Navigation – Plan du site

AccueilNuméros75PortfoliosRire face à la mort

Portfolios
Rire face à la mortInformations sur cette image
Crédits : © MUSEO NACIONAL DE ARQUEOLOGÍA, ANTROPOLOGÍA E HISTORIA DEL PERÚ. INV. NO C-64864

Rire face à la mort

Étreintes liminales dans la culture visuelle mochica
Steve BOURGET
p. 162-181

Résumé

L’iconographie Mochica (0-800 apr. J.-C.) de par sa richesse et son style a séduit de nombreux spécialistes et chercheurs de tous genres. Dans cette production foisonnante, les scènes dites érotiques constituent un corpus apparemment distinct et irrésistible. Elles ont souvent été traitées isolément au détriment de l’ensemble de cette culture visuelle. Le but de cette courte incursion est de les replacer au sein de ce système complexe et par le fait même, de démontrer qu’elles contribuent à instruire les concepts les plus fondamentaux de la pensée symbolique Mochica.


Haut de page

Texte intégral

« La Mort nous sourit à tous, mais tout ce qu’un homme peut faire c’est de lui sourire en retour »
Marcus Aurelius

1Les céramiques à caractère sexuel sont parmi l’une des créations rituelles les plus intrigantes du Pérou ancien. À l’instar des spectaculaires hauts-reliefs des temples hindous de Khajurâho, ces représentations explicites d’activités sexuelles ont titillé l’imagination des chercheurs et fait couler beaucoup d’encre depuis plus d’un siècle. Largement produites par la culture mochica, elles appartiennent à un système symbolique beaucoup plus vaste, créé par une classe dirigeante dans le but de disséminer les valeurs de cette dernière au sein d’une société hiérarchisée en plein développement.

2Ces scènes suggestives illustrent une contradiction inhérente à la condition humaine, celle du rapport entre la vie que nous possédons et qui nous entoure, et la mort inéluctable qui nous attend. Comment concilier l’événement le plus fondamental de l’existence humaine, qui semble s’inscrire dans un processus linéaire naissance – vie – mort et un ordre cosmologique cyclique où tout revient ou se régénère ? La réponse proposée par les Mochica à ce problème existentiel est peut-être de forcer rituellement et ontologiquement l’existence à se conformer au cosmos, d’élaborer à renfort d’éléments symboliques un processus cyclique entre la naissance, la vie, la mort et l’après-mort. Ceci s’accomplit apparemment par la création d’une dialectique complexe entre des humains et des êtres aux attributs surnaturels (non-humains) et par des actions rituelles qui mènent à des actes sacrificiels.

  • 1 Walter Alva & Christopher B. Donnan, Royal Tombs of Sipán, Los Angeles, Fowler Museum of Cultural H (...)

3La culture mochica, société sans écriture ou économie de marché définie, s’est épanouie le long de la côte nord du Pérou entre le premier et le huitième siècle de notre ère. À son apogée autour des Ve et VIe siècles, elle aurait occupé près de 600 kilomètres de littoral côtier, de la vallée de Piura tout au nord, à la vallée de Huarmey, à l’extrême sud. Dans chacune des quelque douze vallées où sa présence a été documentée, les fouilles archéologiques ont mis au jour de vastes aires domestiques, des ensembles cérémoniels, des palais et des plateformes funéraires contenant quelques fois des tombes spectaculaires comme celles du site de Sipán dans la vallée de Lambayeque, ou celle du Seigneur d’Ucupe du site de Huaca el Pueblo dans la vallée de Zaña1.

  • 2 Herbert H. Jr. Eling, « Pre-Hispanic Irrigation Sources and Systems in the Jequetepeque Valley, Nor (...)

4Jouissant des abondantes ressources maritimes du Pacifique et architectes de systèmes d’irrigation sophistiqués permettant la mise en culture de vastes étendues de désert côtier2, les Mochicas ont prospéré et, sur les bases laissées par leurs prédécesseurs, ont développé la plus complexe société du Pérou ancien de cette époque. Leur succès social est largement redevable à une économie agricole reposant sur la culture de plusieurs plantes majeures – dont le maïs, la courge, la pomme de terre et la fève –, couplée aux abondantes protéines animales extraites du milieu aquatique ou obtenues par l’élevage et la chasse.

  • 3 Voir Elizabeth P. Benson, The Mochica: A Culture of Peru, Londres, Praeger, 1972 et The Worlds of t (...)

5L’un des aspects les plus connus et les plus étudiés de la culture mochica est certainement son système symbolique de représentation3. L’iconographie mochica est unique dans les Andes anciennes par sa diversité, son originalité et sa complexité. Ce système de représentation se retrouve inscrit, sculpté, gravé ou peint sur divers supports, dont la terre cuite, le textile, le bois, la pierre, le métal, l’argile et même la peau.

6De tous ces supports, la céramique rituelle – dont la vocation principale était largement funéraire – est certainement le médium le plus riche et le plus explicite en données iconographiques. La majorité de celles-ci se rapporte à un groupe précis de thèmes incluant des activités de chasse et de combat, toutes deux hautement ritualisées et interreliées, de nombreuses formes de sacrifice humain mais aussi animal et des activités connexes impliquant des êtres aux attributs surnaturels ou des individus de haut rang. Ces activités sont pour la plupart également représentées dans les scènes sexuelles, où s’articulent les types d’actes et les thèmes symboliques. Afin de faire une étude productive de l’iconographie mochica, il faut la considérer comme un système complexe, réticulaire, ou ces divers éléments et thèmes sont finement reliés entre eux.

  • 4 Steve Bourget, Sex, Death and Sacrifice in Moche Religion and Visual Culture, Austin, The Universit (...)

7Une étude antérieure de cette iconographie a conduit à la définition de quatre grands types de sujets ou d’acteurs4. Chacun d’eux peut être représenté de façon isolée ou interagissant dans des scènes complexes.

  • 5 Fig.1 : Scène de fellation forcée entre un homme assis sur un dais et une femme agenouillée devant (...)

8Le premier type consiste en des êtres humains et des animaux représentés de façon naturelle. Toutes les activités représentées sont susceptibles d’être pratiquées par des humains : le combat, le sacrifice, la chasse, la pêche, la course, la danse et bien sûr, les actes sexuels Fig. 15. Les actions prédominantes, à partir desquelles découlent la plupart des autres, sont de loin celles du combat rituel et du sacrifice humain.

  • 6 Fig 2 : Un individu squelettique tenant une flûte de Pan. Le côté gauche de la statue dévoile une a (...)
  • 7 Fig.3 : Vase portrait d’un homme borgne. Un œil qui voit et un œil énucléé (qui ne peut plus voir) (...)
  • 8 Fig.4 : Personnage féminin embrassant et masturbant un être squelettique. Des vases funéraires sont (...)

9Le deuxième type dépeint des êtres que nous considérons comme transitionnels : des individus au visage mutilé, le squelette-singe Fig. 26, une personne borgne Fig. 37, des individus avec un seul ou deux pieds manquants et des êtres squelettiques. Ce groupe est réservé à une série d’activités relativement spécifiques qui se déroulent en relation au sacrifice humain ou aux rituels funéraires Fig. 48. Ces sujets peuvent être impliqués dans la préparation d’un cercueil, le transport d’offrandes funéraires, la musique et la danse. Ils sont également largement représentés dans les scènes à caractère sexuel.

10Le troisième type est constitué par des animaux, des plantes et même des objets auxquels des éléments anthropomorphes ont été ajoutés. Pour les objets en particulier, ces éléments humains, habituellement des jambes et des bras, leur permettent d’accomplir leurs tâches sans l’aide d’agents humains.

  • 9 Fig.5 : Être à crocs copulant avec une femme. © MUSEO LARCO, LIMA, PÉROU. INV. NO ML-004364 https:/ (...)

11Le quatrième et dernier type correspond à des individus de forme humaine possédant des caractéristiques physiques variables mais globalement très similaires. Ils ont toujours des crocs saillants dans la bouche, quelquefois une sorte de ceinture en forme de serpent-renard, un visage ridé et d’autres attributs d’apparence non naturelle (surnaturelle) comme de larges yeux, les pupilles regardant fixement vers le haut et des arcades sourcilières très proéminentes Fig. 59. Le sujet que l’on appelle « l’être à crocs » est probablement le plus représentatif de ce groupe.

12Tous ces types d’acteurs et les activités auxquelles ils participent peuvent être traités séparément ou apparaître ensemble dans une même scène. Cette fluidité entre les thèmes et les types de sujets démontre bien que la culture visuelle mochica forme un tout destiné essentiellement à transmettre les valeurs dominantes, voire idéologiques, des architectes de cette production symbolique. Celle-ci est structurée selon une logique interne dans un système unifié où les actes sexuels obéissent aux mêmes principes organisationnels que les autres activités. Ils rapportent donc, selon diverses modalités, aux préoccupations prépondérantes d’une iconographie du pouvoir et du monde symbolique articulée autour de la reproduction au sens large, de la mort, du combat rituel et du sacrifice humain.

  • 10 Steve Bourget, Sacrifice, Violence and Ideology in the Rise of Social Complexity: The Moche from An (...)

13L’iconographie mochica donne à voir, de façon imagée, plusieurs aspects fondamentaux de cette idéologie : la dualité symbolique, la divinisation du pouvoir et des dirigeants, l’écologie rituelle comprenant la géographie sacrée, l’ancienneté, l’étranger et la violence rituelle incluant le combat ritualisé et le sacrifice humain10. Ces éléments s’imbriquent finement dans l’iconographie pour former un tout, permettant de définir une certaine ontologie du pouvoir. Les scènes à caractère sexuel comprennent ainsi tous ces éléments à des degrés divers, même si elles sont largement dominées par la dualité symbolique et la violence rituelle.

14La dualité est certainement la dimension la plus structurante de toute l’organisation symbolique mochica. On la retrouve clairement exprimée dans les principes de géographie sacrée ordonnant l’espace de façon verticale entre l’air, la terre et la mer et, horizontalement, selon les orientations cardinales sud-nord, est-ouest. Ces principes organisationnels de l’espace se retrouvent aussi bien dans l’arrangement spatial et le programme décoratif des ensembles architecturaux que dans l’orientation des tombes et la déposition des corps et des offrandes à l’intérieur de celles-ci. Il suffit de poser un regard sur l’architecture, les performances rituelles représentées, les contextes sacrificiels ou funéraires, l’iconographie dans son ensemble, ou les regalia de l’élite pour en trouver des témoignages patents, complexes et détaillés. Cette dualité peut prendre de nombreuses formes : des motifs reliés aux couleurs contrastées sur les peintures murales ou sur les vases, des paires de protagonistes similaires ou aux activités connectées, des rapports plus subtils encore entre des sujets animaux, des êtres humains ou des êtres aux attributs surnaturels divers se rapportant à la transition vie-mort, humain-animal, ou aux conditions climatiques normales et pendant l’occurrence d’El Niño, et ainsi de suite.

  • 11 Fig. 6 : Scène de copulation entre deux félins-batraciens. Leurs corps sont ornés de plantes cultiv (...)
  • 12 Fig. 7 : Copulation anale entre un homme et une femme mi-humaine, mi-mammifère. © MUSEO LARCO, LIMA (...)
  • 13 Fig.4 : Personnage féminin embrassant et masturbant un être squelettique. Des vases funéraires sont (...)

15Puisque l’iconographie mochica forme un tout, la plupart des scènes ou activités à caractère sexuel obéissent aux règles de cette dualité symbolique et traitent des rapports entre la vie et la mort (après-vie ?), ou entre la capture du combattant et le moment de son sacrifice. Exemple simple de dualité, dans cet acte de copulation qui rappelle plutôt la position adoptée par des humains, deux batraciens-félins sont dépeints dans des couleurs contrastées Fig. 611. Le jeu des dualités se poursuit autrement dans cette scène de sodomie, où le couple prend cette fois-ci la position d’accouplement habituellement réservée aux mammifères non-humains Fig. 712. De plus, les membres de la femme se transforment en ceux d’un quadrupède exprimant ainsi une double-dualité entre l’humain et l’animal et entre la copulation anale (humain) et vaginale (animal). Dans les scènes impliquant une femme et un être squelettique, celle-ci est toujours peinte en rouge tandis que son partenaire est de couleur blanchâtre, sauf son pénis en érection qui est systématiquement peint en rouge, illustrant ainsi, non seulement la couleur des os et celle de la peau, mais surtout le rapport entre la vie (rouge) et la mort (blanc) Fig. 413.

  • 14 Fig.5 : Être à crocs copulant avec une femme. © MUSEO LARCO, LIMA, PÉROU. INV. NO ML-004364 https:/ (...)

16La dualité se poursuit également, et peut-être de façon plus importante pour comprendre le sens de ces représentations, entre les sortes d’actes sexuels représentés et les types de sujets impliqués dans ceux-ci. Tous les actes qui ne peuvent pas – dans l’absolu du moins – mener à la procréation (masturbation, sodomie, fellation), sont accomplis par des hommes impliqués dans les combats rituels et le sacrifice humain, ou des êtres masculins partiellement squelettiques. Presque toutes les scènes de copulation reproductive, c’est-à-dire celles qui illustrent explicitement une pénétration vaginale, sont accomplies entre une femme et un individu possédant des attributs surnaturels (crocs dans la bouche, ceinturon à têtes de serpent) et des animaux reliés au complexe guerrier et sacrificiel tel que le renard et la chauve-souris vampire. Par exemple, cette jarre prend la forme d’un être à crocs copulant avec une femme qu’il saisit fermement par la chevelure Fig. 514. La coupe de cheveux qu’elle arbore et le geste de capture par la chevelure se rapportent directement dans d’autres scènes à la capture du combattant défait et de son éventuel sacrifice dans la séquence du combat rituel. Il est probable que cette représentation vise à établir une relation entre l’acte de copulation reproductif et l’acte sacrificiel, qui a pour but également d’assurer, dans un rapport dialectique entre les humains et les entités aux attributs surnaturels (divins), une certaine forme de fertilité.

17Ces dualités, entre les types d’acteurs et les activités posées, inscrivent les actions humaines, qu’elles soient sexuelles, sacrificielles ou autres, dans la dualité visible du monde, le jour et la nuit, le mouvement des corps célestes, le changement des saisons, etc. Elles permettent d’imposer un ordre cyclique, en apparence naturel, à une situation de l’expérience humaine qui relève d’un temps perceptiblement linéaire lié à notre vision du passé, du présent et de notre projection dans le futur.

  • 15 Steve Bourget, Sacrifice, op. cit., 2016 et Christopher B. Donnan, op. cit., 2010.

18Avec la dualité symbolique, la violence rituelle est l’autre élément central de l’idéologie mochica. Elle se manifeste de plusieurs façons. Les animaux qui figurent au premier rang des insignes du pouvoir comme le hibou, l’araignée et même le poulpe, sont représentés pratiquant la capture, la décapitation, ou la mise à mort par écoulement sanguin de la proie. C’est également le cas des êtres aux attributs surnaturels, tels que l’être à crocs, dont la décapitation est le marqueur principal de leur fonction. La violence est plus détaillée lorsqu’elle concerne des humains en s’inscrivant dans une séquence d’actes rituels très précis qui comportent jusqu’à cinq étapes distinctes : 1) l’affrontement guerrier ritualisé, 2) la capture du vaincu (souvent par la chevelure), 3) la transformation de celui-ci en victime sacrificielle par sa mise à nu, 4) le sacrifice et dans certains cas, 5) l’échange de son sang recueilli dans une coupe entre des individus de haut rang15. L’imagerie sexuelle puise directement dans cet aspect du système symbolique et rituel et établit une dualité entre les actes sexuels non reproductifs et les copulations reproductives. L’établissement d’une telle dualité entre la copulation vaginale et les autres formes d’activités sexuelles ne relève pas de la part de l’analyste d’une considération arbitraire entre ces deux types d’activité sexuelle, mais dans la nature même des acteurs impliqués.

  • 16 Fig. 8 : Vase à libation d’un homme assis sur un dais exhibant un pénis en érection disproportionné (...)
  • 17 Fig. 9 : Scène de sexe anal. © MUSEO LARCO, LIMA, PÉROU. INV. NO ML-004223 - https://www.museolarco (...)
  • 18 Fig. 10 : Bouteille dont le goulot prend la forme d’un pénis anthropomorphe. © MUSEO LARCO, LIMA, P (...)

19En effet, les hommes engagés dans les actes non vaginaux, que l’on pourrait qualifier de non reproducteurs, appartiennent au groupe des combattants rituels, ceux qui sont enrôlés dans les combats menant au sacrifice humain. Dans les scènes sexuelles, ils sont représentés dans ce moment de transition – liminal – entre leur capture et leur éventuel sacrifice. L’indice le plus probant de ce statut liminaire et de ce moment du rituel sacrificiel, est que tous les hommes impliqués dans les actes sexuels possèdent de longues chevelures enchâssées dans un genre de fichu complété par un serre-tête Fig. 1, 3, 7, 8. Les ornements d’oreille tubulaires portés par cet homme exhibant une érection plutôt spectaculaire sont un élément décoratif complémentaire appartenant aux attributs vestimentaires des combattants rituels Fig. 816. Un autre indice indiquant que ces scènes appartiennent à ce stade du combat rituel qui mène au sacrifice, est visible sur le visage de l’homme impliqué dans cet acte de sodomie Fig. 917. Le nez et le menton sont couverts d’un engobe plus foncé afin de symboliser le sang qui s’écoule après un coup porté au visage. Le nez qui saigne abondamment et la main dirigée vers celui-ci afin de recueillir ce sang sont des éléments additionnels fréquemment représentés lors du moment de la capture. Ils font office de prélude au sang qui sera obtenu par le tranchement de l’artère carotide et qui sera offert lors du sacrifice. Sur la base de ces informations, cette intrigante sculpture qui représente un pénis anthropomorphe en érection surgissant d’un vagin peint sur la bouteille prend alors tout son sens Fig. 1018 : la tête du pénis adopte la forme de la tête du combattant rituel, incluant les ornements d’oreille tubulaires caractéristiques. Doté d’un seul bras droit, le pénis-guerrier porte la main à son nez afin de signifier le sang qui se répand lors du coup porté durant la capture. De plus, puisque tous les pénis représentés dans l’iconographie sont apparemment circoncis, il est possible que le sang écoulé lors de l’ablation du prépuce soit symboliquement associé au sacrifice humain par écoulement sanguin. Cette thèse des hommes en tant que personnages liminaux est renforcée par la présence d’êtres partiellement squelettiques ou décharnés que l’on retrouve aussi bien dans les actes sexuels que sacrificiels.

20Je terminerai en soulignant un aspect qui illustre peut-être, par le rire de la mort et l’humour des vivants, la plus transcendantale dualité mochica. Humour transgressif face à l’inéluctable, rictus plus que sourire. Celui-ci n’appartient qu’aux humains, comme celui arboré par « le Clinton », surnommé ainsi avec humour par les membres du projet archéologique des Huacas de Moche. Mais la Mort aura toujours l’exclusivité du rire.

  • 19 Fig. 11 : Sculpture représentant une scène de fellation. La tête du personnage féminin est amovible (...)
  • 20 Fig. 12 : Victime attachée sur un carcan sacrificiel. © MUSEO LARCO, LIMA, PÉROU. INV. NO ML-001478 (...)
  • 21 Fig. 13 : Vase portrait. © MUSEO NACIONAL DE ARQUEOLOGÍA, ANTROPOLOGÍA E HISTORIA DEL PERÚ. INV. NO (...)

21L’homme assis sur un dais Fig. 1119, comme ceux de la première et de la huitième figures, exhibe tous les attributs du combattant rituel : la tunique bicolore au motif en escalier, le fichu enveloppant la chevelure et les ornements d’oreille tubulaires. Il montre de la main gauche le poing refermé qui symbolise la capture de la victime sacrificielle. Son sourire est contraint, sardonique, car il sait que derrière ses lèvres se cache le vrai sourire qui se révélera lors du sacrifice. Cette extraordinaire scène de sacrifice humain expose admirablement et dans ce cas-ci, littéralement à gorge déployée, l’hilarité de la mort Fig. 1220. Sur un carcan sacrificiel en forme de « V » est attachée une victime à laquelle on a décollé et retiré la peau du visage. Un vautour noir (Coragyps atratus) lui perce l’œil droit, ce qui rappelle le borgne de la troisième figure. La dualité vie-mort est ici magnifiquement exprimée : sous la peau du visage d’un vivant – de ce masque qu’on a retiré – se dévoile le rire sans équivoque, le rire franc de la mort. Cette dualité absolue, celle qui nous attend tous, est clairement visible sur cet étonnant vase portrait Fig. 1321. Il combine à la fois le visage d’un vivant au sourire sardonique et, par la forme de la tête aux orbites sans yeux, le crâne hilare de la mort. Ce thème indique que chez les Mochicas, la vie ne tient qu’à l’épaisseur de la peau, il suffit de la retirer pour retrouver la mort qui est en dessous et qui les (nous) attend (tous).

Haut de page

Notes

1 Walter Alva & Christopher B. Donnan, Royal Tombs of Sipán, Los Angeles, Fowler Museum of Cultural History, University of California, 1993. Et Steve Bourget, Les rois mochica : divinité et pouvoir dans le Pérou ancien, Paris, MEG Musée d’ethnographie de Genève – Somogy Éditions d’Art, 2014.

2 Herbert H. Jr. Eling, « Pre-Hispanic Irrigation Sources and Systems in the Jequetepeque Valley, Northern Peru », in Ramiro Matos M., Solvieg A. Turpin & Herbert H. Eling, J.R. (dir.), Andean Archaeology: Papers in Memory of Clifford Evans, Los Angeles, Monograph XXVII Institute of Archaeology, University of California, 1986, p. 130-149.

3 Voir Elizabeth P. Benson, The Mochica: A Culture of Peru, Londres, Praeger, 1972 et The Worlds of the Moche on the North Coast of Peru, Austin, The University of Texas Press, 2012; Christopher B. Donnan, Moche Art of Peru: Pre-Columbian Symbolic Communication, University of California, Museum of Cultural History, Los Angeles, 1978 et « Moche State Religion », in Jeffrey Quilter & Luis Jaime Castillo (dir.), New Prespectives on Moche Political Organization, Washington, D.C., Studies in Pre-Columbian Art and Archaeology, Dumbarton Oaks Research Library and Collections, 2010; Anne Marie Hocquenghem, Iconografía Mochica, Lima, Fondo Editorial de la Pontificia Universidad Católica del Perú, 1987.

4 Steve Bourget, Sex, Death and Sacrifice in Moche Religion and Visual Culture, Austin, The University of Texas Press, 2006.

5 Fig.1 : Scène de fellation forcée entre un homme assis sur un dais et une femme agenouillée devant lui. Le banc souligne le statut élevé de l’homme et la longue chevelure enchâssée dans un fichu indique son appartenance aux combattants rituels. © MUSEO NACIONAL DE ARQUEOLOGÍA, ANTROPOLOGÍA E HISTORIA DEL PERÚ. INV. NO C-64864 - https://mnaahp.cultura.pe/

6 Fig 2 : Un individu squelettique tenant une flûte de Pan. Le côté gauche de la statue dévoile une articulation de l’omoplate très particulière et la queue d’un singe. Paradoxe ultime, le squelette-singe tient un instrument à vent qu’il ne peut utiliser puisque dépourvu de lèvres. © MUSEO DE ARQUEOLOGÍA, ANTROPOLOGÍA E HISTORIA, UNIVERSIDAD NACIONAL DE TRUJILLO. INV. NO U-3219

7 Fig.3 : Vase portrait d’un homme borgne. Un œil qui voit et un œil énucléé (qui ne peut plus voir) est une façon assez courante de symboliser la dualité dans l’art mochica. © MUSEO HUACAS DE MOCHE, TRUJILLO, PEROU. INV. NO PT-002

8 Fig.4 : Personnage féminin embrassant et masturbant un être squelettique. Des vases funéraires sont disposés près du couple et au-dessus d’un motif en escalier. © MUSEO NACIONAL DE ARQUEOLOGÍA, ANTROPOLOGÍA E HISTORIA DEL PERÚ. INV. NO C-01701 https://mnaahp.cultura.pe/

9 Fig.5 : Être à crocs copulant avec une femme. © MUSEO LARCO, LIMA, PÉROU. INV. NO ML-004364 https://www.museolarco.org/catalogo/ficha.php?id=4364

10 Steve Bourget, Sacrifice, Violence and Ideology in the Rise of Social Complexity: The Moche from Ancient Peru. Austin, The University of Texas Press, 2016.

11 Fig. 6 : Scène de copulation entre deux félins-batraciens. Leurs corps sont ornés de plantes cultivées. MUSEO NACIONAL DE ARQUEOLOGÍA, ANTROPOLOGÍA E HISTORIA DEL PERÚ. INV. NO C-01751- https://mnaahp.cultura.pe/

12 Fig. 7 : Copulation anale entre un homme et une femme mi-humaine, mi-mammifère. © MUSEO LARCO, LIMA, PÉROU. INV. NO ML-004217 - https://www.museolarco.org/catalogo/ficha.php?id=4217

13 Fig.4 : Personnage féminin embrassant et masturbant un être squelettique. Des vases funéraires sont disposés près du couple et au-dessus d’un motif en escalier. © MUSEO NACIONAL DE ARQUEOLOGÍA, ANTROPOLOGÍA E HISTORIA DEL PERÚ. INV. NO C-01701 https://mnaahp.cultura.pe/

14 Fig.5 : Être à crocs copulant avec une femme. © MUSEO LARCO, LIMA, PÉROU. INV. NO ML-004364 https://www.museolarco.org/catalogo/ficha.php?id=4364

15 Steve Bourget, Sacrifice, op. cit., 2016 et Christopher B. Donnan, op. cit., 2010.

16 Fig. 8 : Vase à libation d’un homme assis sur un dais exhibant un pénis en érection disproportionné. © MUSEO NACIONAL DE ARQUEOLOGÍA, ANTROPOLOGÍA E HISTORIA DEL PERÚ. INV. NO C-1724

17 Fig. 9 : Scène de sexe anal. © MUSEO LARCO, LIMA, PÉROU. INV. NO ML-004223 - https://www.museolarco.org/catalogo/ficha.php?id=4223

18 Fig. 10 : Bouteille dont le goulot prend la forme d’un pénis anthropomorphe. © MUSEO LARCO, LIMA, PÉROU. INV. NO ML-004356 -https://www.museolarco.org/catalogo/ficha.php?id=4356

19 Fig. 11 : Sculpture représentant une scène de fellation. La tête du personnage féminin est amovible. © MUSEO HUACAS DE MOCHE, TRUJILLO, PEROU. INV. NO PT-006

20 Fig. 12 : Victime attachée sur un carcan sacrificiel. © MUSEO LARCO, LIMA, PÉROU. INV. NO ML-001478 - https://www.museolarco.org/catalogo/ficha.php?id=1478

21 Fig. 13 : Vase portrait. © MUSEO NACIONAL DE ARQUEOLOGÍA, ANTROPOLOGÍA E HISTORIA DEL PERÚ. INV. NO C-63153

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Steve BOURGET, « Rire face à la mort »,Terrain, 75 | 2021, 162-181.

Référence électronique

Steve BOURGET, « Rire face à la mort », Terrain [En ligne], 75 | septembre 2021, mis en ligne le 09 octobre 2021, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/terrain/22314 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terrain.22314

Haut de page

Auteur

Steve BOURGET

Steve Bourget est responsable des collections Amériques au musée du quai Branly — Jacques Chirac. Archéologue de formation, il a conduit de nombreuses saisons de fouilles archéologiques sur des sites cérémoniels de la côte nord du Pérou. Il est également spécialisé dans les systèmes symboliques de représentation de la culture mochica. Ses plus récentes publications incluent : Sacrifice, Violence and Ideology Among the Moche: The Rise of Social Complexity in Ancient Peru (University of Texas Press, 2016) et Les rois mochica : divinité et pouvoir dans le Pérou ancien (Somogy, 2014).

Haut de page
  • Logo INSHS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search