Navigation – Plan du site
Ethnologie, techniques, industries : vers une anthropologie industrielle ?

Anthropologie industrielle : recherche et développement

Alain Morel et Jacques Vallerant
p. 3-4

Texte intégral

1Anthropologie industrielle ? Il ne s'agit pas d'instituer un nouvel objet de recherche mais de désigner un ensemble de travaux qui portent sur le monde industriel et se réfèrent à un concept classique en ethnologie, celui de milieu technique.

2Toutefois, l'usage qui en est fait en ethnologie de la France en modifie l'acception, bien que les travaux actuels reprennent une grande partie de la problématique élaborée sur les terrains exotiques. On n'entend plus par milieu technique l'ensemble des moyens et des connaissances techniques qui permettent aux membres d'une société de satisfaire tous leurs besoins, ensemble formant système : il s'agit, de façon plus restrictive, d'une branche de production, le textile, la mine... voire même d'un groupe professionnel.

3En France, l'approche du milieu technique s'inscrit dans une tradition historique longtemps appelée « folklore » des métiers et des techniques. L'héritage d'un tel apport, d'ailleurs nullement en voie d'extinction, n'est pas contesté ; il a ouvert la voie, de manière explicite ou implicite, à de nouvelles contributions qui, immergées dans la réalité d'un terrain vivant, bien souvent l'ignorent. Et il faut affirmer à nouveau que le catalogue de multiples monographies, études ponctuelles, et même des très nombreuses collections, publiques ou non, d'outillages techniques reste à établir, d'autant que se manifeste aujourd'hui un intérêt renouvelé pour les techniques traditionnelles : rassemblement d'outils, sauvetage de machines, valorisation de capital de savoirs et d'ensembles industriels.

4Les orientations de recherches récentes s'inspirent plus directement de la théorie classique pour l'appliquer au milieu technique français. Constatant qu'il est toujours en mouvement (on en voit aujourd'hui les dures conséquences), les ethnologues s'efforcent d'analyser les conditions de l'innovation, réfléchissent sur sa diffusion, sur les freins sociaux et culturels au progrès technique, la déqualification et les risques de disparition de savoirs.

5En mouvement, ce milieu présente en même temps une continuité. Chaque génération transmet un héritage technique, savoirs concernant l'environnement, la matière, le maniement des outils, recettes ou secrets soigneusement préservés. Il y a une mémoire technique qui fonctionne avec ses mécanismes propres (mémoire machinale), et permet d'exécuter des gestes sans intervention de la conscience. En France, les travaux dans cette direction sont très nombreux, notamment ceux qui portent sur les conditions et modalités sociales de l'apprentissage. Les ethno-technologues ont de plus établi que le milieu technique manifestait une cohésion. Pour une branche de production et une région données, la plupart des chercheurs font l'hypothèse que le maintien de traditions manufacturières et de choix techniques effectués à une certaine époque, confère une homogénéité à l'ensemble d'un secteur de production, malgré la diversité des entreprises qui le composent. Il leur semble possible, à partir de là, d'étendre les analyses relatives à l'une des applications d'un système technique, à toutes les entreprises concernées dans une même région. On peut être amené ainsi à considérer qu'un milieu technique dominant dans telle ou telle région a pu engendrer une culture technique spécifique, celle du mineur du Nord-Pas-de-Calais, du canut de Lyon...

6Soulignons que, d'une façon générale, les recherches sur les sociétés industrielles de la France mettent l'accent sur la relation technique-société. A mi-chemin entre la technologie culturelle et l'anthropologie économique, elles s'attachent notamment aux représentations des métiers, de l'organisation de la production et, plus largement de la vie de travail ; les traditions sociales et les mentalités qui peuvent être un frein à l'évolution technique revêtent ainsi une importance particulière. L'évolution des problématiques, où les représentations prennent plus d'importance que les pratiques techniques (fuite devant la complexité des technologies industrielles ?), vient aussi de ce qu'elles sont obligées de s'ouvrir à de nouvelles interrogations, plus troublantes. Dans le contexte du monde industriel d'aujourd'hui, où les modèles économiques influent de façon complexe sur les pratiques quotidiennes, et vice versa, les typologies structurales ne peuvent être bâties, fugitives et incertaines, qu'au croisement de multiples paramètres. Il n'est donc pas surprenant que la plupart des chercheurs aient préféré dans un premier temps limiter leur objet. Une part d'entre eux se consacre à l'étude d'un système technique en soi : techniques de fabrication et leur combinaison dans des chaînes opératoires, connaissances indispensables aux différentes étapes de la production et notamment savoirs techniques traditionnels. Ceux-ci résultent d'une longue expérience faite de mises au point progressives qui leur donnent une originalité, celle d'un savoir-faire propre à une fabrication et/ou une région. La prise en compte de tous les éléments d'un système technique, de leur interdépendance et de leur ajustement, où se mêlent, dans une perspective de rationalisation de la production, techniques traditionnelles et innovations scientifiques, nécessite une approche minutieuse et patiente qui comporte dans bien des cas une part d'initiation. Les travaux en cours devraient apporter dans ce domaine des résultats éclairants. Ce courant de recherche se développe davantage en liaison avec les collectivités locales qui souhaitent sauvegarder leur patrimoine industriel en tant que totalité ; il ne s'agit pas seulement, en effet, pour les ethnologues de conserver des outils et des machines mais de reconstituer le fonctionnement des unités de production dans leur environnement : traditions techniques, savoirs spécifiques, technologies locales, et d'analyser les bases des civilisations industrielles locales de la France. De nouvelles modalités d'accès au terrain sont ainsi mises en évidence, qui en ouvrent considérablement l'apport et la portée. Des dossiers ethnographiques sont actuellement en cours de constitution dans un contexte de rapports de travail qui ne sont plus exclusivement ethnographiques : ils deviennent beaucoup plus « organiques », puisque la permanence du contact entre chercheurs, travailleurs intellectuels, associations, collectivités locales, milieux de travail n'est plus seulement une condition mais une donnée de fait : le changement de la pratique, s'il n'est qu'amorcé, ne pourra qu'être profond. D'autres courants appréhendent le milieu technique davantage en tant que producteur de culture : savoirs sociaux, savoirs techniques, savoir-faire, qu'il faut posséder pour être membre du groupe. Chaque milieu industriel engendre alors sa culture, et suscite un sentiment d'appartenance qui semble dépasser les seuls travailleurs pour englober l'ensemble de la population.

7Des travaux récents axés sur l'articulation entre milieu industriel et milieu social, le plus souvent milieu urbain où la population ne se limite pas aux seuls travailleurs de l'industrie locale dominante, apportent une connaissance plus précise de ces phénomènes d'identification qui n'excluent pas des différenciations secondaires, voire des conflits, sûrement essentiels aux yeux des acteurs. Les résultats de la recherche menée sur Annonay en sont un bon exemple. Ils démontrent que la localisation technique forte n'est pas nécessairement facteur d'identité sociale homogène. Les études sur Port-de-Bouc ajoutent à cela : cette identité qui fascine l'ethnologue semble fuir devant lui, même dans les exemples les plus localisés, dans un jeu de découpage social qui n'en finit pas de compliquer ce milieu qui, extérieurement, paraît offrir de solides garanties, pourtant, d'homogénéité. D'autres approches encore, celles consacrées par les historiens à des objets techniques, comme les moteurs hydrauliques par exemple, permettent de dévoiler ou de souligner des situations sociales et économiques de la technique, éclairant directement certains des processus historiques qui fondent nos économies industrielles ; ainsi la pluriactivité économique liée à la proto-industrialisation apparaît-elle aussi comme une pluriactivité technologique de la famille.

8L'ethnologie de la technique, que réclamait Marcel Mauss en 1926, l'ethnologie des métiers, qu'évoquait Paul Sébillot en 1890, dans son ouvrage sur les « Traditions et superstitions de la Boulangerie » pour regretter le peu d'engouement que suscite l'ensemble des habitudes et comportements quotidiens des artisans et ouvriers des différents corps de métier, prennent un nouvel essor, stimulé par les diverses instances intéressées au développement de l'ethnologie de la France. Ce développement repose sur une constatation banale qui souvent fait figure de vœu pieux dans de nombreuses recherches, mais qui manifestement prend corps dans l'ensemble du projet intellectuel évoqué ici. L'ethnologie du fait industriel et technique ne peut se faire qu'à travers l'addition de l'apport des différentes disciplines éclairant directement, par la connaissance du passé, les situations actuelles abordées dans leur diversité. Comme le souligne L. Bergeron, le projet, pour aboutir, doit rester exigeant, en se fixant les objectifs d'une anthropologie sociale et culturelle des rapports qui mettent en présence l'homme et la technique que lui-même construit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morel A. & J. Vallerant, 1984, « Anthropologie industrielle : recherche en développement », Terrain, n° 2, pp. 3-4.

Référence électronique

Alain Morel et Jacques Vallerant, « Anthropologie industrielle : recherche et développement », Terrain [En ligne], 2 | mars 1984, mis en ligne le 24 juillet 2007, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2791 ; DOI : 10.4000/terrain.2791

Haut de page

Auteurs

Alain Morel

Articles du même auteur

Jacques Vallerant

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals