Navigation – Plan du site
Nouvelles de...

Le conservatoire ethnologique de Salagon

Rencontre d'une association et d'un monument : le Conservatoire de Salagon1
Pierre Coste
p. 44-45

Texte intégral

1Un monument à sauver en quête d'une nouvelle identité ; une association passionnée de tout ce qui touche à la Haute-Provence en quête d'un lieu de travail et de rencontre : le Conservatoire de Salagon est au point de convergence de deux démarches.

2Sur la route nationale 100 (l'antique voie domitienne, du Bas-Rhône aux Alpes), aux portes de Mane près de Forcalquier, le petit prieuré rural de Salagon conserve des moines bénédictins du XIIe siècle une belle église romane à double nef, et des abbés commanditaires de la fin du Moyen Age un logis de campagne, modeste mais élégant. Le prieuré commandait un domaine agricole, qui lui vaut aussi une grange, des écuries, une remise. L'ensemble n'est pas très grand (moins de 1 500 m2 de plancher) mais harmonieux, au milieu d'une campagne protégée.

3L'association Alpes de Lumière s'intéresse à l'ethnologie depuis ses débuts, il y a maintenant trente ans. L'étude de la façon dont les Hauts-Provençaux habitent leur pays entre tout naturellement dans l'ambition d'Alpes de Lumière de connaître et faire connaître ce pays sous tous ses aspects.

4Toutefois la manière dont Alpes de Lumière a abordé le recueil des informations, documents, objets, s'est sensiblement perfectionnée au fil des années. Des outils ruraux qui au départ n'étaient conservés que pour leur valeur pédagogique, pour illustrer une exposition, ont été bientôt regardés plus attentivement. Leur histoire, leur place dans la maison (ou dans l'espace rural ou villageois), le discours que tenaient sur eux ceux qui les confiaient à Alpes de Lumière sont devenus aussi importants que les objets eux-mêmes.

5Les collections ethnographiques qu'elle a constituées, essentiellement par des dons, secondairement par des trouvailles (décharges publiques et fossés), marginalement par des achats, ont une préférence marquée pour les objets communs, et néanmoins originaux. Objets pauvres en valeur marchande ou esthétique, mais riches en imagination, en patience, en justesse d'adaptation : manche de faux tiré d'une branche aux courbes longtemps contraintes, auge à lapins rendue irrenversable par la soudure en travers de deux fers à béton, boîtes de conserves transformées en louches, caisses à biscuit converties en cages à grives, arrosoirs sans fond conservés à tout hasard.

6Les pôles forts des collections d'Alpes de Lumière sont :

  • les documents montrant l'utilisation brute ou la transformation directe des matériaux de la nature (bois, paille, argile, chaux et plâtre, pierre...) ;

  • les outils et objets à qui une survie ou un autre usage ont été donnés ;

  • les outils articulés et les mécaniques inventées (ou imitées) et construites directement par leurs utilisateurs, ou par des artisans très proches de ceux-ci : établis, pièges, tourniquets d'aire, ventilateurs, épouvantails, etc.

7Outils et objets sont associés à des photographies, des documents écrits et des notes, des plans et croquis, et une première série d'enregistrements magnétiques.

8Ensemble documentaire considérable quelque 7 000 objets au début de l'année 1983, allant du fer de hache à la moissonneuse-lieuse ; une dizaine de milliers de photographies touchant à l'ethnologie, dont la moitié de photographies anciennes : il méritait d'être mieux exploité, de recevoir la forme d'un véritable outil de recherche et de transmission du savoir, de disposer d'un lieu où exploiter cet outil. Ce lieu, c'est Salagon.

9Le prieuré, mis en vente en 1981 par ses propriétaires paysans, a été racheté par la collectivité publique (commune de Mane, aidée par l'État, la région provençale, le département des Alpes de Haute-Provence), qui remet en état son gros-œuvre. Alpes de Lumière, qui en a reçu la gestion pour vingt-cinq années, est chargée d'assurer les travaux intérieurs et les équipements techniques, et a pour mission d'y installer le Conservatoire du patrimoine ethnologique de la Haute-Provence. L'opération, qui a bénéficié pour ses deux premières années du Fonds d'intervention culturelle, figure parmi les objectifs culturels prioritaires du plan 1984-1989 du département et de la région.

10Salagon veut être, indissociablement :

  • un conservatoire, où on collecte, inventorie, classe, avec des méthodes précises et rigoureuses, des documents et témoignages sur la vie quotidienne en Haute-Provence ;

  • un petit centre de recherche, où des enquêtes thématiques éclairent, remettent en situation les fruits de la collecte de documents, et élargissent le champ d'observation du Conservatoire à des domaines où la collecte de documents matériels n'apporte guère mieux que des illustrations (mentalités, comportement, etc.) ;

  • un lieu de restitution du savoir, lieu d'action culturelle autour de l'ethnologie : accès du public à une partie de la documentation, expositions, animations éclatées dans les villages, action en milieu scolaire, stages de formation, publications (revue Les Alpes de Lumière).

  • Un conseil scientifique définit et suit l'orientation scientifique du Conservatoire. Il est composé de douze membres, issus de l'Université (ethnologues, ethnolinguistes, historiens, géographes), du C.N.R.S., des musées classés.

11A l'occasion d'une enquête sur les foulaisons et battages, pour laquelle il voulait obtenir des résultats plus diversifiés dans l'espace, le Conservatoire a monté une petite exposition destinée à aller dans les villages, dans les lieux mêmes où vivent les Hauts-Provençaux. Le projet était, en réveillant les souvenirs des habitants du village, à la fois de recueillir des données inédites et de permettre une occasion de rencontre, de transmission du savoir sans intermédiaire. La petite exposition-enquête a été présentée en 1982 dans dix villages du Vaucluse et des Alpes de Haute-Provence, avec partout un excellent accueil.

12Le schéma qui avait été projeté, et qui a effectivement été réalisé, est le suivant. C'est un groupe local d'habitants qui doit préparer et prendre en charge la venue de l'exposition : foyer rural, syndicat d'initiative, équipe locale d'Alpes de Lumière... L'exposition (trente photographies, une vingtaine d'objets, pouvant tenir sur une dizaine de grilles Caddie) doit être accueillie dans un lieu de sociabilité traditionnelle : cercle, foyer rural. (Elle a aussi été présentée dans un centre de vacances du troisième âge, à l'écart de l'agglomération, où, grâce à l'action de l'association locale, vinrent, la plupart pour la première fois, un bon nombre d'habitants du village.) L'exposition reste une semaine. Chacun peut la visiter individuellement, et l'accueil qui est fait alors aux visiteurs est important : pour le chercheur notamment, c'est un moment intéressant pour nouer la discussion. Dans les villages, l'exposition est muette, hormis pour les photos l'indication d'époque et de lieu ; mais les visiteurs font généralement des légendes bien plus passionnantes que celles qui auraient pu être rédigées. Un des derniers soirs, les habitants du village sont invités à une veillée. Boissons et gâteaux, choisis suivant les habitudes du village, sont offerts. Cette fois la parole est collective. Le chercheur s'efface devant l'animateur, qui doit veiller à ce que personne n'en soit privé. Du point de vue du chercheur, la veillée est aussi un temps intéressant, différent des interviews individuelles, car si l'avis du meilleur parleur tend à étouffer celui du timide, les propos des uns réveillent les souvenirs de leurs voisins.

13L'expérience a montré que tous les habitants composant la société villageoise prennent part à l'échange de souvenirs et de savoirs, et au débat sur hier et aujourd'hui qui immanquablement s'instaure : jeunes et vieux (que trop souvent sépare ordinairement un mur de silence), ruraux traditionnels, néo-ruraux, résidents secondaires venus pour le week-end.

14En 1983-1984, ces expositions locales seront multipliées :

15avec la Fédération des foyers ruraux du Vaucluse, une exposition sur Le berger dans la société villageoise est prévue pour novembre dans seize villages du pays d'Apt, associée à une grande opération des Foyers ruraux de cinéma à domicile. Les expositions seront issues pour une bonne part des enquêtes et collectes des Foyers ruraux des seize villages,

16avec les Fédérations des foyers ruraux des Alpes de Haute-Provence et des Hautes-Alpes, une petite exposition dérivée de celle sur Le blé montée cet été à Salagon sera présentée dans huit villages de ces deux départements, d'octobre 1983 à mai 1984. D'autres associations locales sont d'ores et déjà intéressées par la petite exposition sur Le blé. D'un point de vue muséographique, le Conservatoire de Salagon cherche à perfectionner son système de présentation et d'accrochage : d'une part éclairer l'exposition avec des spots faciles à monter, d'autre part disposer d'une réserve de sous-verre, d'étiquettes, etc., capables d'accueillir au dernier moment des documents ou objets prêtés par des visiteurs et de leur donner la même valeur que ceux faisant partie de l'exposition d'origine.

17Dans leurs professions de foi, Alpes de Lumière et le Conservatoire de Salagon ne manquent jamais de montrer comme essentielle cette coopération entre associations, ce réseau d'initiatives pour la revitalisation du haut pays qu'elles sont capables d'entretenir. Conservatoire à vocation régionale pour la Haute-Provence, Salagon ne veut surtout pas être l'unique centre où on collecte et met en valeur le patrimoine ethnologique. Mais bien plutôt un lieu où les initiatives se rencontrent, s'organisent, se concrétisent avec méthode.

Haut de page

Notes

1Mane – 04300 Forcalquier. Tél. : (92) 75 19 9
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Coste P., 1983, « Le conservatoire ethnologique de Salagon », Terrain, n° 1, pp. 44-45.

Référence électronique

Pierre Coste, « Le conservatoire ethnologique de Salagon », Terrain [En ligne], 1 | octobre 1983, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2787 ; DOI : 10.4000/terrain.2787

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals