Navigation – Plan du site

AccueilNuméros76PortfoliosUn gigantesque zoo vertical

Portfolios

Un gigantesque zoo vertical

Folie et ville verte
Des FITZGERALD
Traduction de Baptiste MOUTAUD
p. 164-181
Traduction(s) :
A gigantic vertical zoo

Résumé

Comment se fait-il que lorsque nous voyons des images de nouveaux aménagements urbains majeurs aujourd’hui – qu’il s’agisse de logements, d’immeubles de bureaux ou de centres commerciaux – ces aménagements ont toutes les chances d’être revêtus d’un mince couvert d’arbres ? L’idée que les villes seraient mauvaises pour les êtres humains, et en particulier pour notre santé mentale a une longue histoire. De Shanghai à Paris, de la biophilie à la « nature bon marché », de Donna Haraway à Thomas Heathwick, j’examine l’intrication croissante entre la ville psychologiquement réparatrice et la ville verte. Pourquoi demandons-nous aujourd’hui à nos espaces urbains, refondus en centres de nature et de vie biologique, d’avoir une relation réparatrice avec la santé mentale ?

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Un millier d’arbres

  • 1 Lizzie Crook, « Heatherwick Studio reveals 1,000 Trees nearing completion in Shanghai », Dezeen, 12 (...)

1En novembre 2019, les photographies d’une nouvelle montagne dans le centre-ville de Shanghai sont parues dans la presse internationale du design. La montagne semblait formée d’une série de piliers en béton culminant à différentes hauteurs. Ils avaient été plantés les uns serrés contre les autres de façon à former un monticule plus ou moins convaincant, chaque pilier surmonté d’un arbre unique, offrant ainsi à cette butte la vague apparence, du moins à une certaine distance, d’une colline naturellement ondulée et boisée. Cette irruption de verdure quelque peu surprenante faisait partie du gros projet de construction « 1000 Trees », 1 000 arbres, mené par la Tian An China Investment Company Limited1. S’étendant sur plus de 300 000 mètres carrés, 1000 Trees ne pourrait n’être qu’un nouvel avatar des complexes de commerces et de résidences haut de gamme, une autre histoire banale mêlant design spéculatif et capitalisation de l’espace dans les mégapoles chinoises en plein essor.

2Mais je ne pense pas que « 1000 Trees » puisse être seulement une construction ennuyeuse de plus. D’une part, elle est l’œuvre d’un célèbre designer et architecte britannique, Thomas Heatherwick, qui avait été mandaté pour ce projet suite au succès populaire du Pavillon britannique à l’Exposition universelle de Shanghai en 2010. Nommée la « Cathédrale des graines » (The Seed Cathedral ), Heatherwick s’était inspiré pour cette construction des institutions botaniques londoniennes : en empruntant des milliers de graines à des lieux comme les jardins botaniques royaux de Kew et en les plaçant au bout de tiges en fibre transparente, son équipe a créé une sorte de gigantesque coussin à épingle de graines, un curieux sanctuaire séculaire dédié aux banques de graines, mais aussi à un horizon environnemental de plus en plus précaire et dont les graines devenaient les porte-parole et les gardiennes (voir Le projet 1000 Trees, Heatherwick Studio, 2019 https://www.dezeen.com/​2019/​11/​12/​1000-trees-shanghai-heatherwick-studio/​).

  • 2 Voir Sebastian Jordana, « UK Pavilion for Shanghai World Expo 2010 / Heatherwick Studio », Arch Dai (...)
  • 3 Donna Haraway, « Le patriarcat de Teddy Bear : taxidermie dans le jardin d'Eden New York, 1908-1936 (...)

3Pour la Cathédrale des graines, les tiges de fibre ont été conçues pour littéralement pénétrer le bâtiment et aspirer le dehors, travaillant la tension entre l’intérieur et l’extérieur, mettant en scène le drame qui se joue entre le monde naturel des graines d’une part, et l’imposante architecture urbaine de Shanghai, d’autre part2. Lorsque j’ai vu pour la première fois des photos de personnes au sein de ce bâtiment, cela m’a rappelé la célèbre lecture faite par Donna Haraway de l’Africa Hall du Musée américain d’histoire naturelle, où la « nature » et la « ville » sont placées dans un strict ordre hiérarchique, de sorte que le passage à travers le hall reproduit un certain mode de masculinité coloniale anglo-américaine3. Dans l’œuvre de Heatherwick, le passage semble en revanche être moins un rite de domination masculine qu’une pratique anxieuse de gestion comptable et d’évaluation des risques : ce qui reste, ce sont les graines, baignées de lumière, pieusement préservées dans l’attente d’un futur écologique incertain (voir : Dans la Cathédrale des graines, 2010, Pavillon du Royaume-Uni pour l'exposition universelle de Shanghai 2010 https://www.flickr.com/​photos/​davespencer/​4628786470).

  • 4 Des Fitzgerald, Nick Manning, Nikolas Rose & Hua And Fu, « Mental Health, Migration and the Megacit (...)
  • 5 Edmund Ramsden, « From Rodent Utopia to Urban Hell. Population, Pathology, and the Crowded Rats of (...)
  • 6 Ash Amin & Lisa Richaud, « Life Amidst Rubble : Migrant Mental Health and the Management of Subject (...)

4J’ai entendu parler pour la première fois de 1000 Trees alors que j’étais à Shanghai, participant de loin à un grand projet international qui ne portait pas du tout sur les immeubles et l’architecture, mais sur la maladie mentale4. « La folie et la ville » est un sujet déjà ancien et largement exploré : les espaces urbains sont depuis longtemps associés à la production de stress pathogène et plus généralement à des taux élevés de maladies mentales5. Notre projet était plus précisément une tentative pour réfléchir de manière approfondie aux multiples environnements de la ville et à la façon dont ces environnements peuvent interagir avec des formes spécifiquement urbaines de subjectivités, de sensations et de crises. Mes collègues s’étaient concentrés sur l’étude ethnographique du stress associé à la condition des migrants venant de la campagne à la ville à une époque de bouleversements et de développement immobiliers majeurs à Shanghai. Ils décrivaient la gestion du sentiment de détresse quotidien vécu par ces migrants, alors même que les autorités municipales réduisaient leurs logements et leurs rues à des tas de gravats6. J’ai tout de suite été frappé par 1000 Trees parce qu’il représentait exactement l’autre versant d’une telle dévastation : un espace de consommation bourgeois au design sophistiqué qui semblait réifier la ville « haut de gamme » que les autorités municipales s’efforçaient de créer. En même temps, cette construction suggérait également un tournant dans la culture politique du stress urbain, l’objet même de notre recherche. Ce tournant marquait la reconnaissance de l’état de stress pathologique du citadin, mais il mettait très explicitement ce stress et sa réparation potentielle en relation avec les structures physiques des bâtiments, et donc avec le design. Et pas n’importe quel design, mais un design qui incorpore un ensemble très particulier d’éléments naturels ou d’apparence naturelle : jardins, montagnes, murs végétalisés, bois, eau, plantes, arbres.

  • 7 Voir Oliver Wainwright, « The garden Bridge is Dead – Now £37m of Public Money Must be Repaid », Th (...)
  • 8 Jess Baker, « Thames Garden Bridge Could Change London's Landscape », The Weather Channel, 15 novem (...)
  • 9 Rowan Moore, « Thomas Heatherwick: Pied Piper who has the very rich under his spell » The Guardian, (...)

5Heatherwick, qui est basé à Londres, y a également conçu le funeste Garden Bridge, un projet controversé de pont piétonnier au-dessus de la Tamise qui devait aussi faire office de parc — et qui s’est avéré par ailleurs être un projet fétiche du maire de l’époque, Boris Johnson. Malgré des millions de livres sterling dépensées, le pont n’a jamais vu le jour ; le projet a finalement été abandonné, en raison des coûts trop élevés et d’une inquiétude grandissante concernant ce qui apparaissait moins comme la création d’un pont que d’un espace subventionné pour accueillir des événements d’entreprise7. Mais c’est la vision élaborée autour de ce jardin qui a porté ce projet grotesque tant qu’il a survécu. Selon le studio Heatherwick cet espace avait constitué une « précieuse contribution paysagère [qui] viendra[it] s’ajouter au patrimoine horticole de Londres, riche et diversifié, composé de landes, de parcs, de places, de jardins ouvriers et de jardins de quartiers, abritant de nombreuses espèces végétales indigènes des bords de rivière8 ». L’actrice Joanna Lumley, qui curieusement était la figure de proue du projet, a surnommé Heatherwick « l’homme vert » et a dit de lui : « Je crois qu’il sort tout droit des bois […] il a une incroyable affinité avec la nature9. » (voir : Le projet Garden Bridge, Heatherwick Studio, 2013, http://www.heatherwick.com/​project/​garden-bridge/​).

  • 10 Voir Jason W. Moore, Capitalism in the Web of Life: Ecology and the Accumulation of Capital, Londre (...)

6Pourquoi les nouveaux projets urbains, qu’il s’agisse de logements, d’infrastructures, d’industries ou de commerces, sont-ils de plus en plus souvent placés sous le signe de la nature ? Pourquoi, en 2021, serait-ce une bonne idée – non seulement d’un point de vue esthétique et politique, mais aussi psychologique – de couvrir d’une canopée d’arbres 300 000 mètres carrés d’espaces commerciaux et d’habitations ? C’est bien sûr un réagencement des relations entre le capital et la nature qui se joue ici. Si le capitalisme était autrefois conçu comme un projet de gestion sans limites des ressources terrestres, cet idéal se heurte aujourd’hui au constat de sa propre fin : après des siècles d’extraction agricole et de croissance urbaine, la valorisation à l’échelle industrielle de ce que Jason Moore appelle la « nature bon marché » ne va plus de soi10. Ce basculement relève d’un problème global de dégradation de l’environnement et de déclin économique, mais il est également perceptible à un niveau individuel et psychologique : les environnements paisibles, verts et reposants deviennent de moins en moins accessibles, excepté aux plus riches.

  • 11 Marycarol R. Hunter, Brenda W. Gillespie & Sophie Yu-Pu Chen, « Urban Nature Experiences Reduce Str (...)

7Une abondante littérature interdisciplinaire argue aujourd’hui que non seulement la vie urbaine est associée à une moins bonne santé mentale, mais que ce problème pourrait être atténué en offrant davantage d’espaces verts aux citadins. Une étude récente leur recommande même de prendre une « pilule de nature » (c’est-à-dire de passer plus de dix minutes en contact avec la nature) au moins trois fois par semaine pour diminuer le stress psychosocial associé à la vie urbaine et ainsi améliorer leur santé mentale11. Un projet comme 1000 Trees n’est pas dans cette perspective une simple extension du parc urbain ou la production d’un nouvel artefact de verdure dans une ville autrement trépidante ; il est plutôt le signe d’une anxiété grandissante à propos d’un environnement physique de la ville qui en viendrait à déborder l’esprit humain. Je lis le travail de Heatherwick comme un monument à cette peur croissante chez les architectes et les cliniciens, les bureaucrates municipaux et les urbanistes : qu’aujourd’hui le problème principal de la citadinité est que nous avons laissé « la nature » trop loin derrière nous.

Comme un singe en cage

  • 12 Edward Osborne Wilson, Biophilie (Traduit de l'anglais par de Villeneuve), Paris, Éditions José Cor (...)
  • 13 Edward. Osborne Wilson, Biophilie, Paris, Éditions José Corti, 2012 [1984], p. 8.
  • 14 Stephen R. Kellert, « The biological basis for human values in nature », in Stephen R. Kellert & Ed (...)
  • 15 Edward. Osborne Wilson, Biophilie, Paris, Éditions José Corti, 2012 [1984], p. 20.
  • 16 Edward. Osborne Wilson, Biophilie, Paris, Éditions José Corti, 2012 [1984], p. 126.
  • 17 Edward. Osborne Wilson, Biophilie, Paris, Éditions José Corti, 2012 [1984], p. 129.
  • 18 Edward. Osborne Wilson, Biophilie, Paris, Éditions José Corti, 2012 [1984], p. 137.

8En 1984, le biologiste Edward O. Wilson a publié Biophilia, un curieux ouvrage, mi-mémoire mi-manifeste12. Ce livre – qui s’avère par ailleurs un parfait condensé de la mauvaise prose de Wilson et de pensées qui ne le sont pas moins – repose sur l’idée selon laquelle les humains ont un besoin intrinsèque, voire un désir impérieux, de vivre en présence d’êtres vivants. Wilson décrit la biophilie comme notre « tendance innée à se concentrer sur la vie et les processus biologiques13 ». Les êtres humains seraient dès leur plus jeune âge fascinés par les choses vivantes et attirés par elles, tel un papillon de nuit par la flamme. Comme l’a dit plus tard Stephen Kellert, un collaborateur de Wilson, le concept de biophilie « affirme une dépendance des humains à l’égard de la nature qui s’étend bien au-delà des simples enjeux de subsistance physique et matérielle pour englober leur quête effrénée de signification et de satisfaction esthétique, intellectuelle, cognitive et spirituelle14 ». Dans le contexte de la modernité industrielle, cette soif reste néanmoins inassouvie et c’est dans ce manque qu’émerge la pathologie. « Le monde naturel est le refuge de l’esprit », écrit Wilson, mais dans notre course vers l’industrialisation et l’urbanisation, « nous sommes en train de tuer celle que nous aimons15. » Notre inclination biophilique se manifeste davantage dans notre rapport au milieu : notre cerveau aurait évolué dans l’environnement si particulier des « savanes d’Afrique […] de vastes zones herbeuses aux allures de parcs16 ». Leur esprit étant ainsi prédisposé à la vie dans la savane, les êtres humains tendent, selon Wilson, à rechercher « des terrains découverts ponctués d’arbres, sur des éminences dominant une étendue d’eau. » C’est le fruit d’un « souvenir génétique, profondément enfoui, de l’environnement optimal de l’humanité17 ». À la fin du livre, dans une surprenante expérience de pensée, Wilson imagine une tentative pour créer une simulation du monde humain dans une colonie spatiale. Selon lui, le principal obstacle à une telle colonisation n’est pas tant de la bâtir ou de réussir à y respirer, mais se trouve dans la « santé mentale des colons ». Car érigée sur une planète déserte, la colonie ne comporterait pas la moindre forme de vie. Il conclut : « L’homme pourrait croître en ayant l’aspect de la normalité dans un environnement quasi dépouillé de ses plantes et de ses animaux, de la même manière que des singes passables sont élevés dans des cages de laboratoire18. » (voir : La Vallée de Yosemite, Albert Bierstadt, 1868, https://fr.wikipedia.org/​wiki/​Fichier:Bierstadt_Albert_Yosemite_Valley_Yellowstone_Park.jpg, Collection du musée de la Californie à Oakland).

  • 19 Yannick Joye, « Architectural Lessons From Environmental Psychology : The Case of Biophilic Archite (...)
  • 20 Kaitlyn Gillis & Birgitta Gatersleben, « A Review of Psychological Literature on the Health and Wel (...)
  • 21 Stephen R. Kellert & Elizabeth Calabrese, The Practice of Biophilic Design, s.d., p. 11.

9Dans le sillage de Wilson, a émergé tout un genre d’architecture et de design biophiles qui repose sur un intérêt de longue date pour les formes vaguement naturelles ou organiques (c’est-à-dire le plus souvent des choses qui se courbent légèrement), mais qui resitue ensuite cet intérêt dans le cadre des « résultats empiriques de diverses sous-disciplines psychologiques » montrant que « le contact avec la nature est en un sens bon pour le fonctionnement psychologique et physiologique humain »19. Comme le soulignent les psychologues Kaitlyn Gillis et Birgitta Gatersleben dans une analyse critique, le design biophilique s’appuie sur deux concepts de la psychologie environnementale : la « théorie de la restauration de l’attention » et la « théorie de la réduction du stress », qui, en substance, « suggèrent que certains environnements sont stressants, que d’autres ne le sont pas, et que d’autres enfin peuvent aider les individus à récupérer du stress et de la fatigue mentale20. » En d’autres termes, il ne s’agit pas simplement de dire que les espaces « naturels » sont agréables à vivre ou qu’ils permettent aux gens de se sentir bien ; il s’agit d’affirmer que le design fondé sur des principes naturels peut s’avérer essentiel dans la préservation de notre santé mentale, en particulier dans un contexte d’urbanisation galopante. Comme le résument Stephen Kellert et Elizabeth Calabrese dans un manuel de design biophilique : « Lorsque nous n’avons pas de contact visuel avec le monde naturel, comme par exemple dans un espace sans fenêtre et anonyme, nous ressentons généralement de l’ennui, de la fatigue et, dans les cas extrêmes, des troubles physiques et psychologiques21. » (voir : Supertrees, Rod Waddington, Singapour, 2016, https://www.flickr.com/​photos/​rod_waddington/​27428306290).

  • 22 Voir Christina Cogdell, Toward a Living Architecture ? Complexism and Biology in Generative Design, (...)
  • 23 James G. Ballard, L’'île de béton, Paris, Calmann-Lévy, 1979 [1974].
  • 24 James G. Ballard, Crash !, Paris, Calman-Lévy, 1974 [1973]. Jean Baudrillard, Simulacres et simulat (...)
  • 25 James G. Ballard, La trilogie de béton: Crash !, l'île de béton, I.G.H, Paris, Gallimard, 2006, p.  (...)
  • 26 Michelle Murphy, Sick Building Syndrome and the Problem of Uncertainty: Environmental Science, Tech (...)
  • 27 James G. Ballard, La trilogie de béton: Crash !, l'île de béton, I.G.H, Paris, Gallimard, 2006, p.  (...)
  • 28 James G. Ballard, La trilogie de béton: Crash !, l'île de béton, I.G.H, Paris, Gallimard, 2006, p.  (...)
  • 29 James G. Ballard, La trilogie de béton: Crash !, l'île de béton, I.G.H, Paris, Gallimard, 2006, p.  (...)
  • 30 James G. Ballard, La trilogie de béton: Crash !, l'île de béton, I.G.H, Paris, Gallimard, 2006, p.  (...)

10Je n’ai pas la place ici pour une critique détaillée de ce singulier mouvement aux multiples facettes22. Je souhaite plutôt le relier à un autre écrivain du vingtième siècle qui était profondément préoccupé par la relation entre troubles psychologiques et la matérialité des constructions. Je fais référence au romancier britannique de science-fiction, J. G. Ballard. Les héros des romans de Ballard, en particulier dans les années 1970, sont souvent des médecins, des architectes ou des scientifiques. Quant aux intrigues, elles sont articulées autour de vies bourgeoises qui se font et se défont au sein des infrastructures physiques de la modernité tardive. Dans L’île de béton23, par exemple, un architecte à succès envoie sa voiture par-dessus le parapet d’un échangeur routier et doit, alors qu’il est abandonné et oublié là, refaire sa vie sur un îlot de terrain en contrebas. Dans Crash ! (1973) – « le premier grand roman de l’univers de la simulation » selon Baudrillard24 – un scientifique reconstitue des accidents de voiture de célébrités à des fins érotiques. Mais le roman de Ballard qui touche le plus directement à la question de la folie et du design est I.G.H. (pour Immeubles de Grande Hauteur), paru en 1975. Ce roman raconte l’histoire d’un médecin, Robert Laing, qui emménage dans un appartement d’un gratte-ciel nouvellement construit. L’architecte de l’immeuble, Antony Royal, vit lui-même dans le penthouse (outre le fait que le nom de Laing évoque bien sûr le héraut du mouvement antipsychiatrique Ronald Laing, le mode de vie de Royal fait, lui, écho à celui de l’architecte et designer Erno Goldfinger qui a brièvement vécu au sommet de sa propre tour à Londres, l’emblématique Balfron Tower). Cependant, au fil du temps, Laing ainsi que les autres résidents perdent la raison et l’immeuble sombre dans une lente « avalanche psychologique25 », dans la violence de bandes, les agressions sexuelles, le meurtre et le cannibalisme. Ce n’est certainement pas une coïncidence si la parution du roman coïncide avec la période où, comme le montre Michelle Murphy dans son histoire du syndrome des bâtiments malsains, les cols blancs aux États-Unis commencent à se préoccuper des risques d’exposition à de nouvelles substances chimiques induite par leurs environnements de travail dans des tours d’immeubles hypermodernes26. Mais, pour Ballard, c’est plus largement l’environnement urbanisé de la ville qui engendre cette crise mentale — la ligne d’horizon en dents de scie des villes figurant « l’encéphalogramme tourmenté d’une crise mentale non résolue27. » Appuyé à son balcon, Laing en vient à se demander si la courbe des toits de la ville ne constituerait pas moins « une architecture d’habitat que le diagramme inconscient d’un mystérieux événement psychique28. » Ce qui se joue bien sûr ici est la crainte d’une rupture psychique totale avec un mode de vie humain plus ancien et peut-être écologiquement plus adapté : les habitants des tours, suggère Ballard, étaient « les premiers à maîtriser un nouveau mode d’existence du xxe siècle finissant […]. De bien des manières, la tour représentait l’achèvement de tous les efforts de la civilisation technologique pour rendre possible l’expression d’une psychopathologie vraiment “libérée”29. » Dans de telles conditions de liberté, le véritable ennemi des résidents errant dans l’immeuble n’était pas leurs voisins, mais plutôt « l’image de l’immeuble dans leurs esprits » : une « tour-volière », un « gigantesque zoo vertical », comme le suggère l’architecte Anthony Royal dans un étrange écho à Edward O. Wilson30 (voir : Balfron Tower, Londres, 2008.  Œuvre de l'architecte Ernő Goldfinger à la demande du Greater London Council, https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Balfron_Tower1.JPG).

Notre-Dame de l’aquaponie

  • 31 Feargus O’Sullivan, « Paris Wants to Grow ‘Urban Forests’ at Famous Landmarks », Bloomberg City Lab(...)

11En 2019, je me suis rendu à Paris pour assister à un rassemblement mondial de « leaders d’opinion » sur les avantages d’une ville plus verte. Le lieu était tout indiqué : la maire de Paris, Anne Hidalgo, venait d’annoncer un plan visant à créer une « forêt urbaine » et à arborer les principaux monuments de la ville. L’ambition était grande, comme en rend compte le journaliste Feargus O’Sullivan : « Paris imagine transformer le parvis de l’hôtel de ville en pinède », « tandis qu’au printemps prochain, la façade arrière de l’opéra surgira d’une mer de cerisiers en fleurs. La place bitumée à proximité de la gare de Lyon deviendra un jardin arboré »31.

12La conférence à laquelle j’assistais rassemblait des scientifiques, des urbanistes, ou encore des responsables politiques autour d’un programme commun sur la ville verte. Les organisateurs avaient vu grand. Plusieurs centaines de participants du monde entier s’étaient réunis sur le campus de la Sorbonne, parmi lesquels de nombreuses personnalités du monde des écosystèmes urbains. Il y avait un programme artistique, un projet de livre de microfiction et un buffet « de la ferme à la table ». Pour un événement se déroulant sur un campus universitaire, la chorégraphie était très soignée, avec un programme continu de « dialogues en plénière », de « microtalks » et des « sessions de semences émergentes », allant du financement des infrastructures vertes à la méditation avec les plantes. Nous avons eu droit à des discours de diverses personnalités politiques et économiques françaises, à un spectacle muet sur les arbres des rues auquel je n’ai rien compris, et beaucoup de conférences à propos des bienfaits psychologiques de la nature. J’ai participé à une session au cours de laquelle il fallait porter un casque de réalité virtuelle pour voir à quoi pourrait ressembler un toit végétal, et, une autre où vous deviez feindre d’être un lieu, pour ensuite être psychanalysé comme si vous étiez ce lieu. Une artiste a fait un exposé sur la façon dont elle aimait danser avec la nature en ville. Un peu plus tard, je l’ai aperçue très concentrée, sinuer de tout son corps le long de la rangée des petites plantes en pot qui bordaient l’entrée de la conférence.

Fig. 7 : L’auteur regarde une simulation de green room (chambre verte) par réalité virtuelle

Photo : Des Fitzgerald

13Il y avait dans tout cela quelque chose de séduisant, mais aussi d’étrangement évangélique, comme un bizarre mélange de l’esprit de la Silicon Valley, de Réveil chrétien, saupoudré d’éléments plus agressivement bourgeois du mouvement Extinction Rebellion. « Votre projet est si sacré et si merveilleux », a déclaré un intervenant à un autre. Un autre encore a lancé à un panel de conférenciers : « vos discours sont si beaux et si poignants. » Un urbaniste a très sérieusement annoncé au public : « Je suis un guérisseur ». Vous saisissiez l’idée. À chaque début de journée, on devait se lever, regarder autour de soi et se présenter aux personnes les plus proches. Car oui, c’était ce genre de conférence. Après quelques jours, j’ai vraiment eu besoin d’une pause. J’ai donc quitté mon hôtel un matin et, au lieu de me diriger vers la conférence, j’ai bifurqué et commencé à marcher vers la Seine, en direction de la cathédrale Notre-Dame de Paris. L’incendie qui l’a en partie détruite avait eu lieu quelques mois auparavant et elle était alors fermée aux visiteurs. Pourtant, la structure dévastée continuait d’attirer les touristes qui se pressaient autour des barrières, cherchant le bon angle pour photographier le trou béant, fixant intensément l’espace vide laissé par la flèche. (voir : Palingenesis : une forêt gothique et biomimétique pour la cathédrale, Paris, 2019, https://vincent.callebaut.org/​object/​190503_tributetonotredame/​tributetonotredame/​projects).

  • 32 Tom Ravenscroft, « Vincent Callebaut proposes a roof that generates energy and food for Notre-Dame (...)

14Suite à l’appel lancé par Emmanuel Macron, l’architecte Vincent Callebaut a proposé non pas de reconstruire le toit de la cathédrale à l’identique, mais de le transformer en jardin, avec un parc, un espace de recueillement et une ferme aquaponique. Selon le studio de Callebaut, la cathédrale deviendrait par cette démarche architecturale « exemplaire sur le plan de l’ingénierie écologique et l’Église pionnière en matière de résilience environnementale32. » Il s’agissait bien entendu d’une réalisation purement virtuelle : il a en effet été décidé un peu plus tard que la flèche serait reconstruite à l’identique, malgré les visions de grandeur chères à Emmanuel Macron. Et pourtant, en regardant mes photos souvenirs quelques mois plus tard et en repensant à cette proposition de transformer la cathédrale en parc, je me suis dit qu’il n’y avait pas de signe plus convaincant que la « nature » était devenue la substance iconique de la réparation psychologique et spirituelle dans la ville du xxie siècle. Dans ce recouvrement d’une technologie médiévale par une autre, le parc sur la cathédrale, pouvait-on trouver meilleur symbole que l’arbre, se substituant à la flèche pour marquer l’aspiration du citoyen urbain à transcender ses propres limites matérielles ? Y a-t-il manifestation plus évidente de l’obstination de la ville à se convaincre, face à l’apocalypse prédite par un chorus environnemental et psychologique de plus en plus assourdissant, qu’elle pourrait, peut-être, avoir encore un avenir ?

Haut de page

Notes

1 Lizzie Crook, « Heatherwick Studio reveals 1,000 Trees nearing completion in Shanghai », Dezeen, 12 Novembre 2019. En ligne : https://www.dezeen.com/2019/11/12/1000-trees-shanghai-heatherwick-studio/

2 Voir Sebastian Jordana, « UK Pavilion for Shanghai World Expo 2010 / Heatherwick Studio », Arch Daily, 30 mai 2010. En ligne : https://www.archdaily.com/58591/uk-pavilion-for-shanghai-world-expo-2010-heatherwick-studio

3 Donna Haraway, « Le patriarcat de Teddy Bear : taxidermie dans le jardin d'Eden New York, 1908-1936 » in Manifeste cyborg et autres essais : sciences - fictions – féminismes, Paris, Exils éditeurs, 2007, p. 145-218.

4 Des Fitzgerald, Nick Manning, Nikolas Rose & Hua And Fu, « Mental Health, Migration and the Megacity », International Health no 11, 2019, S1-S6.

5 Edmund Ramsden, « From Rodent Utopia to Urban Hell. Population, Pathology, and the Crowded Rats of NIMH », Isis, no 102/4, 2011, p. 659-688.

6 Ash Amin & Lisa Richaud, « Life Amidst Rubble : Migrant Mental Health and the Management of Subjectivity in Urban China », Public Culture, vol. 32, no 1, 2020, p. 77-106.

7 Voir Oliver Wainwright, « The garden Bridge is Dead – Now £37m of Public Money Must be Repaid », The Guardian. 28 Avril 2020. En ligne : https://www.theguardian.com/artanddesign/2017/apr/28/garden-bridge-dead-38m-public-money-repaid-boris-johnson

8 Jess Baker, « Thames Garden Bridge Could Change London's Landscape », The Weather Channel, 15 novembre 2013. En ligne : https://weather.com/home-garden/news/thomas-heatherwick-garden-bridge-thames-london-photos-20131115

9 Rowan Moore, « Thomas Heatherwick: Pied Piper who has the very rich under his spell » The Guardian, 20 août 2017. En ligne : https://www.theguardian.com/artanddesign/2017/aug/19/thomas-heatherwick-pied-piper-has-the-very-rich-under-his-spell

10 Voir Jason W. Moore, Capitalism in the Web of Life: Ecology and the Accumulation of Capital, Londres, Verso , 2015.

11 Marycarol R. Hunter, Brenda W. Gillespie & Sophie Yu-Pu Chen, « Urban Nature Experiences Reduce Stress in the Context of Daily Life Based on Salivary Biomarkers », Frontiers in Psychology, no 10, 2019, p. 722.

12 Edward Osborne Wilson, Biophilie (Traduit de l'anglais par de Villeneuve), Paris, Éditions José Corti, 2012 [1984].

13 Edward. Osborne Wilson, Biophilie, Paris, Éditions José Corti, 2012 [1984], p. 8.

14 Stephen R. Kellert, « The biological basis for human values in nature », in Stephen R. Kellert & Edward O. Wilson. (dir.), The Biophilia Hypothesis, Washington DC, Island Press, 1993, p. 20

15 Edward. Osborne Wilson, Biophilie, Paris, Éditions José Corti, 2012 [1984], p. 20.

16 Edward. Osborne Wilson, Biophilie, Paris, Éditions José Corti, 2012 [1984], p. 126.

17 Edward. Osborne Wilson, Biophilie, Paris, Éditions José Corti, 2012 [1984], p. 129.

18 Edward. Osborne Wilson, Biophilie, Paris, Éditions José Corti, 2012 [1984], p. 137.

19 Yannick Joye, « Architectural Lessons From Environmental Psychology : The Case of Biophilic Architecture », Review of General Psychology, vol. 11, no 4, 2007, p. 305.

20 Kaitlyn Gillis & Birgitta Gatersleben, « A Review of Psychological Literature on the Health and Wellbeing Benefits of Biophilic Design », Buildings, vol. 5, no 3, 2017, p. 949.

21 Stephen R. Kellert & Elizabeth Calabrese, The Practice of Biophilic Design, s.d., p. 11.

22 Voir Christina Cogdell, Toward a Living Architecture ? Complexism and Biology in Generative Design, Minneapolis, MI, University of Minnesota Press, 2019.

23 James G. Ballard, L’'île de béton, Paris, Calmann-Lévy, 1979 [1974].

24 James G. Ballard, Crash !, Paris, Calman-Lévy, 1974 [1973]. Jean Baudrillard, Simulacres et simulation, Paris, Éditions Galilée, 1981, p. 175

25 James G. Ballard, La trilogie de béton: Crash !, l'île de béton, I.G.H, Paris, Gallimard, 2006, p. 693.

26 Michelle Murphy, Sick Building Syndrome and the Problem of Uncertainty: Environmental Science, Technopolitics and Women Workers, Durham, NC, Duke UP, 2006.

27 James G. Ballard, La trilogie de béton: Crash !, l'île de béton, I.G.H, Paris, Gallimard, 2006, p. 569.

28 James G. Ballard, La trilogie de béton: Crash !, l'île de béton, I.G.H, Paris, Gallimard, 2006, p. 599.

29 James G. Ballard, La trilogie de béton: Crash !, l'île de béton, I.G.H, Paris, Gallimard, 2006, p. 619.

30 James G. Ballard, La trilogie de béton: Crash !, l'île de béton, I.G.H, Paris, Gallimard, 2006, p. 703, 803.

31 Feargus O’Sullivan, « Paris Wants to Grow ‘Urban Forests’ at Famous Landmarks », Bloomberg City Lab, 19 juin 2019.

32 Tom Ravenscroft, « Vincent Callebaut proposes a roof that generates energy and food for Notre-Dame Cathedral », Dezeen, 9 mai 2019. En ligne : https://www.dezeen.com/2019/05/09/notre-dame-roof-vincent-callebaut-energy-food-farm/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Des FITZGERALD, « Un gigantesque zoo vertical »,Terrain, 76 | 2022, 164-181.

Référence électronique

Des FITZGERALD, « Un gigantesque zoo vertical », Terrain [En ligne], 76 | mars 2022, mis en ligne le 03 mai 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/terrain/23298 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terrain.23298

Haut de page

Auteur

Des FITZGERALD

University of Exeter

Haut de page
  • Logo INSHS
  • Logo MSH Mondes
  • Logo Hauts-de-Seine
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo Musée du quai Branly
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search