Navigation – Plan du site
Nouvelles de...

Écomusée de la région de Fourmies-Trélon

Pays de la fagne, du bocage et de l'usine
Alain Morel
p. 46-47

Entrées d’index

Thème :

muséographie

Lieu d'étude :

Nord-Pas-de-Calais
Haut de page

Texte intégral

1L'écomusée de la région de Fourmies-Trélon1 a un centre permanent, des antennes, des services administratifs et techniques ; il travaille à la sauvegarde et à la mise en valeur du patrimoine du canton de Trélon et au-delà. De plus, il s'emploie à l'animation culturelle, à la promotion touristique ; il se propose de jouer un rôle dans l'innovation socio-économique.

2On reconnaît là une formule qui pourrait s'appliquer, à peu de chose près, aux dix autres écomusées existants. Ils s'inspirent tous des mêmes principes, aujourd'hui bien connus. Sont-ils pour autant aussi semblables entre eux que peuvent l'être les musées ?Voués par principe à être le miroir d'une population il n'est pas étonnant, en effet, qu'ils développent des caractères différents. Les rapports qu'ils entretiennent avec leur milieu prennent des formes originales en accord avec les habitudes de celui-ci : parce que la plupart d'entre eux n'ont pas encore eu le temps de développer pleinement leurs projets, il est encore trop tôt pour faire le point sur la spécificité de leur action culturelle. Entre les musées-conservatoires et les offices d'action culturelle désormais concernés par les cultures populaires, quelle est leur place ?Certaines entreprises, celle bien connue de l'écomusée du Creusot-Montceau-les-Mines par exemple, certaines expériences déjà bien engagées peuvent donner une idée concrète des interventions propres à ce type d'établissement.

3Fourmies est une de ces expériences prometteuses. Implantée en milieu urbain, une petite ville industrielle (filatures, tissages, mécaniques de transformation), située au cœur de la Thiérache, région du Nord tranchant sur le plat pays et le bassin minier par son aspect bocager, l'écomusée de Fourmies-Trélon a aussi pour toile de fond une région qui s'inquiète de son identité à un moment où il lui faut se reconvertir : la main-d'œuvre a tendance à s'éloigner et la revitalisation économique, génératrice d'emplois est évidemment une préoccupation majeure.

4Dans ce contexte, les responsables de l'écomusée se proposent d'aider la population à affronter les difficultés à partir d'une analyse critique de la situation, en remettant en marche les mémoires et les projets, en élaborant une représentation de ce qu'elle fui afin de mieux comprendre ce qu'elle est aujourd'hui.

5L'écomusée est justement né d'une action culturelle axée sur la vie sociale et ouvrière de 1839 à 1939. Dix écoles de la région, en liaison avec le centre socioculturel de Fourmies ont rassemblé, en sollicitant les parents d'élèves, de nombreux éléments de connaissance du passé : cartes postales, affiches, lettres et photos de famille, cahiers, vieux journaux, et nombreux objets sortis des greniers.

6Les résultats des enquêtes ont été mis en forme par les enseignants. Les entreprises elles-mêmes ont transmis des documents leur appartenant ainsi que des livres et revues techniques sur le textile.

7De son côté, le centre socio-culturel, en la personne de M. Goujard, directeur de l'écomusée, a rassemblé de nombreux documents tirés des archives nationales, régionales et communales concernant l'histoire économique et sociale du territoire de l'écomusée ; on n'a pas oublié d'interroger la population sur son vécu, de filmer le savoir-faire et d'enregistrer chansons et textes en patois. Ces recherches effectuées dans toutes les directions ont permis de mettre en place une première documentation, sur des aspects très variés de la vie sociale, allant des conditions de travail aux loisirs en passant par la conscription. Dans cette période de préfiguration, certaines écoles ont eu la bonne idée de reconstituer les lieux mêmes de la vie quotidienne : une cuisine ancienne, un estaminet, un intérieur d'ouvrier de la fin du siècle dernier. Cette réalisation très mobilisatrice prouve bien, si besoin est, qu'un projet d'écomusée peut être pris en charge par la population.

8En 1980, une association a été créée à partir de cet élan ; elle regroupe des communes du Syndicat mixte pour le développement de la Thiérache, les représentants des principaux organismes du territoire concerné, auxquels se sont joints des enseignants, des syndicalistes, quelques ingénieurs et techniciens. La municipalité ayant acquis une filature datant de 1874, l'usine Prouvost-Masurel fermée en 1978, il était possible de donner à l'écomusée un lieu propre.

9On y a rassemblé la documentation afin d'organiser une exposition permanente sur la vie des ouvriers du textile dans la région, où prennent place des machines de filature et de tissage du début du siècle, en fonctionnement, sauvées par M. Camusat président de l'association, et une unité de filature et de tissage de 1950.

10Les responsables de l'écomusée se sont alors donné pour objectif de passer d'une phase marquée par une recherche aux visées larges, à un travail plus systématique fondé sur des méthodes éprouvées : au travail en cours a été apporté le soutien de spécialistes des diverses disciplines susceptibles de constituer une image de ce qu'a pu engendrer l'industrie florissante à une certaine époque, celle où Fourmies était un des tout premiers centres mondiaux du textile. Il s'agit maintenant de montrer le plus rigoureusement possible, comment ces cent dernières années de vie sociale et ouvrière ont marqué l'urbanisme, les modes de vie et de loisirs, la vie quotidienne des hommes, ont produit une culture qui conditionne encore aujourd'hui la vie du pays.

11Mais le projet de Fourmies ne se résume pas à une représentation d'une histoire, fixée une fois pour toutes et apanage de quelques-uns. L'écomusée, à présent en pleine activité, se donne pour vocation de lancer des actions auxquelles participeront toujours plus divers secteurs de la population : on le sait, c'est une entreprise difficile. Que la lecture de cette histoire sociale puisse se faire sur les lieux mêmes de la production (ancienne usine textile à Fourmies, verrerie à Trélon) ne suffit pas à faire venir les Fourmisiens, auxquels appartiennent ces outils, ces objets, ces témoignages de tous ordres ; que l'on parle d'eux-mêmes ne suscite pas automatiquement leur intérêt.

12L'écomusée a su s'attaquer à cette difficulté et de fait, les habitants de la région continuent à aider à la constitution des collections et à la recherche des archives en même temps qu'ils œuvrent à la remise en état des sites, des bâtiments et des machines, et assurent la prise en charge de permanences à l'écomusée. D'anciens verriers sont heureux de pouvoir expliquer les gestes accomplis dans leur travail et d'aider à la compréhension d'une fabrication et d'une technologie. Par ailleurs, des animations, conférences/débats, soirées de chansons populaires et de poésies patoisantes, projection de films sur la vie locale, entretiennent l'intérêt.

13Ainsi l'écomusée s'enrichit constamment et se donne les moyens de gagner un public de plus en plus large à sa cause. Il convient aussi de mentionner qu'il développe ses activités en milieu rural. A Wallers, a été ouverte une exposition sur le travail de la pierre et les caractéristiques naturelles (faune, flore) de la fagne française (zone marécageuse située sur un plateau), tandis qu'à Wignehies plusieurs circuits pédestres et cyclistes ont été aménagés en sites d'observation des richesses naturelles du bocage ainsi que de quelques éléments du patrimoine bâti. Fort de ses premières initiatives, l'écomusée doit s'ouvrir à quatre nouveaux lieux dans les deux prochaines années :

  • Sains-du-Nord : un bâtiment de ferme actuellement en cours d'acquisition, abritera une exposition sur la vie rurale dans le bocage : rétrospective historique mais aussi recherches et perspective du bocage dans l'économie agricole actuelle.

  • Liessies, où jusqu'à la Révolution existait une importante abbaye : l'exposition s'intéressera au patrimoine religieux local.

  • Anor, où le thème traité sera la métallurgie à travers les forges implantées dans cette région depuis la préhistoire.

  • Enfin, Ohain et sa Maison de l'Ecole retracera la vie scolaire et l'éducation sur le territoire de l'écomusée.

14Enfin l'écomusée a un rôle à jouer dans l'innovation socio-économique. Il se veut agent de propositions de solutions nouvelles pour le développement microrégional. C'est ainsi qu'est né le projet d'une S.C.O.P.-ECO, fruit d'un travail de concertation des responsables de l'écomusée avec l'Agence de développement de la région Nord-Pas-de-Calais, l'Institut national de formation et de recherches sur l'éducation permanente et la boutique gestion/espace Nord Pas-de-Calais. Enfin ce projet s'inscrit dans les nouvelles orientations du Fonds d'intervention culturelle pour 1983 et concerne les programmes suivants : « développement culturel/développement économique » ; « de nouveaux lieux pour les jeunes ».

15Les deux ateliers, de verre à Trélon, textile à Fourmies, dont l'ouverture est prévue en septembre 83 représentent un outil important d'insertion sociale et professionnelle de jeunes sans capital scolaire ni qualification professionnelle.

16Dix personnes pourront travailler sur les machines conservées dans ces deux centres de l'écomusée et vendre leur production (verres, torchons, etc.), cela doit permettre :

17d'en faire un lieu vivant de conservation du patrimoine industriel par la relance de la production, par l'organisation de circuits touristiques et culturels et la mise en place de structures d'accueil ;

18d'avoir un outil au service des enseignants de la région par le biais de la documentation et de la formation qui est envisagée. Ils seront aussi un moyen de transmission du savoir-faire, enfin, ce qui, sur le plan économique, est d'un réel apport, de créer dix emplois.

Haut de page

Notes

1rue François de la Place 59610 Fourmies Tél.: (27) 60 66 11.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morel A., 1983, « Écomusée de la région de Fourmies-Trelon », Terrain, n° 1, pp. 46-47.

Référence électronique

Alain Morel, « Écomusée de la région de Fourmies-Trélon », Terrain [En ligne], 1 | octobre 1983, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2789 ; DOI : 10.4000/terrain.2789

Haut de page

Auteur

Alain Morel

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals