Navigation – Plan du site

AccueilNuméros75MuséoLa spirale interprétative d’un se...

Muséo
La spirale interprétative d’un serpent mississippienInformations sur cette image
Crédits : © MUSÉE DU QUAI BRANLY – JACQUES CHIRAC, INV. N°71.1947.63.1

La spirale interprétative d’un serpent mississippien

Amants aquatiques
Benjamin BALLOY
p. 196-203

Résumé

Le motif du serpent enroulé et monstrueux est présent sur de nombreux pendentifs découverts en contexte d’inhumation dans les tertres de la période mississippienne (xiiie-xvie siècles) en Amérique du Nord. L’article propose de rapprocher ce décor des êtres aquatiques, amants équivoques voire franchement violeurs, qui peuplent les traditions narratives autochtones en Amérique du Nord, et notamment celles recueillies à partir du xviie siècle dans le Sud-Est. En privilégiant ce motif, il se pourrait que les individus éminents dans ces sociétés hiérarchisées aient cherché à s’identifier à ces amants monstrueux ou à leur progéniture.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’objet a été acquis en 1947 par le Musée du l’Homme, suite à un don de George Wildenstein. Le site (...)

1Ce pendentif datant du xiiie-xvie siècle, a sans doute été exhumé au tournant du xxe siècle d’un tertre monumental mississippien - malheureusement non identifié - dans le Tennessee1. Il offre avec son cousin également conservé au musée du quai Branly (https://www.quaibranly.fr/​fr/​explorer-les-collections/​base/​Work/​action/​show/​notice/​140471-pendentif/​page/​1/​ ), l’occasion d’un jeu interprétatif qui, tout en étant largement ouvert faute de pouvoir nous appuyer sur des sources écrites que ces populations auraient produites, ne relève pas pour autant d’une spéculation entièrement gratuite.

  • 2 Pour un examen de cette question : William H. Marquardt & Laura Kozuch, « The Lightning Whelk: An e (...)
  • 3 George E. Lankford, F. Kent Reilly & James F. Garber (dir.), Visualizing the Sacred. Cosmic Visions (...)

2Commençons par décrire. Ce sont deux plastrons ou pendentifs pectoraux — sur l’un deux on voit les deux trous percés où passer une lanière —, découpés dans l’épaisse et large coquille blanche d’un mollusque — presque certainement un Lightning whelk (Busycon perversum) pêché dans les eaux subtropicales de Floride ou du golfe du Mexique. Cette espèce a la particularité de présenter un enroulement de la coquille inversé par rapport à presque toutes les autres espèces de mollusques. La sensibilité à cette particularité pourrait expliquer la vaste diffusion continentale de ce coquillage, dans les dépôts archéologiques nord-américains2. Chacune de ces plaques porte sur sa face concave un motif gravé ou partiellement découpé, une même figure complexe de lignes intriquées inscrite dans l’espace circulaire d’une bordure. En dépit de l’orientation différente dans l’espace du support, leurs deux dessins répondent à un même modèle, comme l’attestent de nombreux autres pendentifs trouvés dans la région. Un exemplaire conservé au Metropolitan Museum of Art à New York (https://www.metmuseum.org/​art/​collection/​search/​319184 ), d’une technique plus fine, facilite la lecture des exemplaires — peut-être inachevés ? — du Musée du quai Branly Jacques Chirac. Les spécialistes des sociétés mississippiennes s’accordent à reconnaître dans cette figure un serpent, stylisé ou chimérique. La multiplication de cette figure sur les pendentifs pectoraux fabriqués dans ce matériau rare et importé de régions lointaines, associé à des sites d’inhumation monumentaux incite les archéologues à y voir la marque d’un statut élitaire et un symbole cultuel — pour ne pas dire religieux3. On reconnait sur un bord la sonnette de la queue, typique des espèces du genre Crotalus bien représentées aux États-Unis. De là, le corps enroulé sur lui-même longe la bordure circulaire jusqu’au surgissement du cou et de la tête, dont l’œil gigantesque occupe presque tout l’espace central. Cet œil est figuré par le motif des cercles concentriques, renforçant l’effet graphique d’une impression générale de torsade spiralée. Ce décor gravé d’un motif de serpent, fait-il écho à ces êtres aquatiques, amants équivoques voire franchement violeurs, qui peuplent les traditions narratives autochtones en Amérique du Nord ? Dans ce cas, pourquoi des individus éminents l’ont-ils arboré ?

  • 4 David Arbesú, « La crónica de Juan de Paiva sobre el juego de pelota en Apalache », Anuario de Estu (...)
  • 5 Les jeux de balle, à une ou deux raquettes étaient diffusés dans toute l’Amérique du Nord. Dans le (...)

3Bien des récits mythologiques collectés en Amérique du Nord auprès de populations amérindiennes, dès la fin du xviie siècle dans la région des Appalaches et du Sud-est, entre Floride et Mississippi4 commencent ainsi : Venue puiser de l’eau au bord d’une rivière qui passe près du village, une jeune femme, célibataire et orpheline, tombe mystérieusement enceinte. L’enfant qui naît a le corps tacheté. De cette tare, les habitants déduisent des amours illicites. Ils veulent mettre la mère et l’enfant à mort. Un être appelé « puma d’eau », qui vit dans les profondeurs de la rivière et se révèle être le père de l’enfant, prend leur défense et provoque une crue. Le village est submergé et ses habitants malveillants périssent noyés. À la place du village subsiste un tourbillon, un trou d’eau infranchissable que les oiseaux eux-mêmes ne peuvent survoler sans tomber, immanquablement attirés au fond de la rivière. Dans certaines variantes, la jeune fille vient au bord de l’eau avec l’enfant ; puma d’eau surgit et emporte ce dernier. L’enfant en grandissant se révèle être un chasseur prodigieux, un grand joueur de jeu de raquette5, de même qu’un guerrier hors pair. C’est aussi un tueur de monstres et ses aventures, aussi riches que diverses, donnent lieu à de nombreuses métamorphoses du récit. Celles-ci offrent autant de variations sur le thème de l’orphelin à la naissance mystérieuse, fruit des amours équivoques entre une mortelle et un être à l’humanité ambigüe. Il y a une forme de violence sous-entendue dans la conception même de l’enfant. Dans plusieurs variantes de ce récit, celle-ci transparaît dans l’ambiguïté incestueuse du degré de parenté qui prévaut entre les géniteurs. Ainsi, le plus ancien des récits nord-amérindiens de ce corpus, transmis par un manuscrit daté de 1678, du missionnaire espagnol franciscain Juan de Paiva auprès des Apalache de Floride, laisse entendre que la mère du héros est la petite-nièce (fille de fille de sœur) du géniteur présumé. Dans d’autres récits, par un jeu d’échos inépuisables où les intrigues paraissent devoir indéfiniment boucler sur elles-mêmes, le héros aborde par la rivière au village de son enfance, de retour après de nombreuses péripéties et y « surprend » une sœur, venue puiser de l’eau, qui ne le reconnaît pas…

  • 6 Emmanuel Désveaux, « Panthères abyssales et anaconda primordial », Journal de la Société des Améric (...)
  • 7 Benjamin Balloy, « Procession, progression. Périodicité, mythes et hiérarchie dans l’organisation s (...)

4Les pumas d’eau dans ces mythes participent en fait d’un bestiaire nord-amérindien complexe, fait de monstres aquatiques ou chtoniens, parmi lesquels les reptiles géants — serpents cornus, lézards, alligators voire tortues meurtrières — tiennent une place de choix et avec lesquels ils sont interchangeables6. Dans plusieurs versions du récit dont on a esquissé la trame commune, un serpent prend la place du félin aquatique, notamment dans le rôle de vengeur faisant périr les ennemis du héros, par noyade ou par les crues qu’il provoque. Ce thème rejoint celui du chasseur imprudent, changé en serpent géant et dont le corps aquatique devient littéralement la mare ou le trou d’eau où il réside désormais. Dans l’une des versions de ce récit, à la demande du chasseur et avant qu’il ne perde définitivement sa nature humaine, ses parents lui rendent visite au bord de sa mare. Ne se résignant pas à son sort, dans un dernier mouvement tourbillonnant, une spirale, le jeune homme changé en serpent se saisit de sa propre sœur, qu’il aspire avec lui sous l’eau. Chaque fois, cette relation sexuelle, qu’elle soit explicitée ou qu’elle demeure implicite, est une transgression sociologique, plutôt que biologique ou même ontologique. Ce qui la caractérise, c’est un excès à ignorer des seuils, des écarts, mais dont la nature problématique tient justement au fait qu’ils peuvent toujours être comblés ou niés. Cet excès a certainement une contrepartie positive en la personne du héros doté de pouvoirs miraculeux, mais le type de relation sexuelle dont il procède ne saurait constituer une norme. Plutôt, la relation sexuelle liminale introduit avec l’excellence du héros une forme de séparation ou de distinction à l’intérieur du collectif où elle fait irruption. La relation entre un Puma d’eau ou un frère et une femme, parce qu’elle franchit un seuil qu’elle contribue à révéler, met également en place une dynamique de l’écart : l’excellence distinctive s’inscrit dans une série de déplacements et de franchissements. La relation sexuelle du mythe souligne les potentialités inhérentes au franchissement d’un seuil. Toutefois, l’exceptionnalité qui en découle est un privilège et celui-ci doit être accueilli, et non pas rejeté, par la majorité — punie dans ces mythes pour l’avoir ignoré7. L’excès doit demeurer une exception, la marque de quelques individus extraordinaires seulement. Avons-nous raison d’interpréter ce décor, l’œil gigantesque d’un serpent qui nous fixe et dont l’enroulement semble devoir nous saisir et nous emporter, représenté sur le pectoral, comme un insigne spectaculaire de chefs amérindiens ? En arborant ces plastrons, les chefs mississippiens cherchaient-ils à s’identifier à ces amants monstrueux ou à leur progéniture ? Revendiquaient-ils la puissance d’un statut liminal, le droit exceptionnel pour eux de transgresser les bornes des amours licites, et à l’occasion — comme quelques rares témoignages européens postérieurs au xvie siècle le laisseraient penser — d’épouser très concrètement des sœurs ?

  • 8 Timothy R. Pauketat, Ancient Cahokia and the Mississippians, Cambridge, Cambridge University Press, (...)

5Les questions que nous posons sont vouées à demeurer sans réponses évidentes. Entre le xiiie et le xvie siècle, le territoire actuel des États-Unis, de la vallée de l’Arkansas à la Floride, se couvre de sites monumentaux. Les archéologues parlent de sociétés mississippiennes8. Le trait le plus spectaculaire de ces sites est l’élévation de tertres ou plateformes en terre, surmontés de constructions, parfois reliés entre eux par des chaussées et organisant de vastes espaces souvent densément peuplés. Ainsi, les sites de Cahokia ou de Moundville, dans la vallée du moyen Mississippi et dans l’Alabama respectivement, comptent-ils plusieurs dizaines de ces tertres.

Au xixe siècle, après la distribution de ces territoires aux colons anglo-américains, le passage des charrues a raison de presque tous ces monuments amérindiens. Beaucoup font l’objet de fouilles sauvages. Les archéologues, sur la foi des récits des premiers explorateurs espagnols du sous-continent au xvie siècle, caractérisent ces sociétés mississippiennes comme des sociétés fortement hiérarchisées, dotées de formations élitaires. Les tertres et la richesse des fascinants artefacts ornementaux, inhumés avec eux, qui y ont été découverts, semblent s’accorder avec ces thèses. Reste que, touchant à la signification et à la portée que ces sociétés donnaient aux motifs, ornements ou figures qu’elles ont produits, il est important de souligner les limites de toute démarche d’interprétation. Faute de pouvoir nous appuyer sur des sources écrites, produites par les populations mississippiennes ou contemporaines, nous sommes réduits à la spéculation. Les populations amérindiennes du sud-est de l’Amérique du Nord que les Européens de la période d’expansion coloniale fréquentent, observent et sur lesquelles ils écrivent à partir des xviie et xviiie siècles, ne sont pas les « témoins fossilisés » des sociétés mississippiennes des archéologues. Il faut garder à l’esprit ces données essentielles lorsqu’on regarde ces étonnantes figures gravées et découpées dans la matière dure, et autrefois lumineuse, d’une large coquille. Les significations complexes qu’elles tiennent serrées dans leurs anneaux suscitent un jeu interprétatif qui n’est pas indéfiniment ouvert, mais de fait proprement indécidable.

Dans le cadre de sa mission de grand département pour les arts d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie, le musée du quai Branly – Jacques Chirac soutient la recherche sur les collections extra européennes des musées de France.

Haut de page

Notes

1 L’objet a été acquis en 1947 par le Musée du l’Homme, suite à un don de George Wildenstein. Le site est décrit sommairement comme « a stone grave », près de Nashville.

2 Pour un examen de cette question : William H. Marquardt & Laura Kozuch, « The Lightning Whelk: An enduring Icon of Southeastern North American Spirituality », Journal of Anthropological Archaeology, no 42, 2016, p. 1-26.

3 George E. Lankford, F. Kent Reilly & James F. Garber (dir.), Visualizing the Sacred. Cosmic Visions, Regionalism, and the Art of the Mississippian World, Austin, University of Texas Press, 2011.

4 David Arbesú, « La crónica de Juan de Paiva sobre el juego de pelota en Apalache », Anuario de Estudios Americanos, 74-2, 2017, p. 733-760 ; John R. Swanton, Myths and Tales of the Southeastern Indians, Washington D.C., Government Printing Office (Bulletin of the Bureau of American Ethnology, Smithsonian Institution, 88), 1929.

5 Les jeux de balle, à une ou deux raquettes étaient diffusés dans toute l’Amérique du Nord. Dans le Sud-Est, ils confinent explicitement à la guerre – une guerre à peine régulée entre alliés potentiels : Haas Mary R., « Creek Inter-Town Relations », American Anthropologist, 42-3, 1940, p. 479‑89.

6 Emmanuel Désveaux, « Panthères abyssales et anaconda primordial », Journal de la Société des Américanistes, 75-1, 1989, p. 115‑127.

7 Benjamin Balloy, « Procession, progression. Périodicité, mythes et hiérarchie dans l’organisation sociale des Muscogee (Creek) au xviiie siècle (Alabama, États-Unis), thèse de doctorat, EHESS, 2019.

8 Timothy R. Pauketat, Ancient Cahokia and the Mississippians, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Dans le cadre de sa mission de grand département pour les arts d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie, le musée du quai Branly – Jacques Chirac soutient la recherche sur les collections extra européennes des musées de France.
URL http://journals.openedition.org/terrain/docannexe/image/22235/img-2.png
Fichier image/png, 7,2k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin BALLOY, « La spirale interprétative d’un serpent mississippien »,Terrain, 75 | 2021, 196-203.

Référence électronique

Benjamin BALLOY, « La spirale interprétative d’un serpent mississippien », Terrain [En ligne], 75 | septembre 2021, mis en ligne le 09 octobre 2021, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/terrain/22235 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terrain.22235

Haut de page

Auteur

Benjamin BALLOY

Musée du quai Branly – Jacques Chirac/Mondes Américains (CENA)Ingénieur agronome, anthropologue et historien, Benjamin Balloy est chargé de recherche au CNRS. Ses travaux portent sur les pratiques politiques et le phénomène hiérarchique dans les sociétés amérindiennes d’Amérique du Nord, pour la période des xvie-xixe siècles. Après une thèse à l’EHESS sur l’organisation sociale des Muscogee (Creek) au xviiie siècle, il a été chercheur postdoctorant au Musée du quai Branly – Jacques Chirac en 2019-2020.

Haut de page
  • Logo INSHS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search