Navigation – Plan du site
2020

La forêt est en guerre

Enquête sur le conflit autour de la chasse à courre
Charles Stépanoff

Résumé

Les forêts françaises sont depuis 2017 le théâtre d’un conflit violent opposant des militants animalistes aux amateurs de la chasse à courre. Cet article, fondé sur une enquête de terrain de neuf mois, décrit les deux camps et leurs perceptions de l’animal sauvage et de la forêt. Il s’interroge sur les raisons profondes de l’hostilité à la chasse à courre, une pratique traditionnelle minoritaire qui tue peu de gibier. Il démêle l’arrière-plan sociologique et les ressorts cosmologiques de cet affrontement et montre comment le mode d’action des militants renforce leurs convictions, fondées sur l’empathie. L’enjeu s’avère être moins le sort du cerf et celui de la forêt que le type de rapport légitime que les humains doivent entretenir avec la nature.

Haut de page

Texte intégral

Cet après-midi froid de décembre, le vaste étang de Hollande qui troue la forêt de Rambouillet est balayé par une bruine épaisse. À travers le voile grisâtre, l’envol d’un groupe d’échassiers et de longs hurlements de chiens signalent que quelque chose se passe dans l’eau. Des formes difficilement discernables se profilent dans l’étang à une vingtaine de mètres de la rive. Une silhouette rouge se tient debout, l’eau à mi-corps, avec à sa gauche les petites têtes de cinq ou six chiens en train de nager, tandis que de l’autre côté une grande masse fauve se débat dans des éclaboussures. Une ramure émerge de l’eau, tenue à bout de bras par la silhouette rouge qui, de son autre main, fait de grands gestes en direction des chiens. La pluie diminue et la scène se dévoile : dans l’étang une femme tente de maintenir hors de l’eau la tête d’un cerf à l’agonie, tout en éloignant les chiens de chasse qui nagent autour de lui. Sur la berge, des veneurs en redingote rouge à parements dorés, des suiveurs et des militants anti-chasse regardent la scène, comme hypnotisés, tandis que certains échangent des cris et des insultes. « Allez, tout le monde dégage ! Vous n’avez rien à faire ici ! » : les gendarmes, en patrouille à chaque chasse, sont arrivés et, afin d’éviter une rixe qui menace, ils repoussent les militants parmi lesquels je me trouve ce jour-là.

La femme sortira finalement de l’eau et le cerf sera achevé par les veneurs, mais, dans les deux camps, on a filmé la scène qui, bientôt montée et publiée, suscitera en peu de temps des milliers de réactions sur les réseaux sociaux et sera relayée dans la presse.

Figure 1. Étang de Hollande, forêt de Rambouillet, Yvelines, décembre 2018

Figure 1. Étang de Hollande, forêt de Rambouillet, Yvelines, décembre 2018

Photo : Charles Stépanoff

Une femme plonge à l'eau au moment d'une partie de chasse à courre, forêt de Rambouillet
Crédits : Charles Stépanoff

Cette scène saisissante est l’un des nombreux épisodes d’une vaste confrontation dont les forêts françaises sont devenues le théâtre depuis deux ans. D’un côté, les veneurs et les sympathisants de la chasse à courre revendiquent le droit d’exercer une activité traditionnelle dans un cadre défini par la loi ; de l’autre, des groupes de militants du collectif Abolissons la vénerie aujourd’hui (AVA) demandent l’interdiction d’une pratique qu’ils jugent archaïque et barbare. Lors de la saison de chasse 2018-2019, des dizaines de personnes se sont affrontées chaque semaine dans cinq à dix massifs forestiers – en Picardie, Île-de-France, Bretagne, Touraine et Languedoc –, faisant plusieurs blessés.

Autrefois pratique prestigieuse des grands, la vénerie est une tradition à la fois rejetée (84 % des Français y sont hostiles selon un sondage) et mal connue (70 % déclarent ne pas avoir de bonne connaissance sur le sujet selon un autre sondage)1. Que nous indiquent cette hostilité croissante et la mobilisation actuelle de groupes militants sur l’évolution de la sensibilité à l’animal sauvage et sur la perception de l’environnement dans la société française ? Une façon intuitive de rendre compte du conflit, souvent adoptée par les journalistes, est d’y voir une opposition entre des aristocrates qui prennent plaisir à tuer des cerfs et des habitants qui cherchent à les sauver. On va voir que cette restitution des choses n’est pas confirmée par l’enquête et qu’elle est rejetée par les acteurs eux-mêmes à plusieurs niveaux. Une lutte des classes se joue dans les forêts, mais pas celle à laquelle on s’attendrait.

Quelles sont les motivations de ces militants prêts à entrer dans un étang pour porter secours à un cerf aux abois ? Comment expliquer que la chasse à courre, qui depuis ses origines s’est distinguée des autres formes de chasse par son souci de l’éthique, fasse l’objet d’une attaque en règle précisément sur le terrain de l’éthique ? Quelles sont les éthiques, les rapports à l’animal et les perceptions de la nature qui entrent en collision dans cette lutte ? Dans cet article, je propose une vision documentée du conflit sur la base d’une enquête menée dans les deux camps en lutte durant neuf mois à partir d’août 2018. J’ai suivi trois équipages d’Eure-et-Loir chassant respectivement le cerf, le lièvre et le renard, ainsi qu’un équipage de cerf des Yvelines. J’ai par ailleurs accompagné dans leurs actions les militants du groupe AVA Rambouillet et mené des entretiens avec des membres d’AVA Normandie, AVA Grésigne (Tarn) et AVA Bretagne.

N’ayant de contact personnel ni avec le milieu de la chasse à courre, ni avec celui des animalistes avant d’entamer cette enquête, je les ai abordés tous deux comme des univers exotiques dont il s’agissait de comprendre les règles et les valeurs. Mes travaux antérieurs sur l’élevage de rennes et le chamanisme en Sibérie m’ont amené à acquérir des connaissances, utiles pour cette enquête, sur l’éthologie des cervidés et sur les interactions hommes-animaux.

Dans les deux camps, j’ai rencontré le plus souvent un accueil chaleureux et hospitalier, mais aussi, dans certains cas, une méfiance insurmontable, car ma présence dans le camp adverse dans d’autres massifs forestiers a rapidement été remarquée. Je croyais mener l’enquête, alors que l’on enquêtait à mon sujet des deux côtés. On inspectait mon compte Facebook, on me filmait et on échangeait des vidéos sur moi. Outre le terrain, une partie de la collecte d’informations a été menée sur le réseau social Facebook, principal outil de communication du collectif AVA. 650 pages publiques de commentaires de visiteurs des antennes AVA ont été collectées et analysées.

Les deux camps en guerre

Les médias locaux et nationaux ont tenu le public régulièrement informé du conflit au cours de la saison 2018-2019 : « Entre les anti-chasse à courre et les veneurs, une drôle de guerre », annonce Oise hebdo2 ; « Dans les Yvelines, la guerre est déclarée entre pro et anti chasse à courre », titre un reportage de BFM TV3 ; « La chasse à courre déchaîne les passions dans l’Ouest », selon France 3 Bretagne4.

Des incidents répétés alimentent la chronique : cerfs mis aux abois dans des lotissements sous les caméras, violations de propriété privée, insultes et empoignades entre partisans et opposants de la vénerie. Chaque camp dépose des plaintes contre l’autre, tandis que l’ONF, qui tire bénéfice de la chasse à courre en louant par adjudication ses territoires aux équipages, assigne en justice des militants de l’Oise5. Gendarmes et policiers sont mobilisés pour éviter des rixes lors de la messe de Saint-Hubert, cérémonie annuelle des veneurs, et au cours des chasses hebdomadaires à Rambouillet et à Compiègne.

Au-delà des escarmouches sur le terrain, l’arrière est peut-être le véritable front avec pour théâtre les réseaux sociaux, où les différentes antennes AVA et, face à elles, le groupe DVA (Défendons la vénerie aujourd’hui) mènent une course aux likes à coup de photos, de vidéos choc et de démentis. Comme dans toute guerre, le renseignement est crucial : des deux côtés, de faux profils Facebook sont créés pour infiltrer les lignes ennemies afin de participer à des discussions privées, obtenir des informations sur les lieux de rendez-vous, espionner les stratégies et les mots d’ordres et identifier les personnalités des adversaires pour pouvoir les dénoncer aux forces de l’ordre lorsqu’une plainte est déposée.

La vénerie en France

La vénerie française a fait l’objet de plusieurs enquêtes en sciences sociales (Beaujolin-Bellet et al. 2014 ; Bruyer 1997 ; Fradkine 2015 ; Noulet 1998), dont la plus complète est l’ouvrage classique de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot fondé sur trois ans d’investigation (Pinçon & Pinçon-Charlot 1993). Le terme vénerie désigne d’une part la vénerie sous terre, ou déterrage, forme la plus nombreuse et la moins connue (1 500 équipages), et d’autre part la chasse à courre, à laquelle on se limitera dans cette étude, en se concentrant sur la vénerie du cerf puisque c’est contre elle que les militants ciblent leur action.

Les équipages de « chasse à courre, à cor et à cri » (selon les termes du Code de l’environnement, art. L424-4) entretiennent des meutes de chiens courants dont le rôle est de lever et poursuivre un animal sauvage. On compte aujourd’hui 390 équipages spécialisés dans la quête d’un seul animal. Plus de la moitié sont des équipages de petite vénerie chassant lapin, lièvre ou renard généralement à pied, tandis que les équipages de grande vénerie traquent à cheval le sanglier, le chevreuil ou le cerf.

Lièvre Lapin Renard Chevreuil Sanglier Cerf
30,8 % 12,3 % 12,8 % 23,8 % 10,7 % 9,5 %
  • 6 L’Office national des forêts (ONF) attribue par adjudication des baux de chasse distincts pour cha (...)

C’est la forme de vénerie la plus rare, celle du cerf, qui suscite les passions, alors que les équipages les plus nombreux, ceux du lièvre, laissent indifférents et n’ont pas attiré jusqu’à présent de groupes de militants AVA. C’est que le cerf est porteur d’une forte charge symbolique, perçu qu’il est, par les veneurs aussi bien que par les militants, comme le roi des forêts françaises ; en outre, la vénerie du cerf est la plus prestigieuse et la plus coûteuse, puisqu’elle exige des frais élevés de location de forêts6, charges de personnel, nourriture des chiens et entretien du chenil. Pour les militants, cibler la vénerie du cerf permet de coupler la défense éthique de l’animal à la dénonciation sociale d’une pratique de privilégiés.

Un équipage de cerf prend l’animal poursuivi une fois sur deux ou trois et un équipage de lièvre une fois sur cinq, ce qui signifie que la vénerie est d’une efficacité très inférieure à celle de la chasse à tir, ainsi que j’ai pu le constater sur le terrain en Eure-et-Loir. Alors qu’une battue en chasse à tir réunissant soixante-dix chasseurs produit en une journée un tableau de chasse de trente ou quarante grands animaux (cerfs, biches, chevreuils, sangliers), en soixante sorties étalées sur une saison de chasse, un équipage de vénerie tue seulement une trentaine de cerfs. C’est que les veneurs sont moins attachés au rendement qu’à des règles et une éthique qui maintiennent des techniques établies avant l’invention des armes à feu. Le principe fondamental de la chasse à courre, ce qui la distingue du piégeage et de la chasse à tir, est de traquer avec une meute un animal unique qui garde la possibilité d’échapper à ses poursuivants par ses techniques de fuite et ses ruses.

Figure 2. Chasse à courre au lièvre en plaine, Eure-et-Loir, février 2019

Figure 2. Chasse à courre au lièvre en plaine, Eure-et-Loir, février 2019

Photo : Charles Stépanoff

Le collectif Abolissons la vénerie aujourd’hui (AVA)

L’expression d’une désapprobation morale de certains aspects cruels de la vénerie est très ancienne en France, présente au sein de la vénerie elle-même puisqu’un texte fondateur comme le traité de vénerie de Du Fouilloux (1561 : 215-216) s’achève par une « complainte du cerf » maudissant le veneur impitoyable. Montaigne, Diderot, Hugo ont écrit des lignes hostiles à la chasse à courre, cependant, c’est seulement au cours du xxe siècle que les positions se durcissent pour former des camps irréconciliables. La rupture est actée par l’exclusion en 1909 de la duchesse d’Uzès, maître de l’équipage de chasse à courre de Rambouillet, de la Société protectrice des animaux dont elle était un membre influent. Jusqu’à ces dernières années, la contestation de la chasse à courre a été principalement menée par des organisations institutionnelles telles que la Société protectrice des animaux, le Rassemblement des opposants à la chasse et la Fondation Brigitte Bardot à travers des articles de presse, des publications et des interpellations des hommes politiques.

Né en 2017, à l’ère des réseaux sociaux, AVA se distingue par une stratégie neuve. AVA n’est pas une association déclarée, mais un collectif informel constitué d’une douzaine d’antennes à travers la France réunissant au total environ 150 membres actifs et plusieurs dizaines de milliers de sympathisants. Le collectif a pour outil principal de communication et de recrutement le réseau Facebook où AVA France et les différents groupes locaux cumulent environ 50 000 abonnés. Uniquement dédié à l’obtention de l’interdiction de la chasse à courre, le collectif entend sensibiliser l’opinion publique en publiant des images des aspects choquants de cette pratique. À cette fin, chaque antenne cible un équipage local qu’elle suit et filme chaque semaine en saison de chasse. Les vidéos d’incidents spectaculaires, comme la scène de la militante dans l’étang, peuvent atteindre 150 000 vues et accumuler des milliers de commentaires. En outre, les groupes AVA organisent des manifestations locales dans les villes à proximité des forêts de vénerie, comme Pont-Sainte-Maxence, Rambouillet et Paimpont. La cible de la mobilisation est exclusivement la chasse à courre et non la chasse en général : bien que la majorité des militants rencontrés soient hostiles à la chasse sous toutes ses formes, des chasseurs à tir font partie du collectif depuis ses origines7.

Dans sa communication, le collectif AVA adresse à la chasse à courre trois accusations principales : il s’agit d’un loisir cruel et barbare consistant à poursuivre un animal terrorisé jusqu’à épuisement ; cette pratique constitue une tradition féodale par laquelle une caste de privilégiés privatise des forêts publiques ; la chasse à courre cause des troubles à l’ordre public et à la quiétude des riverains (incursions de la meute dans des jardins privés, routes bloquées par le passage des chiens, nuisances en forêt liées à la circulation des véhicules de l’équipage et des suiveurs). Ces trois arguments, l’un éthique, le second social et le troisième de voisinage, permettent au groupe AVA d’attirer des sympathisants aux origines et aux motivations variées. Cependant, les fondateurs et le cœur actif du collectif sont des militants de sensibilité animaliste, souvent engagés dans d’autres mouvements comme « L214 », « 269 Libération animale » ou le parti animaliste.

L’antenne des Yvelines a été fondée par des habitants de Rambouillet et des villages résidentiels avoisinant le massif forestier. Souvent végans ou désireux de le devenir, ils associent un fort engagement pour la cause animale à un mécontentement face aux nuisances locales de la vénerie. Leur cadre de vie périurbain, cossu ou plus modeste, leur permet de vivre entourés de chiens, de poules et de chevaux avec lesquels ils cultivent des relations fortes d’attachement. Plusieurs disent s’être engagés auprès d’AVA pour s’insurger contre un usage des chevaux et des chiens en vénerie qu’ils jugent instrumental et brutal et qu’ils opposent à leur propre pratique de l’équitation et de la cynophilie. Les Rambolitains sont rejoints chaque semaine par de jeunes citadins de Paris et sa banlieue recrutés par Facebook, qui combinent dans leurs motivations défense de la cause animale et lutte politique. Loin de l’image de jeunes extrémistes désocialisés que les veneurs cherchent à leur attribuer dans leur stratégie de communication, les militants rencontrés au cours de l’enquête sont retraités, enseignants, personnels de santé, artistes, étudiants, cadres, employés de bureau et même personnels de la police et de l’armée mettant leurs compétences judiciaires et tactiques au service de la cause. Si le recrutement de l’opposition à la chasse à courre se fait principalement dans les classes moyennes éduquées comme dans les années 1990 (Pinçon & Pinçon Charlot 1993), il n’est plus limité aux urbains, mais touche également le monde périurbain, en particulier les néoruraux.

Une lutte contre une pratique de privilégiés ?

Faut-il regarder ce conflit comme une lutte d’habitants contre la domination symbolique d’une élite socio-économique ainsi que le proposent les médias ? L’ouvrage des sociologues Pinçon et Pinçon-Charlot a montré que la vénerie ne peut être réduite à une survivance aristocratique, soulignant que la chasse à courre est une pratique cynégétique en expansion (avec deux fois plus d’équipages au début du xxie siècle qu’en 1914), qui recrute dans toutes les classes sociales. La qualifiant de « fait social total », ces auteurs estiment que « la chasse à courre réalise ce miracle de faire partager la même passion par des ducs, des grands bourgeois, des banquiers, des facteurs, des cantonniers… Tous ensemble, le temps de la chasse, ils se retrouvent au cœur de la forêt. » (2018 [1993] : 8)

Les équipages sont actuellement organisés en associations financées par les cotisations de leurs membres, appelés « boutons ». Cette contribution oscille entre 200 et 800 euros par an dans les équipages de petite vénerie qui recrutent principalement dans les classes moyennes et populaires rurales. Les veneurs de l’équipage de lièvre d’Eure-et-Loir, dont les professions sont paysagiste, ouvrier forestier, agriculteur ou postière, trouvent injuste et anachronique l’image de grands seigneurs que les militants attribuent sans nuance aux veneurs.

Les équipages dont le recrutement est le plus élevé socialement sont les équipages à cheval chassant le cerf pour une cotisation annuelle de 2 000 à 4 000 euros, à quoi s’ajoute l’entretien des chevaux. L’équipage de cerf d’Eure-et-Loir, créé en 1960 par le directeur d’une laiterie coopérative locale, réunit principalement des notables de la région : dirigeants de PME, cadres, médecins, avocats. Ces différences sociales n’empêchent pas les circulations entre petite et grande vénerie : les veneurs de lièvre assistent souvent aux chasses de cerf et certains cotisent dans les deux équipages.

Sur le terrain, on constate que la majeure partie des participants à une chasse au cerf n’est pas constituée par les veneurs à cheval, mais par des « suiveurs » à pied et à vélo, des familles de passionnés de toutes origines sociales participant gratuitement à la chasse (Pinçon & Pinçon-Charlot 1993 ; Noulet 1998 ; Fradkine 2015). Nous allons voir plus loin que les incidents qui alimentent la chronique éclatent précisément entre ces suiveurs et les militants, rivaux dans leur souhait de représenter les « simples habitants » des environs de la forêt.

Se résumant difficilement à une lutte entre nantis et défavorisés, le conflit autour de la chasse à courre n’est pas non plus soluble dans une opposition politique entre une sensibilité de gauche et une sensibilité de droite. L’hostilité à cette pratique transcende les obédiences : en mars 2018, une tribune en soutien au collectif AVA voit figurer côte à côte les signatures de Jean-Luc Mélenchon (leader politique de gauche) et de Laurence Parisot (présidente d’honneur du MEDEF, syndicat du patronat français8). Depuis plusieurs décennies, des propositions de lois interdisant la chasse à courre ont été portées par des groupes de parlementaires de droite (1988, 2005), écologistes (2013), socialistes (2018) et du Parti de gauche (2018). Ces textes se distinguent seulement par la hiérarchie des arguments qu’ils mobilisent : alors que la droite s’émeut des menaces sur la propriété privée et l’ordre public que fait peser cette chasse turbulente, la gauche dénonce une pratique élitiste et arriérée.

  • 9 On compte 25 % de femmes parmi les veneurs contre 2 % de femmes parmi les chasseurs en général au (...)

On pourrait être tenté par une explication en termes de conflit de genre, mais il ne s’agit pas non plus d’un schéma opératoire, puisque, si le recrutement animaliste est souvent féminin, la chasse à courre est la forme de chasse la plus féminisée, avec des femmes commandant des équipages du Moyen Âge à nos jours9.

Figure 3. Veneurs à cheval et suiveurs à vélo, Eure-et-Loir, décembre 2018

Figure 3. Veneurs à cheval et suiveurs à vélo, Eure-et-Loir, décembre 2018

Photo : Charles Stépanoff

Sauver le cerf ?

« Yvelines : une militante anti-chasse se jette à l’eau pour tenter de sauver un cerf », avait titré Le Parisien10. Une semaine après l’événement, Caroline11, l’héroïne de l’action, m’a accordé un entretien au cours duquel je lui ai demandé si elle avait véritablement espéré sauver le cerf : « Je ne pensais pas du tout le sauver, m’a-t-elle répondu sans hésiter. Je voulais qu’il y ait une prise de conscience, que les gens aient un flash en me voyant dans l’eau, en voyant ma détresse en plus de celle de l’animal. Mais pas du tout en fait, ils sont tellement formatés ces gens-là, personne n’a bougé. Alors là je me suis dit, les loups, c’est eux. » Ce qui a déclenché son geste fut l’attitude de l’assemblée des veneurs et des suiveurs qui observaient de la berge le cerf entouré des chiens. Après avoir demandé à un ami de la filmer, Caroline est entrée dans l’étang. Ce geste militant n’avait pas tant pour objectif de sauver cet animal particulier, de toute façon condamné, que de proposer une autre forme d’attitude : au lieu de faire de la souffrance un spectacle, mettre en valeur la compassion et la protection. Cet épisode nous indique que ce qui est en cause dans le conflit est probablement moins la mort du cerf que le type de relation que l’humain doit adopter à l’égard du monde animal.

Certes, lorsqu’ils sont sur le terrain, les militants espèrent que le cerf chassé en réchappera, mais ils sont conscients que leurs moyens d’intervention sont limités. Le décret du 4 juin 2010, adopté à l’instigation du lobby des chasseurs, sanctionne l’activité d’« obstruction à la chasse » et interdit aux militants de tenter d’agir directement sur la meute en action. Lorsqu’il leur arrive de rejoindre un animal aux abois, il leur est difficile de parvenir à le sauver. Diverses tentatives médiatisées ont échoué : le cerf que Caroline a rejoint dans l’eau s’est noyé durant le sauvetage et a été achevé quelques minutes après par les veneurs ; le sanglier amené par AVA Bretagne chez un vétérinaire a été euthanasié par celui-ci ; le cerf aux abois entouré et caressé pendant une heure par des militants en forêt de Grésigne est mort dans leurs bras, sous les yeux de centaines de personnes qui suivaient la scène sur Facebook Live (voir figure 4). En mars 2019, à Thiers-sur-Thève (Oise), des opposants locaux à la vénerie décident de sauver un cerf qui s’est réfugié dans une rivière, de peur qu’il ne fasse une « hydrocution », et le tirent hors de l’eau avec des sangles. La presse annonce aussitôt ce sauvetage (Le Courrier picard, Huffington Post, La Voix du Nord12). Malheureusement, l’animal est retrouvé mort le lendemain, au même endroit13.

C’est que les opérations de capture et de sauvetage de cerfs sont délicates à mener, puisque même les biologistes atteignent des taux de mortalité par myopathie de capture de 75 % dans les programmes de déplacement de ces animaux à des fins de conservation (Teixeira et al. 2007). De façon pour le moins paradoxale, les statistiques indiquent que les cerfs survivent plus facilement à une chasse à courre qu’à un sauvetage.

Figure 4. Le cerf isolé des chiens et caressé par les militants, forêt de Grésigne, février 2019

Figure 4. Le cerf isolé des chiens et caressé par les militants, forêt de Grésigne, février 2019

Source : extrait d’une vidéo en direct sur Facebook https://www.facebook.com/​LesSansVoixdEden/​videos/​2227234774005956/​

La vision des militants : empathie et circulation des énergies

Conscients des difficultés des sauvetages, les militants soulignent que leur action est avant tout symbolique. Ce qui suscite leur indignation est moins le nombre, très limité, d’animaux tués par les veneurs, que la manière dont ils sont tués, à savoir après plusieurs heures d’une poursuite épuisante, terrorisés par la meute à leurs trousses. La littérature hostile à la chasse à courre fait référence à une étude britannique qui a montré par des prélèvements physiologiques que les cerfs tués en chasse à courre présentent des indices beaucoup plus élevés de stress et d’épuisement que les cerfs tués en chasse à tir (Bateson & Bradshaw 1997). Face à l’argument de la nécessité de réguler des grands ongulés en expansion en France, les militants affirment que la nature peut se réguler elle-même. En effet, si les chasseurs n’avaient pas exterminé les loups, ours et lynx en France, la régulation des cervidés et suidés serait accomplie par ces prédateurs. La plupart des militants sont de fervents défenseurs du retour du loup en France et espèrent que son expansion permettra à l’avenir de se passer de la chasse. Certes, une régulation par les loups pourrait être cruelle pour les cervidés, mais la prédation du loup leur apparaît naturelle et légitime, puisque celui-ci chasse pour se nourrir à la différence des veneurs qui chassent pour le plaisir.

  • 14 Cet auteur propose « la stérilisation des mâles dominants qui assurent la majeure partie de la rep (...)

Néanmoins, certains militants, particulièrement sensibles à la souffrance animale, sont heurtés par toute prédation, même naturelle. « Est-ce que tout ce qui est naturel est bon, par nature ? s’interroge une militante, psychologue. Il y a plein de comportements naturels qui sont abominables. Les lions mangent leurs petits parfois. » Ces militants proposent de réguler les populations de grands ongulés sans passer par la prédation du loup, mais en castrant les mâles dominants ou en administrant aux femelles des contraceptifs hormonaux par épandage, ce qui rejoint une proposition du moine bouddhiste Matthieu Ricard, un des soutiens du collectif AVA14.

Les militants savent que même s’ils obtenaient l’interdiction de la chasse à courre cette mesure n’affecterait pas le nombre de cerfs tués. Les quotas de prélèvement de cerfs étant fixés chaque année par arrêté préfectoral, en cas d’interdiction, l’effectif attribué aux veneurs serait simplement redistribué à la chasse à tir. Or, en matière de souffrance, la chasse à tir laisse des milliers d’animaux blessés par balles et plombs, alors que la chasse à courre n’en laisse aucun.

Au-delà de la statistique des souffrances et des morts d’animaux, le combat du collectif AVA se veut avant tout éthique, ciblant le type d’attitude à l’égard de l’animal sauvage qu’incarne à ses yeux la vénerie. Une militante bretonne témoigne :

« Je me suis toujours promenée en forêt depuis toute petite. Je suis passionnée de faune sauvage. J’éprouve du respect face à un grand animal, je trouve ça magnifique, je n’ai aucune envie de leur courir après et de les tuer. Je suis très heureuse qu’ils soient en vie.

Nous avons des rapports différents : les veneurs viennent instrumentaliser la nature, alors que nous on va plus la respecter et voir son utilité pour elle-même. »

Pour expliquer l’antagonisme qui les oppose aux veneurs, les militants animalistes invoquent des différences d’empathie. L’empathie est pour eux une valeur forte, à la fois le ressort personnel par lequel ils expliquent leur engagement et une attitude par rapport aux animaux dont ils entendent faire la promotion par leur lutte. Pour eux, être empathique, c’est prendre conscience que nous partageons avec les animaux une même sensibilité à la souffrance et à la peur et être capable de ressentir celles-ci, au moins en partie, avec eux.

Les militants animalistes rapportent avoir toujours été proches des animaux, sensibles à leur souffrance depuis leur enfance. Dans leur biographie, cette sensibilité se double souvent pendant l’adolescence d’un sentiment de révolte et d’une volonté d’engagement à la suite d’un événement déclencheur suscitant une forte émotion : par exemple, la vue de vidéos sur l’élevage industriel ou la lecture du livre de Peter Singer, Libération animale. L’événement déclencheur peut aussi intervenir dans le contexte familial, en particulier dans les familles en transition entre le monde rural et la ville. Un adolescent ayant grandi en ville assiste à l’égorgement d’une poule par sa grand-mère campagnarde ou au vidage d’un sanglier par son grand-père chasseur et en garde le souvenir d’une expérience traumatique. Il en tire la conviction que le traitement des animaux dans notre société est injuste et cruel et qu’il est nécessaire de lutter pour le transformer. L’indignation est ensuite régulièrement nourrie par des expériences empathiques tirées de vidéos d’animaux en souffrance visionnées et partagées quotidiennement sur les réseaux sociaux.

Une particularité de l’engagement dans un groupe AVA est qu’il donne l’occasion de vivre régulièrement de nouvelles expériences empathiques. Selon une militante des Yvelines,

« dans la chasse à courre, ce qui est violent, c’est que tu ressens la détresse de l’animal qui veut s’échapper. Là, tu as le temps de vivre la compassion, c’est pas comme un animal tué à balle. Quand il y a les chiens qui arrivent, ça commence à aboyer dans tous les sens, tu sais qu’il y a de la souffrance quelque part, c’est pas forcément le cerf qui est chassé, c’est toute la forêt. On a vu des cerfs, des biches qui étaient cachés dans les fourrés, et là tu entends tous les chiens partout et tu ressens l’émotion que peuvent avoir ces animaux traqués, figés. »

Ces expériences, la vue de chevaux qui leur semblent traités sans ménagement par les veneurs, l’indifférence des chiens courants aux caresses proposées, tout cela contribue à donner aux animalistes une sensation de souffrance généralisée. Or ces impressions sont leur source principale de conviction et l’emportent sur tout autre argument, ce qui distingue la méthode d’AVA, fondée sur la contagion de l’émotion par l’image sur les réseaux sociaux, de formes plus anciennes de lutte contre la vénerie qui s’appuyaient sur une argumentation écrite. Comme me l’expliquait une militante des Yvelines : « Je vis cette expérience en toute ignorance, je me base uniquement sur mes émotions. J’accumule des détails et je me construis une scène de ce qu’est la chasse à courre. »

La notion d’empathie s’associe pour certains à l’idée de circulation d’énergies. Chaque être vivant est porteur d’une énergie irradiant autour de lui et les animaux sauvages y sont particulièrement sensibles par nécessité pour leur survie. Certains militants pensent que les animaux éprouvent du réconfort à sentir de la bienveillance à leur égard, compensant les énergies négatives produites par l’attitude prédatrice des chasseurs. Ces derniers manifestent aux yeux des militants un profond manque d’empathie. Les veneurs sont des « gens qui n’ont pas une conscience très ouverte au monde, que ce soit les humains ou les animaux, la nature. » Ils regarderaient les animaux, – cerfs, chevaux, chiens – comme des « outils » plutôt que des êtres sensibles. Leur goût pour la chasse serait l’indice d’une nature intrinsèquement brutale qui menacerait de s’appliquer aussi bien aux humains.

Inégalement répartie, l’empathie peut se trouver en excès chez certains. Plusieurs sympathisants d’AVA se disent « trop empathiques » pour pouvoir participer aux actions sur le terrain, ce qui suscite l’agacement des militants actifs : « Nous aussi, nous sommes sensibles ! »

Telle qu’elle émerge des discours des militants, l’empathie se présente sous deux formes. D’une part, il existe une empathie instinctive, particulièrement vive dans la faune sauvage ; elle se retrouve dans l’humanité moderne seulement chez certains individus, comme une forme de talent inné. Les militants qui revendiquent une vive sensibilité dès leur enfance constatent parfois que leurs propres enfants sont moins empathiques qu’eux-mêmes, preuve pour eux de différences innées. Mais l’empathie peut également être stimulée par l’éducation. Ainsi les militants tiennent pour une priorité éducative sa transmission à leurs enfants par l’exemple, par des discussions ou des visionnages de documentaires animaliers. Cette culture de l’empathie progresserait avec l’avancée de l’histoire et les progrès de la science : la sensibilité des animaux, ignorée des sociétés prémodernes, serait maintenant démontrée par de multiples études scientifiques dont les militants ont connaissance par des documentaires et des publications anti-spécistes. Les veneurs, qualifiés de « hordes barbares », apparaissent comme des représentants d’un âge ancien dénué d’empathie qui n’a plus sa place dans notre ère « civilisée ».

Figure 5. Daguet et biches traversant une ligne, janvier 2019

Figure 5. Daguet et biches traversant une ligne, janvier 2019

Entrevoir le cerf de chasse et ses biches traversant une ligne est toujours un moment d’émotion pour les suiveurs comme pour les militants AVA.

Photo : Charles Stépanoff

La genèse des incidents

Les expériences de terrain des militants viennent renforcer leur intuition de la vénerie comme un univers violent dénué d’empathie. Beaucoup des vidéos diffusées par le collectif AVA ne montrent pas le cerf, rarement aperçu par les militants, mais des altercations et des scènes de violences entre humains. Or, dans la plupart des cas, ces heurts n’opposent pas les militants aux veneurs, comme on pourrait s’y attendre, mais aux suiveurs. Issus des classes populaires et moyennes, retraités, ouvriers, facteurs, jardiniers, bouchers, employés, les suiveurs se définissent souvent comme des « gars du coin » qui suivent depuis plusieurs générations la chasse, emmenés en vélo dès leur enfance par leur mère ou leurs grands-parents. À Rambouillet, l’association des suiveurs, comptant près de 300 membres, est l’une des plus grosses associations de la ville. La chasse à courre bihebdomadaire, seule distraction de beaucoup d’entre eux, est l’occasion de se retrouver « entre copains » dans la forêt pour voir des animaux et prendre part à la chasse.

« L’intensité du jeu des suiveurs, les échanges de vin, de nourriture et de rires qui l’entourent forment l’ossature d’une fête qui, gratuite et informelle, reste inaperçue de tous. […] Elle semble être là où personne ne la voit, fête populaire, installée au sein de la pratique d’un autre milieu : la chasse à courre. » (Noulet 1998)

Les suiveurs n’hésitent pas à ironiser sur les maladresses des veneurs, ces derniers jugeant quant à eux la présence des suiveurs bruyante et envahissante. Cependant, les difficultés les rapprochent et ils font actuellement front uni contre les animalistes.

Alors que les militants se présentent dans les médias comme des « habitants » faisant face à la « caste aristocratique » des veneurs, la présence des suiveurs, plus nombreux que les veneurs, complexifie la situation. En compétition avec eux pour représenter la « population », les militants s’efforcent de discréditer les suiveurs en les qualifiant de « ramassis de populace », « larbins », « laquais », « serfs ». Ceux dont l’origine modeste est la plus évidente sont surnommés les « clodos ». Dans leurs bras de fer sur les réseaux sociaux, les militants, diplômés, dénigrent l’orthographe calamiteuse des suiveurs. Dans un commentaire sur Facebook, AVA Rambouillet explique « l’agressivité des laquais » par le fait qu’ils « souffrent tous du syndrome du larbin et n’hésitent pas à être violents pour plaire à leurs maîtres, les tueurs à courre15 ». Comme l’avaient déjà relevé les sociologues Pinçon et Pinçon-Charlot en 1993, les classes moyennes éduquées dont sont majoritairement issus les animalistes regardent avec hostilité l’alliance des classes populaires et des classes supérieures dans leur passion commune pour la chasse du cerf.

Typiquement, des incidents éclatent lorsque des militants filment des suiveurs avec leur smartphone. Un téléphone est arraché des mains et jeté à terre par un suiveur, des cris fusent – « Mon téléphone ! » – et c’est l’empoignade. Des vidéos feront le buzz dès le lendemain, permettant le recrutement de nouveaux militants. Ces faits sont ensuite jugés par les tribunaux et des suiveurs (agriculteurs, bouchers, retraités) sont régulièrement condamnés pour violences16.

Comment expliquer ces incidents à répétition ? Le monde des suiveurs revendique des valeurs telles que la convivialité, la gouaillerie et les savoirs écologiques concernant la forêt et la faune. Le matin au rendez-vous, le premier rituel consiste pour veneurs et suiveurs à se saluer individuellement. Pendant l’action de chasse, les origines sociales étant provisoirement mises de côté, la légitimité et le prestige reviennent à ceux qui connaissent le mieux la forêt et savent prévoir les « ruses du cerf », contribuant à sa prise qui est toujours conçue comme un succès collectif.

Les militants s’introduisent avec leurs caméras dans ce monde d’habitués en se soustrayant au cérémoniel des salutations et en s’abstenant généralement de tout échange verbal avec les participants. Comme l’explique dans Ouest-France le leader d’AVA Bretagne, « nous n’allons pas en forêt pour discuter mais pour dénoncer17 ». Les militants vont à la « chasse aux chasseurs » avec pour but de rapporter comme prise des « images sales ». À Rambouillet, les différences socio-culturelles entre ces groupes qui pédalent en vélo côte à côte sont immédiatement visibles : les militants, aux silhouettes sveltes, portent des vêtements sportswear aux couleurs éclatantes, alors que les suiveurs, souvent plus âgés et plus corpulents, sont vêtus de tenues amples, sombres, dans les tons de la forêt. Les protagonistes sont tout à fait conscients de ces différences de style qui leur permettent de s’identifier à distance comme amis ou ennemis.

Les habitudes alimentaires des deux groupes, pourtant originaires de la même région, accentuent également les clivages : alors que les AVA partagent des plats végans, les suiveurs échangent des pâtés faits maison. Un jour que j’accompagnais les AVA, j’abordai un suiveur qui me prit naturellement pour un animaliste végan :

« – Que pensez-vous des AVA ? lui demandai-je.

– Les abats ? me répondit-il, amusé et provocateur. Moi j’aime ça, je les mange les abats, pas toi ? Tiens, tu veux goûter mon pâté ? »

Figure 6. Capture d'écran d'une vidéo d’un incident avec des suiveurs, février 2019

Figure 6. Capture d'écran d'une vidéo d’un incident avec des suiveurs, février 2019

Source : page Facebook du groupe AVA Rambouillet https://www.facebook.com/​AvaRambouillet/​videos/​2264329897223217/​

Du point de vue des suiveurs, les militants partagent avec eux certains de leurs objectifs (suivre la chasse à vélo et voir le cerf de chasse), mais pas la sociabilité ni l’éthique de partage de nourriture et d’informations. Les militants leur apparaissent typiquement comme des « novices » issus d’un univers culturel urbain, qui, ignorant le monde de la forêt, le vocabulaire et les règles de la chasse à courre, devraient chercher à s’informer auprès des anciens. Or les militants ne voient aucune valeur dans les savoirs écologiques et culturels traditionnels des suiveurs. Il n’y a pour eux nulle indignité à consulter une carte de la forêt, à utiliser des GPS et des talkies-walkies pour se repérer, au grand amusement des suiveurs. Les militants pénètrent dans le monde des suiveurs en prônant une échelle de valeurs inverse à celle de ces derniers : ceux qui, pour les suiveurs, font figure de « connaisseurs » sont dégradés en « larbins » et « barbares sanguinaires », tandis que des « novices » sont portés au sommet en tant qu’êtres « empathiques » et « civilisés ».

Les violences physiques des suiveurs ne sauraient être comprises en dehors de ce contexte sociologique. Elles peuvent être lues comme une réponse à la violence symbolique des animalistes qui leur assignent publiquement la place la plus basse dans l’ordre hiérarchique qu’ils cherchent à instaurer. Elles cristallisent un ensemble de tensions sur l’usage des territoires ruraux, particulièrement vives en région parisienne, entre un monde populaire rural qui considère ses pratiques et ses valeurs comme menacées et de nouveaux arrivants toujours plus nombreux issus des classes moyennes, représentants d’une culture citadine. Un éleveur de poules des Yvelines, amateur de vénerie, m’expliquait : « Les néo-ruraux, ils arrivent dans la ruralité, on les accueille, on leur donne des coups de main et ils nous plantent des couteaux dans le dos. La chasse à courre, c’est encore des libertés que nous perdons. »

Une analyse récente du vote animaliste, en forte progression aux élections européennes de mai 2019, a montré que cette sensibilité nouvelle s’ancre dans un mode de vie qui n’est ni citadin ni paysan, mais périurbain et pavillonnaire, dans lequel la figure de l’animal est représentée par l’animal de compagnie, un élément essentiel du bonheur familial.

  • 18 Jérôme Fourquet & Sylvain Manternach, « L’électorat animaliste. Nouvelle île émergente de l’archip (...)

« Au même titre que les deux voitures nécessaires aux deux membres du couple pour aller travailler, que le barbecue et le salon de jardin pour prendre l’apéritif ou recevoir famille et amis, que la balançoire ou le trampoline pour les enfants, l’animal de compagnie fait partie des basiques du way of life périurbain18. »

Dans les Yvelines, l’expansion de ce mode de vie par la construction de lotissements fait peser une forte pression immobilière sur les terres agricoles et engendre actuellement des batailles administratives19. Les responsables de la vénerie cherchent à inscrire leur conflit avec les animalistes au sein de cette lutte plus générale, plaçant leur mobilisation du 30 mars 2019 à Rambouillet sous le slogan de la « défense de la ruralité », en s’alliant aux agriculteurs et aux bouchers. Dans les discours officiels des veneurs au cours de la manifestation, on pouvait entendre cette revendication : « Notre région, malgré les changements, doit rester rurale. » À cinquante kilomètres de Paris, ces tensions pour la définition du territoire ne semblent pas près de s’éteindre.

La vision des veneurs : perspective écologique et rituel

Malgré l’image d’insensibilité que leur attribuent les militants, les passionnés de chasse à courre revendiquent un vif attachement aux animaux, qu’il s’agisse des animaux chassés ou de leurs chiens. Nicolas, patron de PME et maître d’un équipage de cerf, va depuis son enfance regarder les animaux en forêt : « J’adore le cerf, c’est l’emblème de nos forêts. J’ai fait des milliers de photos de cerfs au brame, mais je ne les montre jamais. À la chasse, je les sers [mets à mort] moi-même quasiment tous depuis très longtemps et je n’y prends aucun plaisir. Aller donner la mort au contact… ce n’est pas anodin. » Un autre veneur, qui chassait autrefois à tir, a abandonné la carabine : « Je vois les animaux sauvages autrement maintenant que je pratique la chasse à courre. Je vois toutes les ruses du cerf, c’est incroyable, alors qu’en chasse à tir, on voit rien. Maintenant je préfère tuer le cerf à l’épieu, au contact, c’est plus respectueux. » Le face-à-face et la prise de risque qu’implique l’approche du cerf aux abois (qui peut transpercer une poitrine d’un coup de tête) sont regardés comme une façon plus loyale d’infliger la mort que par un tir à distance.

Pascal, ouvrier-mécanicien dans une usine d’Eure-et-Loir, est suiveur passionné d’un équipage de cerf. Il a commencé à suivre les chasses à courre à l’âge de dix ans avec ses grands-parents, laitiers. Dans sa maison, son salon est rempli d’images du cerf : figurines, photos, pied de cerf naturalisé (ce qu’on appelle les « honneurs » en vénerie). À la chasse, il marche toute la journée dans la forêt, donnant aux veneurs des renseignements sur le passage des animaux et prenant des photos : « Nous [les suiveurs], c’est pour voir les animaux qu’on vient. Tous les cerfs sont différents, chacun a sa personnalité, y a pas deux cerfs qui se ressemblent. […] Souvent, il est très fier le cerf. S’il te croise au milieu d’une allée, même s’il est fatigué, il va bien se présenter, il redresse la tête : “C’est moi !” Et puis il repart, tête baissée. » Assister à la mort du cerf est pour Pascal un moment intense : « Quand ils le servent à la dague, il pleure. Mais vraiment pleurer. Ça te prend là-dedans, ça te fait mal… Expliquer comme ça, c’est pas évident. » Ce suiveur prête ainsi au cerf une expression des émotions et la capacité à former des représentations sur les représentations que les chasseurs se font de lui, c’est-à-dire un degré de réflexivité proche de la psychologie humaine.

  • 20 Voir les épitaphes de chiens de chasse illustres dans Pichon 1858.

L’attachement à l’animal sauvage et la sensibilité à ses émotions ne sont donc pas inconnus des pratiquants de la chasse à courre. Les vieilles traditions de la vénerie expriment parfois un lyrisme inattendu à l’évocation du triste sort de l’animal chassé, comme dans la « Complainte du cerf » publiée dans le traité de Du Fouilloux (1561) ou dans la célèbre fanfare moderne intitulée « Les pleurs du cerf ». Quant à la mort des vieux limiers, elle donne lieu à des débauches d’épitaphes larmoyantes et tableaux mémoriaux20.

Pour beaucoup de veneurs et de suiveurs, la passion de la chasse à courre est avant tout une passion du chien courant. L’équipage a pour cœur le chenil, habitat partagé par les chiens et par les hommes qui en assurent le soin. En action de chasse, l’équipage ne peut atteindre sa proie qu’en associant dans une interaction coopérative étroite les qualités complémentaires des chiens (flair, vitesse, ruse) et celles des hommes (vue, déduction, imagination). Excitation, déception, joie, ces émotions traversent les frontières d’espèces pour circuler entre la meute et les hommes par les aboiements, les cris et les fanfares. En ce sens, les équipages peuvent être regardés comme des formes de communautés hybrides hommes-chiens ayant développé leurs propres codes plurispécifiques de communication (Stépanoff & Vigne 2018 ; Stépanoff à paraître).

Dans leur argumentation défensive contre des militants mettant en avant le ressenti du cerf, les adeptes de la chasse à courre concentrent leur discours sur les réseaux de relations entre les espèces et mobilisent des études écologiques. Ils soulignent que les populations de grands ongulés sont en forte expansion à travers toute l’Europe depuis une trentaine d’années (voir par exemple Saint-Andrieux & Barboiron 2012). Julien, 23 ans, étudiant en foresterie et membre d’un équipage de cerf, affirme : « Par mes études, je sais forcément que la population des cervidés doit être régulée. En trois ans, sans chasse ni prédateur, la population double et commence à détruire l’écosystème. »

Selon les statistiques de la Société de vénerie, les équipages tuent 1,5 % des cerfs abattus en France et un sanglier pour 1 000. Malgré cette proportion presque insignifiante, les veneurs revendiquent dans la régulation du gibier un rôle complémentaire à celui de la chasse à tir : en ciblant en priorité des animaux blessés ou malades, la meute aurait un effet sanitaire semblable à celui de prédateurs sauvages ; en outre, elle favoriserait le décantonnement des ongulés ce qui éviterait une pression d’abroutissement trop localisée et faciliterait le brassage génétique.

Les veneurs ne s’affirment pas moins défenseurs des animaux sauvages que les animalistes, mais sur un mode tout à fait différent. Au milieu du xxe siècle, quand les populations étaient faibles, les équipages ont contribué à la réintroduction du cerf dans des régions d’où il avait disparu. Plus récemment, ils se sont associés à des écologues pour analyser les problèmes liés à la fragmentation des espaces par les routes et les zones résidentielles qui limitent les échanges génétiques nécessaires aux populations. Une étude des livres d’équipages de vénerie qui consignent les parcours des cerfs chassés depuis le xixe siècle a permis d’implanter un écopont au-dessus de la RN2, au niveau d’un lieu de passage séculaire des animaux (Tombal & Tombal 2012).

Pour les veneurs, l’essentiel n’est pas de préserver la vie d’un animal en particulier, car tous finissent par mourir, mais de garantir les conditions écologiques pour que l’espèce se reproduise et s’épanouisse dans un environnement propice. Un veneur de lièvre me disait :

« Les AVA n’admettent pas la mort des animaux, c’est pourtant la loi de la nature. Je suis forestier, je travaille dans la forêt, je la vois tout le temps autour de moi, la mort. Il faut que le vieux chêne meure pour que les jeunes arbres puissent se développer. Quand le cerf meurt, les petits faons le remplacent. C’est pareil pour les humains. Les vieux savent qu’ils laissent la place aux petits jeunes. Ça serait pas possible que tous restent en vie. »

Il n’est pas certain que la souffrance et la mort de l’animal soient les causes les plus profondes de l’hostilité à la chasse à courre, puisque les militants d’AVA admettent le plus souvent la prédation du loup et acceptent dans leurs rangs des chasseurs à tir. Qu’est-ce alors qui irrite tant dans cette pratique ? Ce qui distingue au fond la vénerie de ces autres formes de prédation, c’est le décorum et la ritualisation dont elle entoure la chasse et la mort. Selon les règles de la vénerie, lorsque le cerf « se rend », il appartient aux veneurs de le « servir » rapidement, c’est-à-dire de lui donner, à la dague ou à l’arme à feu, une mort « sans souffrance inutile ». Le corps de l’animal est emmené sur le lieu prévu pour la curée, où il est dépouillé et découpé selon des règles strictes. Tous les participants de la chasse, qui peuvent se compter par plusieurs centaines, se rassemblent pour une célébration solennelle où l’on rend hommage au cerf au son des trompes, avant que sa carcasse ne soit livrée aux chiens en récompense pour leur travail, devant une foule silencieuse qui s’est découverte comme pour des funérailles. À l’issue d’une curée, un vieux veneur m’approcha et me dit : « La curée, c’est très beau, c’est le triomphe de la vie sur la mort, une forme de résurrection. Eh bien, moi quand je serai mort, je ne veux pas être incinéré ou enterré, je souhaite être mangé par mes chiens, comme le cerf. »

Veneurs et suiveurs à la curée d’un équipage de renard, Eure-et-Loir, mars 2019
Crédits : Charles Stépanoff

Une différence fondamentale de point de vue sur la tradition oppose veneurs et militants. Pour ces derniers, la tradition rituelle n’est pas une valeur, mais un « poids » venu des « ancêtres » auquel les veneurs se soumettraient par manque de réflexion. Ils mettent en avant par contraste un mode de pensée fondé sur l’argumentation éthique, la prise de conscience individuelle et le rejet de normes sociales et de comportements transmis par héritage. Bien qu’aucun des militants AVA avec lesquels je me suis entretenu n’ait assisté à une curée, cette cérémonie, connue par des photos ou des vidéos, suscite chez eux une vive hostilité et leur apparaît comme un rite barbare écœurant mené sur le corps d’un animal mort. Au cours de ce rituel, l’humain proclame à leurs yeux sa domination sur la nature en soumettant aux règles arbitraires de ses traditions un animal qui ne demandait qu’à continuer de vivre dans son propre monde. En forêt de Grésigne, les militants veillèrent à ce que la dépouille du cerf mort dans leurs bras ne soit pas récupérée par les veneurs afin qu’ils n’accomplissent pas sur lui leurs rituels triomphateurs et préférèrent la faire envoyer à l’équarrissage. Pour mes interlocuteurs militants, avoir arraché le cerf, non pas à la mort, mais aux rituels des veneurs, était en soi une victoire.

Deux schèmes de relation à l’animal

Tentons maintenant de caractériser les deux modes de relation à l’animal dont ce conflit dévoile l'antagonisme éthique et cosmologique.

Le combat chevaleresque

La vénerie invoque comme principe éthique de placer la loyauté envers l’animal plus haut que l’efficacité de l’acte cynégétique. Pour Boris, maître d’équipage de lièvre, ancien forestier et ancien piqueux de cerf, « on attaque l’animal en lui laissant toutes ses chances, et quand on perd, on l’accepte. Bien sûr, on se dit que la prochaine fois, on sera peut-être meilleur et on ne perdra pas, mais c’est essentiel d’accepter de perdre. Et de ne pas trouver de subterfuge. » Des pratiques courantes en chasse à tir pour faciliter le succès des tireurs – comme l’agrainage, les lâchers de tirs ou le parcage des animaux dans des enclos – sont considérées comme déloyales et sont exclues en chasse à courre. Alors que la chasse à tir en battue privilégie l’efficacité, la vénerie est une tradition, rare en Occident, qui amène l’humain à faire régulièrement l’expérience de ses limites et de son échec face à l’animal.

Le combat ne serait pas loyal et chevaleresque s’il faisait s’affronter des adversaires de valeurs trop inégales. Aussi les adeptes de la vénerie ne cessent-ils de souligner la force physique du cerf et la subtilité de ses « ruses ». Cet animal passe pour l’incarnation d’une puissance sauvage et virile indomptée, jamais mieux manifestée que pendant les combats acharnés du brame. Selon les veneurs, les cerfs auraient les qualités nécessaires pour faire face à la poursuite puisqu’ils en réchappent dans plus de la moitié des cas et qu’un même animal peut être chassé sans succès quatre ou cinq fois à plusieurs semaines d’intervalle. Certains adeptes de la chasse à courre tendent à décrire la chasse comme un combat amical auquel le cerf prendrait presque goût lui-même, comme si sa vie n’était pas en jeu.

Alors que les cas de veneurs blessés ou tués par des cerfs demeurent exceptionnels par rapport au nombre de bêtes tuées, on répète les histoires de ces accidents afin de créer l’image d’un affrontement symétrique. Endurance, courage, noblesse, toutes ces qualités qui caractérisent le bon veneur sont aussi celles que l’on prête au cerf. Entre eux deux, la vénerie tisse une relation en miroir, qui tend à personnaliser l’animal (comme en témoignent les prénoms donnés à certains cerfs) et en fait un partenaire respecté. Si certains tiennent un discours naturaliste expliquant les ruses du cerf par l’évolution des espèces, la plupart des veneurs et suiveurs reconnaissent aux cervidés une capacité à affiner leurs stratégies avec l’expérience et à les enseigner à leurs petits ; ils les créditent d’une grande intelligence qui n’a d’égale que celle des chiens, les héros de la vénerie. Les chevaux ne sont pas oubliés, puisque les cavaliers leur prêtent une passion contagieuse pour la chasse, assurant qu’ils se précipitent d’eux-mêmes à la suite de la meute.

La relation de la vénerie à l’animal sauvage se distingue par son caractère fondamentalement ambigu et paradoxal : elle associe protection de l’espèce cerf et attaque à mort d’individus, admiration passionnée et combat acharné, identification et destruction. Cette ambiguïté s’exprime explicitement dans le rituel de la curée. L’anthropologie a montré que les cérémonies rituelles se distinguent des interactions ordinaires par une condensation paradoxale de relations incompatibles dans la vie quotidienne (Houseman & Severi 1994). C’est le cas de la curée qui institue le cerf en une figure étonnamment complexe, à la fois altérité sauvage et fondement de l’identité du groupe, aussi bien héros fêté qu’adversaire vaincu, simultanément mort et ressuscité pour quelques instants, autant défunt dont on célèbre le deuil que source de nourriture pour les hommes et les chiens. Sur ce plan, la tradition de la vénerie, qui remonte au Moyen Âge et hérite de pratiques fort anciennes, présente des traits communs avec des traditions de chasse d’autres régions du monde mettant en scène le paradoxe d’un animal mort perçu à la fois comme allié et comme adversaire, comme personne et comme nourriture (par exemple Brightman 1993 ; Stépanoff 2010).

Protéger l’animal sauvage

Cette complexité de la relation à l’animal sauvage chez les amateurs de vénerie est reconnue par les animalistes, mais elle est interprétée comme une contradiction inadmissible. Amélie, psychologue, la met sur le compte d’un mécanisme psychologique de « clivage ». Pour d’autres, être capable à la fois d’aimer et de tuer le cerf fait des amateurs de vénerie des « psychopathes ». Par contraste, le schème de relation que promeuvent les animalistes se distingue par son absence d’ambiguïté, son univocité. L’animal sauvage est un être à qui doit être réservée une attitude de bienveillance protectrice, à l’exclusion de toute autre forme de traitement.

Face aux mêmes animaux et devant les mêmes scènes, animalistes et veneurs ne voient pas les mêmes choses. Là où les veneurs décrivent des chiens gais, des chevaux passionnés de chasse, un cerf orgueilleux déployant mille ruses, les militants perçoivent des chiens craintifs, contraints à obéir, des chevaux brutalisés et un cerf effrayé luttant pour sa vie. Loin de l’image de la bête puissante, le cerf est perçu à travers le prisme d’une tradition culturelle qui, de la légende de saint Hubert à Bambi, en fait la victime innocente d’un chasseur incapable de contrôler sa passion cruelle.

De nombreuses informations diffusées sur les réseaux sociaux par les militants, sincèrement convaincus de leur véracité, se sont avérées fausses au cours de l’enquête : les chiens ne sont pas affamés la vieille de la chasse – ils seraient incapables de courir –, ils ne sont pas marqués au fer rouge – les marquages sont faits au ciseau dans le poil –, le cerf n’est pas noyé par les veneurs, ce qui est incompatible avec l’éthique de la vénerie, ni dévoré vivant par les chiens – il est tué par les veneurs –, la viande du cerf n’est pas immangeable et n’est pas jetée à la poubelle puisque les amateurs en réservent pour le réveillon de Noël.

C’est que toutes les perceptions des animalistes semblent colorées par une vision affective particulière de l’animal. Pour Caroline, « les animaux, c’est un peu comme les enfants, c’est innocent, ils n’ont pas de méchanceté. Je les ressens comme ça. Un animal sauvage, c’est un enfant même s’il est adulte. Et je me dis qu’on est en train de les salir. » Alors que les suiveurs aiment à désigner le cerf comme un « pépère » ou un « gros papou », les militants le nomment « petit cœur », « Bambi » ou « bébé ». L’absence de surveillance exercée par les veneurs sur la meute en action autonome est regardée comme un abandon, et il est arrivé que des chiens de meute leur paraissant perdus soient emportés par des militants chez eux et adoptés. Plusieurs d’entre eux participent avec beaucoup de dévouement à des sauvetages d’animaux issus d’élevages fermés administrativement ou de transports illégaux : ils adoptent ainsi des poules déplumées à qui ils prodiguent soin et affection. Ces anciens animaux de rente deviennent des animaux de compagnie, un paradigme relationnel de référence pour les animalistes. Ce schéma adoptif paraît devoir également s’appliquer à l’animal sauvage lui-même : certains tentent par exemple d’apprivoiser des renards en les nourrissant – « un renard, c’est un petit chien » selon un militant. Ils témoignent aussi au cerf pourchassé une forme d’attachement protecteur qu’ils expriment par des caresses lorsqu’ils entrent en contact avec lui (figures 4 et 7). Ce sentiment de responsabilité parentale à l’égard d’animaux vus comme des enfants explique sans doute la virulence avec laquelle les militants entendent les défendre. Si le schème relationnel fantasmé et mis en scène par la vénerie est la victoire de l’homme sur la bête sauvage à l’issue d’un combat loyal, celui qui motive les animalistes dans leur engagement et qu’ils expriment par le sauvetage est une relation de protection envers un animal-enfant. En reprenant les catégories de Philippe Descola, on pourrait ainsi discerner dans la chasse à courre une forme de « prédation guerrière » comparable à celle des Jivaros d’Amazonie, et dans le mouvement animaliste une forme de « domination protectrice » évoquant les sociétés pastorales d’Afrique de l’est (Descola 2005).

Figure 7. Image anti-chasse, 2019

Figure 7. Image anti-chasse, 2019

Cette image illustre l’opposition entre deux modes de relation à l’animal : la prédation du côté des chasseurs, l’apprivoisement du côté de leurs détracteurs.

Source : « Pétition municipales 2020 : votons pour des candidats opposés à la chasse », https://www.change.org/​p/​municipales-de-2020-votons-pour-des-candidats-oppos%C3%A9s-%C3%A0-la-chasse

Les notions d’intelligence et de vie sociale des animaux sauvages, centrales pour les veneurs, ne sont pas cruciales pour les militants qui privilégient la sensibilité : « [Les animaux] ont une forme d’intelligence de survie, mais on ne peut pas la comparer à notre intelligence. L’animal n’est pas là pour calculer, faire du mal. Il est juste là pour vivre et se nourrir. Alors que l’être humain du fait qu’il est intelligent, il est capable de méchanceté », explique une militante, employée de bureau. Selon un point de vue courant chez les militants rencontrés, nous partageons avec l’animal sensibilité et émotion par notre biologie commune issue de l’évolution, mais nous nous distinguons de lui par notre capacité à la compassion ou à la cruauté, c'est-à-dire par notre moralité. Faire preuve d’« humanité », c’est s’interdire les comportements violents à l’égard des animaux, comme le fait de les manger. Inversement, leur infliger une forme de souffrance exprime des « instincts bestiaux » qui nous rendent « animaux au mauvais sens du terme ». Les humains seraient aujourd’hui sortis des relations prédatrices caractérisant leur évolution ancienne : « Dans l’évolution, explique un militant, c’était obligatoire de tuer pour vivre ; aujourd’hui, l’humanité garde des réflexes de destruction, alors que ce n’est plus nécessaire. »

Les militants d’AVA inscrivent explicitement leur éthique dans une vision de l’histoire comme transition d’un état « barbare » à un état « civilisé ». Une mise en perspective historique permet de mieux comprendre l’ambiguïté de cette sensibilité selon laquelle le progrès de la civilisation consiste à la fois à se rapprocher des animaux en se rendant plus sensible à leur sort et à s’en éloigner en renonçant à des comportements jugés bestiaux. Le processus séculaire de « civilisation des mœurs » incluait en effet pour Norbert Elias une séparation progressive de l’homme et de l’animal : « Les hommes s’appliquent, pendant le “processus de civilisation”, à refouler tout ce qu’ils ressentent en eux-mêmes comme relevant de leur “nature animale”. » (1973 : 197) Cette ambition civilisatrice est au cœur du projet des mouvements animalistes comme l’a récemment souligné Marianne Celka dans une thèse de sociologie (2012).

L’hostilité à l’égard de la chasse, et en particulier de la chasse à courre, fait partie depuis longtemps de ce processus historique de « civilisation ». Le frein à donner aux passions du chasseur qui le rendent semblable aux bêtes qu’il pourchasse est un thème universel et les légendes françaises sur la malédiction frappant les chasseurs ensauvagés poursuivant les cerfs jusque dans les églises en donneraient maints exemples (Hell 1997 ; Le Quellec 1998). Les légendes de saint Eustache et de saint Hubert sont des avatars d’une volonté de l’Église d’endiguer une passion cynégétique païenne à défaut de pouvoir l’interdire. Or, au xviiie siècle, ce motif prend une formulation nouvelle, non plus religieuse mais « civilisatrice ». Les élites intellectuelles dénoncent la chasse comme une activité brutale, source de « passions » incontrôlées qui détournent de l’étude. « On voit en général, écrit Diderot, que l’exercice de la chasse a été dans tous les siècles et chez toutes les nations d’autant plus commun, qu’elles étaient moins civilisées. Nos pères, beaucoup plus ignorants que nous, étaient beaucoup plus grands chasseurs. » (1751 : 225). À cette époque, en Angleterre, les citadins cultivés, poètes et artistes cherchent à se distinguer autant des paysans que des nobles en dénonçant les habitudes « barbares » de ces deux classes à l’égard des animaux et en prônant une éthique nouvelle où la « compassion » est le garant de la « vertu ». La lutte contre les jeux cruels des combats de taureaux ou de coqs s’avère un moyen pour la bourgeoisie de mettre au pas, au nom de la protection animale, la classe ouvrière au début de l’ère industrielle (Thomas 1985 [1983] : 237-246). Au xixe siècle, la valorisation du « cœur tendre » s’allie dans la bourgeoisie aux arguments scientifiques du naturalisme qui démontre la continuité physiologique du vivant. Pour Charles Darwin, la reconnaissance de l’évolution, établissant des différences de degrés plutôt que de nature entre les sensibilités et les facultés mentales des espèces, interdit les attitudes cruelles envers l’ensemble des êtres sensibles (sentient beings). Selon lui, il appartient aux tribus barbares de tirer plaisir de la cruauté envers les animaux (Darwin 1871 : 94). La seule chose qui, au fond, distingue l’homme civilisé à la fois de l’homme sauvage et de la bête, c’est précisément son sens moral et sa capacité à faire preuve d’une vertu d’humanité (humanity) envers les animaux inférieurs (ibid. : 101-105).

La configuration sociologique actuelle, où une classe moyenne à capital culturel se positionne en avant-garde morale de la civilisation face à l’alliance de classes supérieures et de classes populaires provinciales jugées arriérées, reproduit ainsi une lutte sociale pour la légitimité qui plonge ses racines dans les origines même de la modernité. Quant à la fougue bestiale du veneur ensauvagé, elle est toujours aussi menaçante ; cependant, le scandale qu’elle suscite ne vient plus de la transgression du tabou de l’église comme dans les anciennes légendes, mais de celui de la propriété privée, quand le chasseur vient poursuivre le cerf jusque dans les jardins des lotissements bâtis autour des forêts domaniales.

  • 21 En France, les adversaires de la chasse à courre s’en félicitèrent : « Les cerfs d’Allemagne serai (...)
  • 22 Arluke & Sanders 2003 : 17. Selon ces historiens, dans l’idéologie nazie, « la chasse devenait le (...)

Il faut noter que, d’un point de vue anthropologique, la formulation « civilisatrice » moderne de la lutte contre l’ensauvagement du chasseur n’est pas plus objective que ses expressions magico-religieuses précédentes, tant la frontière entre civilisation et barbarie peut être arbitraire. L’interdiction de la chasse à courre par l’Allemagne nazie dès 1936, avant toutes les autres nations européennes, en fournit une illustration21. Cette décision de Goering s’inscrit dans une série de mesures juridiques prises par les Nazis « au nom de la compassion » pour protéger les animaux contre l’abattage cascher, les expérimentations animales, l’ébouillantement des homards vivants ou les excès de la chasse. Pour les idéologues nazis, le végétarisme et la reconnaissance progressive des animaux comme « être moraux » devaient permettre au peuple allemand d’atteindre un « plus haut degré de civilisation22 ». Les Nazis pouvaient ainsi associer défense des animaux et cruauté sans borne envers certains groupes humains, condamnés entre autres pour leur manque de sensibilité à l'égard des animaux. Cet exemple historique n’est pas cité ici pour discréditer les mouvements actuels de protection animale, mais pour rappeler qu’on ne saurait postuler la réalité d’un processus de civilisation corrélant dans un même progrès moral sensibilité à la souffrance des bêtes et compassion envers les hommes.

La forêt : nature ou culture ?

Le conflit autour de la chasse à courre cristallise également des perceptions et des usages différents de la forêt. Dans sa documentation, AVA met en valeur des activités de loisir et de contemplation en forêt par contraste avec l’activité de prédation de la vénerie. Les militants voisins de la forêt la fréquentent pour des usages récréatifs : course à pied, marche, VTT, équitation. Ils cherchent dans cet environnement le théâtre privilégié d’une expérience sensible de face-à-face entre l’homme et une nature désirée aussi sauvage que possible. Un couple de militants d’origine urbaine m’explique s’être établi depuis quelques années près de la forêt de Rambouillet pour voir des cerfs. Pour Joël, militant breton, cinéaste, « la forêt est un espace de liberté, c’est là où la nature peut s’épanouir pour elle-même, par elle-même. C’est important d’avoir des zones qui ne sont pas le fruit d’un travail et d’une pensée humaine. » Les militants sont agacés par les forestiers qui transforment en marchandise la forêt, ce havre de repos et de silence qui leur permet de rompre avec le monde du bureau. Le bruit des tronçonneuses des bûcherons, et plus encore la chasse à courre, avec ses pick-up, ses éclats, ses cris et le fracas de ses trompes sont ressentis comme une violation de la paix de la nature.

La forêt est vécue très différemment chez les amateurs de vénerie, particulièrement dans les milieux populaires. Pour les ouvriers forestiers, les jardiniers, les agriculteurs, le monde des arbres est un univers socialisé et cultivé, c’est un lieu de travail et de production. Ils revendiquent de vivre et travailler « dans la nature » et la forêt leur apparaît à la fois comme un « jardin » entretenu par leurs soins et comme un habitat de vie sauvage. Leur regard se veut un regard de l’intérieur, attaché à un « paysage de production » et une « esthétique de la production » (Weber 2009) qui contraste avec l’esthétique de la contemplation fondée sur une relation plus distanciée à la nature. Dans leurs discours, les notions de « nature » et de « sauvage » ne s’articulent pas en opposition dualiste avec un monde socialisé et humanisé comme le fait la cosmologie naturaliste moderne élaborée par la civilisation urbaine (Latour 1991 ; Descola 2005). L’attachement des milieux populaires ruraux à la vénerie semble tenir notamment à la revendication d’un mode de vie enraciné dans les champs et dans la forêt, qui entrelace nature et humanité, puissance sauvage et sociabilité.

Conclusion

Au cours de cette enquête, il nous est apparu que l’enjeu véritable du conflit entre les veneurs et leurs détracteurs n’est pas tant la défense des cerfs ou de la forêt que l’affrontement de visions différentes de la place de l’homme dans la nature. La sensibilité animaliste, plus individualiste qu’écologique (Dubreuil 2009), promeut une attitude empathique fondée sur l’attention à la souffrance de chaque animal, individu unique et irremplaçable. De ce point de vue, la mort de tout animal revêt une dimension tragique qui interdit à l’humain, seul être de la nature conscient de cette tragédie, de la provoquer volontairement. L’homme se distingue du reste du vivant par cet impératif moral qui est asymétrique puisque les non-humains n’ont pas d’obligation morale réciproque envers les humains.

La sensibilité des adeptes de la vénerie met l’accent non sur l’individu, mais sur les relations écologiques entre les espèces vivantes, invoquant la réalité de la prédation et de la mort dans la nature. Ils envisagent l’humain comme un prédateur parmi d’autres, intégré à un grand cycle de vie et de mort. Ils s’opposent à une vision de la nature dont l’humain serait exclu, une menace pour le mode de vie rural selon eux. Plus que sur les continuités physiologiques et sensorielles, leurs discours mettent l’accent sur des continuités cognitives et morales entre humains et animaux, attribuant ruse, intelligence, bravoure et fierté aux cerfs et aux chiens.

L’enquête nous permet de conclure que militants et veneurs partagent bien plus qu’ils ne le croient : l’amour de la forêt et l’admiration pour la grande faune sauvage, bien qu’ils soient séparés par des conceptions différentes des continuités et des discontinuités entre humanité et nature. En revendiquant l’exercice au cœur du monde sauvage d’une tradition culturelle qui, avec ses costumes, ses fanfares et ses cérémonies, entretient un rapport paradoxal à l’animal associant protection, identification morale et confrontation sanglante, la chasse à courre se heurte à une cosmologie moderne qui définit la nature comme un univers séparé de la vie sociale et des traditions humaines. De leur côté, les animalistes discernent entre humains et animaux une continuité physiologique et émotionnelle à travers la souffrance, assortie d’une discontinuité morale. Ils défendent l’idée d’un progrès de l’histoire menant à des relations épurées de toute ambiguïté, où l’homme doit devenir protecteur du vivant.

Au final, l’enjeu du conflit s’avère non pas l’avenir du cerf, en expansion à travers toute l’Europe, mais l’avenir de modes de relations polymorphes au vivant, alternatifs au paradigme dominant de l’ontologie naturaliste. Travaillées par un processus séculaire de civilisation qui les éloigne de l’animalité et de la nature, mais de plus en plus anxieuses des conséquences écologiques de cette rupture, les sociétés modernes peuvent-elles admettre en leur sein un pluralisme de cosmologies et d’éthiques du rapport au vivant ?

Remerciements

J'exprime ma gratitude envers les militants et envers les veneurs qui m'ont accueilli parmi eux et m'ont aidé dans cette enquête. Je remercie Baptiste Morizot ainsi que trois relecteurs anonymes et mon éditeur Victor A. Stoichita pour leurs précieuses remarques critiques sur ce texte.

Haut de page

Bibliographie

BATESON PATRICK & ELIZABETH L. BRADSHAW, 1997.
« Physiological Effects of Hunting Red Deer (Cervus elaphus) », Proceedings of the Royal Society of London. Biological Sciences no 264/1389, p. 1707-1714.

BEAUJOLIN-BELLET RACHEL, THIERRY BOUDES & NATHALIE RAULET-CROSET, 2014.
« La chasse à courre, un spectacle de gestion », Annales des mines. Gérer et comprendre no 116, p. 43-53.

BIPE (BUREAU D’INFORMATIONS ET DE PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES), 2015.
Évaluation de l’impact économique, social et environnemental de la chasse française, en ligne : http://chasseurdefrance.com/wp-content/uploads/2015/07/05_Etude_BIPE_Resultats_globaux_8_Juillet_2015.pdf.

BRIGHTMAN RORBERT A., 1993.
Grateful Prey. Rock Cree Human-Animal Relationships
, Berkeley, Los Angeles, Oxford, University of California Press.

BRUYER ANNIE, 1997.
« Les honneurs de la chasse à courre », Ethnologie française no 27/2, p. 197-204.

CELKA MARIANNE, 2012.
L’animalisme. Enquête sociologique sur une idéologie et une pratique contemporaines des relations homme/animal, thèse de doctorat sous la direction de Patrick Tacussel, université de Montpellier 3.

DESCOLA PHILIPPE, 2005.
Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard.

DIDEROT DENIS, 1751.
« Chasse », in Denis Diderot & Jean d’Alembert, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Paris, Briasson, p. 224-225.

DU FOUILLOUX JACQUES, 1561.
La vénerie, Poitiers, de Marnesz & Bouchetz.

DUBREUIL CATHERINE-MARIE, 2009.
« L’antispécisme, un mouvement de libération animale », Ethnologie française no 39/1, p. 117-122.

ELIAS NORBERT, 1973.
La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy.

FRADKINE HÉLOÏSE, 2015.
« Chasse à courre, relations interclasses et domination spatialisée », Genèses no 2, p. 28-47.

HELL BERTRAND, 1997.
Le sang noir. Chasse et mythe du Sauvage en Europe, Paris, Flammarion.

HOUSEMAN MICHAEL & CARLO SEVERI, 1994.
Naven ou le donner à voir. Essai d’interprétation de l’action rituelle, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

LATOUR BRUNO, 1991.
Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

LE QUELLEC JEAN-LOÏC, 1998.
« La chasse galerie ou le châtiment du chasseur excessif », in Jean-Louis Neveu (dir.), Chasses et traditions, La Crèche, Gestes, p. 156-183.

NOULET CHRISTOPHE, 1998.
« Les acharnés, les suiveurs de la chasse à courre en forêt de Mervent », in Jean-Louis Neveu (dir.), Chasses et traditions, La Crèche, Gestes, p. 63-80.

PINÇON MICHEL & MONIQUE PINÇON-CHARLOT, 2018 [1993].
La chasse à courre. Ses rites et ses enjeux, diversité sociale et culte de la nature, Paris, Montbel.

SAINT-ANDRIEUX CHRISTINE & AURÉLIE BARBOIRON, 2012.
« Le cerf élaphe en France. Situation 2010 », Lettre d’information du réseau « Ongulés sauvages » no 16, p. 13-20.

SOCIÉTÉ DE VÉNERIE, 2018.
Chasse à courre, sortons des sentiers battus, supplément au no 211 Vénerie.

STÉPANOFF CHARLES, 2010.
« Corps et âmes d’animaux en Sibérie. De l’Amour animique à l’Altaï analogique », in Philippe Descola (dir.), La fabrique des images. Visions du monde et formes de la représentation, Paris, Somogy, p. 61-69.

STÉPANOFF CHARLES & JEAN-DENIS VIGNE (dir.), 2018.
Hybrid Communities. Biosocial Approaches to Domestication and Other Trans-species Relationships, Londres, Routledge.

STÉPANOFF CHARLES, à paraître.
« Des chiens et des hommes. Modes de vie partagés et coopération cynégétique », in Thierry Bedossa & Sarah Jeannin (dir.), Comportement et bien-être du chien. Approche interdisciplinaire, Paris, Educagri.

TEIXEIRA CAMILA, CRISTIANO SCHETINI DE AZEVEDO, MIKE MENDL, CYNTHIA F. CIPRESTE & ROBERT J. YOUNG, 2007.
« Revisiting Translocation and Reintroduction Programmes. The Importance of Considering Stress », Animal Behaviour no 73/1, p. 1-13.

THOMAS KEITH, 1985 [1983].
Dans le jardin de la nature. La mutation des sensibilités en Angleterre à l’époque moderne (1500-1800), trad. Catherine Malamoud, Paris, Gallimard.

TOMBAL PAUL & GÉRARD TOMBAL, 2012.
Préserver, restaurer, gérer la trame interforestière en Sud-Picardie, Valenciennes, Association multidisciplinaire des biologistes de l’environnement.

WEBER FLORENCE, 2009.
Le travail à-côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, Éditions de l’EHESS.

Haut de page

Notes

1 Sondage Ifop pour la fondation Brigitte Bardot (2017) : https://www.ifop.com/wp-content/uploads/2018/03/3924-1-study_file.pdf ; sondage CSA pour la Société de vénerie (2011) : https://www.venerie.org/wp-content/uploads/2017/02/livre-blanc-1.pdf

2 http://www.oisehebdo.fr/2018/09/18/entre-les-anti-chasse-a-courre-et-les-veneurs-une-drole-de-guerre/

3 https://www.bfmtv.com/societe/dans-les-yvelines-la-guerre-est-declaree-entre-pro-et-anti-chasse-a-courre-1656682.html

4 https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/chasse-courre-dechaine-passions-ouest-1614219.html

5 http://www.leparisien.fr/oise-60/oise-l-office-national-des-forets-attaque-en-justice-les-anti-chasse-a-courre-07-08-2018-7846302.php

6 L’Office national des forêts (ONF) attribue par adjudication des baux de chasse distincts pour chaque espèce chassée et pour chaque mode de chasse.

7 https://www.courrier-picard.fr/art/144129/article/2018-10-22/des-militants-de-la-premiere-heure-quittent-le-collectif-abolissons-la-venerie. Je n’ai pas rencontré ces militants chasseurs dont la présence a suscité des conflits au sein d’AVA.

8 https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/060318/chasse-courre-et-repression

9 On compte 25 % de femmes parmi les veneurs contre 2 % de femmes parmi les chasseurs en général au niveau national (Société de vénerie 2018 ; BIPE 2015). En Eure-et-Loir, l’équipage le plus féminisé est celui du renard, atteignant 50 % de membres féminins.

10 http://www.leparisien.fr/yvelines-78/les-breviaires-l-operation-anti-chasse-a-courre-aurait-pu-tourner-au-drame-03-12-2018-7959951.php

11 La plupart des prénoms cités ont été modifiés.

12 http://www.lavoixdunord.fr/554942/article/2019-03-20/malgre-la-loi-des-chasseurs-insistent-pour-abattre-un-cerf-dans-jardin ; http://www.courrier-picard.fr/172758/article/2019-03-19/la-chasse-courre-s e-termine-chez-un-riverain-thiers-sur-theve ; https://www.huffingtonpost.fr/2019/03/21/si-la-mere-de-bambi-avait-ete-pres-dune-zone-habitee-elle-ne-serait-pas-morte_a_23697856/

13 Je remercie le maire de Thiers-sur-Thève pour ces informations.

14 Cet auteur propose « la stérilisation des mâles dominants qui assurent la majeure partie de la reproduction » : https://www.matthieuricard.org/blog/posts/se-promener-dans-les-bois-sans-craindre-de-se-faire-tirer-dessus

15 https://www.facebook.com/watch/?v=279130786098339 le 23 janvier 2019.

16 http://www.leparisien.fr/yvelines-78/rambouillet-des-defenseurs-de-la-chasse-a-courre-condamnes-pour-violences-contre-des-opposants-11-06-2019-8091123.php ; https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-prison-avec-sursis-requise-contre-cinq-chasseurs-6447548 ; https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/rennes-cinq-chasseurs-condamnes-pour-violences-sur-des-militants-du-collectif-abolissons-la-venerie-1564664840.

17 https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/chasse-courre-nous-en-demandons-l-abolition-6287231.

18 Jérôme Fourquet & Sylvain Manternach, « L’électorat animaliste. Nouvelle île émergente de l’archipel français », Fondation Jean-Jaurès, 4 juillet 2019, en ligne : https://jean-jaures.org/nos-productions/l-electorat-animaliste-nouvelle-ile-emergente-de-l-archipel-francais.

19 « Yvelines. Vallée de Chevreuse : “Il faut préserver les terres agricoles” », https://actu.fr/ile-de-france/chevreuse_78160/yvelines-faut-preserver-terres-agricoles_24793652.html.

20 Voir les épitaphes de chiens de chasse illustres dans Pichon 1858.

21 En France, les adversaires de la chasse à courre s’en félicitèrent : « Les cerfs d’Allemagne seraient assurément des ingrats s’ils ne bénissaient le régime hitlérien » (L’œuvre, 9 septembre 1936, p. 2).

22 Arluke & Sanders 2003 : 17. Selon ces historiens, dans l’idéologie nazie, « la chasse devenait le symbole d’une civilisation dépassée ; manger de la viande un signe de déclin ; et le végétarisme l’emblème d’une nouvelle et pure civilisation qui serait le futur de l’Allemagne » (ibid. : 26).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Étang de Hollande, forêt de Rambouillet, Yvelines, décembre 2018
Crédits Photo : Charles Stépanoff
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/19516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 861k
Titre Figure 2. Chasse à courre au lièvre en plaine, Eure-et-Loir, février 2019
Crédits Photo : Charles Stépanoff
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/19516/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Figure 3. Veneurs à cheval et suiveurs à vélo, Eure-et-Loir, décembre 2018
Crédits Photo : Charles Stépanoff
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/19516/img-3.JPG
Fichier image/jpeg, 4,8M
Titre Figure 4. Le cerf isolé des chiens et caressé par les militants, forêt de Grésigne, février 2019
Crédits Source : extrait d’une vidéo en direct sur Facebook https://www.facebook.com/​LesSansVoixdEden/​videos/​2227234774005956/​
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/19516/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Figure 5. Daguet et biches traversant une ligne, janvier 2019
Légende Entrevoir le cerf de chasse et ses biches traversant une ligne est toujours un moment d’émotion pour les suiveurs comme pour les militants AVA.
Crédits Photo : Charles Stépanoff
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/19516/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 999k
Titre Figure 6. Capture d'écran d'une vidéo d’un incident avec des suiveurs, février 2019
Crédits Source : page Facebook du groupe AVA Rambouillet https://www.facebook.com/​AvaRambouillet/​videos/​2264329897223217/​
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/19516/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Figure 7. Image anti-chasse, 2019
Légende Cette image illustre l’opposition entre deux modes de relation à l’animal : la prédation du côté des chasseurs, l’apprivoisement du côté de leurs détracteurs.
Crédits Source : « Pétition municipales 2020 : votons pour des candidats opposés à la chasse », https://www.change.org/​p/​municipales-de-2020-votons-pour-des-candidats-oppos%C3%A9s-%C3%A0-la-chasse
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/19516/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Stépanoff, « La forêt est en guerre », Terrain [En ligne], Terrains, mis en ligne le 18 février 2020, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/terrain/19516 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terrain.19516

Haut de page

Auteur

Charles Stépanoff

École pratique des hautes études / Laboratoire d’anthropologie sociale

Haut de page
  • Logo INSHS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals