Navigation – Plan du site
Nouvelles de...

L’ethnographie au musée savoisien

Ivan Cadenne et Louis-Jean Gachet
p. 48-50

Entrées d’index

Thème :

muséographie

Lieu d'étude :

Rhône-Alpes
Haut de page

Texte intégral

1Au début de l'année 1970, le Conseil général de la Savoie décidait de créer une section d'ethnographie au Musée savoisien dans le cadre d'un financement pluriannuel. L'intention qui motivait cette création, due à l'action passionnée de M. Jacques Manoury, alors conservateur du Musée savoisien, était l'urgente nécessité de constituer une telle collection. En raison de la vétusté du Musée savoisien qui avait été amené à fermer au public ses salles savoyardes, il n'existait plus en 1970 en Savoie qu'un seul musée public présentant des collections d'Arts et Traditions populaires, celui de Conflans (Albertville).

2Cette situation paraît, avec le recul, proprement stupéfiante, si l'on songe au fabuleux travail d'enquête conduit par Van Gennep au début. du siècle en Savoie, enquêtes n'ayant entraîné aucun effort muséographique notable.

3Au début des années 70, l'engouement pour le mobilier rustique sévissait déjà largement et les circuits mercantiles absorbaient depuis plusieurs années déjà, des masses d'objets du patrimoine populaire.

4La constitution de collections s'engageait donc avec une fébrilité bien compréhensible, accentuée par l'impatience des autorités départementales venant chaque mois s'enquérir du nombre des acquisitions réalisées par les deux ethnologues recrutés pour cette occasion. La prospection s'effectuait directement sur le terrain et concernait tous les secteurs de la vie traditionnelle : technologie agropastorale, ateliers d'artisans, ustensiles domestiques, objets d'art populaire. En une dizaine d'années, 4 000 pièces environ devaient ainsi entrer au Musée savoisien et à ces objets, il convient d'ajouter la masse des documents divers, archives familiales, collections de photos anciennes et enquêtes.

Obstacles matériels

5L'afflux de matériel nouveau au musée ne pouvait que poser avec plus d'acuité le problème de l'inadaptation du bâtiment.

6Ainsi le stockage était primitivement effectué dans des locaux provisoires, peu salubres, où les objets ne pouvaient être entretenus correctement. Dès 1975, des travaux de restauration du bâtiment furent engagés.

7Durant l'été 1977, les réserves définitives du musée étaient livrées et l'ethnographie se voyait attribuer deux locaux. Le premier d'une surface de 70 m2 permettait d'absorber 50% du mobilier ; le second, équipé de rayonnages mobiles, d'une surface de 100 m2 recevait les objets de petit et moyen volume. Le reste des collections était donc voué à un stockage extérieur.

8Dès 1974, la nécessité d'une réserve extérieure s'était déjà imposée, le musée étant dans l'incapacité d'accueillir les matériels volumineux (pressoirs, chars, luges, barques, outillages divers...). Depuis cette époque, ces collections devaient d'ailleurs connaître trois lieux d'exil successifs, sans qu'une solution définitive ait pour autant été trouvée. (On imagine aisément les inévitables détériorations entraînées par ces transferts).

Ethnologie, musée et territoire

9La pratique de l'ethnologie dans un musée de province rencontre donc des difficultés pratiques non négligeables. Mais il faut également constater que, plus fondamentalement, la méthode ethnographique peut entrer en contradiction sur plusieurs points avec les conceptions de la muséographie traditionnelle. Cette dernière, par sa focalisation exclusive sur l'objet, peut induire une distorsion importante dans l'approche des cultures en privilégiant leurs aspects matériels au détriment des autres manifestations culturelles.

10D'autre part l'ethnologie introduit dans le musée la notion de territoire, alors même que les caractéristiques administratives de cette institution ne lui permettent pas d'assumer cette situation nouvelle. Or, un musée municipal peut parfaitement être amené à exercer des compétences dépassant son inscription communale et acquérir une dimension départementale, voire régionale. La structure muséographique due au hasard historique se heurte ici à la mise en œuvre planifiée d'une méthode d'observation des groupes humains attachés à un territoire homogène.

11La revendication sociale présentée au musée par les publics converge en ce sens. En effet, petit à petit se fait jour la nécessité d'une information d'histoire et d'anthropologie régionales en tous points du territoire. Le musée, constituant un des seuls recours en la matière, se trouve donc questionné en tant que service public par cette demande et ne peut se retrancher derrière une structure aléatoire.

L'industriel et l'urbain

12L'ethnographie pratiquée par le Musée savoisien telle qu'elle a été définie en 1970 ne peut actuellement prendre en compte que les divers aspects de la société traditionnelle agro-pastorale, le patrimoine industriel ne retenant pas encore beaucoup l'attention.

13Pourtant des installations électro-métallurgiques importantes sont l'objet aujourd'hui de restructurations ou de fermetures partielles. Le développement de ces industries a pourtant marqué le paysage et le tissu social des vallées en puisant dans la population paysanne une main-d'œuvre disponible, et en fixant des communautés d'émigrés (russes à Ugine, puis travailleurs maghrébins ces dernières années). Dans le même temps disparaissent les témoignages du machinisme pré-industriel sans que le musée ait les moyens d'intervenir dans ce domaine. Il est vrai que les difficultés actuelles, la suppression d'emplois dans ces secteurs industriels n'encouragent pas dans l'immédiat une réflexion sur ce thème.

Musée et associations

14En 1970, le tissu culturel local n'étant pas riche d'associations ayant pour but de prendre en compte les patrimoines ethnographiques locaux, un muséobus fut mis en place. Ce service avait pour tâche de colporter dans le département, auprès des villages, et à leur demande, des expositions élaborées par l'animateur chargé de son fonctionnement. Le muséobus fut dès lors perçu comme un outil effectif de décentralisation, d'animation culturelle, offrant aux publics des villages, la possibilité d'apprécier la richesse des collections en cours de constitution au travers de thèmes d'expositions centrés sur le domaine savoyard : « En Savoie du berceau à la tombe », « Costumes de Savoie », « L'émigration saisonnière en Savoie », « Poterie savoyarde »...

15Cette décentralisation a suscité peu à peu un intérêt pour le patrimoine local, a éveillé les consciences à l'intérêt d'une préservation, aux possibilités d'animation locale à partir de ce patrimoine, a même conduit à une certaine contestation de la centralisation effective des collections dans le musée du chef-lieu du département. Des groupes locaux de plus en plus nombreux ont orienté leurs activités vers ce qu'ils appellent les « arts et traditions populaires ». A Ugine en Val d'Arly, une association a commencé par réaliser chaque été des expositions puis à rassembler quelques pièces. Encouragée par la municipalité qui a restauré une maison forte et l'a mise à disposition, cette association se propose d'ouvrir au public un « musée des arts et traditions populaires du Val d'Arly ». Nous avons été consultés sur le programme qu'elle souhaitait réaliser, sur l'aménagement interne du lieu d'exposition mais la disponibilité même des membres, limitée, n'a pas permis jusqu'alors d'envisager des recherches ou des projets d'exposition communs.

16Une semblable situation se rencontre en d'autres lieux du département notamment dans le Beaufortain, à Hauteluce où la municipalité a créé un écomusée qui propose chaque été une exposition à thème. Un autre type de rapports s'est développé avec des associations comme « Bessans Jadis et Aujourd'hui » dont le but principal est la diffusion de l'histoire locale, à partir de recherches dans les archives, d'entretiens avec les habitants et les « Amis des Bauges », qui souhaitent susciter des animations locales. Dans ces cas, les ethnologues sont sollicités pour apporter leur concours aux recherches, ou, dans l'exemple des Bauges, pour inciter un groupe de personnes motivées, à se lancer dans la réalisation d'une exposition consacrée à une approche d'un village particulier.

17Enfin cette année, quelques associations regroupées ont déposé un projet auprès de la Mission du Patrimoine ethnologique en réponse à l'appel d'offres, nous demandant d'assumer la responsabilité scientifique de la recherche. Ce dossier n'a pas été retenu. Toutefois, ces associations ont souhaité malgré tout que ce projet soit mis en œuvre et que nous y apportions notre concours.

18Dans un cas comme celui-ci, il est fait appel aux « spécialistes » qui semblent aptes à répondre à un certain type de préoccupation. Aujourd'hui il nous paraît prioritaire de former ces associations à une approche ethnographique des patrimoines locaux afin qu'elles trouvent en elles-mêmes les moyens de mettre en œuvre leurs projets, d'organiser leurs collectes, leurs recherches, avec des méthodes de travail plus rigoureuses. Enfin il nous semble souhaitable à terme, de faire se rencontrer ces associations qui méconnaissent leurs actions respectives, et de susciter en leur sein un débat plus général sur le patrimoine ethnologique appréhendé dans sa globalité et dans son rapport au territoire savoyard.

Présentations muséographiques

19La présence de la section d'ethnographie au Musée savoisien, aux côtés d'une section d'archéologie, et de collections que l'on peut qualifier d'historiques, pose immanquablement la question de la présentation de l'ensemble de ces collections. Deux grandes options se présentent, l'une correspondant à une répartition des surfaces d'exposition disponibles au prorata des disciplines en concurrence, chacune d'entre elles opérant à sa convenance dans la zone qui lui est réservée, l'autre s'efforçant de réaliser une intégration des différentes disciplines dans une présentation finale thématique et synthétique.

20Le Musée savoisien ayant jusqu'alors favorisé le développement autonome des sections, l'ethnographie s'est trouvée amenée à proposer l'ouverture de salles indépendantes. La surface disponible (275 m2) et le volume du budget affecté (400 000 F) insuffisants pour envisager une présentation exhaustive, ont permis de proposer au public un parcours intitulé « Introduction à une ethnographie de la Savoie ». Celui-ci évoque les thèmes traditionnels qui ont longtemps symbolisé la Savoie, les ramoneurs, la coiffe tarine, avant d'aborder l'organisation de la société agro-pastorale et l'artisanat. Des maquettes permettent une approche architecturale de l'habitat rural à travers quelques types remarquables. La vie domestique apparaît avec le mobilier et les innombrables ustensiles de la vie courante.

21La complexité de la vie sociale de la société traditionnelle est traitée à travers quelques thèmes tels que l'organisation familiale, la transmission du patrimoine, le contrôle social, les rapports des groupes et des communautés, les rites de passage, sans oublier la religion, particulièrement dans son expression populaire.

22Toutefois le concept de société traditionnelle n'est pas naïvement appliqué. Le programme scientifique accorde autant d'importance à l'approche sociologique qu'à la technologie, et ménage des ouvertures sur des pistes généralement occultées telles que la scolarisation ou l'emprise de l'État sur le monde rural.

23La richesse et la variété des collections rassemblées depuis 1970 sont ainsi mises en évidence autant que l'affirmation d'une méthode propre à la discipline : au total, plus de 750 objets se trouvent ainsi rassemblés au fil d'un parcours qui tente de créer un rapport nouveau entre le visiteur et les collections. Le parti adopté est de placer les visiteurs et les objets dans une situation plus intimiste pour des solutions architecturales inhabituelles. Les niveaux de présentation favorisent plutôt l'enfant, une bonne part des collections se trouvant à même le sol, l'adulte est parfois obligé de se baisser. Les structures en bois, ouvertes, assurent une transparence entre les thèmes. L'audiovisuel, dont l'intégration a été souhaitée dès l'origine, fournit une animation permanente et multiplie les sources documentaires au gré de la curiosité et de la participation active du public.

24Il est important de souligner que cette présentation ne peut avoir un caractère définitif. Le matériau employé, bois naturel, vieillira rapidement sous l'usure. La muséographie même, c'est-à-dire l'organisation et l'utilisation de l'espace disponible devra être revue et corrigée afin d'éviter justement le piège du permanent, du figé, du déjà vu. Une telle muséographie devra s'adapter autant aux développements de nos recherches et investigations qu'à l'apport des divers spécialistes gravitant autour du musée et parcourant le même champ.

25Ces salles conçues avant tout comme un parcours nous laissent effectivement toute latitude pour modifier le paysage muséographique, jouant tant avec l'espace que les hauteurs, le volume. Aucune structure interne n'est liée ou reliée à l'architecture du parcours.

26« L'introduction à une ethnographie de la Savoie », appelle nécessairement un développement, qui peut spatialement prendre sa suite dans le volume du bâtiment ou se substituer à elle. Tous modes d'adaptation doivent être envisagés. Bien entendu si les ethnologues doivent faire des propositions, il appartient en fait aux élus des collectivités locales de faire les choix qui paraissent le plus judicieux et de mettre à disposition les moyens nécessaires. L'émergence nouvelle de « revendications » locales, le souci d'une décentralisation culturelle, sont des données qui pèsent aujourd'hui sur le ou les débats.

En guise de conclusion

27Les problèmes soulevés par la présentation de ces collections ethnographiques, le rôle et le développement même de l'ethnologie dans un musée comme le Musée savoisien conduisent nécessairement à s'interroger sur ce que pourrait être aussi la vocation d'un tel établissement. Aujourd'hui, alors qu'une forte demande semble émerger, les musées de la région ne peuvent prétendre présenter au public une vision anthropologique globale du territoire concerné. Il paraît donc nécessaire de réunir les forces en présence et d'engager une réflexion entre musées locaux, associations, institutions, élus, sur les actions à mener pour mieux connaître et valoriser le patrimoine ethnologique local.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cadenne I. & L.-J. Gachet, 1983, « L’ethnographie au Musée Savoisien », Terrain, n° 1, pp. 48-50.

Référence électronique

Ivan Cadenne et Louis-Jean Gachet, « L’ethnographie au musée savoisien », Terrain [En ligne], 1 | octobre 1983, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2790 ; DOI : 10.4000/terrain.2790

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals