Navigation – Plan du site

AccueilNuméros76MuséoDes patients au travail

Muséo

Des patients au travail

Derrière les murs de l’asile dans le Vietnam colonial
Claire EDINGTON
Traduction de Christine LANGLOIS
p. 182-189
Traduction(s) :
Psychiatric patients at work

Résumé

Dans le Vietnam colonial, les asiles psychiatriques étaient conçus comme de grandes colonies agricoles, où les patients devaient travailler la terre sur le chemin de la guérison et d’une éventuelle libération. Cet article traite du rôle du travail comme une forme de thérapie pour les patients de l’asile, et de la façon dont les experts psychiatriques français étaient constamment entraînés dans des réseaux plus larges de soins et d’économie, déplaçant ainsi l’attention de l’asile lui-même vers le monde au-delà de ses murs.

Haut de page

Texte intégral

À l’asile des aliénés : le tressage des nattes, Anonyme, Biên Hòa, 1920‐1929

Donation du Haut commissariat de France pour l’Indochine

© MUSÉE DU QUAI BRANLY – JACQUES CHIRAC, N° DE GESTION : PV0006776 https://www.quaibranly.fr/​fr/​explorer-les-collections/​base/​Work/​action/​show/​notice/​584454-asile-des-alienes/​page/​1/​

1Cette photographie a été prise à l’asile de Biên Hòa, situé près de Saïgon, dans la décennie suivant son ouverture en 1919. Après la Première Guerre mondiale, le Service de santé de l’Indochine avait progressivement étendu son champ d’action, de campagnes contre les maladies épidémiques à des projets axés sur la santé maternelle et infantile et à l’organisation d’un programme d’assistance rurale. L’extension, par la suite, aux soins de santé mentale a notamment résulté des pressions locales pour répondre à la présence de plus en plus importante des maladies mentales, en particulier dans les centres urbains à la croissance rapide. Le programme d’assistance psychiatrique en Indochine va croître avec la création d’un réseau de services psychiatriques de jour dans les grands hôpitaux, et l’ouverture d’un deuxième asile dans le nord, près de Hanoï, en 1934. L’Indochine dans les années 1930 est saluée par les observateurs internationaux pour avoir fait les « efforts les plus sérieux » de réforme de la santé mentale de tout l’empire français.

  • 1 Cet article est basé sur une recherche effectuée pour mon livre Beyond the Asylum : Mental Illness (...)

2Comme en France, les malades mentaux entraient généralement à l’asile de deux façons. Soit leur placement était requis par les autorités administratives (après avoir été interpellés pour vagabondage ou pour des actes criminels violents), soit il était initié par la famille du patient. Pour de nombreux foyers vietnamiens mis à mal par les grands bouleversements économiques et sociaux subis sous la domination coloniale française, prendre soin d’un membre de la famille malade, souvent perturbateur, était devenu de plus en plus lourd. Les patients de l’asile en Indochine — une population restée majoritairement vietnamienne et masculine — étaient diagnostiqués comme souffrant de diverses formes de paranoïa, de dépression, de manie, de confusion mentale et de schizophrénie (démence précoce), ainsi que de troubles nerveux comme l’épilepsie et de maladies psychopathiques causées par des addictions à l’alcool et à l’opium ou par des complications neurologiques de la syphilis1.

L’entrée et La cour de l’Asile des aliénés, Biên Hòa, 1920‐1929

Donation du Haut commissariat de France pour l’Indochine

© MUSÉE DU QUAI BRANLY – JACQUES CHIRAC, N° DE GESTION PV0017565, https://www.quaibranly.fr/​fr/​explorer-les-collections/​base/​Work/​action/​show/​notice/​562937-asile-des-alienes/​page/​1/​

La cour de l’Asile des aliénés, Biên Hòa, 1920‐1929

Donation du Haut-commissariat de France pour l’Indochine

© MUSÉE DU QUAI BRANLY – JACQUES CHIRAC, N° DE GESTION PV0006777, https://www.quaibranly.fr/​fr/​explorer-les-collections/​base/​Work/​action/​show/​notice/​573911-asile-des-alienes/​page/​1/​

  • 2 Claire Edington & Hans Pols, « Building Psychiatric Expertise Across Southeast Asia : Study Trips, (...)

3Premier asile ouvert en Indochine, Biên Hòa était organisé comme une grande colonie agricole, où les patients travaillaient la terre pour aider à leur guérison et à une éventuelle sortie. L’utilisation du travail thérapeutique pour les patients de l’asile était inspirée par les idéaux français liés à la vie rurale, par les réformes sociales en cours, mais aussi par les expériences néerlandaises dans des colonies agricoles à Java, où des psychiatres français avaient effectué une série de voyages d’études au début du xxe siècle2. À l’exception partielle de Madagascar, l’Indochine a été la seule colonie française (et le seul autre territoire colonial en Asie) à suivre l’exemple hollandais en adoptant le travail des patients comme principe central d’organisation des soins aux aliénés. Pour les psychiatres coloniaux, les colonies agricoles permettaient non seulement « une hygiène cérébrale » et l’acquisition d’une discipline par le travail physique, mais aussi une sorte de rééducation morale. Même pour les malades sans aucun espoir de guérison, les psychiatres pensaient que se rapprocher des habitudes de la vie ordinaire aurait un effet apaisant.

4En simulant la liberté et une vie « normale », l’asile en tant que colonie agricole projetait un ordre colonial idéalisé, fondé sur la continuité entre la discipline de l’ordre institutionnel et la vie sociale. Ceci se reflétait dans la conception de l’institution elle-même — y compris dans la ségrégation raciale explicite de la population des patients au sein de l’asile — mais aussi dans les régimes d’autodiscipline et d’industrie qui étaient enseignés aux patients vietnamiens comme un aspect essentiel de la thérapie par le travail. Au nom de la promotion du bien-être psychiatrique, près d’un tiers des patients travaillaient à des tâches diverses : de la récolte du riz et des légumes pour les repas à la construction et à la peinture de nouveaux pavillons, de la lessive et la couture des vêtements des patients à la confection de paniers, au décorticage du riz, à la fabrication de briques et à la production de latex à partir d’hévéas cultivés sur les terrains de l’asile.

Moulin à décortiquer le riz, Biên Hòa, 1920‐1929

Donation du Haut-commissariat de France pour l’Indochine

© MUSÉE DU QUAI BRANLY – JACQUES CHIRAC, N° DE GESTION PV0006774, https://www.quaibranly.fr/​fr/​explorer-les-collections/​base/​Work/​action/​show/​notice/​584451-asile-des-alienes/​page/​1/​

Décorticage du riz au pilon, Biên Hòa, 1920‐1929

Donation du Haut-commissariat de France pour l’Indochine

© MUSÉE DU QUAI BRANLY – JACQUES CHIRAC, N° DE GESTION PV0006775, https://www.quaibranly.fr/​fr/​explorer-les-collections/​base/​Work/​action/​show/​notice/​584452-asile-des-alienes/​page/​1/​

  • 3 Les patients européens ne travaillaient pas, de même que les membres de l’élite vietnamienne qui vi (...)

5Les asiles coloniaux étaient ancrés dans les économies locales et régionales, définissant de ce fait le type de travail que les patients effectuaient (comme l’exploitation des arbres à caoutchouc et la production de latex sur les terres de l’asile) et son intégration dans les régimes quotidiens de soins et de surveillance. Le recours à cette main-d’œuvre gratuite assurait la solvabilité financière des institutions3. Sur cette photographie, on peut voir des ouvriers-patients confectionner des nattes en paille. Ils étaient supervisés par un gardien vietnamien, très probablement un ancien patient. Ce qu’on ne voit pas sur cette image, c’est la série de mesures persuasives et coercitives mises en place par les directeurs d’asile — des primes monétaires aux paquets de cigarettes — pour encourager ces patients à travailler. La productivité économique a joué un rôle primordial dans la promotion constante du travail en tant que thérapie tout au long de l’entre-deux-guerres pendant lequel la situation budgétaire coloniale s’aggravait du fait de la dépression économique mondiale. Le travail des patients s’est ainsi avéré vital pour maintenir ces institutions à flot.

  • 4 Voir « Nouvelles - Une révolte à la colonie agricole de Chezal-Benoit », L’Informateur des aliénist (...)
  • 5 Trung Tâm Lưu Trữ Quốc Gia II (TTLTQG-II), Vietnam National Archives Centre II, Hồ Chí Minh City, G (...)

6Tout en reconnaissant les avantages financiers de cette pratique, les directeurs d’asile ne manquaient pas de souligner régulièrement et avec beaucoup d’énergie que le travail des patients avait d’abord et avant tout des visées médicales et qu’il était basé sur le volontariat. Toutefois, leur insistance montre aussi leur sensibilité aux accusations de mauvais traitements. Ils connaissaient sûrement les pressions auxquelles étaient confrontés les psychiatres en France, accusés eux aussi, parfois par les patients eux-mêmes d’exploiter, le travail de leurs malades. En 1910, les rapports sur une révolte sanglante au sein de la colonie agricole de Chezal-Benoît, dans le centre de la France, décrivent un groupe de patients qui, induits en erreur par l’appellation de colonie, étaient apparemment « désillusionnés » de se retrouver enfermés et envoyés travailler aux champs plutôt que de se reposer au calme dans les maisons des paysans locaux4. En Indochine, on retrouve dans les pages des rapports annuels sur l’asile l’inquiétude sur la possibilité de telles critiques. Par exemple, à Biên Hòa dans les années 1920, certains patients étaient employés à la tâche basique consistant à décortiquer le riz. Cette corvée exigeant un labeur intense avait également pour effet déplorable de faire travailler les patients dans ce qui était décrit comme une « atmosphère très poussiéreuse », alors même qu’un principe fondamental de la thérapie par le travail était celui de l’exposition à l’air pur. Pour pallier cette « situation regrettable », le directeur de Biên Hòa acquit une machine Groundhand plus utile (et efficace) pour traiter le riz récolté sur les terres de l’asile5. Cette sensibilité aux accusations d’exploitation — qui se lit également dans l’octroi de primes pour encourager les patients à travailler — est frappante dans un contexte colonial où les abus de travail, et en particulier le travail forcé des prisonniers dans les colonies pénitentiaires, étaient monnaie courante, suscitant d’ailleurs des protestations autant locales qu’internationales. La promotion prudente du travail des malades mentaux s’est ainsi déroulée dans un contexte de consensus croissant sur l’interdiction du « travail non libre ».

7À chaque instant, les administrateurs d’asiles dans l’Indochine de l’entre-deux-guerres ont été confrontés aux défis d’une surveillance défaillante et de violences interpersonnelles dues à la surpopulation des patients, à la diminution des budgets et aux problèmes de recrutement du personnel. Les experts français se sont également appuyés sur les ressources familiales pour soutenir les sorties temporaires ou définitives des patients qui ne semblaient plus bénéficier de l’internement. Une fois que la famille acceptait d’assumer la responsabilité de son traitement, le patient était rapatrié dans son village d’origine où il était placé sous une « surveillance médicale » effectuée lors de visites hebdomadaires ou mensuelles par le médecin local qui administrait les médicaments, suivait les progrès du patient et recommandait éventuellement une sortie définitive ou une réintégration dans l’asile. Cette période, qualifiée de « sortie provisoire », était envisagée non pas comme une rupture avec l’asile, mais plutôt comme un prolongement de celui-ci.

8Les familles vietnamiennes, quant à elles, poursuivaient leurs propres stratégies par des voies qui, tout à la fois, ont facilité et restreint les ambitions des psychiatres coloniaux. Dans certains cas, les familles sollicitaient avec empressement les services d’institutions gérées par l’État tandis que, dans d’autres, elles tentaient de protéger autant que possible leurs malades du monde extérieur. Plutôt que d’abandonner leurs proches aux soins d’experts français, certaines familles écrivaient aux médecins, rendaient visite aux patients et exigeaient leur libération ou leur transfert vers d’autres institutions. Dans des lettres aux directeurs d’asile, des membres de la famille donnaient leurs propres opinions sur l’état du patient et affirmaient parfois que leurs proches s’étaient en fait suffisamment améliorés pour rentrer dans leur foyer. Ces appréciations familiales ne concordaient pas toujours avec celles des experts et généraient parfois d’importants conflits. Les débats tournaient autour de la santé mentale des patients, mais aussi de la capacité des familles à assumer leur prise en charge à leur sortie et de celle de l’asile lui-même comme lieu de traitement et de réhabilitation le plus approprié.

9Les psychiatres étaient confrontés à des conceptions locales de la maladie mentale portant la marque de l’influence des traditions taoïste, bouddhiste et populaires ainsi que de la médecine traditionnelle chinoise, en particulier en termes de brouillage de la frontière entre santé psychologique et santé physique. Ce cadre n’était pas nécessairement incompatible avec les idées occidentales (et surtout hippocratiques) sur la maladie, et les écrivains vietnamiens insistaient au contraire sur les points de chevauchement théorique. Pourtant, même lorsque les médecins et les familles étaient largement d’accord sur la présence d’une maladie mentale nécessitant un traitement, le diagnostic sur les origines de l’affection et ce qu’il fallait mettre en œuvre pour y remédier n’était pas nécessairement partagé. Par exemple, un changement soudain de caractère (déambuler sans but, parler de manière insensée, prétendre personnifier des esprits) représentait pour les experts français la preuve d’une psychose sous-jacente, méritant le confinement, alors que pour les familles des patients cela semblait plutôt signaler un état de possession par une force surnaturelle qui nécessitait un rituel de guérison.

10L’arrivée des asiles a peut-être marqué le début de la psychiatrie en tant que projet d’État au Vietnam, mais elle s’est insérée dans un champ préexistant de connaissances et de pratiques qu’elle n’a jamais complètement réussi à déplacer. En renvoyant les malades mentaux dans la société, les experts psychiatriques se sont retrouvés pris dans des réseaux plus larges de soins et d’économie. En effet, les directeurs des asiles coloniaux ne pouvaient pas opérer de manière isolée. Leur dépendance vis-à-vis du public vietnamien qui non seulement amenait les malades pour un traitement, mais aussi prenait soin d’eux à leur retour dans leur famille signifiait qu’ils étaient continuellement obligés de négocier les conditions d’entrée et de sortie des patients. Ce n’est qu’en déplaçant notre attention de l’asile lui-même vers le monde au-delà de ses murs que nous pourrions avoir une idée de la véritable portée des normes psychiatriques dans la vie quotidienne, et de l’éventail des différents types d’acteurs — procureurs et médiums spirituels, parents et voisins. — qui participèrent à décider du sort des malades mentaux.

11Dans le cadre de sa mission de grand département pour les arts d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie, le musée du quai Branly — Jacques Chirac soutient la recherche sur les collections extra-européennes des musées de France.

Haut de page

Notes

1 Cet article est basé sur une recherche effectuée pour mon livre Beyond the Asylum : Mental Illness in French Colonial Vietnam (Cornell University Press, 2019), à partir d’archives françaises et vietnamiennes comprenant des centaines de dossiers de patients des deux asiles ouverts par les Français en 1919 et 1934.

2 Claire Edington & Hans Pols, « Building Psychiatric Expertise Across Southeast Asia : Study Trips, Site Visits and Therapeutic Labor in French Indochina and the Dutch East Indies, 1898- 1937 », Comparative Studies in Society and History, Juillet 2016 vol. 58, no 3, p. 636-663.

3 Les patients européens ne travaillaient pas, de même que les membres de l’élite vietnamienne qui vinrent occuper l’ancienne aile des Européens quand un « service payant » pour les populations indigènes fut inauguré à Bien Hoa en 1934.

4 Voir « Nouvelles - Une révolte à la colonie agricole de Chezal-Benoit », L’Informateur des aliénistes et des neurologistes (supplément menusel de l’Encéphale), tome VI, Paris, 25 Juin 1911, p. 140–142.

5 Trung Tâm Lưu Trữ Quốc Gia II (TTLTQG-II), Vietnam National Archives Centre II, Hồ Chí Minh City, Goucoch, IA.8/2912(3), Rapport annuel de Bienhoa, 1927.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire EDINGTON, « Des patients au travail »,Terrain, 76 | 2022, 182-189.

Référence électronique

Claire EDINGTON, « Des patients au travail », Terrain [En ligne], 76 | mars 2022, mis en ligne le 03 mai 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/terrain/23163 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terrain.23163

Haut de page

Auteur

Claire EDINGTON

Université de Californie — San Diego

Haut de page
  • Logo INSHS
  • Logo MSH Mondes
  • Logo Hauts-de-Seine
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo Musée du quai Branly
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search