Navigation – Plan du site
Les savoirs naturalistes populaires

Un ethnologue dans les parcs

Didier Bouillon
p. 31-33

Entrées d’index

Thème :

environnement
Haut de page

Texte intégral

1L'opération qui fit l'objet d'un contrat entre la Mission du Patrimoine ethnologique et le parc national des Écrins en 1982, ne visait pas tant à obtenir des résultats scientifiques exhaustifs dans un domaine précis, qu'à jeter les bases d'une collecte systématique des savoirs populaires appelée à devenir permanente : chaque secteur du parc devenant en quelque sorte le dépositaire de la mémoire populaire, son lieu de restitution, et le relais indispensable entre les initiatives individuelles ou collectives (associations) d'une part, et les scientifiques ou muséographes d'autre part.

2Ce travail s'est orienté autour de trois grands pôles :

31 Formation du personnel de terrain aux techniques d'enquête en ethnosciences, et plus généralement, en ethnologie : recherche bibliographique, techniques d'enquête orale, transcription des parlers locaux, utilisation, analyse et restitution des données.

42 Mise en pratique de cette formation à trois niveaux différents :

  • au niveau des travaux de recherches et d'animation dont chaque secteur a l'initiative ;

  • au niveau inter-secteurs par une recherche à l'initiative du service scientifique du parc ;

  • à un niveau supérieur en permettant au personnel de terrain de s'intégrer dans des programmes de recherche extérieurs au parc, à l'initiative d'équipes scientifiques.

53 Associer autant que possible des intervenants extérieurs au parc, et en particulier les habitants, pour obtenir une prise en charge par les populations locales de la description de leur propre savoir.

6Le but ultime est, encore une fois, non la rédaction d'une monographie, mais de démontrer que :

  • il est possible. par une formation et un encadrement adéquat, de faire d'un parc un centre de formation, de documentation et d'animation permanent dans le domaine de l'ethnologie locale ;

  • que cela nécessite une structure à trois niveaux : un ethnologue professionnel pour le parc ; les gardes-moniteurs, comme animateurs et conseillers techniques dans les secteurs, servant de relais entre le service scientifique et les associations ou populations locales ;

  • que cette structure peut et doit constituer un instrument de collaboration privilégié pour des équipes de recherche extérieures au parc ;

  • que cette expérience est viable et qu'il serait souhaitable qu'elle soit généralisée à tous les parcs, mettant ainsi en place un réseau d'enquêteurs informateurs capables d'assurer une collecte de données que des chercheurs professionnels ne pourraient rassembler à eux seuls.

La situation

7Le parc des Écrins, situé en haute montagne pour sa partie centrale et en moyenne montagne pour sa zone périphérique, comme tout parc national, n'a pas d'habitants permanents en zone centrale. Il convenait donc de travailler avec les 61 communes périphériques. Le territoire de la zone centrale du parc est lui-même divisé en 7 secteurs, correspondant à des régions naturelles et culturelles assez précises, placées sous la responsabilité d'un chef de secteur, et jouissant d'une relative autonomie. Chaque secteur possède une équipe de gardes (55 en tout) chargés de la surveillance, mais surtout de tâches administratives, d'animation et de recherche scientifique.

8Leur présence en zone périphérique est beaucoup plus ponctuelle. et n'intervient guère que dans des opérations d'animation ou d'encadrement de stages. Habitués à la solitude des hautes cimes, montagnards par vocation, ils répugnent souvent à se rendre dans les villages éloignés de leur secteur pour y mener une enquête, et ne se sentent guère à l'aise dans le cadre des rapports sociaux.

9Leur enthousiasme pour l'ethnologie est fort variable. S'ils sont généralement acquis à l'introduction des sciences humaines dans les préoccupations du parc, l'idée d'une enquête –de quelque type que ce soit– soulève quelques objections : spécialisation des tâches souhaitée dans certains secteurs, polyvalence dans d'autres, mais surtout refus de servir de « nègre » à des chercheurs désireux d'écrire articles ou thèses comme il semble que ce fut quelquefois le cas, et lassitude devant les nombreuses recherches qui les sollicitent : recensement flore, faune, points d'écoute oiseaux, inventaires architecturaux, relevés météorologiques, etc. en plus de leur travail d'animation et de surveillance. Pratiquement, le résultat des enquêtes varie beaucoup selon les motivations ou goûts personnels de chacun.

10Il convenait donc de tenir compte de cette situation :

  • en habituant progressivement les gardes aux contacts permanents avec les habitants de la périphérie, par une formation aux enquêtes de terrain, et en choisissant dans un premier temps des thèmes neutres, ne violant pas l'intimité des informateurs (l'enquête en ethnosciences, qui évite les questions personnelles et ne nécessite pas l'entrée du garde chez les habitants, est en ce sens une excellente introduction à l'établissement de rapports suivis et amicaux entre informateurs et enquêteurs) ;

  • en acceptant le fait que la formation serait longue et que les premiers résultats scientifiques ne pourraient se faire sentir dans le cadre d'une seule année : c'est ainsi qu'un garde, en période creuse, ne peut consacrer que deux jours par mois à l'ethnologie ;

  • en variant la formation en fonction des obligations de chacun : il est presque impossible de réunir en une seule session tous les gardes d'un secteur.

La formation du personnel de terrain

11La formation du personnel de terrain s'est orientée tant vers la sensibilisation à l'ethnologie que vers la formation aux techniques et méthodes de travail.

12La sensibilisation à l'ethnologie est une étape importante qu'il convient de ne pas négliger : le domaine ou l'utilité de l'ethnologue en général, ou d'une étude précise en particulier n'étant pas toujours évidents. Il faut donc expliquer à l'aide de modèles, d'exemples bien choisis, représentatifs et à valeur didactique (visites de musées, d'expositions, présentation d'enquêtes réussies ou d'ouvrages fondamentaux). Il faut intéresser et convaincre pour obtenir une collaboration effective.

13Cette sensibilisation doit être étendue aux populations locales : les notions de parc, limites, conservation les amenant à se considérer eux-mêmes comme une réserve d'Indiens. Il convient donc de briser cette image en insistant sur le côté dynamique de l'ethnologie et en évitant soigneusement l'aspect folkloriste conservateur des traditions surannées.

14La formation aux techniques et méthodes de travail prit trois formes :

15a. Des stages généraux, regroupant le plus grand nombre de gardes possible autour d'une exposition, d'un musée, d'un centre de documentation. Des sessions aux archives départementales des Hautes-Alpes, à la bibliothèque municipale de Gap, à la direction départementale de l'Agriculture sur le thème des recensements agricoles furent organisées ;

16b. Les stages de secteurs regroupent les gardes dans leurs locaux autour d'un thème ou d'un domaine de l'ethnologie. Le petit nombre de participants (5 à 7 gardes) permet des travaux pratiques et un meilleur suivi. Ce type de stage est accompagné de notes pratiques rédigées, auxquelles les gardes peuvent se référer. Elles prennent la forme de fiches thématiques de recensement (plantes cultivées, outils, vannerie) et sont destinées à guider la description, ou de fiches méthodologiques (comment mener une interview, tenir une bibliothèque de secteur, etc.) ;

17c. L'encadrement individuel sur le terrain, en accompagnant chaque garde au cours d'une entrevue avec un informateur, permet d'assurer une formation individuelle et de vérifier le sérieux des résultats obtenus.

18Les thèmes abordés ont porté sur :

  • l'initiation à la collecte de documents préalable à toute enquête (stages aux archives départementales, à la bibliothèque municipale, etc.) ;

  • la présentation des parlers locaux  : leur notation (alphabet phonétique), mais aussi, à travers l'étude sémantique, leur valeur comme véhicules révélateurs des classifications populaires, moyen d'accès à la vision du monde des locuteurs ;

  • l'introduction aux ethnosciences dans le cadre de l'enquête sur l'homme et ses représentations du milieu naturel ;

  • la présentation des techniques de restitution (stage au Musée dauphinois, venue de l'exposition réalisée par l'E.P.I. Les simples entre nature et société).

La mise en pratique de cette formation

19La formation aux techniques d'enquête ne serait d'aucune utilité sans une recherche qui en constitue le support et l'aboutissement logique. Il a semblé souhaitable de lui donner deux formes distinctes :

  • Afin de soutenir l'intérêt de certains secteurs pour quelques aspects du patrimoine ethnologique rentrant dans leurs fonctions d'animation, une collaboration technique a été apportée à des opérations ponctuelles et localisées dont les gardes avaient l'initiative : encadrement d'enquêtes de terrain sur le thème de la culture du seigle, devant faire l'objet d'une exposition, enquête sur l'avenir possible d'une usine de conditionnement de graines de plantes fourragères, sur la fabrication du pain, aide à la constitution d'une grammaire des parlers d'une vallée, restauration d'un moulin, etc.

  • Lancement d'une enquête sur l'homme et ses représentations du milieu naturel. Si l'on admet que la langue est non seulement un instrument de communication, mais aussi l'expression d'une réalité sociale, on comprend comment le découpage linguistique de la réalité reflète plus ou moins le découpage conceptuel, et permet de le communiquer. L'étude systématique des structures du vocabulaire, et, dans une certaine mesure, celles de la grammaire, permet de mettre en évidence les discontinuités repérées à partir d'une réalité souvent continue. Il convient alors d'envisager le découpage en lui-même, en recherchant, à travers l'exploitation du vocabulaire, les plus petites unités impliquant une distinction linguistique (taxon) et en les comparant entre elles pour montrer comment elles se structurent : elles sont alors définies par les rapports qu'elles entretiennent entre elles. D'autre part, la hiérarchie des systèmes de classification, par l'étude du rang d'un taxon dans la hiérarchie propre à un système donné, ainsi que les critères et la rationalité de la classification populaire sont mis en relief.

20Bien sûr, les autres aspects des ethnosciences ne sont pas négligés, utilisations pratiques, rituelles, magiques, etc. sont recensées. Il ne s'agit pas seulement de dresser un catalogue des vertus connues des éléments de l'environnement, mais aussi de montrer dans quelle vision du monde ils peuvent s'intégrer.

21Jusqu'à présent, la recherche a surtout porté sur l'environnement naturel : relief, météorologie, hydrographie, écologie, plantes et animaux sauvages. Il n'était pas question de demander aux gardes d'effectuer des analyses aussi abstraites : il fut donc convenu qu'ils réaliseraient une enquête d'ethnotoponymie, c'est-à-dire qu'ils dresseraient les cartes des noms de lieux en parler local, en donneraient la signification (lorsque le toponyme représente un mot issu du vocabulaire courant, ce qui est généralement le cas). Cette enquête qui n'est pas une fin en soi, mais plutôt un des moyens d'investigation, permet surtout d'obtenir des résultats rapidement restituables aux informateurs et aux gardes, et jouit d'une certaine popularité. Les résultats autres que l'étude des représentations ne sont pas négligeables : le corpus des toponymes recueillis représente à peu près dix fois ceux figurant sur les cartes IGN les plus précises ; il est possible de corriger les erreurs de localisation ou les étymologies aberrantes. Ils fournissent également d'utiles indications sur l'histoire ou l'utilisation de l'espace nommé, mais surtout constituent une excellente base de discussion avec les informateurs sur la manière dont ils classent et organisent leur environnement, et la logique que de telles représentations sous-tendent.

22Il convient de noter que les opérations de formation, autant que les enquêtes, furent ouvertes aux personnes et associations extérieures au parc des Ecrins, malgré les problèmes pratiques entraînés : mais les résultats furent appréciables, puisqu'une partie des enquêtes a été prise en charge par quelques individus ou associations telles que les clubs du troisième âge.

Principaux résultats scientifiques

23Les résultats sont de deux ordres :

  • Établissement d'une bibliographie en ethnologie et constitution d'un fonds de documentation : acquisition d'ouvrages, photocopie systématique des articles anciens et difficilement accessibles. Les documents sont conservés au siège du parc, à Gap, mais les études propres à un secteur sont rediffusées sur place. Les fonds des archives départementales, bibliothèques municipales, musées (de Gap, Dauphinois, Arts et Traditions populaires), et de la Bibliothèque nationale ont été systématiquement relevés, les principales revues à vocation régionale dépouillées. D'autre part, un recensement des fonds locaux avec publication d'un fichier commun indiquant les lieux où les ouvrages et revues se trouvent dans les Hautes-Alpes a été entrepris avec la collaboration des centres de documentation.

  • Outre la documentation régionale, chaque secteur est chargé de la constitution et de la tenue d'une banque de données le concernant. Il n'a pas paru souhaitable de centraliser au siège du parc les informations et fiches de terrain : il était important que ces données soient accessibles aux premiers intéressés, la population locale et les gardes enquêteurs, de façon à leur permettre de juger à tout moment de l'état d'avancement de leur travail et maintenir ainsi l'enthousiasme initial. Si les données ainsi collectées sont encore trop fragmentaires pour donner lieu à une analyse complète, elles constituent un fonds de recherche permanent, appelé à se développer au cours des années à venir, et irremplaçable pour l'analyse ultérieure par des chercheurs qualifiés. Si l'accent a été mis dans les premiers temps sur les ethnosciences, cette collecte n'est pas limitative, et d'autres domaines de l'ethnologie sont ainsi systématiquement recensés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bouillon D., 1983, « Un ethnologue dans les parcs », Terrain, n° 1, pp. 31-33.

Référence électronique

Didier Bouillon, « Un ethnologue dans les parcs », Terrain [En ligne], 1 | octobre 1983, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2785 ; DOI : 10.4000/terrain.2785

Haut de page

Auteur

Didier Bouillon

Ethnologue au parc naturel régional des Écrins.

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals