Navigation – Plan du site
2019

Signer la déportation

Agencéité migrante et retours volontaires depuis le Maroc
Anissa Maâ

Résumés

Peut-on vraiment parler de « retours volontaires » dans un contexte de fermeture aux migrations irrégulières ? Partant d’une séquence particulière d’un terrain de recherche au Maroc, circonscrite au seuil de la mission de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) à Rabat, devant laquelle des « aventuriers » camerounais et guinéens s’étaient installés en attendant de se voir attribuer l’aide au retour proposée par l’agence, l’article interroge la dialectique de l’agencéité migrante et du retour volontaire en dehors des termes dichotomiques de la contrainte et de la volonté. Venus jusqu’à l’OIM pour « signer la déportation », les étrangers-migrants définissent des formes hétérogènes d’agencéité face aux contraintes de la procédure institutionnelle d’une part, et en faveur de leur retour d’autre part : usage de la vulnérabilité et de l’incertitude, protestations collectives, détournement symbolique du décor sécuritaire de l’éloignement. Au-delà de la contrainte et de la volonté, ce sont donc avant tout les modalités du retour – et en particulier sa temporalité – qui mobilisent les aventuriers aux prises avec une procédure de l’OIM.

Haut de page

Texte intégral

« Coming home »

  • 1 « Je rentre chez moi. Je rentre chez moi. Dites au monde que je rentre chez moi. Que la pluie effa (...)

« I’m coming home, I’m coming home. Tell the world I’m coming home. Let the rain wash away all the pain of yesterday. I know my kingdom awaits, and they’ve forgiven my mistakes. I’m coming home, I’m coming home. Tell the world I’m coming1 ».

« Coming home »

  • 2 CNN, « People for sale. Exposing migrant slave auctions in Libya », octobre 2017, en ligne : https (...)
  • 3 Fonds fiduciaire d’urgence en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de (...)
  • 4 IOM, « Latest Voluntary Humanitarian Return Charter from Libya Brings Total Returnees to Over 40,0 (...)

Les images sont saisissantes. Les rapatriés reprennent à l’unisson le tube du rappeur américain P. Diddy, emmitouflés dans les survêtements distribués par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), agence intergouvernementale maîtresse d’œuvre de leur rapatriement depuis la Libye. En plein vol, ils sont plus de cent-cinquante migrants nigérians à faire entendre leur joie de rentrer au pays. Ils chantent et tapent des mains, sourire aux lèvres, tout encouragés qu’ils sont par un travailleur de l’OIM. Filmé de dos et reconnaissable à son chasuble bleu frappé du logo de l’agence, il circule dans l’allée centrale de l’avion et donne le rythme au chœur des migrants. Ce jour-là, il mesure certainement le potentiel de cette scène de liesse pour la promotion de son organisation, dont les programmes d’aide au retour sont régulièrement signalés comme étant des formes dissimulées de déportation. Nous sommes en mars 2017. Dans quelques mois, le monde découvrira l’autre versant de ces images d’allégresse, celui des « migrants vendus comme esclaves en Libye2 ». L’écho médiatique de « l’enfer libyen » contribuera à la popularité des « retours volontaires humanitaires » mis en œuvre par l’OIM et financés depuis 2016 par le Fonds fiduciaire de l’Union européenne3. Entre 2015 et le début de l’année 2019, l’OIM organisait le retour de 40 000 personnes au départ de la Libye4.

  • 5 L’acronyme AVRR correspond à la nomination anglophone des programmes (Assisted Voluntary Return an (...)

L’enthousiasme des étrangers-migrants s’apprêtant à rentrer au pays dans ce cadre peut toutefois déconcerter le chercheur familier des études sur les migrations internationales. En effet, la littérature académique a largement souligné dans quelle mesure un retour non triomphal au pays peut être synonyme de relégation sociale (Peutz 2010), en particulier lorsque les retournés se retrouvent dans l’incapacité de répondre aux attentes morales et financières de la communauté d’origine (Flahaux, Eggerickx & Schoumaker 2017 ; Kleist 2017). Comment, dès lors, appréhender la participation des étrangers-migrants à leur retour volontaire ? Spectaculaires et largement médiatisées, les opérations de rapatriement de l’OIM existent également sous une forme plus discrète et individualisée d’éloignement volontaire : les programmes d’« Aide au retour volontaire et à la réintégration » (AVRR)5.

Diddy, Dirty Money, featuring Skylar Grey, « Coming home », Last train to Paris, 2010

Retours volontaires ?

La littérature se polarise autour d’une question : « À quel point les retours volontaires sont-ils volontaires ? » (Webber 2011) Dans cette perspective, de nombreux travaux se sont attachés à évaluer la volonté des étrangers-migrants ; ils soulignent l’origine contrainte de la décision de retour : cette dernière résulte généralement d’une notification administrative d’ordre de quitter le territoire, d’un refus de protection étatique ou d’une procédure formelle d’expulsion (Scalettaris & Gubert 2018). Par conséquent, certains auteurs proposent de distinguer plusieurs catégories de retour selon le degré de liberté du choix (Cassarino 2008) ou de troquer le terme de « retour volontaire » par ceux de « retour induit » (Koch 2014), de « retour contraint » (Cherti & Szilard 2013) ou de « retour imposé » (Dünnwald 2013). D’autres enfin refusent plus catégoriquement le qualificatif de « volontaire » aux retours effectués par le biais d’une assistance d’État (Blitz, Sales & Marzano 2005), considérant la volonté des retournés comme un « artifice » du fait de sa conformité aux objectifs gouvernementaux antimigratoires (Chappart 2009). Ces dernières analyses mettent en évidence les dynamiques contemporaines de dépolitisation de l’expulsion (Pécoud 2017). Elles conduisent toutefois à négliger le rôle des étrangers-migrants dans le processus de retour. Or, bien que la notion de « volonté » concoure à la légitimation de l’éloignement, il reste envisageable que les étrangers-migrants contribuent en pratique à leurs retours volontaires.

Pour interroger les modalités de cette participation au retour, il est pertinent de dépasser le cadre d’analyse européen qui prédomine actuellement en la matière. À l’origine définies depuis l’Europe, les politiques d’aide au retour se sont en effet diversifiées et étendues géographiquement, notamment dans les États africains reconnus comme des pays de transit ou d’immigration. C’est le cas du Maroc, qui accueille officiellement depuis 2005 les programmes d’« Aide au retour volontaire et à la réintégration » (AVRR), mis en œuvre par l’intermédiaire de l’OIM, afin d’organiser le retour dans leurs pays d’origine d’étrangers-migrants, principalement ouest et centre-africains, présents sur le territoire national.

Lorsqu’au printemps 2016 j’engage pour la première fois mes recherches au Maroc, l’ouverture de mon enquête ethnographique soulève une première interrogation : comment « localiser le terrain » de cet objet d’action publique internationale (Siméant 2012) ? Mes réflexions d’alors me poussaient à envisager les retours volontaires principalement par le prisme de l’agence intergouvernementale officiellement responsable de leur mise en œuvre dans le pays. Aussi pris-je le parti de me rendre à la mission de l’OIM à Rabat. J’assistai alors à une situation particulière. Devant les murs d’enceinte protégeant les bâtiments de l’institution séjournaient, depuis plusieurs semaines déjà, une trentaine de jeunes hommes venus « signer la déportation ». Majoritairement de nationalités camerounaise et guinéenne (Guinée Conakry), ils s’étaient installés devant les bureaux de l’OIM dans l’attente de se voir attribuer une assistance au retour. Malgré les injonctions plus ou moins cordiales que le personnel de l’agence me fit de ne pas rester sur place, les interrogations suscitées par la découverte de cette installation m’incitèrent à en faire un terrain d’étude privilégié.

Tout d’abord, l’impatience des étrangers-migrants à rentrer au pays contredisait l’idée d’une pure facticité de la volonté et l’incapacité de l’OIM à répondre à leur demande nuançait la toute-puissance de l’agence en matière d’éloignement. Les aspirants installés sur les trottoirs étaient venus par leurs propres moyens afin de s’enregistrer comme volontaires au retour et passaient ici leurs journées pour défendre la priorité de leur cas. En outre, ils étaient amenés à démarcher eux-mêmes leurs ambassades pour l’obtention des laissez-passer indispensables à leur voyage jusqu’au pays d’origine. Apparemment, les candidats au retour tenaient un rôle non négligeable dans la procédure d’éloignement. Je décidai alors de me faire une place dans l’espace à la fois peuplé, circonscrit et soumis à la surveillance de l’OIM que je trouvais devant les bureaux de l’agence. J’y retournai régulièrement durant six semaines, jusqu’au jour tant attendu du départ des aspirants au retour vers leurs pays d’origine.

C’est à partir de cette situation particulière que je souhaiterais interroger la dialectique de l’agencéité migrante et du retour volontaire. La description des trottoirs occupés de l’organisation mettra tout d’abord en évidence dans quelle mesure la venue des demandeurs jusqu’aux portes de l’agence résulte à la fois des modalités d’attribution différentielle de l’aide au retour et de la dépendance de l’OIM à la participation d’acteurs tiers pour l’éloignement des étrangers-migrants. Non vulnérables au sens de l’institution, nos protagonistes sont soumis plus que d’autres à l’attente avant de pouvoir rentrer au pays. Cette temporalité contrainte est un point nodal autour duquel se jouent les rapports de force les plus saillants de la période de préparation au retour. Dans ce cadre, j’analyserai plus globalement la capacité d’action des demandeurs dans et sur les modalités – et en particulier le tempo – de cette étape particulière de la trajectoire de retour.

Fig. 1. Brochure réalisée par l’OIM en 2009 dans le cadre d’une campagne d’information sur le retour volontaire au Maroc et en Libye

Fig. 1. Brochure réalisée par l’OIM en 2009 dans le cadre d’une campagne d’information sur le retour volontaire au Maroc et en Libye

Crédits : Organisation internationale pour les migrations, Fondation Orient Occident, Dessins par JF – Chanson

Sur les trottoirs de l’OIM

La mission

  • 6 Accord de siège signé à Genève le 22 février 2005, ratifié en juin 2006 et publié au Bulletin offi (...)

Au Maroc, la mission de l'OIM enregistra sa première activité officielle de retour volontaire à l’automne 2005, après les « événements de Ceuta et Melilla » durant lesquels une quinzaine de migrants trouvèrent la mort aux frontières hispano-marocaines (Conseil consultatif des droits de l’homme 2007). L’agence avait alors été sollicitée pour organiser le rapatriement collectif de « migrants en détresse », 220 ressortissants maliens éloignés collectivement, « à bord d’un avion spécialement affrété par l’OIM, sur demande des gouvernements marocain et malien, au départ de la ville d’Oujda au nord-est du Maroc » (OIM 2005 : 16). Quelques mois plus tard, le Maroc formalisait l’ouverture d’une mission officielle de l’OIM à Rabat6. En 2007, le ministère de l’Intérieur signait avec l’agence un Mémorandum d’entente « pour la mise en œuvre d’un programme de coopération relatif au retour volontaire et à l’aide à la réintégration dans les pays d’origine des migrants en situation administrative irrégulière dans le Royaume » (amendé en février 2014, juin 2015 et mai 2016) (Ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration 2017 : 97).

Depuis, l’agence poursuit ses activités au Maroc avec une certaine irrégularité « essentiellement due aux capacités de financement disponibles pour assurer la continuité du programme » (OIM 2010). À deux reprises, les retours ont dû être suspendus : en mars 2010 et surtout en 2012 pour une durée de près d’un an (OIM 2013). Cette indigence ponctuelle s’explique par la dépendance structurelle de l’OIM aux contributions de ses bailleurs externes (Lavenex 2016). Financés à l’origine exclusivement par le Maroc, les programmes AVRR bénéficient depuis 2013 des contributions conjuguées de l’UE et de certains de ses États membres, d’une part, et du ministère de l’Intérieur marocain, d’autre part, lequel finançait entre 2014 et 2017 le transport aérien pour 5 000 retours. Avec 1 733 départs au total, l’année 2017 enregistrait « le plus grand nombre de retours assistés depuis le début du programme en 2005 » (OIM 2017 : 9). Pour l’année 2019, l’UE prévoyait « le retour volontaire effectif de 5 000 à 6 000 migrants […] dont au moins 30 % de femmes migrantes » (Union européenne 2016 : 58).

Fig. 2. Évolution du nombre de retours effectués par l’OIM depuis 2005

Fig. 2. Évolution du nombre de retours effectués par l’OIM depuis 2005

Source : OIM, Assistance au retour volontaire et à la réintégration depuis le Maroc, Rapport annuel 2018, p. 4

La mission principale de l’OIM au Maroc est installée dans un quartier pavillonnaire de Rabat. Le long de ses allées résidentielles et fleuries, on circule à pied au fil des cabines de gardiennage et des salutations aux employés en charge de la surveillance. Des résidents, on n’aperçoit que le passage rapide en voiture ou la silhouette avant la fermeture d’un portail électrique. On croise plus volontiers en revanche un jardinier outillé ou une travailleuse domestique conduisant des enfants en poussette. Le reste des activités humaines se déroule à l’abri des murs qui entourent les imposantes villas. Dans ce même quartier, on trouve le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), une antenne de la Direction générale de la Sûreté nationale et de nombreuses ambassades. À quinze minutes à pied seulement, se situe le quartier de Taqaddum, dont on dit qu’il est chaâbi (« populaire »). Ses dédales étroits hébergent une grande partie de la population migrante à Rabat, installée dans des « ghettos », « foyers » ou habitats individuels. Sur la large avenue poussiéreuse qui le relie à l’OIM, on trouve, autour des taxis collectifs en instance de départ et du Château d’eau planté à l’entrée du marché populeux, des groupes de jeunes migrants en quête de rencontres et de ressources (Dessertine 2015). Observant le ballet des passants qui se régalent de jus de fruits ou de beignets, ils espèrent un quelconque travail journalier ou patientent entre deux rendez-vous au Centre accueil migrants de la Caritas (CAM) installé à proximité.

Au printemps 2016, l’OIM Maroc compte une cinquantaine d’employés, dirigés par une « cheffe de mission » portugaise aujourd’hui secondée par une « chargée de programme » espagnole. La direction des projets est conduite par le « staff international », recruté hors du territoire marocain, familier des organisations internationales et bénéficiant de contrats d’embauche avantageux. La mise en œuvre quotidienne des programmes AVRR est assurée par « l’équipe AVR » (aujourd’hui une dizaine d’agents), au sein de laquelle trois employés marocains occupent des fonctions importantes. Le premier est responsable des relations avec le ministère de l’Intérieur, récupère les laissez-passer auprès des ambassades et accompagne chaque départ jusqu’à l’aéroport de Casablanca. Le second est chargé de la planification des « mouvements » de retour en fonction des disponibilités sur les vols de Royal Air Maroc, la compagnie aérienne nationale. Le troisième est un ancien agent de sécurité de l’OIM, devenu « agent communautaire » grâce à ses bons rapports avec les migrants et ses qualités de physionomiste, utiles pour reconnaître les bénéficiaires tentés par un usage multiple de l’aide au retour. Les entretiens avec les demandeurs sont quant à eux réalisés par de jeunes stagiaires ou des employés internationaux recrutés sous contrats locaux. Enfin, un « agent de liaison », mobile et toujours évoqué avec discrétion à l’OIM, travaille depuis le nord du pays et transmet à Rabat les cas d’aspirants au retour directement issus des régions frontalières.

Deux villas composent la mission, la plus récente étant entièrement réservée à l’organisation des retours volontaires vers et depuis le Maroc. Les bâtiments se dérobent à la vue, protégés par une enceinte végétalisée au-dessus de laquelle flotte le drapeau de l’OIM et par des caméras de surveillance. Sous leur œil, la présence ostensible des volontaires au retour perturbe le paysage. Quand je les rencontre en ce frais début de printemps, rares sont les occupants qui ne superposent pas les couches d’habits. Des affaires emballées sont accrochées aux branches des arbres et, lorsque la nuit a été pluvieuse, on trouve le lendemain des matelas en train de sécher contre les façades des villas. Mais le quartier est trop chic pour autoriser l’apparition d’abris de fortune. Dès lors, toujours exposés aux regards, parfois assis, couchés, debout, quelquefois seuls et généralement en groupe, les candidats au retour occupent la route et les trottoirs environnants, selon les affinités de chacun, mais surtout conformément à leur nationalité. Et, chaque soir, la même voiture de la Sûreté nationale leur enjoint de se déplacer jusqu’à l’auvent du UNHCR voisin sous lequel ils sont autorisés à passer la nuit.

Les aventuriers

Tous les aspirants au retour se disent « aventuriers » et font valoir un ethos de la conquête de l’honneur et de la réalisation de soi par l’expérience du risque. Comme l’écrit Matthieu Louis :

« Au-delà du déplacement territorial, l’aventure se comprend à l’aune des difficultés que comporte une telle entreprise. Elle mobilise des valeurs telles que le courage et l’abnégation, l’oubli de soi-même. Prendre la route, c’est risquer, c’est oser. Le courage, référent axiologique central, est la valeur force au fondement du défi lancé au destin. […] Le parangon de l’acte héroïque prend véritablement sa forme dans les déplacements au caractère hautement mortifère comme les traversées maritimes ou celles du Sahara. La mort se dessine sur toutes les lèvres, derrière chaque vague, derrière chaque dune, derrière chaque représentant armé des autorités nationales. » (Louis 2013 : 553)

Cela étant, l’aventure recouvre une pluralité d’aspirations et de modes circulatoires et n’est pas réductible aux épisodes de traversées frontalières. En effet, elle donne surtout lieu à des phases d’attente et d’installation plus ou moins longues dans les pays traversés (Bredeloup 2008). De ce fait, l’étape marocaine est « un espace migratoire où s’organisent la rencontre et la confrontation d’anciennes et de nouvelles migrations, [qui] articule différentes strates [et] révèle des clivages entre vagues, groupes et nationalités » (Timera 2009 : 177). Dans ce sens, on peut distinguer sur les trottoirs de l’OIM deux profils d’aventuriers « partis se chercher ».

Les Camerounais se sont installés aux abords des deux armoires électriques, profitant du siège, de l’ombre et du peu d’intimité offerts par le mobilier urbain. À l’exception du doyen du groupe originaire de la région anglophone du sud-ouest, ils sont tous âgés d’une vingtaine ou trentaine d’années, ont leurs quartiers dans les villes de Douala et Yaoundé et s’expriment en francam (langue des métropoles camerounaises). Pour la plupart, ils ont étudié à l’université et certains sont de jeunes pères « sortis » avant la naissance de leur premier enfant. Les ressources qui ont financé le voyage doivent beaucoup au travail fourni en Algérie (notamment sur les chantiers de construction) et parfois aux techniques de faux-monnayage pratiquées à la suite de leurs « anciens » aux dépens des habitants des zones rurales algériennes rencontrés en route (feymania). Ils se disent simultanément « forestiers » et « choqueurs », en référence aux années de vie passées « en forêt » dans les zones frontalières du nord marocain et au « choc » contre les barrières de Ceuta et Melilla et les forces de l’ordre. Beaucoup ont mené entre cinq et quinze « frappes », technique offensive qui consiste à franchir collectivement les frontières hispano-marocaines à l’aide d’échelles artisanales, de clous aux chaussures, de crochets aux mains et de projectiles destinés aux gardes-frontières. Ce mode de passage peu onéreux ne requiert que le paiement d’un « droit d’installation » de quelques dizaines d’euros aux chefs des « gouvernements » migrants qui structurent la vie sociale « en forêt ». Pour ces « forestiers », l’aventure est substantiellement marquée par la violence, la prolongation du temps de vie en frontière et l’expérimentation existentielle d’une rupture avec l’humanité (Richter 2016). Sur les trottoirs qui les accueillent, ils jouent aux cartes en médisant au sujet du vieux Paul Biya, blaguent sur l’avenir de benskineur (« moto-taxi ») que leur promettent les projets de réintégration de l’OIM, ou se laissent aller à la douce perspective d’une Guinness fraîche. Calmes et sérieux, ils considèrent mal le comportement agité des jeunes Guinéens avec lesquels ils cohabitent.

  • 7 Aujourd’hui objet d’une attention politique particulière (l’OIM y a ouvert un sous-bureau régional (...)
  • 8 Issu de l’album Koun Faya Koun, 2010.

Les Guinéens se sont établis plus bas, tout à fait hors du champ des caméras de l’OIM. Ils sont mineurs pour la plupart et se disent originaires de Mamou, ville carrefour du centre de la Guinée qui symbolise – indépendamment de leurs régions natales – leur départ à l’aventure7. Majoritairement issus du groupe ethnique peul et à peine sortis de l’école, ils sont déjà des participants chevronnés aux manifestations contre le gouvernement d’Alpha Condé. Leur jeunesse tient une place centrale dans leur manière de penser l’aventure, qu’ils envisagent comme une opportunité de s’affranchir de leurs foyers et de devenir adultes hors des structures sociales de la communauté d’origine. Partis récemment sur les routes, ils expriment souvent leur refus de s’éterniser en chemin et d’affronter les barrières de Ceuta et Melilla. Préférant « la connexion » maritime, ils ont été interceptés par la Marine nationale ou n’ont pas obtenu le soutien familial nécessaire au paiement du « convoi » (entre 2 000 et 5 000 euros). D’autres cependant n’ont jamais tenté la traversée, mais circulent entre les villes marocaines et les « foyers » de leurs compatriotes, subsistant grâce à la mendicité ou aux services informels rémunérés (notamment le balayage des rues). Moins attachés à la vie en frontière que leurs confrères camerounais, ils connaissent également mieux la ville de Rabat et ses opportunités d’aide humanitaire, dont ils bénéficient plus aisément du fait de leur jeune âge. Au sein du groupe, trois adolescents se disputent amicalement un vélo et font des tours dans les rues adjacentes à l’OIM. Depuis le téléphone qu’ils se partagent également, le tube du duo Banlieuz’art, Ko Ma Bourama, tourne en boucle. Sur un rythme reggae, les chanteurs invitent la jeunesse guinéenne à rester au pays plutôt que de tenter une funeste aventure8.

Banlieuz’art, « Ko Ma Bourama », Koun Faya Koun, 2010

Cette hétérogénéité sociale encourage les deux groupes majoritaires à entretenir une relative distance spatiale et relationnelle. Cet écart tient aussi à la concurrence qu’ils éprouvent dans leur attente. En effet, l’organisation des vols de retour selon des critères de nationalité et de vulnérabilité favorise un sentiment de rivalité entre eux. Cependant, cette animosité reste latente et les griefs qui se font entendre se dirigent avant tout vers l’institution en charge de leurs retours.

La mise en attente

Soumis à l’attente durant le voyage, les aventuriers le sont également alors qu’ils s’apprêtent à rentrer au pays sous les auspices de l’OIM. À première vue, les rapports de pouvoir dans ce face-à-face peuvent sembler évidents : les candidats au retour sont contraints à l’attente par l’agence qui a le pouvoir de leur octroyer quand bon lui semble l’assistance sollicitée. Cette dissymétrie est objective autant que symbolique, puisque l’expérience de l’attente est également productrice d’une dévaluation de la partie obligée à la patience :

« Être mis en attente – en particulier durant un temps inhabituellement long – c’est se voir signifier que son propre temps (et par conséquent sa valeur sociale) est moins précieux que le temps et la valeur de celui qui impose l’attente. » (Schwartz 1974 : 856, traduit par l’auteur)

Tributaires du tempo imposé par l’agence détentrice de la ressource qu’ils sont venus réclamer, les demandeurs expérimentent dans l’attente la subordination de leur trajectoire de vie aux règles de l’institution. Cela étant dit, la maîtrise de la temporalité des retours par l’OIM est moins évidente qu’elle n’y parait, l’organisme étant lui-même soumis à un certain nombre de contraintes qui peuvent ajourner l’organisation des retours. On peut notamment citer l’obtention des financements des bailleurs externes, la signature des autorisations de sortie par le ministère de l’Intérieur, la disponibilité des vols de la compagnie aérienne nationale et la délivrance des documents de voyages par les ambassades. Sur ce dernier point en effet, le rôle pacificateur de l’OIM dans les procédures interétatiques de réadmission n’empêche pas les ambassades de statuer souverainement sur le retour de leurs ressortissants (Collyer 2012). Comme l’explique un membre de l’équipe AVR à propos du zèle des agents consulaires ivoiriens dans l’attribution des laissez-passer :

« On ne peut pas imposer à l’ambassade un mode de fonctionnement. C’est à eux de définir les règles. Parce qu’ils ont leurs raisons. Peut-être que dans le passé y’a des gens qui ont essayé de tricher, des gens qui semblaient pas ivoiriens, ou qui ont amenés des faux documents. Donc on ne peut pas… Déjà ils collaborent bien avec nous, on a une très bonne relation. Eux ils doivent s’assurer que la personne est bien ivoirienne, qu’elle est ressortissante de leur pays. Et ils ont leurs guidelines que nous on ne peut pas imposer. Alors tant qu’on n’a pas le laissez-passer on ne peut pas assister la personne. »

L’OIM n’a donc pas toutes les cartes en main concernant l’orchestration des retours. En outre, les demandeurs ne sont pas soumis à l’attente de la même façon. Un « chargé de projet » de l’agence explique :

« C’est pas la première fois qu’il y a du monde devant la porte. C’est déjà arrivé. Mais actuellement c’est une des situations les plus remarquables. Donc la hausse des demandes est vraiment plus remarquable. Après c’est aussi vrai que nous on a une liste de critères de vulnérabilité [et] évidemment, les moments [où] la demande est plus élevée, on essaye [de] filtrer les personnes qui sont les plus vulnérables. Souvent les personnes qui sont devant la porte, ce sont des personnes qui… Forcément ils croient que si ils restent devant la porte ils vont avoir un accès prioritaire pour le retour. Et nous de notre côté, on essaye à bien filtrer ceux qui sont vraiment les plus vulnérables, qui sont pas forcément toujours ceux qui sont devant la porte. »

La situation observée à cet instant sur les trottoirs de l’OIM n’est donc exceptionnelle que par son ampleur. Elle résulte plus fondamentalement des modalités d’attribution différentielle de l’aide au retour. L’agence offre son assistance « aux migrants vulnérables et en détresse et aux migrants souhaitant rentrer dans leur pays d’origine [n’en] n’ayant pas les moyens financiers et/ou légaux » (OIM s. d.). Elle réserve dans ce cadre une prise en charge prioritaire aux personnes vulnérables. Permettre le retour du plus grand nombre tout en privilégiant les plus fragiles traduit, d’une part, l’objectif d’éloignement des programmes AVRR et, d’autre part, les craintes des bailleurs de l’OIM de voir les étrangers-migrants détourner les retours de leur fonction première. Redoutant de se transformer en une « agence de voyage » au service des aventuriers, l’agence donne par conséquent la priorité aux demandeurs les moins enclins à user de l’aide au retour dans des projets migratoires ultérieurs (OIM 2015).

L’OIM reconnait trois catégories de migrants vulnérables : les « victimes de traite », les « mineurs non accompagnés » et les « cas médicaux ». Parallèlement, le personnel de l’agence travaille à partir d’indicateurs de vulnérabilité visant à évaluer le degré de précarité du demandeur. Le même chargé de projet explique :

« Y’a certains critères qui sont fixes, certains groupes qui sont plus vulnérables que d’autres : les victimes de la traite, les mineurs et les cas médicaux. Mais il y a aussi une série d’autres critères qui indiquent la précarité d’une personne. C’est déjà le fait d’être femme seule, femme avec enfant, d’avoir pas de logement etc., etc., etc. Y’a une série de choses que nous on prend en considération. […] Ça ce sont des documents internes que nous on utilise pour faire nos entretiens, et il y a plusieurs raisons pour lesquels ils sont internes. C’est pas des documents qu’on partage à l’extérieur. Pas pour cacher quelque chose mais pour bien évidemment éviter qu’il y [ait] une manière des migrants de trouver un moyen d’être traité de manière préférentielle par exemple. Donc c’est quelque chose qui n’est pas externe. »

En 2016, l’OIM orchestrait 1 500 retours, dont 16 % de femmes et 75 cas seulement correspondant aux catégories vulnérables précitées (OIM 2016 : 7). En 2017, l’agence effectuait 1 733 retours, dont 23 % de femmes et 54 cas vulnérables (OIM 2017 : 9). Les demandeurs non vulnérables au sens de l’institution forment donc le contingent majoritaire des bénéficiaires de l’aide au retour depuis le Maroc. Ainsi, la situation des aventuriers occupant les trottoirs de l’OIM est singulière autant qu’elle est représentative des enjeux auxquels se confronte la majorité des indésirables aux prises avec une procédure d’aide au retour volontaire. Durant la période d’attente pré-départ, nos protagonistes démontrent leur capacité à répondre aux contraintes institutionnelles et à agir sur les modalités – et en particulier le tempo – de leur retour au pays.

Fig. 3. Tous les moyens sont bons pour entrer en contact avec l’OIM et exprimer son empressement à rentrer au pays.

Fig. 3. Tous les moyens sont bons pour entrer en contact avec l’OIM et exprimer son empressement à rentrer au pays.

Source : https://www.google.be/​search?client=opera&q=oim+maroc&sourceid=opera&ie=UTF-8&oe=UTF-8#lpqa=d,2

Agencéité et retour volontaire

Vulnérabilité

L’évaluation de la vulnérabilité des demandeurs étant conduite durant les entretiens obligatoires qui suivent l’enregistrement à l’OIM, il n’est pas rare de voir certains profiter de ces interactions en tête-à-tête pour tenter d’obtenir un traitement prioritaire de leur dossier et ce y compris en usant de certaines ruses. Un membre de « l’équipe AVR » raconte :

« Par exemple un mec un jour il est venu. Bon moi j’ai vu tout de suite qu’il faisait de la comédie. Parce que le mec il vient il fait ça : “bvrr bvrr bvrr (mime une personne qui tremble)”. Il tremblait, il grelottait, il faisait son cinéma ! Et quelqu’un qui tremble, il en fait pas autant. Tout de suite moi j’ai capté. Et quand il est arrivé, je sais plus ce qui s’est passé, je pense que j’avais pas la copie de son passeport ou quoi. J’ai dû aller au bureau faire une photocopie, aller récupérer un truc et revenir. Donc quand je suis sorti de la salle d’entretien, il a arrêté. Et quand je suis revenu, il ne s’est pas rendu compte que je m’approchais. Donc quand je suis revenu il était normal ! Quand je suis entré il a voulu reprendre [les tremblements], mais il a vu qu’il s’est fait griller. Du coup on a fait l’entretien normalement. Il a arrêté. Il m’a plus rien dit. Mais avant il me disait : “Ouais s’il vous plait, aidez-moi parce que je suis malaaade.” Mais après on a plus abordé le sujet. En fait, tout le monde est pressé de rentrer. Donc tous les moyens sont bons pour essayer de se faire prioriser quoi. C’est humain. C’est l’instinct de survie. »

  • 9 Les cas vulnérables peuvent pour leur part bénéficier d’un référencement à l’OIM par l’intermédiai (...)

L’agencéité des demandeurs non prioritaires peut donc se traduire par la simulation d’une forme de vulnérabilité. Cela étant, la pratique la plus répandue consiste à se déplacer à l’OIM pour défendre plus directement la priorité de son cas. Les « patients » de l’agence ne sont donc pas tout à fait démunis face à la temporalité qu’elle impose (Auyero 2011). Bien que « faire la queue pour une ressource » ait été interprété comme l’apanage des subalternes (Schwartz 1974), le déplacement jusqu’à l’institution est aussi une manière de négocier la mise en attente et en concurrence. Car l’enregistrement in situ n’est en principe pas prévu par la « procédure AVR ». En effet, sur la porte d’entrée de l’OIM, un écriteau enjoint aux demandeurs de contacter l’agence par téléphone9.

  • 10 Entre 2013 et 2016, l’OIM déléguait la gestion de l’hébergement de ses bénéficiaires à la Caritas (...)

Ouverte à cet effet et opérationnelle, la ligne téléphonique est toutefois saturée par la forte demande d’assistance. En outre, les membres de « l’équipe AVR » dépassés par la charge de travail sont parfois amenés à définir des stratégies d’évitement de la demande comme la mise en mode silencieux du combiné et la dissimulation des voyants lumineux signalant les appels. Cette indisponibilité relative de l’enregistrement à distance encourage encore les demandeurs non prioritaires à affluer aux portes de l’OIM. Finalement, leur stratégie de déplacement a redéfini la procédure institutionnelle en amenant l’agence à transformer le pas de sa porte en un guichet d’enregistrement et à considérer avec une attention nouvelle la question de l’hébergement provisoire de ses bénéficiaires10.

Fig. 4. Détail de la porte de la mission de l’OIM à Rabat, mai 2018

Fig. 4. Détail de la porte de la mission de l’OIM à Rabat, mai 2018

Crédits : Anissa Maâ

  • 11 Typiquement des régions septentrionales (Tanger, Nador) ou des villes du centre et du sud du pays (...)

Pour les candidats au retour qui arrivent de loin11, se rendre à la mission l'OIM implique de trouver une solution d’hébergement dans la ville de Rabat. Leur incapacité à se loger peut les mettre en difficulté en même temps qu’elle constitue une ressource potentielle face à l’institution. C’est ce qu’explique un jeune ivoirien, venu au Maroc dans l’espoir d’entamer une carrière internationale de football et reconverti, depuis ses déceptions en la matière, en conseiller informel auprès de ses compatriotes :

« Moi aussi, je connais un peu comment ça se passe. Aujourd’hui même moi les gens m’appellent pour savoir c’est comment [pour le retour volontaire]. Hé je dis ! Y’a même une camarade qui est à Casa [Casablanca], elle m’a dit y’a un de ses amis qui veut rentrer au pays, qui est allé s’inscrire à OIM et ça fait trois mois qu’il est là [à attendre]. Donc j’ai dit ah ! Moi aussi je travaille un peu avec OIM ! S’il a fait trois mois ? Ça dépend vraiment de ce qu’il a dit [à l’OIM]. J’ai dit : si tu te lèves aujourd’hui, tu quittes ton Casa, tu viens avec ton petit truc [sac/valise], tu t’assois [devant l’OIM], tu dis que tu n’as nulle part où dormir, que tu as quitté Casa parce qu’ils t’ont chassé de ta maison. Là tu vas voir que OIM va te trouver un logement, et alors ce sera une semaine, deux semaines, et tu vas voyager. […] Il faut expliquer ça : que là tu viens de quitter Casa et tu n’as pas de choix, tu n’as pas de coin où dormir, et que comme tu avais dit que tu allais rentrer, tu es venu vers eux. Et on va te trouver une solution ! Daba [maintenant], daba même ! Mais si avec OIM tu causes tranquille, pénard, sans problème. Bon ils disent que ton cas n’est pas trop vulnérable. Parce qu’ils ont beaucoup de demandes. Donc y’a des cas par cas. Et là tu deviens une priorité, parce que tu n’as pas un endroit où dormir. Donc comme ils sont en partenariat avec beaucoup de maisons [d’hébergement], bon ils sont obligés de te trouver un toit pour dormir en attendant ton voyage. Et là maintenant tu es sûr : si chaque jour tu pars là-bas pour les importuner, pour dire ah c’est comment, c’est comment ?! Tu vas voir qu’en moins d’une semaine, deux semaines… Si y’a deux voyages dans le mois tu seras forcé [forcément] dans un voyage. C’est comme ça que ça marche ici. Bon je lui ai dit ça, qu’il aille voir là-bas, sur place, c’est tout. »

La dépendance vis-à-vis de l’OIM en matière de logement agit donc comme une ressource pour l’accélération de l’obtention d’une aide au retour. Cette observation peut sembler contradictoire puisque la vulnérabilité est généralement comprise comme étant antinomique de l’exercice d’un pouvoir. Or les deux formes précitées d’agencéité migrante face à l’attente démontrent que celle-ci peut constituer une ressource dans le cadre de la procédure de retour. Le cas des jeunes Guinéens installés devant l’OIM nous donne à voir la perspective tout à fait inverse.

  • 12 CD.BE, « Retour et intérêt supérieur de l’enfant. Référencement des mineur-e-s non accompagné-e-s  (...)
  • 13 Circulaire 218/13 du 10 mai 2013, du ministère de la Justice et des Libertés concernant « la facil (...)

Bien qu’ils puissent bénéficier du statut prioritaire de « mineurs étrangers non accompagnés », tous se sont déclarés majeurs à l’OIM pour éviter la prise en charge réservée à cette catégorie vulnérable. En effet, le retour des mineurs implique des précautions pour la préservation de « l’intérêt supérieur de l’enfant » : enquête préliminaire de la brigade des mineurs, intervention du juge, démarches de family tracing menées par l’OIM et placement éventuel de l’intéressé dans un « centre [étatique] de protection » jusqu’au jour du départ12. Plus impatients que les Camerounais du fait du tempo rapide de leur aventure migratoire (Thorsen 2017), les mineurs guinéens sont peu enclins à s’engager dans une procédure judiciaire qu’ils imaginent longue et contraignante. Mais, en réalité, les enquêtes diligentées par la police consistent en un court entretien, car l’éloignement des mineurs est largement encouragé depuis que le ministère de la Justice et des Libertés a édicté – après avoir été approché par l’OIM en mai 2013 – une circulaire pour faciliter le retour volontaire des enfants migrants13. Plus encore que le ralentissement potentiel de la procédure de retour, c’est donc l’encadrement institutionnel que les mineurs guinéens évitent en se faisant enregistrer comme majeurs. Dans leur cas, la vulnérabilité est envisagée comme une entrave à la définition autonome des conditions de l’attente avant le départ pour le pays d’origine. L’expression de leur agencéité consiste alors à dissimuler leur vulnérabilité afin de conserver une certaine marge de manœuvre dans la préparation au retour. Au traitement privilégié promis par l’agence, ils préfèrent l’autonomie concédée aux demandeurs non prioritaires. Cette pratique est majoritairement répandue chez les mineurs de nationalité guinéenne, lesquels peuvent compter sur la clémence des procédés d’identification d’une ambassade trop heureuse de voir sa jeunesse rentrer au pays. Tout à fait avertis de cette tactique, les employés et responsables de la mission de l’OIM à Rabat n’en font pas moins le choix de « faire confiance » à des demandeurs qui les exonèrent en outre d’une charge de travail supplémentaire.

Ces formes contraires de l’agencéité migrante vis-à-vis de la vulnérabilité – usage et dissimulation – invitent à définir cette dernière hors des termes dichotomiques de la soumission et de la résistance (Ortner 1995). La méthode ethnographique permet justement de mettre en lumière l’ambiguïté des stratégies de négociation de l’asymétrie auxquelles s’essayent les agents sociaux. Aussi l’agencéité peut-elle être définie comme « la capacité des êtres sociaux à interpréter et évaluer moralement leur situation, à formuler des projets et à essayer de les mettre en œuvre » (ibid. : 185, traduit par l’auteur). Dans cette perspective, on peut interroger plus globalement la dialectique entre l’agencéité migrante et le retour volontaire dans le contexte marocain.

L’incertitude

  • 14 À l’époque, le ghetto comptait une trentaine d’habitants, pour la plupart des Camerounais dont cer (...)
  • 15 Abris aménagés à l’aide de blocs de bétons recouverts d’une bâche et isolés du froid par des carto (...)

Quelques-uns des Camerounais qui occupent les trottoirs de l’OIM vivent entre l’installation collective et le « ghetto de Qamra », campement attenant à la gare routière du même nom14. Construit aux abords d’un terrain sportif à l’abri d’une passerelle très fréquentée, le ghetto apparait à l’époque derrière une petite épicerie mobile vendant cigarettes au détail et sucreries, et faisant office de guichet d’entrée informel. L’intérieur des « bunkers15 » qui composent le ghetto est entièrement occupé par des matelas et est séparé de l’extérieur par une couverture maintenue relevée ou rabattue selon les désirs d’intimité. On se déchausse avant d’y être accueilli et les affaires personnelles y sont soigneusement glissées dans les interstices laissés vides par la surface irrégulière des parois. Depuis la pénombre de son bunker, le dénommé Rasta écoute et fredonne, malgré la batterie faible de son téléphone portable, une chanson qu’il affectionne :

  • 16 Dr. Beriz, featuring L.I.O Petrodollars, JR O Crom & Dry, « Madame la chance », Les chroniques du (...)

« Je fais partie des millions de gens qui disparaissent sans conséquence. Je fais partie des millions de gens qui disparaissent sans qu’on y pense. […] Certains l’appellent la chance, moi elle n’est jamais de mon côté16. »

Dr. Beriz, featuring L.I.O Petrodollars, JR O Crom & Dry, « Madame la chance », Les chroniques du Wati Boss, vol. 2, 2014

Habitant historique du ghetto qu’il a contribué à fonder, Rasta est originaire de Douala. Orphelin de mère et en mauvais termes avec son père, il a quitté le domicile de sa grand-mère. Encore jeune adolescent, il a entamé « une vie de bandit » dans la métropole camerounaise. À 22 ans, il est parti pour Abidjan où il restera quatre ans. Les violences postélectorales et la xénophobie ambiante l’encouragent à quitter la Côte d’Ivoire et, en 2011, Rasta est arrivé au Maroc où il décida de tenter l’aventure pour l’Europe. Lorsque je fais sa rencontre, il passe quotidiennement sur les trottoirs de l’OIM. Signalé lui aussi auprès de l’agence comme volontaire au retour, il est cependant reparti plusieurs semaines à « Cassiago », un campement forestier installé à proximité de Ceuta. Là-bas, il a mené deux tentatives de passage frontalier avant de revenir à Rabat prendre des nouvelles des possibilités de retour. Simultanément en contact avec la forêt et l’OIM, et devant le délai d’attente pour l’obtention d’une assistance, il oscille entre tentatives de passage en Europe et procédure de retour. Jusqu’à la veille de son départ, Rasta est en proie au doute :

« Rasta n’en revient pas de partir demain. Mais il a un plan : récupérer son argent, régler ses comptes avec son père, puis aider sa grand-mère. Il me demande mon avis sur son retour au pays. “Neuf ans c’est pas neuf jours”. Il ne connait plus le Cameroun, il ne sait pas ce qui l’attend, rien ne l’attend. Tout ce qu’il a construit, il l’a construit dehors. Mais le Maroc a fait de lui “un homme petit”. Tout ce qu’il espère lui échappe. Il ne sait pas ce qu’il a fait pour mériter ça, lui qui a “le cœur plus gros que le ventre”. Mais il ne veut plus le grillage, il ne veut plus “déchirer son corps pour l’Europe”, il a eu “trop de pots cassés”. » (Carnet de terrain, mai 2016)

Les sentiments contradictoires et les hésitations qui caractérisent sa décision de retour ne sont pas exceptionnels. Beaucoup d’histoires circulent parmi les aventuriers sur des cas de volontaires ne s’étant pas présentés le jour de leur départ. L’OIM insiste elle aussi sur cette possibilité, distinguant par là-même le retour volontaire du retour forcé :

« Y’a pas la police qui les escorte, ils ne sont pas menottés. À tout moment le processus peut être arrêté. On a eu des cas, qui même devant l’avion nous on dit je veux plus partir, donc on peut pas les forcer ! Donc on les ramène à Rabat et après ils refont leur vie ici comme bon leur semble. […] Souvent on nous appelle, on dit “ah, vous faites les déportations”. Non. On ne fait pas ça et à tout moment ça peut être interrompu. »

Toujours sur le point de rentrer au pays, mais jamais effectivement de retour, les étrangers-migrants sont durant la préparation au retour dans un espace-temps, « des seuils et des limites, mais aussi des moments de l’incertitude et de l’indécision » (Agier 2012 : 53). Cette liminarité fait plus globalement écho à la convergence des trajectoires migrantes au Maroc, par l’expérience subjective de la vie dans un « entre-deux » (Pian 2007) et par l’épreuve quotidienne de la temporalité et des im/mobilités contraintes (Thorsen 2017 ; Schapendonk 2012). Cela étant, l’« entre-deux » n’est pas seulement subi, mais permet également une forme d’agencéité.

Obligés de redéfinir continuellement leurs aspirations et la direction de leurs trajectoires au gré des opportunités et des blocages (Collyer 2007), les étrangers-migrants sont parallèlement enclins à s’engager simultanément dans diverses entreprises de circulation ou d’installation dont la combinaison peut paraître de prime abord contradictoire (Bachelet 2018). L’aventure n’est donc pas un abandon à corps perdu aux fluctuations du hasard, mais une quête incertaine qui amène les protagonistes à réintroduire, dans l’imprévisibilité de leurs existences, des stratégies multiples visant à maitriser le champ des possibles qui leur est offert. Dans ce cadre, le recours des étrangers-migrants au service de l’OIM émerge autant d’une perception quotidienne de l’incertitude de l’existence que d’un regard porté sur l’avenir de cette dernière. Anticipant une possible dégradation des conditions de vie, certains s’inscrivent au retour volontaire sans pour autant avoir l’intention immédiate de rentrer au pays. Par cette démarche, ils s’assurent une voie de sortie de l’aventure marocaine et la sécurité minimale d’un retour éventuel dans les meilleures circonstances possibles. Cette pratique est d’autant plus favorisée que les aventuriers sont en contact régulier avec les organisations humanitaires qui les informent systématiquement de l’alternative offerte par l’OIM, qu’ils ont connaissance du délai d’attente procédural et qu’ils voient leurs réseaux de solidarité s’éroder. Car si l’aide au retour pouvait bénéficier plus traditionnellement de la contribution financière ou logistique des compatriotes migrants (Goldschmidt 2002), il n’est pas rare aujourd’hui que des aventuriers désœuvrés conduisent eux-mêmes à l’OIM un camarade mal en point pour un retour in extremis au pays.

Ces usages opportunistes de l’aide engendrent du côté de l’agence un écart considérable entre le nombre d’enregistrements réalisés et celui des retours effectifs :

« Y’en a beaucoup à qui tu fais passer l’entretien et que tu vas pas revoir. Y’en a plein ! Cette année par exemple, on a fait plus de 3 000 interviews, 3 400-3 500. Et on a retourné 1 700 personnes. Un peu plus de la moitié, enfin la moitié ouais. Parce que tu as des gens qui viennent, en fait ils se disent : on s’inscrit à l’OIM et comme ça le jour où je suis fatigué je reviens et je voyage. T’en as aussi plein qui viennent, qui disparaissent, et qui réapparaissent après : il vient, il s’inscrit mais après il repart en forêt. C’est quelque chose qui existe. Et puis, y’a les injoignables, les gens qu’on ne peut plus joindre, ou ceux qui disparaissent. »

Les étrangers-migrants intègrent donc la disponibilité de l’aide au retour à leurs stratégies d’adaptation à l’incertitude (Olivier de Sardan 2011). Cela renforce encore le principe d’attribution préférentielle de l’aide au retour aux catégories vulnérables considérées moins enclines à la mobilité. Parallèlement, l’OIM institue le recours à ses services à travers les mécanismes d’identification et de responsabilisation qu’elle impose aux demandeurs notamment la collecte des documents d’identité et de voyage et la signature d’une « déclaration de retour volontaire ». Signe que ces étapes peuvent ériger symboliquement le retour volontaire en un renoncement à l’aventure, des rumeurs courent parmi les demandeurs au sujet de l’existence d’un « tampon de l’OIM » qui, une fois imprimé sur leurs passeports, les empêcherait de ressortir de leur pays d’origine. Or un certain nombre de demandeurs envisagent de repartir à l’aventure après le retour au pays (Sinatti 2011). Bien que démenties par le personnel de l’agence, ces rumeurs n’en dissuadent pas moins certains bénéficiaires de leur remettre leurs passeports, malgré le ralentissement de la procédure qui peut résulter des difficultés pour l’obtention de laissez-passer auprès des ambassades. Si les étapes de la procédure peuvent favoriser l’assujettissement à l’institution, l’incorporation des règles de cette dernière n’est donc pas systématique, mais dépend des dispositions des bénéficiaires (Hilgers 2013).

La conversion

Celui que l’on surnomme le Guépard est connu par les autres occupants des trottoirs de l’OIM pour avoir tenu pendant près de trois années un rôle important dans le maintien de la discipline en forêt et dans l’organisation des passages frontaliers. Une dizaine d’années auparavant, il poursuivait ses études à Yaoundé. Rapidement découragé par la perspective de concours de la fonction publique, qu’il ne pourrait réussir qu’« à condition de monnayer », c’est-à-dire payer un pot-de-vin, il quitte les bancs de l’université et s’ennuie, allongé toute la journée dans son studio, lorsqu’il décide de suivre un ami qui prend la route de l’aventure. S’ensuit un premier épisode de prison au Nigéria, quatre années de vie en Algérie dont plusieurs mois de rétention, et près de trois ans au Maroc, partagés entre les forêts et les ghettos plus urbains des forestiers. À l’époque, le Guépard est pressé de rentrer au pays, mais fait preuve de patience :

« Je suis encore patient pour l’instant parce que c’est un retour volontaire. On n’appelle personne, on ne force personne. On force personne, c’est volontaire. Tu veux rentrer on t’amène chez toi, tu n’as pas encore l’argent, tu l’attrapes. Moi j’attends encore. Je veux pas leur mettre la pression, ils ont décidé de nous aider. C’est une aide, une aide. C’est une aide, pourquoi leur mettre la pression ? Peut-être c’est faute de moyens comme ils disent. On attend. »

  • 17 Ghetto évacué suite à un incendie en juillet 2018.

Fils unique, sa mère lui enjoint de rentrer au plus vite pour enterrer son père décédé tout récemment et lui succéder à la tête de la famille. Pourtant, avant de prendre la direction de Rabat, le Guépard a pris le temps de faire un détour par la ville de Fès et son fameux « ghetto de la gare17 ». Reconnu par les forestiers comme une de leurs bases arrière au Maroc, le ghetto constitue en principe un espace intermédiaire de retraite et de repos entre les tentatives de passage en frontière. Le Guépard en a fait le lieu de sa préparation au retour :

« J’aime la ville de Fès. J’ai fait là-bas une semaine. Le temps pour moi de me reposer, se laver normalement, récupérer un peu de force. Je n’avais pas le poids, le poids revient seulement. J’étais bien mince ! Un gars qui sort de la forêt tu le vois, tu vois les fous. Les cheveux, les locks sales, comme ça ! Quand je venais, si tu me voyais tu n’allais pas me reconnaître. Même tu allais avoir peur de moi. J’étais barbu, j’avais des cheveux. Jusqu’au dos, jusqu’à l’épaule. Sale ! J’ai coupé fin février, quand je suis à Fès. Quand je coupe une fois, je monte à Rabat. »

Le Guépard a effacé les stigmates les plus apparents de ses trois années de vie passées en forêt avant de s’engager à l’OIM. Cette conduite est constitutive d’une certaine prise de distance avec la vie forestière, mais s’est pratiquée individuellement et avec une certaine discrétion. Il n’a informé aucun de ses pairs de son intention d’aller « signer la déportation », probablement par crainte de la condamnation morale que pouvait susciter sa décision :

« Slackman veut dire soit la fatigue, soit la peur. Soit tu es fatigué de quelque chose, soit tu as peur. En fait, slack globalise les deux. Parfois quand y’a frappe [tentative de passage collectif] et que tu refuses de partir, on t’appelle slackman. Et quand tu rentres, tu décides de rentrer chez toi, on t’appelle slackman. Tous ceux qui quittent la forêt on les appelle les slackmen. Tu es un slackman. On ne baisse pas les bras. »

À la veille de son départ, le Guépard discrédite une des valeurs fondamentales de l’aventure : la confrontation avec la mort (Louis 2013). Il n’en juge pas pour autant la souffrance endurée comme vaine, mais l’interprète comme la source d’un apprentissage sur le sens de la vie :

« Moi qui suis là j’ai choqué trois ans. Trois ans intenses en forêt. Ça n’a abouti à rien. Je suis fatigué de risquer la mort. Surtout risquer ma vie. D’après moi, ceux qui continuent à chercher la route de l’Europe, ils ne sont pas encore arrivés à un niveau de réflexion. Ils n’ont pas encore compris que la vie, un homme n’est pas seulement… Y’a un moment de la vie où on commence à réfléchir. À mieux réfléchir. Quand on comprend les réalités de la vie. Et il faut souffrir pour mieux réfléchir. Il faut passer par la souffrance. […] Parce que j’ai subi au Maroc, tu comprends que le paradis, c’est la famille. Le paradis c’est d’être avec ta famille. Le paradis n’est pas seulement là-bas en haut ou en Europe. C’est d’être avec sa famille. La vie la plus belle, la plus aisée, c’est d’être avec sa mère et ses sœurs. Je rentre parce qu’il me faut être là. Ma maman a trop pleuré. Je rentre, sinon on ne peut pas enterrer mon papa. Mon papa est décédé, c’est moi qui [suis] son successeur. Et il faut qu’on l’enterre. Tant que je suis pas là, il [l’enterrement] n’aura pas lieu. »

Le devoir coutumier de présence suite à la mort de son père permet au Guépard de renouer avec une forme d’obligation affective envers ses proches, qui avait pourtant été mise à mal au cours de l’aventure (Stock 2016). Le retour est pour lui l’occasion de se repositionner favorablement au sein du foyer familial, en même temps qu’il permet de raccommoder les liens affectifs distendus par l’aventure. Cette forme de conversion subjective au retour concorde avec les règles de l’institution : patience, sortie de l’irrégularité, fixation dans la communauté d’origine. Toutefois, les étrangers-migrants peuvent également valoriser le retour dans des termes qui ne sont pas tout à fait conformes à l’OIM.

Un « retour digne pour une meilleure réintégration » selon l’OIM

Les contestations

Un mois après ma première venue sur les lieux, l’OIM annonce l’ouverture officielle des enregistrements. Déjà bien informés, de nouveaux candidats au retour affluent dès le matin aux portes de l’agence. Devant ces arrivées, les occupants des trottoirs voient s’ébranler la priorité qu’ils pensaient avoir conquise à force de patience. Peu à peu, une foule indisciplinée mêlant anciens et nouveaux aspirants au retour se dessine devant l’« agent communautaire » de l’OIM qui distribue tant bien que mal des tickets numérotés. L’impatience et la tension montent, jusqu’à ce que certains demandeurs cognent contre la porte et mettent des coups au portail de la mission. Face aux troubles, l’agence propose d’accélérer la procédure de retour pour ceux qui accepteront de renoncer au service de réintégration fourni en principe dans le pays de retour (d’une valeur de 500 euros). En réponse, des protestataires – le groupe des Guinéens en tête – bloquent l’entrée de la mission, menacent de « descendre le drapeau de l’OIM » et indiquent sur un carton, en lettres capitales : « OIM = ZÉRO. FERMER L’OIM ».

Pour les contestataires, la proposition de cette agence révèle le mépris institutionnel à l’égard de l’attente endurée jusqu’alors et de leurs espoirs de pouvoir pallier les difficultés du retour au pays. Car la conséquence du marchandage est bel et bien la suspension, jusqu’à nouvel ordre, du voyage des demandeurs trop exigeants quant aux modalités de leur retour. Ces derniers devront payer de leur temps leur prétention à vouloir bénéficier des 500 euros pourtant promis. La réponse de l’institution aux protestations réactive la dimension punitive de l’attente en même temps qu’elle consacre le principe de rétribution des demandeurs les plus conciliants (Schwartz 1974). Cela décrédibilise l’OIM dans son rôle d’aidant et ébranle par là même le sentiment de gratitude éprouvé par les demandeurs à son égard. Ces derniers renversent alors la relation d’obligation qui les unit à l’institution et conditionnent l’existence de cet organisme à la satisfaction de leur revendication collective de retour (Moulin & Nyers 2007). Un protestataire qui soutient le blocage explique :

« S’ils ne veulent pas nous enregistrer, qu’ils arrêtent le travail. Parce que moi je leur ai posé une question. J’ai dit : il est bien vrai que vous n’avez pas l’argent, mais comment est-ce qu’on vous paie ? Ils ont dit : leur salaire n’a rien à y voir avec l’argent pour nous faire rentrer. On a dit non : s’il n’y a pas l’argent dans les caisses pour nous faire rentrer, il n’y aura pas l’argent pour vous payer. S’ils nous font pas rentrer ils travaillent quoi ? Rien. L’OIM ferme. Quand y’aura l’argent, ils vont commencer le travail. On va bloquer l’OIM. S’il n’y a pas l’argent, personne ne travaille. »

Les protestations s’achèveront avec l’intervention rapide des forces de l’ordre et le renforcement, les jours suivants, de l’architecture sécuritaire des bâtiments (rehaussement du portail et présence policière). Elles laisseront place à l’amertume des demandeurs, fatigués de se battre pour une aide au retour et las de ce qu’ils perçoivent comme des offenses faites à leur avenir.

Fig. 5. 40 dollars, l’argent de poche remis par l’OIM pour le voyage

Fig. 5. 40 dollars, l’argent de poche remis par l’OIM pour le voyage

Crédits : D. R.

Dans ce cadre ambivalent – où les étrangers-migrants se mobilisent en faveur de l’aide au retour en même temps qu’ils protestent contre les restrictions de l’institution –, le service de l’OIM est survalorisé et se transforme en un privilège accordé aux plus dociles. Les jours de départ dont l’avènement a longuement été espéré prennent alors des allures de fêtes que les membres de « l’équipe AVR » reçoivent comme une forme de reconnaissance :

« Quand tu vois les gens le premier jour, le jour de l’entretien… Quand tu vois le regard qu’ils ont au premier contact et le jour du départ, c’est juste trop différent. Premier entretien c’est, je sais pas, c’est le désespoir. C’est le manque de confiance en soi, c’est euh… les gens ils sont perdus. Ils sont perdus, ils sont désespérés, ils sont désemparés. Y’en a dans leur regard tu vois la faim. Depuis quand ils n’ont pas mangé ? Je sais pas, depuis hier ? Tu sens que cette personne elle est… La fatigue bien sûr, la fatigue. Quelqu’un qui dort euh, qui n’a pas de logement. La fatigue. C’est des choses qui sautent à l’œil. […] Mais après y’a plein de gens qui sont méconnaissables le jour du départ. Tu vois, les gens… ils sont sapés comme jamais ! Mais sérieusement ! Sapés comme jaja ! Ils sont sur leur 31 quoi. Ils sont contents, ils sont… Même si après y’a d’autres appréhensions, ils sont déjà contents de partir. Juste avant de partir y’en a qui te disent : “Je reviendrai plus jamais dans ce pays.” Ou y’en a qui te disent : “Rendez-vous dans six mois !” (rires). Maintenant après est-ce qu’ils sont sérieux ou bien est-ce qu’ils rigolent ? Parce que le jour du départ c’est toujours dans une ambiance ! Tu vois, t’en as plein qui rigolent, qui te présentent des excuses, parce que parfois la relation est tendue au début. Il te dit je m’excuse pour, parce que… C’est toujours très sympa le jour du départ. Les gens ils sont différents. Entre le premier jour et le jour du départ. »

Gims, featuring Niska, « Sapés comme jamais », Mon cœur avait raison, 2015

Le jour du départ, le seuil de l’OIM est plus que jamais un « lieu de passage » (Green 1999) : pour les désormais « bénéficiaires » de l’aide, s’y matérialisent l’issue de l’aventure, l’institutionnalisation de la décision de retour et les retrouvailles à venir avec le pays d’origine. Cet espace-temps devient dès lors la scène privilégiée de l’expression symbolique du sens du retour par les voyageurs en transit. Alors qu’ils s’apprêtent à quitter l’étape malheureuse du Maroc et qu’ils sortent à peine de l’attente sur le pas de la porte de l’OIM, tous ont déjà à l’esprit l’épreuve du regard des proches qui attendent leurs « héros du retour » (Latour 2003). Car, contrairement à ceux qui rentrent par le biais d’une expulsion, les retournés auront à « justifier leur choix de mettre fin à l’émigration [tout] en se démarquant du soupçon de l’échec » (Maitilasso 2014 : 6). Autrement dit, c’est parce qu’ils sont volontaires que les voyageurs sont contraints de manifester leur réussite en migration. Cela suppose en premier lieu d’attester de la souveraineté de la décision de retour, condition sine qua non du succès de l’aventure (Bredeloup 2008 : 301). Or l’assistance qui devient effective au moment du départ assigne aux bénéficiaires la qualité d’indigent et une certaine obligeance envers l’OIM. Par conséquent, c’est toute l’empreinte visible de l’institution sur leur retour que les voyageurs s’appliquent à taire dès ce moment charnière du départ.

  • 18 L’OIM distribue des tenues (survêtements) et des sacs en plastiques frappés du logo de l’agence au (...)

Pour ce faire, les voyageurs effacent avec soin de leur corps les traces de la vie précaire à laquelle ils ont été soumis en aventure et qui a justifié leur prise en charge par l’OIM. Contrairement à leurs confrères rapatriés depuis la Libye et soumis à l’uniforme18, ils expriment en outre leur réussite et la singularité de leur trajectoire par la distinction que peut offrir l’art de l’habillement (Charpy 2015). Mais c’est également en détournant de sa fonction le décor prescrit par l’ordre institutionnel qu’ils se réapproprient le sens de leur retour. Si l’organisation de l’éloignement sur un vol ordinaire résulte des préoccupations économiques et sécuritaires des États, les retournés n’en profitent pas moins pour s’y mettre en scène sous les traits du voyageur légitime et aisé (Goffman 1992) et pour immortaliser les images de leur retour triomphal, devant l’aéroport ou dans l’avion à bord duquel certains font le « V » de victoire. Pourtant, c’est précisément de cette mobilité sans risques et sans détour que sont généralement exclus les aventuriers. D’aucuns pourraient alors lire, dans la suradhésion aux emblèmes de la « liberté de circulation » qu’ils jouent à l’occasion de leur éloignement, plutôt qu’un signe de déférence envers l’OIM, une contestation symbolique de l’ordre antimigratoire qui les soumet.

Fig. 6. Dans l’avion pour Douala, le V de victoire

Fig. 6. Dans l’avion pour Douala, le V de victoire

Crédits : D.R

***

Dans le contexte des études sur la migration, l’expression « retour volontaire » a ceci de particulier qu’elle suscite d’emblée des sentiments ambivalents, des pensées contradictoires, des avis mal aisés. Comment appréhender ce phénomène dans un contexte de fermeture aux migrations irrégulières ? La littérature académique répond généralement à cette interrogation par une évaluation de la volonté des étrangers-migrants, concluant alternativement à la légitimité ou à la condamnation des programmes d’aide au retour. Partant d’une séquence particulière de mon terrain de recherche au Maroc, circonscrite au seuil de la mission de l’OIM à Rabat, j’ai tenté d’interroger nouvellement la dialectique de l’agencéité migrante et des retours volontaires. En effet, l’observation ethnographique de cet espace investi par des candidats au retour en attente d’une assistance de l’OIM révèle des formes d’agencéité migrante hétérogènes, parfois ambigües, qui invitent à appréhender cette dernière hors des termes dichotomiques de la contrainte et de la volonté.

Venus pour « signer la déportation », ces demandeurs non prioritaires au sens de l’institution définissent des stratégies diverses face aux contraintes de la procédure de retour volontaire. Espérant réduire le délai d’attente pré-départ auquel ils sont particulièrement soumis, certains simulent ou usent de leur vulnérabilité auprès de l’OIM, faisant de la dépendance une ressource. D’autres au contraire dissimulent leur vulnérabilité afin de conserver une certaine marge de manœuvre durant la période de préparation au retour. Car l’engagement auprès de l’OIM est souvent hésitant et n’empêche pas de poursuivre simultanément des stratégies migratoires vers le continent européen. Dans ce cadre, le recours à l’institution assure à ces étrangers-migrants une maitrise minimale de leur trajectoire face aux incertitudes consubstantielles de l’aventure. Cependant, le choix du retour qui s’institue dans l’attente et les rapports prolongés à l’OIM peut également être producteur d’un assujettissement des aventuriers aux règles de l’institution : patience, sortie de l’irrégularité, fixation dans la communauté d’origine. Dans ce cas, la subjectivation du choix du retour n’est pas synonyme d’une définition autonome de l’itinéraire migrant, mais atteste de l’incorporation des contraintes du milieu anti-migratoire. Convoitée et octroyée avec parcimonie, l’aide au retour peut alors faire l’objet de revendications et l’OIM être la cible de protestations. Étonnamment, les étrangers-migrants se mobilisent eux-mêmes en faveur de leur éloignement (Gay 2014). Difficilement contestable, leur participation au retour se mue paradoxalement en une contrainte supplémentaire, lorsqu’arrive enfin le temps des retrouvailles avec le pays d’origine. Puisque volontaires, ils se voient obligés de prouver la réussite de l’entreprise migratoire. Alors, les jours de départ donnent lieu à des détournements symboliques du décor sécuritaire de l’assistance de l’OIM, qui permettent aux voyageurs de mettre en scène l’issue triomphale de l’aventure et la souveraineté de leur retour au pays. Au-delà de la contrainte et de la volonté, ce sont donc avant tout les modalités des retours – et en particulier leur temporalité – qui mobilisent les aventuriers aux prises avec une procédure de l’OIM.

Épilogue

Pour ceux qui ont accepté de partir sans service de réintégration, vient finalement le jour du départ. Deux minibus de transport touristique se garent en face des bâtiments. Sur l’un d’eux, le dessin d’un soleil crépusculaire et d’un palmier. On y lit, comme une promesse : « Les voyages du rêve ». Les voyageurs ont apporté un soin particulier à leur tenue. Chemises, chapeaux et bottines rivalisent avec les tenues sportives aux couleurs nationales. Les coiffures et rasages tracés avec précision contrastent avec les barbes arborées jusqu’alors, durant les presque deux mois d’attente pour l’obtention d’une assistance au retour. Écouteurs aux oreilles et smartphone à la main, on prend la pose, le temps d’une dernière photo, devant les villas et la végétation soignée du quartier.

Alors qu’ils s’approchent des minibus, les voyageurs sont accompagnés par ce que les trottoirs de l’OIM comptent encore d’occupants. Tous se rassemblent et s’agglutinent, le temps d’une accolade ou d’une dernière recommandation. Un jeune amuse la galerie : vêtu d’un costard trop large, il enchaîne les poignées de mains protocolaires à l’image d’un chef d’État et salue en qualité de « Président Condé ». Un de ses compatriotes lui répond par un salut militaire et rit aux éclats. Un peu à l’écart, d’autres voyageurs observent la scène d’un air intrigué. Peu familiers de ces quelques bouts de trottoirs, puisque bénéficiaires prioritaires de l’aide au retour, ils attendent de pouvoir s’installer, incapables d’avancer devant la camaraderie ostensible du groupe et la scène joviale d’au revoir émus à laquelle ils assistent.

  • 19 Je remercie les évaluateurs anonymes et le comité de rédaction de la rubrique en ligne « Terrains  (...)

Mais à peine les véhicules démarrent-ils que la foule compacte de ceux qui restent s’éparpille. Chacun chemine lentement vers sa place habituelle. Tout est maintenant très calme, la place semble vide et l’on parle peu. Pour ceux qui ont refusé de partir sans l’aide à la réintégration, s’engage une nouvelle période d’attente19.

Haut de page

Bibliographie

AGIER MICHEL, 2012.
« Penser le sujet, observer la frontière. Le décentrement de l’anthropologie », L’Homme no 203-204, p. 51-75, en ligne : https://journals.openedition.org/lhomme/23096 [dernier accès, novembre 2019].

AUYERO JAVIER, 2011.
« Patients of the State. An Ethnographic Account of Poor People’s Waiting », Latin American Research review no 46, p. 5-29, en ligne : http://lasa.international.pitt.edu/LARR/prot/fulltext/vol46no1/Auyero_5-29_46-1.pdf [dernier accès, novembre 2019].

BACHELET SÉBASTIEN, 2018.
« “Fighting against Clandestine Migration”: Sub-Saharan Migrants’ Political Agency and Uncertainty in Morocco », PoLAR: Political and Legal Anthropology Review no 41/2, p. 201-215, en ligne : https://anthrosource.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/plar.12265 [dernier accès, novembre 2019].

BLITZ BRAD K., ROSEMARY SALES & LISA MARZANO, 2005.
« Non-Voluntary Return? The Politics of Return to Afghanistan », Political Studies no 53/1, p. 182-200, en ligne : https://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1111/j.1467-9248.2005.00523.x?journalCode=psxa [dernier accès, novembre 2019].

BREDELOUP SYLVIE, 2008.
« L’aventurier, une figure de la migration africaine », Cahiers internationaux de sociologie no 125/2, p. 281-306, en ligne : https://www.cairn.info/revue-cahiers-internationaux-de-sociologie-2008-2-page-281.htmBredeloup [dernier accès, novembre 2019].

CASSARINO JEAN-PIERRE, 2008.
« Return Migrants to Maghreb Countries. Reintegration and Development Challenges », Global Report, MIREM, European University Institute, en ligne : https://cadmus.eui.eu/handle/1814/9050 [dernier accès, novembre 2019].

CD.BE, 2016.
« Mineur-e-s non accompagné-e-s, en recherche d’avenir », en ligne : https://www.infomie.net/IMG/pdf/etude_mna_-_mdm_caritas_-_def.pdf [dernier accès, octobre 2019].

CHAPPART PASCALINE, 2009.
« L’artifice du “retour volontaire” », Plein droit no 81/2, p. 19-21, en ligne : https://www.cairn.info/revue-plein-droit-2009-2-page-19.htm?contenu=resume [dernier accès, novembre 2019].

CHARPY MANUEL, 2015.
« Les aventuriers de la mode. Les sapeurs congolais à Paris et l’usage de la mode en migration (1890-2014) », Hommes & migrations, no 1310, p. 25‑33, en ligne : https://journals.openedition.org/hommesmigrations/3146 [dernier accès, novembre 2019].

CHERTI MYRIAM & MIKLOS SZILARD, 2013.
« Returning Irregular Immigrants. How Effective is EU’s Response? », rapport de l’Institute for Public Policy Research, en ligne : https://www.ippr.org/publications/returning-irregular-migrants-how-effective-is-the-eus-response [dernier accès, novembre 2019].

COLLYER MICHAEL, 2007.
« In-Between Places. Trans-Saharan Transit Migrants in Morocco and the Fragmented Journey to Europe », Antipode no 39/4, p. 668-690, en ligne : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/j.1467-8330.2007.00546.x [dernier accès, novembre 2019].

—, 2012.
« Deportation and the Micropolitics of Exclusion. The Rise of Removals from the UK to Sri Lanka », Geopolitics no 17/2, p. 276-292.

CONSEIL CONSULTATIF DES DROITS DE L’HOMME, 2007.
« Rapport sur l’établissement des faits relatifs aux évènements de l’immigration illégale. Événements de Ceuta et Melilla durant l’automne 2005 », en ligne : https://www.ccdh.org.ma/sites/default/files/documents/CCDH_BLEU_17X24_FR-2.pdf [dernier accès, novembre 2019].

DESSERTINE ANNA, 2015.
« Rencontre et mise en scène de soi. De la construction de réseaux chez les migrants guinéens de Rabat », in Nadia Khrouz & Nazarena Lanza, Migrants au Maroc. Cosmopolitisme, présence d’étrangers et transformations sociales, Sankt Augustin, Konrad Adenauer Stiftung & Centre Jacques-Berque, p. 38-44, en ligne : https://www.kas.de/c/document_library/get_file?uuid=52239bb9-a6e8-0b72-289c-dff4d628b48f&groupId=252038 [dernier accès, novembre 2019].

DÜNNWALD STEPHAN, 2013.
« Voluntary Return. The Practical Failure of a Benevolent Concept », in Martin Geiger & Antoine Pécoud (dir.), Disciplining the Transnational Mobility of People, Londres, Palgrave Macmillan, p. 228-250.

FLAHAUX MARIE-LAURENCE, THIERRY EGGERICKX & BRUNO SCHOUMAKER, 2017.
« Les migrations de retour en Afrique », Espace populations sociétés no 1, p. 1-5, en ligne : https://journals.openedition.org/eps/7081 [dernier accès, novembre 2019].

GAY VINCENT, 2014.
« Lutter pour partir ou pour rester ? Licenciements et aide au retour des travailleurs immigrés dans le conflit Talbot, 1983-1984 », Travail et emploi no 137, p. 37-50, en ligne : https://journals.openedition.org/travailemploi/6193 [dernier accès, novembre 2019].

GOFFMAN ERVING, 1992.
La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi, trad. Alain Accardo, Paris, Éditions de Minuit.

GOLDSCHMIDT ÉLIE, 2002.
« Migrants congolais en route vers l’Europe », Les temps modernes no 620‑621, p. 208-239, en ligne : https://www.cairn.info/revue-les-temps-modernes-2002-4-page-208.htm [dernier accès, novembre 2019].

GREEN NANCY L., 1999.
« Trans-frontieres. Pour une analyse des lieux de passage », Socio-anthropologie no 6, en ligne : https://journals.openedition.org/socio-anthropologie/110 [dernier accès, novembre 2019].

HILGERS MATHIEU, 2013.
« Embodying Neoliberalism. Thoughts and Responses to Critics », Social Anthropology no 21/1, p. 75-89.

KLEIST NAUJA, 2017.
« Disrupted Migration Projects. The Moral Economy of Involuntary Return to Ghana from Libya », Africa no 87/2, p. 322-342.

KOCH ANNE, 2014.
« The Politics and Discourse of Migrant Return. The Role of UNHCR and IOM in the Governance of Return », Journal of Ethnic and Migration Studies no 40/6, p. 905-923, en ligne : https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/1369183X.2013.855073 [dernier accès, novembre 2019].

LATOUR ÉLIANE DE, 2003.
« Héros du retour », Critique internationale no 19/2, p. 171-189, en ligne : https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2003-2-page-171.htm [dernier accès, novembre 2019].

LAVENEX SANDRA, 2016.
« Multilevelling EU External Governance. The Role of International Organizations in the Diffusion of EU Migration Policies », Journal of Ethnic and Migration Studies no 42/4, p. 554-570, en ligne : https://archive-ouverte.unige.ch/unige:93276 [dernier accès, novembre 2019].

LOUIS MATTHIEU, 2013.
« Approche ethnologique des migrations clandestines subsahariennes. L’aventure, ou de l’ontogenèse à la conquête de l’honneur », Cahiers d’études africaines no 53/211, p. 547-570, en ligne : https://journals.openedition.org/etudesafricaines/17412 [dernier accès, novembre 2019].

MAITILASSO ANNALISA, 2014.
« “Raconte-moi ta migration”. L’entretien biographique entre construction ethnographique et autonomie d’un nouveau genre littéraire », Cahiers d’études africaines no 213-214, p. 241-265, en ligne : https://journals.openedition.org/etudesafricaines/17655 [dernier accès, novembre 2019].

MINISTÈRE CHARGÉ DES MAROCAINS RÉSIDANT À L’ÉTRANGER ET DES AFFAIRES DE LA MIGRATION, 2017.
« Politique nationale d’immigration et d’asile. Rapport 2017 », en ligne : https://www.ohchr.org/Documents/Issues/SRMigrants/submissions/Morocco-NHRI_Annex5_Submission_GA-Report.pdf [dernier accès, novembre 2019].

MOULIN CAROLINA & PETER NYERS, 2007.
« “We Live in a Country of UNHCR”. Refugee Protests and Global Political Society », International Political Sociology no 1/4, p. 356-372.

OLIVIER DE SARDAN JEAN-PIERRE, 2011.
« Aide humanitaire ou aide au développement ? La “famine” de 2005 au Niger », Ethnologie française no 41/3, p. 415-429, en ligne : https://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2011-3-page-415.htm [dernier accès, novembre 2019].

ORGANISATION INTERNATIONALE POUR LES MIGRATIONS (OIM), 2005.
« Piégés au Maroc. Des migrants en détresse reçoivent l’assistance de l’OIM », Migrations no 28, en ligne : https://publications.iom.int/fr/system/files/pdf/migrations_dec2005.pdf [dernier accès, octobre 2019].

—, 2010.
« Programme de retour volontaire assisté de migrants en situation irrégulière au Maroc et de réinsertion dans leur pays d’origine (AVRR) », en ligne : https://www.unhcr.org/50aa58de9.pdf [dernier accès, octobre 2019]

—, 2013.
« Lettre d’information OIM Maroc, no 18 », en ligne : https://www.iom.int/files/live/sites/iom/files/Country/docs/Rabat-newsletter-FR-March-2013.pdf [dernier accès, octobre 2019].

—, 2015.
« Réintégration. Approches efficaces », en ligne : https://www.iom.int/sites/default/files/our_work/DMM/AVRR/reintegrationpositionpaper_FINAL_FR.PDF [dernier accès, octobre 2019].

—, 2016.
« Bilan 2016. OIM Maroc », no 31, en ligne : https://morocco.iom.int/sites/default/files/Bilan_OIM_2016.pdf [dernier accès, octobre 2019].

—, 2017.
« Bilan 2017. OIM Maroc », no 32, en ligne : https://morocco.iom.int/sites/default/files/bilan_oim_2017_0.pdf [dernier accès, octobre 2019].

—, s. d.
« AVRR depuis le Maroc. Aide au retour volontaire et à la réintégration », en ligne : https://morocco.iom.int/sites/default/files/Fiches%20de%20projets/AVRR_Maroc.pdf [dernier accès, octobre 2019].

ORTNER SHERRY B., 1995.
« Resistance and the Problem of Ethnographic Refusal », Comparative Studies in Society and History no 37/1, p. 173-193, en ligne : https://www.cambridge.org/core/journals/comparative-studies-in-society-and-history/article/resistance-and-the-problem-of-ethnographic-refusal/FA6036F289A7197C32DF8F3FEFFD7102 [dernier accès, novembre 2019].

PÉCOUD ANTOINE, 2017.
« De la “gestion” au contrôle des migrations ? Discours et pratiques de l’Organisation internationale pour les migrations », Critique internationale no 76/3, p. 81-99, en ligne : https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2017-3-page-81.htm?contenu=resume [dernier accès, novembre 2019].

PEUTZ NATHALIE MAE, 2010.
« “Criminal alien” Deportees in Somaliland. An Ethnography of Removal », in Nicholas De Genova (dir.), The Deportation Regime. Sovereignty, Space, and the Freedom of Movement, Durham, Duke University Press, p. 371-409.

PIAN ANAÏK, 2007.
« Les Sénégalais en transit au Maroc. La formation d’un espace-temps de l’entre-deux aux marges de l’Europe », thèse de doctorat sous la direction de Maryse Tripier, Paris, université Paris 7 Diderot.

RICHTER LINE, 2016.
« On the Edge of Existence. Malian Migrants in the Maghreb », Culture Unbound no 8, p. 75-87, en ligne : http://www.cultureunbound.ep.liu.se/v8/a07/cu16v8a07.pdf [dernier accès, novembre 2019].

SCALETTARIS GIULIA & FLORE GUBERT, 2018.
« Return Schemes from European Countries. Assessing the Challenges », International Migration, en ligne : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/imig.12467 [dernier accès, novembre 2019].

SCHAPENDONK JORIS, 2012.
« Migrants’ Im/Mobilities on Their Way to the EU. Lost in Transit? », Tijdschrift Voor Economische En Sociale Geografie no 103/5, p. 577-583, en ligne : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/j.1467-9663.2012.00735.x [dernier accès, novembre 2019].

SCHWARTZ BARRY, 1974.
« Waiting, Exchange and Power. The Distribution of Time in Social Systems », American Journal of Sociology no 79/4, p. 841-870, en ligne : https://www.researchgate.net/publication/249171857_Waiting_Exchange_and_Power_The_Distribution_of_Time_in_Social_Systems [dernier accès, novembre 2019].

SIMÉANT JOHANNA, 2012.
« Localiser le terrain de l’international », Politix no 100/4, p. 129-147, en ligne : https://www.cairn.info/revue-politix-2012-4-page-129.htm [dernier accès, novembre 2019].

SINATTI GIULIA, 2011.
« “Mobile Transmigrants” or “Unsettled Returnees”? Myth of Return and Permanent Resettlement among Senegalese Migrants », Population, Space and Place no 17/2, p. 153-166, en ligne : https://www.researchgate.net/publication/229897269_’Mobile_Transmigrants’_or_’Unsettled_Returnees’_Myth_of_Return_and_Permanent_Resettlement_among_Senegalese_Migrants [dernier accès, novembre 2019].

STOCK INKA, 2016.
« Transnational Social Fields in Forced Immobility. Relations of Young Sub-Saharan African Migrants in Morocco with Their Families and Friends », Identities no 23/4, p. 407-421.

THORSEN DORTE, 2017.
« Is Europe Really the Dream? Contingent Paths among Sub-Saharan Migrants in Morocco », Africa no 87/2, p. 343-361, en ligne : https://www.researchgate.net/publication/316050742_Is_Europe_really_the_dream_Contingent_paths_among_sub-Saharan_migrants_in_Morocco [dernier accès, novembre 2019].

TIMERA MAHAMET, 2009.
« Aventuriers ou orphelins de la migration internationale. Nouveaux et anciens migrants “subsahariens” au Maroc », Politique africaine no 115/3, p. 175-195, en ligne : https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2009-3-page-175.htm [dernier accès, novembre 2019].

UNION EUROPÉENNE, 2016.
« Document d’action pour le Programme d’appui aux politiques migratoires du Royaume du Maroc. Annexe 1 », en ligne : https://ec.europa.eu/neighbourhood-enlargement/sites/near/files/c_2016_8836_morocco_aap_2016_part_3_annex_1.pdf [dernier accès, novembre 2019].

WEBBER FRANCES, 2011.
« How Voluntary Are Voluntary Returns? », Race & Class no 52/4, p. 98-107, en ligne : https://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/0306396810396606?journalCode=racb [dernier accès, novembre 2019].

Haut de page

Notes

1 « Je rentre chez moi. Je rentre chez moi. Dites au monde que je rentre chez moi. Que la pluie efface toutes les douleurs passées. Je sais que mon royaume m’attend et qu’ils ont pardonné mes erreurs. Je rentre chez moi, je rentre chez moi. Dites au monde que je rentre. [Traduction libre de l’auteure]. » Diddy, Dirty Money featuring Skylar Grey, « Coming home », Last train to Paris, 2010.

2 CNN, « People for sale. Exposing migrant slave auctions in Libya », octobre 2017, en ligne : https://edition.cnn.com/specials/africa/libya-slave-auctions [dernier accès, novembre 2019].

3 Fonds fiduciaire d’urgence en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique.

4 IOM, « Latest Voluntary Humanitarian Return Charter from Libya Brings Total Returnees to Over 40,000 Since 2015 », 22 février 2019, en ligne : https://www.iom.int/news/latest-voluntary-humanitarian-return-charter-libya-brings-total-returnees-over-40000-2015 [dernier accès, novembre 2019].

5 L’acronyme AVRR correspond à la nomination anglophone des programmes (Assisted Voluntary Return and Reintegration). Par usage et parce que l’obtention d’une aide à la réintégration n’est pas automatique, les programmes sont parfois abrégés « programmes AVR » par les agents de l’OIM.

6 Accord de siège signé à Genève le 22 février 2005, ratifié en juin 2006 et publié au Bulletin officiel le 21 juin 2007.

7 Aujourd’hui objet d’une attention politique particulière (l’OIM y a ouvert un sous-bureau régional en 2017), la ville de Mamou avait dès 2014 suscité l’intérêt des organisations humanitaires au Maroc. Confrontées à la rapide augmentation de la fréquentation de leurs offices par ces jeunes jusqu’alors inconnus de leurs services, elles avaient commandité une enquête in situ sur la situation migratoire à Mamou (CD.BE 2016).

8 Issu de l’album Koun Faya Koun, 2010.

9 Les cas vulnérables peuvent pour leur part bénéficier d’un référencement à l’OIM par l’intermédiaire des organisations humanitaires partenaires.

10 Entre 2013 et 2016, l’OIM déléguait la gestion de l’hébergement de ses bénéficiaires à la Caritas (qui sous-traitait elle-même l’intendance des lieux à des associations communautaires). Mais, à l’époque de cette séquence, la limite des places disponibles dans les logements partagés et les désaccords entre les deux agences sur la définition des profils éligibles à l’aide au logement n’avaient pas permis l’hébergement des demandeurs. Face au refus de la Caritas de poursuivre cette collaboration et aux nuisances créées par les installations informelles (conflits avec les demandeurs, plaintes du voisinage, critiques des bailleurs), l’OIM s’est dotée de logements pré-retour réservés à ses bénéficiaires et dont la gestion est déléguée depuis 2017 à une association culturelle africaine. L’agence a également décentralisé une partie des enregistrements via des Points d’orientation de migrants (POM) dans les villes d’Oujda et de Casablanca.

11 Typiquement des régions septentrionales (Tanger, Nador) ou des villes du centre et du sud du pays (Meknès, Fès, Beni-Mellal, Tiznit, Agadir…) à destination desquelles sont organisés les refoulements internes de migrants depuis les frontières du nord.

12 CD.BE, « Retour et intérêt supérieur de l’enfant. Référencement des mineur-e-s non accompagné-e-s », rapport confidentiel de l’Organisation internationale pour les migrations, 2017.

13 Circulaire 218/13 du 10 mai 2013, du ministère de la Justice et des Libertés concernant « la facilitation du retour volontaire des enfants migrants non accompagnés dans leur pays ».

14 À l’époque, le ghetto comptait une trentaine d’habitants, pour la plupart des Camerounais dont certains étaient à l’origine de sa fondation. En décembre 2017, à la veille de sa destruction par les forces de l’ordre, le ghetto s’était considérablement étendu, comptait plus d’une centaine d’habitants et les Guinéens y étaient devenus largement majoritaires.

15 Abris aménagés à l’aide de blocs de bétons recouverts d’une bâche et isolés du froid par des cartons. On les retrouve en zone frontalière et dans les campements informels aux abords des villes.

16 Dr. Beriz, featuring L.I.O Petrodollars, JR O Crom & Dry, « Madame la chance », Les chroniques du Wati Boss, vol. 2, 2014.

17 Ghetto évacué suite à un incendie en juillet 2018.

18 L’OIM distribue des tenues (survêtements) et des sacs en plastiques frappés du logo de l’agence aux étrangers-migrants qu’elle rapatrie par le bais des « Retours volontaires humanitaires ». Cette imposition de l’uniforme répond à l’indigence des retournés en même temps qu’elle dépersonnalise et marque du sceau de l’institution leur retour au pays.

19 Je remercie les évaluateurs anonymes et le comité de rédaction de la rubrique en ligne « Terrains » dont les commentaires, les suggestions et la disponibilité ont permis d’améliorer ce texte. Je remercie également Thomas Ancona-Léger pour ses relectures et les discussions qui ont accompagné ce travail d’écriture.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Brochure réalisée par l’OIM en 2009 dans le cadre d’une campagne d’information sur le retour volontaire au Maroc et en Libye
Crédits Crédits : Organisation internationale pour les migrations, Fondation Orient Occident, Dessins par JF – Chanson
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18653/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 919k
Titre Fig. 2. Évolution du nombre de retours effectués par l’OIM depuis 2005
Crédits Source : OIM, Assistance au retour volontaire et à la réintégration depuis le Maroc, Rapport annuel 2018, p. 4
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18653/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 3. Tous les moyens sont bons pour entrer en contact avec l’OIM et exprimer son empressement à rentrer au pays.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18653/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Fig. 4. Détail de la porte de la mission de l’OIM à Rabat, mai 2018
Crédits Crédits : Anissa Maâ
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18653/img-4.JPG
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 5. 40 dollars, l’argent de poche remis par l’OIM pour le voyage
Crédits Crédits : D. R.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18653/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 6. Dans l’avion pour Douala, le V de victoire
Crédits Crédits : D.R
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/18653/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anissa Maâ, « Signer la déportation », Terrain [En ligne], Terrains, mis en ligne le 14 novembre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/terrain/18653 ; DOI : 10.4000/terrain.18653

Haut de page

Auteur

Anissa Maâ

Université libre de Bruxelles, Group for research on Ethnic Relations, Migration and Equality

Haut de page
  • Logo INSHS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals