Navigation – Plan du site
Repères

Un capital dormant

La transmission patrimoniale de la forêt paysanne en Franche-Comté 1
Philippe Cardon
p. 143-154

Résumés

Cet article voudrait montrer en quoi la forêt paysanne, propriété d’exploitants agricoles en activité et en retraite, est vécue comme un capital de réserve (ou capital dormant), dans lequel on peut puiser en fonction de ses besoins matériels et/ou économiques (on retrouve l’idée du quant-à-soi développée par Marshall Sahlins à propos des sociétés dites primitives). La gestion de la forêt est alors une activité subalterne à l’activité agricole. Elle est assurée par le père exploitant retraité. La forêt est cet autre espace de la vie familiale, où le fils successeur de l’exploitation agricole reconnaît une place légitime au père.

Haut de page

Entrées d’index

Thème :

esthétique

Lieu d'étude :

Franche-Comté

Mot-clé :

forêt, transmission
Haut de page

Texte intégral

« Parce que les biens hérités

ne sont pas des biens marchands comme les autres, mais chargés d’histoire familiale, leur économie

est singulière » (Gotman 1990 : 124).

1Dans le massif montagneux de Franche-Comté, la forêt a longtemps constitué une réserve de bois répondant aux besoins des habitants des villages, majoritairement agriculteurs. Charpentes, poutres, planches, perches à voiture (à fourrage et autres), clôtures, outils, seaux, tavaillons, bois de chauffage, etc. étaient ainsi façonnés à partir de cette matière première qui constituait une des ressources essentielles de la vie agricole. Les agriculteurs avaient souvent une double activité, une activité forestière (bûcheronnage, débardage, etc.) venant compléter leur travail agricole. Exploitation de la forêt et agriculture étaient fortement imbriquées.

2Avec la révolution agricole des années d’après-guerre, l’agriculture se modernise et se spécialise. Le métier de paysan se professionnalise, avec la mise en avant et la valorisation de compétences professionnelles, de techniques qui lui sont propres et l’instauration d’une formation agricole, qui deviendra obligatoire pour pouvoir prétendre aux aides à l’installation. Le métier d’exploitant agricole s’autonomise. Peu à peu, l’imbrication forêt/agriculture tend à disparaître même si, dès 1946, l’Etat a tenté de stimuler la production de ressources forestières en proposant des primes au reboisement. Trente ans plus tard, un constat s’impose : il y a à la fois une déprise agricole, une diminution de la forêt attachée à des exploitations agricoles et une nouvelle forêt, privée, mal gérée et mal entretenue.

3Aujourd’hui, les institutions de gestion de la forêt, entre autres le Centre régional de la propriété forestière (CRPF), considèrent que la forêt pourrait constituer un complément de revenu pour les agriculteurs, notamment comme réponse à la déprise agricole. L’action du Centre régional de la propriété forestière, en accord avec les techniciens agricoles, vise alors à insérer le boisement de certaines terres agricoles dans la gestion de la forêt existante et dans le contexte général de l’exploitation agricole. Philippe Martinel, directeur du CRPF Midi-Pyrénées, estime ainsi que « la diversification vers la forêt représenterait un intérêt pour beaucoup d’agriculteurs et des ruraux et que son intensification s erait un des maillons importants du maintien d’activités en milieu rural » (Martinel 1995 : 13).

4Au regard des analyses des gestionnaires de la forêt, la prise en compte des points de vue des agriculteurs concernés est pertinente. Pour l’appréhender, on s’interrogera sur la manière dont les agriculteurs propriétaires de surfaces boisées se représentent la forêt, la sylviculture et sur les liens qui existent entre l’exploitation agricole et la forêt, en tant que biens familiaux transmissibles.

Le patrimoine forestier

5Comprendre les représentations associées à la forêt chez les exploitants agricoles nécessite de connaître les fonctions auxquelles elle répond pour ces derniers. Pour ce faire, on analysera les différentes utilisations du bois (autoconsommation, vente), les pratiques sylvicoles mises en œuvre ainsi que les conceptions qui légitiment ces pratiques.

6D’une manière générale, la forêt s’apparente à un lieu de prélèvement visant à satisfaire des besoins domestiques. D’une part, elle permet de se fournir en bois de chauffage par la coupe des arbres secs, morts ou malades. Le hêtre (ou foyard) est l’arbre de feu par excellence : il brûle lentement et, à la différence de l’épicéa ou du sapin, « il n’encrasse pas la chaudière ». La parcelle en propriété ne suffisant souvent pas à fournir l’ensemble du bois de chauffage 2, l’exploitant se fournira également sur la forêt communale. D’autre part, l’utilisation de bois d’œuvre (épicéa, sapin) pour l’exploitation agricole est également une pratique courante, la majorité des exploitants effectuant des coupes de bois d’œuvre dans leurs parcelles afin de refaire une charpente, des planches ou pour la construction d’un nouveau bâtiment agricole. Les exploitants agricoles ont d’ailleurs une préférence quasi sentimentale pour le résineux, largement dominant sur la zone, dont ils valorisent la « puissance » et la « résistance ».

7La vente de bois s’inscrit souvent dans une logique de nécessité financière : la vente d’un certain cubage d’épicéas permet, par exemple, l’achat d’un tracteur ou d’une voiture, ce qui confirme bien la conception d’une forêt réserve. Par ailleurs, l’entretien des parcelles donne lieu à la vente de bois de trituration, voire de bois d’œuvre, qui permet tout au plus de payer le travail qui a été fait 3. La forêt est là, « au cas où il y ait un problème ou un besoin » (agriculteur). Peu d’exploitants sont d’ailleurs disposés à acheter du bien forestier. Pour eux, la forêt représente un petit espace boisé familial à entretenir, à gérer et à transmettre : « On est en fait propriétaire un temps, on est surtout gérant avant tout, on la gère pour les générations suivantes » (agriculteur).

8La gestion de la forêt est ainsi principalement une gestion opportuniste, dont la finalité est de répondre aux nécessités et besoins personnels. La forêt est un espace dans lequel on peut puiser en fonction de ses besoins ligneux. Elle est aussi une réserve permettant de satisfaire des besoins matériels et des besoins économiques.

9Marshall Sahlins observait déjà ce phénomène à propos des sociétés dites primitives. Le mode de production domestique des sociétés dites primitives se définit dans un rapport production/ consommation, visant à assurer la satisfaction des besoins immédiats. Selon lui, « les économies domestiques sont sous-productives. […] elles paraissent, pour la plupart, ignorer leurs propres capacités économiques. […] la sous-production n’est pas nécessairement incompatible avec l’abondance originelle » (1976 : 82). Ce qui définit alors pleinement la notion de production domestique, c’est « ce droit de la famille en tant que membre du groupe ou de la communauté propriétaire, d’exploiter directement et indépendamment pour subvenir à ses propres besoins » (ibid. : 139). « Loin d’inciter à produire pour autrui, une certaine autonomie dans le domaine de la propriété renforce l’attachement de chaque maisonnée à ses propres intérêts » (ibid. : 137) ; c’est ce que Marshall Sahlins nomme le quant-à-soi économique : l’économie (au sens où l’entendent les sociétés modernes), loin de se constituer en champ autonome, n’existe pas en soi.

10Cette conception de l’économie primitive se retrouve majoritairement chez les exploitants agricoles au regard de la forêt : pour eux, la forêt n’est pas une source de profits. Elle s’apparente avant tout à un espace de réserve, visant à satisfaire les besoins du foyer (bois de chauffage, entretien de la maison et de l’exploitation agricole). Cela confirme les observations de Dominique Normandin (1996), pour qui la fonction d’approvisionnement de l’exploitation est privilégiée chez la majorité des exploitants disposant de surfaces boisées. La forêt remplit également une fonction de réserve foncière ou financière, permettant de répondre à des besoins précis à un moment donné. « Si une spécificité de la forêt paysanne doit être recherchée, elle réside probablement dans le fait que son rôle premier est de satisfaire les besoins à court terme de l’exploitation et du ménage » (ibid. : 4). La forêt est avant tout un capital dormant, un capital sécurité, dans lequel on peut puiser « au cas où » (agriculteur) ; elle est un à-côté, s’intégrant dans l’économie domestique.

11La forêt s’oppose d’ailleurs à l’exploitation agricole en termes d’activité : elle incarne le temps, la durée, elle permet de remettre au lendemain ce qui n’a pas été fait le jour même. « On n’est pas pressé, quoi, l’arbre, il n’est pas à un jour près. C’est pas comme les vaches, la traite, c’est la traite, elles prennent pas de congés » (agriculteur). N’étant pas un espace à rentabiliser et à soumettre à une gestion rigoureuse et précise, elle ne subit aucune contrainte professionnelle et économique. Elle n’est pas non plus un espace d’investissement de matériel, ce dernier, relativement sommaire, provenant généralement de l’exploitation agricole : le tracteur servant entre autres à sortir les fûts abattus, une remorque pour le transport des bois coupés (principalement le bois de chauffage), une tronçonneuse, des câbles servant notamment à tirer les fûts, des cordes, une scie à élaguer, une serpe pour certains petits travaux de coupe, et parfois une petite débroussailleuse à essence. Aucun matériel de protection n’est utilisé, les exploitants agricoles estimant ne pas en avoir besoin : pour eux, la forêt est avant tout un espace de détente où ils ne réalisent que de petits travaux.

12Le type de travail au bois varie selon les saisons. L’hiver, l’agriculteur va en forêt pour élaguer. Il ne réalisera cependant pas de gros travaux (type coupe), à cause de la neige. La période allant de la fin de l’hiver au début du printemps est davantage propice au repérage des arbres, des branches cassées. Avec le printemps et l’approche de l’été, les premiers travaux de débroussaillage sont réalisés, ainsi que la coupe des arbres cassés, ou morts, etc. Mais c’est surtout la fin des moissons qui marque le début de travaux plus importants. Dès cette période, on coupe le bois pour le chauffage, travail qui peut se poursuivre jusqu’à l’automne.

13Si le patrimoine agricole apparaît bien comme support d’identité professionnelle, au travers duquel sont valorisées des compétences techniques et gestionnaires visant à rentabiliser la production, la forêt est au contraire un espace non professionnel, où sont valorisés des savoirs empiriques. Quelles que soient leurs pratiques sylvicoles, les exploitants se considèrent avant tout comme exploitants « agricoles ». Certains insistent sur le fait qu’ils ne sont pas spécialistes et qu’ils font appel à des professionnels pour les gros travaux sylvicoles, voire pour le choix des arbres à abattre. D’autres se sentent capables de gérer correctement leur(s) parcelle(s) et d’y effectuer des travaux de coupe, etc. Mais l’identité agricole ne peut se fonder sur le rapport entre agriculture et sylviculture. Les deux ne peuvent être confondues : l’agriculture est nécessairement associée à la profession, la forêt est associée à un à-côté, espace non professionnel. Elle peut être vécue comme complémentaire à l’agriculture en tant qu’elle fournit du bois utile pour l’exploitation, mais elle n’est pas un espace de valorisation de connaissances pratiques et théoriques professionnalisantes. Pour beaucoup d’exploitants agricoles, la forêt est en fait un espace de solitude, de tranquillité et de détente. Elle diversifie l’activité agricole et permet de rompre avec la routine de cette dernière 4.

14Cette conception d’une forêt réserve peut en partie s’expliquer par la manière dont les exploitants agricoles définissent la forêt et l’intervention sylvicole. Leurs conceptions sylvicoles sont majoritairement associées à l’idée que la forêt est un espace relativement autonome : elle « pousse toute seule » (agriculteur) et il faut la laisser faire. Ils laissent avant tout « pousser », confiants dans une nature apte à gérer elle-même les rapports entre les arbres. L’idée de compétition et de sélection naturelle entre les arbres est largement mise en avant : les arbres les plus « forts » survivront au détriment des plus « faibles » et « feront de beaux fûts » (agriculteur). La sylviculture interventionniste et dynamique prônée par le Centre régional de la propriété forestière est, en fait, loin d’être appliquée par les exploitants agricoles. En effet, cette sylviculture dynamique nécessite un suivi permanent, un comptage précis des arbres et une mise en valeur d’une forêt jeune pour la futaie jardinée 5, et d’une forêt aérée, dégagée pour la futaie régulière. La sylviculture, telle que la définissent et la pratiquent les exploitants agricoles, est au contraire non interventionniste et non dynamique. Pour la majorité d’entre eux, l’intervention sylvicole doit être faible et légère. Cela se repère particulièrement chez les agriculteurs propriétaires de plantations de sapins et d’épicéas qui ne réalisent que des travaux d’élagage et quelques coupes, mais jamais d’éclaircies. Leur travail forestier se résume à de l’entretien et du nettoyage : débroussailler, enlever les arbres dépérissants ou morts, couper les fûts arrivés à terme, dégager les jeunes pousses. Comme le souligne Olivier Nougarède, « le point de vue des agriculteurs sur la gestion et l’exploitation forestière montre qu’ils sont complètement étrangers aux acquis de la sylviculture moderne » (1996b : 3).

15Mais, loin d’être négligé, le travail d’entretien et de nettoyage des bois est fondamental pour les exploitants agricoles. Il a une double fonction :

  • d’un point de vue phytosanitaire, il évite la propagation des maladies, favorise la pousse du semis et permet un apport d’humus. Les exploitants agricoles du haut Jura utilisent peu, voire pas, le feu comme outil de nettoyage. Les branches et les branchages issus des coupes de nettoyage ou des coupes d’arbres sont généralement laissés à pourrir sur le sol, éparpillés ou en tas, permettant un apport important d’humus. Le feu n’est utilisé que dans les cas de bois malades, atteints du bostryche par exemple. Il est donc avant tout un outil de lutte contre la propagation des maladies.

    d’un point de vue esthétique, une forêt nettoyée est plus « belle ». Les exploitants agricoles sont très attentifs à la manière dont les autres propriétaires gèrent leur forêt. Il n’est pas rare, lorsqu’on se promène en forêt avec un exploitant agricole, de l’entendre exprimer son mécontentement vis-à-vis de propriétaires qui n’entretiennent pas leur bien forestier, qui « laissent traîner des arbres morts partout, c’est pas normal, ça » (agriculteur). Ils leur reprochent d’abandonner un bien familial, de ne plus en connaître les limites, voire de ne plus connaître l’emplacement exact de la parcelle 6. Ce regard porté sur la propriété d’autrui, ce coup d’œil jeté au détour d’un sapin sur la parcelle du voisin montrent à quel point la forêt privée est vécue comme étant le reflet de soi. Ici, ce qui prime, c’est la conservation du bien familial que l’on doit transmettre en l’état. Il y a un lien étroit entre entretien, esthétisme et conservation du bien familial : ordre, rangement, propreté, tels sont les leitmotivs des exploitants agricoles. De plus, ne pas entretenir ses bois, c’est gaspiller une production immédiatement utilisable, telle que le bois de chauffage ou le bois de trituration, issus des travaux d’entretien.

16L’agriculteur voit dans la forêt davantage un espace esthétisant et un lieu de qualité de vie (détente, chasse, cueillette, etc.) qu’un espace de production ou une source de profits. La forêt dite « paysanne » s’apparente davantage à un espace ludique et d’autosubsistance. Elle est vécue comme un capital dormant, un capital de sécurité qu’il faut entretenir (certains disent « bichonner »)7 parce que, au-delà de sa fonction de réserve, la forêt est un patrimoine familial qu’il faut conserver et surtout transmettre de génération en génération.

Un bien familial transmissible

17La règle qui définit la transmission du patrimoine agricole (terres, bâtiments, etc.) entre générations préserve l’intégrité du patrimoine agricole en privilégiant un seul enfant. Au contraire, la règle qui s’applique à la transmission de la forêt est égalitaire, avec redistribution du bien : d’une manière générale, fils et filles sont héritiers des surfaces boisées sans différenciation sexuelle. Le partage égalitaire est fixé non sur les surfaces, mais sur une estimation de la valeur en bois de la parcelle parentale. Cependant, si la forêt se transmet sans différenciation sexuelle entre fils et filles, elle est un espace de travail fondamentalement masculin : le travail forestier est assuré par les hommes. Il y a un écart entre héritage du bien et héritage des pratiques. Autrement dit, s’il est inclus dans le « tout » patrimonial transmissible (entendu comme bien matériel et symbolique), le savoir n’est pas transmis au hasard (Jacques-Jouvenot 1997). Il est transmis aux fils. Plus précisément, la gestion et l’entretien des bois incombent généralement au fils repreneur de l’exploitation agricole. Parfois, ses frères s’occuperont eux-mêmes de leur propre bien forestier, mais c’est toujours au fils héritier de l’exploitation agricole qu’appartient la tâche d’entretenir les parcelles de ses sœurs.

18Le fils successeur de l’exploitation agricole hérite ainsi, non seulement d’une part du bien forestier (soumis au partage), mais également de la gestion de la quasi-totalité, voire de la totalité, du bien forestier partagé entre les collatéraux. Cette situation s’explique en partie par le fait que la majorité des collatéraux n’habitant plus sur place, seul le fils qui est resté a la possibilité objective de gérer le bien partagé (sachant que ses sœurs n’ont hérité d’aucun savoir sylvicole). Ce qui se transmet avec le savoir, c’est également une place et un rôle social particuliers. Les propos mêmes des exploitants confirment cette hypothèse : selon eux, il leur incombe de gérer les parcelles de leurs collatéraux en tant qu’ils sont exploitants agricoles, fils successeurs. Ils ont autorité sur l’ensemble du bien forestier parental, d’autant qu’ils ont hérité du savoir sylvicole.

19Le savoir transmis est avant tout un savoir empirique, acquis « sur le tas », par l’expérience. Très jeunes, les fils accompagnent leur père en forêt, pour faire le bois de chauffage, nettoyer les parcelles. Ils apprennent à identifier les arbres à couper ou à conserver, à repérer les limites de parcelle. On pourrait parler d’une certaine « mémoire familiale de la technique », ce qu’on sait, on le tient de la génération d’avant. On a appris en voyant faire, on a appris en faisant… Subtils savoirs empiriques, divers et variés, qui se confondent entre les générations. On apprend à voir, à écouter, on glane des informations de-ci de-là8. C’est l’expérience, la patience et le temps qui dessinent les contours du savoir, qui en forgent les contenus et les valeurs. L’apprentissage du savoir sylvicole chez les exploitants agricoles est familial et empirique.

20Un troisième élément du processus de transmission doit être évoqué maintenant : l’interaction ascendant-successeur. En effet, « transmettre ne peut se comprendre uniquement à partir de l’attitude des ascendants, et nous devons considérer la transmission et l’héritage comme les deux faces d’un même processus » (Jacques-Jouvenot 1997 : 60) : la transmission n’impliquant pas uniquement les ascendants, elle est un lieu d’interactions entre ascendants et successeurs (c’est-à-dire, pour ce qui nous intéresse, entre père et fils repreneur de l’exploitation) où s’actualisent des savoirs et des représentations du monde particuliers et, parfois, différents.

Un espace de reconnaissance du père

21La transmission effective de la forêt se réalise lors du décès du père ou lorsque ce dernier se trouve confronté à l’impossibilité physique d’aller y travailler. La transmission de la forêt diffère ainsi de celle de l’exploitation agricole, puisque cette dernière s’accomplit au moment de la retraite des parents. En fait, si la retraite signifie pour le père la fin de son activité agricole professionnelle, elle signifie aussi pour lui la possibilité de porter une attention plus grande à sa forêt. Cette dernière est ainsi gérée et travaillée par le père « jusqu’au bout », pourrait-on dire. La retraite « donne du temps » que l’on consacre à la forêt, la difficile conciliation entre travail agricole et travail forestier n’ayant laissé jusqu’à présent que peu de temps pour s’investir dans le travail forestier :

22Le fils m’ayant dit : « Moi, la forêt, c’est pas tellement mon truc, c’est plutôt mon père, moi, c’est l’agriculture », le père, 73 ans, me répond : « Oui, oui, bien sûr, vous m’auriez questionné comme ça il y a trente ans, j’aurais dit que l’exploitation forestière, c’était pas mon activité première, mais à partir du moment où j’ai été moins pressé dans ma ferme, je me suis occupé, je savais bien que, pendant des années, il y avait du débroussaillage que je n’avais pas le temps de faire. On peut pas tout faire et on fait ce qui est… on fait d’abord sa profession. Je me disais toujours que, quand je serais en retraite, j’aurais davantage de temps pour aller fignoler… le débroussaillage… même de transplanter… Je transplante des vides, il y a toujours des vides à transplanter. J’aurais souhaité le faire il y a trente ans, mais j’avais pas le temps et les hivers sont longs ici, on n’a pas la possibilité de faire du travail en forêt l’hiver… Bon, voilà, c’est vrai, maintenant, j’ai le temps, ça occupe. Et vous savez, mon père, c’était pareil, il a attendu la retraite… comme moi. »

23Ces propos sont repris par les fils, qui mettent en avant l’exploitation agricole comme activité professionnelle. La distance prise vis-à-vis de la forêt est alors d’autant plus importante que le fils est jeune. L’opposition tradition-modernité est fortement présente chez lui : la forêt est alors regardée comme faisant partie d’une autre époque. L’extrait d’entretien qui suit est exemplaire en ce sens. Le père, âgé de 53 ans, a hérité de 2 hectares de forêt de son père, lors du décès de ce dernier il y a cinq ans. Il gère également 8 hectares partagés entre ses trois sœurs et son frère et reconnaît qu’il ne peut s’en « occuper à fond, j’ai pas trop le temps, mais avec la retraite, ça ira mieux. Pour l’instant, je fais ce que je peux ». Son fils, 18 ans, présent lors de l’entretien, prépare le BEPA.

24Enquêteur (au fils). – Ton père dit que tu n’es pas très intéressé par la forêt.
Fils. – Oui, pas… enfin, ça me plaît pas trop, mais si vraiment… le bois j’aime pas trop, j’aime pas travailler le bois. Il y a des gens qui aiment et il y a des gens qui aiment pas. Moi, j’en rencontre pas mal, en principe des jeunes d’aujourd’hui qui n’aiment pas le bois…
Enquêteur. – Tu penses que c’est dû à quoi ?
Fils. – Changement de génération. Moi, dans mon bahut, où je suis, je sais qu’on est 14 élèves, il y a 14 élèves où c’est qu’on n’aime pas le bois. On s’est déjà tous interrogés, c’est marrant mais c’est comme ça, quoi… Et pourtant, ils vont au bois mais presque à contrecœur. Ils vont au bois parce qu’il faut aller au bois. Moi, je pense que… leur père, il leur dit d’aller au bois, ils vont au bois. Parce que c’est un boulot quoi…
Enquêteur. – Quel est l’intérêt d’avoir une forêt ?
Fils. – Se chauffer, avoir des bois… enfin… c’est déjà pas mal.
Père. – Il y a quand même un intérêt pécuniaire quand on vend des bois d’œuvre.
Fils. – Oui, pour se faire de l’argent aussi…
Enquêteur. – Et pourtant, toi, ça t’intéresse pas.
Fils. – C’est pas que ça m’intéresse pas.
Père. – Non, pas beaucoup.
Fils. – Non, pas beaucoup…
Père. – Quand on parle de bois, tu parles mazout tout de suite.
Fils. – Oui, parce que le monde a évolué, moi je pense. Je suppose que les gens aujourd’hui, c’est comme dans le temps, il y avait pas de télé, il y avait pas de tout ça. Bon aujourd’hui, le monde a évolué, il évoluera de plus en plus, on cherchera toujours à perfectionner les machines qu’on a, quoi… chauffage au bois, comme disent mes camarades, ils disent que c’est pour les anciens, quoi… Voilà ce qu’ils disent. Moi, j’ai pas d’avis là-dessus, mais voilà ce que j’entends […].
Enquêteur. – Mais ton père, il a des bois, et toi ça t’est égal d’en avoir ou pas ?
Fils. – Ben, si, ça me plairait d’en avoir, mais au moins l’avoir, mais c’est peut-être pas moi qui m’en occuperais…
Père. – Oui, mais je serai pas toujours là pour le faire, c’est ça le problème. Si on ne s’en occupe pas, il y a quelque chose qui va plus… C’est pas comme un meuble qu’on met dans un coin et puis qu’on n’y touche plus… […]
Fils. – On peut pas faire les deux à la fois : soit agriculteur, soit bûcheron… C’est ce que je conçois, moi.
Enquêteur. – Mais ça te plairait d’avoir de la forêt ?
Fils. – Oui, pourquoi pas… C’est toujours bien… ça a été à nos ancêtres… pour dire au moins de faire le geste de dire que c’est à nous… pour penser à nos ancêtres parce qu’avant ils avaient quand même de la forêt… il faut penser à eux et la conserver…

25Dans cette interaction intergénérationnelle, ce n’est pas tant la question du savoir forestier qui est en jeu que celle de la gestion et de la transmission de la forêt familiale. Il y a conflit entre le père et le fils lorsque ce dernier se dit désintéressé par la forêt.

26Cependant, même lorsqu’ils se disent peu intéressés par le travail forestier, les jeunes reconnaissent que la forêt est un patrimoine familial qu’ilsse doivent de respecter. Elle est fortement vécue comme un patrimoine, au sens étymologique du terme, c’est-à-dire contenant en lui-même une référence aux ancêtres et une idée de durée. Les jeunes exploitants savent qu’ils se devront un jour de le conserver et de le pérenniser.

27Les exploitants d’une trentaine d’années ayant déjà hérité du bien forestier (le père étant décédé ou ayant déjà fait les partages) se sentent d’ailleurs responsables du bien familial forestier : même s’ils n’éprouvent aucun attrait particulier pour la forêt, ils préfèrent « garder » le bien paternel plutôt que de le vendre, parce que ce bien est défini comme un patrimoine familial 9. La distance prise avec la forêt est d’une manière générale relativisée pour cette génération d’exploitants. Le fils successeur reconnaît la difficile conciliation entre agriculture et forêt, mais la distance vis-à-vis du travail forestier est moins importante. Il envisage plus facilement de s’occuper du bien familial. L’extrait d’entretien qui suit a été réalisé en présence du père, âgé de 71 ans, et de son fils, âgé de 35 ans. Son père ayant de plus en plus de difficultés physiques à travailler au bois, le fils vient de plus en plus souvent l’aider et travailler avec lui en forêt.

28Enquêteur (au fils). – « Et vous la forêt ? Parce que l’autre jour au téléphone vous m’avez dit de voir votre père…
Fils. – Oui, vous avez affaire à un spécialiste alors que moi, je pourrais pas vous dire grand-chose sur la partie forêt. Moi, je suis agricole.
Enquêteur. – Mais vous y allez ?
Fils. – Ben, on y va déjà moins, oui et puis, si vous voulez, j’ai ce que je sais de mon père, mais on n’a pas… j’ai pas cinquante années de pratique derrière moi. J’apprends doucement… enfin, quand j’ai le temps.
Enquêteur. – J’ai demandé à votre père pourquoi vous aviez repris un peu de forêt parce que je connais pas mal de jeunes qui sont pas intéressés.
Fils. – Oui, qui en veulent pas. Oui, mais… bon, moi, c’est pas que ça m’intéresse pas, ça m’intéresse mais bon, de là à… par exemple, le métier de bûcheron, je pense que je serais pas fait pour ça. Par contre, avoir un petit coin de forêt à bichonner, si je pense… Et puis disons que c’est vrai souvent les paysans, je pense qu’on a le défaut, enfin le défaut… on peut pas assez dire, il faut vraiment être passionné et puis y être souvent dans une forêt pour vraiment savoir en parler. C’est pour ça que je vous ai dit de parler avec lui. Lui, il sait.
Enquêteur. – Et vous, vous avez une pratique ou pas du tout ?
Fils. – Bon, si vous voulez, c’est difficile d’être bon et d’être à la fois avec son métier principal, les vaches. Nous, c’est avant tout la production de lait, c’est ce qui nous fait gagner notre vie. Et puis d’arriver à se passionner de plein de choses à la fois… Il y a des gens qui arrivent à être bons partout, mais tout en même temps, c’est une étape aussi, quoi. Toi, tu as jamais été autant dedans que depuis que tu es en retraite.
Père. – C’est ce que je disais à monsieur. On a une profession et la première des choses, c’est de s’en occuper.
Fils. – Le bois, ça passe après. C’est vrai que sur le haut Jura, il y avait des fermes qui étaient plus forêt… enfin, je sais pas… moi, ça me plaît, mais c’est peut-être ça, chaque chose en son temps. Et puis bon, moi, j’y vais quand même avec le père et il me montre et c’est comme ça qu’on apprend quoi… mais doucement.

29Le rapport entre activité agricole et activité forestière semble être une clé d’analyse du processus de transmission de la forêt. Il pose la question de l’identité professionnelle et sociale et celle de la place et du rôle de chacun au sein de la famille agricole. En effet, dans le cas des jeunes exploitants, qu’ils soient intéressés ou non par la forêt, cette dernière est avant tout « l’affaire » du père. Le jeune reconnaît ce dernier comme détenteur d’un certain savoir et comme étant mieux « prédisposé » à s’occuper du bien familial.

30Si la forêt a une fonction commune pour l’ensemble des personnes interrogées (fournir du bois de chauffage), le fils, qui attribue à la forêt cette fonction, la pratique le plus souvent avec son père. Ils travaillent alors ensemble mais leur statut respectif est clair : le fils est celui qui vient aider, rendre service au père. La gestion, l’entretien, le travail du bien familial sont considérés comme étant du domaine du père. La forêt est un espace paternel. Pour certains, c’est même « une histoire de vieux, la forêt. C’est pour les anciens ». Le jeune reconnaît toujours le père comme spécialiste, à des degrés de connaissance différents. C’est lui qui « sait », qui est reconnu comme détenteur du savoir forestier, fruit d’une longue expérience acquise au cours de toute une vie.

31La forêt n’est pas un espace conflictuel en termes de savoir entre le père et le fils. Elle se distingue ainsi de l’exploitation agricole dont le processus de transmission est la source de multiples conflits entre le père et le fils qui lui succède (sur les méthodes de travail, sur les façons de conduire l’exploitation, d’envisager l’avenir) parce que sont en jeu le statut professionnel du fils et le pouvoir sur l’exploitation. Ainsi, « faire des études est une manière pour les fils de revendiquer plus tôt le statut de chef sur l’exploitation en arguant des capacités techniques à exercer le métier, capacités qui dépassent celles détenues par le père » (Jacques-Jouvenot 1997 : 58). La forêt participe d’une autre logique : elle n’est pas le lieu de conflits liés au savoir ; aucun apprentissage non familial ne peut venir interférer dans l’interaction père-fils, d’autant plus que le père reste détenteur du bien et dépositaire du savoir jusqu’à sa mort, et qu’il est reconnu comme tel.

32Cette reconnaissance des pleins pouvoirs du père sur la forêt permet au fils de revendiquer une pleine autonomie sur l’exploitation. « Rapprocher » son père de la forêt, c’est aussi, en quelque sorte, l’écarter de l’exploitation. Pour le père, se reconnaître et être reconnu comme dépositaire du savoir forestier et comme ayant autorité sur un espace particulier (la forêt), c’est contrecarrer une réalité sociale (la retraite) qui lui ôte toute fonction sociale. La forêt est alors un espace de valorisation d’une activité s’inscrivant parfaitement dans un projet familial : on ne gère pas la forêt pour soi, mais pour les générations futures. Ainsi, la transmission des biens familiaux, dans les interactions familiales qu’elle suscite, attribue spatialement et sociologiquement un rôle et un statut particulier à chacun. Le « à chacun son boulot » exprimé par les exploitants agricoles lorsqu’ils comparent les professions d’agriculteur, de bûcheron et de débardeur, peut parfaitement s’appliquer à l’ascendant et à son successeur, par rapport à l’exploitation agricole et à la forêt : « à chacun son boulot », à chacun sa place.

33Les choses évoluent d’ailleurs pour les exploitants d’une cinquantaine d’années, dont le père ne travaille souvent plus du tout en forêt. Ils sont alors chargés de le remplacer et de faire le travail jusqu’alors effectué par le père. Cette passation de rôle est fondamentale et le fils successeur se reconnaît alors comme dépositaire d’un savoir et de connaissances, « même s’il reste à apprendre ». La forêt n’a pas été nécessairement transmise, mais l’exploitant va travailler la forêt du père, en plus de celle que, parfois, il a personnellement achetée10.

34La forêt n’est pas vraiment un complément de revenu pour les agriculteurs. Elle équivaut à un espace non marchand qui s’oppose à l’exploitation agricole inscrite dans une logique marchande. En tant qu’espace d’autoconsommation, elle permet tout au plus de répondre à certaines nécessités matérielles de l’exploitation agricole.

35S’occuper de la forêt est ainsi une activité subalterne, qui ne s’inscrit pas dans une logique de revendication d’identité professionnelle. Elle est cet à-côté dans lequel on peut puiser en fonction de ses besoins matériels et/ou économiques ponctuels. La forêt est cet autre espace de la vie familiale, où le fils successeur de l’exploitation reconnaît une place légitime au père. Elle est le lieu d’un savoir empirique que l’on apprend, au fil du temps, à domestiquer, à apprivoiser jusqu’à y trouver un jour sa place.

Haut de page

Bibliographie

Augustins G., 1990. « Les transmissions entre générations dans les sociétés paysannes européennes », in Jeudy H.-P. (ss la dir. de), Patrimoines en folie, Paris, ministère de la Culture/Ed. de la Maison des sciences de l’homme, pp. 149-166.

Cavailhes J. & D. Normandin, 1993. « Déprise agricole et boisement. Etat des lieux, enjeux et perspectives dans le cadre de la PAC », Revue forestière française, n° XLV, pp. 455-462.

Chevalier S., 1996. « Transmettre son mobilier  ? Le cas contrasté de la France et de l’Angleterre », Ethnologie française, n° 1 : « Culture matérielle et modernité », pp. 115-128.

Cinotti B., 1992. « Les agriculteurs et leurs forêts », Forêts de France, n° 365, pp. 22-24.

Dauvisis M. & J. Mathurin, 1993. Insertion de l’activité forestière dans le fonctionnement global de l’exploitation agricole, Dijon, ENESAD/INRA-ESR.

Gotman A., 1990. Le présent de l’héritage, Paris, ministère de la Culture/Ed. de la Maison des sciences de l’homme.

Gresser P., Robert A., Royer C. & F. Vion-Delphin, 1990. Les hommes et la forêt en Franche-Comté, Paris, Bonneton.

Jacques-Jouvenot D., 1997. Choix du successeur et transmission patrimoniale, Paris, L’Harmattan.

Larrère R. & O. Nougarède, 1990. « La forêt dans l’histoire des systèmes agraires. De la dissociation à la réinsertion », Cahiers d’économie et sociologie rurales, n° 15-16, pp. 11-38.

Martinel P., 1995. « La forêt des agriculteurs », Forêts de France, n° 388, pp. 9-13.

Normandin D., 1987. « La gestion des patrimoines forestiers privés : structures et activités. Essai de typologie sur 46 départements français », Revue forestière française, n° LIII, pp. 393-408.

1994a. Déprise agricole et extension forestière : aspects régionaux et incidences de la réforme de la PAC, Nancy, Sciences sociales recherches en économie et sociologie rurales/INRA.

1996. La forêt des exploitations agricoles poursuit son recul, Nancy, Sciences sociales recherches en économie et sociologie rurales/INRA.

Nougarède O., 1995a. « Processus historique de dissociation de l’agriculture et de la forêt », in Agriculteurs, agricultures et forêts, Paris, CEMAGREF, pp. 11-18.

1995b. « Paysans et forestiers. Comment paysans et forestiers se perçurent mutuellement comme dendroclastres et agrophages », in La forêt, les savoirs et le citoyen, Paris, ANCR, pp. 273-282.

1996a. « Le processus historique de dissociation de l’agriculture et de la forêt », in Cavailhès J. (ss la dir. de), Espaces ruraux et espaces agricoles en France : quelle mise en valeur du territoire ?, Paris, Armand Colin, pp. 135-137.

1996b. « Les pratiques et les représentations sylvicoles et sylvestres des acteurs sociaux intervenant dans les forêts anonymes », note problématique non publiée.

Sahlins M., 1976. Age de pierre, âge d’abondance, l’économie des sociétés primitives, Paris, Gallimard.

Schütz J.-Ph., 1989. « Le régime du jardinage », Zürich, document autographique du cours de sylviculture III (régénération des forêts).

Haut de page

Notes

1Cet article est une synthèse d’une recherche sur les représentations et les pratiques sylvicoles d’exploitants agricoles (en activité ou en retraite) du haut Doubs et du haut Jura, propriétaires de bois. Réalisée dans trois villages (Chapelle-des-Bois, Mouthe, Mignovillard), elle s’inscrit dans le cadre d’une enquête plus générale conduite dans différentes régions françaises sous la direction d’Olivier Nougarède, INRA sciences sociales, unité STEPE d’Ivry. Cette recherche s’est faite grâce au soutien financier de l’INRA unité STEPE (Ivry) et de la DRAC de Franche-Comté,et grâce à l’aide technique apportée par Claude Barbier, directeur du CRPF de Franche-Comté et par Jean-Marie Chauvin, technicien du CRPF.
2Sur la zone étudiée, la taille moyenne de surface boisée en propriété par exploitant est d’environ 2,5 hectares (propriétés à dominante résineuse). En Franche-Comté, 47,23 % des agriculteurs sont propriétaires de forêt (la moyenne nationale étant de 43,23 %). Cette forêt paysanne ne représente cependant que 7,49 % de la forêt privée totale pour la région de Franche-Comté, alors que la moyenne nationale est de 21,88 % (Normandin 1994). Le poids relatif des surfaces boisées rattachées à des exploitations agricoles dans l’ensemble de la forêt privée est donc comparativement faible pour la Franche-Comté.
3La petite taille des surfaces boisées et le faible cubage en bois ne permettent pas à l’agriculteur d’en tirer un revenu complémentaire.
4Pour les exploitants agricoles en activité, le temps de travail au bois est fondamentalement dépendant des contraintes de travail de l’exploitation. Le travail agricole est prioritaire sur le travail forestier et ce sont davantage des moments de « creux » qui seront comblés par le travail en forêt. Certains profitent d’une activité agricole réalisée aux champs pour faire un tour dans les bois. Pour les exploitants agricoles en retraite, les moments et le temps passés au bois dépendent des envies et des nécessités du moment. Généralement, ils vivent le travail au bois comme un passe-temps.
5La futaie jardinée est une technique sylvicole caractéristique de la Franche-Comté. Théoriquement, c’est un mode de gestion des bois où toutes les classes d’âge et de diamètres d’arbres sont représentées et mélangées sur une même parcelle. Tous les diamètres sont représentés de manière décroissante, des plus petits vers les plus gros : la quantité est inversement proportionnelle au diamètre. Ce mode de gestion extensif vise à une régénération permanente de l’espace boisé, ainsi qu’à la conservation d’un équilibre constant entre semis, bois moyens et gros bois (vieux et mûrs). De fait, la sylviculture en futaie jardinée vise, à travers la recherche d’un équilibre entre les différentes générations, à produire une forêt « jeune », en favorisant et privilégiant une régénération optimale. Cette sylviculture nécessite donc un suivi permanent des arbres, un comptage et un abattage réfléchis et calculés afin de favoriser le développement d’une forêt jeune. Comme le souligne Jean-Marie Chauvin, technicien au CRPF de Franche-Comté, il y a « nécessité d’une sylviculture à la fois dynamique et non perturbatrice, pour garder ou tendre vers cet équilibre qui reste précaire, en raison de l’évolution naturelle d’une forêt vers le vieillissement, au détriment de la régénération ».
6Le fort morcellement de la propriété privée et les faibles réseaux de chemins forestiers rendent souvent difficile l’accès aux parcelles. Afin de financer de nouveaux réseaux de chemins de desserte pour faciliter l’accès aux parcelles, certains villages ont créé, sous l’impulsion du Centre régional de la forêt privée, des associations de chemins de desserte, regroupant l’ensemble des propriétaires forestiers privés.
7Cette conception sylvicole des exploitants agricoles est loin d’être reconnue par les professionnels et techniciens de la forêt, en particulier du CRPF. C’est à ce titre que le CRPF de Franche-Comté organise des rencontres de sensibilisation à la sylviculture moderne (en futaie jardinée et futaie régulière). Ces rencontres se concrétisent par la visite de plusieurs parcelles boisées considérées comme exemplaires d’une bonne gestion. Elles s’adressent à tous les propriétaires de forêt.
8Certains exploitants agricoles recueillent de l’information au contact de gardes forestiers, de techniciens, d’agents de l’ONF, mais toujours de manière informelle.
9« On a fait les partages, je suis agriculteur et j’en voulais point de la forêt. Mais mes frères n’ont pas voulu reprendre. Mais moi, je veux pas pour autant vendre le patrimoine du père. Donc je l’ai repris. […] J’ai encore rien fait, mais j’y vais au moins pour l’entretien, voir les dépérissants » (agriculteur, âgé de 34 ans, dont le père est décédé il y a quatre ans).
10Généralement, l’achat de parcelles se fait par opportunité, l’opportunité d’acheter une parcelle attenante à celle de son père ou à la sienne propre. L’achat est alors souvent envisagé comme un placement d’argent.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cardon P., 1999, « Un capital dormant. La transmission patrimoniale de la forêt paysanne en Franche-Comté », Terrain, n° 32, pp. 143-154.

Référence électronique

Philippe Cardon, « Un capital dormant », Terrain [En ligne], 32 | mars 1999, mis en ligne le 30 mars 2007, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2775 ; DOI : 10.4000/terrain.2775

Haut de page

Auteur

Philippe Cardon

Laboratoire de sociologie et d’anthropologie de l’université de Franche-Comté

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals