Navigation – Plan du site

AccueilNuméros76PortfoliosDes architectures du soin :

Portfolios

Des architectures du soin :

Philippe Paumelle et Nicole Sonolet
Meredith TENHOOR
Traduction de Christine LANGLOIS
p. 146-163

Résumé

Cet article examine les schémas pour les hôpitaux et les cliniques de santé mentale issus de la collaboration entre le psychiatre Philippe Paumelle et l’architecte Nicole Sonolet dans les années 1960 et 1970 en France. Élaborations architecturales de la pratique de « psychothérapie institutionnelle », la clinique L’Eau Vive à Soisy-sur-Seine et le complexe ASM-13 de la rue Albert Bayet à Paris sont des modèles expérimentaux et novateurs de traitement psychiatrique et de programmation architecturale.

Haut de page

Texte intégral

Fig. 1. Le Centre Philippe Paumelle (ASM13), Paris, 30 novembre 2021

Photo : © Jean-Louis Langlois

  • 1 Voir Valentin Schaepelynck, L’institution renversée : Folie, analyse institutionnelle et champ soci (...)
  • 2 Sur la psychiatrie institutionnelle et l’architecture, voir Meike Schalk, « The Urban Mental Hospit (...)
  • 3 Pour une analyse fouillée du travail de Nicole Sonolet dans les années 1970, voir Meredith TenHoor, (...)

1La Seconde Guerre mondiale a laissé les hôpitaux psychiatriques en France dans un état de crise. Les lits manquaient pour accueillir des patients trop nombreux ; les malades mentaux étaient logés dans des structures qui les stigmatisaient et les coupaient des proches susceptibles de les aider ; il existait peu de structures de soins externes et encore moins de traitements préventifs. Dans les années d’après-guerre, le mouvement de psychothérapie institutionnelle fut une réponse à cette crise. Les psychanalystes et les psychiatres qui le développèrent ont travaillé à ouvrir et à décentraliser les institutions de soins psychiatriques, à les rendre plus humaines et davantage centrées sur les processus individuels de rétablissement n Fig. 1. Ce mouvement produisit un large éventail de théories et de pratiques qui influencèrent non seulement les institutions de soin mais aussi les milieux de la théorie critique et de la philosophie sous l’impulsion des travaux de François Tosquelles, Franz Fanon et Félix Guattari1. Mais ce mouvement eut également un important volet architectural, nettement moins connu2. Les nouvelles formes de soin des institutions psychiatriques et les nouveaux types d’hôpitaux requéraient de nouvelles conceptions, et quelques-uns des exemples les plus intéressants de ces architectures du soin résultèrent de la collaboration entre le psychiatre Philippe Paumelle et l’architecte Nicole Sonolet3.

2Pendant la Seconde Guerre mondiale en France, de nombreux patients furent confinés dans des hôpitaux psychiatriques surpeuplés et soumis, sous le régime de Vichy, à une négligence délibérée qui a mené à une véritable famine. En réponse, les médecins qui ont développé la psychothérapie institutionnelle ont cherché à transformer les soins psychiatriques, qui étaient fondés sur le traitement biologique de la maladie mentale, en les ouvrant à la psychanalyse et à des formes de thérapies relationnelles. Ils ont tenté de décentraliser les soins hors des hôpitaux, généralement situés loin des villes, et à offrir aux patients les moyens de maintenir leurs liens avec l’extérieur tout au long de leur traitement, ceci en fournissant des services basés dans leur quartier. C’est ce qui a été nommé la politique de sectorisation, dont le but était de faire de la prestation de soins elle-même un instrument de guérison. Les psychologues institutionnels considéraient ainsi que non seulement les médecins et les infirmières, mais aussi les soignants, les autres patients, les membres de la famille et même les espaces de soins pouvaient être mobilisés pour la guérison.

3Améliorer la place des proches dans le processus de guérison revêtait une importance particulière pour le docteur Paumelle. En 1958, il commença à mettre en place des cliniques de santé mentale urbaines à Paris, dans l’espoir de fournir aux habitants un accès à des services psychiatriques spécialisés dans leurs quartiers. Le système de soins qu’il envisageait devait inclure une psychothérapie ambulatoire, des pharmacies ainsi que des thérapies par l’ergothérapie et par le mouvement, et fournir un soutien au patient et à sa famille avant et après l’hospitalisation. Avec l’aide d’un donateur qui souhaitait améliorer les traitements pour les alcooliques, il fonda l’Association de Santé mentale 13 (l’ASM-13), destinée à la population du 13e arrondissement de Paris.

4C’est pendant cette période que Nicole Sonolet débuta son travail avec Paumelle. Étudiante à l’École des Beaux-Arts de Paris pendant la guerre, elle avait étudié l’architecture moderne avec Georges-Henri Pingusson. Son intérêt pour les établissements de santé mentale s’est aiguisé lorsqu’une proche parente a été hospitalisée, moment au cours duquel elle fut confrontée intimement aux carences des institutions psychiatriques en France. Consciente de la nécessité d’améliorer l’architecture et l’organisation de ces institutions, elle développa un projet de thèse d’architecture pour un hôpital psychiatrique de 300 lits, qu’elle acheva en 1954. Au cours des premières années de sa carrière, elle fréquenta régulièrement des personnalités du mouvement de la psychothérapie institutionnelle à l’instar des docteurs Sivadon, Bonnafé et Daumezon, ce qui l’aida à développer ses propres idées sur la conception de nouveaux complexes de soin.

5Sonolet et Paumelle eurent leur première grande opportunité de collaboration lors de la construction de L’Eau Vive à Soisy-sur-Seine, un projet qui prenait place dans le cadre de l’Association de Santé mentale 13 que Paumelle avait fondée. Si Paumelle avait d’abord espéré pouvoir établir un hôpital à Paris, il avait accepté la proposition de le développer à Soisy, une petite ville au sud de Paris. C’était pour lui une première étape cruciale dans l’amélioration des soins pour les Parisiens. Il avait imaginé un lieu dans lequel les patients seraient suivis par une équipe stable de médecins, d’infirmières et de soignants, plutôt que de passer de clinicien à clinicien ; dans lequel les patients de sexe différent seraient regroupés plutôt que séparés ; et dans lequel le patient et le médecin pourraient collaborer à la prestation des soins. Sonolet avait été engagée pour concevoir le complexe qui intégrait quelques bâtiments existants et dix nouveaux pavillons dans le cadre d’un parc arboré n Fig. 2. Elle travailla avec Paumelle pendant plus de cinq ans pour développer ses plans.

Fig. 2. Plan de masse de L’hôpital L’Eau Vive, années 1960

Archives Nicole Sonolet, Collection Christine De Bremond D’ars

6L’hôpital fut conçu pour accueillir 175 patients souffrant d’alcoolisme ou de troubles psychologiques. Ces patients étaient répartis en groupes de traitement de sept personnes, qui devaient être surveillés par une même infirmière plutôt que par une équipe de personnel en rotation, car Paumelle et Sonolet pensaient que des relations plus profondes et plus thérapeutiques pourraient se former entre les patients et les médecins si les soins étaient effectués avec les mêmes personnes. Ils considéraient également que chaque relation qu’un patient entretiendrait avec d’autres patients ou avec le personnel de l’hôpital contribuerait à son rétablissement. Il s’agissait là d’un principe essentiel de la psychothérapie institutionnelle conçue par Tosquelles. Cette organisation rompait avec le système de la plupart des hôpitaux psychiatriques français, où les patients étaient traités par un large éventail de médecins et d’infirmières, avec des ratios patients/soignants beaucoup plus importants, et dans lequel n’était pas considéré le rôle que le personnel ou les préposés à l’entretien pouvaient jouer dans le traitement.

Fig. 3. Hôpital L’Eau Vive, Soisy-sur-Seine, années 1960

Archives Nicole Sonolet, Collection Christine De Bremond D’ars

7Les plans de Sonolet pour L’Eau Vive étaient modernistes et élégants : une série de longs pavillons bas, souvent surélevés sur pilotis, avec de longues fenêtres ouvrant sur un parc verdoyant n Fig. 3. Ces bâtiments étaient similaires, dans leurs formes et dans les matériaux utilisés, aux conceptions architecturales de ses professeurs d’inspiration corbuséenne à l’École des Beaux-Arts, et aux architectes modernes « organicistes » tels qu’Alvar et Aino Aalto, qui, dans les années 1950 et 1960, conçoivent des bâtiments à charpente de béton et d’acier avec un recours abondant à des matériaux naturels dans leurs intérieurs. Sonolet admirait leur travail. Pourtant, ses plans allaient bien au-delà des logiques de design plus courantes du début du modernisme qui avaient fait partie de sa formation architecturale. À l’époque, les choix architecturaux privilégiaient un usage économique des matériaux, une circulation ou des mouvements dans l’espace ainsi que des points de vue entre les intérieurs et les paysages. Ou encore l’apport d’un confort physique aux patients, ce sur quoi avait insisté Alvar Aalto. Les schémas de Sonolet pour Soisy-sur-Seine montrent à quel point c’est le souci des processus de guérison qui a guidé sa conception n Fig. 4 a et b.

Fig. 4a. Schémas pour Soisy-sur-Seine, Nicole Sonolet, années 1960

Archives Nicole Sonolet, Collection Christine De Bremond D’ars

Fig. 4b. Schémas pour Soisy-sur-Seine, Nicole Sonolet, années 1960

Archives Nicole Sonolet, Collection Christine De Bremond D’ars

8Le degré auquel les patients étaient capables et désireux de socialiser avec les autres au cours de leur traitement était un moteur majeur de la stratégie de soins de Paumelle, et conséquemment de la conception architecturale conçue par Paumelle et Sonolet. Ces diagrammes, élaborés par Sonolet à partir des notes compilées sur les soins et l’architecture, conceptualisent les différentes manières dont les interactions sociales orientation vers ou loin des autres pourraient influencer l’organisation de l’espace. Sonolet prend en compte les besoins du personnel, de proximité et de distance vis-à-vis des patients n Fig. 4a, et les différents besoins des patients n Fig. 4 b, dont les regroupements étaient beaucoup plus fluides et entremêlés, car dépendants de l’état d’avancement de leur traitement. Les personnes prêtes à se réinsérer dans la vie collective pourraient expérimenter la vie sociale à Soisy ; ceux qui ne l’étaient pas encore auraient accès à des espaces de solitude et de repos. Ces diagrammes montrent également comment les modèles hiérarchisés de soins en vigueur dans les organisations des hôpitaux psychiatriques pourraient être remplacés par les arrangements plus souples promus par les praticiens de la psychothérapie institutionnelle, où chaque interaction sociale pas seulement entre les médecins et les patients, mais aussi entre les patients eux-mêmes offrirait une possibilité de soutien social.

9Ces schémas n’étaient pas destinés à être directement appliqués aux plans architecturaux ; ils étaient plutôt un outil conceptuel pour comprendre comment l’espace devrait être organisé. Pour adapter ces schémas aux bâtiments à bâtir, Sonolet a soigneusement planifié une variété de services et d’équipements : pour la préparation des aliments et les repas, pour les rassemblements, pour un repos calme, pour les traitements et pour profiter de la nature… et elle les a répartis dans tout le complexe.

10Par son organisation des façades des bâtiments, Sonolet a également adapté ses diagrammes en espaces construits. Chaque façade pouvait être orientée vers un usage précis, ou un type de patient différent. Tous les utilisateurs d’un bâtiment pouvaient se rassembler à l’intérieur de celui-ci mais certaines entrées pourraient être réservées au personnel, à l’abri des regards des patients, tandis que d’autres faces du bâtiment offriraient aux malades une vue dégagée sur le parc, et d’autres encore donneraient sur des espaces clos. Par exemple, dans ce bâtiment le bâtiment d’entrée situé le plus près de la rue une façade comporte des logements de gardien, des garages et des espaces d’ergothérapie n Fig. 5, tandis que les espaces de rassemblement donnant sur la rue occupent une façade séparée n Fig. 6.

Fig. 5. Bâtiment d’entrée de l’hôpital, Soisy-sur-Seine, années 1960

Archives Nicole Sonolet, Collection Christine De Bremond D’ars

Fig. 6. Autre façade du bâtiment, Soisy-sur-Seine, années 1960

Archives Nicole Sonolet, Collection Christine De Bremond D’ars

11Sonolet et Paumelle étaient très préoccupés par les pressions que les prestations de soins faisaient peser sur les infirmières, les médecins et les autres personnels ; ils espéraient pouvoir améliorer significativement leurs conditions de travail à L’Eau Vive. Sonolet a mené des entretiens approfondis avec le personnel hospitalier lors de la conception de l’hôpital, ce qui l’a amenée à utiliser la même logique de séparation des façades afin de soulager les soignants de leurs interactions constantes avec les patients. Le personnel disposerait du château, déjà existant sur le site, avec des chambres de style-dortoir, des salles d’enseignement, un laboratoire et quelques logements spéciaux plus vastes. Deux maisons pour les médecins avaient leurs propres jardins et étaient séparées des quartiers des patients et du personnel, ce qui permettait une intimité supplémentaire. Toutes les personnes travaillant au centre avaient besoin d’espaces séparés de ceux des malades pour se reposer après les soins.

12Les espaces intérieurs pour les patients devraient être aussi flexibles que possible : un espace pourrait avoir plusieurs fonctions et la capacité du patient à les transformer, ou à les utiliser différemment, pourrait également être un instrument pour sa guérison. Décrivant sa compréhension de ce processus dans les notes qu’elle a prises sur la planification de la clinique, Sonolet écrit que l’architecture et l’aménagement intérieur pourraient aider à « conditionner » les espaces pour offrir une variété d’expériences : d’ouverture sur le monde ou d’enfermement ; de stimulation ou de repos ; de chaleur ou de fraîcheur. Le personnel et les patients eux-mêmes orchestreraient le mouvement à travers ces espaces conditionnés de diverses manières afin de fournir des expériences thérapeutiques qui les aideraient soit à maintenir des liens avec la vie à l’extérieur de l’hôpital, soit à les préparer progressivement à réintégrer leur réseau de proches. Ici, on peut voir l’attention de Sonolet à la conception des espaces communs ; les chaises pouvaient être regroupées afin d’offrir des possibilités de socialisation et un environnement « actif » pouvant être utile au cours du traitement n Fig. 7.

Fig. 7. Espaces communs, Soisy-sur-Seine, années 1960

Archives Nicole Sonolet, Collection Christine De Bremond D’ars

Fig. 8. Puit de lumière, Soisy-sur-Seine, années 1960

Archives Nicole Sonolet, Collection Christine De Bremond D’ars

13Sonolet concevait la socialisation non seulement dans les contacts directs mais aussi dans les connexions visuelles, parfois avec le paysage, parfois avec différentes sections de l’hôpital lui-même. Ici n Fig. 8, elle a conçu un puits de lumière qui éclairerait les intérieurs tout en signalant la présence d’autres mondes sociaux dans le bâtiment (ces vues aideraient probablement aussi les infirmières et les médecins à surveiller les patients de manière moins intrusive). Alors que les puits de lumière laissaient présager la présence d’autres personnes, leur présence pouvait être modulée. La possibilité d’une communauté était suggérée sans être soulignée à tout moment.

14Sonolet a utilisé des matériaux naturels, une variation de textures, et a varié les ambiances des différentes pièces en utilisant la lumière, les dimensions, les textures présentes et l’organisation spatiale n Fig. 9. Son attention aux interactions et aux perceptions sociales que chacune des pièces rendait possibles reflétait son intention de permettre aux patients et aux soignants de gérer leurs sensations, de se déplacer entre espaces fermés et ouverts, d’êtres actifs ou immobiles, baignés d’une lumière vive ou filtrée : les contrastes architecturaux sont devenus, eux aussi, des outils de traitement.

Fig. 9. Une chambre, Soisy-sur-Seine, années 1960

Archives Nicole Sonolet, Collection Christine De Bremond D’ars

Fig. 10. Maquette du centre de neuropsychiatrie infantile, Champrosay, années 1960

Archives Nicole Sonolet, Collection Christine De Bremond D’ars

  • 4 Nicole Sonolet, « Logements sociaux ? », Esprit, no 385, « L'Architecte, l'urbanisme et la société  (...)

15Sonolet a également contribué à la théorie architecturale en publiant des articles sur le logement social et les soins de santé mentale dans les revues Esprit et Recherches dans les années 1960 et 1970. Dans ces textes, elle s’est appuyée sur son expérience dans la conception de logements sociaux et de rénovation de maisons, ainsi que sur ses conceptions d’autres établissements de santé, comme l’hôpital psychiatrique de La Roche-Foron et le centre de neuropsychiatrie infantile à Champrosay, illustré ici n Fig. 10 et 11. Dans son article pour Esprit, publié en 19694, elle défend un logement collectif plus humain, dans le sens de ce qu’elle et Paumelle avaient souhaité réaliser à Soisy : permettre plus de formes de programmations et d’interactions humaines afin de créer différentes qualités d’espace. De fait, la conception de LEau Vive comme un espace dans lequel les patients pouvaient vivre confortablement tout en recevant un traitement s’alignait beaucoup sur ses commandes résidentielles.

Fig. 11. Plan de masse du centre de neuropsychiatrie infantile, Champrosay, années 1960

Archives Nicole Sonolet, Collection Christine De Bremond D’ars

  • 5 CERFI, « Programmation, Architecture et Psychiatrie », Recherches, no 6 (1967).

16Ses textes sur les espaces de soins dans le domaine de la santé mentale se sont, de la même manière, inspirés de son expérience de planification et de conception de ces espaces ; elle a fait des recommandations sur les processus et les protocoles de consultation des médecins et des patients pour créer des hôpitaux tenant compte des engagements des praticiens5. Au début des années 1970, cette recherche a retenu l’attention de Michel Conan, chargé de recherche urbaine au ministère de l’Équipement, qui a proposé à une équipe de collaborateurs associés au Centre d’études, de recherches et de formations institutionnelles (CERFI, dirigé officiellement par Félix Guattari et pratiquement par Anne Querrien) de produire un projet détaillé d’aménagement des soins de santé mentale dans les villes nouvelles d’Évry et de Melun-Sénart. Forte de son expérience de construction de tels espaces, Sonolet, avec l’architecte Alain Schmied, s’est opposée dans le contexte de ce projet à la création de typologies fixes pour les hôpitaux, et à une « solution » architecturale standardisée et reproductible, quel que soit le type de problème. Pour Sonolet, les pratiques psychanalytiques de prestations de soins spécifiques à chaque situation devaient être employées par les architectes lorsqu’ils collaboraient avec des médecins pour leur permettre de comprendre les besoins spatiaux. La conception de ces espaces nécessitait des collaborations étroites entre architectes et médecins ; il était impossible de créer une formule qui traduirait directement la santé en langage spatial, position qui ressortait d’ailleurs clairement de son travail de diagramme.

17Les recherches ultérieures montreront dans quelle mesure ces choix de conception correspondaient effectivement à ce qui était nécessaire dans le fonctionnement de l’hôpital. Notons que la démarche préconisée par Sonolet rejoignait celle adapter le protocole aux besoins du patient adoptée par les médecins impliqués dans la psychothérapie institutionnelle, en ce qu’elle allait à l’encontre de l’idée d’une organisation uniforme et standardisée des soins. Cela permet de comprendre les variations formelles dans le travail de Sonolet ainsi que l’intentionnalité prudente de ses créations architecturales. Mais alors que les pratiques de soins pouvaient être souples et adaptées au patient, l’architecture ne pouvait être rendue flexible à l’infini ; elle avait vocation à devenir l’un des nombreux objets thérapeutiques avec lesquels les patients pourraient interagir tout en traçant leur chemin vers le rétablissement. L’architecture pouvait contribuer à la pratique de la psychothérapie institutionnelle et les architectes, a démontré Sonolet, pouvaient adapter les pratiques de la psychothérapie institutionnelle à la conduite des recherches en design.

18Dans les années 1970, Sonolet et Paumelle eurent finalement l’occasion de construire le complexe urbain de santé mentale qu’ils espéraient bâtir à la fin des années 1950. C’est l’une des réalisations architecturales les plus importantes de Sonolet. Le complexe ASM-13 de la rue Albert Bayet à Paris, près de la place d’Italie, a été conçu dans les années 1970 et achevé en 1981, et c’était un complément à la clinique de Soisy-sur-Seine. Dans ce projet, Paumelle, Sonolet et ses collaborateurs, les architectes Maria Baran, Olek Kujawski et Tristan Darros, ont pu réaliser leur ambition de développer des services de santé mentale dans la ville, poursuivant leur objectif de garder le plus possible les malades mentaux connectés à leurs communautés.

19Concentré sur une seule grande parcelle urbaine, l’ensemble développe néanmoins beaucoup des programmes qui existaient à Soisy. Les espaces ont été conçus pour permettre de la flexibilité et des transformations s’adaptant aux différentes phases de sociabilité traversées par les patients. Le bâtiment tourne autour d’un axe central, et les angles qui résultent de la conception des espaces créent de la nouveauté et de la surprise dans le plan la plupart des pièces ne sont pas totalement rectilignes ; des formes triangulaires s’avancent vers la rue pour créer une façade animée de nombreuses variations. Ces formes créent également une série de terrasses qui permettent aux malades et au personnel d’accéder à l’extérieur. Tout comme à Soisy-sur-Seine, les particularités spatiales du complexe intègrent le fait que les besoins des patients évoluent au fur et à mesure qu’ils atteignent les différentes phases de leur prise en charge, et que l’architecture doit leur permettre d’utiliser différentes sections et espaces du bâtiment dans le cadre de leur traitement.

Fig.12. Les plantations entre le Centre Philippe Paumelle (ASM13) et la rue, Paris, 30 novembre 2021

Photo : Jean-Louis Langlois

20Tout comme à Soisy, l’accès à la verdure et à la nature a été un élément crucial de la conception, et les terrasses végétalisées ont permis aux patients de faire partie de la ville même s’ils ne pouvaient pas participer à la vie de la rue. Un détail de conception particulièrement éclairant est le placement de fines bandes de jardins pour marquer le seuil entre la rue et les espaces intérieurs le long du complexe faisant face à l’avenue Edison, illustré ci-dessus n Fig. 12. Placés à l’extérieur d’une fenêtre ouvrante, ces jardins étroits forment une frontière végétale partagée entre la rue et la clinique qui indique clairement que la clinique est utile à la fois aux patients et au quartier environnant. Ces minuscules jardins soulignent que l’ASM-13 à Paris n’est pas un lieu où les patients sont enfermés, éloignés de la ville et oubliés ce n’est pas un asile dans la ville. Au lieu de cela, c’est un lieu de soin et de guérison qui offre des commodités aux travailleurs, aux résidents et aux voisins : tous partagent le parfum de la même parcelle de lavande et font l’expérience de la guérison comme quelque chose que l’architecture et l’infrastructure du quartier peuvent offrir de l’intérieur et de l’extérieur. Ces petits jardins adoucissent les frontières entre cure et vie quotidienne, inscrivant l’esprit dé-carcéral et activateur du mouvement de psychothérapie institutionnelle au sein de la ville.

21En plan et en façade, dans la conception des espaces intérieurs et des jardins extérieurs, ces architectures pour la psychothérapie institutionnelle nous montrent comment les institutions peuvent être conçues pour soutenir l’offre de soins. Le travail de Sonolet et Paumelle a aidé à dé-stigmatiser les soins, a rendu possible la guérison par des canaux multiples et nous aide à voir que les soins de santé mentale constituent une infrastructure belle et essentielle à tous les milieux urbains.

Haut de page

Notes

1 Voir Valentin Schaepelynck, L’institution renversée : Folie, analyse institutionnelle et champ social (Paris, Eterotopia, 2018), Camille Robcis, Disalienation : Politics, Philosophy, and Radical Psychiatry in Postwar France (Chicago, University of Chicago Press, 2021) ainsi que Camille Robcis, « François Tosquelles and the Psychiatric Revolution in Postwar France », Constellations, vol. 23, no 2 (2016, p. 212–22).

2 Sur la psychiatrie institutionnelle et l’architecture, voir Meike Schalk, « The Urban Mental Hospital and the State of Research », SITE, vol. 2 (2002, p. 15–16); Susana Caló & Godofredo Pereira, « CERFI : From the Hospital to the City », London Journal of Critical Theory, vol. 1, no 2 (Mai 2017, p. 83–100).

3 Pour une analyse fouillée du travail de Nicole Sonolet dans les années 1970, voir Meredith TenHoor, « State-Funded Militant Infrastructure ? CERFI’s Équipements Collectifs in the Intellectual History of Architecture », The Journal of Architecture, vol. 24, no 7 (3 octobre 2019, p. 999–1019). Récemment un mémoire de master sur la conception de Soisy-sur-Seine a été soutenu par Julie Mareuil, « Une clinique-pilote de la sectorisation psychiatrique : L’hôpital de l’Eau Vive et son évolution de 1959 à 1977 », (ENSA, Paris-La Villette, 2020).

4 Nicole Sonolet, « Logements sociaux ? », Esprit, no 385, « L'Architecte, l'urbanisme et la société », octobre 1969, p. 464-474.

5 CERFI, « Programmation, Architecture et Psychiatrie », Recherches, no 6 (1967).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Meredith TENHOOR, « Des architectures du soin : »,Terrain, 76 | 2022, 146-163.

Référence électronique

Meredith TENHOOR, « Des architectures du soin : », Terrain [En ligne], 76 | mars 2022, mis en ligne le 03 mai 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/terrain/23254 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terrain.23254

Haut de page

Auteur

Meredith TENHOOR

Institut Pratt

Haut de page
  • Logo INSHS
  • Logo MSH Mondes
  • Logo Hauts-de-Seine
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo Musée du quai Branly
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search