Navigation – Plan du site

Le fascisme non censuré

Légalisme et pèlerinage néofasciste à Predappio en Italie
Paolo Heywood
Traduction de Christine Langlois
p. 86-103
Cet article est une traduction de :
Fascism, uncensored

Résumé

La loi Scelba, promulguée en Italie en 1952 dans le but de prohiber toute « apologie » du régime fasciste, a connu une histoire mouvementée. Notamment destinée à censurer les discours visant à reconstituer un parti fasciste italien, la propagande fasciste et les manifestations fascistes, elle ne fut que peu utilisée ou de manière incohérente. Dans le cas du village italien de Predappio, lieu de naissance de Mussolini devenu un des premiers sites de tourisme néofasciste, cela est particulièrement évident. Cet article explore le statut particulier de ce lieu, ainsi que la manière dont cette absence remarquée de censure constitue une intervention dans des débats plus vastes sur l’identification du « fascisme » en tant qu’objet. Il souligne l’intérêt d’étudier, au-delà de la productivité de la censure en tant que pratique et vocation, la potentielle force productive de l’abstention de censure.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le 28 octobre 2018, de nombreux médias italiens couvraient l’événement se déroulant comme souvent à cette date à Predappio, petit village d’Émilie-Romagne d’environ 6 000 habitants, dont la plupart vivent dans la campagne environnante. Le village possède une rue principale, d’un kilomètre de long : il est possible de le traverser en quelques minutes, ce que fait précisément ce jour-là un groupe de personnes, provoquant comme chaque année un afflux de journalistes dans ce lieu habituellement tranquille. Presque tous vêtus de noir, les membres de ce groupe viennent en fait présenter leurs respects au plus connu des fils du village, Benito Mussolini, enterré dans le cimetière depuis 1957. Le 28 octobre est le jour anniversaire de la « marche sur Rome », à l’issue de laquelle il prit le pouvoir en 1922. C’est aussi le plus important des trois anniversaires (les autres étant ceux de sa naissance et de sa mort) qui attirent ces manifestants en nombre à Predappio.

  • 1 Paolo Berrizi, « Il Museo di Auschwitz querela la neofascista con la maglietta di Auschwitzland », (...)

2Cette année-là, les médias s’intéressèrent tout particulièrement à la potentielle candidate à la mairie de Budrio et militante de Forza Nuova – un groupe politique d’extrême droite ayant obtenu moins de 1 % des voix lors de la dernière élection générale italienne. Je la regardai se faire photographier par des journalistes à Predappio, très souriante, vêtue d’un tee-shirt noir barré du mot « Auschwitzland ». L’inscription utilisait le code typographique de Disneyland, la maison de naissance de Mussolini remplaçant le château bien connu. Ce tee-shirt fit l’objet de la condamnation immédiate de tout un éventail de personnages publics, y compris de quelques-uns d’extrême droite1.

3J’assistai toutefois le soir de ce 28 octobre à la célébration d’un anniversaire bien différent. Pour la troisième année consécutive, l’Association nationale des partisans italiens (ANPI) venait fêter à Predappio le jour de sa libération en 1944 qui, par hasard, tombe à la même date. L’événement se déroulait dans le cinéma du village, dans une rue bloquée par la police anti-émeutes. Il était notamment introduit par les discours du président de la province et du vice-président national de l’ANPI. Ces deux hommes tinrent des propos enflammés sur la nécessité d’être vigilants quant à une résurgence de l’extrême droite et furent particulièrement critiques à l’égard de cette femme habillée du tee-shirt « Auschwitzland ». Ils ne cachèrent pas leur ferme intention d’exiger des autorités qu’elles la poursuivent, elle et ses camarades, pour « apologie du fascisme », demande réitérée le jour suivant par un sénateur italien et adressée cette fois directement au ministre de l’Intérieur Matteo Salvini.

4La semaine suivante, le musée d’Auschwitz porta plainte en Pologne contre cette femme et la compagnie Disney se déclara horrifiée par l’utilisation de son image. Pourtant, au moment où j’écris ces lignes, il semble bien qu’il n’y ait aucun projet de poursuite pénale en Italie contre cette femme ou ses camarades.

5En Italie, une telle inculpation, si elle avait lieu, serait encadrée par la loi Scelba – du nom du ministre de l’Intérieur de l’époque, Mario Scelba –, promulguée en 1952 et calquée sur la 12e disposition de la Constitution italienne de 1947. Ensemble, ces deux mesures interdisent la réorganisation du « Parti fasciste italien dissous », le Parti national fasciste (PNF), ainsi que son « apologie » ou encore les manifestations publiques en sa faveur. La loi Scelba a été complétée en 1993 par une loi connue sous le nom de loi Mancino, qui interdit de nouveau l’exaltation publique du fascisme aussi bien que les discours haineux et la discrimination contre les minorités ethniques, religieuses ou raciales. L’an dernier, une troisième loi a été proposée, mais fut bloquée au Sénat après les élections de 2018. Du nom du député Emmanuele Fiano, elle était destinée à permettre des poursuites pénales contre la « propagande » fasciste.

6Autant dire que les instruments légaux à la disposition de l’État italien pour poursuivre des gens comme la femme au tee-shirt ne manquent pas. Il est pourtant probable que les autorités choisiront de n’en rien faire : c’est le cas depuis que le corps de Mussolini a été rapatrié à Predappio pour y être enterré en 1957, et que des pèlerinages à grande échelle s’y déroulent.

  • 2 Gabriele Maestri, « Un “fascio” di polemiche, ma quanti conoscono le norme ? », LaCostituzione.inf (...)

7Mon hypothèse est que cette attitude tient à l’objet même de la censure. En Italie, le fascisme ne désigne pas un ensemble d’idées, de croyances ou de symboles, mais un élément bien spécifique : « le Parti fasciste italien dissous ». Les lois évoquées ici ont été généralement interprétées comme n’interdisant pas un parti fasciste mais le Parti fasciste, objet historique2. En d’autres termes, pour tomber sous le coup de la loi, il faut faire plus que professer un ensemble de croyances ou d’idées relevant du « fascisme », il faut évoquer précisément le « Fascisme », le phénomène historique.

8Cette interprétation, et l’absence de censure envers les personnes comme la femme au tee-shirt « Auschwitzland » qui en résulte, constitue plus qu’une retenue judiciaire, bien qu’il ne fasse pas de doute qu’elle en relève aussi. Il s’agit d’une contribution nouvelle à un débat ancien en Italie, tournant autour de la relation entre fascisme et histoire. La question est de savoir si le terme « fascisme » devrait être réservé au régime, ou au mouvement, ayant existé en Italie de 1922 à 1943 (ou 1945 si on inclut la République sociale italienne). Cette position peut sembler surprenante – notamment au regard des inquiétudes contemporaines concernant une résurgence générale du fascisme –, c’est néanmoins un argument souvent entendu à Predappio et, plus largement, en Italie.

9La censure de certaines expressions employées par les politiques d’extrême droite en Italie ou, plus exactement, la logique sous-tendant l’absence remarquée d’une telle censure, place assurément l’État à un endroit précis de ce débat. L’État en effet identifie un ensemble distinct d’attitudes et de conduites reliées au « Parti fasciste italien dissous ». Il adopte, en d’autres termes, une attitude restrictive – que l’on pourrait appeler indicielle – envers le mot, le reliant étroitement à un objet spécifique et l’attachant ainsi fermement à la période historique pendant laquelle un réel régime fasciste a existé, rendant plus ou moins discutable du point de vue juridique la question d’une réalité du fascisme sous une forme quelconque aujourd’hui. Plus qu’une simple pratique de la censure, il s’agit d’une intervention passive dans des débats historiographiques, juridiques et populaires. Celle-ci définit le fascisme comme un objet bien délimité, dont les contours correspondent en gros à la vingtaine d’années, connues sous le nom de Ventennio, pendant lesquelles Mussolini a gouverné l’Italie.

10Les exemples se rapportant à la vie quotidienne de Predappio présentés ici ont pour but de montrer que s’abstenir de censurer dans le cas de ce village est sous-tendu par la même logique. Une telle abstention n’est bien sûr pas sans conséquences – la plus évidente étant de renforcer les affirmations selon lesquelles parler d’une résurgence contemporaine du fascisme n’a pas de sens.

11Beaucoup des travaux récents sur cet objet, appelé parfois la « nouvelle théorie de la censure », soulignent les aspects productifs – plutôt que répressifs – des pratiques de censure (Bunn 2015). Celle-ci ne consisterait ainsi pas seulement à empêcher les gens de parler ou de penser certaines choses, mais elle les inciterait ou les obligerait à y penser et à en parler d’une certaine manière. Dans un passage en revue récent des débats sur le sujet entre historiens et spécialistes des sciences sociales, Matthew Bunn soutient que le défi le plus basique de ces théories « libérales » de la censure consiste à établir si « l’absence de censure relève vraiment de la “liberté de parole” » (2015 : 40). Si la « censure », entendue dans son sens le plus large, imprègne le « discours », alors certaines formes de contrôle étatique des paroles et des publications ne sont pas autre chose que des manifestations particulièrement évidentes et maladroites d’un phénomène omniprésent.

12J’analyse ici un contexte dans lequel c’est précisément l’absence remarquée de censure qui est féconde, au sens où elle vient alimenter un débat plus large. Si la censure imprègne toute forme d’expression, que signifie s’abstenir de censurer ? M’appuyant sur huit mois d’enquête à Predappio, ainsi que sur des documents historiques concernant la jurisprudence italienne depuis la guerre, j’estime qu’une absence de censure peut être aussi une forme d’intervention productive. Dans le cas décrit, celle-ci positionne la loi à un endroit particulier du débat sur la nature et la définition du fascisme.

La tombe du mythe

« L’histoire est l’arme cruciale de cette bataille. L’histoire permet de combattre l’ignorance, elle est le moyen, pour les jeunes générations, d’apprendre à connaître les erreurs du passé. Nous [Predappio] avons été le Tchernobyl de l’histoire depuis trop longtemps, et nous devons maintenant nous confronterà notre passé. »

  • 3 Nicholas Clairmont, « Is Trump an Ur-Fascist ? », The Atlantic, 5 octobre 2016.

13Debout sur la place principale de Predappio, près des ruines de l’ancien quartier général du Parti fasciste, nous écoutions le maire qui s’exprimait devant une équipe de télévision danoise. Je l’avais entendu à maintes reprises, depuis le début de mon enquête à Predappio et dans ses environs au printemps 2016, prononcer des variantes de ce discours devant des audiences locales, nationales et internationales. « Histoire » est un mot qu’il affectionne, bien qu’il soit professeur de géologie ; je l’ai rarement vu plus fier que lorsqu’il découvrit qu’il était cité en clôture du livre récent d’un éminent historien allemand du fascisme (Woller 2015). Bien que ses opposants politiques soient en désaccord avec quelques-unes des implications tacites de son focus sur l’histoire, il ne fait aucun doute qu’il est impossible de comprendre Predappio sans s’intéresser à son passé. Mais déterminer à quel point tout cela relève de l’histoire ou du présent s’avère toutefois beaucoup plus compliqué. Les débats que je décris ci-dessous concernent la mémoire historique ainsi que la forme que devrait prendre la relation de l’Italie à son passé fasciste. Mais, en premier lieu, ils cherchent à déterminer si le fascisme n’est qu’un fait historique ou s’il survit encore aujourd’hui sous une forme ou une autre. Par là, ces débats reflètent la préoccupation plus internationale d’une résurgence potentielle du fascisme et la manière dont on devrait reconnaître ce phénomène. Telle est la problématique, par exemple, qui sous-tend l’entretien de l’historien Robert Paxton donné au magazine The Atlantic, au cours duquel il tentait de définir le terme « fascisme3 », et la candidature de ce mot pour le prix Merriam-Webster « Word of the Year » en 2016. Je vais prendre ci-dessous pour exemples quelques arguments qui défendent la thèse selon laquelle le fascisme est largement, voire uniquement, un fait historique et que, par conséquent, les personnes qui viennent le célébrer à Predappio peuvent être considérées comme bizarres ou même ridicules, mais pas dangereuses.

14Le Predappio des origines – connu maintenant sous le nom de Predappio Alta – est un petit village médiéval assis au sommet d’une colline, comprenant un château (Rocca) et trois églises ceinturant une place pavée. Environ quatre kilomètres plus bas, au pied de la colline, se trouve un lotissement – au départ rien de plus qu’une poignée de maisons et une auberge –, Dovia, nommé ainsi à cause des deux routes qui s’y croisent, l’une se dirigeant vers les montagnes de Toscane, l’autre menant à Predappio Alta.

15Benito Mussolini est né à Dovia en 1883, fils d’un forgeron et d’une institutrice. Peu de temps après sa prise de pouvoir en 1922, il fit un déplacement très médiatisé dans son village natal, suite auquel une députation de notables locaux se rendit immédiatement à Rome pour lui proposer un plan de rénovation urbanistique du lieu. Des travaux de construction débutèrent au milieu des années 1920 et se poursuivirent jusqu’à la fin des années 1930. Dovia – ou Predappio Nuova, comme on se mit à l’appeler, ou même tout simplement Predappio –, de hameau reculése transforma en un monument urbain à la gloire du fascisme et des humbles origines de son Duce. Les habitants devinrent très conscients et fiers de l’importance du village au sein de l’appareil forgeant le mythe du régime, qui lui-même payait et organisait des visites de groupe pour les Italiens (Serenelli 2013). Mussolini s’y rendait fréquemment, souvent accompagné de dignitaires étrangers.

16Comme le relate en détail Sergio Luzzatto (1998), en 1957 – soit douze ans après l’exécution de Mussolini par les partisans –, Adone Zoli, membre de la Démocratie chrétienne, le parti majoritaire de centre droit, devint Premier ministre d’Italie. Il dirigeait une minorité gouvernementale qui, pour la première fois, fut obligée de s’appuyer sur un « accord de confiance et de soutien » avec l’incarnation d’après-guerre du Parti fasciste italien, le Mouvement social italien (MSI). Également originaire de Predappio, Zoli était un membre de la famille qui possédait la terre sur laquelle naquit la femme de Mussolini. Dans l’accord conclu avec le MSI était stipulé que le corps du Duce – caché à l’époque dans un couvent capucin – serait rendu à sa famille et enseveli dans leur crypte située dans le cimetière du village. Zoli aurait téléphoné au maire de Predappio pour lui demander sa bénédiction et les habitants actuels citent fréquemment la réponse qu’il aurait reçue : « Mussolini ne nous faisait pas peur de son vivant, il ne nous effraiera pas plus maintenant qu’il est mort. » Le corps fut enterré dans le cimetière de San Cassiano le 31 août 1957, en présence d’environ 3 500 néofascistes. 7 000 de plus arrivèrent le week-end suivant pour lui rendre hommage. Depuis, le village accueille quatre-vingts à cent mille de ces touristes « noirs » chaque année. Il se peut que le Duce n’effraie pas les habitants du lieu depuis sa mort, en revanche la présence de son corps dans le village a eu, c’est certain, un impact significatif sur leurs vies.

17Aujourd’hui, il est impossible d’échapper au fascisme à Predappio. La rue principale, autrefois appelée le Corso Benito Mussolini, est maintenant désignée du nom de sa plus célèbre victime, Giacomo Matteotti. En la remontant, on trouve trois magasins vendant ce que les commerçants nomment de manière euphémique des « souvenirs » ou des « gadgets » : des tee-shirts et des biberons décorés de slogans fascistes ou d’images de Donald Trump et de Vladimir Poutine, des bustes en marbre ou en bronze de Mussolini, des souvenirs de guerre, des exemplaires de Mein Kampf et même des manganelli, les clubs de golf avec lesquels les bandes fascistes frappaient leurs opposants. Du point de vue architectural, le village est entièrement dominé par le style des années 1920 puisqu’il a été en grande partie construit durant cette époque par des architectes tels que Florestano di Fausto. La première place du Corso Matteotti a été conçue de manière à entourer la maison natale de Mussolini, que le régime exhibait comme une sorte de sanctuaire et qui est aujourd’hui un lieu d’exposition. La place suivante, la plus vaste, est dominée par l’église Saint-Antoine, sur la façade de laquelle est inscrite sa date d’achèvement pendant la « E.F. », c’est-à-dire l’« ère fasciste ». Jouxtant l’église, le vieil hôpital du village arbore toujours des faisceaux gravés sur sa façade. De l’autre côté de la place se trouve l’ancienne Maison du fascisme et de l’hospitalité, le plus grand ancien quartier général du Parti national fasciste, utilisée autrefois pour loger les dignitaires en visite et pour les événements publics (Storchi 2019). Aujourd’hui abandonnée et en ruines, elle n’abrite plus que des pigeons.

18Un peu plus haut dans la rue, on arrive au cimetière de San Cassiano, autre produit de l’architecture des années 1920 et site du tombeau de la famille Mussolini. La crypte est le premier bâtiment visible en entrant, au bout de l’allée démarrant aux grilles d’entrée. Une volée de marches débouche sur une petite pièce souterraine dans laquelle les restes de la femme de Mussolini, de ses enfants et de quelques parents sont inhumés dans des sarcophages de pierre, parfois surmontés de photographies, et souvent décorés de fleurs. La crypte est dominée par un grand buste du Duce dont le regard surplombe son propre sarcophage ainsi que le livre d’or mis à la disposition des visiteurs, sur lequel sont écrits en moyenne, d’après mon décompte, trente à quarante messages par jour, la plupart constituant des variations autour du thème : « Reviens-nous, Duce ! » (Zoli & Moressa 2007). En remontant de la crypte par un second escalier, on se retrouve face à un mur presque entièrement recouvert de plaques déposées par des membres de groupes néofascistes, formels et informels, qui commémorent leur visite à la tombe ou le décès d’un camarade.

  • 4 Groupe autonomiste d’extrême gauche très influent en Italie dans les années 1970.

19Le statut du fascisme ou du néofascisme à Predappio a fréquemment reflété le contexte politique et social italien plus large. Ainsi, à la fin des années 1960 et au début des années 1970, pendant une période de grande tension politique caractérisée par des divisions idéologiques exacerbées entre la droite et la gauche, et par des actes de terrorisme – enlèvements, assassinats et meurtres de masse –, de sérieuses confrontations eurent lieu entre les pèlerins d’extrême droite et des gauchistes, étudiants ou militants de groupes extra-parlementaires comme Lotta Continua4. Ces tensions atteignirent leur apogée lors de l’explosion d’une bombe dans la crypte en 1971. Dans les années 1980 et 1990, avec l’effondrement simultané des Partis chrétien démocrate et communiste à la suite de scandales de corruption, le tourisme « noir » à Predappio prit une dimension commerciale. En 1983, à l’occasion du centenaire de la naissance de Mussolini, se firent les premières ventes de bouteilles de vin à l’étiquette figurant le Duce ; dans les années 1990 s’ouvrit le premier magasin de « souvenirs ». Plus largement, ces années sont marquées par un virage dans la politique d’extrême droite italienne avec la transformation de l’anciennement radical MSI en Alliance nationale, moins extrême et plus politiquement correcte. Celle-ci participera par la suite au gouvernement de Silvio Berlusconi, prenant ses distances avec Predappio et la nostalgie fasciste.

20Aujourd’hui, les trois principaux jours de pèlerinage attirent à Predappio environ 3 000 visiteurs à partir du dimanche matin suivant l’anniversaire en question. Dès 8 heures, des groupes d’hommes en chemise noire, ainsi que quelques femmes et enfants, commencent à se rassembler dans les quatre bars de la rue principale, avant de se fondre dans une masse bien repérable sur la place de l’église vers 10 heures. Des drapeaux aux trois couleurs italiennes et une croix celtique sont brandis accompagnés de bannières avec des slogans tels que « Honneur à la mère patrie » ou « Allez-vous tous nous arrêter ? » La procession se renforce ensuite grâce aux militants de Forza Nuova portant des brassards tricolores ; en tête se trouve généralement un groupe portant des couronnes funéraires qui seront ensuite déposées sur la tombe de Mussolini. De nombreux participants sont vêtus d’uniformes fascistes ou portent un fez, élément caractéristique de ces tenues depuis la fin de la Première Guerre mondiale. Ils parcourent à pied le kilomètre les séparant du cimetière de San Cassiano devant les grilles duquel ils se regroupent pour de brefs discours (ponctués de saluts fascistes) avant de faire la queue pour entrer dans la crypte rendre hommage au Duce ou déposer une fleur sur sa tombe.

21Les opinions des habitants de Predappio sur ces pèlerinages, les boutiques de souvenirs et le tombeau sont suffisamment complexes et différenciées pour mériter un plus ample développement que celui donné dans le cadre de cet article. Autrefois, m’a-t-on souvent rapporté, ils évitaient de sortir les jours de pèlerinage par crainte de violences ; aujourd’hui, ils considèrent ces défilés comme un inconvénient mineur gênant le trafic automobile. Certaines personnes objectent par principe ; je connais des commerçants qui ferment leurs magasins car ils craignent de ne pouvoir être accueillants avec de tels clients. L’un d’eux m’a raconté avec un malin plaisir la bagarre qui avait failli naître d’une rencontre avec un jeune homme décrit comme « un nain portant un uniforme de la jeunesse fasciste ». Mais l’attitude la plus courante nous renvoie à la question de l’histoire déjà abordée plus haut, car les habitants regardent ces manifestations comme relevant d’une forme de nostalgie, certes de mauvais goût, mais plus ou moins inoffensive. « Nostalgiques » (nostalgici) est, de loin, le mot le plus couramment employé pour désigner ces visiteurs plutôt que tout autre terme politique et les marches sont souvent décrites comme « folkloriques », au sens où elles impliquent une vénération de la tradition un peu étrange ou superficielle. Les gens haussent les épaules ou sourient ironiquement à la vue d’hommes âgés aux extravagantes moustaches portant l’uniforme des jeunesses fascistes, comme pourrait le faire un Français devant un groupe dansant la bourrée auvergnate ou des artistes de rue vêtus comme à l’époque de Shakespeare. « C’est comme un carnaval », a formulé un artiste local. « Au lieu d’être au carnaval de Viareggio, nous sommes au carnaval de Mussolini. Laissons-les tranquilles et ils vont sans problème rentrer chez eux. Ils sont ridicules : des gamins de 40 ans habillés comme de vieux officiers fascistes. »

22Pour beaucoup, il est pervers plutôt que menaçant de s’habiller et de chanter des slogans d’une époque révolue. Et ces nostalgiques ne peuvent être reliés aux « vrais » fascistes historiques : la preuve avancée est qu’ils sont trop jeunes pour se rappeler le Ventennio, la double décennie fasciste. Les habitants évoquent depuis longtemps la diminution du nombre de visiteurs au fur et à mesure que le Ventennio s’éloigne et que de moins en moins de personnes l’ayant vécu sont toujours en vie. La marchandisation des visites et des marches a accentué la banalité de ces manifestations : une bouteille de vin avec la tête de Mussolini sur son étiquette relève-t-elle vraiment du « fascisme » ? D’autres s’amusent du manque de conviction idéologique des propriétaires de magasins de souvenirs. Un ami me dira avec ironie que tel commerçant serait tout aussi heureux de vendre des tee-shirts à l’effigie de Che Guevara si seulement Predappio avait eu la chance de l’avoir, plutôt que Mussolini, comme figure locale. En d’autres termes, nombreux sont ceux qui partagent l’opinion du maire selon laquelle le fascisme est avant tout un objet historique, quoi qu’ils pensent de ce phénomène par ailleurs. Il faut mentionner que le village a toujours été dirigé, depuis la fin de la guerre, par des maires communistes ou de gauche et qu’il est situé en plein cœur d’une région possédant un puissant héritage socialiste. Ce sentiment que le « fascisme » est en grande partie, voire uniquement, de l’histoire n’est donc pas seulement le fait d’hommes de droite.

  • 5 Voir par exemple Bosworth 1998.
  • 6 CasaPound est une organisation politique d’extrême droite dont le nom fait référence au poète Ezra (...)

23Affirmer que l’héritage fasciste de Predappio est un objet historique ne signifie pas pour autant qu’il n’attire pas l’attention. À nouveau, ce lieu a fait la une de la presse nationale et internationale à l’occasion de l’émergence d’une nouvelle série de débats politiques sur la relation de l’Italie contemporaine à son passé fasciste. Bien que cela ne soit pas vraiment une nouveauté5, un sentiment d’urgence se fait jour, en écho avec les préoccupations internationales, face à la montée en puissance de l’extrême droite. En Italie, même si des partis de la droite radicale comme Forza Nuova et CasaPound6 ont obtenu des scores relativement faibles aux élections générales de 2018, ces inquiétudes sont souvent nourries par la Ligue, le parti anti-immigration du ministre de l’Intérieur Matteo Salvini qui obtint presque 18 % des voix. Salvini semble lui-même prendre plaisir à provoquer ces réactions en tweetant par exemple des citations de Mussolini.

  • 7 Fondazione Alfred Lewin, « Un museo del fascismo ? La posizione della Fondazione Alfred Lewin », U (...)
  • 8 Wu Ming, « Predappio Toxic Waste Blues. Prima Puntata (di 3) », Wu Ming Foundation. Giap, 27 octob (...)

24Predappio tient aussi une place importante dans ces débats à cause de son avenir potentiel. En effet, ses actuels administrateurs se proposent d’installer un « centre de documentation » sur le fascisme dans l’ancienne maison du parti fasciste, aujourd’hui délabrée, qui donne sur la place du village. Ce serait la première structure sur le sujet à voir le jour en Italie. C’est ce projet que le maire a en tête lorsqu’il parle du besoin d’affronter le passé. Toutefois, il a provoqué de nombreuses controverses, en partie dues au choix de Predappio comme site d’accueil. De nombreux critiques ont souligné qu’installer ce que beaucoup considèrent comme un « musée » du fascisme dans un site investi par l’extrême droite contemporaine risque de contrevenir au but fixé. Comment, demandent-ils, réagiront des écoliers en visite devant les magasins de souvenirs fascistes qui jouxtent le futur centre de documentation7 ? Certains vont jusqu’à qualifier le village de « déchet toxique » de l’histoire, considérant son héritage comme irrémédiable8. Le projet a soulevé d’autres objections, liées cette fois-ci à son contenu même, qui nous ramènent au problème de la définition du fascisme. Par exemple, il est prévu que l’exposition permanente du centre s’arrête à 1945. Un des membres du comité scientifique me déclara ainsi que le fascisme et le néofascisme « sont complètement différents », « tout d’abord parce que c’est [le néofascisme] un élément d’un pays démocratique, pas un régime politique [… et] ils s’appellent néofascistes, néonazis, etc., mais je ne pense pas qu’ils comprennent vraiment le régime auquel ils se réfèrent ». D’autres personnes, impliquées dans le projet, expliquent cette différence en termes de contenu politique ou de symbolisme. Dans tous les cas, l’idée commune est que le « fascisme » à proprement parler ne désigne qu’un objet historique, pas un phénomène contemporain. De même que dans les interprétations locales des pèlerinages comme relevant de la nostalgie et du folklore, le « fascisme » est considéré ici comme déconnecté de tout phénomène actuel qui pourrait lui ressembler. Mais – ce n’est peut-être pas surprenant –, pour d’autres, critiques du projet, il serait absurde, voire compromettant, que le centre de documentation n’ait rien à dire au sujet de ces hommes et femmes qui vont probablement continuer à défiler autour du bâtiment qui l’abrite, vêtus d’uniformes et de décorations fascistes.

  • 9 Benedetto Croce, « Chi è fascista ? », Giornale di Napoli, 29 octobre 1944.

25Ces débats populaires sur les pèlerinages et le projet de centre de documentation se rejoignent sur la question de la définition du « fascisme ». Mais la logique unissant les défenseurs de ce centre et l’attitude de ceux qui pensent que les pèlerinages néofascistes ne sont qu’une manifestation nostalgique a une longue histoire. Dès 1944, par exemple, Benedetto Croce, philosophe italien et figure de proue du parti libéral, a écrit une série d’articles – notamment un texte au titre éloquent « Qui est fasciste ? » – dans lesquels il avançait que le fascisme était une forme de dépression civique, de maladie morale qui pouvait affecter tout le monde, sans distinction de classe sociale, de statut ou de nationalité9. Son argument crucial était qu’il s’agissait d’un phénomène sans rapport avec des questions systémiques de la vie sociale et culturelle italiennes. Il pouvait donc être rejeté comme « parenthèse » dans l’histoire d’une grande nation, idée qu’on retrouve dans des discussions sur d’autres régimes fascistes comme celui de Vichy en France (Paxton 1973). L’historien Richard Bosworth note que l’interprétation de Croce a ouvert la voie aux débats historiographiques lancés par Renzo De Felice avec la publication de son livre Intervista sul fascismo (1975). De Felice, le plus important historien italien du fascisme, auteur d’une biographie de Mussolini en quatre tomes, a provoqué une vive controverse en critiquant ce qu’il appelait une « vulgate » antifasciste, dominée par des journalistes et des amateurs intéressés uniquement par la formulation de jugements moraux, plutôt que par les jugements scientifiques dont lui-même se réclamait. Pour lui, distance et détachement étaient nécessaires pour comprendre vraiment le fascisme, à savoir un phénomène purement historique, « rigoureusement limité » à la période du Ventennio.

L’emprise de la censure

26D’un point de vue légal, la question de savoir à quel point le fascisme est vraiment « mort » n’a pas cessé d’être posée depuis la chute du régime. Croce n’était pas le seul à se demander : « Qui est fasciste ? » En 1944, c’était également la préoccupation des Alliés occupant le pays ainsi que du nouveau gouvernement italien qui avait désormais le statut de « cobelligérant » de ces derniers. L’article 30 du Long Armistice entre l’Italie et les Alliés, signé le 29 septembre 1943, obligeait le gouvernement italien à « suivre toutes les directives que les Nations unies pourraient donner, incluant l’abolition des institutions fascistes, le renvoi et l’internement du personnel fasciste, le contrôle des fonds fascistes, la suppression des idéologies et des enseignements fascistes » (Domenico 1991 : 22). Tout ceci était bien sûr plus facile à dire qu’à faire car plus de vingt ans étaient passés depuis la prise de pouvoir du régime. En 1943, il était devenu difficile de faire la différence entre les institutions « fascistes » et celles simplement « italiennes », ce qui valait également pour les fonds ou le personnel. De fait, bien des dirigeants du nouveau régime avaient, à un moment ou à un autre, occupé des fonctions prééminentes sous Mussolini. Mais c’était précisément cette différence qui intéressait les Alliés et le gouvernement postfasciste italien (ainsi que Croce, d’où sa caractérisation du fascisme comme distinct des questions sociales et culturelles spécifiquement italiennes). Le nouveau Premier ministre italien, Marshal Pietro Badoglio, lui-même ancien chef de l’État-major italien à la fin de la guerre, promulgua une circulaire le 4 novembre 1943 : « […] le régime fasciste […] est résolument mort dans l’esprit des Italiens », établissant ainsi 1943 comme point de rupture entre le fascisme et ce qui lui a succédé (ibid. : 20).

27Une autre distinction cependant fut établie du fait du contexte politique et militaire italien. En 1944, un questionnaire (scheda personale) fut envoyé à tous les fonctionnaires italiens par le gouvernement militaire allié. Il comprenait quarante-trois catégories de questions concernant leur implication vis-à-vis du régime fasciste. Même s’il ouvrait un large éventail de réponses possibles (notamment si la personne avait été à un moment donné secrétaire général du PNF), sa partie la plus cruciale concernait les catégories 32 à 38 (ibid. : 34). Elles traitaient de la République sociale italienne (RSI), le régime fantoche établi par les Allemands dans le nord de l’Italie en 1943, dont Mussolini avait le titre de chef, et contre lequel étaient en guerre à la fois les Alliés et le nouveau gouvernement italien. Aussi, pour des raisons pratiques – la difficulté à distinguer les anciens fascistes des nouveaux « cobelligérants » et le besoin de combattre le RSI –, le grand projet de « défascisation » envisagé pendant le Long Armistice devint nettement plus modeste, consistant surtout à éradiquer les coupables de trahison au nouveau gouvernement (ceux qui continuaient d’adhérer au RSI). En d’autres termes, savoir comment censurer ou proscrire le fascisme, en opérant des distinctions entre les différents fascismes historiques (le fascisme du Ventennio, celui de la République sociale italienne et le néofascisme), est loin d’être une question nouvelle.

  • 10 Sentenza no 74, 1958.
  • 11 Gabriele Maestri, « Quando il problema non è il (solo) fascio », I Simboli della discordia, 13 jui (...)
  • 12 Sentenza no 37577, 2014.
  • 13 Sentenza no 8108, 2018.

28La loi Scelba de 1952, comme je l’ai noté plus haut, est basée sur le 12e article de la Constitution italienne de 1947, qui interdit la réorganisation du « Parti fasciste italien dissous » et prohibe son « apologie » et toute manifestation publique en sa faveur. Mais, au fil des ans, plusieurs tribunaux italiens ont rendu des jugements qui restreignent notablement – ou tout simplement brouillent – l’étendue de l’application de la loi Scelba et de son antécédent constitutionnel. Ainsi, un an après le retour du corps de Mussolini à Predappio, en 1958, trois hommes – dont deux avaient été inculpés pour avoir fait le salut romain devant la tombe de Mussolini, vêtus de chemises noires – furent acquittés du crime d’« apologie » par la Cour constitutionnelle italienne : elle avait jugé que la loi ne pouvait être appliquée que lorsqu’il existait un projet réaliste de reconstitution du PNF10. En 1994, le Conseil d’État déclara que l’utilisation des fasces comme symbole politique ne constituait pas une violation de la loi électorale du fait de leur association, plus ancienne, à la Rome classique11. Plus récemment, en 2014, la chambre criminelle de la Cour de cassation condamna en revanche deux militants de CasaPound pour avoir exécuté le salut romain lors d’une marche. Elle déclara que le risque d’une réapparition d’un parti fasciste « concret » n’avait pas disparu au cours des années et que des « gestes symboliques » constituaient une « publicité » par leur nature et « représentaient un danger objectif pour les valeurs de la démocratie12 ». Toutefois, quatre ans plus tard, le même tribunal a absous deux autres militants de CasaPound pour la même infraction, contredisant ce qu’il avait auparavant décrété, déclarant que la loi Scelba ne punissait qu’un « danger concret », non des idées ou des manifestations d’idées. Seuls les symboles et les paroles susceptibles de mener directement à la reconstitution du Parti fasciste pouvaient être considérés comme des crimes13.

  • 14 Gabriele Maestri, « Un “fascio” di polemiche, ma quanti conoscono le norme ? », art. cit.
  • 15 Felice Blando, « Movimenti neofascisti e difesa della democrazia », art. cit.

29Plus frappante encore que la confusion autour de l’application de la loi est sa formulation explicite et la manière dont celle-ci a été interprétée. Le mot « dissous » (disciolto) a été délibérément ajouté aux mots « Parti fasciste » par l’Assemblée constituante italienne en 1947 justement pour insister sur le fait que la loi avait un référent historique concret14. Palmiro Togliatti, à l’époque secrétaire général du Parti communiste italien, lors de ce débat sur la difficulté de définir la nature d’un « parti fasciste », jugea que la définition en était clairement « historiquement déterminée15 ». En d’autres termes, la loi Scelba peut être, et a été, interprétée comme visant à censurer et à interdire non pas un parti fasciste mais bien le Parti fasciste, la rendant plus ou moins inapplicable à beaucoup de phénomènes contemporains que l’on pourrait penser être en lien avec elle.

30Le contraste avec l’Allemagne est remarquable. Dans ce pays, par exemple, des militants antinazis ont pu être poursuivis pour avoir exhibé des svastikas barrés d’une croix car le code criminel fédéral allemand interdit de montrer des « symboles inconstitutionnels » comme ceux associés au Parti nazi. Nitzan Shoshan a récemment souligné la complexité inhérente aux interprétations légales allemandes de l’utilisation des symboles de l’extrême droite (2016). Les relations entre les signes et les organisations interdites peuvent ainsi être purement symboliques, c’est-à-dire arbitraires, et plus ou moins étroites. Mais elles peuvent aussi être d’ordre iconique et « indiciel », comme lorsque les signes reproduisent l’apparence de ce qu’ils symbolisent – ainsi la violence néonazie est-elle similaire à la violence nationale socialiste – et ont la même action. Par exemple, un svastika ne représente pas simplement le nazisme : il peut le rendre littéralement présent (ibid. : 106). Regroupées, toutes ces interprétations informent les décisions judiciaires sur l’utilisation de tels symboles, parallèlement à l’estimation de leurs intentions et de leurs effets (ibid. : 107). Ces dernières peuvent être tout aussi contradictoires et incompatibles entre elles que dans le cas italien. Mais, contrairement aux décisions des tribunaux italiens sur l’application de la loi Scelba, la jurisprudence constitutionnelle allemande condamne la négation de l’Holocauste – expression d’une pensée – qu’elle soit ou non accompagnée d’appels à l’action, tout en opérant une distinction entre les deux occurrences (Stradella 2008 : 70). À la différence du cas italien, on n’exige pas des procureurs qu’ils démontrent l’existence d’un danger immédiat pour la démocratie ou de reconstitution du Parti nazi. L’expression est un délit en soi (Article 19 2018 : 23).

31Bien que la solidité de la relation symbolique entre les signes « fascistes » et le « fascisme » soit parfois discutée dans le contexte italien – par exemple concernant l’utilisation des fasces comme symbole politique, cas dans lequel la question était de savoir si, en tant que signes, ils évoquaient davantage le PNF que la Rome classique –, le problème de l’application de la loi Scelba semble tourner seulement autour de l’indexicalité : pour constituer un cas d’« apologie », elle exige que la conduite, le discours ou les symboles en cause invoquent et défendent l’objet « Parti fasciste italien dissous », et non un fascisme générique. Pour qu’un crime soit commis, il faut que cet objet historique particulier et pas un autre soit réactivé. Autre point explicite dans l’interprétation de la loi : pour qualifier un acte de crime, un projet réaliste de reconstitution du PNF doit exister.

32Une défense évidente de cette ligne de raisonnement légal est qu’il est plus aisé de défendre la liberté de parole et de pensée des formes de censure qui visent des objets très précis : plus les termes légaux sont imprécis, plus il est aisé pour les censeurs de balayer large et d’agrandir le spectre de leur domaine de compétence (comme dans le cas étrange de ces antinazis allemands poursuivis pour avoir brandi des svastikas barrés d’une croix). Le cas italien démontre toutefois que des applications circonscrites de la censure ne sont jamais neutres dans leurs effets sur des contextes plus larges de paroles, de discours et d’idées. Le refus de censurer la femme arborant un tee-shirt portant le mot « Auschwitzland », entre autres cas semblables, n’est pas seulement une posture négative (« ceci n’est pas du fascisme ») : c’est également une définition positive de ce qu’est « réellement » le fascisme, à savoir un objet historique spécifique – conception qui s’inscrit dans la lignée de cet ensemble plus vaste de perspectives sur le fascisme qui datent pour le moins des théories de Croce.

Ce que la censure fait quand elle ne fait rien

33Pour constituer un objet légitime de censure en Italie, un signe – un salut romain, un uniforme ou un tee-shirt décoré d’un slogan – doit donc évoquer et défendre de manière vraisemblable la renaissance non pas d’un ensemble d’idées ou de croyances, mais de l’objet précisément défini comme « Parti fasciste italien dissous ». Ce régime légal constitue à cet égard une intervention dans un ensemble plus ancien et bien plus vaste de débats sur ce qu’était, ou est encore, exactement le fascisme. Si le fascisme est un objet purement historique alors l’utilisation de ce mot pour décrire des versions contemporaines des politiques d’extrême droite peut être erronée et alarmiste. En ce cas, l’intervention productive de la censure prend la forme de la passivité et de l’abstention plutôt que de l’action. À la différence, par exemple, des censeurs de l’Allemagne de l’Est décrits par Dominic Boyer (2003), pour lesquels la pratique de la censure est une vocation intellectuelle et relève d’un savoir-faire artisanal, la « productivité » de l’intervention de la censure décrite ici dépend de l’inaction (légalement possible) du censeur. Ainsi la question n’est pas la censure mais bien l’absence de celle-ci.

  • 16 Voir par exemple Sentenza no 74, 1958.

34Qu’une telle absence soit un choix juridique plutôt qu’une nécessité, la loi elle-même en témoigne. Jusqu’à présent, j’ai insisté sur ses qualités indicielles car ce fut la posture des tribunaux italiens, mais le texte offre d’autres interprétations. Par exemple, le fait que la 12e disposition de la Constitution prohibe la réorganisation du « Parti fasciste italien dissous » sous « quelque forme que ce soit » ouvre l’interprétation de ce qui pourrait constituer une telle réorganisation à d’autres conceptions que celle « historiquement déterminée », largement favorisée par les tribunaux. Plus encore, la loi Scelba dresse la liste de caractéristiques pouvant être considérées comme des signes d’une telle réorganisation : menacer ou utiliser la violence comme instrument politique, réclamer la suppression des libertés constitutionnelles, dénigrer les valeurs de la démocratie ou de la résistance, ou simplement prendre part à « des manifestations extérieures à caractère fasciste ». Pourtant, quasiment dès la promulgation de la loi, celle-ci a été interprétée comme exigeant la présence d’indexicalité16 : à eux seuls, les signes évoqués ne font pas revivre le fascisme. Ils doivent être accompagnés des preuves d’une telle intention et de chances de réussite.

35William Mazzarella a récemment remarqué que la censure peut être conçue comme une forme de « dérogation » souveraine (2013 : 41-42), une exception justifiée par des circonstances particulières, mais de plus en plus souvent devenue un état des choses permanent (ibid. : 28). Dans le cas du cinéma indien qu’il étudie, les pro-censure considèrent ainsi l’Inde moderne comme se trouvant dans une période de transition entre la tutelle coloniale et la maturité d’une société médiatique totalement démocratique. Avant l’avènement de cette dernière, la censure constitue un mal nécessaire.

  • 17 Sentenza no 8108, 2018.
  • 18 Sentenza no 37577, 2014.

36Dans le cas décrit ici, on voit à l’œuvre les mêmes préoccupations au sujet du passé et de sa relation avec l’avenir. Les « manifestations extérieures à caractère fasciste » sont-elles orientées uniquement vers le passé – et donc simplement « commémoratives », comme le jugement le plus récent d’un tribunal les a qualifiées17, et nostalgiques – ou sont-elles orientées vers l’avenir ? Et cet avenir promu est-il un retour du passé fasciste italien ou quelque chose d’entièrement nouveau ? Le « risque » posé par le fascisme a-t-il diminué au fil des années depuis sa chute ou représente-t-il toujours un « danger objectif18 » ? Ces questions sont présentes à l’arrière-plan de nombreux débats contemporains sur le sens propre et la définition du terme « fascisme » ; elles sont réactivées tout autant par l’absence de censure que par son application.

37Que fait la censure quand précisément elle ne fait rien ? Cette question rappelle celles soulevées par Boyer sur les logiques culturelles de la censure en tant que pratique vécue, mais elle permet d’y inclure des cas dans lesquels la pratique en question est l’abstention. Prêter attention aux retraits ou aux suspensions de censure possède des implications pour des débats fondamentaux sur la nature même de la censure (Butler 1998). Même si l’absence de formes souveraines de censure ne constitue pas une sphère de « liberté de parole », elle peut néanmoins faire exister autre chose. Dans le cas de Predappio et, plus largement, de l’Italie, il y a une différence significative pour le discours public sur le fascisme quand le tribunal juge que quelque chose n’est pas, de fait, « fasciste » et ne mérite donc pas d’être censuré. Aussi, quelle que soit la manière dont nous définissons la censure, il importe de conserver un vocabulaire pour les situations où celle-ci – ou du moins certaines de ses formes – est mise entre parenthèses.

Remerciements

38Les recherches qui ont donné lieu à cette publication ont été financées par le European Research Council, dans le cadre du projet « Situating Free Speech: European Parrhesias in Comparative Pers-pective » (ERC 683033).

39Traduit de l’anglais par Christine Langlois

Haut de page

Bibliographie

ARTICLE 19, 2018.
« Country report. Germany : responding to “hate speech” », Londres, en ligne : https://www.article19.org/wp-content/uploads/2018/07/Germany-Responding-to-%E2%80%98hate-speech%E2%80%99-v3-WEB.pdf [dernier accès, septembre 2019].

BOSWORTH RICHARD, 1998.
The Italian Dictatorship. Problems and Perspectives in the Interpretation of Mussolini and Fascism, Londres, Arnold.

BOYER DOMINIC, 2003.
« Censorship as a Vocation. The Institutions, Practices, and Cultural Logic of Media Control in the German Democratic Republic », Comparative Studies in Society and History no 45/3, p. 511-545.

BUNN MATTHEW, 2015.
« Reimagining Repression. New Censorship Theory and After », History and Theory no 54, p. 25-44.

BUTLER JUDITH, 1998.
« Ruled Out. Vocabularies of the Censor », in Robert Post (dir.), Censorship and Silencing. Practices of Cultural Regulation, Los Angeles, Getty Publications, p. 247-259.

DE FELICE RENZO, 1975.
Intervista sul fascismo, Bari, Laterza.

DOMENICO ROY PALMER, 1991.
Italian Fascists on Trial. 1943-1948, Chapel Hill, University of North Carolina Press.

LUZZATTO SERGIO, 1998.
Il corpo del duce. Un cadavere tra immaginazione, storia e memoria, Turin, Einaudi.

MAZZARELLA WILLIAM, 2013.
Censorium. Cinema and the Open Edge of Mass Publicity, Durham & Londres, Duke University Press.

PAXTON ROBERT, 1973.
La France de Vichy. 1940-1944, trad. Claude Bertrand, Paris, Éditions du Seuil.

SERENELLI SOFIA, 2013.
« A Town for the Cult of the Duce. Predappio as a Site of Pilgrimage », in Stephen Gundle, Christopher Duggan & Giuliana Pieri (dir.), The Cult of the Duce. Mussolini and the Italians, Manchester, Manchester University Press, p. 93-109.

SHOSHAN NITZAN, 2016.
The Management of Hate. Nation, Affect, and the Governance of Right-wing Extremism in Germany, Princeton, Princeton University Press.

STORCHI SIMONA, 2019.
« The Ex Casa del Fascio and the Question of the “Difficult” Heritage of Fascism in Contemporary Italy », Modern Italy no 24/2, p. 1-19.

STRADELLA ELETTRA, 2008.
« Hate Speech in the Background of the Security Dilemma », German Law Review no 9/1, p. 59-88.

WOLLER HANS, 2015.
Mussolini. Der Erste Faschist. Eine Biographie, Munich, Beck Verlag.

ZOLI ROBERTO & PIERLUIGI MORESSA, 2007.
Caro Mussolini…, Rimini, Raffaelli Editore.

Haut de page

Notes

1 Paolo Berrizi, « Il Museo di Auschwitz querela la neofascista con la maglietta di Auschwitzland », La Repubblica, 31 octobre 2018.

2 Gabriele Maestri, « Un “fascio” di polemiche, ma quanti conoscono le norme ? », LaCostituzione.info, 14 juin 2017, en ligne : http://www.lacostituzione.info/index.php/2017/06/14/un-fascio-di-polemiche-ma-quanti-conoscono-le-norme ; Felice Blando, « Movimenti neofascisti e difesa della democrazia », Costituzionalismo.it, 26 mars 2014, en ligne : http://www.costituzionalismo.it/articoli/471 [dernier accès, septembre 2019].

3 Nicholas Clairmont, « Is Trump an Ur-Fascist ? », The Atlantic, 5 octobre 2016.

4 Groupe autonomiste d’extrême gauche très influent en Italie dans les années 1970.

5 Voir par exemple Bosworth 1998.

6 CasaPound est une organisation politique d’extrême droite dont le nom fait référence au poète Ezra Pound.

7 Fondazione Alfred Lewin, « Un museo del fascismo ? La posizione della Fondazione Alfred Lewin », Una Città no 229, 2016.

8 Wu Ming, « Predappio Toxic Waste Blues. Prima Puntata (di 3) », Wu Ming Foundation. Giap, 27 octobre 2017, en ligne : https://www.wumingfoundation.com/giap/2017/10/predappio-toxic-waste-blues-1-di-3 [dernier accès, septembre 2019].

9 Benedetto Croce, « Chi è fascista ? », Giornale di Napoli, 29 octobre 1944.

10 Sentenza no 74, 1958.

11 Gabriele Maestri, « Quando il problema non è il (solo) fascio », I Simboli della discordia, 13 juin 2017, en ligne : http://www.isimbolidelladiscordia.it/2017/06/quando-il-problema-non-e-il-solo-fascio.html [dernier accès, septembre 2019].

12 Sentenza no 37577, 2014.

13 Sentenza no 8108, 2018.

14 Gabriele Maestri, « Un “fascio” di polemiche, ma quanti conoscono le norme ? », art. cit.

15 Felice Blando, « Movimenti neofascisti e difesa della democrazia », art. cit.

16 Voir par exemple Sentenza no 74, 1958.

17 Sentenza no 8108, 2018.

18 Sentenza no 37577, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paolo Heywood, « Le fascisme non censuré »,Terrain, 72 | -1, 86-103.

Référence électronique

Paolo Heywood, « Le fascisme non censuré », Terrain [En ligne], 72 | novembre 2019, mis en ligne le 21 novembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/terrain/18996 ; DOI : 10.4000/terrain.18996

Haut de page

Auteur

Paolo Heywood

University of Cambridge

Haut de page
  • Logo INSHS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals