Navigation – Plan du site

L’épiderme du silence

Images muettes de l’initiation lobi au Burkina Faso
Michèle Cros et Pedro Stoichita
p. 104-111

Résumés

À partir d’images muettes, cette bande dessinée révèle l’essentiel de l’initiation en pays lobi burkinabè : l’apprentissage d’un faire-taire élémentaire et la canalisation de la parole, que celle-ci soit orale, dessinée ou photographique. Entrer dans le monde des adultes en cette terre animiste relève bien de l’éthique d’un savoir-taire. Comment maîtriser la capture photographique du rite initiatique, et la diffusion des images ? Comment respecter la nécessité de garder le secret ? Ce travail graphique à quatre mains a été élaboré à partir d’un court essai ethnographique, à retrouver en ligne sur le site de la revue, construit autour de trois images muettes auxquelles a été confrontée l’anthropologue initiée. La bande dessinée donne à voir, à la manière d’un rhombe, l’écho graphique de cet art de la retenue.

Haut de page

Texte intégral

1Comment traiter d’un rite initiatique septennal sans trahir le pacte de confiance noué par l’anthropologue avec ceux qui l’ont acceptée afin de cheminer, ensemble, sur cette « route » qu’il importe de suivre, en pleine brousse ? La scène initiale se déroule en 1981. C’était il y a longtemps. C’était hier. La route était accidentée. Le nom lourd qui lui a été donné – Gnirabourouna ou « Celle qui a pu (en) revenir » – l’oblige au silence. Il l’a obligée et persiste à l’obliger afin de pouvoir retrouver le chemin du terrain burkinabè. L’anthropologue exerce aussi à l’université. Cet art de la retenue est donc à transmettre, mais sans bruit intempestif. Au faire taire se substitue une sorte d’éthique de la parole et des images qui ne passe par aucune charte académique. Seules des scories de la mémoire du corps bataillent avec ces récits logorrhéiques et ces photos cannibales que les vents d’Internet diffusent, à la triste faveur de cette consommation touristique des mondes animistes.

2Comment témoigner de cette initiation au savoir-taire ? Les images muettes de cette bande dessinée dévoilent la plasticité de l’épiderme du silence tout en relevant ce défi éthique et visuel. L’anthropologue insiste sur l’importance d’être disert et les carrés noirs du dessinateur en révèlent toute la fulgurance sensorielle. Ils en transmettent l’écho graphique. Cette bande dessinée est un rhombe.

3Et pour aller non pas plus loin, mais plus avant dans les péripéties ethnographiques des méandres de cet essai volontairement elliptique, voir Michèle Cros, « Silence bis repetita. Une initiation au savoir-taire en pays lobi burkinabè ».

Bande dessinée : planches 1-2

Bande dessinée : planches 1-2

Bande dessinée : planches 3-4

Bande dessinée : planches 3-4

Bande dessinée : planches 5-6

Bande dessinée : planches 5-6
Haut de page

Table des illustrations

Titre Bande dessinée : planches 1-2
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/19032/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Titre Bande dessinée : planches 3-4
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/19032/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Titre Bande dessinée : planches 5-6
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/19032/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 589k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Cros et Pedro Stoichita, « L’épiderme du silence »,Terrain, 72 | -1, 104-111.

Référence électronique

Michèle Cros et Pedro Stoichita, « L’épiderme du silence », Terrain [En ligne], 72 | novembre 2019, mis en ligne le 21 novembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/terrain/19032 ; DOI : 10.4000/terrain.19032

Haut de page

Auteurs

Michèle Cros

Université Lumière Lyon 2, Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains

Articles du même auteur

Pedro Stoichita

Dessinateur

Haut de page
  • Logo INSHS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals