés les variantes et les enjeux sociaux.

Haut de page

Texte intégral

1Les images de la fin des temps sont nombreuses durant toute l’époque médiévale européenne, au point qu’aujourd’hui elles nourrissent la vision d’un Moyen Âge sombre, catastrophiste et angoissé, concentré d’images de destruction, animé du sentiment de sa propre perte. Pourtant, dans les cosmologies chrétiennes, la fin des temps n’est pas une fin absolue : elle est conçue comme une charnière entre le monde imparfait, sujet aux attaques du mal, de l’expérience présente, et le monde à venir, éternel et parfait, qui se réalisera dans la présence de Dieu et la relation directe avec lui. Dès lors, l’Apocalypse, c’est-à-dire la levée du voile, du secret, est effectivement la révélation d’un monde idéal, tel qu’il devra être, et des transformations nécessaires pour y parvenir.

  • 1 On ne reviendra pas ici sur les abondants débats concernant la valeur eschatologique de l’Apocalyp (...)

2À l’époque romane (xie-xiie siècles), les images monumentales offertes à la vue du large public des fidèles figurent plusieurs choix eschatologiques tirés de l’Apocalypse de Jean1. Ceux-ci se déclinent selon trois grandes modalités : les formes contemplatives, tableaux statiques organisés autour d’une apparition divine centrale ; les formes judiciaires, sans doute les plus célèbres en raison de l’immense succès de l’iconographie du Jugement dernier à partir du xiiie siècle ; et enfin des représentations moins connues de conflits et de mises à l’épreuve du bien par le mal.

3L’une des grandes questions à laquelle ces images entendent répondre est celle de l’existence du mal dans un monde créé, et créé par un Dieu parfait. Que faire, en effet, de la souffrance, des actions mauvaises, des injustices ? Comment les expliquer et quelle place leur donner ? Les trois options thématiques présentées ici apportent à ces questions des réponses tout à fait distinctes et proposent ce faisant des manières bien différentes de représenter et de structurer la communauté chrétienne. En cela, les implications politiques de la représentation apocalyptique sont essentielles ; c’est en suivant cette piste que l’on peut comprendre l’évolution de ces formules thématiques et leur succès ou leur oubli au fil des siècles.

La vie sans mal

4Les scènes contemplatives de la fin des temps sont nombreuses dès l’Antiquité tardive. Elles mettent en scène une apparition divine sans péripétie ou valeur narrative, offerte à la pure contemplation du fidèle. Elles fleurissent sur les sarcophages d’abord, puis sur des supports plus variés, à l’instar des arcs triomphaux romains, comme ici celui de Saint-Paul-hors-les-murs -> Fig. 1.

Fig. 1. Arc triomphal de Saint-Paul-hors-les-murs, Rome

Fig. 1. Arc triomphal de Saint-Paul-hors-les-murs, Rome

Source : Wikicommons

5Les variantes de ce thème sont nombreuses, mais elles comportent toujours une figure divine en position centrale, entourée d’une assemblée. Le Christ situé au centre dans une mandorle, une forme en amande qui le sépare du commun des humains, est la figure archétypale la plus fréquente. Il existe cependant des variantes sémantiques de la figuration divine tirées de l’Apocalypse – l’agneau, les quatre fleuves, la main divine, la colombe de l’esprit,etc. –, ces éléments pouvant être placés dans la mandorle. Ces scènes comportent souvent la représentation d’un collectif d’élus exemplaires réunis autour de la figure christique et jouant le rôle d’intermédiaire entre le fidèle chrétien et l’apparition divine. Il peut être composé, classiquement, des douze apôtres, mais également d’un nombre de figures plus réduit, comme Marie et Jean, des anges, les quatre évangélistes, sous leur forme humaine ou inclus dans la formule plus complexe du tétramorphe – c’est-à-dire quatre figures ailées représentant les quatre évangélistes –, ou encore vingt-quatre vieillards en adoration autour du Christ, en référence aux mentions des chapitres 4, 5 et 19 de l’Apocalypse.

6Ces images et leur diffusion dans l’iconographie romane ont notamment été étudiées par Yves Christe, qui a relevé l’importance de l’iconographie dite sénatoriale, telle qu’elle figure sur l’arc triomphal de Saint-Paul-hors-les-murs. Dans cette image précoce, un certain nombre d’éléments tirés de la pompe impériale romaine sont représentés, comme l’habit sénatorial de l’assemblée des vieillards. L’auctoritas divine est ainsi figurée sous les traits, reconnaissables et déjà organisés en système, de l’autorité politique qui, en retour, est entérinée par l’homologie, sans cesse soulignée, avec le règne de Dieu. La forme contemplative inclut des variantes qui légitiment des formes politiques de manière encore plus explicite. Il en va ainsi de la formule de la traditio legis où la transmission de la loi et la passation de la tradition rappellent que les apparitions divines contemplatives ont très tôt été conçues pour souligner la continuité entre ordre divin et ordre politique humain.

Fig. 2. Tympan d’église, Moissac, mai 2017

Fig. 2. Tympan d’église, Moissac, mai 2017

Vingt-quatre personnages assis et couronnés entourent le Christ.

Photo : Élise Haddad

  • 2 Yves Christe, « De l’absence ou des lacunes d’Ap 15, 1-20-15 dans les cycles apocalyptiques monume (...)

7Cette formule a connu un succès continu à l’époque carolingienne et a été utilisée jusqu’à l’époque romane. La version de Moissac est l’exemple le plus connu du début du xiie siècle -> Fig. 2. L’évolution iconographique suit celle des figures contemporaines du pouvoir : on y trouve non plus une procession sénatoriale, mais des trônes, couronnes et des figurations de la vassalité2. Témoignage de la cosmologie du xiie siècle, l’ordonnancement du monde à Moissac déborde largement la seule société humaine. Le portail est en effet délimité par tout un ensemble de voussures animales -> Fig. 3. Les trois voussures intérieures, autour de la scène contemplative ultime, représentent, selon un ordre scrupuleux, des quadrupèdes, des oiseaux et des végétaux, chacun respectant sa place dans le monde harmonieux final. Elles s’opposent en cela au désordre et à l’hybridation des voussures extérieures -> Fig. 4.

Fig. 3. Dessins des voussures animales (détails), Moissac, 2018

Fig. 3. Dessins des voussures animales (détails), Moissac, 2018

Dans les voussures internes (ligne du bas sur le dessin), les animaux sont classés par espèces ; dans les voussures extérieures au portail (ligne du haut), ils sont hybridés.

Dessin : Claire Carpentier

Fig. 4. Portail d’église, Moissac, mai 2017

Fig. 4. Portail d’église, Moissac, mai 2017

L’ensemble du portail est constitué d’un tympan représentant une contemplation et d’un certain nombre de sculptures périphériques, dont les voussures animales.

Photo : Élise Haddad

8Ces formules contemplatives dépeignent une harmonie divine, représentant la structure politique idéale. Ce faisant, elles rendent compte d’une communauté humaine et, dans le cas de l’image romane, non humaine, construite sur le modèle de la perfection divine. Elles suggèrent une continuité entre les deux ordres humain et divin tout en gommant les discordances entre l’un et l’autre : les imperfections, les défauts de la réalité, le mal présent dans le monde ne trouvent aucune place dans ces compositions.

9Ce travail de légitimation politique s’est mis en place très tôt, et a sans doute contribué à faire des images contemplatives les formules les plus répandues du ive au xiie siècle. Celles-ci ne perdent cette prévalence qu’à partir du xiiie siècle, quand l’institution ecclésiale et les pouvoirs temporels tendent à devenir plus rivaux que partenaires dans l’exercice de leurs pouvoirs respectifs sur la communauté chrétienne.

Le grand Jugement

Fig. 5. Mosaïque du Jugement dernier de la cathédrale Santa Maria Assunta, Torcello, Venise, xiie siècle

Fig. 5. Mosaïque du Jugement dernier de la cathédrale Santa Maria Assunta, Torcello, Venise, xiie siècle

© B.O’Kane / Alamy

  • 3 Peter Klein, « L’emplacement du Jugement dernier et de la Seconde Parousie dans l’art monumental d (...)

10Le Jugement dernier reste la représentation de l’eschatologie médiévale la plus connue aujourd’hui. Elle apparaît dans l’imagerie monumentale aux viiie et ixe siècles, d’abord en fresque et en mosaïque au revers de façade -> Fig. 5, puis en façade sculptée3. C’est à partir de la charnière entre xiie et xiiie siècles, en revanche, que la formule connaît un succès et un développement quantitatif considérables.

  • 4 La datation ne cesse d’en être avancée vers les premières années du xiie siècle. Voir Jean-Claude (...)

11Le portail de l’église de Conques -> Fig. 6, peu ou prou contemporain de celui de Moissac4, illustre bien la variété des thèmes apocalyptiques présents à l’époque romane. S’y observe la représentation du mal, sous des formes hyperboliques et pittoresques, se différenciant fortement en cela des formules de contemplations. Le mal n’est plus occulté au profit d’un modèle globalement calqué sur l’autorité divine. Il occupe une vraie place, en tant que puissance opposée au bien, mais circonscrite à un lieu qui lui est propre. La structure visuelle des grands Jugements sculptés procède en effet par dynamique centrifuge d’exclusion latérale et par délimitation d’une zone dédiée au mal -> Fig. 7. Celle-ci permet de séparer les éléments de la société conformes à l’ordre divin et ceux qui s’en écartent. Plus encore, il s’agit d’identifier ceux qui, parmi les humains, sont suffisamment bons (éventuellement après la purification du purgatoire) pour accéder à un ordre positif dont ils pourront jouir, et ceux qui renferment trop de mal en eux et seront rejetés du corps social eschatologique parfait.

Fig. 6. Tympan d’église, Conques, mai 2017

Fig. 6. Tympan d’église, Conques, mai 2017

Le tympan de Conques est le premier Jugement dernier sculpté exemplaire.

Photo : Élise Haddad

Fig. 7. Schéma du tympan de l’église de Conques, 2018

Fig. 7. Schéma du tympan de l’église de Conques, 2018

Le tympan met en scène une séparation stricte entre damnés et élus.

Schéma : Claire Carpentier

  • 5 Jacques Le Goff, La naissance du purgatoire, Paris, Gallimard, 1981.

12En somme, la formule du Jugement dernier répond à la question du mal en le figurant dans des proportions massives et ostentatoires. Ce mal revêt la forme d’une faute, dont l’individu porte la responsabilité. À la fin des temps seront donc bannis du corps social ceux qui ne seront pas parvenus à expulser le mal en eux. Cette forme correspond au contexte bien documenté dans la société des xiie et xiiie siècles, tout entier tourné vers cette forme judiciaire, et au développement d’une comptabilité eschatologique pleine de finesses. Elle comporte entre autres l’apparition d’un lieu spécifiquement dédié à la pénitence dans l’au-delà – le purgatoire –, la distinction entre le jugement individuel à la mort de l’individu et le Jugement dernier à la fin des temps, et toute une comptabilité terrestre de la pénitence physique5.

13Ces images monumentales ont aussi un but politique. La promotion d’un Jugement final qui décidera du sort des individus pour l’éternité est un puissant levier dont l’institution ecclésiale bénéficie, accroissant ainsi son pouvoir sur la société humaine. C’est d’ailleurs au xiiie siècle, au moment où tensions et rivalités s’exacerbent entre l’institution ecclésiale et les pouvoirs temporels, que la formule du Jugement connaît un succès fulgurant. Les différents acteurs, essentiellement des clercs, en charge d’élaborer les agencements iconographiques dans les monuments, et en particulier les programmes de façades gothiques, lui donnent une place de choix : sur les façades de grands édifices et souvent au tympan central des impressionnantes cathédrales urbaines, reconstruites en nombre à l’époque gothique. L’importance politique de ces images, visibles non seulement par les clercs mais aussi par les laïcs, éclaire le mouvement de bascule qui s’opère au xiiie siècle en faveur de cette nouvelle iconographie judiciaire, bien différente de la production des formules contemplatives de la fin des temps, jusqu’alors majoritaires.

  • 6 Voir à ce propos Jean Wirth, L’image à l’époque gothique, Paris, Le Cerf, 2008, p. 368 et suiv. L’ (...)

14Un autre changement important se joue dans cette évolution de l’iconographie eschatologique : le règne des non-humains représenté à Moissac est largement absent des images judiciaires. Quelques éléments épars subsistent, utilisés en réalité pour leur qualité d’attribut, tel le cheval du tympan de Conques permettant d’identifier le chevalier, ou bien encore comme symbole codé, tel le crapaud sur le chaudron de ce même ensemble. Ces figures animales sont reprises avec parcimonie dans les Jugements gothiques, même si on en trouve quelques exemples, à l’instar du crapaud au tympan central de la cathédrale de Bourges. Il ne s’agit plus d’une large inclusion cosmique des êtres humains, animaux non humains et végétaux. La fin des temps de nature judiciaire, du fait de sa démarche de contrôle sur la société humaine, tend à resserrer la perspective sur cette seule communauté, à l’exclusion des non-humains auparavant inclus dans les images de révélation finale. Ce passage du cosmologique au moral correspond à un mouvement plus large de l’histoire culturelle et intellectuelle, orienté vers des préoccupations de plus en plus anthropocentrées, et assorti d’une finesse sociologique de plus en plus grande telle qu’elle s’exprime dans la représentation des différents ordres de la société et leur critique6.

La souffrance indispensable

  • 7 Si nous traitons ici l’exemple de Beaulieu-sur-Dordogne, évoquons également les fresques de Civate (...)

15Le troisième groupe d’images eschatologiques constitue un ensemble moins reconnu et consensuel que les deux premiers. Il correspond en effet à un travail de relecture iconographique, qui circonscrit un nouveau périmètre de représentations eschatologiques romanes7.

Fig. 8. Tympan d’église, Beaulieu-sur-Dordogne, février 2015

Fig. 8. Tympan d’église, Beaulieu-sur-Dordogne, février 2015

Le tympan de Beaulieu-sur-Dordogne est composé d’une partie haute traditionnelle, l’apparition du Christ entouré des apôtres, et de deux registres horizontaux en partie basse représentant différents types de créatures monstrueuses.

Photo : Élise Haddad

16Le tympan de Beaulieu-sur-Dordogne en est un bel exemple -> Fig. 8. Il est composé de deux grandes parties. La moitié supérieure constitue une forme de contemplation apostolique, comme il en existe de nombreux exemples, mais elle est enrichie d’une part de motifs représentant la résurrection, et d’autre part de sept petits personnages exotiques, trois à gauche et quatre à droite pour l’observateur, qui introduisent une composition plus complexe, synthétique, rassemblant des éléments tirés de différents passages de l’Apocalypse.

  • 8 Voir Élise Haddad, « Common Space or Cleft Places ? The Example of Beaulieu, an Architectural and (...)

17Les deux registres inférieurs, horizontaux, sont quant à eux restés longtemps énigmatiques, car on ne parvenait pas à identifier les formes monstrueuses qui y figurent. Nous pouvons aujourd’hui, grâce au travail comparatif, y reconnaître différentes bêtes apocalyptiques8. Au registre inférieur, la bête centrale porte sept têtes -> Fig. 9 et on retrouve encore, si l’on regarde attentivement, la trace des dix cornes qu’elle possédait. Elle représente la bête de la mer, issue du chapitre 13 de l’Apocalypse, qui apparaît dans le texte biblique juste après le dragon – tout à fait identifiable sur le tympan de Beaulieu – et avant la bête de la terre, représentée sur le même tympan au même registre, tout à gauche, par un animal ressemblant à un sanglier aux pieds d’ours. Il s’agit de bêtes malfaisantes, représentatives de la présence centrale de forces maléfiques dans les tympans eschatologiques. Le traitement du mal est ici fort différent de l’euphémisation contemplative ou de l’exclusion judiciaire, puisqu’il est figuré directement, en tant que puissance monstrueuse, dans une position très ostensible dans la composition du tympan.

Fig. 9. La bête à sept têtes, tympan (détail), Beaulieu-sur-Dordogne, 2018

Fig. 9. La bête à sept têtes, tympan (détail), Beaulieu-sur-Dordogne, 2018

Les sept têtes et dix cornes permettent de reconnaître la bête de la mer, telle que décrite dans l’Apocalypse.

Dessin : Claire Carpentier

  • 9 Apocalypse 9, 4 : « […] il leur fut ordonné de ne pas nuire à l’herbe sur la terre, ni à aucune ve (...)

18Pour mieux comprendre le rôle de cette présence maléfique, il faut qualifier la nature des créatures qui figurent dans le registre horizontal intermédiaire. En effet, quatre hybrides de lion et d’aigle s’y ébattent. Sur une échelle de valeurs médiévale, leur hybridité même fait naître la méfiance. Néanmoins, le fait qu’ils soient composés d’animaux comme le lion et l’aigle les associe potentiellement à des sortes de griffons, et tempère de fait leur caractère hybride. Les ailes font plutôt figure d’attributs positifs, d’autant que ces créatures marchent sur des nuées et se trouvent donc rattachées à la zone céleste. On peut aussi évoquer l’hybridation végétale de plusieurs queues animales, qui semble compléter ce faisceau d’indices. Ces monstres sont en fait des locustes, bêtes évoquées dans le chapitre 9 de l’Apocalypse. Ces figures sont particulièrement ambivalentes : envoyées par la puissance divine, d’où leur affinité avec le monde céleste, leur mission est de torturer les hommes – ce à quoi elles s’appliquent effectivement sur ce tympan. Elles se végétalisent par la queue, ce qui fait écho à l’injonction divine qui leur est donnée d’épargner tout végétal à la surface terrestre9. Ainsi, le registre médian met en scène un autre type de mal : la souffrance infligée par Dieu, supposée utile, fonctionne par opposition à la personnification purement maléfique du registre inférieur.

Fig. 10. Lions agencés en pyramide, trumeau (détail), Beaulieu-sur-Dordogne, 2018

Fig. 10. Lions agencés en pyramide, trumeau (détail), Beaulieu-sur-Dordogne, 2018

Au bas du trumeau, ce sont des lions qui soutiennent l’ensemble de l’édifice. La virtuosité de leurs acrobaties renforce l’effet produit.

Dessin : Claire Carpentier

  • 10 La reconstitution proposée pour cet article est une image d’artiste, offrant une meilleure lisibil (...)

19Enfin, on observe au trumeau des porteurs humains juchés sur des lions agencés en pyramide -> Fig. 10. D’une part, est ainsi soulignée leur capacité acrobatique de soutien et leur contribution à la solidité de l’ensemble du trumeau. Les bêtes sont des forces adjuvantes puissantes et indispensables à l’édifice ecclésial10. D’autre part, du côté droit, un lion mord un des personnages humains. Atteint à la jambe, ce dernier fléchit légèrement dans sa position et sa fonction. Les lions sont donc à la fois soutien et menace. Enfin, un dernier élément peut être ajouté pour tenter de donner du sens à cet ensemble. Aux deux piédroits sont agencées deux mises à l’épreuve : l’une, du côté ouest, sous la forme de Daniel dans la fosse aux lions, l’autre, du côté est, des trois tentations du Christ -> Fig. 11.

Fig. 11. Représentation d’une mise à l’épreuve sur le piédroit, Beaulieu-sur-Dordogne, février 2015

Fig. 11. Représentation d’une mise à l’épreuve sur le piédroit, Beaulieu-sur-Dordogne, février 2015

Daniel dans la fosse aux lions, entouré des bêtes fauves mais dociles.

Photo : Élise Haddad

20Ces images constituent une clef de lecture pour l’ensemble de la composition. En effet, les lions sont à la fois une puissance nécessaire, aussi bien sous leur forme totalement léonine au trumeau, que sous leur forme hybridée, semi-léonine au registre médian du tympan, mais ils sont également une menace, la source d’une potentielle souffrance. De fait, les piédroits indiquent que ces deux rôles ne sont finalement pas contradictoires : la souffrance est nécessaire pour opérer une mise à l’épreuve spirituelle. Elle représente un obstacle, mais aussi l’occasion de s’élever, comme l’indique l’ensemble de la composition du portail, qui repose sur une dynamique orientée vers la partie haute, céleste et contemplative, du tympan -> Fig. 12.

Fig. 12. Dynamique du portail, Beaulieu-sur-Dordogne, 2018

Fig. 12. Dynamique du portail, Beaulieu-sur-Dordogne, 2018

Schéma : Claire Carpentier et Valentin Vérardo

21Le portail de Beaulieu-sur-Dordogne est parcouru de reprises et d’analogies entre des figures ayant des rôles similaires. La dynamique proposée traverse ce tympan vers l’espace céleste et divin.

22Cette intégration du mal, dans la composition sculptée comme dans le cheminement spirituel, est donc bien différente de celle proposée par les options eschatologiques précédemment décrites. Les événements de l’Apocalypse sont considérés comme des révélateurs de dynamiques à l’œuvre dans le monde présent, au moins autant que comme des événements futurs, suivant en cela l’exégèse majoritaire du texte apocalyptique. Le tympan raconte le mouvement d’une communauté en route sur un même chemin, faisant face aux épreuves et aux obstacles. La composition ne fournit donc pas de clef de compréhension d’une hiérarchie politique, mais contribue à la construction du groupe social, par la mise en images d’une direction commune, d’efforts orientés à travers l’ensemble des temps, et jusqu’à leur fin.

23Les trois options visuelles présentées ici sont toutes compatibles selon le dogme catholique et se réfèrent au même texte, complexe, de l’Apocalypse de Jean. Mais elles proposent des solutions fort différentes au problème de la présence du mal dans le monde, d’une part, et à la manière de faire communauté, d’autre part.

24Dans le premier cas, celui des compositions contemplatives, le mal et la souffrance sont masqués au profit d’une image idéalisée et légitimée de la structure politique. Dans le second cas, celui du Jugement, le mal dans le monde est pris en compte, représenté, et un espace clos lui est alloué dans la composition. La souffrance trouve éventuellement place comme une punition, même s’il s’agit surtout d’une dynamique menaçante d’expulsion qui est mise en œuvre, offrant une solution pour la communauté, mais représentant une menace pour les individus. L’institution qui en contrôle les rouages, à savoir l’Église, accroît de la sorte son pouvoir sur l’ensemble de la communauté chrétienne. Enfin, dans le troisième cas, les forces maléfiques ou douloureuses reçoivent une place importante, conflictuelle et dialectique, mais utile à l’ordre du monde. Elles sont la mise à l’épreuve indispensable à la progression spirituelle. La communauté est alors structurée par une orientation commune, donnée à des individus qui, sans se trouver nécessairement au même état d’avancement, cheminent dans la même direction.

25Ces trois mises en image de l’Apocalypse ont existé de manière concomitante, au xiie siècle, dans un moment de grande diversité eschatologique. Cependant, on ne peut ignorer l’importance du facteur politique dans les options retenues. Dans des temps d’alliance entre pouvoir politique et ecclésial, les scènes de légitimation contemplatives sont de loin les plus nombreuses. En revanche, quand les rivalités entre pouvoir ecclésial et pouvoirs temporels sont attisées, c’est-à-dire à la charnière entre les xiie et xiiie siècles, le Jugement devient une ressource prisée et l’image privilégiée parmi les formules apocalyptiques. Quant à la mise à l’épreuve conflictuelle, elle demeure minoritaire et la plupart des œuvres qui en ont fait usage ont été mal conservées, preuve qu’elle ne constituait pas un discours efficace pour l’Église en tant qu’institution. Ces images ont été largement remplacées par d’autres et reléguées dans des lieux périphériques. L’essentiel des exemples relevés sont donc aujourd’hui fragmentaires ou endommagés.

  • 11 Philippe Descola, « L’envers du visible. Ontologie et iconologie », in Histoire de l’art et anthro (...)

26Les communautés auxquelles ces trois figurations inspirées de l’Apocalypse donnent forme ne sont pas circonscrites de la même manière. Là où les images de Moissac et de Beaulieu font une large place au monde non humain, animal et végétal, le tympan de Conques, pourtant contemporain, polarise sa mise en ordre sur la société humaine. Cela annonce des choix qui seront effectivement de plus en plus suivis dans les siècles suivants. Hasardons l’hypothèse, pour finir, que la préoccupation accrue de contrôle sur la société humaine et la concurrence entre institution spirituelle et institution temporelle pour acquérir ce pouvoir ont sans doute joué un rôle dans le grand mouvement, multifactoriel et au long cours11, qui a progressivement réduit la focale, au fil des siècles, sur un monde exclusivement humain.

Haut de page

Notes

1 On ne reviendra pas ici sur les abondants débats concernant la valeur eschatologique de l’Apocalypse (les événements apocalyptiques se déroulent-ils, ou non, à la fin des temps ?). Les options figuratives décrites valent à la fois pour le présent, dont elles révèlent la signification, mais font aussi figure d’annonce plus ou moins précise de la fin des temps à venir.

2 Yves Christe, « De l’absence ou des lacunes d’Ap 15, 1-20-15 dans les cycles apocalyptiques monumentaux des xie-xiie siècles », Settimana di studio del centro italiano di studi sull’alto medioevo, Testo e immagine nell’alto medioevo, XLI 15-21 aprile 1993, Spoleto no 41, 1994, p. 801-837, en particulier p. 820-821.

3 Peter Klein, « L’emplacement du Jugement dernier et de la Seconde Parousie dans l’art monumental du haut Moyen Âge », in L’emplacement et la fonction des images dans la peinture murale du Moyen Âge. Actes du 5e séminaire international d’art mural, Saint-Savin, Centre international d’art mural, 1993, p. 89-101.

4 La datation ne cesse d’en être avancée vers les premières années du xiie siècle. Voir Jean-Claude Bonne, L’art roman de face et de profil. Le tympan de Conques, Paris, Le Sycomore, 1985.

5 Jacques Le Goff, La naissance du purgatoire, Paris, Gallimard, 1981.

6 Voir à ce propos Jean Wirth, L’image à l’époque gothique, Paris, Le Cerf, 2008, p. 368 et suiv. L’auteur y parle d’un « humanisme gothique » pour qualifier cette focalisation sur l’humain et les représentations sociales qui en découlent.

7 Si nous traitons ici l’exemple de Beaulieu-sur-Dordogne, évoquons également les fresques de Civate et Fasano, ou encore les sculptures de Schloss Tirol comme exemples de ce type de composition.

8 Voir Élise Haddad, « Common Space or Cleft Places ? The Example of Beaulieu, an Architectural and Figured Space », in Meg Boulton, Jane Hawkes & Heidi Stoner (dir.), Place and Space in the Medieval World, Abindgon-on-Thames, Routledge, 2017, p. 114-125.

9 Apocalypse 9, 4 : « […] il leur fut ordonné de ne pas nuire à l’herbe sur la terre, ni à aucune verdure, ni à aucune plante. »

10 La reconstitution proposée pour cet article est une image d’artiste, offrant une meilleure lisibilité au lecteur. Pour une image argumentative, on pourra se référer à Élise Haddad, « (Ré ?)utilisation de formes anciennes dans le décor sculpté de Beaulieu-sur-Dordogne », Questes no 40, 2019, p. 99-116.

11 Philippe Descola, « L’envers du visible. Ontologie et iconologie », in Histoire de l’art et anthropologie, Paris, INHA & Musée du quai Branly, 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Arc triomphal de Saint-Paul-hors-les-murs, Rome
Crédits Source : Wikicommons
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18231/img-1.jpg
Fichier image/, 385k
Titre Fig. 2. Tympan d’église, Moissac, mai 2017
Légende Vingt-quatre personnages assis et couronnés entourent le Christ.
Crédits Photo : Élise Haddad
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18231/img-2.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre Fig. 3. Dessins des voussures animales (détails), Moissac, 2018
Légende Dans les voussures internes (ligne du bas sur le dessin), les animaux sont classés par espèces ; dans les voussures extérieures au portail (ligne du haut), ils sont hybridés.
Crédits Dessin : Claire Carpentier
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18231/img-3.jpg
Fichier image/, 347k
Titre Fig. 4. Portail d’église, Moissac, mai 2017
Légende L’ensemble du portail est constitué d’un tympan représentant une contemplation et d’un certain nombre de sculptures périphériques, dont les voussures animales.
Crédits Photo : Élise Haddad
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18231/img-4.jpg
Fichier image/, 287k
Titre Fig. 5. Mosaïque du Jugement dernier de la cathédrale Santa Maria Assunta, Torcello, Venise, xiie siècle
Crédits © B.O’Kane / Alamy
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18231/img-5.jpg
Fichier image/, 2,2M
Titre Fig. 6. Tympan d’église, Conques, mai 2017
Légende Le tympan de Conques est le premier Jugement dernier sculpté exemplaire.
Crédits Photo : Élise Haddad
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18231/img-6.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre Fig. 7. Schéma du tympan de l’église de Conques, 2018
Légende Le tympan met en scène une séparation stricte entre damnés et élus.
Crédits Schéma : Claire Carpentier
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18231/img-7.jpg
Fichier image/, 1,4M
Titre Fig. 8. Tympan d’église, Beaulieu-sur-Dordogne, février 2015
Légende Le tympan de Beaulieu-sur-Dordogne est composé d’une partie haute traditionnelle, l’apparition du Christ entouré des apôtres, et de deux registres horizontaux en partie basse représentant différents types de créatures monstrueuses.
Crédits Photo : Élise Haddad
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18231/img-8.jpg
Fichier image/, 6,2M
Titre Fig. 9. La bête à sept têtes, tympan (détail), Beaulieu-sur-Dordogne, 2018
Légende Les sept têtes et dix cornes permettent de reconnaître la bête de la mer, telle que décrite dans l’Apocalypse.
Crédits Dessin : Claire Carpentier
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18231/img-9.jpg
Fichier image/, 189k
Titre Fig. 10. Lions agencés en pyramide, trumeau (détail), Beaulieu-sur-Dordogne, 2018
Légende Au bas du trumeau, ce sont des lions qui soutiennent l’ensemble de l’édifice. La virtuosité de leurs acrobaties renforce l’effet produit.
Crédits Dessin : Claire Carpentier
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18231/img-10.jpg
Fichier image/, 448k
Titre Fig. 11. Représentation d’une mise à l’épreuve sur le piédroit, Beaulieu-sur-Dordogne, février 2015
Légende Daniel dans la fosse aux lions, entouré des bêtes fauves mais dociles.
Crédits Photo : Élise Haddad
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18231/img-11.jpg
Fichier image/, 490k
Titre Fig. 12. Dynamique du portail, Beaulieu-sur-Dordogne, 2018
Crédits Schéma : Claire Carpentier et Valentin Vérardo
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18231/img-12.jpg
Fichier image/, 317k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élise Haddad, « Former une communauté par la fin »,Terrain, 71 | 2019, 158-181.

Référence électronique

Élise Haddad, « Former une communauté par la fin », Terrain [En ligne], 71 | avril 2019, mis en ligne le 13 mai 2019, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/terrain/18231 ; DOI : 10.4000/terrain.18231

Haut de page

Auteur

Élise Haddad

École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Gahom-Ahloma

Haut de page
  • Logo INSHS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals