Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Scripts héroïques

Scripts héroïques

Le cas de Christopher « Dudus » Coke [portfolio]
Tracian Meikle et Rivke Jaffe
Traduction de Lise Garond
Cet article est une traduction de :
Heroic scripts

Résumé

Christopher « Dudus » Coke, l’un des plus puissants dons de Jamaïque, a été arrêté et extradé vers les États-Unis en 2010. Il purge actuellement une peine de vingt-trois ans dans une prison fédérale pour trafic d’armes et de drogue. Le mythe de Dudus a été élaboré visuellement en plusieurs phases. En effet, seul un petit nombre de photographies a circulé dans la presse ; ces rares clichés semblent avoir fortement contribué à renforcer, puis à démanteler le mythe entourant son personnage. À travers l’analyse des cas de Dudus et d’autres dons jamaïcains, ce portfolio étudie une culture iconographique du leader informel, à la fois chef et criminel, qui se construit sur des scripts visuels mettant en scène des modèles spécifiques de masculinité.

Haut de page

Texte intégral

1Christopher « Dudus » Coke, l’un des plus puissants dons de Jamaïque, est arrêté en juin 2010. Extradé vers les États-Unis, il purge actuellement une peine de vingt-trois ans dans une prison fédérale pour trafic d’armes et de drogue. Le mythe de Dudus a été élaboré visuellement en plusieurs phases, caractérisées par l’absence ou au contraire la dominance d’images très spécifiques. En effet, seul un petit nombre de photographies ont circulé dans la presse (fig. 1) ; ces rares clichés semblent avoir fortement contribué à renforcer, puis à démanteler le mythe entourant son personnage. La construction du mythe de Dudus prend place dans une culture visuelle du don fondée sur des modèles de masculinité spécifiques, qui reposent sur un jeu double de visibilité et d’invisibilité.

Fig. 1. Photo de Christopher « Dudus Coke » circulant au moment de son arrestation, date inconnue

Fig. 1. Photo de Christopher « Dudus Coke » circulant au moment de son arrestation, date inconnue

© AFP

Ascension et chute de Christopher « Dudus » Coke

2L’histoire de Dudus remonte aux origines du système des dons en Jamaïque. Leaders informels jouant un rôle important dans la gouvernance d’une ou de plusieurs communautés urbaines où les revenus sont faibles, ils sont souvent impliqués dans des activités criminelles et entretiennent fréquemment des liens étroits avec l’un ou l’autre des deux principaux partis politiques de Jamaïque. Le père de Dudus, Lester « Jim Brown » Coke, fut l’un des premiers grands dons de l’île. Il se servit de ses relations clientélistes au sein du Parti travailliste jamaïcain (JLP) et des profits issus du trafic de drogue transnational, en tant que chef de l’organisation criminelle du Shower Posse, pour régner sur le quartier de Tivoli Gardens, à l’ouest de Kingston, et subvenir aux besoins de sa population. Jim Brown trouva la mort dans un mystérieux incendie en 1992, dans la prison où il purgeait sa peine en attendant son extradition vers les États-Unis où il devait être jugé pour trafic de drogue et d’armes. Le décès de Jim Brown étant survenu peu de temps après le meurtre de son fils aîné, Mark « Jah T » Coke, qui devait prendre sa suite, Dudus reprit la direction des affaires familiales.

3Si le trafic de drogue constituait toujours une importante source de revenus, Dudus se mit aussi à diversifier ses activités, créant, en toute légalité, des entreprises dans les secteurs du bâtiment, de la sécurité et du divertissement. Leur succès lui permit d’être moins dépendant du patronage du gouvernement, mais il continua d’entretenir des liens étroits avec le JLP. Réinvestissant une partie de ses profits dans le quartier de Tivoli Gardens, il y développa un système informel de maintien de l’ordre et de résolution des conflits. La police, de son côté, fermait les yeux sur ses activités, non seulement en raison des relations politiques de Dudus, mais aussi parce que le quartier sur lequel il exerçait son autorité, et qui avait jusque-là connu des taux élevés de criminalité et de violence, connaissait à présent une paix relative. Surnommé le « Président » et reconnu en tant que don de Tivoli Gardens, il était aussi influent dans d’autres communautés urbaines de Jamaïque, des États-Unis et du Royaume-Uni.

  • 1 Rupert Lewis, « Party Politics in Jamaica and the Extradition of Christopher “Dudus” Coke », The G (...)
  • 2 Anthony Harriott & Rivke Jaffe, « Security Encounters. Negotiating Authority and Citizenship durin (...)

4Cependant, en août 2009, les États-Unis déposèrent une demande d’extradition à l’encontre de Dudus auprès du gouvernement jamaïcain. Dans un premier temps, celle-ci fut rejetée par le JLP, parti au pouvoir, mais les Américains exercèrent d’importantes pressions diplomatiques, et des critiques de plus en plus virulentes s’élevèrent au sein de la société civile jamaïcaine et dans les rangs du parti d’opposition (le People’s National Party, ou PNP). Neuf mois plus tard, le 19 mai 2010, le Premier ministre de l’époque, Bruce Golding, signa la demande d’extradition autorisant la police à arrêter Dudus pour le remettre à l’État américain1. Pour protester contre cette décision, les habitants de Tivoli Gardens organisèrent une manifestation dans le quartier des affaires de Kingston, et des hommes armés proches de Dudus attaquèrent les forces de police dans plusieurs quartiers de la ville. Le 23 mai, les représentants de l’ordre envahirent Tivoli Gardens. Au cours des trois jours que durèrent ces opérations, connues depuis sous le nom de « Tivoli Incursion », plus de soixante-dix personnes furent tuées2. Dudus, resté quant à lui sain et sauf durant cette période, demeura libre pendant plusieurs semaines. Mais le 22 juin 2010, sur la base de nouveaux renseignements, la police arrêta un véhicule conduit par le pasteur évangélique Al Miller, accompagné de Dudus, prétendument en route pour l’ambassade américaine auprès de laquelle il aurait eu l’intention de se rendre. Renonçant à son droit à une audience préalable, Dudus fut rapidement extradé vers les États-Unis.

Mythification visuelle

  • 3 Eric J. Hobsbawm, Bandits, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1969.

5À bien des égards, Dudus est l’exemple parfait du « bandit social3 » : si son autorité s’exerçait de manière extralégale, il jouissait d’une grande légitimité, non seulement auprès des habitants de Tivoli Gardens, mais bien au-delà. Sa réussite en matière de gouvernance, dans les affaires et la politique – et conjointement sa capacité à mener des activités criminelles sans être inquiété par l’État ni attaqué par ses rivaux –, n’était que renforcée par sa réputation de hors-la-loi vertueux, de protecteur des pauvres à la Robin des Bois plutôt que de baron de la drogue défendant ses propres intérêts.

  • 4 Rivke Jaffe, « The Popular Culture of Illegality. Crime and the Politics of Aesthetics in Urban Ja (...)

6Cette réputation héroïque – ce scénario mythique – possédait une importante dimension narrative, textuelle. Les histoires des bonnes actions de Dudus circulaient oralement dans les quartiers pauvres du centre-ville de Kingston, en particulier. Après la demande d’extradition américaine de 2009, plusieurs musiciens populaires composèrent des chansons présentant Dudus comme un héros plutôt que comme un simple criminel. Ce type de mythification musicale s’inscrit dans une histoire ancienne : en Jamaïque, les exemples de chanteurs de reggae ou de dancehall célébrant des dons remontent à plusieurs décennies4.

  • 5 Tracian Meikle, « Iconization of Donmanship and Popular Culture as Site of Struggle », in Rivke Ja (...)

7Les dons peuvent aussi devenir des icônes visuelles, en particulier dans le street art où ils figurent souvent aux côtés d’autres héros locaux, nationaux ou internationaux, sportifs, stars du reggae, politiciens ou figures religieuses5. Les portraits muraux de dons ont ceci de particulier qu’ils donnent toujours à voir des hommes décédés. Ces peintures sont donc commémoratives. Lorsqu’ils sont en vie, il arrive que le nom des dons soit mentionné dans des graffitis, mais ils n’apparaissent sous des traits reconnaissables qu’après leur mort.

8À une époque d’omniprésence des médias, les images jouent souvent un rôle clef dans l’émergence des célébrités, des héros et des icônes. Pour les bandits sociaux, la mythification visuelle comporte un risque évident : elle peut renforcer leur réputation, mais aussi mettre en péril leur liberté et leurs chances d’échapper à la police. En Jamaïque, les photographies comme les représentations artistiques de dons vivants sont donc devenues taboues. Ces criminels sont redoutés pour leur manière violente de faire respecter la règle selon laquelle les « mouchards méritent de mourir » (informer fi dead). Moins connue que le code du silence, la capacité des dons à restreindre la circulation de leur image – dans une société où les smartphones et les réseaux sociaux sont rois – constitue elle aussi une forme de contrôle des flux d’information.

9Lorsque des photographies de dons émergent dans la sphère publique, comment contribuent-elles à leur mythification ? Quels sont les liens entre le pouvoir exercé sur les images et le pouvoir qui s’exerce à travers ces images ? Quelles relations existe-t-il entre le bannissement ou au contraire la diffusion intentionnelle de certaines images bien spécifiques, et les modèles de masculinité à l’œuvre dans les processus de légitimation et de délégitimation des dons ? De manière à esquisser une réponse à ces questions, nous nous intéresserons à quelques photographies clefs de Dudus et tenterons d’établir des liens entre ces images et certains portraits commémoratifs de dons décédés.

Du cool masculin à la vulnérabilité féminine

10Avant le processus d’extradition, Dudus était invisible. Son pouvoir dépendait précisément de sa capacité à rester invisible, illisible, insaisissable. Aucune photo de lui ne circulait alors dans la presse, il était absent des réseaux sociaux et ne figurait sur aucune peinture murale. Le graffeur et chanteur L.A. Lewis avait néanmoins peint un texte de soutien à son adresse à la frontière de Tivoli Gardens (fig. 2).

Fig. 2. One Doduss, Kingston, 2008

Fig. 2. One Doduss, Kingston, 2008

Ce graffiti témoigne du soutien apporté à Dudus près de Tivoli Gardens par certains artistes locaux, ici le graffeur L.A. Lewis.

Photo : Rivke Jaffe

11Son nom même était rarement prononcé tout haut, tout au plus chuchoté. On faisait référence au « Président » ou à « celui qui dirige Tivoli », plutôt que d’évoquer « Dudus ». D’ailleurs, les Jamaïcains de la classe moyenne ne savaient pas alors quelle était la prononciation correcte de son nom, « Dou-dus » ou « Do-dus » (la seconde étant la bonne). Pour ceux qui étaient dans la confidence, son pouvoir apparaissait incontournable, son influence dépassant largement le cadre de Tivoli Gardens pour atteindre d’autres communautés de la Jamaïque et de la diaspora jamaïcaine à Londres, Miami, New York et Toronto. C’est précisément ce mélange d’omniprésence et d’obscurité visuelle, central dans le mythe de Dudus, qui a conféré à son personnage une aura presque divine.

12La seconde phase débute à l’été 2009, avec la demande d’extradition des États-Unis. L’attention médiatique s’accrut alors aussitôt, mais seules quelques photographies émergèrent, toutes de piètre qualité. Les principaux journaux nationaux publièrent une photo en noir et blanc de Dudus enfant pour évoquer son parcours d’élève modèle devenu chef d’une organisation criminelle. Mais, sur la photographie la plus fréquemment utilisée, Dudus est âgé d’une vingtaine d’années et pose une bière à la main, dans une attitude à la fois décontractée et maîtrisée (fig. 3).

Fig. 3. Portrait de Dudus jeune, date inconnue

Fig. 3. Portrait de Dudus jeune, date inconnue

Au début de l’affaire Dudus, cette photographie qui circulait le dépeignait comme un personnage cool et viril.

Source : The Jamaica Gleaner, droits réservés

13Bien que son « invisibilité » ait été écornée par la circulation de cette photo, celle-ci ne faisait que renforcer son image de leader, d’homme cool capable d’allier calme et assurance. Certes, la circulation de son portrait le rendait plus facilement reconnaissable par un plus large public, mais les journaux ne parvinrent visiblement pas à se procurer une photographie moins officieuse, et aucune autre image de lui ne circula en ligne. Cette absence tenace de photographies venait confirmer le pouvoir du don, capable de rester à l’abri des regards et d’empêcher la diffusion de son portrait. Conjointement à l’aura masculine que la photographie existante projette, le pouvoir de Dudus à contrôler sa visibilité renforce ici plutôt qu’il n’amoindrit son statut mythique.

14Quant à la troisième phase, elle démarre avec l’arrestation de Dudus fin juin 2010. Un nombre beaucoup plus important de photographies commencèrent alors à circuler dans la presse nationale et internationale ainsi que sur les réseaux sociaux. Une première série d’images, largement relayée par les médias internationaux, montrait le don escorté par les agents américains de la Drug Enforcement Administration (DEA), en jean et chemise froissée, silhouette grassouillette et sourire penaud (fig. 4).

Fig. 4. Christopher « Dudus » Coke escorté par des agents de la DEA après son extradition, New York, 24 juin 2010

Fig. 4. Christopher « Dudus » Coke escorté par des agents de la DEA après son extradition, New York, 24 juin 2010

© Zuma Press / Alamy

15L’air soumis, impuissant, Dudus est ici l’opposé du leader cool. Peu de temps après, une autre image filtra dans la presse ; elle montrait Dudus affublé d’une perruque bouclée, de lunettes de grand-mère et d’une casquette, attirail abondamment décrit par les médias comme une tenue de femme : c’est visiblement ainsi qu’il se déplaçait sur l’île au moment de son arrestation. Dans ce qui se présente comme une photo d’identité judiciaire, il fixe l’objectif d’un air résigné, manifestement conscient de l’humiliation qu’il a à être saisi, à la fois physiquement et visuellement, dans un tel accoutrement (fig. 5).

Fig. 5. Dudus en fuite, Kingston, juin 2010

Fig. 5. Dudus en fuite, Kingston, juin 2010

Après la capture de Dudus, une image peu flatteuse de lui a fuité dans la presse, sapant la construction visuelle de son aura masculine.

Source : AP/Reuteurs

16Cette photo déchaina un torrent de moqueries, certains commentateurs prétendant que Dudus portait alors une perruque rose. Le lendemain de l’arrestation du don dans la voiture d’Al Miller, le Jamaica Observer publiait un dessin de Clovis, le plus célèbre caricaturiste de l’île, représentant un policier lourdement armé se penchant à la fenêtre du conducteur pour demander, à propos de la personne à la perruque rose côté passager : « Hé Al, c’est qui cette jolie fille à tes côtés ? » (Hey Al, is who dah pretty girl beside yu ?) (fig. 6).

Fig. 6. Dessin de presse publié dans le Jamaica Observer, 23 juin 2010

Fig. 6. Dessin de presse publié dans le Jamaica Observer, 23 juin 2010

© Clovis Brown

Fig. 7. Driving Miss Dudus, Hubert Neal Jr, 2010

Fig. 7. Driving Miss Dudus, Hubert Neal Jr, 2010

Alors que Dudus est ici représenté sous des traits masculins, l’utilisation d’un titre sexué (Miss Dudus) fait référence à la féminisation de l’image du don.

© Hubert Neal Jr

17Dans une autre veine, l’artiste bélizien Hubert Neal Jr mit lui aussi l’accent sur cette féminisation dans son tableau Driving Miss Dudus (fig. 7), de la série The Dudus Chronicles exposée à la galerie Grosvenor de Kingston en 2010. C’est sans doute sur la photographie avec perruque et sa réimagination populaire que la féminisation de Dudus est la plus marquée. Mais sur les deux clichés pris après son arrestation, le don, alors âgé de 42 ans, apparaît comme un homme vieillissant et faible, là aussi à l’opposé de la figure virile de la première photo diffusée dans la presse.

Monuments de la masculinité

18Ces photographies et les diverses représentations de la masculinité qu’elles véhiculent peuvent être examinées à la lumière d’un corpus plus large, celui des images de dons dans le street art. Les photographies étant rares, les peintures murales deviennent les principaux moyens par lesquels les dons sont publiquement commémorés. Celles-ci sont généralement réalisées par des artistes locaux à partir de photographies appartenant aux amis proches ou à la famille d’un don décédé. Le portrait mural commandé par les proches est un moyen pour eux d’exprimer leur peine. Qui plus est, dans les quartiers sous le contrôle des dons, ces formes publiques de commémoration reflètent et réaffirment aussi un ordre sociopolitique et ne sont pas si différentes en cela des monuments plus formels érigés en l’honneur de leaders politiques après leur mort. Comme les statues de rois, de personnages politiques ou de héros militaires, les portraits muraux de dons mettent en scène des modèles spécifiques de masculinité pour légitimer leur autorité.

Fig. 8. Fresque murale commémorant Gwana, Kingston, 2017

Fig. 8. Fresque murale commémorant Gwana, Kingston, 2017

Photo : Tracian Meikle

  • 6 Quartier de Kingston où Tracian Meikle a conduit une partie de ses recherches et dont le nom a été (...)

19Le lien entre photographies et peintures murales est particulièrement présent dans le cas du portrait mural de Gwana (fig. 8). Décédé en 2001, Gwana était don dans un quartier que nous appellerons ici « Gullyland6 ». Pour réaliser un portrait ressemblant, les peintres s’appuient généralement sur des photographies qu’on leur confie. Mais, pour celui de Gwana, la tâche ne fut pas simple. Alors que Tracian abordait le projet de peinture avec les amis du défunt – Roger, Brandon et Chad –, ceux-ci commencèrent aussitôt à se demander comment ils pourraient se procurer une photo de lui. Il en existait peu, « parce que c’était un badman », remarqua Brandon. Il décida de se rendre auprès des baby mothers de Gwana (c’est-à-dire les mères de ses enfants), pour voir si elles conservaient des photos de lui. À l’époque du décès de Gwana, avant la banalisation des photographies numériques, les amoureux s’échangeaient souvent des photos, fréquemment glissées sur le pourtour d’un miroir de coiffeuse par exemple. Mais l’idée de Brandon s’avéra infructueuse. Finalement, la seule photo de lui était celle qui figurait déjà en couverture du petit livret distribué lors des funérailles du don, et que l’un de ses parents plus âgé conservait dans une chemise à la maison.

20Gwana avait en fait presque entièrement réussi à préserver son invisibilité photographique. Sur le seul cliché qui perdure, il incarne un modèle de masculinité cool, arborant une montre de luxe et des vêtements à la mode, tee-shirt de marque et casquette de baseball assortie. Il tient son verre d’un air désinvolte, comme sur la première photographie de Dudus, mais contrairement à ce dernier, qui affichait un sourire décontracté, Gwana a une attitude plus distante, une expression sérieuse. Les yeux cachés derrière des lunettes de soleil, le visage partiellement masqué par sa casquette, il nous regarde avec un léger froncement de sourcils, sans que l’on puisse croiser son regard.

Fig. 9. Fresque murale commémorant Willie Haggart, Kingston, 2017

Fig. 9. Fresque murale commémorant Willie Haggart, Kingston, 2017

Photo : Rivke Jaffe

21On retrouve une association similaire entre alcool et cool masculin sur le portrait mural de Willie Haggart, ancien don d’une section de Trenchtown surnommée Black Roses Corner (fig. 9). Haggart, décédé en 2001, entretenait des relations étroites avec le PNP – plusieurs politiciens hauts placés assistèrent à ses funérailles. Mais il était aussi connu pour être un « don fêtard ». Propriétaire d’un bar, il participait à des soirées dancehall. Il donna même son nom à un mouvement de danse, le « Willie Bounce ». Sur l’un des murs extérieurs de son bar, une peinture évoque cette réputation : Haggart est flanqué de deux amis, dont l’un semble être un musicien ou chanteur de dancehall, avec lesquels il trinque. Arborant les attributs visuels de la richesse – grande chaîne en or, montre et bagues –, Haggart est l’élément central de la fête, sa masculinité soulignée par la présence de trois femmes aux tenues légères et poses sensuelles qui dansent et boivent au-dessous des hommes. Le don ne sourit cependant pas, là non plus : c’est un homme à prendre au sérieux, même lorsqu’il fait la fête.

Fig. 10. Fresque murale commémorant Roundhead, Kingston, 2017

Fig. 10. Fresque murale commémorant Roundhead, Kingston, 2017

Photo : Tracian Meikle

22Le portrait mural de Roundhead, ancien don de Gullyland, est plus sobre, même si ses boucles d’oreille en diamant et sa moto de luxe témoignent de sa richesse et peut-être de son goût pour le bling-bling (fig. 10). Comme pour beaucoup de peintures murales commémoratives, le fond, bleu ciel avec des colombes, fait visuellement écho aux livrets distribués lors des funérailles. Roundhead nous regarde droit dans les yeux, d’un air imperturbable. Si le texte figurant en dessous de son buste exprime l’affection et le chagrin des commanditaires de la fresque (« Chéri, tu nous manques » / « Love, we miss you »), celui qui se détache à son sommet révèle la voix de Roundhead, qui affirme sa capacité à recourir à la violence : « Mi know dem fear mi » (« Je sais qu’ils me craignent »). Couplée au style sombre et froid de la représentation, la phrase renforce l’autorité du don, figure sérieuse dominant ses semblables.

Fig. 11. Fresque murale commémorant Altyman, Kingston, 2017

Fig. 11. Fresque murale commémorant Altyman, Kingston, 2017

Photo : Tracian Meikle

  • 7 Tracian Meikle, « Iconization of Donmanship and Popular Culture as Site of Struggle », in Rivke Ja (...)

23Le portrait commémoratif d’Altyman, autre don de Gullyland, est d’un style similaire (fig. 11). Réalisée sur une plaque de zinc, l’œuvre fut dévoilée lors d’une soirée dansante organisée en son hommage7. La fille d’Altyman expliquait à Tracian que sa famille avait commandé le portrait et se devait de l’exposer publiquement pour honorer son rôle de « légende » dans la communauté. Un autre habitant du quartier, Adam, convenait aussi qu’il était important pour Gullyland de reconnaître publiquement cette histoire politique : « Il faut l’exposer parce que c’est une idole. Comme ça, les gens qui viennent dans la communauté savent que c’est lui le don. » Accrochée en hauteur, l’œuvre dominait non seulement un carrefour, mais surplombait aussi deux autres portraits d’hommes de Gullyland brutalement décédés, rappelant ainsi qu’Altyman demeurait bien « le don », le seul homme du quartier aux commandes. Son look est encore plus sobre que celui de Roundhead : il porte une simple chemise unie, et pas de bijoux. Là aussi cependant, sa richesse se lit dans la présence d’une Cadillac coûteuse, tandis que les gratte-ciels en arrière-plan rappellent ses liens avec des villes étrangères, une allusion à son implication dans le trafic de drogue et plus largement à son enviable capacité à voyager dans le monde entier.

24Les quatre peintures murales évoquées présentent chacune des variations sur le thème de la masculinité et du cool masculin. Elles présentent les dons comme des hommes dont l’agencéité est évidente. Ceux-ci nous font face, le regard sérieux, l’air assuré, gardant le contrôle dans la mort comme dans la vie : aimés et craints, jamais oubliés, dons pour toujours. Ils affirment leur autorité sans un sourire, sans baisser la garde alors même qu’ils sont entourés d’alcool, de femmes et de voitures. Ce type de portraits, qui appartient à une tradition plus large d’hommage aux héros par l’art mural, inscrit les dons dans l’histoire publique et contribue directement à la mythification qui légitime leur autorité.

***

25La trajectoire de Dudus et les différentes phases visuelles qui l’ont accompagnée, de son ascension en tant que don à sa chute, illustrent les tensions entre visibilité et invisibilité. Le fait d’être omniprésent d’un point de vue mythique, mais invisible, est peut-être la position de pouvoir la plus avantageuse : le mythe du don n’est que renforcé par la distance qui se crée lorsque seules quelques personnes ont visuellement accès à lui. Selon nous, ce pouvoir fondé sur le mythe est resté en grande partie intact durant la seconde phase, lorsque Dudus est devenu visible : la photo circulant alors renforce l’image d’un leader viril, cool et puissant. Mais ce pouvoir s’étiole lorsque Dudus, en cavale, est arrêté par la police, puis emprisonné et condamné : une chute illustrée par des images le montrant sous un jour féminisé et diffusées dans le monde entier. Cette négociation visuelle de la masculinité est à lire en relation aux modèles genrés de pouvoir que présentent les portraits commémoratifs de dons. L’exploration de la visibilité publique de Dudus et d’un certain nombre d’autres dons décédés nous montre comment la mythification de ces leaders informels est influencée conjointement par la manipulation de leur (in)visibilité et par les marqueurs de masculinité que ces images peuvent ensuite véhiculer lorsqu’elles sont rendues publiques. Cette conjonction a une influence sur les mythes qui entourent les dons : le pouvoir qu’ils exercent sur ces images et le pouvoir qui s’exerce à travers elles peut renforcer l’autorité des dons, comme la compromettre.

26Traduit de l’anglais par Lise Garond

Haut de page

Notes

1 Rupert Lewis, « Party Politics in Jamaica and the Extradition of Christopher “Dudus” Coke », The Global South no 6/1, 2012, p. 38-54, en ligne : https://doi.org/10.2979/globalsouth.6.1.38 [dernier accès, avril 2021].

2 Anthony Harriott & Rivke Jaffe, « Security Encounters. Negotiating Authority and Citizenship during the Tivoli “Incursion” », Small Axe. A Caribbean Journal of Criticism no 22/3, 2018, p. 81-89.

3 Eric J. Hobsbawm, Bandits, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1969.

4 Rivke Jaffe, « The Popular Culture of Illegality. Crime and the Politics of Aesthetics in Urban Jamaica », Anthropological Quarterly no 85/1, 2012, p. 79-102, en ligne : https://www.jstor.org/stable/41427089 [dernier accès, avril 2021].

5 Tracian Meikle, « Iconization of Donmanship and Popular Culture as Site of Struggle », in Rivke Jaffe & Martijn Oosterbaan (dir.), Most Wanted. The Popular Culture of Illegality, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2019, p. 43-47 ; id., « The Multivalency of Memorial Murals in Kingston, Jamaica. A Photo-Essay », Interventions no 22/1, 2020, p. 106-115, en ligne : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/1369801X.2019.1659163 [dernier accès, avril 2021].

6 Quartier de Kingston où Tracian Meikle a conduit une partie de ses recherches et dont le nom a été ici anonymisé, gully désignant un caniveau à ciel ouvert typique de l'infrastructure des quartiers pauvres de la ville.

7 Tracian Meikle, « Iconization of Donmanship and Popular Culture as Site of Struggle », in Rivke Jaffe & Martijn Oosterbaan (dir.), Most Wanted. The Popular Culture of Illegality, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Photo de Christopher « Dudus Coke » circulant au moment de son arrestation, date inconnue
Crédits © AFP
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/21438/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Fig. 2. One Doduss, Kingston, 2008
Légende Ce graffiti témoigne du soutien apporté à Dudus près de Tivoli Gardens par certains artistes locaux, ici le graffeur L.A. Lewis.
Crédits Photo : Rivke Jaffe
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/21438/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Fig. 3. Portrait de Dudus jeune, date inconnue
Légende Au début de l’affaire Dudus, cette photographie qui circulait le dépeignait comme un personnage cool et viril.
Crédits Source : The Jamaica Gleaner, droits réservés
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/21438/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Fig. 4. Christopher « Dudus » Coke escorté par des agents de la DEA après son extradition, New York, 24 juin 2010
Crédits © Zuma Press / Alamy
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/21438/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Titre Fig. 5. Dudus en fuite, Kingston, juin 2010
Légende Après la capture de Dudus, une image peu flatteuse de lui a fuité dans la presse, sapant la construction visuelle de son aura masculine.
Crédits Source : AP/Reuteurs
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/21438/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 6. Dessin de presse publié dans le Jamaica Observer, 23 juin 2010
Crédits © Clovis Brown
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/21438/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 7. Driving Miss Dudus, Hubert Neal Jr, 2010
Légende Alors que Dudus est ici représenté sous des traits masculins, l’utilisation d’un titre sexué (Miss Dudus) fait référence à la féminisation de l’image du don.
Crédits © Hubert Neal Jr
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/21438/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 8. Fresque murale commémorant Gwana, Kingston, 2017
Crédits Photo : Tracian Meikle
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/21438/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Titre Fig. 9. Fresque murale commémorant Willie Haggart, Kingston, 2017
Crédits Photo : Rivke Jaffe
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/21438/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 10. Fresque murale commémorant Roundhead, Kingston, 2017
Crédits Photo : Tracian Meikle
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/21438/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Fig. 11. Fresque murale commémorant Altyman, Kingston, 2017
Crédits Photo : Tracian Meikle
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/21438/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tracian Meikle et Rivke Jaffe, « Scripts héroïques », Terrain [En ligne], 74 | mars 2021, mis en ligne le 02 avril 2021, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/terrain/21438 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terrain.21438

Haut de page

Auteurs

Tracian Meikle

Gerrit Rietveld Academie

Rivke Jaffe

Université d’Amsterdam

Haut de page
  • Logo INSHS
  • Logo MSH Mondes
  • Logo Hauts-de-Seine
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo Musée du quai Branly
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search